S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


En famille par Bloo

[30 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les personnages appartiennent à J.K Rowling.

Cette fiction répond à la table 4 du défi Accio prompts !

Elle est illustrée par un superbe fan art réalisé rien que pour moi par la talentueuse Xinou.
Note de chapitre:

Cela fait longtemps que j'avais envie d'écrire sur Lavande et Seamus, et je le fais d'ailleurs, mais toujours par OS. Cette fois, j'ai eu envie d'écrire le plus possible quant à l'avenir que je leur imagine et l'idée d'une fiction s'est alors imposée, même il s'agira plutôt d'instants de vie qu'une de réelle histoire.

J'espère que cela vous plaira en tout cas, et que vous apprécierez Lavande et Seamus sous un autre jour que ce que j'ai pu écrire jusqu'à présent.

L'histoire s'inscrit dans ma série "Les amours rimbaldiennes" mais le rapport à Rimbaud apparaîtra au dernier chapitre.

Bonne lecture !

Lorsqu’elle ferma pour la dernière fois la lourde porte en chêne massif du cabinet du docteur Hobsbawn, Lavande fut éblouit par le soleil qui brillait fort en ce mois de mai.

D’ordinaire, après être sortie, elle regagnait presque immédiatement la maison qu’elle et Seamus partageaient depuis près de deux ans. Là, ce dernier l’attendait, le plus souvent avec ses chocolats préférés qu’il était allé acheter exprès pour elle quelques instants auparavant. Ils les mangeaient ensemble et il lui racontait de petites anecdotes sur son trajet matinal durant lequel il croisant toujours au moins l’un de leurs voisins. Parfois, elle lui parlait elle aussi des dernières nouvelles récoltées sur son chemin. Et, plus rarement, elle lui narrait l’heure passée avec le docteur Hobsbawn.

Cette fois, Lavande préféra rentrer à pied. Elle prenait habituellement le bus plutôt que de transplaner, une habitude qu’elle avait adopté lorsqu’elle s’était rendue compte que cela lui permettait d’égayer un peu ses journées, du temps où elle ne travaillait pas encore. Souvent, elle croisait d’ailleurs les mêmes visages à ses côtés et s’était mainte fois amusée à imaginer la vie de chacune de ces personnes. C’était un jeu parfois lassant, mais qu’elle préférait de mille fois à celui qui l’avait envoyée tout droit chez le docteur Hobsbawn.

Quand, quatre ans auparavant, Greyback l’avait meurtrie dans sa chair, son regard brillait de celui qui joue et en retire le plus grand des plaisirs.

Seamus avait été le seul à comprendre que là était bien tout le fond du problème. Dans un premier temps, tous, ses amis comme ses médecins, s’évertuaient à lui dire que les scènes morbides auxquelles elle avait assisté étaient la cause de son traumatisme. La première fois, elle avait répliqué qu’elle ne devrait pas être la seule internée dans ce cas. Ce à quoi elle s’était entendue répondre que certaines personnes étaient plus faibles que d’autres et qu’elle était probablement de ceux-là.

Elle n’avait plus jamais essayé de se faire comprendre par la suite. Les crocs de la bête, son regard empli à la fois de folie et de conscience, par la façon qu’il avait d’effectuer méthodiquement son travail, elle préférait encore les garder pour elle que de s’entendre dire qu’elle était faible. Ses amis, Parvati, Seamus, ils avaient le droit à l’auréole des vainqueurs, à la gloire des braves petits soldats ayant libérés la patrie. Mais elle qui ne s’en était pas aussi bien sortie, elle n’avait le droit qu’à rien d’autre que du mépris.

S’ajoutait à cela le décès de ses parents que pas le moindre médecin n’appréhendait réellement non plus. Là où tous ne voyaient qu’une orpheline désorientée pleurant ses souvenirs, Seamus avait su voir la culpabilité maladive derrière chacun des sanglots incontrôlés.

Alors qu’elle sortait de son dernier rendez-vous chez le Psychomage, Lavande aurait donc dû vouloir rejoindre Seamus au plus vite et le remercier autant que faire se peut de l’avoir toujours soutenue. Pourtant, et bien qu’elle ait vraiment envie de le voir et d’être celle amenant la joie à la maison pour une fois, elle ne pouvait empêcher ses jambes d’emprunter détour après détour et de rallonger toujours un peu plus le chemin jusqu’à leur maison.

Le docteur Hobsbawn était affirmatif : elle était parfaitement capable de se débrouiller seule désormais. Malgré cela, elle ne pouvait s’empêcher de craindre une rechute. Après tout, on lui assurait également un avenir radieux la première fois qu’elle était sortie de Sainte-Mangouste. Cela ne l’avait pas empêchée de tomber en dépression à peine un an après lorsque la huitième année à Poudlard s’était achevée. Si Seamus avait su alors la convaincre de son soutien le plus total, elle doutait qu’il serait prêt à la supporter une nouvelle fois si jamais elle venait à replonger. Alors elle laissait ses pas la guider comme s’il lui fallait un peu de temps pour redescendre, un peu de temps pour ne pas être trop radieuse et ne pas susciter trop d’espoir chez Seamus.

Pourtant, et là était toute la différence d’avec sa première « guérison », elle se sentait réellement bien. Heureuse n’était peut-être pas le mot qu’elle aurait utilisé, et cependant. Cette sensation d’apaisement total, il lui semblait ne pas l’avoir connue depuis une éternité. Et elle n’était même pas certaine d’avoir réussi ne serait-ce qu’une fois à penser à ses parents sans se sentir responsable depuis leur décès. Quand elle avait regagné Poudlard pour une huitième et dernière année, elle espérait bien s’en sortir mais était tout à fait consciente des problèmes qu’elle emmenait dans ses valises de Sainte-Mangouste. Cette fois-ci, c’était comme si elle ne pouvait transporter que de la joie avec elle.

- Bonjour Lavande, s’exclama alors une personne derrière elle.

Lavande était capable de reconnaître Miranda rien qu’au son de sa voix, assez désagréablement aiguë lorsque l’on n’y était pas habitué. Mais ses réflexions l’avaient conduite sans qu’elle ne s’en rende compte à côté d’un de ses cafés favoris, près duquel Miranda paraissait passer chaque instant de sa vie.

- Tu reviens du Chemin de Traverse ? lui demanda Miranda.

Miranda était une sorcière : Lavande s’en était tout de suite doutée à sa façon très inhabituelle de s’habiller en plein Londres Moldu. Depuis, elle était très fière de dire que sous son influence, Miranda se fondait non seulement tout à fait dans le décor, mais s’habillait en plus de façon très élégante.

- J’étais autour de Sainte-Mangouste. Toi, tu as dévalisé les boutiques Moldues, constata Lavande au regard de la dizaine de sacs que transportait aisément Mirande -certainement par magie.

- Que veux-tu, lui répondit Miranda, j’applique tes conseils. Seamus n’est pas avec toi ?

- Je vais le retrouver.

- Il a bien de la chance de t’avoir. Des filles comme toi, on n’en croise pas tous les jours ! s’exclama Miranda d’un ton enjoué.

- Je veux bien te croire, dit Lavande à voix si basse que Miranda ne l’entendit pas.

Elle s’était souvent demandé ce qu’aurait pu être la vie de Seamus s’il n’avait pas choisi de la lui consacrer en partie. Bien sûr, cela ne l’avait pas empêché de suivre une formation d’Auror qu’il s’apprêtait d’ailleurs à compléter. Néanmoins, s’il avait aisément noué des liens avec la plupart de ses collègues, il ne les avait jamais invités à la maison du temps où elle était malade et connaissant son caractère, elle était certaine que cela lui avait pesé à un moment ou un autre.

- Personne d’autre que toi ne peux le rendre aussi heureux, tu sais, continua alors Miranda sans tenir compte de l’air absent de Lavande. Il en est presque insolent à toujours être aussi souriant dès que l’on parle de toi !

- Seamus est quelqu’un de foncièrement optimiste, précisa Lavande en souriant.

- Peut-être, mais il n’y a que l’amour qui peut vous embellir ainsi, affirma très sérieusement Miranda.

Lorsque Lavande la quitta quelques minutes plus tard, elle rit doucement de cette phrase somme toute très clichée qu’avait prononcée Miranda. Elle semblait être persuadée de sa véracité, pourtant, mais c’était peut-être encore plus amusant ainsi.

Et néanmoins, alors que ses pas la guidaient finalement vers Seamus et son sourire insolent, Lavande comprit tout à coup pourquoi cette fois serait la bonne et pourquoi le docteur Hobsbawn était si sûr de lui lorsqu’il lui assurait qu’elle ne reviendrait plus.

La mort de ses parents l’avait profondément bouleversée parce qu’elle s’en était sentie responsable. Quant à la seule fois où elle avait tenté de mettre des mots sur ce que Greyback lui avait fait subir, elle s’était entendue répondre que cela faisait d’elle une personne qui serait moins forte que les autres. Partant de là, Lavande avait peu à peu cessé de s’exprimer sur ce qu’elle ressentait vraiment, et même Seamus avait eu bien du mal à la faire parler les premiers mois -c’était d’ailleurs bien pour cela, qu’elle était tombée en dépression. A chaque fois qu’elle était sur le point de confier ce qu’elle avait sur le cœur à quoi que ce soit, elle se ravisait, s’imaginant qu’elle ne faisait que déranger de meilleures personnes qu’elle qui n’en avaient probablement que faire de ses problèmes. D’ailleurs, eux aussi avaient vécu la guerre, et ils n’embêtaient pas la terre entière avec cela. Pourquoi aurait-elle dû se confier ? Pour être celle qui n’apporte que de mauvais souvenirs aux gens ? Seamus, lui, apportait joie et espoir partout où il allait. Elle ne voulait pas être celle ne ressassant que de douloureuses histoires que tout le monde s’efforçait d’oublier

Mais cela avait profondément changé. Elle s’était confiée à Seamus, très peu d’abord, et puis de plus en plus. A chaque rendez-vous avec le docteur Hobsbawn, celui-ci lui demandait où elle en était avec ses proches. Or, ces derniers temps, elle lui avouait sans cesse s’être confiée à Seamus, à Parvati, à Dean, et même à Hermione récemment. Elle n’avait pas compris ce que cela voulait dire. Lui si. Il ne l’avait pas rendu dépendante d’autres personnes que lui : elle avait appris à faire elle-même la part des choses et à aller de l’avant. C’était elle, pas Seamus, qui avait décidé de créer un journal indépendant suite à des affaires de corruption au sein de la Gazette. Ce projet encore inabouti, elle le portait avec une ardeur qui suscitait l’admiration de ses proches. Mais elle savait qu’elle aurait toujours des soutiens sur lesquels compter si besoin était, et que sa peur de rechuter n’était dès lors plus justifiée.

La maison était juste devant elle. A défaut de l’emplir de la joie insolente de Seamus, elle allait lui apporter la joie plus mesurée qu’elle avait réussi à faire sienne, depuis quatre ans. Ce n’était peut-être pas celle de son innocente enfance. Mais c’était celle de l’avenir et de l’espérance et elle pouvait faire en sorte que cela soit tout aussi bien.

Elle pouvait même faire en sorte que cela soit mieux.

Alors elle enclencha la serrure, traversa le vestibule et le visage rayonnant de Seamus associé à sa confiance retrouvée marquèrent la fin définitive de la tempête qui avait surgi dans leurs vies des années auparavant.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

J'espère que vous avez apprécié ce chapitre, n'hésitez pas à me laisser vos impressions :)

Le prochain s'intitulera "A genoux".
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.