S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Défaut d'envois des mails


Les hiboux se sont perdus !

Vous avez dû remarquer que les notifications (de nouveaux chapitres, de nouvelles reviews et autres) n'arrivaient plus dans votre boite email ! Effectivement, les hiboux sont en grève pour quelques temps. Notre équipe technique est sur le coup pour corriger le problème aussi vite que possible. Merci de votre compréhension !


Jim Kay pour Bloomsbury Publishing


De Le CA et l'équipe technique le 26/09/2022 17:05


Maintenance des sites


Bonjour à toutes et tous !


Pour nous prévenir un peu plus contre les bots, le serveur a besoin d'un petit redémarrage ! Le reboot traditionnel de 10h ce dimanche 25 septembre durera un petit peu plus longtemps, et au maximum une dizaine de minutes.



Merci de votre compréhension !


De Le CA et l'équipe technique le 23/09/2022 19:03


Ajout de nouveaux personnages !


Bonjour à tous et à toutes,


Les modératrices d'HPFanfiction ont le plaisir de vous annoncer que la liste de personnages a été complétée de A à Z ! La majorité des personnages de la saga sont maintenant à votre disposition pour les ajouter à vos résumés. Les personnages des Animaux Fantastiques et de L'enfant maudit ont également été étoffés. Si des personnages viennent à manquer, vous avez toujours la possibilité d'utiliser "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques" ou "Personnage de Crossover".

Pour rappel, il existe un "Personnage original (OC)" pour catégoriser vos fics mettant en scène un de vos OCs. Pour les recueils de textes mettant en scène de multiples personnages, nous vous conseillons de les ranger dans "Autre personnage Harry Potter/Animaux Fantastiques". Enfin, certains groupes ont fait leur apparition, à savoir les Gryffondor/Poufsouffle/Serdaigle/Serpentard pour vos recueils sur les maisons ou les rivalités entre elles !

Attention ! Certains noms ont été modifiés : les personnages féminins mariés ont repris leur nom de jeune fille, pour ceux connus (ex : Bellatrix Lestrange est devenue Bellatrix Black, Molly Weasley est devenue Molly Prewett, etc...).

Nous vous encourageons à reclasser vos fanfictions en fonction des nouveaux ajouts, afin qu'elles trouvent plus facilement leur public. ;)

De L'équipe de modération le 17/09/2022 16:37


Sélections du mois


Le Jury des Aspics vous invite à lire sur les plus belles, les plus fortes, les plus merveilleuses Sorcières de la saga pour la rentrée de septembre avec la Sélection Femslash ! Vous avez jusqu'au 30 septembre pour lire les 11 textes proposés par les membres et voter par ici.

Et au mois d'octobre, jouez les Indiana Jones et partez à l’Aventure ! Il vous reste 15 jours pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

Si les thèmes ne vous plaisent pas, souvenez-vous qu’il reste la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos jours, vos nuits et votre année 2023 ! Jusqu'en décembre, venez découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De Equipe des Podiums le 14/09/2022 23:00


30ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 30e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 24 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 10/09/2022 10:05


Concours d'écriture


Ici la voix...

La voix vous propose un concours Secret Story, pensé pour les membres les plus anciens du site comme ses plus récents utilisateurs ! Idéal pour apprendre à connaître de nouvelles personnes et découvrir la communauté HPFienne, autrices comme lectrices y sont les bienvenues ! La voix vous explique son projet plus en détails ici !
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 28 septembre !




De La Voix le 05/09/2022 23:30


Narcissa par Liliana

[1 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Eh oui... encore une songfic ^^

J'aime bien ce genre, y a pas à dire xD ! Et j'espère que vous l'aimerez aussi ;)

La chanson - dont les paroles sont en italiques et centrées - est "Human" de Christina Perri.

 

Le bout de son majeur effilé longea le contour de sa lèvre écarlate, s’assurant qu’il ne restait plus aucune trace disgracieuse de maquillage sur sa peau d’ivoire. Ses yeux bleus détaillèrent minutieusement son reflet dans l’immense miroir de ses appartements, à la recherche de la plus petite impureté. Mais tout était parfait. Comme toujours. Elle ne savait même plus pourquoi elle avait pris la peine de vérifier. Ses pendants d’argent étincelèrent à la lueur des chandeliers quand elle se leva, le dos droit, et sortit de la chambre silencieuse. Elle traversa l’immense couloir avec calme, sans prêter la moindre attention aux regards inquisiteurs des ancêtres dont les portraits avaient traversé les siècles. Seuls les froissements de sa robe de velours brisaient à chacun de ses pas le mutisme pesant des ténèbres du manoir. Sa main pâle – seulement ornée de son alliance - se posa sur la rambarde d’ébène et de la même démarche élégante, elle descendit les premières marches des escaliers immaculés. Son regard dévia vers le Hall vide.

Ses lèvres se pincèrent.

    - Biba !

L’elfe de maison apparut aussitôt dans un craquement sonore, le regard craintif et les jambes tremblantes.

    - O-Oui maîtresse ?

    - Je mangerai seule. Dépêche-toi.

    - O-Oui maîtresse !

La créature disparut et la sorcière reprit sa lente marche vers l’immense salle à manger du manoir.

 

I can hold my breath (Je peux retenir mon souffle)

I can bite my tongue (Je peux me mordre la langue)

I can stay awake for days (Je peux rester éveillée des jours durant)

If that’s what you want (Si c'est ce que tu veux)

Be your number one (Etre ta numéro un)

 

Ses gestes étaient mécaniques et précis. La lame du couteau tranchait la chair tendre du filet sans jamais forcer. Le sang qui s’en écoulait se mêlait aussitôt à la sauce brune imbibant les haricots, que les dents effilées de sa fourchette venaient transpercer sans aucun état d’âme. Ses lèvres vermeilles s’entrouvrirent et se refermèrent sur le bout de bœuf saignant, effleurant à peine les fourches argentées qui redescendaient déjà vers les légumes inertes. Ses canines blanches déchirèrent la viande, puis ses môlaires la broyèrent jusqu’à ce qu’elle l’avale sans la moindre émotion. Son dos était raide contre le dossier rembourré de sa chaise, son cou était tendu, tandis que ses yeux clairs regardaient son assiette se vider petit à petit sans vraiment le voir. Ses oreilles ignoraient les chuchotements des tableaux qui tapissaient les grands murs sombres de la salle à manger, que le va-et-vient régulier de ses couverts ne parvenait pas à couvrir.

Seule, face à cette table qui paraissait sans fin, elle pensait.

 

« Je rentrerai tard ce soir. Ne m’attends pas. »

 

Il l’avait dit de ce ton qu’il employait quand il partait le rejoindre. Ce n’était pas le ton dédaigneux et désintéressé qu’il prenait lorsqu’il devait se rendre à un quelconque dîner mondain. Non… c’était différent. C’était froid. Mais ce n’était pas cette froideur - à la limite de la condescendance - à laquelle elle s’était habituée au fil des années. Lucius avait toujours eu cette indifférence presque dédaigneuse envers tout un chacun, comme si ses pensées étaient sans cesse tournées vers un sujet bien plus intéressant que le monde qui évoluait autour de lui. Mais quand il parlait de lui… c’était différent.

Ça l’avait toujours été.

 

I can fake a smile (Je peux feindre un sourire)

I can force a laugh (Je peux forcer un rire)

I can dance and play the part (Je peux danser et jouer la scène)

If that’s what you ask (Si c'est ce que tu demandes)

Give you all I am (Te donner tout ce que je suis)

 

Du plus loin qu’elle se souvienne, ils avaient toujours évolué dans les même sphères depuis leur plus jeune âge. L’aristocratie était un cercle très restreint, dont la pureté devait être préservée coûte que coûte. Les mariages entre les Nobles Familles étaient devenus si naturels qu’ils étaient presque signés dès la naissance. Elle avait toujours su qu’elle épouserait Lucius.

Alors elle l’avait observé.

Discrètement. Que ce fut aux réceptions, aux dîners, ou lorsqu’elle était conviée avec sa soeur à venir converser autour d’une tasse de thé, ses yeux avaient toujours recherché la silhouette fière de celui qui deviendrait son mari. Que portait-il ? Que mangeait-il ? Qu’aimait-il ? Quelles étaient ses expressions ? Elle devait tout connaître. Chaque regard, chaque geste, chacune de ses intonations, elle devait absolument être en mesure de tout déchiffrer si elle voulait l’épauler au mieux lors de leur vie commune. Sans jamais franchir les limites de la bienséance, elle se renseignait avec prudence en attendant impatiemment sa rentrée à Poudlard. Le jour où elle appartiendrait enfin à la Noble Maison Serpentard.

 

I can do it (Je peux le faire).

 

Ses doigts caressèrent brièvement les couverts argentés qu’elle avait reposés sur la nappe immaculée avant de se saisir de sa serviette en soie verte, qu’elle plia pour tamponner délicatement ses lèvres. Le silence était revenu dans la grande salle déserte ; mais les regards inquisiteurs ne l’avaient pas quittée. Elle les sentait peser sur ses épaules, guettant la plus petite faille, la plus petite brèche dans son attitude parfaite. Ou qu’elle aille, quoiqu’elle fasse, c’était toujours ainsi.

C’était le prix à payer pour avoir épousé un Malefoy.

    - Biba !

Sa voix sèche se répercuta contre les murs sombres, unique témoin du souffle de vie qui habitait dans ce Manoir vide d’âme. Le craquement caractéristique du transplanage résonna à son tour tandis que l’elfe de maison apparaissait à ses côtés.

    - Débarrasse la table, dépêche-toi. Et n’oublie pas mon thé.

Elle ne prit pas la peine d’écouter la réponse bégayante de la créature.

Les portes s’étaient déjà refermée dans son dos.

Le silence était revenu.

 

I can do it (Je peux le faire).

 

Lucius avait toujours été le centre de son univers, même si elle n’avait jamais été le sien. Les six années qu’ils avaient passé ensemble à Poudlard avaient grandement favorisé leur rapprochement, mais jamais Lucius ne l’avait considérée comme elle s’était évertuée à le considérer depuis leur rencontre. Elle n’avait été qu’un fil de plus dans la toile qu’il avait habilement tissée tout au long de sa scolarité. Un fil auquel il serait forcé d’être lié jusqu’à sa mort.

Leur engagement avait été annoncé au début de sa septième année, faisant peser pour la première fois sur ses épaules le poids que son futur mariage lui imposerait toute sa vie. Si son ascendance lui avait toujours dicté une certaine conduite, son statut, lui, avait vu son rang s’élever brutalement. Non seulement grâce à la noblesse du nom Malefoy, mais aussi grâce aux nombreuses relations que Lucius avait stratégiquement organisées autour de lui. Ce qui n’était alors que des visages rencontrés ici et là, allait bientôt devenir un véritable réseau politique. Ce fut à ce moment qu’elle comprit réellement ce qui était attendu d’elle. Ce fut à ce moment qu’elle abandonna toute idée d’exister à ses yeux.

Elle avait été Narcissa Black, sorcière riche et talentueuse, le cœur rempli d’idéaux.

Elle serait Narcissa Malefoy, épouse inhumaine et parfaite, le cœur vide de tout sentiment inutile.

 

I can do it (Je peux le faire).

 

La sorcière s’arrêta, sa main glissant du bois sombre de la rambarde des escaliers. Ses yeux bleus sondèrent le long couloir menant aux appartements que des chandeliers éclairaient de leurs flammes, dissimulant dans une semi-obscurité les figures peintes des ancêtres. Alors, un pas après l’autre, elle commença la longue traversée des ténèbres, saluant d’une voix froide mais respectueuse les différents portraits dont les regards scrutateurs ne cessaient d’épier ses mouvements à longueur de journée. Elle n’obtenait en général peu de réponses ; quelques commentaires narquois pouvaient aussi émerger de la noirceur ambiante, lui rappelant parfois le supplice des critiques blessantes et injustes qu’elle avait dû endurer durant ses premières années au Manoir Malefoy. Mais elle s’en moquait. Il y avait bien longtemps qu’elle avait appris à supporter ce genre de choses. Son poignet pivota ; la porte s’ouvrit et se referma sans aucun bruit. Ses pieds la guidèrent machinalement jusqu’à son fauteuil, près duquel l’attendaient une tasse de thé fumante et quelques gâteaux à la cannelle. Et lorsque sa tête heurta le dossier en cuir, un soupir s’échappa d’entre ses lèvres tremblantes.

 

But I’m only human (Mais je suis seulement humaine)

And I bleed when I fall down (Et je saigne quand je tombe)

I’m only human (Je suis seulement humaine)

And I crash and I break down (Et je m'effondre et je fond en larmes)

Your words in my head, knives in my heart (Tes mots dans ma tête, des couteaux dans mon cœur)

You build me up and then I fall apart (Tu me renforces et ensuite je craque)

I’m only human (Je suis seulement humaine)

 

En tant qu’épouse, il avait été de son devoir de donner naissance à celui qui hériterait du noble nom des Malefoy. Mais jamais, durant toutes ces années de préparation à sa future vie de femme mariée, jamais elle n’avait envisagé la possibilité qu’elle ne pourrait pas concevoir. Mais les mois s’étaient écoulés et des rumeurs avaient commencé à circuler ; leur deuxième année de mariage venait tout juste de se terminer. Et bien que les Black l’eussent défendue devant tous, elle n’avait cessé de devoir courber le dos pour se faire pardonner d’apporter tant de honte sur son Sang. Quant à Lucius, sa présumée « infertilité » n’avait jamais été un réel problème à ses yeux. Peut-être avait-il songé à la répudier et prendre une autre épouse, humiliant ainsi la Noble Famille des Black pour l’éternité. Elle ne l’aurait jamais permis.

Alors elle avait pris les choses en main.

Elle avait visité des guérisseurs par dizaine, elle avait bu des potions et des élixirs par centaine, elle avait lu tout ce qu’elle avait pu trouver sur le sujet jusqu’à en tomber d’épuisement. Elle avait concentré toutes ses forces sur cet enfant à naître et ses efforts avaient fini par payer. Trois années supplémentaires avaient été nécessaires pour rassembler tous les ingrédients manquants. La magie primordiale était une branche oubliée et dangereuse de la magie qu’une toute petite poignée de sorciers connaissait et continuait d’étudier avec précautions.

Elle se souvenait très bien du soir où elle était entrée dans la hutte de cette chamane.

 

I can turn it on (Je peux raviver ça)

Be a good machine (Être une bonne machine)

I can hold the weight of worlds (Je peux supporter le poids des mondes)

If that’s what you need (Si c’est ce dont tu as besoin)

Be your everything (Être ton tout)

 

Le nuage de vapeur remonta le long de son visage blême alors qu’elle portait la tasse de porcelaine à ses lèvres. Le liquide brûlant se déversa dans sa gorge sèche, coulant sur sa peau irritée par les cris qu’elle s’était efforcée de contenir au cours de la journée. Il fallait qu’elle agisse. Elle le devait. Cette idée la rongeait de l’intérieur depuis des jours, telle une hydre dont les têtes repoussaient toujours plus nombreuses à chaque fois qu’elles étaient coupées. Ses doigts se crispèrent sur l’anse en porcelaine. Ce n’était pas raisonnable, elle le savait. Et la raison pouvait aller se faire voir en Avalon si elle y était.

Elle avait arrêté de l’écouter depuis longtemps.

Depuis bien longtemps.

 

I can do it (Je peux le faire).

 

Le ciel était clair ce soir-là. Elle se souvenait de l’avoir brièvement observé avant de transplaner non loin du cromlech où le rituel allait avoir lieu. Elle se souvenait de l’éclat des étoiles. Elle se souvenait de la lune, si ronde et si claire. Elle souvenait de la sensation du vent contre sa nuque découverte. Elle se souvenait du poids des langes remuant dans ses bras. Ce poids qui lui étreignait le coeur à chaque fois qu’elle croisait le magnifique regard de son fils.

Ce poids qui lui rappelait à quel point il lui était précieux.

Ce poids qui lui rappelait qu’il portait deux vies en lui.

 

I can do it (Je peux le faire).

 

Narcissa reposa sa tasse et d’un coup de baguette, fit apparaître une feuille vierge et une longue plume de faisan qu’elle trempa aussitôt dans son encrier de cristal. Elle écrivit quelques mots, roula le parchemin, le cacheta et regarda le Grand Duc s’éloigner dans les ténèbres de la nuit vers la seule personne qui répondrait à son appel. Peu lui importait ce que Lucius dirait. Peu lui importait ce que Bella dirait. Peu lui importaient ce que tous diraient. Elle s’était entièrement dévouée à un seul être depuis quinze ans et elle lui resterait loyale jusque dans les derniers instants. S’il restait la plus infime chance de le sauver, elle n’avait pas à hésiter. Elle s’était battue pour sa vie. Elle s’était battue pour voir ses grands yeux bleus se tourner vers elle. Elle s’était battue pour entendre son rire. Elle s’était battue pour sentir son cœur battre dans sa poitrine.

Et elle continuerait de se battre pour le protéger, même si elle devait en mourir.

 

I’ll get through it ! (J’y arriverai !)

 

 

***

    - Cissy, ta propre sœur ? Tu n’oserais quand même pas…

    - Il n’y a plus rien que je n’oserais pas ! répliqua Narcissa dans un souffle, une pointe d’hystérie dans la voix.

Elle abaissa la baguette magique à la manière d’un couteau et un nouvel éclair jaillit. Bella lâcha aussitôt le bras de sa sœur

comme si quelque chose l’avait brûlée.

    - Narcissa !

Mais Narcissa était déjà repartie en courant. Sa sœur se frotta la main et se lança à nouveau à sa poursuite, gardant ses

distances à présent, alors qu’elles s’enfonçaient plus profondément dans le labyrinthe désert des maisons de brique. Enfin, Narcissa se précipita dans une rue qui s’appelait l’impasse du Tisseur et au-dessus de laquelle la haute cheminée d’usine semblait planer comme un doigt géant dressé dans un geste de réprimande. L’écho de ses pas résonna sur les pavés, tandis qu’elle passait devant des fenêtres cassées et masquées par des planches, jusqu’à ce qu’elle atteigne la toute dernière maison où une faible lueur filtrait à travers les rideaux d’une fenêtre du rez-de-chaussée.

Elle avait déjà frappé à la porte avant que Bella, marmonnant des jurons, n’ait eu le temps de la rattraper. Elles attendirent côte à côte, légèrement essoufflées, respirant l’odeur d’eau croupie qu’une brise nocturne apportait de la rivière. Quelques secondes plus tard, elles entendirent remuer derrière la porte qui s’entrebâilla légèrement. Elles entrevirent alors un homme qui les regarda, un homme aux longs cheveux noirs encadrant comme deux rideaux un visage cireux, et aux yeux également noirs. Narcissa ôta son capuchon. Elle était si pâle qu’elle semblait briller dans l’obscurité ; sa chevelure blonde qui ruisselait dans son dos lui donnait l’air d’une noyée.

    - Narcissa ! dit l’homme.

Il ouvrit la porte un peu plus largement, la lumière qui venait de l’intérieur éclairant les deux sœurs.

    - Quelle bonne surprise !

    - Severus, dit Narcissa dans un murmure, la voix tendue. Puis-je te parler ? C’est urgent.

 

***

 

I’m only human, I’m only human (Je suis seulement humaine, je suis seulement humaine)

Just a little human (Juste un petit être humain)

I can take so much (Je peux supporter tellement de choses)

Until I’ve had enough (Jusqu'à ce que j'en ai assez)

 

Note de fin de chapitre :

Le texte final contenu entre les "***" est un extrait du début du Prince de Sang-Mêlé de la merveilleuse J.K.Rowling ;) Je ne l'ai pas crédité dans la note de début parce que ça aurait légèrement aidé à deviner la fin ^^'

Merci d'avoir lu ! J'espère que ça vous a plu !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.