S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Pullover Express par Westyversionfrench

[13 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Rappel des Modalités du Concours

 

Votre mission, si vous l'acceptez :

* Réécrire l'épilogue du point de vue d'un autre personnage que Harry.

Si vous choisissez un autre Potter, notamment Albus, attention à ne pas faire du plagiat de l'épilogue de la saga. Ce nouveau point de vue doit nous apporter de nouvelles informations, un regard neuf sur les faits que nous connaissons, etc.
Vous avez le droit de reprendre textuellement un maximum de cinq lignes de l'écrit original, mais le ou les passages devront être en italique et vous devrez créditer Rowling dans la note d'auteur.


* Vous devez obligatoirement mentionner un Potter dans un geste canon. 
Exemple : James qui interrompt Teddy embrassant Victoire.

* Vous devez obligatoirement respecter les faits canon de l'épilogue.
Exemple : Draco et Asteria ont bien un fils, mais rien ne dit que Draco n'a pas une fille cachée avec Pansy Parkinson...

* Vous pouvez utiliser un OC ou un personnage de la saga. 
A condition que ça respecte la consigne juste au-dessus, donc le personnage HP ne peut pas être mort, ou non supposé être là comme McGonagall ou Molly Weasley.
Vous ne pouvez choisir qu'un seul perso, pas jongler avec les points de vue de plusieurs d'entre eux tout au long du texte.
Nous ne contraignons pas les persos HP à l'exclusivité, mais dans un souci de variété de textes, essayez de ne pas tous choisir les mêmes.
Inutile de réserver votre personnage, surtout si vous voulez garder la surprise sur son identité et garder le suspens jusqu'à la presque fin du texte !


* Votre texte doit être un One-Shot et devra faire 2017 mots, compteur HPF.
Une marge d'erreur de +/- 10% est acceptée, donc entre 1815 et 2219 mots.
Cependant, sachez qu'il y aura une mention spéciale pour tous les participants ayant atteint 2017 exactement !


* Les 2017 mots devront se dérouler dans King's Cross et sur la voie Neuf Trois-Quart.
Vous pouvez commencer votre texte un peu plus tôt dans la journée pour un maximum de 300 mots mais le dernier paragraphe devra obligatoirement être au moment du départ du train.

* Pas de mots imposés mais des mots tabous ! C'est plus drôle dans ce contexte. 
Mots tabous : train, Poudlard, Potter, horloge, barrière.
Bon courage. :mrgreen: 

* Vous avez jusqu'au 1er septembre 2017 à 23h59.
Votre texte devra être publié sur HPFanfiction au plus tard à cette date. Nous lancerons les votes dans les jours qui suivent le 1er septembre, et comme pour un concours non-officiel ce sont les membres du forum qui éliront leurs textes préférés.
Une petite récompense est prévue pour l'auteur du texte qui aura récolté le plus de votes !

Note de chapitre:

J'étais partie sur les enfants de Neville et Hannah, et je me suis dit que ça serait sympa d'évoquer une famille atypique ! Après tout, en me souvenant de mes propres rentrées scolaires, j'ai réalisé qu'il y avait toujours des portraits de familles très hétéroclites et que ça serait plus original de parler d'un schéma familial moins courant. Ceci dit j'écrirai peut être un HC sur Hannah et ses enfants avec Neville dans quelques temps car l'idée me botte carrément. 

L'âcre fumée, comme toujours, fut la première à l’accueillir. Il sourit au spectacle de dizaines de familles sorcières amassées sur les accotements étroits. Malgré l'ouverture progressive au monde moldu, la communauté magique continuait d'arborer des tenues excentriques et colorées qui manquaient chaque année d'alerter les voyageurs de l'immense gare de King's Cross. L'adolescent fouilla dans ses poches, pour en sortir un rapeltout qui ne contenait que des volutes clairs, signe qu'il n'avait rien oublié d'important. Une voix grave, au-dessus de lui, rappela :

« Tu as déjà vérifié ce truc quatre fois depuis que nous avons quitté la maison.

-Il a de qui tenir ! » ajouta un timbre plus clair, enjoué et moqueur. L'étudiant tira la langue aux deux hommes qui l'accompagnaient et scruta plus minutieusement qu'avant les jeunes sorciers qu'il croisait. Il s'éloigna de sa famille qui traînait trop le pas à son goût. Il n'eut pas à chercher longtemps qu'une voix familière retentit.

 

« Gus ! »

Le garçon au teint sombre se retourna vivement et serra la main de Louis Weasley, un ami proche. Son camarade était aussi pâle qu'il était bronzé. Le garçon, qui comme lui, s'apprêtait à entrer en Troisième Année, s'enquit d'ailleurs de la présence de ses proches.

« Où est Orla ?

-C'est papa et Seamus qui m’emmènent cette année. Maman est à l'hôpital.

-Tout va bien ? » s'inquiéta aussitôt l'adolescent. Quand il était en proie à une émotion forte, ses tâches de rousseur disparaissaient presque entièrement. C'était une faculté extraordinaire dont il avait hérité, tout comme ses gènes veelas, de sa mère. Fleur Delacour, sorcière française, était mariée à l'un des nombreux Weasley, Bill. Contrairement à Gus, Louis avait deux sœurs dont il se plaignait souvent, en tant que seul garçon de la fratrie. Il lui sourit :

« Au contraire ! J'ai une petite sœur. » Louis lui tapota l'épaule en signe de soutien, comme s'il venait d'accuser un décès dans la famille. Il lui souffla, juste avant que son père n'arrive :

« Ne t'inquiète pas ! On la dressera bien. Hors de question qu'elle soit aussi coquette que Vic ou ennuyeuse que Dom. »

 

Gus se retourna vers le couple. A côté de Dean Thomas, il y avait Seamus Finnigan, et ils se tenaient la main. Gus jeta des regards alentours mais personne ne sembla s'attarder sur ce détail, contrairement à ce qu'il avait craint. En interceptant l’œillade destinée à leurs mains liées, l'irlandais lâcha son compagnon, qui lui accorda un regard interloqué. Il n'eut pas le temps de poser de questions qu'un rouquin, plus âgé que Louis, leur sauta dessus à tous les deux :

« DEAN ! SEAMUS ! Je devais absolument vous voir ! On a un projet Top Secret de produit avec Ron et on a besoin de.... Oh, salut les garçons !

-Oncle George. » le salua Louis, l'air un peu réprobateur. Gus, hilare de son côté, inclina la tête :

« Monsieur George.

-Outch ! Ton mioche vient de m'assommer de quinze ans de plus ! » se plaignit l'homme d'âge mûr. Il ébouriffa les cheveux de son neveu, qui plissa le nez de mécontentement. Celui-ci attira Gus à sa suite et tous deux se mirent en quête de Lucy, une cousine de Louis, et d'Abel McLaggen, qui formaient avec eux un quatuor redouté de la maison Poufsouffle.

 

Comme d'habitude, ils trouvèrent Lucy entre ses deux parents, stoïques et inexpressifs, qui discutaient posément avec des sorciers émérites qui leur étaient inconnus. Il y avait aussi la petite sœur de celle-ci, Molly, très intimidée, qui n'entrerait pas à l'école avant deux ans. Si Louis et Lucy avaient tous les deux des tâches de rousseur, l'un était roux clair et l'autre arborait une longue chevelure d'un noir corbeau, qui lui arrivait aux hanches. Molly, très semblable de traits à son aînée, était quant à elle d'un roux vif, et aucune tâche de rousseur ne parcourait sa peau. Gus était toujours amusé des disparités entre chacun des cousins d'ascendance Weasley. Une fois Lucy localisée, ils se dirigèrent, tous trois, vers un grand garçon carré d'épaules, blond comme les blés, aux yeux d'un vert bleuté, qui dépassait sa mère, une petite sorcière potelée aux grands yeux clairs, de plusieurs têtes.

 

Il leur adressa de grands signes de main, une fois qu'il les eut aperçus, et manqua d'éborgner ses parents dans l'opération. Le père, plus amusé que contrarié, lui donna une claque dans le dos pour le pousser dans leur direction. Ils évoluèrent ensemble dans la foule, de connaissances en connaissances, sur le quai bondé. Gus adorait l'atmosphère qui précédait le départ de la célèbre locomotive rouge et noire. C'était, l'exact instant, où l'on quittait le monde réel. Après un bon quart d'heure à rire et à piailler allègrement, les quatre adolescents se séparèrent pour retrouver leurs parents avant de les quitter pour plusieurs mois. Gus trouva son père sans difficulté, puisqu'il dépassait de deux têtes la majorité des magiciens réunis contre les flancs chauds de l'appareil. Il se glissa, frôlant les capes de diverses factures, jusqu'à lui et Seamus. Ce dernier lui sourit et Gus le serra dans ses bras.

« Prends soin de papa.

-Tu me connais. » répondit l'homme aux cheveux sables.

 

Seamus était son parrain, car il avait été et restait le meilleur ami de son père depuis son entrée dans la prestigieuse institution de magie écossaise où il étudiait à son tour. Pendant longtemps, Gus l'avait considéré comme un oncle et avait adoré passer les vacances chez lui, en Irlande. D'ailleurs, il était lui-même un peu irlandais par sa mère comme en témoignait son deuxième prénom duquel était tiré son surnom le plus usité. Car Gus s'appelait en réalité Rickard Ungus Quirke-Thomas. C'était le temps des familles recomposées et il était habitué depuis tout petit au fait que ses parents n'étaient pas en couple. Orla Quirke avait eu une aventure sans lendemain avec Dean Thomas et était tombée enceinte. Se sentant prête à être mère, et Dean souhaitant également avoir des enfants, ils s'étaient mis d'accord pour l'élever en garde alternée. Aussi, depuis toujours, Gus, possédait deux maisons et deux parents pour lui tout seul. Il lui arrivait bien d'être un peu envieux d'Abel qui bien que fils unique, avait de nombreux cousins. Lui, il n'avait pas d'autre enfant de son âge pour lui tenir compagnie malgré sa fréquentation des marmots d'amis proches de ses parents. Mais un cousin ou un frère, ça aurait été mieux. Toutefois, les choses allaient changer : sa mère, mariée à un ancien camarade de classe, venait d'accoucher d'une petite sœur. Contrairement à Louis, il était plutôt enthousiaste face à cette nouvelle.

 

Cependant, il avait été difficile d'accepter que ses parents fassent leur vie. Il avait gardé rancœur à son parrain pour s'être rapproché de son père amoureusement, et avait mené la vie dure à Anthony Goldstein aux débuts de sa relation avec Orla. Pourtant, il savait bien que ses parents avaient toujours veillé sur lui avec soin, et que ses deux beaux-pères le considéraient avec beaucoup d'affection. Si Gus était franc avec lui-même, il reconnaîtrait qu'il avait été choyé et probablement que certains sacrifices avaient coûté aux deux couples par amour pour lui. Cet été, ils avaient enfin réussi à trouver un équilibre tous les cinq. Gus avait pu passer autant de temps avec ses deux parents, qui lui avaient chacun consacré une semaine sans leurs compagnons. Seamus avait eu beau clamer qu'il avait pu s'atteler à des projets importants, le garçon savait pertinemment qu'il détestait être séparé de Dean. Aussi, Gus avait demandé l'asile à Louis lorsque l'irlandais était revenu, pour leur laisser un peu d'intimité. Il comprenait qu'il devait désormais laisser ses parents exister par eux-mêmes.

 

A quelques pas de leur trio, Gus observa un homme brun, aux cheveux en bataille, qui, accroupi, parlait à un petit garçon qu'on aurait pu qualifier de miniature de son paternel.

« Qu'est-ce qu'Albus ressemble à Harry ! » s'exclama Dean. Gus connaissait du Survivant, ce qu'en disaient encore les journaux. Cependant, comme il avait partagé un dortoir avec son père et Seamus du temps de leur scolarité, les deux gryffondors lui avaient raconté des anecdotes d'école dans lesquelles il avait été impliqué. Sa famille était également venue une fois ou deux dîner chez Dean et Seamus dernièrement. Sans compter que James, Albus et Lily, ses enfants, étaient eux-aussi des cousins de Louis. Le père et le fils, devisant à voix basse, le plus jeune semblant moins craintif au fur et à mesure de leur dialogue, rappelèrent au poufsouffle sa propre rentrée, deux ans plus tôt. C'était la seule où ses deux parents avaient été présents en même temps. Il s'était alors senti à la fois extrêmement vulnérable et entouré. Il sourit et se tourna vers Dean.

 

Bien qu'il ait treize ans ; et qu'à cet âge là, on ne faisait normalement plus de câlins, encore moins en public, à ses parents ; Gus tendit les bras vers lui et l'homme, bien que surpris, l'accueillit dans ses bras. Gus se contenta de le serrer contre lui, puis, se détachant, lui murmura :

« Je suis content que ce soit toi cette année. » Dean fouilla dans ses poches et lui tendit un petit carnet qu'il savait rempli de dessins. Il précisa :

« J'ai croqué la maison, papy et mamie, les tantes, et même Orla et Anthony. J'aurais voulu que tu aies aussi ta petite sœur mais je pense que tu voudras coller sur la dernière page le portrait que ta mère doit t'envoyer. » Malgré le teint sombre de sa peau, l'étudiant discerna des rougeurs sur ses joues et hocha la tête en glissant le calepin dans l'une de ses poches. Seamus les interrompit d'une voix timide :

« Tu vas vraiment finir par le rater ce trajet ! » Un aboiement sonore le fit sursauter. A quelques dizaines de mètres de là, Anthony, le mari de sa mère, agitait la main dans leur direction en retenant un énorme chien de montagne déterminé à se jeter sur Gus. Celui-ci courut à l'encontre de l'homme et du canidé qui le fit tomber en lui sautant dessus.

 

« Qu'est-ce que tu fais ici ?! » s'exclama d'une voix aiguë le métisse.

« J'ai fait aussi vite que j'ai pu. Je dois vite retourner à la maternité. Mais nous avons reçu ce courrier ce matin et j'ai pensé que tu préférerais retourner au château avec ton chien. » Il lui fourra dans la main une lettre cachetée du sceau de l'établissement dans lequel il était scolarisé et le poussa vers le bord de la voie :

« Tu liras ceci pendant la route. Tout ce que tu dois savoir pour le moment c'est que Pullover est autorisé par la Directrice. » Gus ouvrit deux grands yeux et se tourna vers Dean.

« Allez ! Tu vas le manquer ! Grimpe là-dedans et ne te pose pas de questions ! » Seamus avait déjà hissé sa lourde malle à bord de l'un des wagons. Autour de son parrain se trouvaient Louis et Roxane, qui avaient déjà fait leurs adieux à leurs familles. Abel sauta dans l'attelage à son tour et Gus l'imita, tirant sur la laisse. Mais l'animal au bout de celle-ci s'immobilisa, apeuré par la fumée environnante et les bruits métalliques du véhicule. Dean et Anthony le poussaient de toutes leurs forces pour le forcer à suivre son jeune maître mais il jappait misérablement. Ce fut le jeune McLaggen qui vint au secours de son ami. Il souleva l'énorme molosse dans ses bras, se faisant griffer les épaules et les flancs au passage et posa l'animal derrière Gus. Celui-ci le remercia d'un sourire chaleureux. Ils rejoignirent leurs amis avec Pullover. Il ne put que croiser Seamus qui se hâtait de descendre avant le départ du convoi. L'irlandais lui ébouriffa les cheveux au passage et sauta en marche, atterrissant en riant dans les bras de son compagnon.

 

 

Gus, le sourire jusqu'aux oreilles, fit de grands signes de main aux trois hommes tandis que ses camarades en faisaient de même avec leurs parents respectifs. Enfin, le sifflet retentit ce qui fit aboyer furieusement Pullover. En une seconde, ils avaient oublié leurs foyers, leurs proches, Londres et même la gare, pour se regrouper autour de l'incongru animal. Ils passèrent un long moment à le rassurer et le câliner avant de se lancer fiévreusement dans des pronostics sur l'année à venir.

Note de fin de chapitre :

Normalement, toutes les contraintes sont respectées :D 

Au final, contrairement à ce que je croyais, les 2017 mots ne m'ont pas posé de souci, on arrive toujours à ajuster. Evidemment pour les mots tabousn c'était une autre paire de manches mais j'ai fait au mieux. Du coup, navrée pour les formulations à rallonge. 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.