S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


La plus loyale par sirenebchaini

[36 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Je parcourais un forum pour passer le temps... c'est à cet instant que le personnage de Bellatrix a hanté mon esprit pour ne plus en ressortir. L'avidité d'en apprendre davantage sur elle m'a prise, comme ça, d'un seul coup. Ecrire sur elle? Je n'aurais encore jamais pu l'envisager il y a quelques mois. Pourtant, c'est l'un des personnages les plus complexes de la saga de J.K Rowling que l'on a trop souvent le tort de limiter à sa folie et à sa farouche haine du sang-pur.

Autour de Bellatrix, il y a certes du sang, un amour malsain, un fanatisme incontestable... mais il y a avant tout une histoire.

Note de chapitre:

Bonjour à tous! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle fanfiction. Je me suis lancée dans cette histoire sur un coup de tête, après avoir éprouvé un certain désir d'exploiter le personnage (pour qui j'ai pourtant la plus grande aversion) de Bellatrix. J'ai envie d'essayer d'analyser ce personnage trop peu compris à travers une biographie détaillée et réaliste. Pour cette fois-ci, je renonce à mes précédentes extravagances pour être au plus près des romans de J.K Rowling. Je ne sais pas encore combien de chapitres il y aura, cela dépendra de l'avancée de l'histoire (j'imagine qu'il y en aura un certain nombre, vu que j'ai toute une vie à raconter^^). Bonne lecture!

Ps: "La plus loyale" étant une biographie, je m'en tiendrai strictement à la trame originale. Ce qui veut dire que pour éviter toute incohérence, je me baserai sur les livres de J.K Rowling, et j'étudierai attentivement les fiches de chaque personnage ainsi que la chronologie. Parfois, certaines scènes sont peu développées et certains personnages sont seulement cités de nom, alors un peu d'interprétation personnelle et d'invention s'imposeront.

Disclaimer: L'univers et les personnages utilisés pour cette histoire sont empruntés à J.K Rowling.

 

1.

 

Les boules de Noël

 

Décembre 1956 – Le blizzard n'allait pas tarder à se lever sur la bourgade de Hansord. Cet endroit n'était qu'à quelques lieues de Londres, mais à en juger par son aspect délabré et fantomatique, il n’accueillait pas (ou bien très peu) de moldus. Les maisons asymétriques, toutes très anciennes, appartenaient surtout à des sorciers à la retraite, ou alors à des familles désireuses de ne pas se mêler au monde sans magie. La demeure la plus à l'écart des autres et la plus pompeuse était celle de Cygnus et Druella Black, des nobles qui inspiraient le respect de tous. Les murs en pierre noire et le haut grillage doré se dressaient avec arrogance au milieu du village.

Le couple, qui avait trois filles, ne quittait que très rarement la maison et évitait autant que possible d'aborder les voisins des alentours, car aucun d'entre eux n'était à leurs yeux suffisamment « important » pour côtoyer un Black. Renfermés, Cygnus et Druella craignaient l'extérieur et essayaient de préserver leurs enfants de son influence néfaste. Ce qui était certain, c'est qu'ils n'avaient rien à craindre pour leur aînée, Bellatrix : du haut de ses six ans, elle avait déjà adopté la doctrine de ses parents, à savoir celle qui consistait à différencier le « sang-pur » du « sang-impur ». Et elle clamait avec fierté son statut de sang noble en toute occasion.

- Les sang-impur ne sont pas comme nous, Bellatrix, lui répétait régulièrement sa mère. Ce sont des êtres inférieurs au sang souillé. Tu dois te préserver de leur influence.

Aujourd'hui, il advint que des moldus s'aventurèrent jusqu'au village de Hansord. M. et Mrs Black les repérèrent alors qu'ils dévalaient une pente recouverte de neige, des guirlandes et des boules de sapin à la main. Cygnus voulut les chasser, mais Druella jugea plus prudent de ne pas se faire remarquer par le voisinage ; elle se contenta d'isoler toutes les fenêtres de l'immense demeure avec les épais rideaux de velours pour éviter que ses filles ne se salissent le regard.

Cependant, Bellatrix avait déjà un niveau avancé en magie malgré le fait qu'elle ne soit pas encore une apprentie sorcière. Elle se dressa de tout son long devant le rideau de sa chambre, fit jaillir des étincelles bleues de ses paumes, et le rideau se déverrouilla. Elle se pencha alors, et vit deux garçons de son âge à travers la vitre – deux sang-impur. Ils portaient des habits moldus : une sorte de pantalon à bretelle complété par un manteau et un béret en laine. Et ils chantonnaient :

- Je vous souhaite un joyeux Noël... Je vous souhaite un joyeux Noël...

« Ce doit être une mauvaise chanson, se dit Bellatrix. Mère m'a dit que tout ce que font et disent les sang-impur est mauvais... Je vais les faire partir d'ici ! ». Elle ouvrit la fenêtre ; un vent glacé s'engouffra dans la pièce. Ensuite, elle leva l'une de ses petites mains d'où un tourbillon rouge apparut. Elle lança les étincelles qui atteignirent l'un des garçons à la tête. Il gémit de douleur, et s'enfuit avec son camarade un instant plus tard.

Bellatrix éclata de rire en sautillant sur le rebord de la fenêtre. C'est alors qu'une voix résonna derrière elle :

- Qu'est-ce que tu fais, Bella ?

- Va-t'en d'ici, André ! S'énerva la fillette en sautant à pieds joints sur le sol en bois.

Les deux sœurs se retrouvèrent face à face. Elles se ressemblaient tellement avec leur chevelure brune épaisse et leurs yeux sombres qu'il n'était pas rare qu'on les confonde avec des jumelles. La différence entre les deux était que Bellatrix était intrépide et dynamique, tandis qu'Andromeda était douce et sensible ; de plus, elle avait un an de moins que Bellatrix.

Elle demanda avec enthousiasme :

- Tu joues à « la chasse aux moldus » ? Je veux jouer avec toi !

- Non, non, non ! La repoussa Bellatrix. Mère va nous entendre ! Elle ne veut pas qu'on regarde les moldus. Je t'ai dit de t'en aller !

Ses yeux, qui pivotèrent du côté de la fenêtre, captèrent alors un détail important : une espèce de branche verte lustrée gisait sur la neige à l'endroit où les deux garçons moldus s'étaient trouvés auparavant, accompagnée de plusieurs boules de toutes les couleurs. Des objets impurs.

Une curiosité mêlée de peur envahit Bellatrix. D'un geste, elle attrapa le bras de sa sœur :

- Viens !... Vite !

Elles gardèrent leurs tenues fines d'intérieur, mais enfilèrent tout de même des souliers. Après, elles s'éclipsèrent de la chambre sur la pointe des pieds, descendirent les escaliers en colimaçon des deux étages qui précédaient les chambres, et quittèrent la maison. Sans lâcher la main d'Andromeda, Bellatrix prit ensuite de l'élan, et sauta par-dessus le grillage. Elles flottèrent en l'air pendant quelques secondes avant d'atterrir en douceur sur la neige. Andromeda s'extasia :

- Tu es vraiment forte, Bella ! Je ne savais pas que tu étais déjà capable de sauter si haut ! Tu deviendras certainement une grande sorcière.

- Chère sœur, tu es trop naïve, dit Bellatrix avec supériorité en agitant ses jambes dans la neige. Tous les enfants de notre âge sont capables de sauter à cette hauteur, mère me l'a dit... À propos, où sont mère et père dans la maison ?

- Mère est au berceau de Narcissa et père prend son bain.

Elles contournèrent précipitamment la maison jusqu'à atteindre l'endroit où avaient été abandonnés les objets impurs de moldus. Bellatrix ralentit le pas, mais Andromeda courut en voulant empoigner à pleines mains la branche. Bellatrix l'arrêta en criant :

- Ce sont des objets souillés ! N'y touche pas !

D'un geste, elle repoussa sa sœur et fut la première à examiner les objets de près. À première vue, rien dans ces curieux ornements colorés ne paraissait renfermer un danger potentiel. Mais, c'était probablement une apparence trompeuse. Bellatrix s'inclina vers le sol pour les effleurer du bout des doigts ; Andromeda la devança alors en prenant une boule vermeille.

- Idiote ! La gronda Bellatrix en tentant de la lui arracher des mains.

- Il n'y a rien à craindre, Bella. Touche !

Sceptique, Bellatrix avança sa main qui finit par entrer en contact avec une surface lisse. Elle aperçut son reflet déformé par l’intrigante sphère. « Cette boule a-t-elle un rapport avec ce que les sang-impur appellent Noël ? » se demanda-t-elle. Ses réflexions furent interrompues par Andromeda :

- Moi, je trouve ces objets plutôt beaux... Les moldus sont-ils vraiment aussi impurs que mère et père le disent ?

- Oui, car nous sommes nobles et pas eux, répondit Bellatrix avec conviction. La preuve, c'est qu'ils sont incapables de pratiquer la magie !

Ses yeux restèrent néanmoins rivés sur les décorations de Noël, et ne s'en détachèrent pas. Seul le froid qui engourdit ses membres l'empêcha de contempler plus longtemps les objets.

 

 

- Pourquoi est-ce que tu n'arrives plus à sauter, Bella ?

- Je n'en sais rien ! S'énerva-t-elle en reprenant son souffle. J'y suis arrivée sans problème, tout à l'heure !... Je suis sûre que ce sont les choses moldues qui m'ont enlevé mes pouvoirs magiques !

Elle observa le grillage à la longueur vertigineuse qui masquait la demeure de ses parents, puis reprit une quatrième fois de l'élan. Son saut échoua une nouvelle fois, et sa sœur et elle tombèrent tête la première dans un tas de neige. Mouillées jusqu'à la racine de leurs cheveux, elles se redressèrent tant bien que mal. Bellatrix fut à deux doigts de piquer une crise de nerfs.

Au même instant, elle vit la double porte d'entrée s'ouvrir à la volée, et sa mère apparaître sur son seuil. Vêtue d'une robe émeraude en satin, ses cheveux blonds tirés en arrière de façon aristocratique, elle était très belle. Ses lèvres maquillées étaient cependant crispées par la colère.

- Bellatrix ! Andromeda ! Cria-t-elle en les apercevant.

Elle traversa à grands pas la distance qui les séparait, déverrouilla le grillage avec sa baguette, et empoigna sans ménagement les bras de ses filles. Ensuite, elles reçurent toutes deux une gifle digne de l'état de colère dans lequel se trouvait Druella avant d'être consignées dans leurs chambres respectives. Bellatrix se retrouva momentanément isolée dans l'immense salle de séjour qui lui servait de chambre, et ses rideaux de nouveau clos l'empêchèrent d'être spectatrice de la tempête de neige. Les propos de sa sœur concernant les moldus lui revinrent en mémoire, tandis qu'elle jouait avec l'une des boules de Noël qu'elle avait discrètement emporté avec elle.

Lorsque la porte de sa chambre s'écarta, elle bondit hors de son lit à baldaquin et jeta la boule – qui rata malheureusement sa cible et brisa une fenêtre. Son père Cygnus pénétra dans la pièce en lui lançant un regard encore plus menaçant que celui de Druella il y a quelques minutes.

- On m'a dit que toi et ta sœur avez approché cette racaille de moldus, dit-il d'un ton bourru. Est-ce que c'est vrai, Bella ?

M. Black possédait les mêmes traits durs et les mêmes manières brutales que les membres de sa famille. Par ailleurs, contrairement à sa femme, il n'était que fort peu soucieux des convenances. Mais même s'il était moins froid et distant que Druella, il assenait des corrections particulièrement sévères à ses filles envers qui il était très peu paternel ; ses sourires chaleureux n'étaient qu'une façade. Bellatrix répliqua vivement :

- Non, mère n'a rien compris ! J'ai chassé les sang-impur, et après ça, André et moi, nous sommes allés nous amuser dans la neige.

- Vous ne devez pas vous mêler à cette vermine, nous vous l'avons assez répété !

La voix éclatante de son père n'impressionna pas Bellatrix qui protesta :

- J'en ai marre d'être enfermée dans cette maison !

- Est-ce qu'une gamine de ton âge est en droit d'en avoir marre de quoi que ce soit ?

En deux mouvements, Cygnus l'écrasa à terre. Elle se laissa faire, car elle avait anticipé sa réaction. Les punitions de son père étaient l'une de ses routines mensuelles (et elles n'étaient nullement un frein à sa désobéissance). La main de celui-ci s'abattit à plusieurs reprises sur elle : ces coups ne parvinrent qu'à lui arracher un faible cri de douleur. Elle ne pleura même pas. Puis, son père se redressa et quitta la chambre en claquant la porte derrière lui.

Du sang perla sur la joue gauche de Bellatrix, mais elle n'y prêta pas attention. Les hurlements d'Andromeda provenant de la pièce voisine, mêlés aux pleurs de leur jeune sœur Narcissa, furent à peine perceptibles pour elle. Elle demeura allongée de tout son long sur le sol, les yeux rivés sur le plafond haut aux poutres soigneusement sculptées et au lustre recouvert de dorures ; ce décor luxueux l’écœura brusquement. Elle savait qu'elle était plus que chanceuse d'être née dans une famille au sang-pur, mais son manque de liberté commençait à lui peser. Et elle n'avait que six ans...

- Bellatrix.

Sa mère Druella était debout devant elle. En fronçant les sourcils, elle lui demanda :

- Que fais-tu étalée au sol comme une souillon ? Surveille tes manières. (elle insista) Allez, redresse-toi vite.

La fillette s'assit sur une chaise à contrecœur. Sa mère s'approcha d'elle, une serviette humide à la main, et elle lui essuya le visage tout en déclarant sèchement :

- Ton père ne te corrige pas sans raison, Bellatrix. Tu ne respectes pas le nom des Black en agissant si sottement... Toutes ces années durant, nous t'avons mis en garde contre les sang-impur dans le but de te protéger, mais tu es une enfant gâtée et capricieuse. Tu as tout ce dont n'importe quelle fille de ton âge pourrait rêver, ici ! Et tu ne t'en contentes pas ! Tu préfères aller salir notre réputation !

- Je suis fière de la noblesse de mon sang, mère ! Seulement, je ne veux pas rester enfermée dans cette chambre jusqu'à ce que je sois assez grande pour aller au collège.

Druella se débarrassa du linge avant de poser – presque tendrement – ses mains sur les épaules de Bellatrix.

- Dans ce cas, tu n'as aucune raison de t'adonner à ces jeux puérils et dangereux. Ce foyer est l'endroit le plus sûr pour toi et tes sœurs ; n'oublie pas que la plupart des gens sont indignes de vous, car vous êtes d'un rang supérieur... C'est pour ton bien que je dis tout cela, ma petite fille.

- Je le sais, mère.

Les longs sourcils fins de Druella se plissèrent une nouvelle fois :

- C'est ce que tu me réponds à chaque fois, Bellatrix... Laisse-moi donc remettre de l'ordre dans tes cheveux, tu es affreusement négligée. Nous allons rendre visite à ton oncle Orion et à ta tante Walburga, alors j'ai reprisé ta nouvelle toilette.

Bellatrix grimaça :

- Mais je déteste aller là-bas ! Leur elfe de maison me dégoûte et leur cuisine est mauvaise !

- Ne discute pas ! S'emporta soudainement sa mère.

Après avoir passé une brosse sur ses mèches noires emmêlées, elle sortit de la chambre d'une démarche exténuée. Et une heure plus tard, la famille au complet fut en route pour Londres.

 

 

Bien évidemment, pour accéder au 12 square Grimmaurd, il était exclu que Cygnus et Druella empruntent un autre moyen de transport que la transplanation ; la hantise que leurs deux filles se promènent dans les rues de Londres, infestées de moldus, les poussait à ne se déplacer que très peu à l'extérieur en compagnie de leurs enfants. De toutes manières, les façades de la demeure, qui étaient terriblement sobres, n'avaient aucun intérêt comparé à leur vaste maison de Hansord.

Quand ils arrivèrent au 12 square Grimmaurd, Druella frappa sans attendre à la porte d'entrée en rajustant son chapeau à velours. Elle fit ensuite remarquer :

- Je me demande comment fait ma belle-sœur pour vivre dans un endroit aussi mal fréquenté. Une rue de sang-impur, je vous demande un peu !

Bellatrix eut tout juste le temps de laisser son regard s'attarder sur la chaussée lisse du sol, les lampadaires et les voitures avant que sa mère ne les tire, elle et Andromeda, par le bras. Cygnus, quant à lui, cracha au sol avec mépris – geste grossier qui ne manqua pas d'agacer sa femme. Ce fut l'elfe de maison Kreattur qui vint leur ouvrir : il s'inclina profondément devant eux avant de les laisser passer. Très droite et digne, Druella s'avança dans le vestibule la première.

Elle salua sa belle-sœur Walburga avec condescendance. Walburga était une femme tout aussi séduisante que Druella, mais son charme était moins visible, étant donné qu'elle ne prenait pas soin de son apparence ; ses cheveux noirs en pagaille lui tombait sur les épaules et son teint était blafard (elle appartenait à la même famille que son mari, donc elle avait les caractéristiques des Black). Lorsqu'elle vit ses nièces, elle voulut immédiatement les embrasser :

- Mes deux beautés au sang le plus propre du monde ! S'extasia-t-elle en se précipitant sur elles.

Andromeda ne put échapper au baiser que Walburga lui colla au creux de la joue, en revanche, Bellatrix esquiva les lèvres de sa tante en prétextant être malade ; elle ignora l'air de reproche que lui lança sa mère, et s'installa sans enthousiasme sur le canapé du salon. Son oncle Orion, très froid, la salua du bout des lèvres. Elle lui répondit tout aussi froidement. « Qu'est-ce que j'en ai marre d'être ici ! » songea-t-elle en échangeant un regard ennuyé avec sa sœur.

- Où est la petite Narcissa ? Interrogea Walburga.

- Je l'ai confié à son autre tante, répondit Druella en buvant son verre de jus du bout des lèvres.

Une heure plus tard, ils dînèrent dans un silence déconcertant, puis Bellatrix et Andromeda furent envoyés à l'étage, dans deux chambres vides. Parfaitement consciente que leur renvoi du salon avait été fait pour laisser place à une discussions d'adultes, Bellatrix prit soin de rester éveillée. Elle quitta discrètement sa chambre aux alentours de minuit, descendit l'escalier principal, et plaqua son oreille contre la porte close qui donnait sur le salon.

Ce fut d'abord la voix de sa mère qui lui parvint :

- Je ne sais pas si j'enverrai les deux petites à Poudlard quand elles auront onze ans. J'avais déjà des appréhensions, notamment à cause des nés moldus qui ont accès à l'école, mais maintenant qu'Albus Dumbledore est devenu le directeur, on peut craindre le pire pour nos enfants.

- L'école n'est plus ce qu'elle était, ça c'est certain, dit ensuite Orion. À notre époque, avec Dippet, il y avait quand même moins de souplesse. Vos deux filles se porteront mieux à la maison, de toute façon... Il n'est pas indispensable pour une fille d'aller à l'école.

Il y eut un silence, et la voix de Cygnus résonna lentement :

- Notre monde ne sera pas définitivement régi par des idiots comme Dumbledore. Les choses pourraient changer... Est-ce que vous savez qui est récemment revenu d'Albanie d'après les rumeurs ?

Bellatrix perçut des chuchotements. Enfin, elle entendit sa tante dire :

- Aurais-tu l'intention de le rejoindre ?

- C'est impossible, grogna Cygnus. J'ai ma famille, j'ai mes trois filles. Je ne peux pas m'absenter.

- Tu n'ignores pourtant pas qu'il nous voudra à ses côtés, s'il est vraiment revenu.

Le cœur battant, Bellatrix s'écarta de la porte. Elle ignorait ce que signifiait les propos secrets qu'elle venait d'écouter, mais elle avait l'intuition que quelque chose de nouveau allait bientôt se produire. Elle se demandait seulement pour quelle raison ses parents tenaient tellement à le lui cacher.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.