S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Le monde des ténèbres par falconofillomen

[11 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

J'espère que ce premier chapitre vous donnera envie de lire la suite, n'hésitez pas à me laisser votre avis ;)

C’était une nuit froide d’hiver. La taverne de la Tête de Sanglier semblait déserte, le gérant semblait tellement s’ennuyer qu’il avait commencé à nettoyer les verres sur l’étagère. Un torchon très sale s’agitait tout seul et nettoyait des pintes qui lévitaient au-dessus de sa tête, les rendant presque plus sales qu’elles ne l’étaient avant. L’endroit qui déjà d’ordinaire paraissait lugubre avait l’air encore plus sordide en ces temps-ci. Un homme dormait la tête contre le comptoir, affublé de vêtements crasseux, il semblait faire partie des meubles, tout du moins il était en parfaite harmonie avec l’atmosphère ambiante. Un jeune homme était assis à l’autre bout du comptoir, bien qu’il paraissait nettement moins éméché, ses cheveux luisants qui descendaient jusque sur ses épaules et son teint cireux ne lui donnaient pas meilleure mine. Il faisait léviter les morceaux de glaçons au-dessus de son verre de Whisky Pur Feu. Trois autres sorciers étaient attablés au centre de la taverne, ils entonnaient joyeusement faux une chanson paillarde qui parlaient d’une sorcière un peu frivole. Seule une sorcière semblait s’être échouée dans cet endroit en perdition, elle semblait être l’incarnation même de l’antagonisme de ce lieu. C’était une femme un peu maigrichonne, ses cheveux hirsutes cachaient son visage mais laissaient tout de même apparaître d’énormes lunettes et des boucles d’oreilles très extravagantes en forme de poissons visqueux aux yeux globuleux. De la même manière, des dizaines de colliers, bracelets et autres parures aux couleurs pas du tout assorties recouvraient ses poignets et son encolure sans la moindre parcimonie. Elle était installée à une table au fond de la salle et n’arrêtait pas de jeter par dessus son épaule des regards débordant de joie.

Quelques minutes plus tard, l’entrée d’un tout aussi étrange individu attira les regards. Le visage de cette étrange dame s’illumina à la vue de ce grand homme. Il était vêtu d’une longue robe de sorcier, d’un bleu ciel qui détonnait complètement avec la noirceur de ce lieu. Le jeune sorcier installé au comptoir mit sa capuche sur sa tête et détourna le regard.

- Professeur Dumbledore ! Appela la sorcière d’une voix suraigüe.

Le grand homme hotta son chapeau assorti à sa robe et s’avança sereinement vers elle.

- Mademoiselle Trelawney, quel plaisir de mettre enfin un visage sur votre nom. Vous m’excuserez de vous recevoir ici, comme vous le savez nous vivons une triste époque et nous sommes contraints de fermer Poudlard à toute personne étrangère.

Un sourire bienveillant était comme dessiné à l’encre indélébile sur son visage mais son regard ne laissait transparaître aucune pensée.

- Le plaisir est pour moi, professeur Dumbledore, vous n’imaginez pas l’honneur que vous me faites en m’accordant cet entretien, je n’ai jamais été aussi ravie. Et vous savez c’est un compliment que je vous fait parce qu’en général, même s’il en faut peu pour me ravir, je me laisse souvent à dire que dans la vie il faut accepter les événements tels qu’ils arrivent, d’autant plus quand on a mon talent pour connaître l’avenir, car prédire ce qui va arriver n’empêche pas les choses d’arriver et donc si on passe son temps à lutter contre…

- Mademoiselle Trelawney, interrompit le professeur d’une voix posée, je pense qu’il serait préférable de monter pour poursuivre cet entretien.

- Oui bien sûr, répondit-elle sans plus s’offusquer d’avoir été interrompue, je vous suis.

Les deux sorciers se levèrent, Dumbledore adressa un signe de main au gérant puis ils disparurent dans les escaliers.

Le jeune sorcier assis en bout de comptoir se redressa subitement, il finit son verre d’un coup, laissa quelques pièces à côté et fit mine de se diriger vers les toilettes. Dès qu’il poussa la porte des toilettes, il sortit une baguette magique de sa cape et un « ploc » retentit, sa silhouette se dématérialisa subitement. Il réapparu en haut des escaliers, devant une grande porte en bois massif.
Il jeta un coup d’œil par la serrure et vit le professeur Dumbledore faisant face à l’extravagante sorcière, une plume prenait des notes sur un parchemin mais les voix lui parvenaient à peine Il pointa sa baguette magique contre la porte et murmura « Vox Amplificet » et continua d’espionner à travers le trou de la serrure.

- Vous avez un lien de parenté avec Cassandra Trelawney ?

- C’est exact, c’était mon arrière-arrière-grand-mère. C’est d’elle que je tiens mon don pour la divination. Vous savez, n’importe qui ne possède pas le troisième œil. Le don de prophétie n’est pas quelque chose qui s’apprend dans les manuels, il faut l’avoir dans le sang, ressentir les choses, se laisser imprégner par les éléments qui nous entourent.

Le discours de la femme maigrichonne semblait alors animé d’une frénésie maladive.

- Et, seriez-vous capable de me faire une démonstration de vos talents ? Lui demanda-t-il d’un ton dubitatif.

- Bien évidemment. La sorcière s’empara de sa baguette magique et fit apparaître une boule de cristal sur la table. Je vois… Je vois… cafouilla-t-elle, … Un grand drame arriver. Oui, je vois la mort, professeur Dumbledore. Elle semblait maintenant complètement possédée. Vous allez perdre quelqu’un de proche, je suis navrée.

- Bien, bien, conclut le professeur. Je vais étudier plus en détail votre candidature, et je vous recontacterai. Vous devriez recevoir un hibou d’ici quelques jours.

- Je ne sais comment vous remercier professeur, balbutia la sorcière.

- Vous ne m’avez peut-être pas bien compris, je n’ai pas encore pris de décision.

- Oh oui bien sûr, mais vous n’êtes pas sans savoir que je possède le don de divination, répliqua-t-elle d’un ton assuré qui frôlait l’aliénation mentale.

- Évidemment.

Le sourire bienveillant du professeur se transforma furtivement en un rictus qui trahit son embarras. Il fit disparaître les parchemins et s’apprêta à prendre congé quand la drôle de dame commença à convulser, comme si elle faisait une crise d’épilepsie.

« Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche... il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois...»

Un bruit de grincement de bois provenant des escaliers attira l’attention du jeune homme, il se décolla aussitôt de la porte, sa vision devînt tout à coup très floue, une fumée blanche opacifiait tout ce qui l’entourait et tout finit par disparaître.




***


Le jeune sorcier se trouvait désormais dans une sombre pièce. Cette dernière semblait particulièrement austère, les grands murs de pierres étaient vierges de tout tableau seul une petite fenêtre cassait la monotonie des murs, petite sûrement pour ne pas laisser s’échapper le peu de chaleur qui se dégageait de la bâtisse. Seuls quelques meubles remplissaient comme ils pouvaient l’espace, deux larges bibliothèques, un buffet et un grand bureau qui occupait le centre de la pièce, quelques dorures ornaient son dessus, derrière lui se trouvait un fauteuil en bois massif du style Chasterfield, qui aurait sûrement attiré la convoitise des plus grands collectionneurs. D’ailleurs, ce n’était pas le seul objet qui aurait attiré leur attention. L’austérité de cette pièce était certes palpable mais le peu de mobilier qui l’équipait était d’une qualité peu courante, et une accumulation de petits et grands objets, posés ici et là, exciterait la curiosité de n’importe quel antiquaire.

Le jeune homme semblait un peu confus, comme s’il venait de se réveiller d’un rêve un peu tumultueux. Un homme de grande taille, à l’allure distinguée, se tenait devant lui, pointant sa baguette magique sur lui. Il affichait un air grave. Il devait avoir une cinquantaine d’années, son visage était troublant, d’une symétrie parfaite, mais ses traits étaient singulièrement marqués, sa peau était blafarde. Cela et son regard sombre, dénué de toute émotion, ainsi le blanc de ses yeux injecté de sang, le rendaient effrayant. Pourtant, il y avait quelque chose, peut-être ses cheveux grisonnants par mèches, qui tombaient négligemment sur ses oreilles, ou le sourire presque imperceptible qui était dessiné sur ses lèvres, un sourire glacial. Ou peut-être était-ce quelque chose d’autre, d’invisible, mais une sorte de magnétisme émanait de cet homme.

Sans prononcer un mot, il alla s’asseoir sur le somptueux fauteuil et fit apparaitre un parchemin et une plume d’un coup de baguette magique. La plume s’agita toute seule, comme par magie, et écrivit sur le parchemin « Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche... il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois...»

La vision qu’il venait de découvrir à travers l’esprit de son serviteur le préoccupait. Il savait que le jeune homme était un Occlumens émérite, c’était une recrue intéressante qui possédait un fort potentiel, il l’avait tout de suite vu, mais il doutait fort que le pouvoir d’occlumancie de ce jeune apprenti soit assez puissant pour créer de toute pièce, ou ne serait-ce que modifier en partie, un souvenir, il n’était pas encore assez puissant.

- Il va de soi que personne d’autre ne doit être au courant de cette prophétie, déclara-t-il d’un ton ferme et sans appel.

- Mon seigneur n’a pas de soucis à se faire à ce sujet.

D’un signe de main, il lui demanda de quitter les lieux et le jeune sorcier sortit de la pièce d’un pas peu assuré, trahissant la crainte que son maître lui inspirait.

Le seigneur des ténèbres demeura seul à son bureau, cette nouvelle pouvait défaire tous ses plans, il fallait trouver une solution rapidement. Les prophéties ne sont pas à prendre à la légère, il le savait très bien. Pour autant, foncer tête baissée était la dernière chose à faire, ce n’était absolument pas le moment de faire la moindre erreur. Tous ses projets devaient se concrétiser dans les prochains mois, les élections du ministre de la Magie approchaient, tout était planifié, mais depuis quelques semaines des complications venaient noircir le tableau. D’aucuns diraient qu’il s’agit de grains de sable, mais le mage noir savait que le plus insignifiant des grains de sable pouvait bloquer la plus performante des machines, aussi bien huilée soit elle. Rien, absolument rien, ne devait être laissé au hasard. C’était comme cela qu’il avait toujours procédé, tout était calculé, depuis son premier emploi chez Barjow et Beurk, absolument tout ce qu’il avait fait dans sa vie avait été soigneusement prémédité pour le mener là où il était aujourd’hui, et tout ce qu’il ferait par la suite devait l’être tout autant pour enfin le faire régner sur le monde magique, pour rendre à sa race la place qui lui revient.

Un long serpent entra par l’entrebâillure de la porte et rampa jusqu’au sorcier pour venir se loger sur son épaule.

- Tu as faim Nagini ? Siffla-t-il en Fourchelangue. Sois patiente, le festin approche.

Quelques minutes plus tard, quelqu’un frappa à la porte. Un jeune homme entra dans la pièce, son visage imberbe lui donnait un air enfantin, ses yeux étaient encadrés de grosses lunettes noires, partiellement recouvertes par une mèche de cheveux.

- Mon seigneur, dit-il en s’inclinant devant son maître.

Le mage noir fit disparaître le parchemin de son bureau et en fit apparaître un nouveau sur lequel des inscriptions illisibles étaient annotées.

- Fenwick ne te posera plus de problèmes à présent, annonça la voix froide du seigneur des ténèbres. Comment les recherches avancent-elles ? Tu n’es pas sans savoir que les délais que nous avons sont très courts et que le moindre retard compromettrait la mission.

- J’ai été un peu retardé, comme vous le savez, à cause de Fenwick, il fallait que j’agisse discrètement pour ne pas me faire démasquer. Cependant, le dernier échantillon de variole du dragon semble très prometteur. Le séquençage de l’ADN du virus est terminé depuis quelques jours, j’ai commencé la modification de son patrimoine génétique, bien que cette phase soit encore au stade expérimental. Pour que l’opération soit une réussite il faut s’assurer que le virus ait suffisamment muté….

- Assure-toi de respecter les contraintes fixées et ne me déçois pas, le coupa-t-il sèchement. L’honneur de ta famille repose sur cette mission.

Le jeune homme redoutait de croiser le regard implacable de son maître, aussi préférait-il garder ses yeux rivés sur le sol en plancher de la pièce. Bien qu’il eut été bercé dès sa plus tendre enfance par l’idéal d’une race supérieure constituée de sangs-purs, il ne possédait ni l’arrogance, ni la démence qui distinguaient la plupart des serviteurs du mage noir. Lui était au contraire introverti, peu assuré, malgré les excellents résultats qu’il avait toujours montrés, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne savait pas se défendre. Dès sa première année à Poudlard, ses camarades qui ont tout d’abord tenté de s’en prendre à ce garçon qui avait tout l’air d’une victime facile, avaient vite déchanté après avoir passé un bon mois à l’hôpital Ste Mangouste pour se faire soigner de la variole du dragon. Bien que les soupçons étaient très forts, personne n’avait jamais pu prouver sa culpabilité, mais cette histoire était arrivée jusqu’aux oreilles du maître des ténèbres et ce dernier avait vu en ce jeune homme un grand projet.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.