S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Plan B par Lyssa7

[32 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Contraintes du concours de Princesse :
- Un 14 février, ton histoire se déroulera.
- Un couple « canon », tu choisiras.
- Un personnage du nom de Valentin ou Valentine, tu feras intervenir.
- Un baiser raté, tu décriras.
- Dans ton texte les paroles d’une musique, tu glisseras.
- Dans ton histoire les mots « arthrose », « saucisson », « boule puante », « pervers » et « alcoolique », tu placeras.
- De l’humour, tu distilleras.
- Votre texte devra faire en 1 500 et 15 000 mots et devra être publié avant le 14 février 2017
L'objectif était donc de raconter la pire Saint-Valentin de notre personnage. Pour ma part, j'ai choisi de vous raconter celle d'un personnage méconnu qui n'apparaît que dans le tome un et n'est cité que pendant la répartition : Mandy Brocklehurst.

La chanson que j'ai choisi est Plan B de Charlotte Marin dont les paroles apparaîtront en italique et ne concerneront que la première partie. Les mots à placer seront, quand à eux, en gras dans le texte. Je tiens aussi à prévenir que mon style d'humour est... comment dire ? Grinçant !

Note de chapitre:

Bonsoir !

Voici donc la première partie de ma participation au concours de Princesse. J'espère sincèrement que mon humour un peu particulier vous plaira - bonjour cynisme et humour noir - et que mon personnage principal qui a des tas de défauts, je l'avoue, vous donnera envie de lire la suite. ;)

Je remercie vivement Samantha Black pour ces précieux conseils et son avis sur cette fiction.

J’en suis à coller des faux cils devant le miroir de mon entrée quand j'entends trois coups contre la vitre de mon salon.

Une chouette effraie impatiente tenant un bout de parchemin dans son bec attend que je lui ouvre la fenêtre. Je la reconnais immédiatement. C'est celle de Josh, mon petit-ami du moment, un gars pas trop mal que j'ai rencontré après la fin de mon service au Chaudron Baveur. C'est pas le grand amour mais je m'en contente, faute de mieux. Vous pouvez me croire, ça fait bien longtemps que j'ai relégué au placard mes rêves de prince charmant et de mariage en blanc.

Donc, je sors avec Josh. Même si sa bedaine dépasse un peu trop de son pantalon, qu'il se cure le nez régulièrement, et qu'il a dépassé la quarantaine depuis quelques années. Mais bon, il n'a pas non plus l'âge d'avoir de l'arthrose, et les mèches poivre et sel qui commencent à apparaître dans ses cheveux bruns lui donnent un faux air de George Clooney, un acteur moldu que ma mère vénère. C'est assez sexy... Et puis bon, il sait se servir de ce qu'il a dans son pantalon, sans vouloir être vulgaire.

Mais je m'égare, et je ne me suis même pas présentée. Je suis Mandy Brocklehurst. Sans doute que mon nom ne vous dit rien, j'étais à Serdaigle, pas à Gryffondor. Pendant que Potter et ses amis sauvaient le monde, nous on se contentait de survivre et de ne pas déplorer trop de pertes dans nos rangs. Mais je suppose que cette partie de l'histoire aurait été trop lamentable à conter, n'est-ce pas ? Bref... Ce n'est pas le sujet de toute façon.

Je pose mes faux cils sur la table déjà remplie d'une multitude de produits de beauté, et je me dirige vers la fenêtre où la chouette de Josh me lorgne d'un sale œil.

Minute, papillon ! Enfin, la chouette, vous m'avez compris ! Je débloque le loquet et aussitôt, le rapace se précipite à l'intérieur en ne manquant pas de me flanquer un coup de bec sur le bras. Je me retourne vivement et attrape ma brosse à cheveux, m'en servant comme d'une arme contre le volatile. Si elle s'approche...

Ouais, je dois avoir l'air totalement cruche avec cette brosse à la main, mes cheveux enroulés dans une serviette, le visage empli d'une crème pour le teint, ma robe de chambre rose papier toilette, sans oublier mes vieux chaussons à tête d'ourson. Le principal, c'est que je fais peur à cet oiseau stupide et qu'il laisse tomber la lettre sur le sol en s'empressant de s'envoler hors de mon appartement.

Et bon vent ! Je hais les piafs ! Pas de chance, je suis une sorcière et c'est le moyen le plus utilisé pour correspondre...

D'ailleurs, toutes les lettres que j'ai pu recevoir jusqu'à maintenant ne sont jamais source d'une bonne nouvelle et étrangement, quelque chose me dit que ce ne sera pas non plus le cas pour celle-ci. La lettre est pliée en quatre petits morceaux et je maudis une seconde la méticulosité de Josh avant que mes yeux ne se posent sur l'écriture ronde de mon partenaire.


" Mandy,
Je suis tellement désolé de ne te l'annoncer que maintenant. Je voulais attendre jusqu'à la dernière minute, je pensais que ça passerait... mais non. Je suis malade depuis quatre jours, une banale gastro d'après le médicomage. J'ai dû choper un truc pas net au dernier resto où on a mangé. Je ne pourrais pas venir, je ne pourrais pas passer cette Saint-Valentin avec toi, Mandy. Tu peux me croire, je suis aussi affligé que toi, sinon plus.
Affectueusement,
Josh"



Il est sérieux, lui ? Il me fait ça un 14 février ? Mais je ne peux pas rester seule à la Saint-Valentin, moi ! J'ai beau jurer sur le caleçon de Merlin que je me fiche du romantisme et de tout le tralala qui va avec, je suis comme n'importe quelle fille ! Je veux qu'on m'emmène dans un restaurant quatre étoiles, que l'on m'offre une rose, qu'on se balade dans les rues en parlant du clair de lune... Et puis, c'est quoi cette excuse ? Oublie ce soir, j’ai une gastro, j’sais pas pourquoi ça sent l’mito cette histoire ! A tous les coups, il n'a plus un rond et n'a trouvé que ce prétexte bidon pour annuler notre soirée !

Je m'effondre sur le canapé, à deux doigts de faire de l'hyperventilation. Alors, j'ai fait tout ça pour rien ? Par les roubignolles d'un troll, j'ai même fait repriser ma robe pour ce soir ! Calme-toi, Mandy, calme-toi ! Un, deux, inspire... Un deux, expire...

Bon, tant pis pour Josh, je trouverais quelqu'un d'autre pour le remplacer au pied levé ! Avec un peu de chance, si je fouille un peu dans mes connaissances, j'en trouverais un qui n'est pas dépassé la trentaine, qui prend soin de lui et qui a un minimum de galanterie. C'est beau de rêver, n'est-ce pas ?

Alors... Un homme qui n'a pas dépassé la trentaine et qui n'est pas marié... Je peux éliminer Terry Boot d'office, ainsi que Justin Fintch-Fletcher, tous les deux mariés et pères de famille. J'aurais peut-être eu des chances avec Zacharias Smith, mais il semble que même lui ait trouvé chaussure à son pied le mois dernier. Je songe un instant à Anton Miller, l'un de mes collègues au visage mangé par les furoncles, mais je secoue la tête assez rapidement. Je ne peux pas être tombée aussi bas...

J’suis dégoutée, faut un plan B, quand vos plans culs vous ont planté ! Le soir de la Saint-Valentin en plus, faut-il que Josh n'ait aucun respect pour moi ? J'enlève la serviette de mes cheveux qui restent figés en l'air, me donnant clairement l'air d'une vieille fille en manque d'amour. Je m'enfonce dans le canapé et cherche une solution à ce problème de la plus haute importance ! Il me faut quelqu'un, n'importe qui !

Un nom me revient soudain en tête. Michaël Corner. Ouais, c'est certain que ce mec macho et pervers n'est pas maqué, je l'ai encore croisé la semaine dernière en compagnie d'une bimbo aux seins gonflés comme des montgolfières. Mais il n'est pas question que je me rabaisse à lui demander de passer la Saint-Valentin avec moi ! Même s'il acceptait, ce dont je doute, j'en entendrais parler pendant des années après ça !

Vous ne comprenez pas quelle relation je peux avoir avec Corner ? Moi non plus, à vrai dire. On se connaît depuis notre première année à Poudlard, on a passé nos sept années d'études ensemble à Serdaigle, on avait le même groupe d'amis... sans pour autant l'être. Pas que nous nous détestions, non. Nous passions juste la moitié du temps à nous ignorer cordialement jusqu'à ce que... jusqu'à ce que Lisa Turpin et Anthony Goldstein, deux de nos plus proches amis, ne meurent dans la bataille de Poudlard. Je n'aime pas y repenser, ça me fout le cafard, et Merlin sait à quel point j'ai lâché prise pendant presque deux ans après ça... Michaël Corner a été présent pour moi et je l'ai été pour lui, autant qu'on le pouvait. Il était en quelque sorte ma bouée de sauvetage après ces événements, et nous nous sommes raccrochés l'un à l'autre pour nous relever et avancer.

Mais nous ne sommes pas amis. Comment pourrais-je apprécier un type qui considère la gente féminine comme des morceaux de viande et qui ne se gêne pas pour le faire savoir ? D'accord, j'ai revu mes principes à la baisse en faisant une croix sur mes idéaux de prince charmant, mais je ne peux pas sortir officiellement avec MICHAEL CORNER, ce serait contraire à toutes mes valeurs !

J’suis dégoutée, faut un plan B de toute urgence, c'est le B.ABA d’la fille branchée sur le système D ! Je ne peux PAS être seule pour la Saint-Valentin, ce n'est PAS possible !

Je m'agite, me relève de mon canapé, refait une liste de tous les rencards possibles en les comptant sur mes doigts mais J’ne trouve pas l’ombre d’un happy end, ni même la queue d'un sex friend ! Je jette un œil sur l'horloge du salon qui affiche dix-huit heures. Énormément de solitude, vu l’heure j’ai peu de latitude pour le trouver ce foutu plan B !

Désappointée, dépitée, désespérée, je me dirige vers ma chambre d'un pas traînant. Je me laisse tomber sur mon lit, les bras en croix en poussant un gémissement. Le paquet de clopes sur ma table de chevet me fait de l’œil et je m’assois pour en sortir une que je porte à mes lèvres. En l'allumant, je ne peux m'empêcher de faire une grimace.

Je déteste le goût de la cigarette, mais depuis que Lisa est morte, c'est devenu mon vice, une façon de reporter mon stress sur quelque chose. J'allume la télévision que ma mère m'a donné à la fin de mes études. Objet moldu qui habille mes soirées en solitaire, vous pouvez me croire ! Sur l'une des chaînes, il passe le film "Quand Harry rencontre Sally"...

Sois maudit, Josh ! Tu vois où j'en suis ? Je fume des clopes dans mon lit devant "Harry rencontre Sally". En pyjama, démaquillée, il manque plus qu’un chat empaillé pour parfaire cette scène pitoyable. Personne ne m'a prévenu que je rejouais "Bridget Jones" version sorcier, bordel !

Et puis, qu'est-ce que je vais manger, hein ? Je suis sûre qu'il n'y a plus rien dans mon frigo, à part un vieux bout de saucisson périmé, et un pot de crème glacée. Quitte à être pathétique, autant l'être jusqu'au bout. Va pour la crème glacée !

Je me dirige vers la cuisine tel un zombie de série Z. J'attrape le pot dans mon frigo, j’prend une cuillère, c’est l’arme du crime, et je me suicide à l’ice cream. De toute manière, même si je deviens obèse, y aura que moi pour s'en rendre compte parce que Josh, il peut se vider toute la nuit jusqu'à en crever, j'en ai rien à cirer ! Et me voilà devant un écran de télé, en mode pauvre fille, à pleurer sur les scènes sentimentales du film lorsque l'on frappe à ma porte.

Je fais quoi ? J'ouvre comme ça ? Si c'était le prince charmant, il repartirait aussitôt en courant ! Je saute de mon lit, enfile un jean et un t-shirt en quatrième vitesse, efface comme je peux les traces de crème pour le teint sur mon visage, et glisse un chewing-gum à la menthe dans ma bouche. On sait jamais, je voudrais pas avoir une haleine de bouc en parlant à l'homme de ma vie.

- Tu te bouges le cul ou tu comptes me faire attendre des heures sur ton palier ?

Ah... non, ce n'est sûrement pas l'homme de ma vie derrière cette porte. J'affiche une moue blasée avant d'ouvrir à Michaël Corner. Ouais, on se voit souvent, mais rien ne dit qu'on est amis tous les deux. D'ailleurs, est-ce que vous avez envie d'étrangler vos amis, vous ?

- Qu'est-ce que tu veux ?
- J'avais rien de prévu alors je me suis dit que j'allais passer... répond-il en me considérant de la tête au pieds. Visiblement, j'ai bien fait ! décrète-t-il en me poussant pour entrer.
- Qui te dit que je n'ai pas rendez-vous, ce soir ? je rétorque, me sentant insultée à juste titre.
- Si c'était le cas, tu serais prête depuis une heure et tu ferais le pied de grue dans ton salon en essayant de ne pas froisser ta robe rouge.

Merde, faut croire que ce type a beau être un rustre de la pire espèce, il me connaît plutôt bien. Je hausse les épaules, vexée, avant de le suivre dans le salon où il a déjà pris place sans aucune gêne.

- Enlève tes chaussures de ma table basse, Corner ! j'ordonne en lui tapant la jambe.
- Oh, ça va, déstresse, Andy ! réplique-t-il en s'exécutant de mauvaise grâce. Alors, quelle excuse a trouvé ce bon vieux Joshie ?

Je soupire, épuisée à l'idée de le supporter toute la soirée. Moi qui croyait manger dans un resto gastronomique, j'étais loin de penser que mon boyfriend attraperait... Rien que d'y penser, j'en ai la nausée ! Plus question que ce mec me touche avant la fin des temps !

- Il s'appelle Josh, et il est malade, je réponds en m'asseyant sur le fauteuil en osier à moitié délabré.
- Non ? Il n'a pas trouvé mieux que ça pour éviter la Saint-Valentin ? Franchement, je pensais qu'à son âge, il saurait se renouveler au moins ! fait Michaël avec un petit sourire moqueur.
- Josh n'est pas vieux ! Il a seulement quarante-deux ans ! je m'écrie, outrée, en ne trouvant que cela pour défendre mon petit-ami qui ne le sera bientôt plus.
- Seulement ? Tu comptes viser les grabataires après lui ?

Vous comprenez maintenant ? Vouloir passer la Saint-Valentin avec lui serait suicidaire ! Je plains sa future femme si jamais l'une de ses conquêtes arrivent à lui passer la bague au doigt. Ce mec est grossier, macho, abject, sans aucune éducation, et j'en passe ! Je ne prends même pas la peine de lui répondre et pars chercher une clope dans ma chambre. Bien évidemment, il me suit et ricane à la vue du générique du film qui se termine.

- Ne me dis pas que tu regardais ça !" dit-il, ses lèvres se fendant dans un sourire narquois.

Michaël est un sang-mêlé, tout comme moi, ce qui implique qu'il connaît très bien tous les codes du monde moldu puisque son père en fait partie. Il sait donc parfaitement que le film que je regardais est un navet à l'eau de rose pour femmes esseulées. Par Merlin, faites que je survive à cette Saint-Valentin !

- Sympas les chaussons ! fait-il, désignant mes pantoufles que j'ai laissé traîner au pied de mon lit.
- Oh, ça va ! je m'exclame en allumant ma cigarette. Tu veux faire un inventaire de mes affaires ?

Il sourit. Et je ne peux m'empêcher de penser que ce mec est beau avec ses cheveux bruns savamment étudiés pour paraître négligé sans vraiment l'être, ses yeux noirs qui se plissent d'un air rieur, et ses dents si blanches qu'il pourrait faire une pub pour Colgate. Bordel ! Qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour que Merlin m'en veuille à ce point ? Je tire une bouffée de ma cigarette et lui souffle en plein visage.

- C'est dégueulasse ! geint-il en se reculant. Je croyais que tu avais arrêté ?
- Ouais... jusqu'à ce que mon petit-ami me laisse tomber pour la Saint-Valentin et que tu débarques sans t'annoncer ! je réplique en haussant les épaules.
- Tu détestes les hiboux ! Et puis, je n'aurais pas eu la chance de te voir dans ton milieu naturel ! dit-il avec un clin d’œil en s'allongeant sur mon lit et en prenant bien soin de ne pas retirer ses chaussures.
- Corner ! Tes chaussures ! je m'écris, piquée au vif malgré moi. Où est-ce que tu te crois ?
- C'est une question piège ?

Ce type me sort par les yeux avec son attitude pleine d'assurance et ses blagues à deux mornilles. Je soupire et finit par m'asseoir sur le couvre-lit. Qu'est-ce qu'il vient faire ici le jour de la Saint-Valentin ? Je suis persuadée que l'une de ses dindes glousseuses aurait forcément accepté de la passer avec lui, et lui n'aurait jamais su dire non à une partie de jambes en l'air gratuite !

- Bon... Pourquoi es-tu venu ? je demande en fronçant les sourcils.
- Je te l'ai dit, Andy. Je n'avais rien de prévu.
- A d'autres ! Depuis quand tu n'as aucune gourgandine en vue ? Surtout pour un jour comme celui-ci !
- Tu sais très bien ce que je pense de ce genre de... célébrations, rétorque-t-il, un sourire en coin. Je ne voudrais pas qu'elles se fassent des illusions. Ces filles, je les mets dans mon lit, je les invite pas au resto !

Qu'est-ce que je vous disais ? Un macho qui se respecte et qui s'assume. Un goujat de première classe ! C'est exactement pour cela que nous n'avons jamais été amis à Poudlard. J'étais l'adolescente rêveuse, romantique, et pleine d'idées préconçues sur l'amour ; il était le garçon qui passait de filles en filles sans le moindre état d'âme. Peut-être vous rappelez-vous de Cho Chang et de Ginny Weasley ? Ouais, l'ex et la femme de Harry Potter ! Et je vous assure qu'elles n'étaient pas les seules !

- Tu ne changeras jamais ! dis-je en secouant la tête.
- Peut-être que oui, peut-être que non ! réplique-t-il doucement en s'accoudant sur les couvertures pour m'observer quelques secondes. Que dirais-tu de se faire une petite virée ? Mon père m'a prêté sa bécane pour la journée et j'aurais bien envie d'en profiter.

Michaël a toujours été un amateur de sensations fortes. Dans le monde moldu, il a déjà tenté le saut à l’élastique et le saut en parachute, et bien entendu il a trouvé ça formidable. A Poudlard, il ne faisait pas partie de l'équipe de Quidditch mais on pouvait le trouver régulièrement sur le terrain à faire quelques démonstrations périlleuses qui m'ont parfois collé de sacrées frayeurs, je peux vous le dire ! Personnellement, je suis une froussarde incurable, vous pouvez donc imaginer ma réaction à sa demande saugrenue !

- T'es complètement malade ? Tu sais parfaitement que je ne monterais jamais sur ces... engins de malheur ! fais-je en croisant les bras, déterminée à lui résister.
- Comme tu voudras, Andy ! dit-il en se relevant pour sauter à terre. C'est dommage... J'ai trouvé un restaurant indien à quelques kilomètres de Londres et comme je sais que tu adores ça, je me suis dit que... continue-t-il avec une moue faussement désolée.
- Très bien... Mais tu fais attention à ne pas aller trop vite ! Et c'est une condition non négociable !

Qu'auriez-vous fait à ma place en songeant qu'il ne restait plus rien dans votre frigo à part un vieux bout de saucisson moisi ? Il est presque dix-neuf heures et mon estomac commence à me rappeler à l'ordre. Non, vous vous trompez ! Ce n'est pas du tout à cause de ce sourire adorable qu'il me lance que j'accède à sa demande ! Bien sûr que non, voyons !

- Tu y vas comme ça ? demande-t-il en pointant du doigt mon jean élimé, mon t-shirt blanc délavé et le vieux sweat à capuche que je viens d'enfiler.
- Ce n'est pas un rencard à ce que je sache ! je grommelle, blessée par sa remarque. Est-ce que ma tenue te pose un problème, Corner ?

Je recroise les bras dans une posture défensive. S'il pense que je vais m'apprêter pour lui, il se fourre le doigt dans l’œil, j'ai aucune envie qu'il m'ajoute à son tableau de chasse, merci bien ! Et tant pis si je ressemble à un elfe de maison !

- Pas le moindre ! rétorque-t-il avec un petit rire. Tu sais très bien que tu n'as aucun besoin de tous ces artifices, Andy ! fait-il en sortant de la chambre.

Est-ce que j'ai bien entendu ? Michaël Corner qui ne jure que par les filles maquillées comme des pots de peinture et habillées dans des tenues à la limite de l'indécence vient de me faire... un compliment ? Je hausse les sourcils, surprise, avant de lui courir après dans le couloir.

- A quoi ça servirait de toute façon ? je demande en le rattrapant par la manche de son pull.

Ses yeux plongent dans les miens pendant un dixième de seconde avant qu'il ne détourne le regard pour prendre sa veste, restée sur le portemanteau de l'entrée. Il ne répond pas, et moi j'ai bien envie de savoir ce qui peut lui passer par la tête. Il enfile sa veste, me tend la mienne et sourit, moqueur.

- Ta robe rouge ne t'aurait servi à rien ce soir, à moins d'avoir envie que tous les passants admirent ta petite culotte ! fait-il. Allez en route, j'ai hâte de voir ce que cette bécane a dans le ventre ! déclare-t-il en me poussant vers la sortie.

J'ai à peine le temps d'assimiler ses paroles et de prendre les clés qu'il referme la porte derrière nous. A quoi je m'attendais ? A ce qu'il me fasse une grande déclaration d'amour ? Tu as oublié à qui tu t'adresses, Mandy ? Ce mec n'a pas de sentiments ! Et même s'il en avait, tu peux être certaine que ce ne serait pas pour toi ! Attendez une minute, est-ce qu'il vient de sous-entendre que...

- Corner ! On a passé un marché sur la vitesse de cette... CHOSE !!! je hurle en dévalant les escaliers à sa suite.

Note de fin de chapitre :

N'hésitez pas à me donner votre avis qu'il soit négatif ou positif ! ;)
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.