S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Mon royaume enchanté par Bloo

[8 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les personnages appartiennent à J.K Rowling sauf les enfants de Lavande et Seamus qui sont mes OCs.
Note de chapitre:

Deuxième texte pour commémorer le 2 mai, parce que l'idée m'est venue en écrivant le premier, qu'elle ne me sort plus de la tête maintenant et qu'après tout, c'est Lavande.

Bonne lecture !

Lorsqu’elle était encore une innocente enfant, Lavande ne passait guère plus d’une nuit sans rêver. Même la journée, d’ailleurs, ses rêves l’habitaient toute entière. Lavande se complaisait dans ses songes et préférait les laisser l’envahir que d’affronter une réalité qu’elle jugeait souvent trop peu colorée, les couleurs ayant toujours été, chez elle, synonymes de bonheur. Armée d’une imagination débordante et d’une capacité à s’émerveiller du plus insignifiant des détails, Lavande rêvait sans cesse et ne s’en lassait pas.

L’entrée à Poudlard avait toutefois mis un sérieux coup d’arrêt aux rêveries de la jeune fille. Trop occupée dans la journée et trop épuisée en soirée, Lavande sombrait le plus souvent dans un profond sommeil sans rêve. Par ailleurs, même son imagination à elle trouvait ses limites et le monde dans lequel elle grandissait s’obscurcissait d’année en année, faisant peu à peu se transformer ses rêves en cauchemars.

Et puis, un soir encore relativement frais de mai, son innocence s’était définitivement envolée.

Depuis, les nuits de Lavande n’étaient que très rarement épargnées par les mauvais rêves.

Dix-huit ans ont depuis passé et pourtant, Lavande est toujours incapable de faire une nuit complète. Elle a simplement appris à vivre avec. A ne plus bouger dans son sommeil, à crier encore moins. Ainsi, elle ne réveille plus Seamus, qui reste paisiblement endormi à ses côtés. D’ordinaire, écouter sa respiration et sentir son souffle chaud descendre dans sa nuque suffit à la calmer, et c’est au rythme de celles-ci qu’elle sait désormais se rendormir.

Il reste une exception.

Chaque 2 mai au soir, Lavande avale une de ces potions qu’elle a toujours refusées le reste du temps. Ces potions que lui injectaient de force les Médicomages lorsqu’elle était encore internée à Sainte-Mangouste après la bataille et qu’elle se laissait doucement sombrer dans la folie. Ces potions qui, à force, provoquaient des hallucinations et ne lui permettaient plus de dissocier le réel de l’irréel. Dès qu’elle l’avait pu, elle avait donc cessé de s’en abreuver, préférant encore être chaque nuit arrachée à son sommeil. Peut-être même une part d’elle-même, une part de cette enfant qui avait cédé la place depuis trop d’années déjà, peut-être que cette enfant en elle espérait même encore que les rêves ne retrouvent le tortueux chemin de son esprit.

Mais à chaque nouvelle commémoration, les pires souvenirs de sa vie ressurgissent et l’assaillissent, la prenant sournoisement au plus fort de la nuit, lorsque l’obscurité est complète et que pas un son ne vient troubler le silence nocturne, laissant alors libre cours à la paranoïa renforcée par ses cauchemars. Ces nuits-là, toutes ces plus belles révoltions s’envolent pour ne laisser qu’une gamine terrifiée, la même qui s’enfonçait les ongles sous la peau au point d’en garder des cicatrices lorsqu’elle séjournait dans une petite chambre d’hôpital.

Alors, à force, Lavande a bien dû se résoudre à avaler une potion, ce soir-là, simplement ce soir-là. D’autant qu’au fil du temps, de nouvelles raisons de se reconstruire et ne pas laisser les ténèbres l’envahir sont venus s’ajouter à l’incommensurable amour que lui porte Seamus. Ces raisons ont un prénom, un visage, elles s’appellent Brooke, Paul et Helena. Ces enfants, le fruit de leur amour infini à Seamus et elle, le signe surtout d’une vie qui reprend ses droits, d’une vie qui continue malgré les épreuves. D’une vie qui peut être belle, même, et valoir la peine que l’on se batte pour elle.

Un soir de mai, Lavande a été marquée à vie par la bête. Elle les portera à jamais, ces stigmates de la folie meurtrière d’un homme, stigmates qu’elle a appris, avec le temps, à voir comme des vestiges. Vestiges de son courage insensé, vestiges de son engagement, vestiges de ces idéaux et d’un monde pour lequel elle s’est battue, d’un monde qu’elle a offert à ses enfants en sacrifiant son propre corps pour toujours mutilé.

Lavande a souffert, souffert si fort qu’elle a souhaité s’en aller, puis plus terriblement encore même si elle ne le croyait pas possible. Lavande a souffert dans sa chair et jusqu’au moindre recoin de son cerveau détraqué.

Mais Lavande n’a pas souffert en vain, puisqu’elle peut observer ses enfants courir dans la lande au rythme de leur rires, avec pour seul obstacle à affronter la pluie les surprenant un peu trop régulièrement à leur goût.

Ses enfants, Lavande les chérit de tout son cœur comme elle a souffert de tout son être.

Mais cette année, pour la première fois, elle ne les a pas tous réunis à ses côtés lorsque le soleil orangé disparaît derrière les collines irlandaises. Brooke est à Poudlard et Lavande ne pourra s’assurer qu’elle va bien si elle s’éveille brusquement, ce qui arrivera à coup sûr si elle ne boit pas la potion.

Pourtant, sans qu’elle ne puisse même se l’expliquer, il lui semble que c’est exactement la raison pour laquelle elle en doit pas la prendre. Aussi la verse-t-elle distraitement dans l’évier de la cuisine, profitant d’un moment d’inattention de Seamus qui aide Helena à éponger l’eau qu’elle a déversé sur la table en renversant la carafe –un cadeau des parents de Seamus qu’il trouve tout bonnement affreux, ce qui explique sans doute qu’il ne soit pas le moins du monde agacé par la maladresse de sa fille.

Quand Lavande s’éveille brusquement quelques heures plus tard, elle ne comprend toujours pas l’élan qui l’a poussée à déverser la potion dans l’évier. Elle sent des gouttes de sueur laisser des traînées sur son visage livide et la caresse inconsciente de Seamus sur ses cheveux ne l’apaise qu’à peine. Pourtant, malgré la peur qui la paralyse littéralement d’ordinaire, Lavande repousse doucement la main de son conjoint et quitte la pièce, non sans s’être assuré de ne pas l’avoir réveillé.

Les cauchemars laissent toujours Lavande terrorisée, incapable pour une bonne heure au moins de distinguer le passé du présent. Arpenter sa maison lui demande donc un effort surhumain, elle qui imagine un Mangemort dissimulé derrière chaque porte, un loup-garou prêt à bondir au fond du couloir obscur. Mais quelque chose l’attire irrémédiablement vers la chambre de sa fille aînée, dont elle sait pourtant pertinemment qu’elle est vide –sa famille et tout ce qui la concerne est bien la seule chose dont elle soit certaine, même lors de ses pires moments de trouble. Brooke ne peut pas être là, parce que Brooke est à Poudlard, ce Poudlard même où la vie de Lavande bascula un soir de mai. Sa fille est à Poudlard et Lavande n’a jamais eu si furieusement envie qu’elle soit ici, à ses côtés, et non au loin, beaucoup trop loin, surtout dans un lieu hantant encore ses pires cauchemars.

Alors, lorsque Lavande pousse le plus silencieusement possible la dernière porte du couloir, elle n’est même pas étonnée d’y sentir une présence. Sur le point de dégainer sa baguette, qui ne quitte jamais sa table de chevet la nuit, elle s’arrête soudain brusquement en prenant connaissance de la présence l’attirant depuis un moment déjà.

Dans la chambre de Brooke, il n’y a ni Mangemort, ni loup-garou.

Dans la chambre de Brooke, il y a un loup, un simple loup, qu’elle trouverait presque splendide si cet animal n’était pas à ce point associé au pire souvenir de son existence.

Dans la chambre de Brooke, il y a un grand loup qui la regarde et qui brusquement, se laisse tomber sur le lit à baldaquin et se roule sur le dos, presque comme un chat.

Toujours poussée par son instinct qu’elle ne comprend décidément plus, Lavande, plutôt que de s’enfuir de cette pièce en hurlant et d’emmener ses enfants avec elle, Lavande se rapproche du lit de sa fille et s’assoit timidement sur le rebord de celui-ci. Le loup cesse alors de se rouler sur le dos pour rester simplement couché, le regard plongé dans le sien. Alors, avant même qu’elle n’ait réalisé son geste, Lavande tend la main bien droit devant elle et la laisse se plonger dans l’épaisse fourrure de l’animal.

Une multitude de couleurs l’assaillissent alors et elle doit même fermer un instant les yeux, tant la luminosité a soudainement augmenté. Des images défilent sous ses yeux, si rapidement qu’elle n’en saisit pas la moindre. Puis, doucement, elle commence à réaliser que certaines sont familières. Ce chat ailé, elle en rêvait lorsqu’elle était une enfant adorant le mythe de Pégase mais préférant les chats aux chevaux. Cette maison si grande que son toit donne sur le ciel, elle l’a imaginée avec Parvati lorsqu’elles se sont rencontrées dans le Poudlard Express. La forêt d’arbres roses, elle, est le fait de son père. Il la lui avait inventée un jour qu’elle était trop malade pour effectuer leur traditionnelle sortie dominicale. Elle l’avait ensuite embellie de mille et un animaux dont la plupart sortaient tout droit de son imagination. Elle les voit se matérialiser sous ses yeux, et avec eux les paysages et les châteaux de princesse et les montagnes fleuries.

Elle voit son univers passé défiler, et laisser petit à petit la place à son univers présent.

Au rire de Parvati. Aux pinceaux de Dean. Aux bavardages de Ginny. Aux macarons de Miranda. Aux pivoines d’Hannah. Aux dessins de ses enfants et aux cadeaux de Seamus. Et même à ses parents, dont les visages aimants la surveillent et la protègent depuis les murs du salon coloré.

Puis une nouvelle vague d’images s’impose si violemment à elle qu’elle ne distingue plus rien, croit sombrer et même s’apprête à crier, quand elle se réveille soudainement dans son lit.

Le souffle chaud de Seamus est toujours bien présent à ses côtés mais elle ne transpire plus. Sans cette fois hésiter une seconde, Lavande tire violemment la couverture et se précipite dans la chambre de Brooke, sans plus se soucier de faire du bruit ou de réveiller qui que ce soit. Mais quand elle y pénètre brusquement, elle n’y trouve rien d’autre que des peluches dispersées sur les lits et des feuilles de parchemins traînant sur le bureau. Abasourdie, elle fait quelques pas en arrière, referme la porte avant de ressurgir une nouvelle fois dans la pièce. Rien n’y a changé en quelques secondes. Ou plutôt, tout y a changé en quelques secondes.

Comme pour se donner une contenance, Lavande regroupe alors les feuilles éparpillées sur le bureau de sa fille. Elle ne fait pas attention à ce qui est écrit dessus, trop bouleversé par la scène qui vient de se dérouler et qui la laisse dans une violente confusion. Ce qui attire son regard en revanche, ce sont les jolis cadres en bois à côté desquels elle dépose finalement une pile symétrique de parchemins. Ces cadres à l’intérieur desquels son double lui sourit, ses enfants lui sourient, et son cher Seamus lui sourit. Ces cadres dans lesquels on les distingue Brooke et elle, serrées l’une contre l’autre, la main dans la main et les sourires plus éclatants que jamais.

Se retournant si rapidement qu’elle s’érafle le coude contre le bureau, Lavande scrute chaque recoin de la pièce mais son regard n’attrape que du vide. Il n’y a définitivement pas de loup dans la pièce, elle l’a simplement rêvé.

Simplement.

Pour la première fois depuis le 2 mai 1998, Lavande a fait un rêve qui ne s’est pas achevé en cauchemar. Et elle comprend pourquoi en laissant ses yeux vagabonder sur les autres photographies de la pièce, précieusement accrochées par sa fille qui en réclament inlassablement de nouvelles.

Brooke est au loin. Brooke est à Poudlard. Lavande a eu mal à Poudlard. Elle a aussi connu des moments de joie, même si elle peine parfois à s’en rappeler la nuit.

Brooke est avec elle. Brooke est avec elle et ça, en revanche, elle ne l’oubliera plus jamais. Brooke est avec elle parce qu’elle a des souvenirs et parce qu’elle peut les rêver, les ressasser, et ainsi faire vivre sa fille avec elle. Et si un jour, ses souvenirs ne lui suffisent pas à affronter les ténèbres, alors il lui restera toujours son imagination. Elle en a, elle en a même débordé un jour. Son royaume enchanté en est l’évidente incarnation. Il lui faut réapprendre à la faire fonctionner et elle sait déjà exactement comme elle va le faire, exactement comme ses parents l’ont fait bien avant elle quand ils égayaient ses journées de leurs histoires merveilleuses et lui transmettaient ce don salvateur.

Un jour, Lavande se souviendra du 2 mai dans une maison seulement peuplée de Seamus et elle. Mais ses enfants ne seront jamais bien loin, comme ses amis ne l’ont jamais été, comme Seamus ne l’a jamais été –pas même un instant. Les mauvais souvenirs ne s’éloigneront jamais, eux non plus, mais Lavande le sait désormais, elle peut les vaincre la nuit comme elle a appris à les vaincre le jour.

Et si d’aventure il lui arrive d’échouer, ce ne sera pas bien grave.

Parce que d’une façon ou d’une autre, le jour vient toujours à bout de la nuit.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu !

N'oubliez pas la review pour me dire ce que vous en avez pensé, ça fait toujours plaisir ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.