S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Nouvel horizon par Caroliloonette

[6 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonne année 2018 à vous !

Le hall d’entrée de l’hôpital est particulièrement agité en ce lundi 7 décembre 2009. Les sorciers se pressent, se bousculent pour être les premiers à atteindre le comptoir de l’accueil. L’employée de l’hôpital chargée de réguler et d’orienter le flux des patients semble au bord de la crise de nerfs. Elle s’agite dans tous les sens, s’égosille en vain, dans l’indifférence la plus totale.

- Pour les rhumes, les maux de gorge, tête, oreilles, ventre file de droite, pour les autres, file de gauche, ne cesse-t-elle de répéter.

Une sorcière au teint violacé crachant des bulles de savons multicolores bouscule Neville sans même s’excuser.

- File de gauche, ne peut-il s’empêcher de penser en souriant.

Il observe sur sa droite la file qui ne cesse de s’allonger. La vague de froid qui s’est récemment abattue sur la région londonienne a visiblement surpris plus d’un sorcier. Un groupe d’enfants se chamaillent pour avoir le privilège d’obtenir une place assise. Cachés derrière le comptoir de l’accueil, les deux médicomages présents ce matin-là, n’ont même pas le temps de souffler entre deux demandes. Neville salue le calme et la patience dont ils font preuve face aux demandes parfois véhémentes et aux remarques désobligeantes de certains patients. Il laisse derrière lui la cohue pour rejoindre les escaliers. Il sursaute à l’approche d’un petit ange venu lui chanter un cantique de Noël dans le creux de l’oreille. Il le fait s’éloigner d’un geste de la main et poursuit son ascension vers le quatrième étage.

Il n’a pas besoin de réfléchir à son trajet, il se laisse guider par ses pas. A chaque fois qu’il remonte l’ultime couloir qui mène à la salle Janus Thickey il ne peut s’empêcher de le trouver austère. Il sait que ce n’est que le fruit de son imagination car ce couloir est semblable aux précédents. Mais il a toujours détesté cet endroit. Il désespère de devoir s’y rendre encore aujourd’hui. Le fait que la médicomage, responsable de cette salle particulière de l’hôpital depuis plusieurs années, se montre aussi familière avec lui ne l’aide pas forcément. Il n’est malheureusement pas un inconnu en ces lieux, et cela depuis fort longtemps.

- Bonjour Neville, ça fait plaisir de vous voir ! s’exclame-t-elle tout en guidant une étoile argentée en haut du sapin placé au centre de la pièce.
- Bonjour Joanne !

Tous les ans Neville se demande si tout le mal que se donne Joanne pour draper la salle aux couleurs de Noël est apprécié à sa juste valeur. Cette question lui brûle les lèvres à chaque fois, mais devant l’énergie dont fait preuve la médicomage pour rendre cet endroit le plus chaleureux possible, il n’a jamais osé poser la question. Pourquoi ces patients particuliers n’auraient-ils pas le droit d’être traité comme les autres après tout ? C’est sûrement pour cela que Joanne se donne tant de mal, elle les considère justement comme n’importe quels autres patients, en dépit des interactions avec eux qui peuvent être parfois plus compliquées voire inexistantes.

Neville contourne le sapin et se dirige vers le fond de la salle. Un bruit d’éclat retenti, déclenchant un fou rire nerveux et des applaudissements chez la patiente arrivée quelques mois plus tôt.

- Tout va bien, rassure Joane. Un coup de « reparo » et ce sera comme si cette étoile ne s’était jamais brisée.

Neville observe la sorcière qui ne cesse de rire. Elle est à peine plus âgée que lui. Joanne lui a raconté que Jenny errait depuis plusieurs heures au beau milieu de la nuit dans une zone désaffectée de la ville lorsque des policiers moldus l’ont interpelée. Il a fallut l’intervention des oubliators pour qu’elle rejoigne l’hôpital Sainte-Mangouste. Si jeune et déjà sa vie ne sera plus jamais comme avant. Cela attriste Neville d’y penser. Il se souvient que ses propres parents n’étaient à peine plus âgés la première fois qu’ils ont mis les pieds ici. Sa mère a plus de cheveux gris, son père a le crâne de plus en plus visible mais au-delà de ça ils sont toujours les mêmes, ont les mêmes rituels chaque jour.

Lorsqu’il tire le rideau qui sépare ses parents du reste de la pièce son père est en train de servir deux tasses de thé, tandis que sa mère glisse un biscuit de Noël dans sa bouche. Ils ne perçoivent même pas sa présence. Cette image lui serre le cœur à chaque fois qu’il la voit. Ils semblent être dans leur réalité. Un monde auquel Neville n’a jamais eu vraiment accès.

Il s’avance et les salue, un léger sourire éclaire le visage de sa mère tandis que son père apporte une troisième chaise. Il se dit qu’ils sont contents de le voir. Joanne lui certifie qu’ils attendent sa visite chaque semaine. Il ne sait pas si la médicomage avance cela pour le rassurer ou s’il y a un soupçon de vérité dans ses propos. Il est le seul à venir les voir toutes les semaines. Sa grand-mère ne se déplace désormais plus aussi facilement qu’auparavant et a donc du espacer ses visites. Il a appris par Ginny la veille, que sa mère venait au moins deux fois par mois. Cela ne l’étonne guère de la part de Molly Weasley, elle s’est toujours montrée très généreuse. Il faudra qu’il songe à la remercier la prochaine fois qu’il la croisera sur le Chemin de Traverse.

Son père apporte un jeu de cartes. Il insiste à chaque fois pour jouer, Neville s’y prête volontiers, même s’il ne comprend pas trop les règles qu’applique son père. Celles-ci semblent varier d’un coup à l’autre. Cela lui rappelle les parties de batailles explosives avec James et Albus lorsque ces derniers modifient les règles pour les avantager. Neville reste encore une bonne heure en compagnie de ses parents avant de rejoindre son appartement. Il a l’avantage d’avoir pu aménager son espace de travail à côté de son logement. L’entrée principale des locaux qu’il loue sur le Chemin de Traverse donne sur un long couloir au fond duquel se trouve son appartement et sur la droite une porte donne accès à la réserve dans laquelle il étudie les plantes. Gustav, son jeune apprenti est concentré sur ses prélèvements lorsqu’il pénètre dans la pièce et ne le voit même pas. Il attrape le numéro de la Gazette du jour. Il parcourt rapidement les gros titres.

- Ah, bonjour M. Londubat, je ne vous ai pas entendu arriver, s’exclame Gustav en reposant la plume avec laquelle il vient de noter les derniers résultats.
- Bonjour Gustav, les prélèvements du matin sont-ils encourageants ?

La moue qui assombrit le visage de son apprenti lui révèle que les nouvelles ne vont pas être très joyeuses.

- La plante s’est énormément déshydratée durant la nuit.
- Bon, c’était un pari cette plante hybride entre la mandragore et le mimbulus mimbletonia. La combinaison ne semble pas être la plus efficace. Je te laisse poursuivre les autres prélèvements, tu me rédigeras un bilan complet. Moi, je vais m’occuper du rempotage des plantes sous la serre.

Neville apprécie cette serre qu’il a aménagée dans l’espace réduit qui servait de jardinet aux locataires précédents. Il aime cet endroit. Bien souvent il ne voit pas le temps passer lorsqu’il y pénètre. Il est perdu dans ses pensées lorsqu’un hibou moyen au plumage gris cendré se pose sur le haut de la serre. D’un coup de baguette rapide, Neville ouvre la petite fenêtre par laquelle le volatile s’engouffre immédiatement. Neville reconnaît le hibou et devine le contenu de la missive. Inutile de l’ouvrir, elle pourra rejoindre sa sœur aînée qui trône sur le meuble de l’entrée. Neville lance un miam hibou à l’oiseau qui s’en saisit avant de s’envoler de nouveau. Sa réponse n’est donc pas attendue dans l’immédiat. Ce constat soulage Neville qui ne sait toujours pas quoi répondre.

Il ne lui reste désormais plus que les mandragores à rempoter. Ce ne sont pas les plus faciles. Il attrape son cache-oreille pour éviter de se laisser assourdir par leur cri plaintif dés que leurs racines seront à l’air libre. Il se souvient de sa deuxième année à Poudlard et de la fierté qu’il avait ressenti lorsqu’il avait réussit là où bon nombre de ses camarades avaient échoué. A travers la porte transparente, Gustav lui fait signe qu’il est l’heure pour lui de partir et lui montre le rapport qu’il a rédigé qu’il pose sur son bureau. Il ne prend pas la peine de vérifier l’heure sur la pendule, il fait confiance à son apprenti.

Neville se lance enfin dans ce qui sera sa dernière mission de la journée. Une bonne heure plus tard, il est épuisé, mais soulagé d’avoir terminé. Cela n’arrive pas souvent dans l’année, mais aujourd’hui sa serre est nickel, il peut être fier de lui. Il rejoint son appartement pour se laver les mains. Puis il attrape son manteau, noue son écharpe précieusement autour de son cou. Il jette un dernier regard sur les deux lettres laissées à l’abandon sur le meuble avant de rejoindre l’artère commerciale.

Il ressert son manteau contre lui, un vent froid lui fouette le visage. Il poursuit tête baissée, slalome parmi les passants. Il ralentit devant la vitrine de Fleury et Bott pour vérifier sur le dernier tome sur les mystères de la botanique est sorti. Il constate que le volume n’est toujours pas présent. Il espère qu’il sera mis en vente avant Noël. Les libraires en ont fait une telle publicité que Neville a hâte de pouvoir en dévorer les pages. Il reprend sa marche en direction du Chaudron Baveur. Il profite de la sortie d’un jeune couple, pour s’engouffrer à l’intérieur du pub qui fait la jonction entre le monde moldu et le monde sorcier. Il s’approche du comptoir.

- Un jus de citrouille s’il-vous-plaît, commande-t-il au serveur.

En attendant sa commande il se retourne pour scruter le reste de la salle. Un groupe d’une dizaine de jeunes occupent plusieurs tables au fond à droite. Ils rigolent et se taquinent de bon cœur. Ils ont raison, songe Neville, ils ont la vie devant eux. Ils auraient tort de ne pas en profiter. Non loin de lui, une femme et un homme dîne. Neville se demande s’il s’agit d’un couple, d’amis, ou de simples collègues de travail. Rien dans leur attitude ne laisserait supposer l’une des propositions plus qu’une autre. Le bruit d’un verre que l’on glisse vers lui le fait se tourner de nouveau. Le liquide ambré présent dans ce verre qu’on lui tend n’a rien d’un jus de citrouille.

- Je n’ai pas commandé… commence-t-il en relevant les yeux sur une Hannah toute souriante.
- Je sais, ta bouche a commandé un jus de citrouille, mais pourtant ton corps réclame quelque chose d’un peu plus fort… de beaucoup plus fort.
- Je ne sais pas si…
- C’est offert par la maison, insiste Hannah en déplaçant le verre vers Neville.

Il lève son verre en guise de merci et se dirige vers la table au fond de la pièce principale à gauche, sous la petite fenêtre arrondie. Il s’installe, retire son manteau puis porte le verre à ses lèvres. La première goutte lui brûle l’intérieur de la gorge. Il se demande comment il va réussir à finir son verre. Hannah pense sûrement bien faire en lui offrant ce verre, mais ça sonne un peu comme une torture à ses yeux. Il n’a jamais été un grand amateur de Whisky-Pur-Feu.

Hannah le rejoint, dépose un jus de citrouille devant lui et s’installe face à lui. Elle souffle un grand coup.

- Ca fait du bien de faire une pause ! Ca ne se voit peut-être pas car c’est plutôt calme depuis une bonne demi-heure, mais le pub n’a pas désempli de la journée.
- Tu peux être fière de toi, ça marche bien !
- Pour ça pas de problème ! Par contre il ne faut pas que je commence à compter le nombre d’heures que je fais par semaine.
- Tu ne comptes pas embaucher une personne de plus pour t’épauler ? Je suis sûr que tu trouverais.
- Je dois d’abord vérifier si je peux assumer un salaire de plus. Je ne veux pas m’engager les yeux fermés pour finalement mettre un terme au contrat quelques mois plus tard. Je trouverais ça inhumain.
Neville boit une rasade de jus de citrouille pour faire passer un peu le goût du Whisky.
- Tu as raison, il vaut mieux faire comme ça. Je suppose que vu tes journées bien mouvementées, tu dois bien dormir la nuit !
- Oui, je n’ai en effet pas de problème pour trouver le sommeil, la fatigue prend rapidement le dessus, ajoute-t-elle tout en jetant un regard aux nouveaux clients qui viennent d’entrer. Cela ne semble pas être ton cas.
- Ca se voit tant que ça, demande-t-il tout en jouant avec la paille présente dans son jus de citrouille.
- Je l’ai perçu à la minute où tu as posé les pieds dans ce pub. Qu’est-ce qui te tracasse à ce point ? Ce sont tes parents ? Il leur est…

- Non, non, ne t’inquiète pas, ça n’a rien à voir avec eux.
- C’est quoi alors ?
- On attend une réponse de ma part, ça fait une bonne semaine que je repousse, mais là il va falloir que je me lance.
- Qui se cache derrière ce « on » ?
- J’ai reçu une lettre, enfin deux, la deuxième m’est parvenue ce matin, de McGonagall, la professeure Chourave prend sa retraite et elle me propose de reprendre son poste dés le mois de janvier.
- Tu… tu rigoles, tu adores la botanique depuis… depuis que tu es né je pense ! Pourquoi tu ne lui as pas déjà envoyé ta réponse ?
- Ce n’est pas si simple…
- Qu’est-ce qui n’est pas si simple ?
- Je ne sais pas si je suis capable d’enseigner correctement. J’ai toujours adoré la botanique, ça c’est certain. Mais peut-être que je ne saurai pas transmettre cette passion correctement…
- Arrête de dire n’importe quoi Neville, tu étais le meilleur de notre année en botanique, toute maison confondue et le peu de fois que je t’ai entendu donner des conseils aux autres, c’était très compréhensible. Tu as raison de soulever qu’il y a une différence entre être passionné par quelque chose et savoir le transmettre correctement, mais te concernant je ne me fais aucun souci.
- Je ne sais pas…

- Ils t’ont conseillé quoi tes amis ?
- Je ne leur en ai pas parlé. On s’est retrouvé hier soir chez Harry et Ginny, il y avait Ron et Hermione aussi et leurs enfants. Luna et Rolf étaient là aussi, Luna nous a appris qu’elle était enceinte de jumeaux. Je ne voulais pas lui gâcher ce moment de joie en leur parlant de mes tourments du moment.
- C’est très honorable de ta part, je ne vais pas dire le contraire. C’est bien de penser aux autres, mais il ne faut pas non plus s’oublier. Songes-y !

Hannah fait signe à son serveur de leur apporter une assiette de gâteaux. Neville en prend un en forme de bonhomme pain d’épices qu’il fait tourner dans sa main gauche.

- Tu penses que je ferais un bon professeur ? Je n’ai pas envie d’être comme le professeur R…
- Rogue, le coupe-t-elle. Tu te questionnes sur ça, c’est déjà un bon point. Je ne vais pas te mentir en te disant que tu feras tout parfaitement. Tu ne me croirais pas de toute façon. Je crois que l’essentiel c’est que tu sois en mesure de te remettre en question. Je crois que si les gens parlaient un peu plus librement de leurs appréhensions ça en décomplexerait certains, ceux qui doutent de leurs compétences. C’est galère pour tout le monde, simplement certains le disent moins que d’autres.
- Ca a été galère pour toi ?
- Quand j’ai repris le Chaudron Baveur il y’a trois ans maintenant, j’ai cru que je ne réussirais jamais à le faire tourner correctement. Les factures s’accumulaient et les clients se faisaient trop rares. Les deux premières années, j’ai vraiment cru que j’avais fait une énorme bêtise en me lançant dans cette aventure. Là, ça fait quelques mois que je peux être un peu plus sereine. Pas complètement encore, mais je crois que je suis sur la bonne voie.

Neville mange le gâteau qu’il a trituré dans tous les sens. Il rassemble délicatement les miettes éparpillées sur la table avant de les faire disparaître d’un coup de baguette. Un groupe de six personnes entrent et s’installent non loin d’eux. Neville attrape son manteau et se lève.

- Bon je crois qu’il est temps que je te laisse, le travail reprend pour toi.
- Et tu vas décider quoi pour McGonagall ?
- Je pense que je vais lui dire oui. Tu as raison, il faut que j’arrête de me poser trop de questions et que je me fasse un petit peu plus confiance. C’est une opportunité que je ne peux pas laisser passer. Je risque de le regretter si je décline sa proposition. Et Gustav termine son apprentissage à la fin du mois, alors ça ne posera pas de problème pour lui.
- Alors, je te souhaite plein de courage pour cette nouvelle aventure ! Je suis sûre que tu ne le regretteras pas !
- Merci Hannah !

Il prend la direction de la sortie lorsqu’elle l’interpelle de nouveau.

- Au fait Neville, c’était sympa de parler ensemble comme ça, déclare-t-elle, ses joues se colorant de plus en plus. N’hésite pas à venir quand tu as besoin de quelqu’un à qui parler ou… juste pour venir me voir.
- Heu, oui, je reviendrai, répond-il tout autant embarrassé par ce moment.

Il s’éclipse, quand un client interpelle Hannah. Il a le sourire aux lèvres sur le chemin du retour. Il a lui aussi bien apprécié ce moment en compagnie d’Hannah et espère que d’autres suivront. Bientôt, il pourra lui raconter comment sont les élèves de Poudlard désormais. Et puis dans quelques années il aura James, Albus, Rose, Lily et Hugo comme élèves.

La première chose qu’il fera en rentrant chez lui ce soir-là, sera de sortir sa plus belle plume, un morceau de parchemin tout neuf et répondre soigneusement à son ancienne professeure pour accepter sa proposition.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.