S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Corolle de papier par Selket

[16 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Merci à ma beta LYA

Note de chapitre:

Cette histoire se déroule après l'OS : Le printemps vient toujours à bout de l'hiver. Mais ceux-ci étant indépendant ils peuvent être lut l'un après l'autre

Elle porte le même nom que cette fleur dont il adore la couleur. Douce lavande, aussi fragile que son homonyme. Petit brin de fleur qui ploie sous le vent qui agite les champs de lavande, là-bas si loin dans le Sud de la France. Quand il la voyait aussi chétive qu’un brin d’herbe, aussi terne que les corolles que l’on sèche, il avait envie de l’envelopper délicatement dans un linge et de la garder à l’abri dans l’armoire de son coeur. Il aimait lui rendre visite dans cet appartement coloré où elle vivait, au milieu de toutes ces couleurs on aurait dit une fleur des champs. Discrète Lavande.

Elle s’était enfermée dans une prison de porcelaine émaillée et de couleurs chatoyantes. Il avait envie de la faire sortir de la serre dans laquelle elle poussait. Il voulait lui faire voir le monde autrement qu’à travers ce dôme d’aluminium, vitres et armatures de bois. La sortir de sa cloche d’hivernation pour la voir s’épanouir sous la brise printanière.
Petit à petit, elle s’était mise à sortir de son microcosme rempli de tasse de thé, de soieries Indienne et de bibelots en tout genre. Monde d’encens et de calme sirupeux.

Cela faisait maintenant quelque temps qu’ils étaient ensemble, depuis cette sombre histoire. Leur amour n’était pas de ceux qu’on voit au cinéma. Ce n’était pas une de ces grandes passions dignes de Shakespeare. Non, il était plus simple. Ce n’était pas un grand transport de leur coeurs qui les avait poussés l’un vers l’autre. Seulement une évidence. Il l’avait croisée plusieurs fois avant d’oser saisir sa main délicate entre les siennes. Ce jour-là, sa minuscule main calée au creux de la sienne, il avait senti son coeur s’apaiser.

Doucement, elle l’avait laissé entrer dans sa vie. Ses affaires poussaient lentement sur le terreau fertile de l’appartement où il séjournait de plus en plus. Ses rires résonnaient délicatement à ses oreilles, tendre carillon cristallin. Il aimait se réveiller à ses côtés dans ce grand lit orné de coussins à pompons et pastilles et de ce plaid crocheté qu’ils avaient achetés ensemble à Camden. Un petit-déjeuner à deux, c’était tellement plus agréable. Pouvoir voir ses fins doigts enlacer amoureusement l’anse de porcelaine d’une de ses nombreuses tasses vieillottes, le rendait heureux.

Cependant, il se sentait oppressé dans ce minuscule appartement. Il aimait les grands espaces, les jardins croulant sous les fleurs et les vallons verdoyants. Enfermé entre ces quatre murs, il avait l’impression d’étouffer. Alors il peuplait le petit balcon de Lavande de plantes en tout genre. Échappatoires à son mal du pays. Dans les tasses ébréchées, les vases chinés et autres brocs trouvés, il faisait croître des fleurs et de minuscules paysages verts. Dans les anciennes passoires, les bouteilles alambiquées et coquetiers de porcelaine, il disposait les fleurs coupées qui parfumaient les lieux.


Un jour, cependant, le calme feutré de leur appartement fut brisé par les quelques mots qu’il prononça. « Et si on partait en voyage ? » Un silence assourdissant fit suite à ces mots, plus un souffle d’air n’agitait les carillons en laiton. La brise légère qui faisait balancer les fleurs sur le balcon était tombée. Il attendit sans oser respirer la réponse de sa compagne. Il espérait qu’elle accepterait de le suivre en Irlande, là-bas chez lui. Il voulait retrouver son Ile Emeraude. Sentir le vent salé sur ses lèvres, voir les doux vallons herbeux se balancer au rythme de ses pas, et contempler la mer danser sous son souffle chaud.

L’attente fut rompue, la décision prise. Tout s’accéléra dans un tourbillon. Les valises furent faites d’un tour de baguette, le portoloin réservé. Dans trois jours, il foulerait le sol de son île bien-aimée. Ce premier voyage avec elle avait le gout de l’aventure et de l’espoir. Il espérait qu’emmener Lavande hors de son microcosme lui permettrait de s’enraciner ailleurs. Il doutait de son choix, cependant. Et si tout était un fiasco ? Et si elle rejetait le monde extérieur et retournait s’enfermer dans sa bulle ouatée?
Il faisait tout ça pour elle, il voulait amener son petit brin de Lavande par-delà la mer, là-bas, chez lui.

A peine furent-ils arrivés à Dublin qu’ils prirent un train. . Il ne pouvait pas attendre une minute de plus, il aimerait déjà être chez lui. Cette envie pressante de retourner chez lui le tiraillait davantage maintenant que ses pieds avaient foulé le sol. Il tenta de rassurer Lavande qui, le regard perdu, observait les gens se pressant sur les quais. Ils prirent place dans un wagon vide en cette matinée ensoleillée. Les roues crissèrent sur les rails, un coup de sifflet retenti, et le train s’élança. Il dévorait les kilomètres reliant Dublin à LetterKenny.

Le train continua son chemin à travers les champs empierrés parsemés de mouton. Lavande s’approcha doucement de la fenêtre et observa ébahie les paysages qui défilaient en une mosaïque de couleurs, et formes. Les vallons verts irlandais lui rappelaient ceux écossais qu’ils traversaient autrefois pour se rendre à Poudlard. L’émotion l’étreignit, et les souvenirs la saisirent à la gorge, alors que doucement sa main partit à la recherche de celle de Seamus. Là, sa main nichée au creux de la sienne, elle admira cette île dont Seamus parlait fiévreusement.

Arrivés à LetterKenny, ils transplanèrent enfin en direction du port de Machaire Rabhartaigh. Où il faut encore prendre le ferry pour se rendre sur son île. Arriver à Tory se fait par la mer pour les moldus, ainsi que pour les sorciers l’île ne permettant pas à ceux-ci de transplaner. Enfin la voilà, minuscule bout de terre qui peuple ses rêves. Les voilà sur le sol de Tory. Et c’est enfin le retour chez lui. A chaque retour c’est la même chose, il sent la nostalgie poindre en même temps que l’émotion le gagne. Son bout de caillou, il l’appréciait encore plus maintenant qu’il en était parti.

Un fourmillement se fit sentir, il pouvait percevoir la magie à l’état pur qui se retrouvait dans chaque brin d’herbe, dans le moindre petit rocher perdu dans la lande. L’air ambiant crépitait de cette magie que tout sorcier ressent. Le vent ébouriffa ses cheveux et fit danser ceux de Lavande qui, éblouie, contemplait le paysage. Heureux, il leva ses yeux vers le visage de sa compagne craignant de ne pas y lire les émotions qu’il ressentait. Elle le contempla, alors qu’il attendait désespérément de pouvoir arriver à lire un sentiment se peindre sur son visage. Soudain un sourire fleurit sur les lèvres de la jeune femme tandis qu’elle s’élançait gaîment sur le chemin de pierre où un panneau malmené par les bourrasques indiquait la direction du village de Seamus.

Soulagé, il vida l’air qui emplissait ses poumons, ne se souvenant même pas d’avoir retenu sa respiration. Il se lança à la poursuite de Lavande, son lourd sac à dos balançant au rythme de ses pas rapides. Elle feignit de le fuir avant qu’il ne l’attrape par la taille et ne lui plante un baiser sur le nez. Les gestes se firent plus doux tandis qu’ils s’embrassaient là, heureux sur cette lande battue par les vents et les vagues qui montaient à l’assaut des falaises. Ils étaient heureux, insouciants. La tempête était passée, ils avaient désormais la vie devant eux.

Note de fin de chapitre :

N'oubliez pas une petite review ça fait toujours plaisir :D Il y 'avait au départ une fin qui était autre. Quelques petit paragraphes de plus qui racontaient le jardin de Lavande et Seamus mais au final je les ai enlevés.
Si ça intéresse quelqu'un je peux les mettre.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.