S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Deux enfants par weasley16

[4 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

hebergement d'image

Note de chapitre:

OS écrit dans le cadre du Jilyoctober 2015. Je pense qu’après celui-ci deux ou trois autres OS suivront, mais comme je ne les aie pas encore écrits…. Je ne promets rien ! :D

 

Le titre de cet OS vient d’une série de mots que princesse à proposé pour aider les auteurs en panne d’inspiration comme moi, donc… merci princesse :)

Et merci à Lucette pour ses très bon conseils :)

Lily se tourne, se retourne, s’agite, remue.Son lit est devenu une prison et la couverture, envahissante, agressive, le geôlier à combattre. Ses pieds s’énervent, se balançant en l’air dans un mouvement désordonné, tentant de repousser cette couette si étouffante. Elle se lève avec agacement. Inutile d’essayer de trouver le sommeil désormais. Le temps passe. La panique monte.


« Ne t’inquiète pas, essaye de dormir. » Qu’il lui avait dit ! Dormir ! Comment avait-il pu songer un seul instant qu’elle parviendrait à dormir ? Cela faisait maintenant des heures qu’elle ruminait, des heures qu’elle guettait le moindre bruit, des heures depuis qu’il était parti.


« Quel culot, tu ne trouves pas ? Il pensait vraiment que toi et moi allions boire notre petite tisane puis qu’on irait gentiment se coucher, un livre à la main ? » Lily s’adresse à son ventre avec amour, le caressant avec des gestes affectueux. Il est énorme désormais. Cela fait plusieurs mois qu’elle ne peut plus distinguer ses pieds. Elle ne l’aimait pas beaucoup au départ, ce gros ventre lourd et disgracieux, et maintenant, c’est ce qu’elle a de plus précieux.


Elle parcourt la chambre sombre de ses yeux verts, à la recherche d’un élément auquel elle pourra se raccrocher, qui pourra calmer le désordre qui affole ses pensées. Mais cette pièce est désespérément vide. Un lit. Une armoire. L’écharpe de James posé sur une chaise bancale. La photo de leur mariage qui trône sur la table de chevet en bois brute et enfin, une énorme valise qui occupe la moitié de la chambre. Des mois qu’ils la traînent partout cette valise. Au début, Lily trouvait ça presque amusant. C’était l’aventure, le voyage, de nouvelles rencontres sans cesse. Il y avait  la guerre, les mangemorts, les morts… mais être tout le temps en vadrouille permettait de ne pas trop y penser. Parfois, ils vivaient avec d’autres membres de l’ordre, Sirius, Dorcas, Alice et Franck, parfois aussi, ils restaient seuls.


Mais maintenant… maintenant ses maisons au murs vides, ses appartements presques morts, ses chambres silencieuses lui pesait sur le cœur. Au départ, James et elle accrochaient des photos sur les murs, elle affichait des posters de ses groupes de musique moldus préférée, des peintures qu’elle aimait. Ils remplissaient les bibliothèques désertes de leurs livres. Mais a présent, ils n’avaient plus le courage. À quoi bon, si c’était pour repartir la semaine suivante ? Elle avait adoré leur dernière demeure. Une petite maison dans un village moldu. Ils y étaient restés un bon mois et elle commençait à se sentir chez elle. Mais Dumbledore avait jugé qu’il était plus précautionneux de les faire changer d’endroit. Pourquoi s’acharnait-il à les faire bouger aussi souvent ?


— Il va falloir qu’on te trouve un chez-toi. Au diable Dumbledore. Dit-elle distraitement, s’adressant à son ventre. « Et un prénom aussi. On ne va pas pouvoir continuer à t’appeler bébé toute la vie. »


 Elle se risque à jeter un coup d’œil par la fenêtre, mais la rue est toujours désespérément déserte. Elle sent son cœur picoter, mais tente de repousser toute idée néfaste de sa tête, agitant ses longs cheveux roux. James va bientôt revenir. Elle en est certaine. Il va arriver, un large sourire aux lèvres, attendri devant l’inquiétude de Lily, peut être une veste déchirée et les membres endoloris, mais heureux d’avoir remporté une victoire sur l’adversaire.


C’est une des nombreuses qualités de James. Il ne baisse jamais les bras. Plusieurs fois, Lily aurait voulu abandonner, se réfugier dans ses draps et pleurer toutes les larmes de corps. Ils ont connu tellement de malheur… La mort de leurs parents, de certains de leurs amis, la déception face à un avenir qui se ferme de plus en plus. Mais James ne lâche jamais prise. Chaque combat est une victoire possible qui le réjouit, chaque mission une aventure qui vaut la peine qu’on prenne tous les risques. Bien sûr, il est inquiet. Qui ne l’est pas ? Mais il est confiant. Il donne à Lily la force d’y croire. Les nuages allaient bientôt s’évanouir laissant apparaître un radieux soleil et leur bébé pourrait gouter à la joie d’une vie paisible.  Il va revenir, c’est certain. Rien ne peut tuer James.


Le bébé donne un léger coup dans le ventre de Lily et elle sursaute.


« Toi aussi tu détestes cette attente, pas vraie ? “Il ne faut pas que tu sortes, c’est pour la sécurité du bébé et la tienne”. Blablabla. Pour qui nous prennent-ils ? On est assez apte pour se battre toi et moi, non ? »


Le bébé donne un second coup et Lily sourit face à ce qu’elle interprète comme un signe de soutien.


Elle s’est battue encore quelques mois après l’annonce de sa grossesse. Au départ, seuls les maraudeurs étaient au courant et Dumbledore  persistait à lui confier des missions. Maintenant, James et lui refusent qu’elle soit mêlée à quoi que ce soit concernant l’ordre.


 Elle ne peut supporter d’attendre sans pouvoir agir. Elle ne peut supporter d’être si inutile quand tous ses amis luttent en permanence. Enfin, elle ne peut supporter ses soirées d’angoisses ou elle voit James partir, mais ne le voit pas revenir.


Un petit bruit de pas derrière la porte d’entrée attire son attention. Son visage s’étire, elle sent son cœur vibrer d’espoir, et la main tenant fermement sa baguette elle s’avance précipitamment.


« Qui est là ? » Elle ne veut même pas entendre la réponse. Elle brûle de pouvoir saisir cette fichue poignée et d’étreindre celui qu’elle aime.


« James Potter, époux de Lily Evans. »


Plus de doute possible. Une bouffée d’allégresse empourpre le visage de Lily et elle ouvre la porte avec vacarme se jetant dans les bras de son mari.


Celui-ci grogne. « Tu as oublié de me poser une question Lily. J’aurais pu être un mangemort sous polynectar ou avoir fait un sort de variation vocale. Respecte les consignes de l’ordre, c’est pour ta sécurité. »


Lily s’étonne. Il semble maussade, ce n’est certainement pas dans les habitudes de James de faire des remontrances sur le manque de prudence de qui que ce soit.


Lily prend le temps de dévisager son époux. Comme elle l’imaginait, il a une longue estafilade sur la joue gauche. Ses vêtements sont tachés par un mélange de boue et de sang. Elle ne s’en inquiète pas, il revenait  dans cet état après chaque match de quidditch. Ce qui l’effraie ce sont ses yeux, ses yeux noisette qui ont pâli sous le poids de la tristesse,  ses yeux si combatifs qui ont perdu leur énergie et leur éclat joyeux. Ses yeux qui sont à moitié voilés par ses paupières qui s’affaissent, par  des volutes de fumée mauvaises qui rongent son courage.


« Qu’est-ce qui se passe ? » s’écrit Lily. Aussitôt dans sa tête, de nombreux noms résonnent. Sirius, Remus, Dorcas, Peter… Non, cela ne peut pas être l’un d’eux.  Aucun d’eux ne peut mourir. Elle secoue  James par la manche avec frénésie, mais celui-ci reste stoïque. Soudainement, son bras se dresse dans les airs et il se détache d’un geste violent de Lily, ignorant son regard, lui tournant délibérément le dos , il se dirige vers leur chambre, se débarrasse de sa veste tachée, et s’allonge sur le Lit.


Lily éructe. Elle sent  la pression qui tape  en permanence contre son cœur remontez jusqu'à sa gorge, puis, jusqu'à ses narines, pour finalement s’échapper sous la forme de grosses larmes par ses yeux. Elle se précipite à la suite de James, dans un mélange de désespoir et de colère. Pourquoi ne dit-il rien ? Il doit lui dire ! Elle se prépare à lui hurler dessus, mais aucun son ne franchit l’ouverture de ses lèvres. James est allongé, le visage caché par son bras. Il pleure. James pleure. Lily se sent mourir. Ils viennent encore de perdre l’un des leurs.


« C’est Harry. » Dit enfin James . « Harry McKinnon. Il est mort. ILS l’ont eu. Pendant notre mission, c’était un piège, ils savaient.» Lily accuse le choc. McKinnon était un grand gaillard, toujours jovial qui avait étudié à Poufsouffle  quelques années avant eux.  Il avait ensuite épousé Marlène, une fille exceptionnellement douée, dont Lily avait admiré les performances au tournoi de métamorphose annuelle lorsqu’elle était en septième année et qu’elle venait  à peine de rentrer à Poudlard.  Deux enfants et cinq ans plus tard, ils avaient rejoint l’Ordre.


« Et Marlène...  Et leurs filles ? » bégaie Lily. James lui répond par la négative. Elles n’ont rien. Il reste tout deux silencieux pendant de longues minutes et Lily vient doucement rejoindre James pour l’enlacer. Elle sent l’horrible culpabilité frappé hargneusement contre son crâne lorsqu’un sentiment de soulagement lui réchauffe presque le ventre. Lily et James les connaissaient à peine. Ce n’est pas comme si c’était Sirius ou bien… Lily se refuse de raisonner ainsi et elle secoue la tête avec frénésie. C’est exactement ce que Voldemort voudrait qu’elle pense.


James, lui, continue de hoqueter, tentant de dissimuler une angoisse plus profonde, une peur plus terrible encore. Mais Lily comprends son bien-aimé et elle sait qu’il n’a pas tout dit. D’une pression sur l’avant-bras, elle le pousse à poursuivre.


« Je me dis... S’il t’arrivait quelque chose. » Il respire difficilement, les paupières comme scellées. « Tout seul, je n’y arriverais pas. » La dernière phrase semble avoir été la plus pénible à dire, et cette fois-ci il s’accroche désespérément à Lily, cache sa tête dans son coup. Lily peut sentir la chaleur de ses larmes coulée le long de son épaule. « Je n’y arriverais pas tout seul. » Lily est presque rassurée. Il a mis des mots sur l’angoisse qui la tiraille aussi. Sur l’impression d’être perpétuellement en équilibre sur un fil qui menace de se briser. De la peur de la solitude, cette ennemie terrible, plus terrible encore que la mort. L’instant passe.


« James… » murmure tendrement Lily. « Qu’est ce que tu penses du prénom de Harry ? » Elle désigne son ventre. C’est sorti tout seul de ses lèvres charnues. Une impulsion soudaine. James ne comprend pas. Il la regarde presque énerver. Comment peut-elle dire ça alors qu’il partage son angoisse la plus profonde ?


« Où tu veux en venir ? » C’est le nom d’un mort. » Ronchonne-t-il.


« Non, ce n’est pas le nom d’un mort. » Réponds ardemment Lily. Une idée, un sentiment plutôt s’est déployé à l’intérieur d’elle et elle parle avec une émotion très vive. « Harry McKinnon se battait parce qu’il voulait un monde meilleur pour sa famille. Ils l’ont peut-être abattu lui, mais ils n’ont pas tué l’amour et l’espoir qu’il a créé autour de lui. Notre bébé… Harry… c’est la preuve que l’amour ne peut pas être vaincu et que quoi qu’il arrive, Voldemort a perdu. Il a perdu depuis toujours. Et nous allons triompher. Harry ne portera pas le prénom d’un mort. Il portera le prénom de la victoire sur le mal. Ils ne peuvent pas… Ils ne peuvent pas nous abattre, tu comprends ? Nous avons déjà gagné quoi qu’il arrive. Il est seul à jamais, et tu ne seras jamais seul. »


Elle l’embrasse et l’y l’embrasse en retour, dans un mélange de larmes et de douceur. Le baiser se fait plus appuyé, plus téméraire, plus tragique également. Ils s’étreignent comme les deux enfants qu’ils sont et qu’ils ne cesseront jamais d’être. Deux enfants qui tentent de donner un sens à tout ce dont le monde est fait.

Note de fin de chapitre :

Coucou, vous êtes encore là ? Donc finalement Harry n’a pas seulement hérité des yeux de sa mère, mais aussi d’un gout douteux en matière de choix de prénom. héhé

 

Je ne suis pas très satisfaite de la fin. Pas du tout contente en verité. J’ai beau la tourner et tourner dans tous les sens, je trouve que quelque chose ne fonctionne pas… Bref, si vot’ bon cœur vous le dit, vous pouvez me laissez une review messieurs dames, ça ne mange pas de pain. :D

(selon moi, James et Lily ne sont pas encore au courant de la prophétie)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.