S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Une vie dans la peau par Selket

[52 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Note de chapitre:

Je vous encourage à allé lire mon texte : Le printemps vient toujours à bout de l'hiver .
Cette histoire se déroule après cet OS qui parle des tatouages de Lavande. Entre ces deux fictions s'intercale un autre OS Corolle de papier qui raconte comment Lavande et Seamus se sont installé en Irlande


Elle est allongée sur le lit, et dans la semi-obscurité, la pâleur de sa peau s’intensifie à la lueur de la lune qui filtre par les stores. Dans la douce pénombre, il devine à peine les contours de son corps. Son corps repose lourdement sur les draps, plongée comme elle l’est dans un sommeil de plomb. Sa jambe est nonchalamment entortillée dans la moustiquaire couleur crème qui isole le lit du reste de la pièce. Un petit pied dépasse de la barrière de coton. Un bras est replié sous son corps nu et l’autre s’étend en travers du lit.


Elle est là, offerte dans une grâce sans nom. Les plis de la moustiquaire qui repose sur elle semblent vouloir cacher sa nudité à la vue de tous. Les draps sont froissés et témoignent d’un sommeil encore agité. Pourtant, depuis qu’il est venu s’installer sur cette île du bout du monde ses cauchemars sont moins présents.
Sa respiration paisible résonne dans la pièce où aucun autre bruit ne vient troubler le calme de la nuit. Les vagues qui viennent se fracasser sous la falaise se font entendre au lointain, mais ce bruit est devenu tellement habituel qu’il n’y fait plus attention.


Il revient d’une promenade sur la grève. Épuisé, il n’a qu’un souhait, celui de se blottir dans les bras de sa compagne. La nuit l’a surpris dans sa contemplation de la mer, mais l’obscurité n’avait pas été un problème pour lui, car il connaît par coeur le chemin des douaniers.


Elle s’est couchée sans lui et la culpabilité a étreint son coeur lorsqu’il a ouvert la porte de la maison sur une demeure sans bruit. Il n’aime pas la laisser s’endormir seule, même maintenant, il répugne à la laisser affronter la nuit et ses cauchemars. Il sait bien que les mauvais rêves sont moins présents dans leur quotidien, à chaque fois, il a peur que ceux-ci ressurgissent quand il n'est pas là pour la serrer dans ses bras.
Après ses ablutions, il a rejoint la chambre sans bruit et poussé doucement le battant. Elle dort paisiblement.
Doucement, il s’approche du lit sans la quitter des yeux. Il la trouve magnifique, chaque jour il réalise la chance qu’il a eue de la retrouver.


Et il ne peut s’empêcher de se demander ce qui se serait passé s'il ne lui avait pas tendu la main ce jour-là à la sortie du tribunal. Éternel romantique, il se dit que la vie les aurait réunis un jour ou l’autre. Ils sont faits l'un pour l'autre. Ça sonne peut-être comme une phrase banale, qu'on entend de la bouche d'adolescents qui découvraient pour la première fois la sensation d'aimer et être aimé en retour. Il est peut-être romantique, mais une chose est sûre, il l’aime et elle était devenue son ancre après la guerre. La personne avec qui il se reconstruit.


Il s’est assis sur le lit sans que ça ne la réveille. Elle sent quand il la rejoint dans le lit. Son instinct presque animal le fascine. Souvent, il vient se coucher après elle. Elle s’endort toujours très vite, contrairement à lui qui tourne et se retourne dans le lit conjugal sans que cela ne la réveille. Et ce soir-là ça n’a pas manqué, à peine s’est-il allongé dans le lit contre elle qu’elle est venue se lover contre lui. Sa tête au creux de ses bras, sa main sur son torse, elle soupire d’aise contre lui. Il est heureux comme jamais. À écouter la mer au-dehors et la respiration de Lavande qui emplit la pièce.
N’arrivant pas à s’endormir, il la contemple, la caressant du regard. Il admire son corps couvert de tatouages.

Il les aime, ils font partie d’elle. Doucement, il les effleure du bout des doigts. Il parcourt son corps nu, sa peau si chaude sous la sienne. Lentement, dans la pénombre de leur chambre, il continue son chemin, il redessine les tatouages de sa compagne. Il touche sa peau sans pouvoir toucher l’encre qui se loge sous chaque portion de son épiderme. Il voudrait pouvoir se loger sous sa peau comme l’encre dont elle se peint le corps et l’âme. Il aimerait pouvoir s’infiltrer dans chaque parcelle d’elle, dans chaque cellule de sa peau à ne faire plus qu’un avec tout son être. Il la sent si fragile sous cette carapace de peau et de pigments de toutes les couleurs.


Il la sent se réveiller sous ses doigts. Sa respiration se fait moins calme et tout doucement ses tatouages s’éveillent. Ses yeux ne sont pas encore ouverts, mais il sent ses pupilles rouler sous ses paupières closes tandis qu’un sourire éclot sur ses lèvres. Il ne voit pas son visage, mais il devine le sourire qui s’étire sur ses lèvres. Elle lui tourne le dos et se faisant échappe à son étreinte.
Elle s’étend un peu plus comme pour l’inviter à parcourir son corps du bout de ses doigts. Elle est allongée sur le ventre, s’alanguit sous ses mains qui parcourent son corps. Elle aime le sentir redessiner ses courbes, chaque geste esquissé, témoigne de son admiration pour son corps. Et à travers ses caresses elle ré apprivoise ce nouveau corps que la guerre lui a imposée.
Il dégage les cheveux de sa nuque, les éparpillant autour de sa tête en une couronne de blé. Il dessine de ses longs doigts le miroir brisé qui pleure des larmes de sang, les gouttes se font de plus en plus rares.
Il rêve du jour où les éclats du miroir brisé se recolleront, mais il sait au fond de lui que Lavande restera brisée à jamais. C’est déjà une mince victoire de ne plus voir les gouttes rouges perler des fissures. Il joue dans la dentelle noire qui recouvre ses épaules, embrasse les roses noires emprisonnées dans les mailles de ce châle d’encre.


Elle est totalement éveillée sous ses caresses maintenant, il voit les fleurs s’ouvrir sur ses omoplates et ses flancs, les oiseaux battent doucement de leurs ailes. Ses tatouages pulsent doucement au rythme de sa respiration apaisée. Ils l’hypnotisent et font fleurir sur ses lèvres un sourire tout simplement heureux. Il se coule contre elle, sa respiration fait naître des frissons sur sa peau. Ses jambes emmêlées dans les siennes, peau blanche contre peau noircie de lierre grimpant à l’assaut de son corps, il se sent à sa place. Elle se loge dans ses bras, puis doucement se détache de lui afin de le contempler.


Seamus se laisse faire sous ses caresses, il sent sa main si fine couverte d’aubépine contre sa joue avant de venir se nicher contre son coeur qui bat irrégulièrement. Elle a encore les yeux fermés, mais son sourire s’élargit lorsqu’il vient coller sa main contre sa pommette gauche, et qu’il caresse cet olivier né le jour de leur deuxième rencontre. La rencontre de deux êtres que la guerre avait marqués dans leur corps, leur âme et leur coeur.
Il suit son tronc, parcourt son cou, longe sa clavicule, et descend jusqu’à ce coeur noir stérile. Cet organe qui marque Lavande dans sa chair, ce coeur si différent de celui qui bat sous sa peau à quelques centimètres de ce tatouage. Il le sent marquer un raté tandis que sa main se presse contre sa poitrine. Il veut la rendre vivante, que ce coeur noir disparaisse et renaisse enfin. Il le voit petit à petit reprendre des couleurs, la chair calcinée se ressoude. Il voit des traînées pourpres apparaître dans le dégradé de noir.


Ils sont vivants, ils sont heureux et il ne supporte plus de subir la vue de cette marque qui témoigne des atrocités qu’ils ont vécues. Cette abomination n’a rien à faire sur le magnifique corps de celle qu’il aime.
Il veut s’infiltrer dans chaque recoin de son âme, ne vivre plus que pour elle. Elle l’a sauvé, elle est son radeau. La personne la plus importante dans ce monde et l’autre. Il sourit tandis qu’un rire étouffé arrive à ses oreilles. Lentement, il se penche vers elle et effleure de ses lèvres son cou. Descends le long du tronc de l’Olivier. Il suit le même chemin que ses doigts avaient parcouru. Il descend jusqu’à son coeur noirâtre dans un tracé sinueux et laisse un suçon dessus comme une provocation. Le souffle de Lavande s’emballe un peu plus.
Dans un sourire fier, il plonge ses yeux dans ceux enfin ouverts de celle qu’il aime. Il est fier de lui prouver chaque jour combien elle est vivante. Elle l’attire à lui dans un baiser qui s’éternise. Il peut sentir dans la précipitation de ses lèvres contre les siennes, que son désir est réciproque. Il sait qu'elle aussi elle aime se fondre en lui à défaut de se loger dans sa peau. Ce baiser les laisse à bout de souffle, mais ce n’est toujours pas assez pour le contenter, il en veut plus, il la veut toute entière. Il veut sentir son corps sous ses doigts, parsemer sa peau de baisers. Ses lèvres redessinent les contours de son corps. Laissant leur trace sur cette peau meurtrie. Redessine ses tatouages avec sa langue. Il la sent s’abandonner de plus en plus, il sait combien c’est difficile pour elle de se laisser totalement aller.
Il connaît la difficulté du lâcher prise, cette sensation de confiance totale s’apparente aujourd’hui à une peur parfois insurmontable. Baisser sa garde, c’est s’exposer à de nouvelles souffrances, et cela, ils ont du mal à l’oublier. Il a tellement l’habitude d’être sur le qui-vive. Les oiseaux et fleurs pulsent de plus en plus vite sur ses bras témoignant de l’état dans lequel il la met. Son propre souffle s’accélère, il relève la tête afin de contempler Lavande, elle a à nouveau fermé ses yeux sous ses caresses.


Elle est magnifique sa Lavande. Allongée sur leur lit, ses cheveux blonds auréolant son visage de poupée. Ses yeux bleus s’ouvrant doucement sous l’intensité de son regard ses joues rougissantes encore fiévreuses. Oui, elle était magnifique avec ses tatouages et ses cicatrices de guerre.

Note de fin de chapitre :

Ce thème est quelque chose qui me touche énormément, ça me ferait énormément plaisir d'avoir votre retour
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.