S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Neith. Mystères engloutis d'Egypte par Selket

[57 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

♥ Vous devrez écrire un texte dont le thème principal est le choc des cultures, entre votre (ou vos ) personnage principal et une communauté étrangère.

♥ [ Contrainte HP] Mention devra être faite de l’école dans laquelle vous avez été envoyée pour cet « A vos claviers » !

♥ [ Contrainte HP]Votre héros devra découvrir une pratique de la Magie qui lui est inconnue

♥ « Ni oui, ni non, ni blanc, ni noir » ! Les mots Oui, non, blanc, noir sont interdits.

♥ Votre texte comprendra au moins un dialogue de deux cent mots

« Juillet 2000. Découverte majeure dans le domaine de l’archéologie sous-marine. »
« Héracléion, la ville décrite par Hérodote, vient d’être retrouvée, il s’agit de La Thonis de Saïs. Des fouilles plus approfondies vont être conjointement menées avec l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM) et le Conseil suprême des antiquités en Égypte »
« Les révélations de Franck Godio, président de l'IEASM, quant au trésor des Ptolémés trouvé sous les eaux Méditerranéennes de la baie d’Aboukir »
« Mars 2007. Suite à un abaissement de terrain, une partie du site est condamné. À noter que c’est un glissement de terrain faisant sans doute suite à un tremblement de terre qui a conduit à l’ensevelissement de la cité au VIIIe siècle après J.C. »



Les coupures de presse étalent leurs gros titres sur la minuscule table de l'appartement où ils s'entassent en une mer de papier. Au milieu des magazines moldus on aperçoit les reliefs d'un petit-déjeuner pas totalement fini.
Posé sur le dossier d'une des chaises réparties autour de la table, un hibou à l'origine de ce repas inachevé regarde patiemment les lieux.
L'appartement minuscule se compose d'un salon-cuisine autour duquel s'articule une chambre tout aussi grande et une salle de bain format de poche. Une valise posée dans un coin du salon semble avoir vomi son contenu sur le sol renforçant au passage l'aspect miteux de la pièce. Dans l'évier craquelé la vaisselle s'entasse alors que des manuels aux couvertures de cuir semblent se faufiler dans tous les recoins de l'habitation.
Aucun brin d'air ne vient soulever les rideaux ocres qui filtrent les rayons du soleil qui tentent de percer par la seule fenêtre de l'endroit. Sur ce fond orangé, une silhouette se découpe dans la lumière crue de ce chaud après-midi du mois d'août deux mille sept. La jeune femme tient entre ses mains un morceau de parchemin qui au vu des froissements de la feuille n'en est pas à sa première lecture.



Ma Chère Eléonore,
Voici le compte rendu de la réunion, qui a eu lieu au sein du ministère de la magie Égyptien en présence du directeur du Département de Recherche des Anciennes Civilisations Magiques du ministère de la magie Britannique (DRACM), à laquelle j'ai participé en tant que ton représentant.
À ce propos la prochaine fois que des réunions aussi assommantes ont lieu, merci d'y envoyer quelqu'un d'autre. Je ne suis pas directeur de fouilles à ce que je sache, je ne suis que ton bras droit.
Je veux bien que tu aies été occupée par tes fouilles à Tintagel et que tu n’avais pas le temps pour préparer la présentation de ce chantier de fouilles, mais je t'en supplie, la prochaine fois envoie Trevor. Il sera content, lui, de cirer les pompes de toutes les huiles du coin. De plus, j'aurais été plus utile sur le terrain à t'aider à faire le maximum avant que le chantier ne soit fermé pour une durée indéterminée.
Bref passons donc. Comme je te disais, voici le compte rendu de la réunion, même si je pense que, vu que j'ai pris une semaine pour te l'envoyer, tu dois déjà être en Egypte.

— Bienvenue à cette troisième réunion concernant les fouilles menées à Thonis-Héracléion, s'exclame le Premier ministre Abdel Haddâd. Avant de commencer l'ordre du jour Mme Ibtissem Aabdi directrice du département d'Archéologie Magique Égyptienne (DAME) va nous faire un rappel de la situation.
— Merci, Monsieur le ministre. Comme vous le savez déjà, les moldus ont découvert en deux mille la cité engloutie de Thonis.
Cependant, au début de l'année deux mille sept ces derniers se retrouvèrent confronté à un champ de force magique les empêchant d'accéder à certaines parties de la ville engloutie. Les autorités sorcières Égyptiennes ont aussitôt été mises en alerte, et Monsieur le Premier ministre a lancé une grande campagne afin de protéger le site. Une fois le site protégé et équipé de repousse-moldu ainsi que les archéologues de la mission organisée par le moldu Franck Godio amnésiés, la question des fouilles du site par des sorciers s'est posée.
De par la position de leader dans le domaine des fouilles du DRACM, un rapprochement des départements de fouilles magiques anglais et égyptiens a aussitôt été envisagé.
Lors des précédentes réunions réalisées conjointement, nous avons établi un plan d'action et de financement quant au site qui pourrait vraisemblablement abriter l'école perdue.

À cet instant l'émotion qui a envahi la pièce était vraiment palpable. Tu imagines Eléonore, la première école de magie va peut-être refaire surface.

— Afin de mener des fouilles d'une telle envergure, il a été décidé que celles-ci se dérouleront sous la houlette de Mme Eléonore McKinnon, sans doute la plus célèbre des magiarchéologues de son temps.

Attention Eléonore, ne prend pas la grosse tête. Je retranscris seulement les faits, je ne suis pas là pour te brosser dans le sens du poil, je m'en moque, je bosse déjà avec toi.

— Bien. Maintenant que la situation paraît plus clair aux nouveaux arrivants, nous pourrions peut-être attaquer le sujet du jour à savoir vérifier que tout est bien prêt pour la mission qui débutera dans un mois, interpella Kingsley Shacklebolt.

Eléonore, je te passe tout le blabla, mais voici une liste de ce qui a été décidé quant aux premières fouilles.
Nous allons commencer les prélèvements dans la zone nord-ouest du champ de force qui est la plus lointaine du chantier de fouille moldu. Si nous trouvons des traces concluantes d'une activité sorcière, il faudra aussitôt en référer au DRACM et au DAME.
Une équipe d'oubliators Egyptiens est à notre disposition, ils seront aussi chargés de vérifier que les sortilèges repousse-moldu fonctionnent bien, car après tout l'eau peut faire fluctuer plus facilement ce genre de sortilège. En plus de l'équipe de fouille et des oubliators, une équipe Anglo-Egyptienne de traducteurs des langues anciennes va être détachée pour nous aider à traduire les bas-reliefs et autres découvertes. Et pour compléter cette équipe, le ministre Egyptien a tenu à ce que des prêtres soient là, ne me demande pas ce qu'ils font là, je ne comprends pas, mais apparemment, ce n’est pas négociable. Ah, et aussi des langues de plombs Anglais nous rejoindrons plus tard, enfin si on trouve un truc intéressant bien sûr.

On est bien parti avec cette équipe-là. Les ministres sont-ils obligés de se livrer à des querelles politiques sur les chantiers de fouilles ? C'est épuisant à la fin. C'est à celui qui fera le moins de concessions et donnera le plus de sous pour montrer qu'il est riche.
Bref, je m'égare pardon, mais tu connais mon avis sur la question, j'aurais bien aimé m'épargner les langues de plombs, mais vu qu'on se récupère les prêtres machin chose, Shacklebolt a aussi tenu à ce qu'on ait droit à ces troubles fêtes.
Je sens que ça va se tirer dans les pattes, tout ce petit monde. Il n'y a plus qu'à espérer que les deux ministres arriveront à s'entendre malgré ces tensions latentes qu'on a héritées de l'ancien protectorat britannique sur l'Egypte.
Sérieux, ça date ce truc, faudrait s'en remettre, les gars. Je veux bien que les sorciers Égyptiens aient mal pris le fait qu'on vienne mettre le nez dans leurs affaires comme nos homologues moldus. Mais c'était il y a quatre-vingt-cinq ans par Merlin ! On peut dire qu'il y a prescription là.


Bon sinon pour le logement, des appartements situés dans une barre d'immeubles sorciers nous ont été attribués. On est deux par chambre, alors pitié garde moi le lit à côté du tien. Je ne veux pas dormir avec Trevor, je t'assure que si c'est le cas il y aura un meurtre. Je suis sûre qu'Elias ne me tiendra pas rigueur que je dorme dans la même chambre que sa femme.
Au fait, vu que tu es arrivée un mois avant le début des fouilles pour faire du repérage, tu pourrais me rassurer sur le logement ? J'espère qu'ils ne nous ont pas donné un appartement trop miteux. J'aimerais bien éviter les nids de doxys et autres joyeusetés, en plus qui sait ce que nous réserve l'Egypte comme créatures magiques.


Tu trouveras ci-joint les documents faisant état de la marche à suivre quant aux fouilles, les détails quant au budget alloué et les noms et fonctions des membres de l'équipe de fouille et des oubliators. Pour les prêtres je n'en sais pas plus, mais ça pourrait être intéressant de se renseigner un peu plus sur eux ? Car après tout pourquoi on nous les colle dans les basques ces hurluberlus ?

Je t'embrasse, on se voit bientôt.
Archibald Ashley



Une fois l'énième lecture de la lettre achevée, Eléonore entreprit d'écrire une rapide lettre de réponse à Archibald Ashley afin de le remercier de son compte rendu et lui décrire leur appartement quelque peu vieillot.
Une fois le hibou repartit avec sa missive, elle se rendit au hibou postal le plus près afin d'envoyer une lettre à son directeur de département afin de faire part de ses premières impressions quant au chantier de fouilles.

Une autre lettre fut envoyée à son meilleur ami Bill afin de lui proposer un poste au sein de l'équipe en tant que briseur de sort, cela ne serait que l'histoire de quelques mois, le temps que Nair revienne de son congé maternité. Kingsley avait déjà négocié auprès de Gringotts pour qu'ils acceptent de le détacher quelques mois, cela ne coûtera que quelques gallions au ministère en échange de ce service.
Une fois les derniers hiboux envolés, Eléonore McKinnon se dirige vers le site de fouille. Au loin dans les eaux de la baie d'Aboukir le navire de fouille moldu scintille alors qu'un ballet d'hommes-grenouilles avec leurs bouteilles s'activent.



***




Cela fait trois semaines qu'elle est en Egypte. Le mal du pays commence à se faire sentir et le dépaysement n'aide pas. Pourtant, en tant qu'archéologue elle a eu l'occasion de travailler sur des chantiers de fouilles réparties dans toute l'Europe.
Elle a, fut un temps, travaillé pour le ministère Français de la magie avant de devenir directeur de fouille à Tintagel pour le compte du DRACM. C'est là-bas en Cornouailles qu'elle a posé ses valises durant huit ans. C'est là-bas dans ce bout de terre qui s'enfonce dans la mer d'Irlande qu'elle a rencontré Elias.
Cela fait huit ans qu'elle n’a plus parcouru le globe à la découverte des trésors enfouis dans la terre.

Elle est déjà venue en Egypte. Cela a été un véritable électrochoc pour elle. Ce voyage l’a confortée dans son idée de devenir magiarchéologue. Elle y était allée lors de l'été précédent sa rentrée en cinquième année à Poudlard.
Elle se souvient encore du spectacle magique du soleil se couchant sur la vallée des Rois, du temple d'Abou Simbel qui confondait dans les contreforts montagneux. L'Egypte l'avait éblouie et elle s'était promise de revenir un jour avec Bill Weasley. Après tout, il en en avait rêvé autant qu'elle de ce voyage au pays du Nil.
Mais le temps est passé et ils n’ont jamais réalisé leurs promesses d'adolescents.
Une fois Poudlard fini elle avait commencé son mentorat de magiarchéologue à Paris avant de partir pour Brocéliande à la recherche de l'ancienne capitale sorcière. Elle s'était perdue à Varna en Bulgarie à la recherche d'une des premières civilisations à moitié sorcière en passant par la grotte du Mas d'Azil où des traces de magies avaient été attestées.
Bill était partie en Egypte pour le compte de Gringotts et chacun avait suivi son bout de chemin.

Et alors qu'ils vont bientôt être réunis pour ce voyage dont ils ont rêvé enfants, elle a le mal du pays.
Elle voudrait retrouver les sentiments d'émerveillement et d'euphorie qui l’ont envahie il y a des années plus tôt lors de ces vacances hors du temps.
Mais le temps file et alors qu'elle se retrouve seule dans ce pays inconnu elle ne peut que sentir le poids de l'isolement.
Elle ne connait rien aux us et coutumes et ce sable à perte de vue la désole. Le soir, quand le mal du pays se fait plus profond, elle s'installe face à la mer et retient tant bien que mal ses larmes. Alors qu'elle regarde ce lac plat qu'aucune vague ne vient agiter elle se sent encore plus perdue. Elle qui est née au bord de la Manche et a grandi aux rythmes des marées se sent totalement étrangère ici.


Elle sait bien que c’est l'inactivité qui lui pèse. Une fois le repérage du site fait, les rencontres avec les délégations égyptiennes bouclées et le matériel préparé, il ne lui reste plus rien à faire si ce n'est visiter le pays sans personne à ses côtés.
C'est ça le problème. Elle n'a personne avec qui partager son étonnement, ses découvertes. Personne à qui raconter son périple de la journée, à qui faire part de son étonnement.
Dans ses lettres elle ne peut pas parler de la saveur de ces plats tellement différents des anglais. Comment décrire le goût fort en bouche du babaghanouj, une purée d'aubergine au sésame ? Elle peut raconter qu'elle adore manger du foul au petit-déjeuner comme tous les Egyptiens, mais elle ne peut pas faire goûter ces grosses fèves brunes longuement mijotées en ragoût et relevées d'huile, de citron et de cumin que les marchands ambulants vendent dans des sandwichs aux gens pressés de se rendre au travail. Elle a envie d’envoyer à sa fille du mehallabeyya, cette crème à base de farine de riz parfumée à l'eau de rose et parsemée de pistaches, mais elle se doute bien que le transport du dessert par hibou jusqu'en Cornouailles est impossible.

Dans ses lettres adressées à son mari et sa fille elle essaie de décrire les marchands ambulants qui envahissent les rues où des scooters, un de ces moyens de transports moldus bruyants, pétaradent dans les rues bien trop bondées.
Elle leur décrit la Méditerranée et ses eaux calmes qui viennent s'échouer sur le sable. Un sable qui envahit tout, qui se faufile dans les maisons jusqu'à dans vos narines et vos yeux à vous en irriter la cornée.
Elle parle de ce soleil brûlant si différent de celui pâlot de chez eux.
Elle tait son mal du pays, mais elle s'étale sur toutes les différences entre l'Egypte et l'Angleterre qui sont tellement plus nombreuses que celles entre son pays natal et celui de son mari. Bretagne et Cornouailles, c'est sensiblement pareil. Alors que là rien ne se ressemble jusqu'à la langue, même si beaucoup d'Egyptiens parlent français et anglais.
Et puis il y a ces odeurs, ces sons qui se mêlent en une cacophonie qui l'épuise. Il y a ce marchandage systématique entre les commerçants et leurs clients qui lui ont causé quelques difficultés au début lors de ses achats.
Elle n'avait pas senti ce même fossé culturel lorsqu'elle était partie en Bulgarie, et pourtant à l'époque le mur de Berlin venait juste de tomber et le pays était très différent de maintenant.
Il ne lui reste plus qu'une semaine à tirer. Une semaine avant que l'équipe arrive et qu'elle puisse partager ses aventures avec Archibald et Bill.
Une semaine, plus qu'une semaine.



***




Cela fait un mois que les fouilles ont débutées. Un mois que l'ancienne école de magie Egyptienne a été découverte. Un mois qu'ils explorent les ruines sous-marines de cet endroit hors du temps.
Elle qui se plaint de son envie de revoir les paysages verdoyants et humides de la Cornouailles, elle est servie là. Car sous l'eau c'est une véritable forêt d'algues et de plantes marines qui a envahi les ruines de la cité. Et puis il y a cette eau, cette eau si salée qui poisse vos cheveux, qui vous collent à la peau et dans laquelle vous marinez toute la journée.
En effet, elle qui se plaint de son manque de verdure et d'humidité, elle est servie là.

La présence des équipes moldues à quelques kilomètres de leur emplacement nécessite une logistique impressionnante. Afin de ne pas se faire repérer et de ne pas susciter la curiosité des curieux, quant à leur présence dans une zone interdite à la fouille, ils ont déployé des sortilèges impressionnants afin de rendre invisible tout leur manège avant leur entrée dans l'immense bulle anti-moldue qui recouvre toute la zone.
Les découvertes pour l'instant restent maigres et la progression des fouilles est rendue pénible par ses algues qui doivent être arrachées à coup de sortilège peu puissant afin d'éviter tout risque de dégradation sur les objets et pierres qui se cachent sous le sable.
Les oubliators sans cesse sur le qui-vive restent à la surface afin d'éviter tout accident qui les exposeraient alors aux regards moldus. Les conjureurs de mauvais sorts épaulent l'équipe de fouille à coup de sortilège tandis que les archéologues avec leurs sortilèges de Têtenbulle tentent d'extirper les secrets de ce lieu magique.
Quant aux prêtres, ils nagent autour des ruines en murmurant des formules en ancien égyptien. Leur manège intriguant laisse perplexe tout le monde. Que font-ils ici, ces prêtres de l'ancienne Egypte ?


Après de nombreuses questions et suppositions à leur encontre, le mystère fut enfin levé.
Ainsi, ces prêtres sorciers sont les héritiers d'un savoir extraordinaire datant de l'ancienne Egypte.
A l'époque, les Egyptiens pratiquaient offrandes et prières en l'honneur de leurs dieux. Ceux-ci vivaient dans des temples en pierres qui étaient aussi immortels que les êtres qu'ils abritaient.
Les sorciers de l'époque avaient alors développé une magie incroyable basée sur le ka des pierres. C'est-à-dire le corps de celles-ci. Grâce à des prières qui ressemblaient plus à des sorts qu’autre chose, ils avaient réussi à créer des bâtiments à une vitesse ahurissante par leur simple compréhension du ba des pierres. Ainsi, en parlant à ce qu'ils appelaient l'âme des pierres, ils pouvaient les pousser à créer des structures impressionnantes qui encore de nos jours nous laissent ébahis.
Lorsque les prêtres ont expliqué ce concept à Eléonore, elle a hésité à rire. Mais comme ils lui ont aussi expliqué que grâce à ça, ils peuvent relever entièrement les ruines elle s’est dit qu'après tout elle ne risque rien.


C'est ainsi qu'un jour de septembre toute l'équipe se retrouve sous l'eau à observer le ballet des quatorze prêtres égyptiens.
Ces derniers ont expliqué que les ruines sont bien d'origine sorcière comme en atteste l'immense ankh, ce symbole de vie, qui tourbillonne au milieu de la structure à quelques mètres du sol. L'unique symbole est apparu suite à la prière formulée par celui qui semble être le chef du groupe. Apparemment, d'autres signes connus seulement des initiés sont réparties dans les ruines et c'est ceux-ci qui ont conduit les prêtres à tenter l'expérience.
Les archéologues se sont mis en retrait et c'est avec curiosité qu'Eléonore regarde ces quatorze prêtres qui ont perdu un peu de leur superbe avec le magnifique bocal à poisson renversé sur la tête.
Pour ce rituel il faut être quatorze prêtres, pas un de plus, pas un de moins. Quatorze comme le nombre de morceaux de son mari qu'Isis avait retrouvé avant de le ressusciter. Quatorze le chiffre magique par excellence dans l'Ancienne Egypte.
Une fois la sorte de croix terminée par une anse apparue, les prêtres se répartirent en un carré qui englobe presque tout le site. Un à chaque point cardinal, un au milieu de chaque côté du carré et un au milieu de chaque demi diagonal. Enfin deux prêtres au milieu, un au sol et un tout en hauteur. Ici pas besoin de tapis volant pour superviser l'élévation de la construction, il suffit de nager.
Une fois à leur place, ils se mirent à scander des prières au dieu Ptah, le dieu des artisans et des bâtisseurs, et à Neith, la divinité qui protègent les lieux. Les représentants de l'ancienne foi n’ont rien voulu divulguer de ces prières en ancien égyptien.


Hésitant à rompre cette mascarade, ce fut avec ébahissement que la franco-britannique voit les pierres s'extirper hors du sable afin de se rassembler et de commencer à créer des murs et des colonnes.
Tout se passe de façon très anarchique. Avec leurs mains les prêtres semblent guider la construction de tel ou tel mur alors que les pierres s'agglomèrent de façon presque anarchique. Par endroit des pierres commencent à monter un mur en l'air qui vient par la suite se déposer quelques mètres plus loin sur une mosaïque déjà reconstituée. A un autre emplacement une colonne brisée se recolle avant de se relever. Par endroit des trous se font voir dans la maçonnerie, sans doute des pierres manquantes, mais le mur tient quand même grâce à la magie.
Elle ne sait pas comment cette magie marche et elle se doute bien que les prêtres ne voudront pas divulguer leur secret, mais elle ne peut qu'admirer leur travail d'orfèvre.
Ainsi c'est vrai, les sorciers Egyptiens sont bien capables de ce prodige.
Un prodige que tous les dix ans il faut réactiver à l'aide d’autres sortilèges sans quoi les ruines s'effondrent comme ce fut le cas ici.
Doucement le rituel se termine, les pierres commencent à se tarir et la litanie des prêtres se fait plus douce.
Une fois le travail de construction achevé, les prêtres déposent une offrande au couple de divinités. Neith règne à nouveau sur l'académie perdue grâce à l'aide de son mari, le dieu Ptah.


L'ancienne école Egyptienne est sauvée des eaux limoneuses dans lesquels Khomâroûyah Ibn Toûloûn l'avait précipitée afin de protéger sa bibliothèque de l'avidité du plus grand mage maléfique du Moyen-âge.
Note de fin de chapitre :

- La cité d’Héracléion fut découverte en 2000.


- Franck Godio est réellement le président de l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM) et il a à son actif un certain nombre de découvertes, chantiers de fouilles et expositions.



- La Thonis de Saïs est le nom donné par le pharaon Nectanébo Ier fondateur de la XXXeme dynastie. Pour se situer la dynastie Lagide ou Ptolémaïque dont Cléopatre VII est la dernière reine est la XXXIeme dynastie
Canope et Thonis sont les deux villes englouties dans la baie d’Aboukir sur lesquels travaillent l’équipe de Franck Godio.



- Le protectorat Egyptien a eu lieu de 1914 à 1922. En 1914 les Britanniques démentent le Pacha Egyptien Abbas II Hilmi pour y mettre à sa place son oncle, le Sultan Hussein Kamal. On parle aussi de Sultanat d’Egypte à partir de cette date. L’Egypte était sous protectorat Anglais depuis 1882.



- La civilisation de Varna existe elle date de l’âge du cuivre et est antérieur aux civilisations Egyptiennes et Mésopotamiennes.



- La grotte du Mas d’Azil existe il s’agit d’une grotte Française ornée de peinture datant du Paléolithique supérieur, âge du Magalénien.



- Ptah et Neith dans l’ancienne Egypte sont un couple de divinité. Neith est la patronne de la basse Egypte et la protectrice des pharaons. Ptah est le patron des artisans et des bâtisseurs.



- Le titre du recueil fait écho à « Osiris. Mystères engloutis d’Egypte » une exposition sur les trésors découverts à Héracléion
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.