S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Ces enfants que j'ai connus par Josy57

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Merci beaucoup à Layi pour son betareading !
Bonne lecture !
- Professeur ! Il faut que je vous parle. C’est à propos de…

- Entre, entre, mon garçon. Assieds-toi. Justement, je pensais à toi, ou plutôt, à vous tous.

De sa main blessée, Albus Dumbledore décrivit un geste circulaire pour englober tout Poudlard.

- Et je dois te dire, Harry, que, moi aussi, je suis inquiet. Cela fait bien longtemps que je suis directeur de cette école. Des élèves, j’en ai vu passer des milliers. La plupart des sorciers du pays, du plus important employé du ministère au plus petit revendeur d’artefact, je les ai connus à ton âge, Harry. Ils ont été mes étudiants, ils se sont tenus là où tu te tiens, sous ma responsabilité.

Harry regardait le vieil homme. La bouche pâteuse, il ne savait pas quoi lui dire. Il était arrivé tendu, le sang presque bouillonnant tant il avait attendu le retour de Dumbledore pour lui faire part de ses soupçons au sujet de Drago. Mais le ton grave et las du professeur lui avait coupé les jambes et le souffle. Il avait du mal à soutenir le regard azur et la lueur étrange qui y brillait. Il y avait plus que de la nostalgie dans la voix de Dumbledore. Depuis plusieurs mois, le directeur s’était fait rare, disparaissant de l’école pendant des semaines entières et chaque fois qu’il revenait au château, Harry lui trouvait l’air plus pâle, plus fatigué. Il avait toujours paru animé d’une énergie sans fin, malgré ses années. Mais les fantaisies et la gaité qui se plissaient en lignes fines autour des yeux malicieux du vieux professeur avaient laissé leur place à de profondes rides qui se creusaient d’inquiétude.

- Monsieur, qu’est-ce qui…

- Écoute-moi, Harry. Ces élèves, ils ont tous suivi leur chemin au-delà des murs du château. Certains sont devenus de brillants sportifs, des inventeurs à succès, certains écrivent pour le Daily Prophet ou ont ouvert une boutique sur le chemin de traverse. D’autres sont à présent des mangemorts.

Harry sentit sa poitrine se serrer. Un grand froid sembla se répandre soudain dans la pièce, presque comme à l’approche d’un détraqueur.

- Ces sorciers qui complotent et tournent aujourd’hui leurs baguettes contre moi, ils ont été des enfants de onze ans et ont franchi ces portes, un peu perdus, pleins de rêves et d’espoirs. Ils me regardaient avec des yeux brillants parce qu’ils m’avaient vu dans le journal ou sur des cartes de Chocogrenouille. Et moi, je les ai accueillis ici avec la même promesse que pour tout autre élève, celle de les instruire et de les protéger. Ils n’étaient pas mauvais, Harry, pas plus que toi et tes amis.

Dumbledore vit un pli se dessiner sur le front de l’adolescent, mais poursuivit avant qu’il ne puisse objecter.

- Je sais que c’est facile de les voir comme des monstres. Mais, moi, je me souviens de chacun d’eux. Le jeune Antonin Dolohov, par exemple, un vrai petit fauteur de trouble. Je ne peux plus compter le nombre de fois où il s’est retrouvé dans mon bureau pour des bêtises. Un peu moins que les jumeaux Weasley, tout de même ! Mais comme eux, ce n’était jamais pour rien de bien méchant et c’était un gentil garçon.

- Mais, monsieur…

- C’était un autre temps, Harry. Il y a quarante ans, les étudiants de Poudlard n’avaient pas grandi comme ta génération, ils n’avaient pas conscience de ce qui aurait pu arriver. Voldemort a su utiliser des fragilités de notre communauté, un ressentiment latent qui courrait parmi les familles les plus anciennes. C’était un véritable tonneau de poudre qui n’attendait qu’un sorcier ambitieux capable de tirer parti de la situation. Bien sûr, avec le recul, c’est facile à dire, mais plus j’étudie l’histoire, plus je pense que tout cela était inévitable. Tu dois savoir, Harry, qu’il a été bien plus habile encore, il a utilisé les faiblesses inhérentes à la jeunesse : la perte de repère, les espoirs et les inquiétudes pour l’avenir… ainsi que celles qui sont propres à chacun. Aux ambitieux, il a parlé de grandeur, à ceux qui étaient avides de connaissances, il a fait miroiter l’accès à un savoir sans limite et surtout, il leur a apporté la promesse d’un groupe, mieux, d’une famille à laquelle appartenir. Et nous savons tous les deux la valeur de ces choses.

Le directeur se tut un moment. Son regard s’enfonçait au plus profond de Harry, sondant chaque ombre qui passait derrière les verres de ses lunettes.

- Ils étaient impétueux, pleins de fougue et d’idéaux. La peur, ça n’est venu qu’après. Lors de sa première ascension au pouvoir, beaucoup le voyaient comme un messie. Tant d’espoirs ont été placés en lui. Ils ont dû vite se rendre compte que les choses ne seraient pas telles qu’on les leur avait promises, mais une fois enrôlés, c’était trop tard. Le mal, le vrai, nous ronge si vite, Harry, si vite.

Un nouveau silence s’installa. Harry ne tentait même plus de protester, il écoutait la voix pleine de soupirs et de regrets du vieil homme avec un mélange d’inconfort et de profonde tristesse.

- Voldemort les a recrutés jeunes, dès la sortie de l’école. Pour beaucoup, il n’y avait eu aucun signe, et nous avons tous été surpris. Chaque fois qu’un de leurs noms apparaissait dans le journal ou qu’un employé du ministère venait me questionner à leur sujet, je me sentais trahi. C’était une réaction sotte et égoïste, bien sûr. Ce ne sont pas eux qui m’ont trompé, c’est moi qui les ai faillis. C’est moi qui n’ai rien vu, c’est moi qui ne les ai pas aidés.

Une fois de plus, Harry voulu intervenir, mais Dumbledore leva faiblement sa main brûlée.

- Ils étaient aveuglés par leur éducation, les problèmes de cette époque troublée et par son influence. Mais, tout de même, cette école les a faillis, je les ai faillis. Ils n’étaient pas suffisamment préparés, personne ne leur avait parlé de tout cela. C’est pourquoi, Harry, j’insiste tant pour que le Ministère, dans leurs tentatives de préserver votre innocence, ne vous cache pas tout de la situation. Vous êtes toujours des enfants et ils veulent vous traiter comme tels. C’est honorable, mais cela fait seulement de vous des proies faciles pour ceux qui ne s’embarrassent pas de telles considérations.

Après une minute qui sembla s’étirer indéfiniment, Harry se décida à demander :

- Professeur, vous pensez vraiment que n’importe lequel d’entre nous aurait pu devenir un mangemort dans de telles circonstances ?

- Peut-être pas, Harry, mais n’importe quel mangemort, dans des circonstances différentes, auraient pu prendre une autre route. Quelque chose ou quelqu’un aurait pu changer leur trajectoire. Ce que j’essaye de te dire, c’est qu’il existe le pire même chez les meilleurs d’entre nous. J’ai connu une jeune fille en de nombreux points semblables à notre chère Mlle Granger. Elle n’a jamais eu des amis tels que M. Weasley et toi, mais elle était studieuse, brillante et dotée de capacités magiques tout bonnement étonnantes. Contrairement à Dolohov, je ne crois jamais l’avoir convoquée dans mon bureau si ce n’est pour la féliciter de ses résultats presque parfaits aux BUSEs et aux ASPICs. Bien sûr, une jeune sorcière de son talent n’est pas passée inaperçue auprès de Voldemort qui avait des connexions de longues dates au sein de sa famille. À elle, idéaliste et pleine d’ambition, il a parlé de faire de grandes choses pour changer notre monde et le rendre meilleur. Mais il ne s’est pas arrêté là. Elle a grandi comme beaucoup de mangemorts dans une famille où on prêche la loyauté mais pas l’affection et je n’ai pas à t’apprendre, Harry, avec quel désespoir on recherche l’amour quand on en a toujours été privé.

Harry regardait Dumbledore, tout simplement abasourdi, une dureté nouvelle obscurcissant ses traits.

- C’était une élève exemplaire, elle aurait pu faire une auror redoutable, occuper un haut poste au ministère et j’aurais été fier de l’accueillir au sein du corps enseignant de Poudlard. Elle aurait pu faire de grandes choses, tout comme Rockwood aurait pu intégrer l’équipe nationale de Quidditch. Tu aurais dû le voir sur un balai, Harry, il était prodigieux. Le poursuiveur le plus talentueux qu’il m’ait été donné d’observer.

Le directeur sembla s’être perdu dans ses pensées. Son regard brumeux parcourait la pièce comme s’il avait pu y voir virevolter le jeune joueur de Quidditch. Mais, finalement, il reprit :

- Un cas particulièrement tragique, cette jeune fille. Ils ont tous leur histoire. Mais, aucune n’est véritablement comparable à la sienne.

Quand il avait compris à qui Dumbledore faisait allusion, Harry avait senti la colère lui marteler les tempes, mais il n'avait pu interrompre le vieux sorcier, emporté par le flot de ses souvenirs. À présent, le coup de sang était retombé et Harry écoutait les anecdotes, sonné, presque étourdi. La première phrase qui parvint à franchir ses lèvres fut :

- Vous pensez vraiment qu’elle ressemblait à Hermione ?

Un petit sourire étira les coins de la bouche de Dumbledore.

- Elle n’a sans doute jamais été aussi gentille, la douceur n’était pas exactement encouragée chez les Blacks, mais oui, la jeune Bellatrix était assez semblable à ton amie. Tout comme toi, Harry, tu es assez semblable à Drago. Car c’est bien de lui que tu voulais me parler, n’est-ce pas ?

Harry hocha lentement la tête, encore sous le coup de la surprise.

- Notre ami Drago doit en ce moment même vivre des heures bien sombres et je te demanderai seulement, Harry, de ne pas le juger trop durement. Nous avons tous une croix à porter, je ne te l’apprends pas. Il n’a pas choisi de naître au sein d’une famille infectée jusqu’à la moelle par l’influence de Voldemort, pas plus que tu n’as choisi une famille de résistants dont le courage ferait de toi l’élu.

- Mais vous êtes d’accord qu’il est devenu un mangemort ?

- Ce n’est pas ce que j’ai dit. Je comprends ton inquiétude mais, si j’ai appris quoi que ce soit au cours de toutes ces années, c’est qu’on ne peut pas sauver quelqu’un contre son gré. Cependant, si un jour, cette personne se retrouve sur le chemin de la rédemption, souviens-toi de cette conversation et offre-lui une main serviable, veux-tu ? Fais-le pour moi et pour tous ces enfants que j’ai connus et perdus face à lui.
Note de fin de chapitre :

J'espère que ça vous a plu !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.