S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Tribulations d'un crocodile angoissé par Lyssa7

[10 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ce recueil est ma participation (côté fanfiction) à AVC3 organisé par E.T et Nighty, mais vous pouvez également retrouver mon recueil côté original sur le Héron (un peu plus fourni que celui-ci). ;)

 

Note de chapitre:

Bonsoir ! Comme précisé dans ma note d'histoire, ce recueil est ma participation en fanfiction à AVC3. Ce texte répond au thème 3 dont voici le thème et les contraintes.

La Haine, Mathieu Kassovitch :

C'est l'histoire d'un homme qui tombe d'un immeuble de 50 étages. Au fur et à mesure de sa chute, pour se rassurer, il se répète:

"Jusqu'ici, tout va bien."

"Jusqu'ici, tout va bien."

"Jusqu'ici, tout va bien."

Mais l'important, c'est pas la chute. C'est jamais la chute. C'est l'atterrissage...

♥ Votre personnage devra TOMBER : tomber amoureux, tomber dans les pommes, tomber des nues, tomber de haut, tomber à genoux, tomber bien bas, tomber la chemise :mrgreen: , etc.

♥ Le verbe TOMBER ne pourra apparaître qu'une fois maximum dans votre texte (sous n'importe quel(le) temps/conjugaison)

♥ Vous devez écrire minimum 100 mots consécutifs sur la douleur que ressent votre personnage lors de son atterrissage physique ou émotionnel. -> consécutifs = en un ou plusieurs paragraphes, non coupés par des dialogues, etc.

♥ Contrainte de mots :500 à 1500 mots

Je réponds donc à la contrainte avec "Tomber des nues" ou "Tomber de haut" dans le sens où l'un de mes personnages prend conscience de quelque chose, ce qui engendre une douleur émotionnelle presque physique.

Je tiens à préciser que Mandy (Brocklehurst) n'est en aucun cas une OC, elle est citée à la répartition en première année. Quant à Michael (Corner), il apparaît dans l'Armée de Dumbledore et il est successivement le petit copain de Ginny puis de Cho. Cela fait des années que j'écris sur ces deux-là et l'après-guerre (ils sont même devenus mon pairing chouchou avec leur amitié ambiguë :mgreen:) et j'ai apprécié les retrouver pendant quelques heures même s'ils n'étaient pas au meilleur de leur forme. J'espère que vous passerez un bon moment !

Bonne lecture ! <3

Lyssa

Le bruit d’un verre qu’on pose sur une table. Celui de la pluie qui frappe contre les carreaux. Elle se tient de dos, devant la fenêtre du salon. Il est assis sur le canapé et se sert un énième whisky. Le cinquième ou peut-être le septième, il ne sait plus.

 

— C’est une soirée comme les autres.

 

Mandy pousse un soupir. Michael lève les yeux d’un air distrait, fatigué. Ce qu’elle vient de dire ne le leurre pas, il en est presque agacé. Il se redresse, la confronte à son mensonge.

 

— Qui est-ce que tu tentes de convaincre en disant ça ? Toi ou moi ? réplique-t-il en prenant une gorgée.

— Ce n’est qu’une date sur un calendrier, pas vrai ? continue-t-elle sans vraiment lui répondre, se parlant à elle-même.

 

Elle tremble un peu mais tente de faire bonne figure. Elle se tord les doigts, resserre son foulard comme si elle avait soudainement froid. Mais l’air glacial ne vient pas de l’extérieur et elle ne parvient pas à se réchauffer. Ses yeux bruns dans lesquels règne une lueur de chagrin sont rivés sur les nuages noirs qui s’épaississent peu à peu dans le ciel. Le temps est à l’orage. Ce n’est pas étonnant finalement. Nous sommes le 1er mai 1999, tout juste un an après la bataille de Poudlard, et la soirée vient à peine de commencer.

 

La jeune femme ferme les yeux, croise les bras sur sa poitrine et essaie de contrôler les souvenirs qui ne cessent de se rappeler à elle. Ils l’obsèdent jour et nuit. Une cruelle litanie, incessante et désespérante. La mélodie des morts. Ce soir, elle semble deux fois plus forte qu’habituellement.

 

— Sers-moi un verre, tu veux ? demande-t-elle, le souffle court.

— Je croyais que c’était moi l’alcoolique ici ? ironise-t-il.

— Sers-moi un verre, je te dis.

 

Il n’insiste pas. Il se lève et se dirige vers la petite kitchenette de son appartement. Une grimace s’étale sur ses lèvres et il titube, se rattrape au plan de travail. Les portes du placard grincent lorsqu’il les ouvre pour en sortir un verre. Mandy est toujours plantée devant la fenêtre. Ça va faire presque deux heures qu’elle n’a pas bougé. Comme si elle pensait que la soirée passerait plus vite ainsi.

 

Ce n’est pas le cas, il a compté chaque minute, chaque seconde. La tête lui tourne un peu mais ça n’occulte rien. Ce soir, même les effets de l’alcool ne parviennent pas à lui faire oublier quoique ce soit. Il en sera certainement de même pour elle. Il revient vers le salon et, s’écrasant brusquement sur le vieux canapé aux lattes défoncées, il sert deux whiskys. Un pour lui, un pour elle.

 

— Tiens, fait-il en lui tendant son verre. Viens t’asseoir.

 

Mandy détourne les yeux de la fenêtre et s’installe à sa droite. Elle récupère son verre en le remerciant d’un murmure et trempe doucement ses lèvres dans le liquide ambré.

 

Pendant de longues minutes, c’est le silence. C’est comme ça qu’ils fonctionnent tous les deux. Ils n’ont pas besoin de mots, simplement de la présence de l’autre dans ces moments-là. Pour supporter la douleur, l’injustice et la mort. Pour se dire qu’ils sont deux à tomber du haut de cette falaise, deux dans cette chute interminable. Ça va faire un an qu’ils ne cessent de plonger sans jamais atteindre le sol. Un an qu’elle est incapable de reprendre une vie normale, un an qu’il boit trop. Un an de chute, de désespoir. Un an que la guerre est terminée. Pourtant, c’est comme si elle vivait, encore et encore, dans leur esprit. Dans le regard vide de Mandy et les sourires cyniques de Michael. Dans chacun de leurs gestes.

 

— Demain, ce sera fini. Demain, ça fera un an, jour pour jour, dit-elle soudainement.

— Ouais, acquiesce-t-il, amer.

— Un an… insiste-t-elle en buvant son verre d’un seul trait. Ça fait un an qu’ils sont morts, Corner.

— Je sais, Andy.

— Non, tu ne comprends pas ! Ça fait un an, un an… Une foutue année ! s’exclame-t-elle d’un ton presque hystérique.

— Je sais… répète-t-il en posant une main sur la sienne.

 

Une larme roule sur la joue de Mandy, se glisse dans son cou. Elle se mord la lèvre inférieure. Un sanglot lui entaille la gorge. Michael lui prend la main, l’attire vers lui. Le choc est terrible, si violent qu’elle est incapable de prononcer le moindre son. C’est inscrit sur le moindre de ses traits. Il lui a fallu un an pour que sa chute prenne fin. Un an pour qu’elle réalise réellement l’horreur de ce qu’ils ont vécu et l’absence des êtres chers. Un an pour qu’elle comprenne que rien ni personne, jamais, ne ramènera Anthony, Lisa et tous les autres. Un an pour faire son deuil.

 

La souffrance est intolérable, insupportable. Un étau lui compresse le coeur, elle a du mal à respirer. C’est un coup de poignard en pleine poitrine. Ses yeux s’écarquillent et son visage se craquelle. Un long sanglot déchire finalement ses lèvres, suivi de dizaines d’autres. Elle s’effondre en salves de larmes ininterrompues dans les bras de Michael qui resserre son étreinte. Elle pleure. Une heure, peut-être bien deux ou trois. Il boit. Une ou deux bouteilles de whisky. Ça n’a pas d’importance. Ce qui compte vraiment, c’est de prendre totalement conscience de ce qu’on a perdu. L’atterrissage peut être douloureux mais il est nécessaire. Car si la chute ne se termine pas, comment pourrait-on se relever ?

 

Même si, parfois, la collision entraîne inévitablement une nouvelle chute.

Note de fin de chapitre :

Je suis consciente du ton et du style un peu froid mais je n'ai pas pu m'en empêcher avec ce contexte. J'espère que ça vous plaira quand même ! ;)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.