S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Le Mensonge de Lupin par Princesse

[16 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour tout le monde!

Je vous poste, enfin, ma participation au concours d'un Personnage à l'Autre de Labige, en espérant que cela vous plaise.

Le but de ce concours:

- Ecrire sur un moment du canon du livre, un passage d'un POV d'un personnage autre que celui du Trio d'or.

- Le passage en question devra faire au moins 500 mots, dans une participation qui en fera 1000 au minimum.

- Une description, libre, d'un des personnages du Trio devra être ajouté.

- Choisir de placer au moins 3 mots parmi les 10 suivants: éclore - mètre - port - exclusif - poil -converser - étoiler - chlorophylle - arachide - fiole


Note de chapitre:

Pour ce concours, j'ai choisi d'écrire du POV externe de Remus Lupin, lorsqu'il se fait appeler par Severus Rogue dans son bureau après que ce dernier ait convoqué Harry au sujet de son éventuel escapade à Pré-au-Lard.

La scène se déroule dans le chapitre 14 (La rancune de Rogue) du tome 3 de Harry Potter, et toutes les phrases écrites en italiques sont tirés du livre, donc de JKR.

J'ai utilisé les 10 mots proposés, que vous retrouverez soulignés dans le texte.

Ma description est celle de Harry Potter à travers les yeux de Remus Lupin.


Je crois que c'est à peu près tout en ce ce qui concerne mon texte. Alors je vous dis bonne lecture et on se retrouve en note de fin, comme d'habitude...
 
 
Installé sur le vieux fauteuil en velours pourpre, face au bureau d’Albus Dumbledore, Remus Lupin avait l’impression d’avoir de nouveau quinze ans… Le souvenir des rares moments où il se faisait convoquer pour des bêtises avec les Maraudeurs, lui revint en tête. De manière assez amère, il devait bien se l’avouer.
 
Albus se pencha légèrement par-dessus son bureau, et répéta sa question.
Le professeur Lupin, trop absent, n’avait pas entendu la première fois. Bien trop occupé à regarder fixement les cartes d’astronomie, collées au mur, alors que son cerveau se perdait dans les méandres de sa mémoire.
 
- Alors, Remus?
 
Ce dernier sursauta, légèrement, avant de se rappeler la raison de sa venue ici. Dumbledore voulait s’assurer qu’il avait bien arpenté tous les passages secrets de l’école à la recherche d’une quelconque trace, ou d’un quelconque passage, de Sirius Black. 
Depuis que ce dernier avait réussi à franchir la garde de Détraqueurs, postée à moins de dix mètres des murs du château, tout le monde se trouvait être sur les dents… Converser sans relâche sur ce sujet, n’avait pas l’air de les épuiser. Et Remus Lupin, en tant qu’ancien acolyte, s’était vu attribuer la mission d’empêcher que cet incident, catastrophique, voire hautement dangereuse, ne se produise une seconde fois.  Détestant ainsi le directeur Dumbledore pour lui remettre, inconsciemment, en tête son adolescence qu’il tentait vainement d’oublier.
 
Oublier la mort de ses trois meilleurs amis; oublier la mort de ce pauvre Peter, tué par son autre meilleur ami. Sirius. Ce nom empreint de tant de souvenirs et qui devait simplement étoiler le ciel, et non pas la mémoire de Remus.
C’était assez difficile pour lui de supporter tout ça, surtout depuis que Harry Potter était dans sa classe en cours de Défense Contre les Forces du Mal. Un mélange quasi parfait de James et Lily Potter. De quoi lui donner le tournis plus d’une fois.
 
Le professeur Lupin secoua nerveusement la tête, signifiant clairement au directeur, qu’il n’avait repéré aucune trace de Sirius Black dans les parages. Inutile de préciser que quelques traces de pattes de chien recouvraient les murs d’un des passages secrets. Tout comme les touffes de poils coincées entre les dalles, les empreintes dataient du soir d’Halloween. Et puis personne ne l’aurait pris au sérieux pour l’histoire de l’animagus non déclaré… Remus en était persuadé ! Pire, il savait qu’en disant cette vérité, il trahirait la confiance de Dumbledore quant à son passé d’adolescent. Et ça lui était insupportable. La confiance d’Albus restait ce qu’il avait de plus précieux. 
 
Il se leva et prit rapidement congé du directeur, souhaitant retourner dans sa salle de classe le plus rapidement possible. Une quantité astronomique de devoir sur les vampires l’attendait sur son bureau et il devait s’y mettre rapidement pour oser espérer les rendre aux élèves avant la fin de la semaine prochaine.
 
Une fois arrivé dans son bureau, Remus se laissa choir sur sa chaise, attrapant au passage un bonbon à la chlorophylle qu’il mastiqua lentement, les yeux rivés au plafond. 
Arriverait-il, un jour, à avouer la vérité à Harry ? Toute la vérité ?
 
Malheureusement, le sorcier ne put s’étendre d’avantage sur cette question qui le taraudait depuis son entrée dans le corps professoral. Un tourbillon épais et brillant venait de sortir de sa cheminée, s’engouffrant dans les moindres recoins de la petite pièce qui lui servait de bureau, l’engloutissant presque instantanément. 
 
A l’intérieur de toute cette émanation scintillante, il reconnut le visage de Severus Rogue, à l’aspect zébré et flou, entrain de l’attendre dans son propre bureau. 
 
- Lupin ! tonna Rogue. Je voudrais vous demander quelque chose.
 
Remus soupira, se demandant encore ce que son ancien camarade pouvait lui vouloir. Cela devait sûrement être au sujet de Black… ou de Harry ! Ce pauvre gamin s’était vu devenir le souffre-douleur exclusif du sarcastique professeur des potions juste parce qu’il était le fils de son ancien ennemi, et de son ancien amour aussi… chose qui était difficilement concevable pour lui, Remus le comprenait tout à fait. 
 
Il s’engouffra dans la cheminée, les énormes flammes léchant agréablement son visage et ses bras, et en ressortit quelques secondes plus tard, se retrouvant alors dans le bureau de Rogue, poussiéreux et humide à souhait.
Remus n’aimait pas se retrouver là. Déjà en raison de l’infâme odeur qui y régnait, en raisons des nombreuses fioles ouvertes sur les étagères, et parce qu’il ne s’était jamais senti à l’aise avec Severus. Surtout depuis la fois où il avait tenté de le dévorer sous sa forme de loup-garou. Il y a de cela une bonne quinzaine d’année. 
Comme le temps passait vite…
                             
- Vous m’avez appelé, Severus ? demanda Lupin, timidement, en époussetant sa veste en tweed. 
 
Du coin de l’œil, Remus se rendit compte que son collègue avait le visage encore plus blafard que d’habitude, lui conférant un aspect cadavérique, et cela même avec ses cheveux aussi suintants que l’huile d’arachide
 
Derrière Rogue, se trouvait Harry Potter, aussi blême que le fantôme de Nick quasi sans tête, et Remus sut à la seconde où il le vit baisser, honteusement, la tête que sa seconde théorie avait été la bonne. Rogue l’avait bel et bien appelé au sujet de sa bête noire. 
 
- En effet, déclare Rouge, la mine furieuse. Je viens de demander à Potter de vider ses poches et voilà ce qu’il s’y cachait.
 
Rogue attrapa un parchemin jaunit, vieux de quelques dizaines d’année, sur son bureau, entre des œufs de têtard sur le point d’éclore, et quelques racines de mandragore, et le tendit à Remus, de manière dédaigneuse.
 
L’ancien Gryffondor sentit son cœur louper un battement lorsqu’il reconnut la fine écriture de James sur le parchemin. La carte du Maraudeur. Il ne l’avait pas revue depuis que Rusard leur avait confisqué, un soir de printemps 1978. Cela lui paraissait si loin, que Remus eut l’impression que ce souvenir ne lui appartenait pas. Ou plus tout du moins.
 
A la surface de la carte, l’écriture étriquée de son ancien meilleur ami s’étalait sur toute la couverture.
 
« Mr Lunard présente ses respects au professeur Rogue et lui demande de bien vouloir cesser de métros énorme nez dans les affaires d’autrui…
 
Lunard? Depuis quand ne l’avait-on plus appelé de cette manière? 
Depuis cette fameuse nuit du 31 octobre 1981. Remus s’en rappelait comme si c’était hier.
 
…Mr Cornedrue approuve Mr Lunard et voudrait ajouter que le professeur Rogue est un horrible crétin…
 
Du James tout craché, il devait le reconnaître. Il ne supportait pas Severus, même si le temps l’avait rendu plus mature à ce sujet-là.
 
…Mr Patmol voudrait faire part de son ébahissement à la pensée qu’un tel imbécile ait pu devenir professeur…
 
Patmol… ce surnom aussi lui semblait sortir d’outre-tombe. Sauf que ce n’était pas de la peine qu’il ressentait à ce moment-là au plus profond de son âme. C’était de la colère. Colère qui venait de s’accentuer lorsqu’il laissa traîner ses yeux sur la dernière phrase de la carte.
 
…Mr Queudver souhaite le bonjour au professeur Rogue et lui conseille de se laver les cheveux s’il veut cesser de ressembler à un tas d’ordure. »
 
Le petit Peter avait été sans nul doute le plus gentil et le plus brave d’entre tous. Sa mort funeste, abattu de la main de ce traître de Black, lui donnait le tournis.
 
-  Alors? demanda Rogue.
 
Le professeur Lupin plia nerveusement la carte, tentant de ne rien laisser paraître, avant de se retourner vers Rogue et Harry, toujours tapie dans un coin de la pièce. Il releva timidement ses grands yeux vers ses enseignants et Remus fut frappé par l’intensité de son regard. Profond et impénétrable, d’un vert si pure qu’on avait l’impression de contempler deux émeraudes scintillantes. C’était les yeux de sa mère qu’il voyait sur ce visage fin. Les yeux de Lily. 
Et le visage de James. Fin et anguleux mais assez carré au niveau de la mâchoire. 
Il avait aussi la chevelure de son père. Incoiffable et perpétuellement en bataille, ses cheveux couleur de jais retombaient sur son front, cachant ainsi sa fine cicatrice en forme d’éclaire, et s’amassait en épi à l’arrière de son crâne. Coiffé ses cheveux se soldait toujours en un pitoyable échec, Remus le savait très bien. N’avait-il pas observé, moqueur, James Potter passer des heures devant la glace pour tenter de discipliner un minimum sa tignasse pour plaire à la jolie Lily Evans?
 
Le professeur Lupin rencontrait de plus en plus de difficulté pour taire son passé hurlant de souvenirs.
 
Tout en Harry Potter lui faisait rappeler, constamment, James et Lily.
Son sourire en coin. Son petit nez. La finesse de ses traits.
C’était un mélange parfait de ses parents, Remus l’avait noté dès sa première rencontre dans le Poudlard Express. 
Même son port de tête altier faisait douloureusement écho à celui qu’avait sa grand-mère paternelle, Charlotte. Tout comme la dureté de ses sourcils et de ses pommettes lui faisait rappeler ceux de son grand-père Henry. Il n’y avait que ton teint clair qu’Harry partageait avec sa famille maternelle, autre que ses yeux. Ah si. Il y avait son rire. Rauque et contagieux. Le même que celui de sa mère d’ailleurs… Encore un des nombreux traits qu’il partageait avec ses parents. Surtout en ce qui concernait son côté aventurier et son don immuable pour s’attirer des ennuis… Ça, c’était une nuance de sa personnalité qu’il partageait exclusivement avec son père. En revanche, il avait hérité de l’introvertisme de sa mère. Avec la gente féminine, c’était loin d’être gagné!
 
- Alors ? s’impatienta Rogue, en arquant un sourcil. De toute évidence, ce morceau de parchemin déborde de magie noire. Vous êtes censé être un expert en la matière, Lupin. Où pensez-vous que Potter ait pu se le procurer ?
 
Remus sortit de sa rêverie et reporta son attention sur la carte du Maraudeur toujours entre ses mains. Il devait laisser James et Lily, et tous ses souvenirs, là où ils étaient pour se concentrer uniquement sur le présent, et les gros soucis qu’allaient avoir Harry si Remus ne trouvait pas une contre-attaque contre la ténacité de Rogue.
 
Il ancra de nouveau ses yeux noisette dans ceux, tétanisés de son élève, lui intimant l’ordre muet de se taire quoi qu’il dise à son professeur des Potions.
 
- De magie noire, répéta timidement Remus, l’air faussement étonné. Vous croyez vraiment Severus? A mon avis, c’est simplement un morceau de parchemin qui insulte quiconque essaye de le lire. Puéril, mais certainement pas dangereux. J’imagine que Harry a dû trouver ça dans un magasin de farces et attrapes.
- Vraiment ? s’étonna Rogue, les traits toujours aussi figés par la fureur. Vous croyez qu’un magasin de farces et attrapes pourrait fournir un tel objet ? Vous ne croyez pas plutôt qu’il l’a obtenu directement de ceux qui l’ont fabriqué ?
 
Le professeur de Défense Contre les Forces du Mal prit un air étonné, espérant ainsi duper son collègue et fut assez surpris du résultat. Il savait pertinemment que Severus n’était pas le crétin qu’ils avaient pensé plus jeune, mais de là à s’imaginer ce que le parchemin contenait réellement, était une toute autre affaire.
 
- Vous voulez dire de Mr Queudver ou de l’un des autres ? demanda Remus, les sourcils arqués. Harry, connaissez-vous l’un de ces messieurs ? reprit-il en s’avançant vers le jeune adolescent.
- Non, répondit-il, assez confiant.
 
Habituellement pas aussi à l’aise dans le mensonge, Harry fit tout de même de son mieux pour afficher une mine au minimum crédible. En soi, il n’avait pas réellement mentit à son professeur. Et ce dernier le savait très bien. C’était impossible que le jeune sorcier ait connaissance de l’identité secrète des Maraudeurs, et donc la sienne, celle de son père, et surtout celle de Black. Ça l’achèverait de savoir que ses parents avaient été assassiné à cause de la trahison de leur meilleur ami. 
 
- Vous voyez bien, Severus ? souligna Remus, en tournant la tête vers Rogue. J’ai bien l’impression que ça vient de chez Zonko…
 
Mais Remus ne put terminer sa phrase que la porte du bureau de Rogue, s’ouvrit à la volée laissant alors dépassé la tête rougeâtre de Ron Weasley, avant que le reste de son corps, grand et disproportionné, ne rentre entièrement dans la petite pièce circulaire.
Il était à bout de souffle tant il paraissait avoir couru à en perdre haleine et l’espace d’un moment le professeur Lupin s’inquiéta des mots qu’allait pouvoir prononcer le meilleur ami de Harry. 
Il n’était pas reconnu pour son tact légendaire, ni pour sa passion de la finesse.
En somme, c’était un Weasley, et Remus aurait sûrement sourit à la situation s’il n’avait pas eu les lèvres aussi pincées. 
 
- C’est…moi…qui…ai…donné…ce…truc… à Harry, expliqua difficilement Ron, haletant. Je… l’ai…acheté…chez…Zonko… Il y a… très… longtemps.
 
Remus suivait la respiration irrégulière, et horriblement sifflante, du jeune gryffondor, d’un mouvement de la tête avant de réaliser que son intervention avait réellement contribué à aider son meilleur ami. Et non à l’enfoncer comme il était coutume lors de situation aussi bancale et fastidieuse.
 
- Vous voyez ? annonça Lupin, le visage terne mais ravi. Voilà toute l’explication. Je vais m’occuper de cet objet, Severus, d’accord ?
 
Le professeur Lupin tenta d’afficher une mine concentrée, rangea la carte soigneusement à l’intérieur de sa poche interne et se retourna vers les deux Gryffondor, encore plus pâles que d’habitude.
 
- Harry et Ron, venez avec moi, annonça Remus. J’ai quelque chose à vous dire en ce qui concerne votre devoir sur les vampires. Excusez-nous, Severus.
 
Il prit congé de son collègue et ouvrit la porte du bureau, invitant les deux jeunes sorciers à sortir de la pièce, évitant tout deux le regard pénétrant et glacial de leur professeur de Potions.
 
Un silence de plomb s’installa entre eux trois. S’intensifiant au rythme de leur pas, et cela jusqu’à arriver dans le hall d’entrée, avant les escaliers menant à la grande salle. 
Remus voyait bien que Harry avait quelque chose d’assez lourd à se reprocher. A commencer sûrement par ses petites escapades nocturnes grâce à la carte du Maraudeur. Ses yeux verts étaient toujours rivés sur le sol, source de grand intérêt dans ce genre de moment.
 
Le professeur de Défense Contre les Forces du Mal eut soudainement envie de s’arrêter, là en plein milieu du couloir, et de lui dire que ce n’était pas si grave, qu’il avait eu de la chance… Mais ce n’était pas le cas, et Remus le savait très bien.
Sirius Black traînait toujours dehors à l’affût du moindre faux pas pour mettre la main sur le jeune Potter et éliminer le fils comme il avait vendu le père. Cette idée était tout bonnement insupportable. Alors Remus serra les dents, prêt à ne pas laisser passer cette légèreté qu’avait fait preuve son petit protégé, au sujet de sa sécurité.
 
- Professeur, je…, commença Harry, la voix tendue mais chargée d’excuses. 
- Je ne veux pas entendre d’explication, répliqua sèchement Remus, les yeux fixés droit devant lui.
 
Ce type de sécheresse et de ton cassant étaient assez rares chez lui. D’un naturel timide mais avenant, Remus avait l’impression d’étoffer le mystère autour de cette carte. Et il avait peur que Harry ne comprenne pas la gravité de la situation s’il ne tentait pas de lui en expliquer un minimum les raisons.
 
- Il se trouve que je connais l’existence de cette carte, expliqua Remus, dans un sombre murmure. Oui, je sais qu’il s’agit d’une carte, insista-t-il d’un geste impatient de la main lorsqu’il avait croisé les yeux stupéfaits de Harry. Et je sais aussi que Rusard l’a confisquée il y a de nombreuses années. Je ne veux pas savoir comment elle est entrée en votre possession. Je suis en revanche stupéfait que vous ne l’ayez pas remise à l’un de vos professeurs, gronda Remus, les sourcils froncés. Surtout après ce qui s’est passé la dernière fois qu’un élève a laissé traîner des informations confidentielles.
 
Remus vit le Gryffondor ouvrir la bouche mais ne lui laissa pas le temps de s’exprimer; comprenant très bien où il voulait en venir… Il était bien le digne fils de son père!
 
- Et je ne peux pas vous la rendre, Harry, soupira Remus, plus calmement. 
 
Les deux sorciers restèrent muets sous l’aura imposante de leur professeur, mais ce dernier saisit rapidement que Harry ne comptait pas en rester là. Ses sourcils jais s’incurvèrent vers le bas, pensifs.
 
- Pourquoi Rogue a-t-il cru que je l’avais obtenue directement de ceux qui l’ont fabriquée ? demanda Harry, en relevant le visage vers Lupin.
- Parce que…, hésita Remus.
 
Devait-il avouer la vérité à Harry? Lui dire qui était les Maraudeurs? Lui dire qu’il était Lunard, et que Cornedrue était son père ?
Pendant l’espace de quelques secondes, Remus vit le fantôme de James et le sien, arpenter les couloirs de cette école. Ce même couloir où il était à présent.
Fiers et talentueux, ils se prenaient réellement pour des rois. Et puis arriva la bouille ronde et timide de Peter, et celle plus majestueuse de Black.
 
Si Remus devait avouer la vérité à Harry, il devrait lui dire que Patmol était Black, le meilleur ami de son père. Son frère de cœur. Son assassin! Et ce n’était pas possible… ce n’était pas possible sans expliquer l’histoire, toute l’histoire. 
Harry n’était pas encore prêt à l’entendre, ni Remus à la raconter.
 
- Parce que, reprit Remus en s’éclaircissant la voix, ceux qui ont établi cette carte auraient pu avoir pour but de vous attirer hors de l’école. Sans doute auraient-ils trouvé cela très amusant.
 
Et Black en aurait profité pour décimer le dernier membre de la famille Potter. A la gloire de Voldemort ! 
 
D’ailleurs, plus Remus y pensait et plus il se dit que Black avait dû récupérer la carte du Maraudeur dans le bureau du concierge et l’a laissé bien en évidence pour que Harry la trouve.
Heureusement, il était arrivé à temps, grâce à Rogue, pour récupérer cette maudite carte et protéger Harry de Black.
 
- Vous les connaissez ? questionna Harry, l’air impressionné.
- Nous nous sommes déjà rencontrées, expliqua vaguement Lupin, le regard ailleurs.
 
Ça lui paraissait être tellement loin dans ses souvenirs que parfois il avait l’impression de ne pas en voir le bout. C’était étouffant et éreintant comme sensation. Celle d’être perpétuellement comprimé dans un brouillard épais et asphyxiant.
 
Il vit passer un sourire sur la fine bouche de Harry. Il paraissait plus serein et Remus fronça les sourcils. Cet enfant n’allait en tirer donc aucune leçon ? 
 
- Ne vous imaginez pas que vous pourrez à nouveau compter sur moi pour vous tirer d’affaire, Harry, prévint Remus. Je n’arriverai sans doute pas à vous faire prendre Black au sérieux, mais j’aurais pensé que ce que vous avez entendu chaque fois que vous vous êtes trouvés à proximité d’un Détraquer aurait eu d’avantage d’effet sur vous, poursuivit-il, le visage fermé, les traits tirés.
 
Utiliser la carte de ses parents décédés, et notamment celle des derniers moments de vie de Lily, était quelque chose qui le répugnait. Il en avait honte. Mais plus que tout, plus que ça, Remus désirait que Harry comprenne que Sirius Black n’était pas à prendre à la légère. Bien au contraire… Et s’il fallait lui parler des hurlements et des cris de sa mère au moment de sa mort, Remus le ferait. Il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour protéger le fils de ses meilleurs amis.
 
- Vos parents ont donné leur vie pour sauver la vôtre, Harry, insista difficilement Remus, la gorge nouée. Vous avez une drôle de façon de leur exprimer votre gratitude… Prendre le risque de réduire à néant leur sacrifice pour le simple plaisir d’aller acheter un sac de farces et attrapes…
 
Mais Lupin ne réussit pas à aller au bout de sa phrase, au bout de sa remontrance.
Il sentit les larmes inonder ses yeux et s’éloigna à grand pas, laissant alors Harry, honteux, avec son ami Ron.
 
Remus se précipita à l’extérieur du château, et huma un grand bol d’air, attendant que les larmes cessent de couler d’elle-même sur ses pommettes creuses. James et Lily lui manquaient terriblement. Plus que jamais alors qu’il était ici, seul, à Poudlard. Pourtant ce qui le faisait tenir n’était pas de penser au Potter. C’était la volonté de protéger Harry Potter des griffes de Black qui le maintenait fermement debout.
 
Alors le professeur Lupin, rebroussa chemin et se dirigea vers son bureau prêt à étudier la carte du Maraudeur. 
Note de fin de chapitre :

Merci à tous ceux qui ont pris le temps de lire mon modeste OS et participation au concours de Labige. N'hésitez pas à relire la version originale de JKR, c'est un vrai plaisir!

J'attends vos retours avec impatience! et vous conseille fortement de lire les autres participations du concours, dans la série.

Et je remercie ma bêta Sarah_Valentin pour tout le travail qu'elle accomplit avec moi!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.