S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Outrage à notre éthique par Stylesorg

[35 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à toutes et à tous ! 

Voilà attention *roulement de tambours* le chapitre 7 d'OAE ! 

Encore une fois, un grand grand merci pour les corrections et le travail de fou de ma bêta SumiShann !! 

Dites moi ce que vous en pensez, je n'attends que ça ! 

Bonne lecture.

Le grand jour était arrivé et Lily paniquait énormément. Deux heures plus tôt, face à son désarroi devant les tenues, ou trop grandes de Mary, ou bien trop, comment dire, provocatrices de Gil, les trois amies étaient dans une petite boutique de Pré-au-lard à essayer tenues sur tenues. Mary et Gil, tranquillement assises sur des fauteuils douillets, attendaient patiemment que Lily sorte de la cabine tout en mangeant des chocogrenouilles.


Ces deux derniers jours, Lily avait été prise entre les regards froids et désobligeants du Serpentard, les sourires à moitié dissimulés d’Aaron et, de plus en plus étonnant, le retour de Dean dans le paysage, certainement alerté de sa relation naissante avec Hodkings. Entre autres, Lily était tous les soirs en retenue à cause de la fameuse explosion de la salle de potion, ce qui repoussait encore et toujours ses décisions vis-à-vis de cette soirée avec Aaron.

Engoncée dans une robe rouge, choisie par Gil, les cheveux relevés en chignon, Lily sortie de la cabine d’essayage pour montrer le résultat aux filles. A peine sortie, Gil sursauta et se mit à sautiller sur place en tapant dans ses mains toute heureuse :


— Lily tu es à tomber oh là là ! Aaron va en tomber de son balai s’il te voit.

— Euh ce n’est pas un peu trop… un peu trop moulant ? demanda la rousse en tournant sur elle-même, les yeux rivés sur sa poitrine moulée par le tissu écarlate.

— Non tu es incroyable ! T’es d’accord Mary, t’en penses quoi toi ?

La blonde regarda Lily d’un œil expert, lui demandant de tourner sur elle-même plusieurs fois.

— Hm je suis pas fan, c’est un peu trop pour un premier rendez-vous, tu trouves pas ?

— Quoi ? Mais pas du tout ! Au moins elle lui montre par A + B tous ses atouts !


Lily leva les yeux au ciel et prit les deux prochaines robes à essayer, une verte foncée dos nu bien plus simple ainsi qu’une dorée (que Gil lui avait expressément obligée d’essayer coûte que coûte) aussi transparente que courte.


Au même moment, dans la rue, Alexander, Annabeth et Scorpius marchaient en direction des Trois Balais. Figée, Lily les regarda entrer. Quelque chose la frappa dans cette simple image de la vie quotidienne : c’était la première fois qu’elle voyait le jeune Serpentard en train de rire. Jamais auparavant elle n’avait vu son visage si décontracté, paisible. Pour la première fois, il faisait son âge et ne semblait pas torturé par des plans machiavéliques ou encore par son passé… Était-il humain sous toute cette arrogance ? Visiblement… Au même moment, le blond leva les yeux vers la jeune fille et la détailla du regard. Aussitôt, ses joues s’empourprèrent et elle disparu de nouveau au fond du magasin essayer les deux dernières robes.


— Bah alors, t’as croisé ton père ? s’amusa Gil en voyant Lily courir se cacher derrière les rideaux de la cabine, le visage aussi rouge que sa robe.

— Non pire encore, dit elle à travers le tissu tout en se changeant, je viens de voir Malefoy et il riait.

Un silence suivit, ce qui poussa Lily à sortir sa tête de la cabine :

— Bah quoi ?

— Malefoy… riait ? l’interrogea Mary

— Je te jure, j’étais sur le cul, poursuivit Lily en continuant de se changer.

La seconde suivante, Lily sorti vêtue de la robe verte :

— Lily c’est elle ! Mon dieu tu es incroyable, ça fait ressortir tes yeux, ta peau laiteuse… Aaron va se damner !

— J’approuve, achète ! insista Gil en prenant son sac du fauteuil. Et au sujet de Malefoy… depuis quand tu réagis comme ça en le voyant ?

Lily la regarda hilare avant d’éclater de rire :

— Non mais Gil qu’est-ce que tu sous-entends là ? Je vous ai tout raconté au sujet de Malefoy et de nos rencontres, tu as vu les bleus sur mes poignets ! Comment peux-tu imaginer que… que…

L’air dégoûté de Lily en disait long sur la suite de sa tirade.

— Tu as raison, je suis désolée ! s’empressa de dire la jolie brune. Ça suffit, on y va ! On doit encore s’occuper de tes cheveux et des chaussures !


***


Midi et demi et les filles avaient à peine eu le temps de déposer les sacs dans leur dortoir avant de descendre manger dans la Grande Salle en compagnie de Hugo, lequel avait, étonnement la tête dans les étoiles. Alors que Gil et Mary s’extasiaient l’une après l’autre sur les robes de Lily, laquelle arborait un brushing ondulé superbe, Hugo hochait la tête sans écouter. Étonnée de le voir réagir de la sorte, Lily fit le tour de la salle pour aller s’asseoir auprès de son cousin.


— Hugo qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-elle tendrement. Je sais bien que ces histoires de robes et de coiffeurs, ça ne t’intéresse pas des masses, mais tu as l’air particulièrement ailleurs.

Son cousin aux cheveux aussi roux que les siens haussa les épaules, jouant avec ses haricots verts sans y toucher.

— Je suis désolé Lily, lui dit-il en la regardant, tu es très belle vraiment et j’espère que tout ira bien avec Aaron ce soir.

— Dis-moi Hugo, je suis là pour toi, tu le sais bien non ?

— Je suis amoureux, dit-il de but en blanc.


La jeune fille le regarda, interloquée. Elle ne s’y était absolument pas attendue pour le coup !


— Mais Hugo, c’est super ! Je suis super heureuse pour toi ! elle s’appelle comment ? je la connais ? s’empressa-t-elle de demander, folle de joie pour son cousin.


Hugo, un peu comme elle, avait dû grandir dans l’ombre de la réputation de ses parents dans le monde, mais aussi de celle qu’avait laissée sa sœur, Rose, préfet en chef et meilleure élève de Poudlard, et cela avait été dur à supporter. Ensemble, ils avaient toujours été plus fort et ils s’étaient toujours soutenus contre vents et marées. Savoir qu’Hugo avait trouvé une personne à qui donner de l’amour la rendait vraiment heureuse.


— Justement c’est bien ça le problème Lily, s’énervait Hugo en se levant en attirant les regards autour d’eux.

— Mais, de quoi tu parles ? demanda-t-elle perdue en le suivant alors qu’il quittait la Grande Salle en marchant d’un pas rapide.

— Fiche-moi la paix.

— Certainement pas, tu peux me parler tu sais ! Hugo, regarde-moi.

Elle lui prit la main pour l’arrêter. Ils étaient seuls.

— Tu peux tout me dire, tu sais.


Fuyant son regard émeraude, les deux perles brunes du jeune homme regardaient autour de lui pour s’assurer de leur solitude avant de se fixer sur sa cousine. Lily était sa confidente, il savait qu’avec elle ses secrets étaient bien gardés…


— Il n’y a pas de elle, le voilà le problème.

— Quoi ?

— Lily bon sang, t’es fêlée ma parole !

— Mais…

— C’est un garçon. Voilà, tu es heureuse ? Je l’ai dit. Je suis amoureux d’un garçon.


Lily regarda son cousin avant d’exploser de rire et de lui sauter dessus pour le serrer dans ses bras tendrement. Il se laissa faire, bien que totalement perdu face à la réaction de la jeune fille.


— Euh, pourquoi tu réagis comme ça ? lui demanda-t-il

— Mais enfin Hugo c’est génial, tu me diras quand même qui est l’heureux élu j’espère ? s’enthousiasma Lily

— Ça ne te choque pas ?

— Hugo Weasley, que tu sois homosexuel ne me choque pas si tu es heureux. En revanche, si tu avais commencé une relation avec Moore ou bien une femme mariée ayant cinq fois ton âge, là…


Le garçon lui donna une tape sur l’épaule avant de rire avec elle. La réaction de Lily venait de lui ôter un poids énorme sur le cœur. Elle était la seule à le savoir. Bien que ses parents étaient connus pour être d’une tolérance infinie, Hugo n’était tout simplement pas prêt à assumer le regard d’autrui. Il ne voulait pas être vu comme… différent. Être le fils de Ronald et Hermione Weasley était déjà suffisant (à faire en sorte que les têtes se retournent sur son passage. Serrant à son tour Lily contre lui, une larme lui échappa. Il pourrait toujours compter sur elle.


— Bon, dit-elle en se séparant de lui, de qui s’agit-il petit veinard ?

— Il s’appelle Drew Hammer, c’est un septième année à Poufsouffle. je l’ai rencontré la dernière fois en allant au match de leur équipe contre Serpentard. On a parlé des heures, il m’a invité à boire une bièraubeurre et le courant est passé aussitôt !

— Et donc, tu es amoureux, comme ça ?

— Ouais, comme ça. (Le jeune homme glissa sa main dans sa tignasse rousse en souriant) Je ne sais pas, en réalité je ne m’y attendais pas vraiment, tu sais. Un instant on buvait un verre entre ami, et l’instant d’après, j’ai su.

L’adolescente lui adressa un sourire attendrit et particulièrement inquisiteur. Comment ça ?

— Explique, je veux tout savoir !


Ils allèrent s’asseoir sur les marches du grand escalier ensemble et Hugo lui raconta ce qu’il avait ressenti. Un instant, il regardait Drew comme un ami, une personne avec qui ils pourraient parler de joueurs de Quidditch, de pronostics, de stratégies et tout à coup, un court instant qui avait selon lui duré une éternité, il avait su. Il avait regardé la nuance de ses yeux bleus, la façon dont ses joues se creusaient pour former deux petites fossettes lorsqu’il riait. Et tout ça, tous ces petits éléments firent en sorte que son cœur s’arrêta, manqua un battement et reparti en trombe. C’était lui. Il était amoureux.


Lily écouta attentivement le récit de son cousin, quelque peu jalouse de ce qu’il ressentait. Même aux côtés de Dean, elle n’avait jamais eu ce petit trouble dans le myocarde. Ce soir peut-être…


— Par Merlin, s’exclama-t-elle tout à coup en se tournant vers Hugo, sa main sur la sienne, je t’en prie ne me dit pas que nous sommes le 23 ?

— Si, pourquoi ? l’interrogea le jeune homme inquiet.

— Zut, j’ai une colle à cause de Malefoy, j’avais totalement oublié ! Il faut absolument que j’envoie un hibou à Aaron pour le prévenir que j’aurai du retard.

— Attends, Lily, comment ça se fait que tu aies encore une colle à cause de Malefoy ? Tu étais déjà collée en raison de l’explosion…

— L’explosion n’a rien à voir avec lui, mentit Lily en se levant des marches, en revanche celle-ci c’est particulièrement sa faute, il m’a hurlé dessus et j’ai hurlé sur lui en pleine bibliothèque la semaine dernière.

— C’est malin, ça… pouffa le Gryffondor.

— Bon, je file à la Volière pour prévenir Aaron. Mais Hugo, l’appela-t-elle avant qu’il ne disparaisse, si tu as besoin de parler ou simplement de raconter tes avancées avec Drew, je suis là pour toi.

— Je sais Lily, merci. Oust maintenant, va prévenir ton prince charmant à ton tour !


Lily explosa de rire à l’unisson avec Hugo avant de le quitter, plongeant dans les dédales de couloirs pour rejoindre la Volière. Il allait falloir qu’elle trouve un moyen de ne pas être terriblement en retard pour son rendez-vous. Aussi décida-t-elle sur le chemin qu’elle irait en retenu vêtue de sa jolie robe verte dos nu de façon à pouvoir rejoindre Aaron par la suite le plus vite possible



***



Vers 17h30 alors que la bibliothèque se vidait de ses derniers occupants, Lily attendait patiemment devant de devoir commencer sa retenue tout en repensant aux messages échangés avec Aaron. Après l’avoir prévenu qu’elle ne serait certainement pas là avant 20h, Le jeune Serdaigle lui avait répondu que ce n’était pas un problème, qu’il l’emmenait dîner dans un petit restaurant de Pré-au-lard.

Tirant machinalement sur ses cheveux légèrement ondulés, et non pas bouclés comme d’habitude, Lily repensa à l’histoire d’Hugo : durant le dîner, elle ferait en sorte d’examiner minutieusement le visage d’Aaron à la recherche de l’élément déclencheur. Être amoureuse en cette période de stress ne serait pas de tout repos mais cela la changerait de ses habituelles (malheureusement) crises de colère envers Malefoy.


D’ailleurs…


Alors que la vieille bibliothécaire l’invitait à entrer, le Serpentard pointa le bout de son nez. Il avançait vers elle, les yeux dans le vague, désinvolte, d’une démarche si lente que chacun de ses pas semblait mettre à l’épreuve la gravité autour d’eux.

Lorsqu’il fit son entrée, la vieille bibliothécaire leur montra une pile, que dis-je, une montagne de livres à trier et ranger dans les rayons. Avant de partir, en fermant la porte à clé derrière elle, la mégère pensa à leur confisquer leur baguette, précisant qu’elle reviendrait à 20h pile pour  leur rendre.


Une fois seuls, un silence mortuaire s’installa tandis que Lily, fuyant la présence pesante du blond, s’activa à prendre dans ses bras une pile de livres à trier.


« Tu comptes m’ignorer ?

La jeune fille ne répondit pas, concentrée à avancer sans tomber vers l’étagère consacrée à l’histoire de la magie.

— Je vais prendre ça pour un oui.

Les étagères étaient affreusement grandes, s’élevant bien trop haut pour Lily de telle sorte qu’elle dû aller chercher une chaise sous le regard amusé du Serpentard, gentiment assit sur une table.

— Tu comptes te tourner les pouces pendant deux heures et demie ? l’interrogea Lily dédaigneusement en rangeant les livres de sa pile.

— Par Merlin mais c’est qu’elle parle, ironisa le blond.

— Très amusant. Les livres ne vont pas se ranger tout seuls.

— Si tu n’as pas terminé à son retour, elle jettera un sort pour qu’ils se rangent tout seul justement. On appelle ça de la magie.

« Mon poing dans ta figure t’appellera ça aussi de la magie » grommela Lily en prenant une seconde pile.

— Tu as dit ?

— Je n’ai rien dit. Continue de m’ignorer, veux-tu. »

Malefoy ricana dans son coin avant de la rejoindre.


Pendant quelques minutes, aucun ne parla, Scorpius rangeait les livres en hauteur et Lily ceux plus bas. Cette entente silencieuse allait à tout le monde jusqu’à ce que la jeune fille, effrayée à l’idée de transpirer dans sa belle robe à cause de sa cape ne décide de la retirer. Les sourcils froncés, Malefoy la regarda comme l’on regarde un animal exotique dans un zoo, ce qui la gêna terriblement. Les yeux gris du blond parcoururent les bras nus et le dos dénudés de la jeune fille, inspectèrent la robe verte foncée, un peu légère pour la saison et les collants noirs transparents qu’elle portait avec.


Ce n’était pas la première fois qu’il la voyait hors de son uniforme : le dimanche, personne n’était obligé de le porter. Toutefois, c’était bien la première fois qu’il la voyait porter autre chose qu’un jean. Et en l’occurrence une robe… Potter le surprendrait toujours.


— Tu aurais dû prendre la rouge, lui dit-il en continuant de ranger les livres.

— Je ne l’aimais pas, répondit Lily, écarlate à l’idée qu’il l’ait effectivement vue dans ce mouchoir de poche extravagant qui moulait toutes les formes de son corps, et qu’il s’en souvenait.

— Dans tous les cas tu n’as pas suivi mon conseil, à ce que je vois, acheva Scorpius en faisant référence à sa relation avec Aaron.

— J’ai toujours été claire à ce sujet. Elle reposa de façon brutale un livre sur son étagère avant de faire face au Serpentard. Et puis de quoi je me mêle, t’es gonflé Malefoy ! Tu m’insultes, tu me rabaisses et tu tentes de me tuer, et ensuite tu oses t’occuper de ma vie privée ? C’est quoi ton problème sérieusement ? Tu voudrais pas t’amuser à torturer quelqu’un d’autre par hasard ?

— T’es vraiment fatigante à ne pas vouloir comprendre Potter, dit-il en ricanant, continuant son ouvrage.

— Comprendre quoi au juste ? Que t’agis comme un putain de psychopathe ?

Les mains sur ses hanches, Lily trouvait ça curieusement très satisfaisant de pouvoir hausser le ton dans une bibliothèque et de plus, sur Malefoy.

— Attention à ce que tu dis Potter, murmura-t-il sans lui lancer un regard, les jointures de ses mains blanchies tant il les contractait pour contenir sa colère. Pas ici, pas maintenant.

— Alors ça c’est la meilleure, tu peux te permettre tout et n’importe quoi tandis que de mon côté je dois me taire ? Non mais réveille-toi espèce d’abruti, hurla Lily en faisant de grands gestes. Et puis si je ne comprends rien, explique-moi !

Concentré à ne pas s’énerver, Malefoy ferma les yeux, appuyé contre le rayon face à lui. Contenir. Sa. Colère.

— Tu m’écoutes quand je te parle ?

Lily Potter était-elle suicidaire ? Cette petite idiote ignorante et stupide allait le rendre fou.

— T’es vraiment comme ton père en fin de compte, t’es qu’un lâche.


Les yeux de Malefoy s’ouvrirent d’un coup et il tourna la tête vers Lily. Ses pupilles dilatées par la rage, il n’arrivait plus à contenir la colère qui brûlait en lui. Le comparer à son père était la seule chose au monde pouvant déclencher ce feu ardent de haine en lui. Laissant tomber le masque d’impassibilité qu’il s’était efforcé de garder, il se redressa et se mit à avancer lentement vers Lily. La rouquine écarquilla les yeux mais pour une fois ne se démonta pas, ce qui, il fallait l’avouer, excita la colère de Scorpius autant qu’elle l’impressionna. Elle n’avait pas peur de lui, pas peur de ses colères.


— Retire immédiatement ce que tu viens de dire.

— Je veux comprendre. Pourquoi tu m’en veux autant, pourquoi tu pourris ma vie depuis six ans, pourquoi tu veux me faire payer pour une histoire qui ne concerne que nos parents ?

— Retire ce que tu viens de dire, répéta Scorpius, détachant syllabe après syllabe tout en avançant lentement vers elle.

— Tu n’arrêtes pas de me dire que je ne comprends rien alors c’est le moment de t’expliquer, merde. Qu’est-ce que je ne comprends pas, par Merlin !

— Tu es tout ce que je déteste Potter. Tu es l’incarnation même de ce que j’exècre dans ce monde, cracha-t-il.

— Pourquoi ? Parce que je te rappelle le fait que ta famille n’est plus aussi prestigieuse qu’auparavant ? Pourquoi ? insista Lily en reculant lentement face à la distance qu’il réduisait entre eux.

— Tais-toi, rugit-il entre ses dents.

— C’est ça hein ? C’est ça, Malefoy ? Tu me hais parce que je suis une Potter et que mes parents font échec aux tiens ? Parce que c’est à cause de cette guerre que vous avez perdu vos privilèges et votre statut social ? Réponds-moi ! C’est pour ça que tu veux me faire du mal ?


Lily tentait de gagner du temps, légèrement affolée et pourtant très sûre d’elle. Enfin, après six années à se battre contre Scorpius, elle savait enfin pourquoi. Qui ne dit mot consent dit-on, et elle savait, face au regard translucide et torturé de l’adolescent, qu’elle visait juste. Ce n’était pas elle qu’il détestait, c’était une histoire qui les dépassait. Ils se battaient sans cesse contre un passé qui ne les concernait pas !

Un pas en arrière, un pas en avant. Un regard de glace face à un regard étincelant. La scène était terrifiante et nécessaire. Le pouls de Lily prit une envolée spectaculaire quand son dos nu rencontra le bois d’une table. Bloquée. Prise au piège. Malefoy esquissa un sourire diabolique en continuant d’approcher : et c’est ainsi que la proie se fit avoir par le prédateur. Et quel prédateur…


— C’est pour ça que tu me détestes, avoue-le. Que tu as horreur de me voir heureuse, souffla-t-elle alors qu’il était juste face à elle, un mètre séparant leur deux corps. Tu penses que c’est ma faute si toi, tu n’es pas heureux…

— Je ne veux pas de ta pitié, grogna Scorpius d’une voix sourde, et encore moins de tes affirmations… Tu ne sais rien, vous nous avez tout pris. Vous nous avez réduit à une condition méprisable, vous avez sali notre nom, notre héritage, notre famille ! Mon grand-père qui était tant respecté fut humilié et mon père… La colère ainsi qu’un autre sentiment (de la tristesse ?) défigurait le visage de Malefoy. Vous avez fait de mon père un lâche, un responsable, un être bas. En vingt ans il a tenté de tout reconstruire mais votre famille, cracha-t-il, nous rappelle tous les jours le prix de votre célébrité. Ah oui, vous être merveilleux, s’égosilla Malefoy en faisant de grands gestes, vous êtes parfait mais vous êtes aussi de vrais hypocrites vous, les Potter ! Vous avez fait tant de mal autour de vous et ça tout le monde n’en a rien à foutre !

— Il suffirait d’oublier le passé… murmura Lily dont les sentiments n’avaient plus aucune logique.

— Oublier, ricana Malfeoy, mauvais, le regard froid. La seule façon de passer à autre chose c’est de gagner, c’est de…

— De me faire du mal, conclut Lily en hochant la tête. De me détruire… de renverser les rôles.


Immobiles, Malefoy semblait se calmer lentement, ses yeux toujours profondément ancrés dans ceux de Lily. Inverser les rôles, oui, c’était bien ça… Tremblante, perdue, exténuée de cette joute physique et verbale, enfin, elle comprenait. Le raisonnement de Malefoy, ô combien malsain et toxique venait de lui faire comprendre toutes ces années de torture. Il ne trouverait de repos qu’en la blessant, en la faisant souffrir autant qu’il souffrait. Cette idée, elle l’avait entrevue lors de leur affrontement dans le couloir des Serdaigle. Malefoy cachait bel et bien une forme de vide dans sa poitrine, de la même façon qu’elle cachait le sien. Cette relation qu’ils avaient, ce lien profondément mauvais qu’ils entretenaient à force de haine permettait de combler cette entaille dans leur poitrine respective.


De longues minutes passèrent où ni l’un ni l’autre n’osa parler ou bouger. À présent qu’ils s’étaient tout dit, le silence avait quelque chose de rassurant et d’agréable. Une bulle les enveloppait et aucun n’avait l’intention d’en sortir, car ici et seulement ici, le vide n’existait pas. À se regarder comme ils le faisaient, à communiquer d’un simple regard, tout était enfin apaisé. Chaque chose était à sa place. Il n’avait plus envie de lui faire du mal pour se sentir exister, elle n’avait plus besoin de le pousser dans ses retranchements pour qu’il la blesse.


En cet instant : Scorpius Malefoy n’était plus en croisade contre Lily, il ne ressentait plus le poids qu’avait posé sa famille sur ses épaules d’adolescent. Lily Potter quant à elle, trouvait dans cette bulle les réponses à ses maux les plus secrets : une idée s’imposa dans son esprit : s’il décidait de régler cette étrange quête qui visiblement était plus blessante qu’épanouissante, Scorpius et elle pourraient être amis.


C’était aussi à cet instant qu’ils se virent enfin. Ils n’étaient plus Potter et Malefoy, génétiquement créés pour se haïr mais Lily et Scorpius, une adolescente et un adolescent. Lily cligna des yeux, en voyant les prunelles du jeune homme parcourir son visage et tomber sur ses lèvres. Que… ? Son cœur s’emballa précipitamment et la température de son corps augmenta d’un cran. Un tel changement fit pression sur le tatouage, lequel se réveilla aussitôt et commença à serrer son avant-bras. Un pique de douleur la frappa alors qu’il semblait un instant qu’elle voyait Malefoy se pencher vers elle. Illusion de son esprit, pensa-t-elle alors qu’elle détourna brusquement la tête vers sa marque qui se calma aussitôt.


La bulle qu’ils s’étaient fondée implosa.


Malefoy recula puis se détourna de Lily avant de s’éclipser ailleurs dans la bibliothèque, silencieux.

Lily quant à elle posa ses mains sur ses joues, réalisant la situation.

Par Merlin, que venaient-ils de vivre ? Un coup d’œil à sa montre lui indiqua qu’il était 19h.


Prenant une inspiration, la rousse se remit au travail, accompagnée par Malefoy, occupé dans un autre rayon, loin d’elle. Dans son coin, le blond, troublé comme jamais, tentait de comprendre ce qui lui arrivait. Jamais encore il n’avait expérimenté une telle confusion dans son corps et surtout au niveau de sa poitrine. Étrangement, celle-ci lui faisait mal et il ne comprenait pas pourquoi. Toutefois, il savait quoi faire dans ces situations : bientôt il allait devoir enclencher la phase numéro deux du serment. Il devait fuir à tout prix ces moments avec Potter où ils semblaient entrer en symbiose : ces moments le détournaient de son objectif.


***


Comme prévu, la vieille bibliothécaire ouvrit la porte aux huits coups de 20h et leur rendit leur baguette à l’un et l’autre, non sans les narguer bien avant en donnant un petit coup en direction des livres qu’il restait pour qu’ils aillent se ranger tous seuls. Malefoy avait donc eut raison, ces deux heures avaient été une véritable perte de temps. Enfin, pas totalement. Lily lança un regard en direction du Serpentard mais celui-ci avait de nouveau revêtu son masque d’impassibilité, ce qui la rendit dingue.

Une fois la porte franchie, Lily eut le plaisir de voir Aaron, vêtu d’un pantalon noir élégant ainsi que d’un polo bleu rappelant les couleurs de sa maison, l’attendre en souriant. Lui adressant un petit signe de la main, il s’avança vers elle et lui tandis un petit bouquet de pâquerettes fraîches certainement cueillies quelques minutes auparavant dans le parc du château. À côté d’elle, Lily entendit Malefoy murmurer un « lamentable » avant de s’éloigner ce qui la révolta. De son côté, elle trouvait l’attention d’Aaron véritablement très délicate et si Lily avait bien besoin de quelque chose ce soir, c’était bien de douceur.


« Je me suis dit qu’un gentleman ne pouvait se présenter sans un petit quelque chose, lui dit Aaron en guise de salut.

— C’est adorable, je te remercie. Et merci d’être venu me chercher, ça me touche beaucoup. »


Une fois à Pré-au-lard, Aaron la guida dans un petit restaurant très simple et peu fréquenté, ce qui changea Lily de La Tête de Sanglier où Dean l’avait toujours invité à dîner. Aaron l’aida à ôter sa cape et à s’asseoir avant de prendre place face à elle. Ils avaient trouvé une place très intime, située à l’ombre d’une petite alcôve. La musique était simple et des airs de jazz sorcier rythmait les pas d’un couple téméraire qui s’essayait à danser.


« Tu es magnifique Lily, la complimenta Aaron en la caressant du regard, le vert est définitivement ta couleur.

— Merci, j’avais hésité avec une robe rouge, dit-elle pour faire la conversation.

— Ah, c’est ton côté Gryffondor certainement.

— Partant de ce principe, que dire d’une robe verte…


Son esprit vagabonda aussitôt du côté de Malefoy. Elle savait enfin ce qu’il cachait et un poids venait de quitter ses épaules. Cependant cette sensation lorsqu’ils s’étaient regardés après cette dispute…


— Oui, c’est un mauvais raisonnement, rit Aaron alors qu’un serveur approchait en leur tendant les cartes du menu. Il paraît que leur risotto est à tomber !

— Je te crois, je vais prendre ça d’ailleurs…

— Je vais commander, ça me donnera l’occasion de te surprendre.


Lily esquissa un sourire. Aaron était un garçon très attentif et très serviable, il commanda un plat qui semblait exquis et Lily était tout simplement conquise par le jeune homme. Cette simplicité qu’il avait, dans ses gestes, dans ses mots, était d’un réconfort incroyable après les évènements de la soirée. Aaron n’avait rien de Malefoy, il n’était pas torturé, ne ressentait pas le besoin de lui faire du mal. À ses côtés elle n’avait pas besoin d’être forte et de se battre, au contraire, elle pouvait baisser sa garde et être vulnérable, comme toute adolescente. Mais, était-ce vraiment ce qu’elle désirait ? Voulait-elle être protégée ou bien défiée, qu’on la rassure ou bien qu’on l’aide à se dépasser… ?


Aussi Lily se fit la promesse de ne plus penser à Malefoy de la soirée.

 

C’était sans compter la brûlure narquoise que lui renvoyait la marque sur son avant-bras…


Note de fin de chapitre :

It's time to discuss ! 

Qu'en avez vous pensé ? Que voulez vous voir pour la suite ? 

Dites moi tout ;)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.