S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


Ainsi naquît sa vocation par Vegeta

[8 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ce petit OS est une participation au projet "Vive la rentrée !" organisé par les modératrices du site ! Vous pouvez vous aussi participer, tous les détails sont ici !!
Note de chapitre:

J'espère que ce petit voyage dans le Poudlard des années 40 vous plaira :)

Septembre 1945

Poudlard, Bureau du Directeur

L’horloge sonna quatre coups, interrompant ma discussion avec Dilys Derwent. Il était venu spécialement depuis son tableau de Sainte-Mangouste pour me donner des nouvelles d’Hepzibah, ma chère descendante. Elle avait fait une petite chute de tension, et vu son âge, son elfe l’avait emmenée à l’hôpital. Heureusement, rien de bien grave, elle allait pouvoir rentrer chez elle dès ce soir.

S’étonnant de notre soudain silence, Albus Dumbledore, le tout nouveau directeur de Poudlard, releva la tête.

− Un problème, mes amis ?
− Aucun, Albus, répondit Dilys. A quelle heure finissent les cinquième année de Poufsouffle aujourd’hui ? s’enquit-il.
− A quatre heures. Maintenant.
− Alors va vite retrouver ta favorite, Helga, sourit Dilys en me regardant. Je sais que tu meurs d’envie de la voir depuis qu’elle est revenue.

Le directeur sourit dans sa barbe.

− Notre nouvelle préfète ? demanda-t-il.

Je lui fis un sourire d’acquiescement, embrassait Dilys en le remerciant de sa visite, et filait. Ma protégée arriverait bien vite à la salle commune, il fallait que j’y sois.

Poudlard, Salle commune de Poufsouffle

Quand j’atteignis la salle commune, les premiers élèves passaient tout juste les tonneaux. Un première année était trempé et un autre élève l’accompagna à son dortoir en le rassurant.

− Tu verras, tu apprendras bien vite à entrer dans la salle commune.
− Ça pue, en plus, ce truc, se plaignit le plus jeune.
− C’est du vinaigre, précisa l’autre. Puis, indiquant une jeune fille, il ajouta, regarde, tu n’es pas le seul à t’être trompé. Ça arrive, ce n’est pas grave.

La petite fille blonde était en larmes, mais une main secourable se posa sur son épaule. Ma favorite ! Toujours là pour aider les plus jeunes, je n’étais absolument pas surprise par sa promotion au grade de préfète. D’autant que je l’avais suggérée à Armando en fin d’année scolaire. L’adolescente agita sa baguette de châtaigner et la petite blonde se retrouva sèche en un clin d’œil. Elle remercia chaudement la préfète et rejoignit ses camarades.

Pomona la suivit du regard quelques instants, puis elle tourna son regard bienveillant vers moi et je vis son visage s’éclairer. Elle était apparemment ravie de me revoir. Elle allait s’approcher de la cheminée, au-dessus de laquelle j’étais installée, mais un garçon que je reconnus comme étant son homologue l’interrompit.

Je n’entendais pas leur discussion à cette distance, d’autant plus que quelques élèves avaient pris place à proximité de moi et papotaient joyeusement, échangeant sur leurs cours de cette première semaine de l’année. Je vis toutefois l’adolescent indiquer quelque chose vers les fenêtres. Suivant son geste, je remarquai de grosses grappes de fleurs, semblables au lilas moldu, qui agitaient paresseusement leurs pétales. Un petit cercle d’élèves s’était formé autour de la plante en question, si bien que Pomona dût s’approcher pour distinguer ce que j’avais immédiatement remarqué depuis ma position surplombant la salle commune. Mais dès qu’elle vit les fleurs, sa bouche s’ouvrit toute grande, et ses mains volèrent à son visage pour cacher sa surprise. Je n’avais jamais prêté attention à cette plante depuis qu’elle avait été installée, mais visiblement, c’était une grande émotion pour ma petite protégée.

Je la vis donner quelques instructions aux élèves à proximité, et l’atmosphère se chargea d’une légère méfiance. Fronçant les sourcils, je tentai de comprendre ce qu’il se passait. De la méfiance en salle commune de Poufsouffle, depuis près de mille ans que je vivais à Poudlard, je n’avais jamais vu ça ! Reportant mon regard sur Pomona, je constatai avec surprise qu’elle venait de faire apparaître une dizaine de pince-nez et les distribuait aux curieux rassemblés autour de la fameuse plante. Au fur et à mesure que les petits accessoires se juchaient sur les narines des élèves, la méfiance s’évanouit et, un à un, ils semblèrent réaliser quelque chose. Pomona resta encore quelques minutes à proximité des fleurs violettes, visiblement fascinée. Elle finit par sortir des ses pensées, remercia apparemment son homologue et, levant les yeux vers moi, constata ma perplexité. Elle sourit chaleureusement et vint enfin à moi.

− Bonjour madame, me salua-t-elle. Je suis si heureuse de vous revoir ! Désolée pour l’attente, s’excusa-t-elle, il y avait une petite urgence.
− Bonjour Pomona ! répondis-je en lui adressant un sourire ravi. Quelle est donc cette plante ? ajoutai-je immédiatement, curieuse. Est-ce qu’elle est dangereuse ? Je n’avais jamais vu les Poufsouffle être autant sur leurs gardes.
− C’est une plante à Pipaillon, madame. Elle ne fleurit ainsi qu’une fois par siècle, c’est fabuleux d’avoir pu y assister, s’enthousiasma Pomona.
− Elle ne fleurit pas comme ça tout le temps ? demandai-je, ayant relevé le « ainsi ».
− Non, habituellement, ses fleurs sont orangées ou jaunes. Mais les fleurs violettes sont le signe de la floraison centennale, une floraison au parfum particulier qui a pour but d’attirer les promeneurs imprudents. Il faudra absolument que j’en parle au professeur Cashewnut, je suis certaine qu’il voudra la voir.
− Les pince-nez étaient donc pour ça, pour éviter aux élèves de sentir cette odeur ?
− Oui madame. Les plus jeunes n’ont pas encore eu affaire à cette plante en cours de Botanique, on ne la voit qu’en quatrième année. Ils ne se méfient donc pas. Bon, dans la salle commune, ils ne craignent rien, mais ils auraient pu rester captivés pendant des heures avant de réussir à s’en détacher.
− C’est passionnant, je ne connaissais pas du tout cette plante !

Pomona rougit délicatement, je savais qu’elle était à la fois fière et gênée de m’apprendre quelque chose. Elle me tenait en si haute estime, elle était toujours surprise quand je lui avouais mon ignorance dans certains domaines.

Choisissant de ne pas m’appesantir sur le sujet, je continuai.

− Le professeur McGonagall sera sûrement ravie de voir que vos travaux d’il y a deux ans portent leurs fruits.

La nouvelle professeure de Métamorphoses et Pomona avaient en effet travaillé dur pendant la deuxième année de ma petite protégée, qui était aussi la dernière année de Minerva McGonagall.

Pomona avait été chargée de décorer la salle commune par le directeur de Poufsouffle. C’était une première dans l’histoire de l’école que de confier la décoration à une élève, qui plus est si jeune, mais sans doute qu’il avait perçu quelque chose en elle, tout comme moi. Consciente de la faveur qui lui avait été faite, Pomona s’était donné corps et âme pour ce projet. Elle avait installé quantité de plantes de tous horizons sur les étagères, les tables, au bord des fenêtres, ... Cependant, elle s’était vite aperçue que si l’arrosage pouvait être assuré par les Poufsouffle tout au long de l’année scolaire, il n’en était pas de même l’été. Les elfes de Poudlard ne venaient pas en salle commune lorsque l’école était fermée. Pomona débordait d’idées pour résoudre ce problème, mais elle manquait encore de connaissances en matière de magie. C’est à ce moment-là qu’elle avait eu l’idée de demander l’aide de la préfète-en-chef. Minerva McGonagall était une élève brillante et elle avait tout de suite accepté d’aider ma petite Pomona dans son projet d’arrosage automatique.

Elles avaient toutes deux étudié assidûment les consignes d’entretien des plantes apportées par Pomona, vérifiant les fréquences d’arrosage et les quantités d’eau conseillées. Certaines plantes requéraient d’autres éléments, elles avaient donc prévu des lieux de stockage, habilement dissimulés dans de minuscules placards aux quatre coins de la salle commune pour les engrais magiques ou moldus nécessaires. Elles avaient conçu un labyrinthe d’irrigation, un chemin d’eau qui serpentait entre les plantes, visitant chacune d’elle et leur fournissant les substances dont elles avaient besoin pour s’épanouir.

Leur système fonctionnait si bien que le professeur de Botanique l’avait décliné dans les serres de l’école en savourant avec plaisir l’idée qu’il pourrait enfin partir en vacances pendant l’été sans risquer de trouver la désolation parmi ses plantes à son retour. Il était parti cet été en Amérique du Sud, il m’avait longuement conté ses trois semaines aux côtés des sorciers brésiliens quand il était rentré.

− Oh oui ! s’exclama Pomona. Il faut absolument que je montre la salle commune à Minerva ! Enfin… Au professeur McGonagall, sourit-elle. C’est tellement étrange de l’appeler ainsi, j’ai failli me tromper hier en cours de Métamorphoses.
− Un jour viendra où d’autres voudront vous appeler Pomona au lieu de professeur Chourave, j’en suis certaine, commentai-je avec un sourire.
− Vous croyez ?
− Évidemment. Vous êtes-vous vue apprendre à ces jeunes les spécificités de votre plante tout à l’heure ? Pédagogue et enthousiaste, compétente dans votre domaine, vous avez tout pour faire une excellente professeure de Botanique, Pomona. Je suis sûre que le professeur Cashewnut serait d’accord avec moi !

À mon grand plaisir, ma protégée semblait considérer l’idée avec intérêt.

− Je n’avais jamais pensé à enseigner, réfléchit-elle à voix haute. Quelles sont les options que je devrais prendre pour cette voie ? s’inquiéta-t-elle.
− Ne vous en faites pas, Pomona, vous avez tout le temps de décider de vos options, vous venez tout juste de commencer votre cinquième année. Vous aurez un ensemble de cours avec votre directeur de Maison en fin d’année, pour discuter de vos options pour l’année prochaine. Vous verrez avec lui à ce moment-là, si cette idée vous inspire toujours.
− Vous dites vrai, approuva-t-elle, rassurée. Et puis, il faut déjà que je sache si je suis capable d’être responsable d’élèves, dit-elle.

Ne voyant pas où elle voulait en venir, je souris, l’encourageant ainsi à continuer.

− Cette année va me permettre de tester mes capacités dans ce domaine, le professeur Dippet m’a nommée préfète avant de prendre sa retraite ! précisa-t-elle fièrement.

Sa joie faisait plaisir à voir. Lorsque j’avais suggéré l’idée à Armando, j’avais craint qu’elle ne veuille pas de cet insigne. Je la connaissais bien au sein de la maison Poufsouffle, depuis quatre années que nous discutions régulièrement, mais je n’avais pas de visibilité sur son attitude en cours ou dans les couloirs. Bien sûr, j’aurais pu me promener de tableau en tableau pour constater par moi-même ce qu’il en était, mais certains tableaux n’étaient pas très accueillants. Et je ne souhaitais pas non plus qu’elle s’imagine que je l’espionnais. Elle me considérait comme un mentor et n’aurait certainement pas apprécié que je me mette à la guetter et à la suivre partout. Mais Armando avait accueilli ma proposition d’un très bon œil, me précisant même que Pomona était déjà sur la liste de Préfets possibles établie par chaque Directeur de Maison.

− Félicitations, Pomona ! Je suis certaine que vous ferez de l’excellent travail à ce poste !
− Merci madame ! J’étais si surprise en recevant l’insigne, je n’imaginais pas que le professeur Dippet puisse penser à moi pour être préfète de Poufsouffle. Et je suis bien contente de faire équipe avec Dugald Lufkin, c’est un bon ami !
− Votre humilité fait honneur à la maison Poufsouffle, Pomona ! Vous n’en méritez que plus votre insigne.

Ma petite protégée devint écarlate tant elle était gênée par mes compliments.

− J’espère m’en montrer digne, madame, murmura-t-elle.
− Et promettez-moi de penser à cette idée d’enseignement, je suis certaine que vous excelleriez dans ce travail, et que vous vous y épanouiriez de surcroît.
− Oui, madame.
− Filez maintenant, je ne vous ai que trop retenue loin de vos amis, ajoutai-je à regret.
− Bien, madame. À bientôt ! me salua-t-elle avec un grand sourire.

Je la regardai s’éloigner et rejoindre ses camarades avec un petit soupir de satisfaction. Coincée dans mon tableau, je ne pouvais certes qu’être spectatrice de la vie à Poudlard. C’était déjà une joie considérable de voir ce que notre petit projet moyenâgeux était devenu. Mais ce que Pomona me donnait, cette possibilité d’encourager les miens à faire de leur mieux, c’était un cadeau de Merlin, une véritable chance de tirer vers le haut ceux qui ne comptaient que sur leur travail et leur dévouement. Les Poufsouffle.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.