S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Moi, ou Comment survivre quand on s’appelle Lily L. Potter par Kiara Coper

[46 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Coucou !!! Me revoila avec un chapitre !!! Je vais essayer d'avancer le plus possible sur cette histoire mais je ne peux pas vous promettre d'être régulière !! J'espère que ça vous plaira !! Pour l'instant il n'y a pas beaucoup d'action mais ça finira par arriver !! Bonne lecture !!
Chapitre 3 : Réflexions




C’est notre dernière année et on le sent dès la rentrée. Les profs nous submergent de travaillent en nous disant que de toute façon, on changerait rapidement de lieu alors autant faire le plus possible avant. J’ai harcelé Hagrid pour savoir quel genre d’endroit c’est, Henmills, mais il n’a rien voulu me dire. Alors pour m’occuper, je me suis plongée dans mes enquêtes de couples. Le plus drôle c’est de regarder les premières années. Les petites filles sont très impressionnable et regardent avec admiration tous les grands casse-cous (dont Florent, ce qui ne m’étonne pas, vu sa sœur), mais ce n’est pas encore de l’amour, ils sont trop jeunes pour ça. Les gars, eux, aiment fanfaronner pour attirer l’attention. On dirait des petits paons. C’est un régal de les observer. C’est bien mieux que de regarder Hugo et Cynthia se parler gentiment sans rien oser dire quoi que ce soit qui changerait leur relation. C’est ce qui m’a forcé à agir.


-Cyn, je peux te parler ?


Elle me regarde, surprise, mais me suis sans rien dire. Je l’entraine un peu plus loin, dans le parc où on se balade depuis une demi-heure pendant que les autres nous regardent avec curiosité. Je l’emmène derrière un arbre, suffisamment loin pour que personne ne nous entende.


-De quoi tu veux parler ? me demande-t-elle.


Autant ne pas y aller par quatre chemins.


-Qu’est ce que tu ressens pour Hugo ?


Evidemment, je sais ce qu’elle ressent, mais je veux qu’elle me le dise. Elle se met à rougir, a balbutier et à baisser les yeux. Je le lui facilite pas la tâche en me taisant, attendant seulement qu’elle me réponde.


-Je … l’apprécie … beaucoup.

-Donc tu l’aimes ?


Elle se tord les mains, regarde le sol, et attend une bonne minute avant de me répondre.


-Oui.

-Alors pourquoi tu ne lui as pas encore dit ? Pourquoi dès qu’il essaye de se lancer sur le sujet, tu détournes l’attention ?


Elle semble encore plus gênée qu’avant. Je sais, vu comme ça, cela peut paraitre méchant. Mais c’est nécessaire pour qu’elle comprenne que je ne lui en voudrais pas, et que même si ça change quelque chose dans notre groupe, ce n’est pas grave.


-Pour que tu ne réagisses pas comme ça.

-Comment comme ça ?

-Pour que tu ne me sautes pas à la gorge, s’exclame-t-elle.


Elle se met à marcher en rond en se prenant la tête dans les mains.


-Oui, j’aime Hugo, depuis quelques années, maintenant. Mais je sais que tu tiens beaucoup à lui et que tu ne crois pas en l’amour. S’il y avait eut le moindre doute que je puisse rendre ton cousin malheureux, tu aurais … je sais pas, tu m’aurais transformé en crapaud ou je ne sais quoi.


Je regarde mon amie en comprenant qu’au final, on ne se connait pas tant que ça. Oui, c’est ce que j’aurais fait avec n’importe qui, mais j’ai confiance en Cynthia. Et puis, sérieusement, des années ? Moi j’ai remarqué ça que l’année dernière, ça craint pour une future journaliste.


-C’est en le rejetant maintenant que tu le rends malheureux. Je sais que tu ne t’amuseras pas avec son cœur. Je t’aime beaucoup, Cyn, et c’est vrai que Hugo compte plus que tout pour moi, mais je sais juger les gens, et je sais que tu ne le laisseras pas tomber. Alors continue à te trouver de faux prétextes pour vous empêcher d’être heureux tous les deux, si tu veux, mais ne me colle pas ça sur le dos.


Je m’éloigne et je la laisse réfléchir. Je ne veux pas la pousser dans les bras d’Hugo, parce que je sais qu’elle a suffisamment de cran pour y aller toute seule, et c’est ce que je veux, je n’ai fait que tenir la baguette, je la laisse jeter le sort. Comme ce que j’ai fait pour Jamie et mon frère. J’ai remis les pendules à l’heure, mais je les ai laissé mettre les piles, si on peut dire.

Alors que je passe près d’un groupe de première année, j’entends mon nom.


-Lily !


Florent rapplique en courant, un grand sourire collé au visage. Il s’arrête devant moi et me fait coucou de la main, comme si je ne l’avais pas remarqué avant.


-Salut microbe ! Alors, qu’est-ce que t’as fait de beau aujourd’hui ?


Il prend un air coupable et me regarde avec ses grands yeux marron en clignant des paupières.


-J’ai eu une heure de retenue. Mais c’est pas ma faute, Maggie est une sale peste et c’est pas ma faute si elle laissait ses cheveux trainer à côté du chaudron…


Au secours, un James bis miniature ! Je souris, c’est McGo qui va être contente ! Elle qui doit se réjouir de voir que l’année prochaine il n’y aura plus aucun Potter Weasley avant une bonne dizaine d’année, elle va se retrouver confronté à une relève inattendue.


-C’est sans aucun doute la faute du chaudron.


Il sourit comme le petit effronté qu’il est.


-C’est ce que j’ai dit à Jason mais il n’a pas voulu me croire !


Oui, Jason, c’est Mr Hoetmann, notre prof de potion qui se trouve être le cousin éloigné de ce microbe. Dire que certaines filles tueraient pour être à sa place, ce n’est même pas exagéré.


-C’est ça, la dure vie d’artiste, bonhomme. Et ce n’est que le début.

-J’y compte bien.


Bizarrement, l’espace d’un instant, j’ai l’impression de voir James avec quelques années de moins. Je le décoiffe et je l’embrasse sur le front.


-Allez file, moustique ! Et continue à bien t’amuser, quoi qu’en dise ta sœur et ta mère.


Il rejoint ses amis en trottinant joyeusement comme seul un enfant peut le faire. Je fais pareille, mais avec une démarche plus calme et mature… ou pas.


-Hugoooooooooooo !


Ce dernier se retourne juste à temps pour m’attraper dans ses bras alors que je viens de lui sauter dessus. Les autres rigolent pendant qu’il me gronde, sauf Jane qui secoue la tête comme si j’étais une cause perdue.


-Où est Cynthia, fini par demander mon cousin préféré.

-Elle ne devrait plus tarder, elle réfléchit.


Je vois à son regard qu’il veut savoir ce que je lui ai dit, mais qu’il n’est pas sûr que ce soit une bonne chose d’être au courant.


-Avec un peu de chance, tu le sauras bientôt, je chuchote de façon à ce qu’il soit le seul à entendre.


Il regarde droit devant lui, mais je vois qu’il est troublé et qu’au fond de lui il espère que c’est ce qu’il croit, donc ce que j’ai fait. Je me retiens d’ébouriffer ses cheveux, sachant qu’il n’aime pas trop et que je réserve ça pour de grandes occasions. Moyennant quoi, je ne vois pas le gars devant moi et je lui rentre dedans. Et pour mon plus grand malheur, c’est …


-Potter, tu ne peux pas regarder où tu mets les pieds ? se plaint Quentin en me rattrapant de justesse alors que je manque de tomber.

-Si tu ne t’arrêtais pas en plein milieu, Willow, je n’aurais pas à te rentrer dedans.


Il me tient encore la taille et je le trouve trop près de moi. Il me rend nerveuse. Maintenant que je sais que sous une impulsion subite, il peut se mettre à m’embrasser, je n’aime pas rester trop près de lui, comme dans ses bras, par exemple. En gros, là où je suis en ce moment. Et je crois qu’il l’a parfaitement compris parce qu’il me chuchote à l’oreille.


-Il faudra qu’on en parle un jour.

-Pas besoin d’en parler.


Je l’écarte et rattrape mes amies qui ont continué d’avancer, pour nous « laisser de l’intimité » et je suis sure qu’Emma est à l’origine de cette initiative. Jane ralentit pour se mettre à ma hauteur alors que les autres me jettent des coups d’œil vraiment pas subtile.


-C’est moi où il te fait du rentre dedans maintenant ?

-Il veut qu’on parle…


Jane me dévisage, et je vois à ses grands yeux noirs qu’elle comprend parfaitement ce que je ressens.


-Oh.


Voilà qui résume parfaitement ce que je pense… Elle regarde autour de nous et soupire.


-Va falloir qu’on en discute. Tu viendras avec moi faire ma ronde.


A ce moment-là, Cyn nous rejoint. Elle m’adresse un vague sourire avant de dévorer Hugo des yeux. Je crois qu’elle a compris mon message, c’est bien. Pourtant, à ma grande surprise, elle ne lui demande pas de la suivre pour parler.


-T’as réussi à la bougé ? me demande Emma.

-Normalement. Ya plus qu’à attendre.


Et comme si elle répondait à mes paroles, l’horloge sonne 19h. Il est temps d’aller manger.




OoOoOoO





Après un bon repas, où je me suis empiffré comme d’habitude, je me retrouve dans les couloirs avec Jane, ma cape sur moi et la carte du maraudeur dans la main, pour surveiller que personne n’est là.


-Bon, résumons. Willow t’énerve. Et ce depuis toujours. Il t’embrasse par surprise l’année dernière, tu lui fous une tarte et deux mois après il vient te dire qu’il faut que vous parliez.

-Bon résumé de la situation.

-Qu’est-ce que tu ressens pour lui ?

-Jane ! Tu devrais savoir.


Elle soupire et roule des yeux, avant se remettre une mèche derrière ses oreilles.


-Je le sais, mais si on doit faire un point sur la situation, il faut que tu répondes à tout, même si je sais déjà.

-Il m’énerve.

-Bien. Mais ça c’était avant. Après qu’il t’ait embrassé, est ce que tu as ressentis autre chose ?

-De l’ennuie ?

-Par Merlin, fait des efforts Lily !


Je rechigne. Certes, il m’a toujours énervé. Ou presque. Le fait qu’il m’embrasse n’a rien changé à ça. Par contre, maintenant je suis tendue quand il est dans la même pièce que moi. C’est comme si j’ai enfin pris conscience qu’il est un homme. Mais c’est pas pour autant que je veux qu’il soit « mon homme ». Je l’explique du mieux que je peux à Jane, qui pousse un nouveau soupir. C’est un peu sa marque de fabrique.


-Et ce baiser, tu l’as trouvé comment ?


Tiens, c’est une question que je ne me suis jamais posée.


-Hé bien. On était en train de … pas vraiment de se disputer, mais disons de se lancer des piques. Et puis je lui ais dit « Tu sais, si tu continues à me contredire, tu pourrais bien te retrouver avec une théière à la place de la tête. ». Comme il me connait, il savait que ça risquait d’arriver, alors je me suis dit qu’il allait me laisser tranquille. Sauf qu’à ce moment, il s’est avancé et m’a attrapé la taille et le cou pour m’embrasser. C’était pas vraiment tendre, pas non plus le baiser d’adieu du gars qui part pour toujours. On va dire plus ou moins passionné. Et là je lui ais foutu une baffe.
Et je l’ai évité toute la fin de l’année. Parce qu’à l’époque, j’étais encore Lily l’innocente.


Maintenant, je suis plus froide que jamais avec lui. Avant, même si je me chamaillais avec lui, je n’étais pas si méchante. Je pense que c’est ce qui le déstabilise le plus, la disparition de la petite Lily-Jolie.


-Si tu pouvais l’embrasser encore, est ce que tu le ferais ?

-Non !

-Rectification. Si tu pouvais embrasser un gars mignon qui embrasse comme il t’a embrassé, est-ce que tu le ferais ?


Question difficile. Est-ce que si ça n’avait pas été lui, je ne l’aurais pas giflé ? Telle est la question.


-Peut être. Non. Oui, j’en sais rien ! C’est trop compliqué.


Jane m’arrête et me regarde droit dans les yeux. Enfin, elle croit me regarder droit dans les yeux. Sauf que je suis toujours sous la cape, et que ses yeux sont fixés sur mon menton, ce qui rend la situation vraiment, vraiment très drôle.


-Est-ce que tu crois qu’un jour tu pourrais tomber amoureuse de lui ? Maintenant que tu ne le vois plus seulement comme le sale morveux qui t 'as forcé à aller au bal avec lui en quatrième année ?


Je réfléchis. Est-ce qu’il pourrait être plus pour moi que ce qu’il est déjà ? En même temps, là, il n’est qu’un embrouilleur de première, alors pas difficile d’être plus.


-Je ne pense pas. Je ne suis pas sûre.

-Alors pourquoi tu viens me souler ! Je rigole, tu as ta réponse. Maintenant tu peux aller parler avec lui, en sachant que de toute façon, tu ne te vois pas mère de ses gosses.


Je rougis comme une pivoine. Jane est toujours directe et apparemment l’ancienne Lily n’a pas totalement disparue.


-A ton silence, je suis sûre que tu es toute rouge. Je te préfère comme ça. Ne tarde pas à redevenir la petite fille niaise, c’était mignon. Et marrant.


Marrant, ben voyons ! Mais c’est vrai que la fille positive que j’étais me manque un peu aussi.


-Miss Chen, expliquez-moi pourquoi vous parlez seule à cette heure-ci dans les couloirs ?


Mince, j’ai pas fait attention à la carte ! Pourquoi fait-il que Neville soit sortie faire un tour dans les couloirs ?


-Je m’entraine à passer un savon aux premières années qui se baladeraient, dans un futur hypothétique, en dehors des couloirs à cette heure-ci.


L’ami de mes parents, et le parrain de mon frère soupire.


-Lily, sors de sous la cape.


Ça ne m’étonne pas qu’il m’ait grillé. En même temps, vu qu’il connait l’existence de la cape, c’est un peu évident. Je l’enlève et lui fait des yeux doux.


-S’il te plait, Neville, sois compréhensif ! Jane s’ennuie dans ces couloirs sombres. Et puis, il n’est pas si tard !


Il secoue la tête en faisant la grimace.


-Lily, ne m’appelle pas par mon prénom en public.

-C’est pas en public, y a que Jane et elle sait que je te connais et que je passe chez toi une semaine chaque été pour nourrir votre chien.


Nouvelle grimace, mais surtout signe de défaite. Je suis sûre la voie de la victoire, l’optimiste Lily est revenue. Tiens, d’ailleurs, je sais comment la reporter haut la main.


-Si je me couche tôt, je risque de faire des cauchemars rapidement…


Oui, je sais, ce n’est pas très fairplay d’utiliser l’incident de cet été pour apitoyer mon prof/ami/parrain-de-mon frère, mais du moment que ça marche.


-C’est bon pour cette fois mais ne recommencez pas, les filles.

-Yes ! Merci Neville, t’es le meilleur ! Pour la peine, je ne dirais pas à Hannah que tu continues de grignoter en dehors des repas.


Il prend une légère teinte rouge que je peux même voir dans le noir. J’ai bien deviné. Il n’y avait que ça pour qu’il soit en dehors de sa chambre à 22h30.


-Hum, allez-vous coucher, maintenant.


On fait demi-tour et on se dirige vers la tour Gryffondor. Je savais que Neville ne résisterait pas.


-Heureusement que tu es la fille de tes parents, et la sœur de tes frères, parce que sinon, on aurait des points en moins.


Je ne lui réponds pas, trop heureuse de ce que je vois. On vient d’arriver dans le couloir du septième étage grâce aux raccourcis, et nous ne sommes pas seules.


-Il semblerait que Cyn se soit jetée à l’eau !


Devant nous se tiennent Hugo et la jeune fille, enlacés, en train de se s’embrasser tendrement. C’est beau l’amour !
Note de fin de chapitre :

J'espère que ça vous a plu !! Nos héros vivent leurs derniers instants a Poudlard avant de partir à la découverte de l’Amérique !!!!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.