S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Embrasés par gagadegato

[5 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +

Elle est différente, il y a quelque chose dans ses yeux, il y a une lueur de fureur, une quête de justice qui fait scintiller ses prunelles marrons. Son teint est plus pâle, plus maladif comme si le Soleil ne brûlait plus sa peau. Il aimerait la brûler de ses baisers. Il aimerait. Il aimerait, toutefois ses voeux sont rarement des réalités. Il contente rarement ses désirs, ses envies le mènent souvent devant sa tombe. Il ne veut pas mourir, alors il fait taire son appétit, il se nourrit de la médiocrité.


Elle est devant lui, ses cheveux bruns lui tombent sur le front, elle ne tremble pas. Non, Hermione Granger ne tremble pas, ne tremble plus. Il sait qu'elle a délaissé ses idéaux d'adolescentes, il sait qu'elle ne rêve plus de baisers chauds sur la nuque, il sait qu'elle rêve de trouver la paix. Comme lui, mais le repos ne vient jamais, les nuits restent blanches et noires, parfois sanglantes. Avant, il pleurait dans sa chambre, maintenant il compte. Il compte les dalles du plafond, il compte les cicatrices qui ornent son ventre, il compte ses erreurs. Il compte jusqu'à oublier la valeur des chiffres, les nombres se mélangent dans son esprit, le jour devient la nuit, une seconde dure une heure. Il compte, c'est sa seule occupation. Son seul moyen de garder la raison.


Ses traits sont fatigués, las. Il la comprend, il devine son désarroi, derrière ses soupirs, il entend ses demandes. Dans son regard gris, il sait qu'elle peut lire:"Pourquoi?Pourquoi?Pourquoi?Pourquoi?". La question tourbillonne dans l'air humide, elle aspire l'oxygène. Pourquoi. Pourquoi?


Elle est assise, les bras croisés, elle le regarde, interdite, comme un artiste contemplant son oeuvre. Il espère secrètement être son chef-d'œuvre. Des traces de sang sèché constellent son chemisier beige, il se demande si elle a tué quelqu'un. Elle a très bien pu assassiner son père, son ami ou sa fiancée. Il sait que tuer ne lui fait pas peur. Non, Hermione Granger a perdu sa candeur, elle n'est plus une enfant, ni une adulte, elle est un soldat avant tout.


Elle tient sa baguette entre ses doigts fins, il a envie de caresser sa main, il s'abstient, ce ne serait pas décent. Elle est l'ennemie. Elle est le poids constant dans sa poitrine, dans son esprit. Elle est le début et la fin. Il est l'ennemi, la crapule de Mangemort, il est son secret, il est le début de sa déchéance. Le début de la décadence.


Elle le regarde avec ses maudits yeux expressifs, elle veut qu'il soit le premier à parler. Elle veut qu'il soit le dernier à crever. Il ne dit rien, il se mure dans le silence, il garde ses désirs enfouis en lui, comme un trésor inestimable. Il regarde seulement ses lèvres, autrefois elles traçaient des lignées de baisers le long de son cou. Autrefois, quand le sang ne tapissait pas les rues.


" Où est cachée la coupe?" Sa voix est froide, si froide que le coeur de Drago gèle un peu plus.


Il ne répond pas, il ne sait même pas où se trouve cette fichue coupe, ni son utilité. Il suit seulement les ordres, tel un automate, il agit, secoue sa baguette, parfois un éclair de lumière jaillit, souvent la personne tombe devant lui. Les fils qui tirent ses membres sont invisibles, mais il les sent, il sent les crochets en fer, qui meurtrissent sa chair. Chaque acte commis, l'éloigne un peu plus de la rédemption. C'est une marche au-dessus du vide. Une seule erreur et il finit comme un vulgaire oiseau écrasé sur le bitume.


"Où est cachée la coupe?" Elle répète.


Cette fois-ci, elle le regarde dans les yeux, le défiant de répondre. Il aimerait répondre. Il aimerait.


"Où est cachée la coupe?" Ce coup-là, elle crie en balançant ses boucles brunes.


Drago est fasciné par l'énergie qui émane d'elle. Elle est belle, tellement qu'il en vomit la nuit, quand il murmure son nom entre deux râles de plaisir. Hermione, Hermione... Comme un chant salvateur.


"Où est cachée la coupe?"


Il se tait, Drago sait qu'elle perd patience, ses lèvres sont pincées. Elle meurt d'envie de le gifler. Il meurt d'envie de caresser ses joues rendues rouges de colère. Il aimerait. Mais la vie n'est pas faite pour concrétiser ses souhaits, ils doivent rester des fantasmes lointain, des rêves qui appartiennent au sommeil.


"Par Merlin, où est cachée la coupe?"


Ses lèvres sont scellées. Il a conscience que ses amis sont probablement eux-aussi interrogés par un membre de l'Ordre du Phénix. Il savait que ce serait elle qui lui poserait des questions. Il aurait été déçu si cela n'aurait pas été le cas. Comme quoi, les voeux deviennent parfois réalité. Mais il y a aussi beaucoup de douleur, le fait de la voir, si proche de lui, si facilement à sa portée fait monter une chaleur dangereuse en lui, la flamme de l'espoir. Il sait que l'espoir se mue souvent en incendie, il sait qu'il finira en cendres si l'espoir le consume.


"Malefoy, où est cachée la coupe?" Ses mains agrippent le bord de la table en bois.


Aucun mot ne s'échappe de ses lèvres, il sent de l'acide descendre dans son oesophage alors qu'elle l'appelle "Malefoy" avec dégoût, auparavant, elle l'appelait Drago, il se souvient de ces matins quand les rayons du Soleil illuminaient son corps gracieux, elle embrassait son torse, il faisait courir ses mains sur son dos, elle haletait et murmurait:"Drago, Drago, Drago." Personne ne pronçait son prénom comme elle le faisait.


"Il faut que tu parles, Malefoy, sinon.."


Il sait qu'elle ne lui fera pas de mal, il est Drago Malefoy. Il est son premier frisson, ses premières joies, ses premières peines et ses dernières larmes. Il la connait trop bien.


"Parle, Malefoy." Elle plante sa baguette entre ses deux yeux métalliques.


Il observe, étrangement ému, ses bras tendus qui tremblent, elle ne veut pas lui faire du mal, il en est certain. Elle ne peut pas lui faire du mal, Drago le sait comme il sait que la Terre est ronde et que le bezoard est un antidote. Il le sait, cette connaissance est ancrée en lui, la conviction infaillible que Hermione ne lui causera jamais une souffrance physique est innée en lui. La bonté de la femme devant lui est la seule croyance de Drago Malefoy. La baguette de Hermione tremble encore contre sa peau.


"Malefoy..." Sa voix n'est plus qu' un murmure."Parle-moi."


Parle-moi. Sa requête peut sembler facile, néanmoins Drago en est nauséeux. Parle-moi, il aimerait lui parler, déballer ses tripes sur la vielle table en chêne, il aimerait. Elle ne comprend pas, elle est tout ce qu'il veut, bien sûr qu'il veut lui parler, cependant il ne peut pas. Converser avec elle raviverait des blessures passées, et ferait revenir ce satané espoir en lui. Il ne peut pas lui répondre, ça briserait quelque chose en lui.


"Parle-moi" Elle tente encore.


Il aimerait la faire taire d'un baiser. Il aimerait mêler sa langue à la sienne et la couper avec ses dents. Il aimerait. Il reste silencieux, embrasé par ses suppliques chuchotées, semblables à celles qu'elle poussait quand leurs deux corps s'unissaient dans les draps en soie.


"Drago, c'est moi." Son bras tombe mollement sur ses hanches."J'ai..." Elle paraît incertaine."J'ai appris que tu allais te marier."


Quelque chose secoue Drago, comme si des griffes acérées tiraient ses tripes et ses entrailles. Il est tout remué, abasourdi. Il ne peut même pas cacher son étonnement, il laisse malgré lui, son masque d'impassibilité se fissurer. Son coeur remue, son coeur tambourine, faites qu' elle se taise... Faites qu' elle se taise, il prie silencieusement.


"Parkinson est dans la salle d'interrogatoire d'en face, Hannah Abbot s'occupe d'elle. Hannah ne sera pas cruelle..."


Drago ne bouge pas d'un pouce. Il ne sait pas comment Hermione a pu apprendre la désastreuse nouvelle de ses fiançailles avec Pansy Parkinson, il ne veut pas qu'elle sache, ça donne à leur future union une dimension plus réelle d'une façon. Le simple fait de respirer le même oxygène que Pansy relève d'un exploit pour Drago. Il détestait Parkinson à Poudlard, désormais elle le répugne, chaque baiser qu'elle lui donne salit son âme. Il ne veut pas épouser l'héritière Parkinson, il aimerait tout quitter, tout plaquer. Il aimerait. Il ne s'autorise même plus l'espoir, il vit, le dos endolori par le poids des regrets.


"Je ne devrais pas te révéler où se trouve Parkinson, mais je le fais parce que... Parce que tu es toi..."


Drago ne répond rien, les mains liées à sa chaise. Parce que tu es toi, aussi courte que soit cette phrase, elle réchauffe un peu son coeur, tel du Whisky Pur-Feu, un jour de grand froid. Il essaie de garder cette chaleur réconforte en lui, la chaleur docile de la nostalgie, moins inflammable que celle de l'espoir. La flamme de la nostalgie danse dans son esprit, doucement comme une bougie qui s'embrase, les souvenirs prennent vie et emportent Drago. Il se souvient du sourire de Hermione, des sons mélodieux de plaisir, il se souvient des rendez-vous secrets. Avec une pointe d'amertume, il revoit sa silhouette qui disparaissait dans l'obscurité.


"Je ne suis pas là pour ressasser le passé, tout s'est envolé, tout est fini depuis longtemps. Cette chose que nous avions est morte et enterrée, tu l'as tuée en poursuivant ton chemin dans la Magie Noire."


Morte et enterrée. Morte et enterrée. Morte et enterrée. Pendant un instant, l'émotion est trop forte pour lui, pendant une légère seconde, sa main se rétracte, formant un poing. Ses ongles s'enfoncent dans sa paume, il ne sent pas la douleur. Morte et enterrée. Il y a un sous-entendu, il sait qu'elle ne parlera pas du poids qui pèse dans l'air, du fantôme qui hante leurs vies, unies même dans la haine. Morte et enterrée, il se répète.


"Je vais te le demander une dernière fois, une dernière question puis je partirai, tu ne me verras plus jamais de ta vie, je serai seulement un souvenir, une ombre distante, mais laisse te poser la question une nouvelle fois; Sais-tu où est la coupe?"


Les ongles de Drago continuent de meurtrir sa chair, alors qu' il plonge ses yeux dans les siens, il dit:


"Pourquoi l'as-tu fait?" Les mots ont enfin claqué l'air, il n'y a aucun bruit, aucune vive lumière, mais la bombe vient d'éclater.


"Drago, ce n'est pas le moment. Tu es à ma merci, pour information, ne remue pas le passé ainsi, tu n'as aucun droit sur moi, tu n'avais aucun droit pour decider..."


Drago la coupe, l'interrompant en pleine phrase, il a retenu ces paroles pendant tant de temps qu'il faut qu' il expulse sa colère, il faut qu' il comprenne, pourquoi... Pourquoi?


"Aucun droit?"Il hurle à présent."Tu as tué notre enfant ! Tu es partie, je t'ai suppliée de rester, je t'ai demandée, pourquoi inlassablement, tu es partie!"


"Tué notre enfant? Cet enfant n'a jamais existé ! Il n'a jamais eu de "nous", Drago, tu as tout fait pour qu' il n'y en ait jamais. Il n'y aura jamais de "nous". Jamais. Cette grossesse n'était pas prévue, et encore moins désirée, en l'interrompant, j'ai épargné une vie misérable à un enfant. Un enfant né en pleine guerre, quelle idée absurde! Quelle vie aurait eu cet enfant? Une semaine chez Papa avec les mangemorts et une semaine chez Maman avec l'ordre du Phénix? Tu es un mangemort Drago, cet enfant n'aurait jamais eu d'avenir. Jamais"


"Tu aurais dû me le dire avant de t'en débarrasser... Tu as toujours su que j'étais un Mangemort, ne joue pas à la sainte avec moi, ce rôle ne te correspond pas. Tu caressais ma Marque des Ténèbres durant nos étreintes brûlantes."


"Si cet enfant était né, aurais-tu quitté les Mangemorts?" Sa question est fiévreuse, elle balbutie, sa colère butte avec les mots.


"Tu sais bien que non, un déserteur est promis à un destin funeste, si je t'avais rejoint, je serais mort après des heures de tortures. Tu aurais été violée et tuée devant moi. Notre enfant aurait servi de repas pour Greyback."


Hermione ne pleure pas, avant même qu'il réponde, elle connaissait sa réponse. Debout et enragée, Drago la trouve plus belle que jamais. Dans une autre vie, un monde parallèle, peut-être vivent-ils avec leur enfant sur les genoux. Dans un monde sans guerre, peut-être ont-ils réalisé leurs sombres rêves.


Ils restent silencieux, leur échange a été trop violent, trop épuisant, ils retrouvent leur énergie doucement, Hermione se tourne vers la porte, Drago voit seulement son dos, il repense à ces maudits matins où il retrouvait un lit vide et froid. Il repense à l'amour, à leur enfant destiné à ne pas vivre. Il pense à la Guerre et ses ravages. Pourquoi tant de vies gâchées? Pourquoi celle de son enfant?


Avant de quitter la pièce, Hermione le regarde une dernière fois, ses yeux sont dépourvus de joie, dépourvus d'espoir. Elle disparaît alors que la porte se ferme bruyamment. Fermant toute possibilité d'espoir, toute possibilité d'amour.


Pourquoi est-il aussi lâche ?


Certaines questions doivent demeurer sans réponses.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu.G.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.