S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


L'abysse des sentiments par Labige

[6 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Merci à Lucette pour la correction.

Note de chapitre:

L'idée de ce chapitre est partie du thème Soirée de la nuit HPF de décembre 2015.

C'est un début, vous aurez ce qui se passe avant et ce qui se passe après. Je ne sais pas du tout quel sera mon rythme de publication.

J'espère que cette fanfiction te plaira Eanna et qu'elle t'intéressera toi, lecteur. N'hésitez pas à laisser une review ;)

 

Première expérience sur ce couple. Première esquisse de tortures aussi XD

Rose est entrée dans sa robe bleue, bas noir. Le tissu fin repose sur ses épaules ; il dévoile le début de sa gorge. Elle a tressé sa chevelure auburn ; quelques mèches rebelles chatouillent ses joues. Elle est à la fois resplendissante et discrète. Draco n’arrive pas à en détacher ses yeux. D’ailleurs Rose finit par remarquer le regard qu’il pose sur elle. D’un geste de la main avant de détourner les yeux, elle le salue, le rouge aux joues. Il devine d’ici qu’elle a chaud et qu’elle ne sait pas quoi faire, ni comment le faire.

Rose n’arrive pas à s’empêcher de tripoter sa robe du bout des doigts, tandis qu’elle tient précautionneusement contre elle sa petite pochette. Elle a remarqué Draco vers le buffet ; il semble écouter avec intérêt la conversation entre le Ministre de la Magie et la Sous-Secrétaire du Magenmagot. Elle a vu son geste de la main, lui a rendu et préfère chercher quelqu’un d’autre, une autre tête connue, une autre ancre à laquelle s’amarrer quelques minutes.
Alors elle se déplace, du haut de ses talons qui claquent sur le carrelage et Rose se sent mal. Elle a conscience des regards qui se tournent, de l’appréciation de sa robe, de sa chevelure, son maquillage. Elle se fait examiner comme un morceau de viande parce qu’elle entre dans la cour des grands.

Cette cour est aussi un marasme d’intrigues, de rivalités et d’enjeux qu’elle n’arrive pas encore à cerner. Rose retient un serveur à la volée et attrape une coupe de champagne qu’elle vide d’une traite. Oui, elle meurt de chaud et l’alcool n’aidera pas. Et l’angoisse vient, pernicieuse, contre son crâne, le long de son dos, dans ses mains moites. Mais le malaise est tellement viscéral sous cette peau qu’elle a envie de griffer, dans cet estomac qui se serre, que Rose veut trouver un échappatoire.

« Vous en voulez une autre ? » demande le serveur en la regardant de cet air qu’elle connaît si bien.


Rose devine ses pensées. Elle sait qu’il croit qu’elle est comme tous les autres : cette stressée planquée derrière des dossiers. Peut-être la voit-il comme assoiffée de pouvoir, d’envies et de désirs qui nuisent aux autres. Elle est au Ministère et lui est un serveur. Vu son âge, il doit faire ça pour quelques Gallions de plus et s’offrir des vacances. Ou payer son loyer à Londres exorbitant. Elle ne sait pas et elle s’en fiche

Durant cette soirée, juste cette minuscule soirée, cette parenthèse dans son monde complètement fou, Rose a décidé de se foutre de tout ! Elle a même envie de déchausser ses échasses qui lui compressent les pieds, de déchirer sa robe pour respirer convenablement et de se laisser emporter par l’air jazzy qui emplit la pièce. Elle se laisserait tourner, valser, la robe qui se soulève, les yeux fermés.

Le serveur attend sa réponse, une coupe de champagne sur le bord de son plateau. Alors Rose lui sourit en le fixant droit dans les yeux jusqu’à ce qu’il détourne le regard, le rouge aux joues, et qu’elle attrape avec ses longs doigts la dernière coupe. Celle-ci, elle va la déguster. Doucement, l’alcool pénètre dans son corps et elle se sent plus légère, plus docile. Elle sourit, elle rit aux larmes même, et toute émotion qu’elle subit s’amplifie.
Rose sait qu’elle vient de mettre un pied sur un chemin étroit, vertigineux, et que le moindre faux pas peut la faire basculer. Mais sans l’alcool, elle ne pourrait même pas poser un pied devant l’autre. Alors elle goûte, boit un peu plus, s’enivre des conversations et reste joyeuse. Ne pas sombrer.
Elle laisse le malaise s’envoler.


« Rose, qu’est-ce que tu fais ici ? » la surprend Harry, une main posée sur son avant-bras.
Elle sourit une dernière fois à son interlocuteur dont elle a déjà oublié le nom et se tourne vers son oncle. Il la suit sur quelques pas avant d’insister à nouveau :
« Tu as trop bu ?
- Peut-être, oui… avoue-t-elle en loupant un pas, ce qui manque de lui tordre la cheville.
- Tu as mangé un peu quand même ? s’inquiète Harry. Tu sembles… ailleurs.
- Oh laisse-moi, tu n’es pas mon père ! Je suis grande maintenant ! »

Et en s’entendant parler ainsi, de sa petite voix qui déraille dans les aigus, elle comprend qu’elle aurait dû prendre plus que ce petit canapé au saumon. Elle a enchaîné les coupes de champagne et a profité de l’euphorie pour discuter et discuter ; discuter tellement qu’elle sent sa gorge sèche, ses cordes tendues et sa voix qui tremble.
Rose a la tête qui tourne et elle n’arrive plus à poser son regard, se concentrer et rassembler les morceaux d’elle qui se sont échappés. Elle a froid. La fatigue s’écrase brusquement sur ses épaules et son dos qu’elle tient si droit.

Les orteils engourdis, le talon droit douloureux et les larmes qui perlent au coin de ses yeux, elle se laisse entraîner par Harry. Il est sûr de lui et elle sent qu’il lui serre de plus en plus fort la main. Ils sortent de la salle et s’éloignent des fumeurs qui discutent.

Son nez pique alors que la première larme roule sur sa joue. Elle se sent fébrile et perdue. La tête qui tourne, le malaise qui revient brusquement et la peur. La peur pernicieuse en elle qui grandit toujours un peu plus et qui éclate maintenant que Harry la rattrape et la remet sur le chemin. Pieds sur terre. Se reprendre et avancer. Se laisser pleurer. Une fois, une seule, à l’abri des regards. Parce que Rose se sent lasse et épuisée. Elle ne peut plus jouer son rôle et l’ignorer. Elle aimerait que lui, et lui seul, lui prenne la main et la guide. Qu’il la présente comme sa subordonnée et qu’il vante leur travail conjoint. Qu’il soit fier. Qu’ils rayonnent ensemble.
Mais ils ne se sont pas parlés, ne se sont même plus regardés en public. Il l’a laissée, seule, abandonnée et elle a joué ce rôle dont il l’a vêtue. A présent, elle tient une autre main qui cherche à la guider. La main de son oncle, celle qui est toujours tendue, attentive, qui est prête à l’épaule et la faire avancer.

Pourtant, Rose sait que Harry n’aime pas se distinguer en public, encore moins affirmer ses liens de parenté avec elle au Ministère. Il l’a aidée à sa manière et elle devine qu’il regrette de l’avoir poussée vers ce département ; qu’il a sous-estimé leur influence et leur attirance. Qu’il n’avait rien prévu. Il se retrouve avec une nièce embourbée dans la mêlasse des rumeurs et des non-dits. Rose est prise au piège du Ministère et il ne sait pas comment l’aider sans passer par le favoritisme.

D’autres fois Harry lui sourit dans le couloir et l’encourage à persévérer, à se distinguer pour obtenir le poste qu’elle veut. Mais la réprimander comme une gamine devant tous leurs collègues n’aurait pas été la meilleure idée pour sa carrière. Et plus que tout, plus que ne pas se ridiculiser devant toutes ces personnes qu’elle côtoie, elle ne veut pas décevoir Draco.

C’est une pensée stupide, Rose en a conscience, mais depuis qu’elle se sent joyeuse et assez à l’aise pour parler de politique avec toute personne de l’assemblée, elle s’est éloignée de son chef. Pour ne pas voir dans ses yeux le mépris pour son attitude. Pour ne pas dire de conneries devant lui. Elle a sorti des bêtises et n’arrive même plus à s’en souvenir. Elle ne se souvient plus. Elle a juste souri. Et ri.

Harry la regarde enlever ses escarpins et il n’arrive pas à s’empêcher de sourire quand il la voit, les cheveux ébouriffés, les yeux tirés mais le sourire, toujours le même, celui de circonstance qu’elle sort à tout bout de champ. Elle est si belle dans cette robe et elle le sait ! Pourtant il n’arrive pas toujours à voir ce qui est cassé dans ce petit bout de femme.
Il l’a tellement écoutée parler de ses parents, se lamenter sur le manque de compréhension et surtout, la peur si présente qu’ils ne la soutiennent jamais dans ses projets. Ron et Hermione sont plein de préjugés sur l’avenir. Ils rêvent, tous les jours, toujours. Ils rêvent et n’acceptent pas que la réalité soit autre.

Leur fille, leur petite Rose a éclos plus tôt que ce qu’ils avaient imaginé et, parfois, Harry devine des choses qu’il préfère taire. Elle vit son bout de chemin et il sait plus que tout que les erreurs la feront grandir. C’est d’ailleurs pour ça qu’il la soutient, encore et encore, chaque matin et chaque soir quand il la croise. Il veut pouvoir assurer son avenir, l’avenir qu’elle veut, elle, du haut de ses vingt ans et de ses neuf centimètres de talon. D’autres fois, il ne peut juste pas se taire et il a besoin de la guider.

« Tu devrais rentrer. »

Il attend un peu et laisse ses mots en suspens. Avant de reprendre :

« Tu n’as pas mangé et tu dis n’importe quoi à cause du stress. Je ne sais pas si tu te rends compte à quel point ces soirées du Ministère sont guindées et que chaque faux pas que tu fais sera répété et amplifié ! Dans le journal peut-être, dans les couloirs très certainement.
- J’ai été discrète… se défend Rose. J’ai seulement parlé de politique, de mon point de vue d’étudiante…
- Et tu as bien fait, la rassure Harry et il sent qu’elle se détend devant elle. Tu as été resplendissante. »

Rose lève la tête, yeux écarquillés avec ces larmes qui coulent sur ses joues. Trop de fatigue, trop d’émotions et de tensions. Elle aimerait rire, se libérer et s’émerveiller de tant d’enseignements dans une soirée mondaine. Mais elle ne pense qu’à paraître, qu’à son regard, qu’à lui qui l’ignore.
Son maquillage est foutu de toute façon et elle est tellement fatiguée qu’elle sait qu’à peine la tête posée sur l’oreiller, elle va s’endormir du sommeil profond qui écrase.

« Tu as été resplendissante, Rose. Tu es une jeune femme magnifique, très intelligente et tu as encore tant de choses devant toi ! Mais tu dois aussi te trouver parce qu’être perdue dans une foule de rapaces qui ne demandent qu’à te contrôler, encore plus quand ils peuvent toucher à travers toi ta famille…
- Tu sais ce que je pense de ma famille et que--
- Mais eux ne le savent pas ! Et je suis certain que tu ne veux pas qu’ils le sachent... »

Rose se mord les lèvres. Elle ne sait pas quoi dire. Elle ne comprend même pas finalement ce que lui veut Harry. Est-ce qu’elle se fait réprimander ? Est-ce qu’il pourrait la laisser pleurer en paix ? Il a raison : elle est perdue. Et quand elle est dans ce monde si éclairé, si éblouissant avec toutes ces personnes qui font semblant et joue un jeu, elle danse parmi elles. Rose se donne tellement, dans toutes ces conversations, dans ses peurs et ses joies, sous le rire et le sourire qu’elle a façonnés, qu’elle est vide maintenant.

« Ils te contrôlent déjà parce que tu es venue alors que tu n’avais rien à faire ou à dire. Tu passes entre leurs mains, entre toutes ces personnes qui sont au Ministère depuis longtemps et qui savent comment il fonctionne. Il y a les donateurs, les créateurs, les initiateurs, les râleurs… tous sont là, tous te regardent et rient ! Ils te montrent pour parader et tu te laisses faire.
- Parader ? demande Rose, encore plus confuse.
- Tu n’as pas vu le regard de… Non, oublie. Tu devrais rentrer sinon tu seras ridicule, » affirme sèchement Harry.

Ce changement de ton la perturbe encore plus. De qui voulait-il parler ? Etait-elle ridicule ou resplendissante ? Elle pleure comme une gamine alors qu’elle se sent si grande parfois. Elle pleure alors qu’elle entrait dans le monde magique des mots, des intrigues et des complots et qu’elle voulait y trouver sa place.

« Tu devrais rentrer, » reprend Harry.

Rose acquiesce et il lui sourit en serrant son épaule, avant de repartir vers la soirée du Ministère. Elle reste là, seule, avec les voix lointaines des sorciers qui fument. Et il fait froid, très froid. Alors doucement, elle rechausse ses escarpins et rentre dans la salle, puis d’un pas lent à cause de la douleur de ses pieds, elle récupère sa veste.
Alors que Rose s’apprête à transplaner malgré le mal de tête qui pointe le bout de son nez et qui va sûrement la harasser, elle se retient. Un moment. Quelques secondes, suspendues. L’hésitation. Elle voudrait le voir.
Puis elle résiste et s’en va. Ultime conscience du gouffre de la folie.
Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.