S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


Répugnante par Javalia

[12 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour!

O.S. en réponse au concours de Weasley16. Le but était décrire un texte de plus de 1000 mots qui s'inspirait directement d'une image choisie ainsi que d'un mot associé.

J'espère avoir réussi le challenge :)

Bonne lecture!

Personne dans la famille Weasley n’avait réellement compris ce qui se passait dans la chambre de Fred et George et personne ne tenait réellement à le savoir. Un étranger n’aurait pas pu imaginer que derrière cette innocente porte blanche régnait un véritable enfer. Il aurait ri qu’une chambre puisse faire surgir un tel sentiment de panique chez les autres enfants Weasley, mais aurait bien vite compris ce dont il en retournait en passant le pas de la porte.

Dans cet endroit, le chaos était roi et maître. Rien ne semblait avoir sa place et les choses semblaient bouger d’elles-mêmes. Il y avait des vêtements partout, des morceaux de parchemin jonchaient le sol et couvraient une immense tâche d’encre que les jumeaux n’avaient même pas essayer de nettoyer, la poubelle débordait d’emballage de bonbons, une collection de cartes de chocogrenouilles était entreposée dans un coin de la pièce et dans l’autre, deux grosses valises étaient remplies de livres d’école et étaient dans un équilibre précaire l’une par-dessus l’autre.

Ce qui était le plus remarquable, c’était que les vacances d’été n’étaient commencées que depuis treize jours. Les jumeaux avaient vécu l’horreur lorsqu’ils avaient découvert que leur mère avait décidé de tout nettoyer entre les vacances de Noël et juin. Mrs. Weasley vivait encore dans une douce ignorance et ne savait pas que ses fils avaient déjà réussis à ruiner des mois de tris, de rangement et de nettoyage. Elle était loin de se douter que le matin du 2 septembre, tout serait à recommencer.

Les autres enfants Weasley avaient d’ailleurs décidé de garder le silence pour éviter de voir leur mère en furie. Ils essayaient d’éviter de la faire crier, car ses cris avaient une particularité; ils les faisaient sentir tous atrocement coupables alors qu’ils n’avaient rien fait de mal.

En ce 13 juillet 1991, les enfants Weasley pénétreraient chacun à leur tour dans l’enfer qu’était la chambre des jumeaux.

Le premier malheureux fut Bill, l’aîné de la famille qui avait pris de petites vacances pour retrouver toute sa famille au Terrier. Bill travaillait en Égypte, là où les sorciers d’une autre époque bien plus sanguinaire et dangereuse avaient jeté bien des sorts sur les pyramides et les tombeaux. Il s’était retrouvé face à face avec de répugnantes créatures, de terrifiantes momies et de monstrueuses araignées, mais à son humble avis, l’Antre de Fred et George était bien pire que n’importe quel tombeau.

Si Bill Weasley était là, c’est qu’il avait besoin de son vieil exemplaire des Sorts et Enchantements niveau 2 qui se trouvait dans les bagages de ses frères. Il y avait fait de précieuses annotations à Poudlard et était désireux de les relire avant de repartir pour l’Égypte demain.

Il avait bien essayé d’obtenir le livre avant un Accio, mais tout ce qui était dans l’Antre ne semblait pas répondre à la magie. Elle était un dragon incontrôlable et indomptable. Bill avait donc dû se rendre dans la chambre puisque les jumeaux étaient partis chez leur ami Lee Jordan et ne pouvaient lui donner eux-mêmes le livre. C’est donc résigné que Bill se mit à la recherche du livre en question.

Répugnant, pensa-t-il en poussant la porte et en constatant l’état de la pièce.

Il fit un pas prudent, s’attendant à ce que quelque chose lui explose à la figure. Après une minute, il se sentit soulagé et se dirigea vers les valises dans le coin de la pièce. Il prit celle du haut et l’ouvrit pour y découvrir de vieilles robes de sorciers dont Ron hériterait probablement cette année et qui étaient recouvertes d’un étrange liquide marron à l’odeur écœurante. Bill retint un haut-le-cœur tout en déplaçant les livres du bout de doigts. Il eut de la peine pour Ron qui devrait les trimbaler l’année prochaine.

Puis, il le vit Le livre des sorts et enchantements niveau 2. Bill le prit et l’ouvrit avant de découvrir avec dépit qu’il ne s’agissait pas de son propre exemplaire, mais de l’autre que sa mère avait dû acheter puisque les jumeaux avaient tous leurs articles scolaires en double. L’aîné continua donc de fouiller dans la valise tout en se pinçant le nez avant d’ouvrir la deuxième.

Celle-ci renfermait des ingrédients pour les potions et plusieurs pots étaient recouverts de quelque chose qui ressemblaient à du vomi de chat. Il n’y avait nulle trace du manuel et Bill, maintenant contrarié, remit les valises l’une par-dessus l’autre sans qu’elles ne menacent de s’écrouler au sol.

- Mais où est-il? marmonna Bill tout en jouant avec le crochet de serpent qu’il avait à l’oreille.

Sa mère avait failli faire une syncope lorsqu’elle l’avait vu quelques jours plus tôt. Fred et George avaient trouvé hilarant que Bill, le merveilleux et parfait Bill, avait pu bouleverser leur mère de cette façon.

Il décida de fouiller sous le lit et eu un sourire triomphant lorsqu’il vit le manuel parmi le bric-à-brac caché – des pots de plantes, un aquarium vide et des boîtes. Il tendit le bras pour l’attraper et sa main toucha autre chose. Il la retira vivement avant de se rendre compte qu’il ne touchait pas autre chose, mais bien quelque chose sur le livre. Du bout des doigts, il prit le livre et l’examina de plus près.

La couverture était couverte de quelque chose de vert, gluant et puant. Bill observa sa main qui était maintenant de la même couleur et qui était très collante.

- De la morve de troll, constata-t-il à voix haute. Dégueu.

Puis, il constata que ses vêtements et ses bras étaient couverts d’une fine poudre brune, de la même couleur du plancher. Très peu curieux de savoir ce dont il s’agissait, Bill s’enfuit prendre une douche, apportant avec lui le fameux ouvrage tout en se demandant quand est-ce que les jumeaux avaient rencontré un troll.

Dans les escaliers, Bill croisa son cadet, Charlie qui avait une mine bien sombre et qui montait l’escalier tel un condamné au bûcher.

- Mon ensemble de polissage à balai est dans la chambre des jumeaux, annonça-t-il.
- Courage. Ce n’était pas si mal. Je sors de là.
- Pas si mal? répéta Charlie, incrédule. Est-ce que tu te rends compte que tu as l’air d’avoir la lèpre? Tu as plein de poudre asséchante sur tes vêtements!
- Bouse de dragon, jura Bill avant de se précipiter à la douche en voyant que sa peau était sèche et rouge.

Charlie soupira longuement devant la porte. En toute logique, l’ensemble de polissage aurait dû être avec les balais, mais Fred ne l’avait pas apporté dans le placard. Charlie avait besoin de l’ensemble aujourd’hui, il repartait en Roumanie dès demain et le pays ne fournissait pas de cire digne de ce nom; la marque la plus populaire donnait au manche à balai une texture glissante et un faux mouvement pouvait provoquer une chute.

Charlie avait parfois une mauvaise estime de lui. Le grand Charlie Weasley ne faisait jamais de faux mouvement. Il aurait très bien pu rester sur son balai avec la mauvaise cire de la Roumanie, mais heureusement pour cette histoire, il tenait à récupérer l’ensemble de polissage.

Alors, Charlie entra dans l’Antre. Il lui semblait que les objets avaient eu un frémissement lorsqu’il avait ouvert la porte, confirmant son impression que la chambre de Fred et George avait une existence propre. Il avança d’un pas silencieux et prudent, comme il était habitué de faire face aux dragons. Mais ceux-ci n’étaient pas aussi imprévisibles que l’Antre.

Répugnant, pensa-t-il.

Charlie observa la pièce des yeux. Les murs étaient recouverts de posters de Quidditch et il y avait une étrange tâche orange sur le mur opposé aux lits superposés. Il essaya de penser comme Fred et George pour découvrir où l’ensemble de polissage pouvait être maintenant. Normalement, il aurait dû se trouver dans leurs valises puisqu’ils l’avaient amené à Poudlard, mais les jumeaux ne connaissaient pas la normalité. C’était quelque chose de trop banal, trop ennuyant pour eux. Alors, il devait chercher au dernier endroit où l’objet convoité devrait être.

Charlie eut une illumination avant d’avancer vers les lits. Il déplaça le chaudron et les fioles qui étaient sur le matelas pour les déposer au sol avant de le soulever. L’ensemble de polissage était là, l’attendant sagement.

Charlie tendit la main pour l’attraper avant de se figer.

C’était facile. Trop facile.

Et il reçut une goutte d’un liquide sur la tête. Puis une deuxième. Et une troisième.
Charlie prit rapidement l’ensemble avant de se déplacer et de regarder le plafond. Il n’avait aucune idée de la substance qui était collé et ne tenait pas à le savoir, mais un coup d’œil au miroir lui révéla l’affaire.

Un jardin de fleur poussait sur sa tête. Ses cheveux étaient verts comme l’herbe et des dizaines de fleurs en tout genre poussaient sur sa tête. Effrayé, Charlie s’enfuit pour trouver Bill qui était beaucoup plus doué que lui en sortilèges.

Percy fut le troisième malheureux à pénétrer dans l’Antre. C’était le voisin de chambre des jumeaux et leur parfait opposé. Alors que Fred et George vivaient dans le chaos, Percy vivait dans l’ordre. Tout était rangé méticuleusement dans sa chambre au grand bonheur de sa mère qui reprochait aux enfants numéro 4 et 5 de ne pas prendre exemple sur le numéro 3.

Dans quelques jours, Percy Weasley apprendrait qu’il deviendrait préfet et devrait revenir dans l’Antre à la recherche de son insigne lorsqu’il l’aurait déposé sur le coin de sa fenêtre après l’avoir astiqué. Mais ça, c’est une autre histoire.

Aujourd’hui, Percy était à la recherche de Croûtard. Celui-ci avait bondit au petit-déjeuner de la table où il avait été installé pour trouver refuge dans les étages. Personne n’avait remarqué encore, mais Croutard était terrifié à chaque fois que Mr. Weasley nommait des anciens Mangemorts ou évoquait Vous-savez-qui. Puisqu’il ne pouvait pas se boucher les oreilles, il se sauvait de la conversation et de son maître également.

Croutard n’était pas le plus brave des rats, il n’était pas le plus intelligent non plus et aujourd’hui, il avait pris refuge dans l’Antre, ignorant visiblement la mauvaise réputation de l’endroit.

Répugnant, pensa-t-il.

- Croutard, l’appela Percy d’un ton pompeux et autoritaire – le même qu’il utiliserait pour appeler les premières années le 1er septembre prochain. Viens ici!

Mais Croutard dormait profondément et ne pouvait entendre le jeune Percy l’appeler. Et même s’il avait pu, il se serait probablement sauver. Il trouvait son maître très barbant et celui-ci avait essayé de lui apprendre divers tours pendant des années avant de finalement abandonner.

Percy fit un pas dans la pièce, agacé par l’attitude de son rat. Il l’avait reçu à la fin de la guerre de la part de sa cousine* et il ne l’avait jamais particulièrement aimé. Percy avait du mal avec les gens (et les rats) qui ne faisaient pas ce qu’il leur ordonnait.

- Croûtard! répéta-t-il, insistant, tout en avançant difficilement dans la petite pièce.

Il y avait une quantité telle de vêtements au sol que Percy ne pouvait l’enjamber. Il posa le pied dessus, se jurant d’ordonner aux jumeaux de faire le ménage. Et c’est alors qu’une odeur sinistre envahi la chambre. Percy leva son pied et avec horreur, réalisa qu’il venait de marcher sur une Bombabouse. Il eut un haut de cœur et vit Croûtard prendre la poudre d’escampette et Percy décida de faire de même.

Personne ne retourna dans la chambre des jumeaux et au déjeuner Bill avait conservé une certaine rougeur, Charlie avait encore les cheveux verts, mais aucune fleur n’y poussait désormais et Percy avait jeté ses vêtements et avait passé une demi-heure dans la douche. Mrs. Weasley semblait indifférente à ce qui était arrivé à ses fils, consciente qu’elle élevait des sorciers et que les accidents étaient monnaie courante dans sa maison. Elle déposa diverses tartes sur la table pour dessert et Ron mangea rapidement, pressé de retourner dehors pour faire un tour sur les balais des jumeaux alors qu’ils n’étaient pas là.

- Oh, Ronnie, avant de sortir, est-ce que tu peux aller chercher mes ciseaux? Ils sont dans la chambre de Fred et George, dit Mrs. Weasley.

Les enfants se raidirent tous.

- Bill n’a qu’à y aller! répliqua Ron, maintenant livide.
- Tu es le premier sorti de table, répliqua sa mère, l’air sévère.

Son ton n’admettait pas la réplique et Ron monta, sentant le regard du reste de ses frères et sœur sur sa nuque.

Tremblant, il poussa la porte et une forte odeur l’assaillit.

Répugnant, pensa-t-il.

La chambre était dans un état immonde et Ron se sentit heureux de rentrer à Poudlard pour être épargné de la nettoyer à nouveau comme après les vacances de Noël de l’année dernière. Il avança à pas feutré vers le bureau, se disant que les ciseaux seraient certainement là.

Il dégagea une pelure de banane et souleva les divers parchemins et vêtements en essayant de trouver l’objet convoité. Le bureau était couvert de vieux devoirs, de notes de cours et d’étranges notes comme saignement du nez ou allonger la langue. Il grogna de frustration alors que sa mère s’impatientait en bas.

Puis, au pied du lit, il vit une boite en fer blanc qui devait contenir de l’encre et des plumes. Pensant que les ciseaux pouvaient se retrouver là, Ron ouvrit la boîte…

Les ciseaux étaient bel et bien là. Mais dans la boite, il y avait également trois grosses araignées velues et bien vivantes.

Ron poussa un hurlement à glacer le sang tout en laissant tomber la boite dans un fracas avant de se sauver et – Merlin, seul, sait comment – tenant les ciseaux de sa mère dans les mains. Celle-ci était furieuse de le voir courir et lui cria qu’il aurait pu se crever un œil en déboulant les escaliers ou même se tuer.

- M’man, je ne trouve plus ma robe rose, est-ce que tu sais où elle est? demanda Ginny en essayant de distraire sa mère pour qu’elle arrête de réprimander son plus jeune fils.
- J’ai vu le chat se promener avec, répliqua sèchement Mrs. Weasley. Tu n’avais qu’à bien la ranger.
- Elle est dans la chambre des jumeaux, murmura Percy, inquiet, se souvenant d’un bout de tissu rose qui recouvrait la Bombabouse.
- Très bien, va la chercher, Ginny, ordonna Mrs. Weasley, ayant tout entendu.

Et Ginny dû visiter l’Antre à son tour.

Ginny allait avoir 10 ans le mois prochain et ses frères trouvèrent bien cruel qu’elle doive affronter l’Antre seule. Mais aucun d’eux n’était prêt à se sacrifier pour elle; tous pensèrent que cette épreuve servirait à forger son caractère. Après tout, même si Ginny était une fille, elle ne devait pas passer son temps à pleurer; ses frères y avaient veillé.

- Je n’ai pas peur de toi, dit-elle à voix haute à l’Antre.

S’armant de tout son courage, Ginny poussa la porte et ouvrit la bouche de stupéfaction en voyant l’endroit. Dire qu’elle allait devoir tout ranger avec sa mère quand ses frères allaient être à l’école! C’était trop injuste!

Répugnant, pensa-t-elle.

L’odeur était à vomir et Ginny traversa l’endroit, décidée, et ouvrit la fenêtre pour que l’odeur de Bombabouse s’éloigne. Elle fouilla les différentes piles de vêtements, réveillant deux crapauds qui faisaient la sieste dans un chapeau en compagnie d’une chocogrenouille, et découvrant des pots de fleurs mortes.

Elle finit par trouver la robe rose en question et descendit, la tête haute sous le regard stupéfait et admiratif de ses frères. Leur petite sœur était remplie de surprise. L’Antre n’avait pas eu raison d’elle.

Alors, lorsque les jumeaux arrivèrent au Terrier, George monta sur son lit, le Balai-Magazine à la main et Fred se laissa tomber sur le lit du bas, tout en mangeant des bonbons.

- Tu ne trouves pas qu’il y a quelque chose de différent? demanda George.
- Ça sent un peu plus mauvais que d’habitude, dit Fred en regardant un petit chaudron bouillir paresseusement tout en prenant une nouvelle dragée.

Et à cet instant, Ginny ouvrit la porte et leur lança un regard à la Mrs. Weasley.

- Avant de rentrer à Poudlard, vous allez rangez cette chambre, sinon, je vous jette un sort, leur dit-elle avant de claquer la porte. C’est trop répugnant.

Les jumeaux se regardèrent, les sourcils froncés.

- Je ne vois pas de quoi elle parle, dit Fred.
- Elle dit ça parce qu’elle n’a pas vu notre dortoir, répliqua George en haussant les épaules. Et puis, je ne vois pas en quoi ça la dérange, ce n’est pas comme si elle venait ici.

Fred approuva tout en continuant de manger des bonbons.

Leur chambre n’était pas répugnante du tout. C’était les autres qui étaient trop propres.
Note de fin de chapitre :

* Vous avez peut-être reconnu Mona Moon :)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.