S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Trou noir par magicalfox

[10 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

J'ai écris un fic sur Albus Potter, une sur la petite Lily, me voici à présent avec une histoire sur le dernier de la fratrie, James. Cela faisait un moment que cette histoire traînait dans ma tête, et le concours organisé par Weasley16 m'a fourni une occasion d'enfin l'écrire. La photo proposée est celle qui m'a permise de commencer ce récit, de lui donner une ligne conductrice. Le concours m'a donc permis de visualiser mon histoire, de lui fournir une ossature. Tout autour autour de cette photo, de ce qu'étaient les enfants Potter. Cela m'a aussi permis de changer le destin de James, que je voulais plus funeste. Peut-être qu'il aura lui-aussi droit à un happy-end.

En espérant que vous aimerez ce texte autant que je me suis amusée à l'écrire, bonne lecture.
Elsa

Bip, bip.

Le son était répétitif, abrutissant, assourdissant dans le silence qui régnait autour de lui. Il avait l’impression de n’entendre que ce bruit, qu’il n’y avait plus que lui au monde. Le son résonnait jusque dans son cerveau, lui donnant le sentiment qu’il émanait de son esprit. Il se répercutait sur toutes les parois de son crâne. Il commençait à avoir mal à la tête à force d’entendre ce bruit.

Et pourtant, après quelques minutes à devoir supporter ce timbre insupportable, il se rendit compte qu’il n’y avait pas que ce bruit qui l’entourait. Il arrivait à présent à percevoir des voix, des mouvements de pas, étouffés certes, mais qui prouvaient qu’il n’était pas tout seul. D’ailleurs, où était-il ?

Il ne le savait pas. Il n’arrivait pas à se souvenir de ce qu’il avait fait avant de se retrouver où il était. Il ne parvenait pas à déterminer dans quel lieu il pouvait être, ni s’il se trouvait bien dans un endroit précis. Tout son corps le faisait souffrir, ses muscles ne répondaient pas aux demandes de son cerveau. Il était cotonneux, comme un malade atteint de la grippe ou comme s’il se réveillait après un long sommeil. Son corps paraissait être enveloppé de coton. Il ne pouvait seulement dire qu’il était allongé sur ce qui devait être un lit, si ses sens ne lui faisaient pas défaut. Tout flottait autour de lui, lui donnant le tournis. Et il n’avait pas encore ouvert les paupières.

Il eut du mal à ouvrir les yeux. Son corps était ankylosé, compliqué à faire bouger. Même quelque chose d’aussi naturel lui demanda un effort énorme. Il dû s’y reprendre à plusieurs reprises avant que son regard puisse se poser sur la pièce dans laquelle il se trouvait. Cette dernière était blanche, très lumineuse grâce à une grande fenêtre sans rideaux par laquelle filtraient les rayons du soleil. La pièce était vide, à part le lit, une petite table de nuit, l’engin étrange d’où sortaient les bips, et une grosse boite noire installée au mur. Il n’y avait que lui dans ce lit blanc.

Il respira profondément, cherchant dans sa mémoire où il était. Mais il n’y avait rien à faire, ses souvenirs refusaient de remonter à la surface. Le pire était qu’il ne se rappelait de rien, ni de son nom, ni de son âge. C’était le vide dans sa tête, le trou noir.

Il se mit à paniquer. A force de fouiller dans son esprit, une forte migraine s’était formée dans sa tête. Il commençait à avoir du mal à garder les yeux ouverts, à respirer, et même à penser. Les bips de la machine à côté de lui résonnaient de plus en plus fort, de plus en plus amplifiés, de plus en plus rapprochés. Il avait envie de la détruire, de faire cesser ce bruit insupportable. Il avait envie de se rendormir, de ne plus penser, d’oublier. Il voulait retrouver l’état magique dans lequel il était avant de se réveiller.

Brusquement, il y eut du bruit dans la chambre. Il n’était plus seul. Une jeune femme brune venait d’accourir, avec d’autres personnes habillées comme elles, d’une blouse blanche. La jeune femme, qui devait avoir une trentaine d’années, lançait des ordres dans une langue qu’il ne comprenait pas. Ce n’étaient que des mots compliqués qu’il ne parvenait pas à saisir. Il se sentait flotter, comme sur un nuage. Les contours devenaient flous. Seul le visage de la jeune femme restait discernable. Il était fin, aux traits bien dessinés. La peau paraissait pâle sous la lumière des néons, mais il trouvait que cela lui allait bien. Cette pâleur lui donnait l’air d’être un être irréel.
Depuis qu’il c’était réveillé, il se sentait enfin bien, en sécurité. Il ne cherchait plus à savoir où il était et ce qu’il faisait là. Il s’en moquait. Seul comptait le visage de la jeune femme, ses ordres qu’elle donnait autour d’elle qui l’apaisait. Il savait qu’il pouvait lui faire confiance. Alors, avec un sourire, il se rendormit, aspiré par l’obscurité qui l’attirait loin de cette lumière et des questions qu’elle apportait.

Lorsqu’il se réveilla, quelques heures plus tard, il faisait nuit. Sa chambre était de nouveau silencieuse, et vide. C’est du moins ce qu’il crut, avant que son regard ne tombe sur le fauteuil qui juxtaposait son lit. La jeune femme en blouse blanche, celle qui avait donné des ordres, dormait dans ce dernier. Son souffle était régulier, presque imperceptible, faisant se soulever doucement sa poitrine enfermée à présent dans un pull à col roulé noir.

Il la regarda dormir pendant de longues minutes, avant que l’étrangère ne finisse par bouger dans le fauteuil inconfortable, et se réveiller. Elle avait des yeux bruns voilés par le sommeil, de grands yeux entourés de longs cils qui lui donnaient l’air d’une biche égarée.
Elle s’étira rapidement, sans dire un mot, avant de se lever et de se poster devant lui.

- Bonjour, dit-elle d’une voix calme, apaisante.

Dès lors, il sut qu’il pourrait la suivre jusqu’au bout du monde, lui confier sa vie. Elle était son nouveau refuge.

- Bonjour, répondit-il, la voix enrouée.

Elle lui sourit, dévoilant des dents parfaites, bien alignées. Il lui sourit en retour, maladroitement.

- Je suis le docteur Elsa Vildestein. Vous êtes à l’hôpital de la Charité, à Berlin. Vous avez été renversé par une voiture dans le centre-ville. C’était cet été. Nous sommes début novembre. Vous avez passé presque quatre mois dans le coma. Votre cerveau a été atteint. Vous souvenez-vous de quelque chose ?

Sa gorge était nouée, il avait du mal à lui répondre. Il ne se souvenait de rien, pas même du prétendu accident. Et qu’est-ce qu’il faisait à Berlin ? Etait-il Allemand ?

- Vous n’aviez pas de papier sur vous, continua le médecin. Nous ne savons pas qui vous êtes, d’où vous venez. Des personnes qui étaient sur le lieu de l’accident, personne ne vous connaissaient. Vos empreintes digitales ne sont pas dans nos fichiers. Votre photo a été diffusée dans le journal, sur notre site, mais personne ne peut répondre à nos interrogations. Pouvez-vous me dire votre nom ?

Il chercha encore, mais aucun nom ne lui vient à l’esprit. Il ne savait toujours pas qui il était.

La jeune femme sortit alors un petit bout de papier de sa poche. C’était un papier tout chiffonné. Il y avait quelque chose dessus. Elle le lui tendit, alors qu’il était en train d’essayer d’apercevoir ce qu’il pouvait contenir, et il se rendit compte que c’était une photo. Elle devait datée un peu, car elle était toute abîmée, légèrement jaunie et de l’eau avait coulée sur les bords. Dessus, trois enfants étaient représentés. Il y en avait d’abord un garçon, plus vieux, sans doute âgé d’une quinzaine d’années. Il avait des cheveux noirs, plutôt longs, un sourire moqueur aux lèvres, des yeux noisette rieurs, un corps musclé moulé dans un tee-shirt où flottait une boule avec des ailes. Il se tenait derrière un autre garçon, plus jeune, et d’une petite fille. Le garçon plus jeune avait un visage semblable, avec des cheveux aux mêmes couleurs, plus courts. Il devait être son frère, mais il avait des yeux verts, fuyants, et un air triste sur son visage fin. Il ne devait pas avoir plus de treize ans. Quant à la fille, elle était très jeune, vêtue d’une robe d’été sombre qui mettait ses cheveux roux flottant au vent en valeurs. Elle se tenait entre les deux garçons, comme si elle voulait faire le lien entre eux deux. Elle avait son regard brun tourné vers le garçon triste, comme si elle se sentait le besoin de le surveiller. Son bras était noué à celui de celui qui devait être son frère. A part l’adolescent, aucun des enfants ne regardaient l’objectif, comme s’ils voulaient l’éviter. L’adolescent, lui, cherchait la lumière de l’appareil photo. Il devait être habitué à poser.

- Cette photo était dans votre poche lorsqu’on vous a trouvé. Cela vous dit quelque chose ?

Il secoua la tête, négativement. Ces personnes lui disaient quelque chose, mais qui étaient-elles pour lui ? Il ne le savait pas.

- Vous, vous êtes là, dit Elsa en lui montrant l’adolescent.

Il hocha un sourcil. Comment pouvait-elle affirmer ça ?

Comme si elle lisait dans ses pensées, elle lui apporta un miroir portatif qui se trouvait dans ce qui devait être la salle de bain. Elle lui mit à sa hauteur, et il put enfin voir à quoi il ressemblait. Il comprit pourquoi Elsa l’avait aussitôt identifié sur la photo. Il était le portrait craché de l’adolescent moqueur, avec maintenant des rides au coin des yeux et une barde naissante. Il supposa qu’il était âgé d’une trentaine d’années.

Il reposa le miroir sur le lit. Il se sentait soudain très triste. Il ne savait pas qui il était, ni d’où il venait. Il savait à présent qu’il avait un frère et une soeur, mais il ne connaissait pas leurs noms, ni comment les contacter. Il ne se souvenait pas de sa vie, s’il était marié, s’il avait des enfants. Il n’avait qu’une photo de lui adolescent. Qu’avait été sa vie entre cette photo et maintenant ? Qui pourrait lui dire ?

Devant saisir l’amertume qui gagnait son patient, Elsa déposa la photo sur la table de nuit, lui conseilla de dormir un peu, qu’elle reviendrait au matin pour l’ausculter et pourquoi pas, l’aider à se souvenir. Sur ces paroles, elle le laissa seule avec ses pensées.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.