S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Maudite balançoire par Seonne

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà la première de mes fics que je poste !

"L'épisode du terrain de jeux" décrit par JKR dans les Reliques de la Mort (chapitre 33), mais vu du point de vue de Pétunia (et à travers mon imagination !).

Les personnages, la scène et les dialogues appartiennent à J.K. Rowling.

A cette heure de l'après-midi, le terrain de jeux était quasiment désert. Le soleil brillait haut dans le ciel et réchauffait l'asphalte. Malgré la chaleur de cette fin d'après-midi, deux petites filles se balançaient joyeusement sur le grand portique. L'une d'elles s'appelait Lily, l'autre, Pétunia.

 

Pétunia aimait beaucoup venir tard, quand le soleil se couchait presque. Les petits qui criaient et pleuraient à longueur de temps étaient déjà rentrés à cette heure, et elle se sentait maître des lieux, lorsque ne restaient qu'elle et sa sœur. Elle était l'aînée, alors il était normal qu'elle soit supérieure à sa sœur, non ? Pétunia était une meneuse, c'est pourquoi elle ne pouvait pas rester dans l'ombre de sa sœur qui était, de plus, de trois ans sa cadette. Elle était la plus grande, il était normal que ce soit elle qui dirige leurs jeux, leurs passe-temps et autres diverses activités. Mais Pétunia aimait beaucoup sa sœur. Quand même.

 

Les yeux fixés sur l'horizon, les deux fillettes continuaient de se balancer d'avant en arrière, de plus en plus vite. Alors que Pétunia maintenait une distance raisonnable avec le sol sous ses pieds, Lily prenait toujours plus d'altitude. L'aînée avait beau lancer ses jambes le plus fort possible dans le vide, elle ne parvenait pas à s'élancer aussi haut que sa sœur.

 

- Lily, arrête ! s'écria-t-elle, agacée.

 

La fillette aux cheveux flamboyant lâcha brusquement la balançoire et s'envola littéralement dans les airs, le sourire aux lèvres, riant à gorge déployée. Mais elle ne s'écrasa durement pas sur l'asphalte comme elle l'aurait du. Elle flotta quelques secondes puis se posa par terre avec douceur et délicatesse. « Comme une plume », pensa Pétunia.

 

- Maman t'avait dit de ne pas faire ça ! s'égosilla la fillette, écumant de rage.

 

En elle bouillonnait un mélange de colère, de peur et de jalousie. Leur mère avait pourtant bien expliqué à Lily d'arrêter toutes ses choses bizarres qu'elle faisait parfois. Pétunia, elle, était incapable de voler comme venait de le faire sa sœur, ou de se balancer aussi haut. Elle avait l'impression que cela donnait à Lily quelque chose de spécial, quelque chose qui la rendait supérieure à elle. Et Pétunia détestait ça.

 

Elle s'arrêta en frottant le talon de ses chaussures par terre dans un crissement sonore, puis descendit de la balançoire. Elle se planta devant sa sœur, ses poings serrés contre ses flancs, et planta son regard dans celui de sa cadette.

 

- Maman a dit que tu n'avais pas le droit, Lily !

- Mais tout va très bien, rétorqua la petite fille rousse avec un rire moqueur. Et maintenant, regarde, Tunie. Regarde ce que j'arrive à faire.

 

Pétunia avait envie de pleurer et de crier en même temps. Parfois, sa sœur devenait tellement bizarre ! Elle ne parvenait pas à expliquer toutes ces choses qu'elle faisait et que les autres ne pouvaient faire. Ses explications se résumaient toujours à : « J'y arrive. Je ne sais pas comment, mais j'y arrive, c'est tout. Il suffit de le vouloir très fort ! ».

 

La brunette tourna brutalement la tête pour vérifier qu'elles étaient seule sur le terrain de jeux. Oh, si quelqu'un avait vu Lily ! Elle avait toujours craint que quelqu'un ne les voit et les dénoncent à la police, et raconte à tout le quartier que Lily était un monstre. Car, même si elle faisait parfois des choses aussi anormales que terrifiante, Lily était une petite fille comme les autres. Malgré son « problème », comme l'appelait Pétunia, Lily était quand même sa petite sœur adorée.

 

Quand l'aînée posa de nouveau les yeux sur sa cadette, celle ci avait ramassé une petite fleur tout près d'un buisson. Pétunia pressentait que sa sœur était sur le point de faire une nouvelle bêtise. En temps qu'aînée, elle se sentait responsable des actes de Lily lorsqu'elle n'étaient que toutes les deux. Mais, au fond d'elle, elle avait quand même envie de avoir ce que sa sœur s'apprêtait à faire. Sa curiosité l'emporta sur sa prudence, et elle se rapprocha de sa sœur.

 

Lorsque Pétunia fût assez proche, Lily posa la fleur au creux de sa paume. Les pétales s'ouvrirent alors et se fermèrent comme les doigts d'une main qui se tendraient vers la jeune fille.

 

Ce spectacle était superbe. Pétunia était captivée par le mouvement des pétales blanc rosé de la marguerite. Mais elle savait que ce n'était pas bien. Ce phénomène surnaturel l'effrayait autant qu'il la fascinait. Si leur mère avait été là, elle aurait forcé Lily à stopper immédiatement son petit jeu. C'est pourquoi elle se fâcha.

 

- Arrête ! gémit Pétunia d'un ton suppliant.

- Elle ne te fera pas de mal, rétorqua Lily d'un ton triste.

 

Ses doigts se fermèrent subitement, écrasant la petite fleur et mettant fin à l'atmosphère féerique qui avait un instant régné sur l'aire de jeu. Elle jeta la fleur par terre.

 

- Ce n'est pas bien, dit Pétunia, la voix pleine de reproches.

 

Elle leva cependant des yeux où pointait une lueur d'envie et de jalousie vers sa sœur.

 

- Comment tu t'y prends ? demanda-t-elle avidement.

- C'est évident, non ? objecta la voix d'un garçon à quelques mètres à peine d'elles.

 

Pétunia releva brusquement la tête. En apercevant le garçon aux cheveux trop longs et trop sales, elle paniqua, cria, et s'enfuit à toutes jambes, abandonnant sa sœur derrière elle.

 

Tandis qu'elle courait pour mettre la plus grande distance possible entre elle et le terrain de jeux, Pétunia ne put se retenir de verser quelques larmes. Oh, ce qu'elle aurait voulu être comme Lily ! Secrètement, elle jalousait beaucoup sa sœur pour ses « pouvoirs magiques » qui lu permettait de faire des choses dignes de Mary Poppins. Pourquoi elle, qui était pourtant la plus grande ; elle, qui savait beaucoup plus de choses que sa sœur ; elle, qui avait presque dix ans ; pourquoi n'arrivait-elle pas à réaliser des exploits pareils ? Elle s'était entraînée en cachette pour tente de reproduire ce que faisait Lily, mais toujours sans succès.

 

Des larmes de dépit coulaient sur ses joues. Elle avait toujours aidé Lily ! Pour faire ses devoirs, attraper un objet en hauteur alors qu'elle était trop petite... Et en retour, celle ci refusait toujours de lui expliquer comment elle accomplissait ses petites prouesses ! De rage, Pétunia donna un violent coup de pied dans un caillou qui traînait au bord du chemin.

 

« Lily par ci, Lily par là ! Il n'y en a que pour elle ! », pensa-t-elle, s'abandonnant à la jalousie qui lui rongeait le cœur.

 

Lorsqu'elle arriva devant la maison, Pétunia s'arrêta sur le perron un petit moment, le temps de sécher ses larmes. Elle n'avait pas envie de raconter à ses parents ce qui s'était passé, car il n'y en aurait que pour Lily. Personne ne lui dirait « c'est bien Tunie, tu as bien fait de dire à ta sœur d'arrêter ». Non, ce serait « Lily, tu es une petite fille très différente des autres, mais ce n'est pas une raison pour effrayer ta sœur et les autres enfants ! ».

 

En proie à une jalousie intense, Pétunia ne raisonnait même plus en pensant à sa sœur, qu'elle aimait. Ce n'était plus qu'une fille qui lui volait la vedette, attirant sur elle tous les regards, toute l'attention de ses parents. Tunie ne supportait pas qu'on lui soit supérieur.

 

Sa jalousie était comme un poison. Un venin qui s'insinuait lentement dans tout son corps, et qui la brûlait de l'intérieur. Pétunia ne le savait pas encore, mais ce poison continuerait de la faire souffrir toute sa vie.

 

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

Si vous avez aimé ou détesté, n'hésitez pas à me laisser une review pour me donner votre avis, car c'est à travers les critiques qu'on s'améliore !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.