S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Vous avez dit "Cul de Chouette"? par Princesse

[12 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour!

Aujourd'hui à travers cette fiction, c'est ma participation au Concours "Trois, deux, un... Riez !" d'Ellie que je vous présente.


Le but? Écrire un texte 100 % humoristique avec un trio prédéfini, dans lequel doit figurer trois blagues, une pour chaque personnage. Le mien est celui mettant en scène Peter Pettigrow - Horace Slughorn - Le Moine Gras... (autant dire qu'il a fallut que je me creuse les méninges.)

Autres règles: Tout doit tenir en une seule histoire, et les trois protagonistes doivent être présent sans pour autant y être en tout temps (ex d'Ellie: vous pouvez avoir une scène entre A+B, une autre avec B+C, et une dernière avec A+C, mais pas avoir par exemple A qui ne rencontre jamais C)


Bref, vous l'aurez compris, pour moi, ce concours est un peu l'aventure donc j'espère que cela va vous plaire.


Et puis, on se retrouve en note de chapitre ; )


(Myed89)
Note de chapitre:

Je me suis inspirée de pas mal de choses pour constituer mon OS 100% Humoristique, qui m'a donné beaucoup beaucoup de mal... Donc je me suis basé sur les vidéo Bref de Kyan Khojandi, et du jeu de société Cul de Chouette que l'on voit, notamment, dans la série Kaamelott.


Pour plus de compréhension, le texte est donc à lire de manière saccadé, et rapide. En un mot, il est à lire à la BREF...


Alors Bonne Lecture!
 
 
 
 
« … Entouré de Slughorn, de Flitwick, complètement saoules, et des rires hystériques des fantômes du château, je me demande bien comment, moi, Peter Pettigrow ait pu en arriver là en cette soirée du 3 novembre 1975! Sérieusement, pourquoi moi? Ils sont tous irrécupérables, pas un pour rattraper l’autre.
 
• Cul de Chouette! Cul de chouette! Cul de Chouette! hurle de nouveau le Moine Gras, me faisant exploser de rire pour la énième fois de la soirée.
 
Ah Cul de chouette…
 
Vous vous demandez ce que c’est, n’est-ce-pas? Et ce qui s’est passé aujourd’hui? 
Et bien comment vous expliquer ma journée? Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle a été mouvementée… 
 
 
***

 
 
Tout d’abord, mon réveil n’a pas sonné! Enfin, si… il a sonné à 6h55, mais je l’ai éteint, comme un con! Oui je sais… je suis con! Et mes tocards de potes n’ont pas pris la peine de me réveiller.
 
Pourquoi?
 
Remus était à l’infirmerie pour roupiller après sa folle nuit à gambader avec nous tous, dans la forêt interdite. Sirius, léthargique comme pas deux, était à la limite du coma sous son oreiller.
Seul James, paraissait avoir les idées claires, jusqu’à ce qu’Evans ne s’incruste dans notre chambre pour lui en retourner une… La raison? Aucune idée… Enfin, c’est ce qu’il m’a dit, moi à ce moment-là, je dormais comme un loir. 
 
Bref. 
 
On est descendu petit déjeuner, et, comme d’habitude, le Moine Gras a jugé marrant, hilarant, appelez-ça comme vous voulez, mais pour ma part je choisis plutôt écoeurant, de passer sa grosse tête dégarnie à travers le porridge, les fruits et les viennoiseries. 
Autant dire que je n’avais plus faim. Oui vous avez entendu : moi le ventre sur patte, je n’avais plus faim… J’ai juste eu le temps de protester quelques mots, que ce débile de fantôme à réussit à me faire passer à travers la tête, un lapin… Un lapin! Vous avez bien comprit. Mais un Lapin Mort, s’il vous plait… Aux grands maux les grands remèdes, comme qui dirait ma grand-mère. 
 
Bref. 
 
J’ai paniqué, ne m’étant pas du tout préparé, à sentir un truc visqueux et glacial sortir de ma tête. Autant dire que le coup du lapin mort qui tombe dans le bol de cette gourde de Jessika Brown, n’était pas vraiment prévu. Ca faisait très fantasmagorique tout ça… 
D’ailleurs je me demande comment un fantôme de lapin tombé dans un bol de chocolat chaud, a pu littéralement asperger tout le monde autour d’elle. Ce n’est pas censé passer à travers des éléments, les fantômes? 
 
Ecoeurant je vous dis… Et le Moine Gras se marrait comme un veau. Oui, un veau, cherchez pas, cette expression existe! 
 
Bref. 
 
Je l’ai regardé, il m’a regardé. On s’est regardé… enfin, surtout lui, moi je voyais Sirius affalé sur la table au travers de sa tenue de moine. Oui, c’était du grand n’importe quoi. 
 
Il m’a dit:
 
« - Quoi ? »
 
J’ai dit:
« - Mon assiette… »
 
Il a haussé les épaules, et il s’est volatilisé dans les souterrains du château par le jus d’orange. Le jus d’orange… 
 
Bref.  
Ensuite?
 
Ensuite, on avait cours avec Slughorn. Double cours de Potions avec les poufsouffles, ce n’était pas pour arranger James qui sortait avec Meadowes…. pour rendre jalouse Evans. 
Oui cherchez pas, moi non plus, je n’ai pas compris! C’est une technique infaillible qu’il a dit… 
 
Bref. 
 
Je me suis avachit sur ma chaise, et là, le cours a commencé. Enfin « commencé »… « déroulé » on va dire, car clairement, dans ma tête, il n’avait jamais commencé! Pourquoi? Trop occuper à écouter les dernières conneries de notre groupe. 
Apparemment, ils avaient inventé le jeu du siècle.

Bref. 

James et Sirius disent ça à chaque fois… Ils avaient dit ça aussi en troisième année quand Goujon à faillit se crever un oeil à cause du Saule. Juste après que je me sois cassé le bas. 
 
Bref. 
 
On repassera pour les détails.
 
Slughorn parlait de la nouvelle potion à faire. Le philtre de paix. Encore une merde à concocter où j’allais me taper un zéro… James venait de lâcher une connerie. J’ai explosé de rire… et j’ai eu le droit à un premier regard foudroyant du prof.
 
Seconde connerie… second éclat de rire… second regard foudroyant!
 
Connerie… rire…. regard! Oui, ça a bien duré trente minutes ce schéma! 
 
Bref. 
 
Au bout d’un moment, Remus s’est penché vers moi. 
 
Il m’a dit:
« - Hey, Slughorn t’a dans le collimateur depuis tout à l’heure, alors arrête! »
 
Je lui ai dit:
« - … »
 
En fait, je ne lui ai rien dis, Sirius venait de recommencer le jeu des déclinaisons foireuses. C’était ça, leur jeu du siècle.
 
Il a dit: 
« - Collimateur. »
 
James a dit:
« - Colporteur. »
 
Sirius a dit:
« - Cloporte. »
 
Moi, j’ai dit:
« - Cafard. »
 
Là, ils ont dit:
« - Servilo! »
 
Bref.  
 
C’était foireux….
 
Connerie… rire…. regard.
 
Putain, je m’étais fait de nouveau cramé par le prof. Remus a levé les yeux au ciel. Oui… Pas cool pour lui qui doit endurer tout ça! Mais bon, il voit toujours le verre à moitié vide, ou à moitié plein! Dans tous les cas, il est toujours à moitié! 
 
Bref. 
 
Le prof a reparlé, je l’ai regardé, il m’a regardé, il a dit:
« -  Alors, le filtre de paix est destiné à calmer l’anxiété et apaiser l’agitation… »
 
Et là, Sirius a dit:
« - Agitation »
 
Trop bon… j’ai sauté sur l’occasion, et j’ai dit:
« - Masturbation »
 
Connerie…rire… regard. 
 
Bref. 
 
Là, on était foutu.
 
J’ai arrêté de rire comme un con, James et Sirius se sont planqués derrière leurs livres de potions.
Le prof m’a regardé, encore.
Je l’ai regardé, encore. 
 
Bref. 
 
Je savais que cette fois-ci, c’était moi qui allait être dans la merde.
 
Il m’a toisé, je me suis empourpré.
 
Il m’a dit:
« - Vous le faites exprès, Pettigrow, n’est-ce-pas? »
 
J’ai dit:
« - Non » 
 
Enfin, j’ai piaillé, pour être exact!
 
Il m’a dit:
« - Bon, qu’est ce qui se passe cette fois-ci? Ne me dite pas que vous avez recommencé à vous enfoncer des bézoards dans le nez? Je vous ai déjà dit à quel point tout ceci était ridicule! »
 
J’ai rougis, il m’a fixé, j’ai re-rougis, il m’a re-refixé. Merde, il voulait que je réponde!
 
Alors j’ai dit:
« - Non, je… je ne fais plus ça »
 
Là, James m’a murmuré:
« - Bézoard »
 
Et moi, je lui ai collé mon coude dans les côtes.
 
Slughorn m’a dit:
« - Pourquoi riez-vous? »
 
 J’ai dit:
« - Pour rien! »
 
Il m’a dit:
« - Répétez! »
 
Oh non…
Il a insisté, je me suis braqué, il a re-insisté, je me suis re-braqué. 
 
Bref. 
 
On pouvait passer des heures comme ça.
 
Là, il m’a dit:
« - C’est simple, soit vous répétez ce que vous venez de dire, et on en reste à deux heures de colles, soit vous vous obstinez à être une carpe, et, dans ce cas-là, c’est au directeur lui-même que vous raconterez vos petites boutades! »
 
James m’a dit:
« - Ca commence par un « ma » comme pour maman… »
 
Putain le con.
 
Connerie…. rire…. regard!
 
J’ai dit:
« - Masturbation »
 
Bref. 
 
J’étais dans la merde!
 
Après, pas grand choses d’intéressant, je me suis retrouvé propulsé au milieu d’une bataille sans fin entre les Gryffondors et les Serpentards, jusqu’à ce que Slughorn intervienne, en prenant encore la défense de ses élèves. Jusqu’à le voir poser son regard sur mon visage.
 
Il a buggé, j’ai buggé, après il a regardé ma main, moi, là, j’ai regardé le plafond.
 
Au bout de ma main, les cheveux d’un serpentard. Bref, comme d’habitude ça allait me retomber dessus.
 
Il m’a dit:
« - Encore vous! »
 
J’ai dit:
« - Je peux vous expliquer! »
 
Il m’a dit:
« - J’espère bien ! »
 
Je me suis dit : « Putain »… Comment expliquer à son professeur que la tête de mon camarade est coincée entre mes doigts? Je ne pouvais pas lui dire la vérité… Alors j’ai dit le premier truc qu’il me soit passé par la tête, j’ai dit: 
« - Euh… Je lui enlevais ces poux »
 
Et là, tout le monde s’est écrié:
« - Yerkkkkkkkkkk »
 
Oui avec dix « k », je les aie très bien entenduuuuuuuuuu avec dix « u »!
 
Bref. 
 
Slughorn m’a dit:
« - Hors de ma vue »
 
J’ai dit:
« - Oui, monsieur »
 
Après, c’était de nouveau le grand bordel. 
 
Sirius m’a dit:
« - Pourquoi t’a dit ça? »
 
J’ai dit:
« - Parce que. »
 
Parce que est la réponse qu’il me vient toujours quand je n’ai, justement, pas la réponse, c’est comme avec mon pote Demain. Demain, c’est qui? C’est le gars à qui je donne toutes mes affaires et mes trucs à faire quand ma mère me dit « Et ça, tu le fais quand? » moi, en général je le remets à Demain. Après il le file à Jamais, mais je ne suis pas censé le savoir. 
 
Bref.  
 
Après cet épisode, tout le monde me regardait bizarrement. Evidemment…
 
Vint le déjeuner, où tout le monde braillait dans la Grande Salle. Insupportable.
J’ai voulu aller prendre l’air, seul, loin de James et Sirius qui jouaient sans relâche aux déclinaisons foireuses, au point d’associer Minautore avec Minerva… Ridicule, mais ça les faisait bien rire.
 
Bref.  
 
Je suis parti prendre l’air dans les couloirs, et là, je suis tombé sur le Moine Gras… « Putain, encore lui » je me suis dit! 
 
En fait, il parlait avec la Dame Grise. Oui tous les fantômes l’adorent, celle-là. Il lui a fait une blague, elle a ri, il lui a refait une autre blague, là, elle a pas ri. En fait, je crois qu’elle avait pas compris… Ou alors c’était nul. 
 
Bref.  
 
Il recommence une nouvelle blague, il lui dit:
« - Quel est l’animal le plus heureux?* »
 
Vide intersidéral dans les yeux de la Dame Grise.
 
Il répond:
« - Le hiboux…car sa femme est chouette»
 
Euh… C’était censé être une blague? Elle a soupiré, moi là, j’ai ri. 
 
Le Moine Gras m’a regardé, je l’ai regardé. Combat de regard! Vitreux pour sa part… et là, il a rougit, enfin, il a bleuit.
 
Alors, j’ai dit:
« - Euh… désolé! »
 
J’ai voulu me sauver, mais il m’a rattrapé, en me passant à travers le corps.
Visqueux et froid, j’avais envie de vomir!
 
Il m’a dit:
« - Qu’est ce vous avez entendu? »
 
Ah, un seul « u » cette fois! 
 
J’ai dit:
« - Rien »
 
Trop précipitamment, puisque là, il m’a dit:
« - Vous n’en parlerez à personne! »
 
Tout de suite, j’ai pensé au Baron Sanglant… Et si je lui disais? 
 
Bref. 
 
J’ai voulu me taper la tête contre un mur, mais à la place, j’ai dit:
« - Je vais être en retard en cour! »
 
Bref. 
 
J’avais une arme contre lui maintenant. Mais à quoi allait-elle bien pouvoir me servir?
 
Pour l’après-midi, rien d’exceptionnel… James qui court après Evans, Evans qui lui en colle une. Un peu rien à foutre de leur histoire.
 
Et puis, la soirée est arrivée, sûrement trop vite, et là, j’ai réalisé que j’avais oublié mon livre de potion. Euh… Je suis censé faire comment pour écrire le devoir? 
 
Bref. 
 
Je suis retourné dans la salle des potions à 21h pour aller le récupérer en catimini. J’avais pas non plus envie d’écoper de deux nouvelles heures de retenues.
 
Sauf que je ne m’attendais pas à tomber sur une réunion clandestine de quelques profs et des fantômes du château.
 
J’ai ouvert la porte, et là, Slughorn, Flitwick, le Moine Gras, Nick Quasi-sans-tête et le Baron Sanglant.
 
Ouille, ça picote les yeux.
 
J’ai regardé les bouteilles de Whisky pur-feu sur la table, ils m’ont regardé, j’ai re-regardé les bouteilles et là ils m’ont dit:
« - Quoi? »
 
« Quoi? » Sérieux? 
J’avais surtout envie de disparaître. J’ai pris mon livre dans les mains, et au moment où j’ai tourné les talons,  Le Moine Gras est arrivé vers moi, il m’a dit:
« - Il nous manque un troisième joueur »
 
Là c’est moi qui ai dit:
« - Quoi?! »
 
Je compte. Un, deux, trois, quatre, cinq… Ils ne savaient pas compter, putain. 
 
Bref. 
 
J’ai dit:
« - Vous êtes cinq »
 
Il m’a dit:
« - Trois humains »
 
J’ai dit:
« - Non! »
 
Là, Slughorn a dit:
« - C’est ça, ou collé jusqu’à la fin de l’année »
 
J’ai pensé à ma vie de maraudeur et de chapardeur, et j’ai dit:
« - Ok! »
 
A ce moment-là, je n’avais pas encore conscience des dégâts que ça allait faire sur mon cerveau et mon estomac.
 
Je me suis approché de la table, me suis avachit sur une nouvelle chaise, et j’ai buggé sur le nez rouge de Slughorn. Il était ivre. 
 
J’ai fixé son nez encore, il a fixé le mien. Il m’a dit:
« - Votre nez est blanc »
 
J’ai dit:
« - Ouais… »
 
J’étais censé dire quoi d’autre? 
 
Bref. 
 
 J’ai descendu un verre de Whisky pur-feu, et là j’ai dit:
« - C’est quoi le jeu? »
 
Le Moine Gras a dit:
« - Cul de Chouette! »
 
J’ai dit:
« -…. »
 
Non, en fait, j’étais sur le cul. Le mien, pas celui de la chouette! 
 
J’ai dit:
« - Et le but? »
 
Franchement? Je regrette d’avoir posé cette question.
 
Slughorn m’a dit:
« - Le but c’est de faire 363 points avec 6 dés »
 
Ok… Ils sont sérieux. J’ai dit:
« - Vous êtes sérieux? »
 
Le Moine Gras m’a dit:
« - Il faut faire une Chouette, paire sur trois dés lancés, mais le mieux c’est de faire une Chouette Velute, deux paires différentes, pour que le premier qui hurle « pas mou, le caillou » gagne les points… »
 
Mon cerveau s’est mis en pause « pas mou, le caillou »? Sérieusement?
 
Je devais tirer une drôle de tronche puisque Slughorn et le Moine gras se sont regardé avant d’exploser de rire. Oui, ils se foutaient de ma gueule.
 
Ils ont même poussées le bouchon en me faisant tout un tas de blagues salaces qui rimaient avec cul et chouette, mais qui se terminaient toujours mal pour mon cerveau tant la fin était médiocre.
C’est là, où eus l’idée de leur en faire une de blague… Pas vraiment la meilleure idée du siècle, je pense.
 
Alors, j’ai dit:
« - Vous êtes comme la blague de la cravate… Vous la connaissez? »
 
Slughorn a secoué la tête et s’est retourné vers le Moine gras, complètement paumé:
« - Tu la connais? » qu’il lui a dit.
 
Là, la réponse du Moine Gras s’était:
« - C’est quoi une cravate, Horace? »
 
J’ai soupiré… putain, dur.
 
J’ai enchainé:
« - Vos blagues sont comme celles de la cravate; longues et plates…* »
 
Et là… bide total… personne n’a ri! Dur, je sais. 
 
On aurait pu arrêter les dégâts tout de suite, mais il a fallu que Slughorn en rajoutant une couche… après un énième verre de whisky.
 
Il m’a dit:
« - Ca ressemble fortement à la blague de la chaise… »
 
Là, je l’ai regardé bizarrement. Je me suis demandé s’il était sérieux. 
Le moine gras s’est penché vers mon prof, lui a chuchoté un truc à l’oreille et ils ont explosé de rires… Private Joke, bonsoir! 
 
J’ai dit:
« - La blague de la chaise? »
 
Et Slughorn a lâché:
« - Pettigrow vous êtes comme la blague de la chaise; pliante…* »
 
J’aurais préféré pliant, au masculin…
Tout d’un coup j’avais l’impression d’avoir une jupette et deux couettes. Grrrrrrr… vision apocalyptique! 
 
Bref. 
 
J’ai repris le sujet du Cul de Chouette en demandant d’autres détails, en tentant de faire oublier à tout le monde, ma vanne foireuse.
 
Du coup, Slughorn a repris, il m’a dit:
« - Il faut dire « Cul de Chouette », quand on a trois paires, et tout le monde frappe sur la table en criant « Grelote ça picote »
 
Là, j’ai dit:
« - Et ceux qui ne le font pas ? »
 
En vrai j’ai pensé:
« - Vous fumez quoi, professeur? »
 
Il m’a dit:
« - Il boit un verre cul sec »
 
Là j’ai dit:
« - Vous devez souvent oublier… »
 
Ils ont explosé de rire! Ah enfin….
 
Ils ont hurlé:
« - CUL DE CHOUETTE »
 
J’ai sursauté. 
 
Bref.  
 
J’étais dans la merde.
 
Ils ont distribué les dés, et Slughorn m’a dit:
« - On fait du Sirotage pour avoir un Cul de Chouette, donc on annonce nos pairs en Linotte, Alouette, Fauvette, Mouette ou Bergamotte. Un, deux, trois, quatre, cinq, six… »
 
J’ai pensé: « - Gné? », mais enfaite j’ai dit:
« - QUOI? »
 
Quoi, j’ai déjà bu trois verres? Aïe ça picote l’estomac! 
 
Bref. 
 
On a commencé à jouer, j’ai perdu… une fois, deux fois, trois fois… Six verres après je ne tenais plus droit. J’arrivais même plus à savoir ce que je devais faire, dire ou ne pas dire.
 
J’ai lancé mon dé, Slughorn m’a regardé, je l’ai regardé, il m’a hurlé:
« - Cul de Chouette, Pettigrow. Cul de Chouette! »
 
J’ai sursauté, j’ai di:
« - J’avais que deux paires…»
 
Gné… il me dit ça et moi je lui dis ça? Je pense que l’alcool est en train de me brûler les neurones un à un! 
 
Là, le Moine Gras a dit à Slughorn:
« - Annonce pas pour lui, Horace. Laisse-le se mouiller… »
 
Gloups… QUOI?
 
En vrai, je comprenais plus rien au jeu. En fait, je ne l’avais jamais compris mais voir Slughorn et le Moine Gras se hurler dessus, valait bien son pesant d’or.
 
Flitwick a lancé les dés, Le baron s’est écrié:
« - Grelote ça picote »
 
 Moi, j’ai dit:
« - Non, c’était une Bergamote… »
 
Gné… oui, je pouvais le dire.
 
Bref. 
 
On a fait une pause dans le jeu, j’avais l’impression de voir voler des Cul de Chouette partout, j’ai rebu un verre, Slughorn a rebu un verre, encore un pour moi, et encore un pour lui.
Il va falloir que quelqu’un me porte jusqu’à mon lit. 
 
Bref. 
 
A peine le temps de penser, que le Moine Gras dit:
« - On fait pas un Cul de Chouette sur une relance de Quatorze ! »
 
J’ai pensé: 
« - On fait pas de Cul de Chouette tout court »
 
Mais j’ai dit:
« - Ça  dépend du cul? »
 
Oui sérieusement j’ai dit ça!
Slughorn s’est marré, le Moine Gras aussi, moi j’avais envie de vomir, Putain, cette soirée allait mal terminer…
 
 
***

 
 
Voilà, c’était à ça que ma journée avait ressemblé.
 
 
***

 
 
Là, je suis toujours accoudé à la table à gueuler « pas mou, le cailloux » et « Alouette » à tue-tête avec Slughorn et le Moine Gras. Les autres sont partis. Normalement on devrait plus pouvoir jouer car il faut être trois, mais Slughorn joue pour le Moine Gras.
 
• Cul de Chouette! Cul de chouette! Cul de Chouette!
 
Oh putain, il recommence!
Je regarde ma montre vite fait… oh merde, il est déjà une heure du matin.

Je relève la tête, je croise le regard de Slughorn. Il sourit, je souris. Il rit, je ris. Il me regarde, je le regarde et là il me dit:

« - Vous êtes toujours collé deux heures, Pettigrow »

Putain dur…

Bref. 

Je me suis pris une cuite avec mon prof et un fantôme!»
Note de fin de chapitre :

Autant dire que je suis vraiment très angoissé par vos avis sur mon texte. C'est la première fois que j'écris de cette manière, sur de tels personnages, et je ne suis pas du tout satisfaite du résultat mais je pense que c'est surtout par manque d'habitude de lire ce genre de texte... Je vous laisse jugez par vous-même et me dire ce que vous en avez pensé... ; )


Au niveau des inspirations, je vous fait ma petite liste:

- Saison 6, épisode 5 de Kaamelott pour le jeu de Cul de Chouette

- Episodes "J’ai dragué une fille" et "Je remet tout à demain" de Kyan Khojandi

- Mes trois blagues sont signalées d'un astérisme à la fin et apparaissent en italique (Le Hibou pour Le Moine Gras, La Cravate pour Peter, et La Chaise pour Slughorne)
- J'ai quelque peu joué sur la règle des trois personnages afin que mon texte ait vraiment un sens sinon c'était une vrai catastrophe ambulante.


Maintenant vous savez tout et je vous laisse découvrir les autres participations pour ce concours! ; )
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.