S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Augurey par Elenne

[6 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ce one-shot fait partie de l'univers "Secrets de Dortoir", ce qui signifie qu'il met en scène une relation amoureuse entre deux femmes. Si cela vous rebute, merci donc de passer votre chemin.

Les contraintes du concours "Et si c'était à refaire" étaient les suivantes :

"♣ Dans ce concours, votre personnage se trouvera dans une situation (quelle qu'elle soit) où il sera amené à se poser cette question. Il faudra bien entendu décrire la situation dans laquelle votre personnage se trouve, décrire l'événement auquel il repense (si vous le souhaitez, vous pouvez insérer un flashback) et décrire les conséquences de son acte/sa parole/son silence/son inaction (cela peut évidemment être inclus dans la description de la situation).
♣ Votre personnage peut se poser cette question peu de temps après l'événement (quelques heures, jours) ou longtemps après (plusieurs mois, années).
♣ Tous les personnages de HP sont autorisés de même que les OC.
♣ Le canon n'est pas obligatoire.
♣Le texte devra comporter minimum 700 mots et maximum 7000 mots.
♣Les mots « si c'était à refaire » doivent apparaître dans le texte. Peu importe le type de phrase ou la place de ces mots dans la phrase. Il faut juste que ces quatre mots apparaissent côte à côte."

Outre le respect de ces contraintes, ce one-shot a pour thème "Jardin Secret".

Bonne lecture.

Note de chapitre:

Comme d'habitude, j'ai profité pour ce one-shot de la relecture pertinente de Cloe Lockless.

Bonne lecture !

Every morn and every night
Some are born to sweet delight
Some are born to sweet delight
Some are born to endless night

William Blake, Auguries of Innocence

Le soleil entre à flots par la vitre de la petite chambre, alors Lavande ouvre les yeux. Les taches et les ombres sur le plafond dessinent d’étranges visages et des animaux fantastiques. Son regard suit le chemin chaotique d’une craquelure du plâtre jusqu’à une Manticore ramassée pour bondir puis glisse le long du nez crochu d’une sorcière aux traits trop accusés pour être vrais. Elle cligne des yeux, balance ses jambes par-dessus le bord du matelas  et se lève, embarquant au passage la couverture qu’elle a repoussée du pied pendant la nuit et qu’elle jette sur ses épaules nues – ça gratte, tant pis. Dans la pénombre, de l’autre côté du lit aux draps blancs, Parvati dort, immobile.

La fraîcheur des dalles en terre cuite sous ses pieds la fait frissonner et, lorsqu’elle ouvre la fenêtre, l’odeur de la mer la frappe comme une gifle. Le soleil, bien qu’encore bas sur l’horizon, fait scintiller les vagues. Il fait beau ; un temps à prendre le petit déjeuner dehors, peut-être au bord de la falaise. Quelques nuages passent dans le ciel, blancs et cotonneux : on peut y apercevoir un Boursouf rond et moelleux, un Augurey aux plumes ébouriffées et même, en se concentrant bien, la tête d’une licorne de profil. Lavande a toujours aimé trouver du sens là où les autres ne voyaient qu’un vaste bordel : dans les nuages, depuis toute petite ; à Poudlard, c’était dans les feuilles de thé des cours de Divination ; et puis sur les murs et au plafond depuis qu’elle ne dort plus la nuit, parce qu’il faut bien s’occuper.

Le paquet de Silk Cut posé sur le rebord de la fenêtre la nargue, alors elle en sort une clope et son briquet, même si normalement elle ne fume pas le matin. La première latte a un goût de fatigue, de crasse et de nuit d’insomnie, le goût dégueulasse de son deux-pièces-cuisine-salle de  bain avec vue sur la rue et l’immeuble d’en face : le goût de Londres, loin de la mer et du soleil et des draps blancs et du sel sur sa peau. La fumée s’envole en volutes grises qui salissent le ciel un peu trop bleu.

Ça bouge derrière elle : d’abord un froissement de draps, et puis le bruit discret de pieds nus sur les dalles. Un instant après, la bouche de Parvati se pose sur son épaule, longuement, le temps d’imprimer dans sa chair le souvenir de cette chaleur un peu moite ; recommence, une fois, deux fois, trois fois, jusqu’au creux de son cou. Lavande ferme les yeux, tourne la tête, et elle prend le temps de savourer la pression de la main de Parvati, brûlante sur sa hanche à la peau glacée par le vent matinal ; le velouté de la peau entre sa joue et la racine de ses cheveux, le long de la mâchoire, sous ses doigts ; et puis la douceur de ses lèvres, à peine entrouvertes contre les siennes. Le baiser est délicieusement interminable, lent comme il faut, comme ces deux derniers jours.

Lavande garde obstinément les yeux fermés, se retourne, laisse la couverture tomber à ses pieds, se presse contre le corps d’une Parvati encore toute chaude de sommeil, colle la froideur de sa peau contre la sienne, cherchant la plus grande surface de contact possible ; elle sent ses bras se refermer sur elle, ses mains se poser dans son dos, et c’est comme si son cœur allait exploser, même après dix ans. Elle pense aux heures passées dans le dortoir de Gryffondor, à écouter patiemment des histoires de garçons qui lui tordaient le ventre ; à toutes ces nuits où elle a attendu une heure ou deux ou trois de pouvoir changer de hamac, dans une Salle sur Demande bourrée d’insomniaques et d’angoissés ; aux mensonges servis tout chauds à Seamus, à ses parents, à sa patronne, pour pouvoir s’échapper, s’enfuir loin de l’appartement au goût de tabac froid ; et aussitôt elle oublie tout ça, parce que si c’était à refaire, rien que pour un instant comme celui-là, elle le referait.

Parvati embrasse ses paupières closes, recommence, une fois, deux fois, trois fois ; elle chuchote : « qu’est-ce que t’as ? » et Lavande niche son visage dans son cou, la serre fort, fort, comme si elle voulait s’installer là, tout près de son cœur – ou, moins romantiquement, entre ses deux seins – et y rester pour toute la vie.

- Qu’est-ce que t’as ? redemande Parvati.

- Je veux que tu me lances un Reducto et que tu me mettes dans ton soutif, marmonne Lavande.

- Ah, bien ! Et jusqu’à quand, s’il te plaît ?

- Toute la vie. Si c’est possible.

Le rire de gorge de Parvati est aussi chaud que sa peau.

- C’est un projet de vie sacrément ambitieux, ça, madame, d’habiter dans mon soutien-gorge !

- Ce serait sûrement mieux que mon appart, y aurait même un petit balcon…

Parvati secoue la tête et Lavande la sent lever les yeux au ciel avant qu’elle ne l’embrasse sur le front.

- C’est pas très gentil de ne pas me prendre au sérieux, grommelle-t-elle ; et, comme pour se venger, elle prend d’autorité la bouche qu’elle devine rieuse, au-dessus d’elle.

Bien plus tard, alors que les draps blancs ont rejoint la couverture en laine qui gratte sur les dalles en terre cuite, que le soleil est haut dans le ciel et que les ombres sur le plafond ont disparu, Lavande ouvre les yeux de nouveau. La place est froide à côté d’elle et une odeur de café frais flotte dans l’air. Sur la table de nuit scintille la bague d’or sertie de trois émeraudes identiques qu’elle a quittée hier soir.

 

Dans le ciel bleu, loin vers le levant, l’Augurey blanc et cotonneux renverse la tête pour pousser son cri silencieux.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.