S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Rendez-vous annuel par popobo

[18 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les schtroupmfettes nous avaient réservés quelques contraintes originales :
Réécrire l'épilogue du point de vue d'un autre personnage que Harry.
Vous devez obligatoirement mentionner un Potter dans un geste canon. 
Vous devez obligatoirement respecter les faits canon de l'épilogue.
Vous pouvez utiliser un OC ou un personnage de la saga. 
Votre texte doit être un One-Shot et devra faire 2017 mots, compteur HPF.
Les 2017 mots devront se dérouler dans King's Cross et sur la voie Neuf Trois-Quart.
Pas de mots imposés mais des mots tabous : train, Poudlard, Potter, horloge, barrière.

Note de chapitre:

J'ai choisi un personnage un peu ... étonnant, j'espère que son point de vue vous plaira ;)
J’adore le premier septembre. Je crois, je suis même sûre que c’est ma journée préférée dans l’année. D’autres n’hésiteraient pas à citer Noël ou le jour de leur anniversaire, mais pour moi, le jour de la rentrée est indéniablement mon jour favori.

Je suis prête. Je vais bientôt arriver sur la voie 9 3/4 et enfin ma rentrée sera véritablement commencée. Il me reste encore quelques kilomètres à parcourir et bientôt j’apercevrai le célèbre quai. Je pourrais même dire le mien. Chaque année, je suis assidûment reconnaissante pour cette magnifique attention envers moi.

Les paysages de campagne défilent devant moi. La nature est toujours aussi belle. Dans les coins où je passe, les moldus ne s’y sont pas encore installés. Par endroit, il est possible d’apercevoir des habitations isolées mais je reste toutefois invisible pour les quelconques moldus qui se montreraient trop curieux.

Les pins et les frênes de l’Ecosse ont désormais laissé leur place à de majestueux hêtres. Les prairies sont encore vertes. L’été est resté juste assez chaud et humide pour préserver les champs et les près. La sécheresse ne semble pas non plus avoir atteint le sud du pays. Cette nature verdoyante m’apaise même si je regrette presque de ne jamais connaître ces paysages dans leurs couleurs automnales. Une rivière coule paisiblement à ma droite et je me laisse doucement bercer par la tranquillité de ce vaste espace. Malgré tout, j’ai hâte de bientôt retrouver l’agitation de Londres.

Enfin, j’aperçois ma destination finale. Des bâtiments de pierre et de béton occupent désormais le paysage. L’ensemble de tous ces hauts murs gris m’impressionnent toujours. Pour moi qui adore les grands espaces, ce décor me paraît vraiment étrange. Comme d’habitude, je me fraye un chemin dérobé entre les tours et les maisons tout en restant invisible et discrète.

Alors que mon excitation grandit, je ralentis petit à petit, mon allure. Mes freins sont enclenchés, mes essieux crissent et perturbent le silence environnant. La voie 9 3/4 est là devant moi, entièrement vide et encore endormie.

Après un freinage maîtrisé, je m’arrête enfin. Je suis ravie d’être la première arrivée. C’est très important pour moi de ne pas être en retard. La ponctualité est l’une de mes qualités. Ma première mission est remplie, il ne me reste plus maintenant qu’à attendre le moment décisif.

Depuis des années, c’est toujours le même rituel. Je parcours des centaines de kilomètres à travers la campagne pour venir à Londres. Mon rôle est simple et toujours le même : accueillir les jeunes sorciers pour les emmener jusqu’à mon village.

La gare de Pré-au-Lard est ma maison. J’y passe le plus clair de mon temps, m’impatientant inlassablement de pouvoir enfin revenir ici, à King’s Cross.

Pré-au-Lard est un village très agréable et Berny, mon chef de gare, est merveilleux. Berny est un jeune sorcier qui prend son nouveau travail très au sérieux et je ne peux que m’en réjouir. Pendant les deux derniers mois d’été, il a passé la plupart de son temps à me bichonner. Du bout de sa baguette magique, il a d’abord nettoyé chacun des compartiments de mes wagons. Mais au-delà de ses sortilèges de récurage qui étaient nécessaires et efficaces, il a réussi à me donner une nouvelle beauté. Les peintures du couloir sont à nouveau brillantes. Le loquet de la porte du dixième wagon fonctionne enfin. Si mes souvenirs sont bons, il ne fonctionnait plus depuis près de dix ans. Berny a même renforcé les sortilèges de protection et amélioré la sonorité de chaque wagon. Grâce à lui, je me sens rajeunir.

Il m’a tellement bien restaurée que je suis d’autant plus fière de parader ce matin à King’s Cross. Je me sens comme une jeune sorcière qui se prépare devant son miroir pendant des heures pour un rendez-vous charmant. La gare de Londres est vraiment un lieu prestigieux, je mérite sincèrement d’y apparaître une nouvelle fois aussi resplendissante.




Immobile pour les quelques minutes à venir, je peux enfin profiter de ce jour de rentrée et observer tendrement les moments précieux qui feront que ce premier septembre restera une journée particulière pour moi et beaucoup de mes visiteurs.

En voyant la première personne arriver sur le quai, je sens presque mes wagons frétiller derrière moi. La dame aux cheveux blancs, avec ses formes généreuses et ses robes fleuries empilées les unes sur les autres, me sourit aussitôt en m’apercevant. Son sourire est le premier de la matinée mais sûrement pas le dernier. Madame Esther pousse déjà son chariot rempli de bonbons sur le quai. Les friandises ont un vrai succès dans mon couloir. J’avoue que je n’aime pas vraiment les dégâts et les déchets qu’elles produisent mais je me rassure par l’enthousiasme des jeunes qui s’en délectent pendant notre long voyage. Et puis Esther est une vieille amie. Elle m’accompagne depuis tant d’années maintenant que je garderai toujours un délicieux souvenir acidulé d’elle.

Elle est la première à pénétrer dans mes wagons et pratiquement aussitôt après, le quai commence à magiquement se remplir.

Les premiers sourires s’enchaînent. Je suis aux anges. Au premier coup d’oeil, je reconnais immédiatement les nouveaux élèves. Leurs yeux pétillent de fraîcheur. Leur enthousiasme et leur impatience se lisent sur leur visage.

Une fille brune attire justement mon attention. Ses longs cheveux bruns tressés et ses yeux pétillants me séduisent immédiatement. Elle est seule. Aucun parent n’est là pour l’accompagner dans cette étape marquante de sa vie. J’ai un peu de pitié pour elle mais elle semble surtout ravie et émerveillée. Les enfants nés dans le monde moldu sont assurément mes préférés. Quand ils me regardent d’abord stupéfaits puis ébahis, cela me procure toujours de l’émotion et je suis ravie de faire une nouvelle fois mon effet.

Je me mets alors à la recherche d’autres nouveaux, d’autres frimousses qui seraient fascinés par l’ambiance du quai et éblouis par le nouvel éclat de mes portes. Une jeune fille au regard déterminé se tient à côté de sa mère. La femme porte une étrange tenue qui même chez les sorciers serait qualifiée d’excentrique. A ses bijoux ornés de pierres précieuses ou de symboles énigmatiques, je me doute qu’elle est connue pour ses talents en divination.

Pas très loin d’elles, deux jeunes garçons, l’un à la peau mate et l’autre aux vêtements trop grands, ont décidé de faire la course pour savoir qui arriverait le premier à l’intérieur. Leur joie de vivre et leur fraîcheur me ravissent.

Les plus grands qui viennent ici pour la dernière fois sont, eux aussi, facilement identifiables. Je me souviens évidemment d’eux pour les avoir observés de nombreuses fois les années précédentes. Je les ai vus grandir après tout. Mais surtout, leur nonchalance ou leur aise m’amusent toujours. A leur manière aussi, leur désinvolture me réjouit.

La matinée est désormais bien entamée. Les arrivées s’enchaînent maintenant à travers le passage magique. Les familles affluent. Le quai se remplit, c’est de plus en plus excitant. De ma place privilégiée et en toute discrétion, j’observe et je me délecte. Les regards se portent les uns après les autres sur moi. Les cris d’exclamation me touchent sincèrement et je remercie une nouvelle fois Berny pour ses fabuleux sortilèges.


L’activité du quai me ravit mais pourtant je commence à surveiller l’heure. Le départ est prévu à onze heures. Hors de question d’être en retard, j’en serais malade pour le restant de l’année.

Il ne me reste plus que quelques minutes à profiter de l’ambiance avant de repartir. Les petites têtes blondes, brunes ou rousses déambulent devant moi. La précipitation commence à se ressentir. Mes wagons se remplissent petit à petit. Je surveille évidemment qui monte à l’intérieur. Je guette aussi. Berny m’a prévenu que cette année l’Elu serait à nouveau présent et pourtant je ne le vois toujours pas. Aux deux dernières rentrées, je l’avais malheureusement manqué. La première fois, je n’avais pas été assez attentive et l’année dernière, sa famille et lui étaient arrivés si tardivement que je n’avais pas eu le temps de l’observer. Ils m’avaient d’ailleurs fait peur en arrivant si tard. Je n’aime pas les retardataires, ils me font à chaque fois paniquer. Mais cette année, j’espère pouvoir enfin le reconnaître. Je reste ainsi particulièrement attentive afin de repérer sa tignasse brune et sa célèbre cicatrice.

Les scènes de joie et d’émotions se multiplient devant moi. De jeunes couples s’embrassent. Les mères déclament leurs recommandations avant de serrer leur progéniture dans leurs bras. Les pères généralement moins expansifs s’occupent des bagages.

J’aperçois enfin l’Elu à côté d'une famille aux cheveux roux. Il n’a pas tellement changé ! Et j’en suis ravie. Certes, il semble plus mature, son rôle de père et de chef des Aurors lui convient bien. Je suis surtout soulagée que sa célébrité ne l’ait pas perverti. Accroupi devant son plus jeune fils, il paraît plutôt serein et apaisé. Le garçon, aux traits identiques à ceux de son père, semble rassuré par les mots de celui-ci. Je les observe un moment, attendrie.

A quelques mètres de l’Elu et de son fils cadet, j’aperçois maintenant un autre père et son garçon. L’homme blond au menton pointu porte un long manteau sombre. Il me rappelle quelqu’un, un ancien élève évidemment. Son fils
semble nerveux et inquiet par le sort qui lui sera réservé. L’inquiétude se lit également sur le visage des parents. A nouveau, l’émotion est apparente.

J’aimerais les observer plus longuement mais ma curiosité ne doit pas me mettre en retard. Je dois absolument surveiller l’heure. Il est maintenant temps pour moi de lancer un autre panache de fumée annonçant le départ imminent. Un dernier regard vers le quai et j’aperçois le jeune garçon blond se précipiter à son tour vers moi.


Après l’attente, l’agitation et l’émotion, voici enfin venu le temps du départ.

Dans un bruit sonore et reconnaissable, mon moteur et mon ancienne cheminée se remettent immédiatement en marche sans le moindre accroc. Aussitôt, les derniers voyageurs restés sur le quai se précipitent. Les au-revoir sont plus pressés. Pour certains, l’empressement se fait excitant, pour d’autres, il devient angoissant.

Mes wagons sont enfin remplis, mes rouages s'enclenchent, tout mon corps se remet maintenant en mouvement. Je prends de la vitesse, l'esprit serein et le coeur ravi, laissant, indifférente, les parents seuls sur le quai. Ma mission continue ; le voyage vers l'école de magie commence.
Note de fin de chapitre :

Je me suis bien amusée à écrire cet OS, j'y ai même glissé pour le plaisir, mes personnages de ma saga qui commence juste au départ du train.
Et vous est ce que la vision de la célèbre locomotive vous a plu ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.