S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Crave par Math

[8 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Disclaimer : Tout appartient à JK Rowling, je ne joue que la marionnettiste :)

 

 

Note : Et bah, mes loulous, je viens de pulvériser un record personnel en écrivant un nouvel OS en très peu de temps. Croyez-le ou non mais tout m'est venu des deux premières phrases de l'OS. Y'a des fois où je me fais un peu peur. Et je l'ai écrit qu'en quelques heures (en réalité, il était bien avancé hier soir mais il était 1 heure du matin et je commençais à plus voir clair alors, j'ai décidé de le mettre en pause ^^). J'espère qu'il vous plaira. Je dois vous avouer que j'en suis assez contente. 

- Je n'ai jamais ressenti la lecture comme tu la décris !

- Alors tu n'as jamais lu ! Répondit Hermione, mi-taquine, mi-sérieuse.

 

Derrière elle, Remus réprima un rire face au ton utilisé par la brune.

 

- Comment oses-tu porter un tel jugement ? J'ai lu, et beaucoup même !

 

Après cette phrase, le loup-garou ne put empêcher son rire de résonner ! Sirius lança un regard à son vieil ami, outré de ne pas être soutenu.

 

- Et qu'est-ce que tu as lu si sérieusement ? Demanda ironiquement la jeune fille.

- Et bah … Le Quidditch à travers les âges.

 

A ces mots, Hermione leva les yeux aux ciels.

 

- Hé Princesse, ce n'est pas parce que tu n'aimes pas le Quidditch que c'est forcément pour les sous-doués !

- Quand je parlais de lire, je pensais aux Potions ou …

- Quoi ? Tu veux que je lise des livres sur la matière de Servilus ?

 

En fond sonore, une voix de baryton gronda.

 

- Black, si tu ne veux pas te retrouver à courir sur 3 pattes, tu ferais mieux de m'oublier !

 

- Ou des romans classiques. Continua Hermione comme si elle n'avait pas été coupé.

 

Comment en étions-nous arrivé à cette scène étrange ? Depuis quand Hermione Granger et Sirius Black discutent de littérature ? Pourquoi Rémus Lupin rit de son meilleur ami sans pour autant le défendre ? Par quelle machination Sirius Black et Severus Rogue peuvent se tenir dans la même pièce sans qu'ils n'en viennent aux mains ?

 

La guerre s'était finie depuis quelques années maintenant. Hermione avait 22 ans et n'avait rien perdu de sa soif de connaissances et de son amour des livres. Après que le Professeur Rogue ait donné ses souvenirs à Harry, la brune l'avait stupéfixié discrètement, espérant l'empêcher de mourir. Cela avait marché mais même si Hermione ne s'attendait pas à des remerciements de la part du Maître de Potions, elle ne s'était pas préparée à se faire hurler dessus pour avoir osé n'être « qu'une petite idiote de Gryffondor présomptueuse et orgueilleuse. ». Elle avait manqué de se mettre à pleurer quand elle se fit la réflexion qu'elle n'avait pas passé un an à dormir dans une tente, et à subir des expériences traumatisantes pour se faire hurler dessus. Elle avait prouvé sa valeur et elle en avait marre de se laisser marcher sur les pieds par ce bonhomme acariâtre juste parce qu'il n'était qu'un impotent socialement inadapté. Phrase qu'elle lui avait criée, faisant de tout St-Mangouste le témoin involontaire d'une dispute historique. Forcément, l'homme en noir n'avait pas apprécié et avait dégainé sa baguette, pensant réussir à effrayer la gamine en face de lui. Ce qu'il avait oublié, c'est que justement, la gamine avait grandi et dans un réflexe digne de la guerrière qu'elle était devenue, elle avait sorti sa propre arme et le tenait en joue, prête à riposter. C'est sur cette scène que Rémus et Nymphadora, eux aussi hospitalisés, arrivèrent. Ils dégainèrent tous les deux leur baguette et lancèrent des Protego, avant même d'essayer de comprendre ce qui se passait. Ils ne connaissaient que trop bien les deux énergumènes en face d'eux pour savoir qu'ils étaient dangereux. Il avait fallu toutes le tact de Rémus pour désamorcer le conflit et les deux ennemis étaient arrivés au même accord : ne plus jamais se rencontrer.

 

Malheureusement, les circonstances les avaient fait se recroiser. En effet, tout le monde pensait qu'Harry aurait tout pour être heureux maintenant que la guerre était finie et qu'il pouvait être enfin avec Ginny. Mais, malgré la présence de Remus, il lui manquait une figure paternelle. Plus de trois ans après la disparition de Sirius, il se reprochait encore son imprudence qui avait coûté la vie à son parrain, il était incapable de se pardonner malgré les mots réconfortants qu'avaient pu prononcer les Weasley, Remus et Hermione. Cette dernière avait même fini par lui hurler dessus, en ayant marre de le voir creuser sa propre tombe. Elle avait passé beaucoup de temps au Square, seule avec Harry, qui avait décidé de s'enfermer dans la même prison que son parrain. Et un jour où elle s'ennuyait, elle avait fini par étudier la généalogie des Black. Harry avait trouvé un sort pour faire réapparaître les figures de Sirius et d'Androméda. Et c'est à ce moment-là qu'Hermione s'était rendue compte qu'aucune date de mort apparaissait sous le visage souriant de Sirius. Elle avait décidé de ne pas en parler à Harry pour éviter les faux espoirs et avait lu tous les livres possibles sur le Voile. Cependant, certains passages s'obstinaient à rester obscurs. Malgré toutes ses recherches, certains paragraphes étaient incompréhensibles. Elle avait fini par demander de l'aide à Remus mais même avec toute sa bonne volonté, il n'avait pas pu l'aider. Il lui conseilla du bout des lèvres, craignant sa réaction, d'aller voir son ancien Professeur de Potions. Elle avait pesé le pour et le contre et finalement, une voix perfide dans son cerveau lui souffla que c'était pour Harry et donc, qu'elle ne devrait même pas se poser la question. Elle s'était donc retrouvée devant l'Impasse des Tisseurs, que les gens gentils nommés « maison » tout en pensant « taudis ». La tête du Maître de Potions quand il l'avait vu sur le pas de la porte l'aurait fait rire - tellement il semblait étonné - si elle ne s'apprêtait pas à lui demander de l'aide. C'est plantée sur le pas de la porte qu'elle lui expliqua la tristesse d'Harry et son désir de tenter de ramener Sirius. Bien sûr, son ancien Professeur n'était absolument pas volontaire pour l'aider. Alors, elle décida de faire sa Serpentarde et laissa échapper que s'il refusait, c'était sûrement parce qu'il se savait pas assez bon pour être en mesure de l'aider. Bien sûr, l'ancien directeur de Serpentard perçut la manipulation mais un sourire en coin fit comprendre à Hermione que non seulement, il ne lui en voulait pas mais qu'en plus, il était plutôt agréablement surpris. Il l'invita donc à entrer pour qu'elle lui explique tout, afin qu'il prenne sa décision. Sachant pertinemment qu'il serait insensible au patos de la situation, elle se concentra sur la partie recherches/connaissances, ajoutant que Remus avait échoué (« Diantre ! Une possibilité de prouver que je fais mieux que les Gryffondors, je vais donc l'aider » était la réaction attendue par Hermione. Finalement Gryffondor n'était peut être pas la maison qui lui correspondait le plus, pensa Severus.). Après réflexion, le défi était trop grand. Le Maître de Potions accepta, négociant cependant de ne pas devoir parler à Sirius et de ne pas subir une quelconque preuve d'affection de la part d'Harry (bon, lui les avait appelé « le chien galeux » et « le morveux Potter » mais l'attention était la même). Après de nombreux mois de recherches, à se hurler dessus à s'en casser la voix, de mensonges à Harry et de litres de thé bu en compagnie de Remus qui était le seul au courant et le seul capable de la calmer, ils avaient fini par trouver une solution. C'est le jour des 20 ans d'Harry que Sirius ressorti du Voile, aussi jeune qu'à l'époque où il y était tombé, fatigué mais une fois conscient de son retour dans le monde réel, fou de joie. Devant lui laisser le temps de se remettre mais ce dernier refusant de retourner au Square (en plus, une fête s'y tenait en l'honneur d'Harry. Sirius avait voulu y allait mais une remontrance de la part d'Hermione lui fit comprendre que ce n'était pas négociable), il fût décidé qu'il se reposerait dans la chambre d'ami de l'appartement d'Hermione. Il fut une époque lointaine où cette pièce aurait dû être le bureau de Ron, voir même une chambre d'enfant mais de nombreuses disputes et la découverte d'une liaison entre Ron et Lavande avaient fait éclater le rêve de jeune fille d'Hermione. Aussi n'habitait ce grand appartement que la brune et son chat. Elle ne disait donc pas non à un peu de compagnie. Dès qu'il vu qu'ils avaient réussi, le Professeur Rogue s'en alla, demandant à Hermione de prendre des notes sur son état de santé et ses possibles problèmes.

 

Il fallut 3 semaines à Sirius pour être sur pieds à nouveau. Hermione pensait prévenir Harry dès que le dernier des Black avait dormi et s'était douché mais l'homme avait tenu à être dans une meilleure forme pour voir son filleul. Il ne voulait pas l'inquiéter avec son état de santé ou ses cauchemars mais il ne se lassait pas d'entendre Hermione parlait de lui et de tout ce qu'il avait vécu. Il regretta de ne pas avoir été là pour lui et fut triste quand il apprit qu'il ne s'était pas remis de sa mort, persuadé de sa culpabilité. Il fut cependant très content d'apprendre que son meilleur ami avait épousé sa cousine et qu'ils avaient un enfant. Ils passèrent des heures à discuter. Et quand le sujet de leurs aventures fut épuisé, ils discutèrent de leur propre enfance et à propos de divers sujets qui pouvaient devenir des débats enflammés. Parler avec Sirius était rafraîchissant car il était drôle mais avait assez de tact pour savoir quand s'arrêter. En réalité, quand il dépassait les bornes, il le faisait sciemment. La brune découvrit plein de chose à propos de l'ancien prisonnier, comme son côté cordon-bleu ou sa passion pour les tours de magie.

 

Enfin, un jour, Sirius annonça à Hermione qu'il était prêt à revoir son filleul et son meilleur ami. Ainsi, ils se rendirent tous les deux au Square. La jeune fille avait un peu peur qu'Harry lui en veuille de lui avoir caché la vérité pendant si longtemps. Sirius, quand à lui, était aussi angoissé qu'heureux à l'idée de retrouver son filleul. Il fût décidé qu'Hermione rentrerait en éclaireur et qu'en suite, elle introniserait Sirius. La Gryffondor entra et cria de le nom de son meilleur ami. Elle le trouva dans la bibliothèque, en train de feuilleter - encore - l'album photo de ses parents. Tout doucement, elle tapota à la porte pour attirer son attention et s'assit dans le fauteuil en face de lui. Elle lui parla d'une voix douce.

 

- Harry ? J'ai une très bonne nouvelle pour toi.

 

Harry grogna. Les bonnes nouvelles de ses amis lui plaisaient rarement, le dernier étant un cadeau de la part de Remus pour qu'il parte en vacances.

 

- Je suis persuadée qu'il te plaira. Voilà, j'ai fait des recherches …pour trouver un moyen de ramener Sirius de derrière le Voile.

 

A ces mots, les yeux d'Harry s'illuminèrent. Il se leva, semblant tout excité. Pour la première fois depuis de longues années, Harry Potter semblait être revenu à la vie.

 

- Combien de temps tes recherches devraient durées ? C'est sûr ? Tu as besoin de quelque chose ?

- Harry, ce que j'essaye de te dire, c'est que si ces derniers mois, je n'étais pas très présente, c'est parce que j'ai trouvé la solution pour le faire revenir.

- Alors, allons-y tout de suite. Je suis sûr que Kingsley ne verra pas d'inconvénient à ce qu'on entre dans le département des Mystères !

- HARRY ! Cria Hermione quand elle le vit presque sur le pas de la porte. Laisse moi finir mes phrases ! Je ne t'aurais jamais annoncé une telle nouvelle si je n'avais pas été sûre de moi. Et le seul moyen d'être sûre de moi, c'est de le faire !

 

A ces mots, les épaules d'Harry tombèrent et toute la tristesse du monde semblait habiter ses yeux.

 

- Et tu n'as pas réussi. Tu es venue me dire qu'il faut que j'avance parce que malgré tout tes efforts, ce n'est pas possible.

 

La jeune fille se leva, se plaça face à son meilleur ami, posa deux doigts sur son menton et le força à la regarder.

 

- Harry, si je suis là, si j'ai attendu autant de temps avant de te le dire, c'est parce que je voulais être sûre. Et si aujourd'hui, je suis là, c'est parce que j'ai réussi. En fait, ça fait trois semaines mais il voulait du temps pour se remettre.

 

Voyant qu'il ne semblait pas assimiler ses paroles, elle précisa :

 

- Sirius est vivant, Harry.

 

- Et accessoirement, juste sur le pas de la porte ! Ajouta une voix enjouée.

 

Sirius, commençant à trouver le temps long devant la porte, s'était décidé à entrer. Il avait entendu le petit laïus d'Hermione et avait noté les sentiments de joie et de tristesse qui émanaient des paroles d'Harry. Il n'avait pas pu s'empêcher de se faire remarquer.

 

A ces mots, Harry se retourna et quand il vit Sirius, son visage s'éclaira d'une joie sans borne. Pourtant, il tourna la tête vers Hermione, comme pour être sûr qu'il ne rêvait pas. Quand il la vit hocher la tête, il se jeta dans les bras de son parrain, plus heureux que jamais. Sirius le réceptionna, son rire se brisant un peu sous le coup de l'émotion. Hermione sourit, puis décida de se retirer pour leur laisser un peu d'intimité. Mais avant qu'elle puisse s'éclipser, Harry s'écarta de son parrain et attrapa Hermione pour la serrer dans ses bras. Il répétait comme une litanie « merci, merci, merci ». Elle sentit les larmes lui montaient aux yeux devant tant de reconnaissances et d'amour. Elle retrouvait les prémices de l'ancien Harry et elle était heureuse d'avoir participé à son retour. Elle se pencha à son oreille et lui chuchota :

 

- Le plus beau remerciement que tu puisses me faire, c'est de te remettre à vivre Harry.

 

Le jeune homme acquiesça et se sépara de sa meilleure amie, se tournant vers son parrain pour lui proposer de boire quelque chose tout en discutant. Ce dernier accepta mais quand Hermione passa près de lui dans le but de s'en aller, il lui attrapa en douceur le coude et lui murmura :

 

- Merci de m'avoir rendu mon filleul Hermione. Je t'en serais éternellement reconnaissant.

 

La Gryffondor lui sourit timidement et s'en alla. Avant de franchir la porte, elle se demanda pourquoi elle avait frissonner alors qu'il ne faisait pas froid dans la maison.

 

Voilà comment Hermione et Sirius se retrouvaient - encore - à se disputer sur un sujet quelconque. C'était une de leurs activités préférées, aurait dit Remus. Même si pour les deux principaux concernés, chaque discussion semblait plus importante que la précédente. La présence de Severus Rogue au Square s'expliquait par un accident de potion qui avait réduit en cendres toutes sa maison, excepté sa bibliothèque qui était soumis à de nombreux sortilèges pour éviter leurs pertes ; « Merlin merci » s'était exclamé Hermione quand elle l'avait appris. Le fait, par contre, que son ancien professeur n'ait plus ni maison, ni affaires ne l'avait choqué que plus tard. Sirius avait donc, sous les remarques de Remus et les remontrances d'Hermione, proposé à Servi, Severus, d'habiter au Square, à condition qu'ils ne se parlent pas, ne mangent pas ensemble et ne se dérangent pas. Contrat rempli, même si au fur et à mesure, ils arrivaient à rester dans la même pièce sans se jeter des répliques cinglantes et arriver même à être - aussi étonnant que cela puisse paraître - taquin l'un envers l'autre. Remus et Hermione n'en étaient pas revenus quand ils avaient vu ça. Harry non plus. Mais avec son mariage avec Ginny en approche, les querelles de son parrain, quand elles n'attentaient pas à sa vie, l'intéressaient moins.

 

La dernière dispute avait pour sujet les livres et la possibilité de voyages grâce à eux. Sirius ne comprenait pas Hermione quand elle lui disait qu'un livre pouvait faire pleurer ou rire, se faire sentir seul ou entouré, idiot ou intelligent. Il ne tolérait pas qu'un objet ait tant d'emprise sur lui et ajoutait que si la fin d'un livre fait pleurer, alors rien empêche le lecteur de réécrire la fin pour qu'elle soit à sa convenance. Hermione secoua la tête d'un air navré. Il ne comprenait rien au plaisir de lire et elle trouvait ça triste qu'il ne connaisse pas cette magie pourtant millénaire. Ils clôturèrent cette dispute comme souvent, c'est-à-dire que l'un des deux finissait par quitter la pièce quand il voyait que les arguments tournaient en rond et qu'il n'était pas content de ne pas avoir pu imposer son point de vue. Dans notre cas, ce fût Sirius qui quitta la pièce, suivit par Severus qui avait décidé qu'il avait mieux à faire que de les entendre se disputer. En réalité, ce dernier était toujours dans le coin que les deux débattaient parce qu'il trouvait les discussions intéressantes et - il ne l'aurait avoué, même sous la torture - divertissantes. En effet, les deux participants étant cultivés et têtus, et possédant la capacité d'être cinglant, cela donnait des argumentaires entrecoupés de remarques acerbes qui faisaient sourire le Maître de Potions.

 

Quand ils se retrouvèrent seul dans la pièce, Remus proposa un thé à Hermione. Cette dernière l'accepta avec reconnaissance. Ils étaient tous les deux assis à la table de la cuisine quand Remus lança une remarque sibylline.

 

- Il serait peut-être temps d'arrêter, non ?

 

Hermione était interloquée.

 

- De quoi tu parles ?

- Dis-lui. Dis-lui que l'aimes. Vous n'allez pas passer votre vie à vous tourner autour, ce serait du gâchis.

- De quoi tu parles ? Demanda la brune, la voie tremblante, craignant qu'il n'est découvert quelque chose qu'elle avait tout fait pour cacher.

- Tu es amoureuse de Sirius.

- Naaaaaan. C'est pas vrai. Comment peux-tu dire ça ? Répondit Hermione, trop rapidement pour être convaincante. Quand elle vit qu'elle n'arriverait pas à nier, elle se tassa sur elle-même et entoura sa tasse de ses deux mains, semblant chercher une quelconque réponse dans son breuvage - un comble pour celle qui avait arrêté la divination avec pertes et fracas en troisième année.

 

- Comment tu l'as su ? Soudain elle se redressa, paniquée. Quelqu'un d'autre sait ?

- Non, Hermione. Je ne m'en suis rendu compte que parce que je vous connais très bien. Harry aurait pu s'il était moins occupé. Mais pourquoi ne lui parles-tu pas ?

- Pour lui dire quoi ? « Oh Sirius, je t'aime depuis tant d'année, partons ensemble en Sicile et adoptons des Nargoles ! ». Il va me rire au nez, je restes pour lui qu'une gamine, la meilleure amie de son filleul, la Miss Je-sais-tout, la bûcheuse, le rat de bibliothèque, … C'est ridicule Remus. C'est cliché. C'est pathétique. Et ça me passera. Je rencontrerais un homme qui me plaira et avec qui j'aurais un avenir heureux.

- Qui essayes-tu de convaincre Hermione ? Moi, ou toi ? Ça doit faire deux ans que vous vous côtoyez et presque autant de temps que tu l'aimes, si ça avait dû te passer parce que ce n'est qu'une simple amourette, ça aurait déjà été fait.

- Tu as raison Remus. Rassures-moi. J'ai vachement besoin d'entendre que je suis condamnée à souffrir à chaque fois que Sirius ramène une nouvelle pouffe. Je trouvais pas la situation assez merdique ! On a vingt ans d'écart et je suis pas réellement jolie. La seule chose que j'ai pour moi, c'est mes connaissances. Il en profite déjà mais tu remarqueras que pour coucher avec quelqu'un, sa capacité à réciter L'Histoire de Poudlard, ce n'est pas une qualité ! Ajouta-t-elle, hargneuse. Quand elle se rendit compte de ce qu'elle venait de dire, elle mit ses deux mains sur sa bouche, le regardant, horrifiée. Désolée Remus, je voulais pas …

 

C'est à ce moment là que le loup-garou éclata de rire.

 

- Si tu savais Hermione, comment les autres et les hommes te regardent, tu ne serais pas aussi peu sûre de toi.

- Mais les autres, je m'en tape Remus. C'est Sirius que je veux. Sirius qui a eut tellement de conquêtes que personne ne peut toutes les citer. Sirius qui peut faire tomber n'importe qui dans ses bras juste avec un sourire et ses yeux de cocker. Sirius qui n'est pas qu'un joli cœur. Sirius, le cordon-bleu. Sirius, le passionné. Sirius, le tourmenté. Sirius dans son ensemble. Et putain, Remus, ça me tue de le voir s'enticher de gonzesses qui ne savent de lui que ce qu'il veut bien montrer, qui pensent sincèrement qu'Azkaban n'a laissé aucune trace. Elles me font gerber Remus. Et j'aurais de la pitié pour Sirius qui s'obstine à ne choisir que des cruches pour éviter de s'ouvrir à quelqu'un si je n'étais pas aussi occupé à me donner envie de gerber en voyant mon comportement. Depuis quand j'arrête de vivre parce qu'un homme ne me regarde pas ?! Je suis condamnée à avoir l'impression d'être dans des sables mouvants pendant toute ma vie ? Je n'avance plus Remus. Et ça me tue.

 

Après un silence, elle ajouta.

 

- Je pense sincèrement à partir. Le Ministère m'a proposé un poste d'ambassadrice en Libye. Je crois que je vais accepter.

 

Un silence pesant tomba sur la cuisine. Remus s'en voulait. Il ne s'était pas douté que le mal-être d'Hermione était si important. Pas au point de s'en aller. Finalement, elle était peut-être vraiment douée pour cacher ses sentiments. Ses longs regards sur son meilleur ami l'avait aiguillé mais jamais il n'avait vu de tristesse ou de désespoir dans les yeux ambrés de sa jeune amie. Il fallait qu'il parle à Sirius. A cette pensée, il se leva et fit un bisou sur le front d'Hermione.

 

- Qu'importe la décision que tu prends, je la respecterai. Et si tu décides de partir, je ne ferais rien pour essayer de te retenir. Mais Hermione, tu devrais vraiment en parler à Sirius.

 

Comme absente, Hermione hocha la tête. Elle réfléchissait. Maintenant qu'elle l'avait dit à voix haute, elle était sûre que partir était la bonne solution. Elle reviendrait pour les grands événements mais il était temps de s'éloigner puisque, apparemment, rester ne lui faisait que du mal.

 

Remus, quand à lui, était parti pour voir Sirius quand il tomba sur lui à la sortie de la cuisine. Surpris, il lui demanda :

 

- Depuis quand est-tu là ?

- Depuis « Tu es amoureuse de Sirius ». Elle veut vraiment partir ? Questionna-t-il, tristement.

- Oui. Maintenant, deux solutions. Soit tu l'aimes aussi et alors tu lui dis, retiens-là et vivaient heureux. Ou alors tu ne l'es pas et il faut la laisser partir. Elle ne va pas bien et la forcer à rester ici pour rien, ce serait la faire souffrir inutilement. La décision est entre tes mains, Patmol. Et pour une fois, sois honnête avec toi-même. Fous-toi de l'avis des autres, du mien, de celui de Harry ou de la communauté magique. C'est de ta vie et de ton bonheur dont on parle.

 

Sur ces mots, Remus quitta le Square, espérant que son meilleur ami prenne la bonne décision.

 

Sirius remonta dans sa chambre pour réfléchir. Elle l'aimait. Merlin, elle l'aimait aussi. Trois semaines, c'est ce qu'il avait fallu à Sirius pour se rendre compte que la jeune fille avait grandi et qu'elle n'avait plus rien de la Miss Je-sais-tout qu'il avait rencontrer lors de sa troisième année. Il avait déjà été ébahi par son courage - peu de personne aurait risqué sa peau pour venir le sauver. Et même s'il la trouvait trop sérieuse, il était impressionné par sa capacité à apprendre et sa passion pour la lecture. Beaucoup de gens voyait Sirius comme un beau garçon avec un pois chiche dans la tête. Et c'était une image qu'il avait soigné parce que c'était plus simple. Plus simple de ne pas s'engager. Plus simple de ne pas s'attacher. Mais Hermione avait percé son image, elle avait vu qu'Azkaban n'était pas derrière lui, ou qu'il savait faire autre chose que le dragueur. C'était la première personne à qui il s'ouvrait. Bien sûr, il y avait Remus mais lui, il l'avait connu avant, il savait tout de lui à une époque où il n'avait pas grand chose à cacher. Qu'elle différencie le dragueur et l'homme passionné l'avait touché. Et surtout, il se sentait bête. Parce que c'est deux dernières années à ses côtés avaient été les meilleures et les pires. Les meilleures parce qu'avoir Hermione à ses côtés était un régal de tous les instants. Ils passaient leur temps à se chercher et à échanger leur point de vue. Mais, à partir d'un moment, ça avait été une torture d'être près d'elle sans pouvoir la prendre dans ses bras ou retirer la miette de chocolat perdue au coin de ses lèvres ou enlever les cheveux qui obstruaient son beau visage. Il devait contrôler chacun de ses gestes pour éviter de se trahir, persuadé qu'il était trop vieux, trop cassé, trop différent d'elle. Alors il s'était perdu dans les bras d'autres femmes. Les brunes comme Hermione, les blondes et les rousses pour oublier Hermione. Mais aucune d'elle n'était Hermione. Et aujourd'hui, elle pensait à s'en aller.

 

Sirius se releva, une nouvelle résolution gravée sur le visage. Ils s'aimaient, hors de question qu'elle s'en aille. Si elle n'avait pas le courage de faire le premier pas, lui le ferait. Il descendit les escaliers et la trouva dans la bibliothèque. Il prit une grande inspiration et se jeta à l'eau.

 

« Et je veux jouer à cache-cache et te donner mes vêtements et te dire que j’aime bien tes chaussures et m’asseoir sur les marches pendant que tu prends ton bain et te masser le cou et t’embrasser les pieds et tenir ta main [...] et prendre des photos quand tu dors [...] et ne pas rire à tes blagues [...] et t’embrasser le dos et caresser ta peau et te dire comme j’aime tes cheveux tes yeux tes lèvres ton cou et fumer assis sur les marches jusqu’à ce que ton voisin rentre et fumer assis sur les marches jusqu’à ce que tu rentres et m’inquiéter quand tu es en retard et m’émerveiller quand tu es en avance [...] et me trouver désolé quand je suis dans mon tort et heureux quand tu me pardonnes et regarder tes photos et désirer t’avoir toujours connue et entendre ta voix au creux de mon oreille et sentir ta peau contre ma peau et avoir peur de tes colères […] et te dire que tu es splendide et te serrer contre moi quand tu es anxieuse et t’étreindre quand tu as mal et te vouloir rien qu’à sentir ton odeur et te blesser quand je te touche et gémir quand je suis à tes côtés et gémir quand je ne le suis pas [...] et avoir froid quand tu tires la couverture et chaud quand tu ne le fais pas et m’attendrir quand tu souris et fondre quand tu ris et ne pas comprendre pourquoi tu penses que je te rejette quand je ne te rejette pas et me demander comment tu peux bien penser que ça pourrait un jour arriver et me demander qui tu es mais t’accepter de toutes façons et te parler du garçon arbre et ange à la fois de la forêt enchantée qui a traversé l’océan parce qu’il t’aimait et t’écrire des poèmes et me demander pourquoi tu ne me crois pas et éprouver un sentiment si profond que je ne trouve pas les mots pour l’exprimer et avoir l’idée de t’acheter un chaton et j’en serais jaloux parce que tu t’occuperais plus de lui que de moi et te garder au lit quand tu dois t’en aller et pleurer comme un bébé quand tu finis par le faire [...] et te demander en mariage pour que tu me dises non comme d’habitude et que je recommence malgré tout parce que même si tu pense que je ne le souhaite pas pour de bon c’est exactement ce que je veux depuis ma toute première demande et errer dans la ville en trouvant que sans toi elle est vide et vouloir ce que tu veux et me dire que je me perds mais tout en sachant qu’avec toi je suis en sûreté et te raconter ce que j’ai de pire et te donner ce que j’ai de meilleur parce que tu ne mérites pas moins et répondre à tes questions quand j’aimerais autant pas et te dire la vérité quand je n’y tiens vraiment pas et chercher à être honnête parce que je sais que tu préfères et me dire que tout est fini mais tenir encore dix petites minutes avant que tu ne me sortes de ta vie et oublier qui je suis et chercher à me rapprocher de toi parce que c’est beau d’apprendre à te connaître et ça mérite bien un effort [...] et faire l’amour avec toi à trois heures du matin et peu importe peu importe peu importe comment mais communiquer un peu de / l’irrésistible immortel invincible inconditionnel intégralement réel pluri-émotionnel multispirituel tout-fidèle éternel amour que j’ai pour toi. »

Sarah Kane, Manque. Tu vois, Princesse, je sais lire ! Ajouta Sirius d'une voix rauque.

 

- Et que dois-je conclure de tes mots volés à une autre ?

- Que j'aurais dû faire ça il y a longtemps.

 

 

Et à ces mots, il se pencha et l'embrassa.

Note de fin de chapitre :

Et voilà la fin de l'OS. Je dois vous avouez que j'ai hésité à faire un lemon. S'il y a une demande, je le ferai. Donc si vous voulez un lemon, n'hésitez pas à demander.

 

N'hésitez pas à laisser une review, j'aimerais vraiment savoir ce que vous en pensez.

 

L'extrait cité par Sirius vient de Manque, de Sarah Kane, que j'ai coupé car trop long. Si vous le voulez en entier, je dois pouvoir vous l'envoyer. Suffit de demander.

 

Si vous voyez des grosses fautes qui agressent vos jolies yeux, n'hésitez pas à me le dire. S

Si vous voulez me dire ce que vous allez manger ce midi, n'hésitez à me le dire. (personnellement, c'est poulet)

 

Bonnes fêtes de Pâques (en retard) à vous et évitez la crise de foie :)

 

Potterement vôtre

 

 

Math'

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.