S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Une légende familiale par Selket

[4 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Pour les contraintes de ce defi 2 les voilas :

Choisir un ou deux thèmes parmi les suivants :
- Créatures
- Couple secondaire
L'une ou toutes les contraintes parmi les suivantes :
- une musique devra donner l'ambiance du texte : il s’agit de Zombie de The Cranberries
- le héros vit un moment clé qui impactera son futur ou c'est son passé qui impactera son futur.
J'ai donc décide de tout faire.


Une partie de ce récit à été écrit durant la nuit HPF du 27/07/2018 qui avait pour thème cette chanson. C'est donc cette chanson qui inspire mon texte même si au départ j'étais partie sur walpurgisnacht de Faun.


Depuis combien de temps n'est-il plus revenu en Angleterre ? Quelques mois ? Quelques années plutôt.
Il ne sait pas ce qu'il l'a poussé à revenir dans ce pays qu'il a fuit au lendemain de la guerre. L'amitié sans doute, l'amour peut-être. Où bien cette rencontre étonnante en terre d'Irlande.
Une rencontre inespérée qui, si elle ne l'a pas guérie, l'a mis sur le chemin de l'acceptation. Ce chemin difficile qu'il a tenté de suivre en quittant l'Angleterre pour sa terre natale il y a de cela quatre ans. Quatre ans de deuil, quatre ans d'oublies qui ne l'ont mené à rien si ce n'est à s'enfoncer chaque jour un peu plus dans la dépression.
Il avait tenté d'accepter ce qui s'est passé pendant cette guerre. Il s'était acharné à guérir mais rien n'avait pu le sauver. Il était irrémédiablement perdu et ce ne sont pas les articles de la gazette, les récompenses du ministère qui l'ont aidé. Ce ne sont pas ses parents, ses amis tout aussi perdu que lui qui l'ont soutenu.
Il avait eu personne sur qui s'appuyer afin d'entreprendre le long calvaire vers la rédemption et l'acception de ce qu'avait été cette guerre, de l'homme qu'il avait été pendant ces heures noires.
Rien et pourtant.


***



Depuis cette nuit qui a tout changé il erre sans but, sans âme dans cette ruelle tout en nuances de gris. Depuis cette nuit il se perd trop régulièrement dans sa tête remplie d'horreur. Dans son crâne c'est le chaos, le bruit et cette violence qui revient encore et toujours le hanter.
Il est né cette nuit là dans la mort et la violence. Et la violence a entraîné un tel silence. (1) Un silence assourdissant pour lui qui ne connaissait plus que le fracas des armes. Il est devenu un monstre.
Il ne peut plus fermer les yeux sans revivre encore et encore tout ce qu'il fuit. C'est pour oublier qu'il arpente les rues de Dublin. Pour fuir cette horreur qui se répète dans sa famille depuis trop longtemps. C'est le même vieux thème depuis 1916 .
1916 et cette envie de l'Irlande de devenir indépendante (2). 1922 et la tant espérée indépendance Irlandaise(3). 1972 et le Bloody Sunday (4). 1998 et l'accord du vendredi (5). Depuis combien de temps font-ils la guerre dans sa famille ? Il y a son arrière grand-père et l'armée irlandaise, son grand-père et l'IRA, son père et ses manifestations et lui, lui aussi c'est battu.
1916, 1922, 1972, 1998 l'histoire se répète et s'efface alors que les hommes subissent encore et toujours. A peine ont-ils fini de pleurer leurs morts que tout recommence.
A qui la faute ? Qui blâmer ?
Il ne peut rien faire si ce n'est haïr le monde entier pour la douleur qui lui a été infligée. Il n'était qu'un enfant, un gosse qui n'avait rien demandé.
Il n'est plus qu'un zombie. Une abomination que cette nuit de mai 1998 a créé.
Alors qu'il se traine sur les pavés de la capitale il agonise en vomissant ses pleurs dans le caniveau. Il n'est plus rien. Depuis cette nuit Seamus Finnigan n'existe plus.
Ils ont tout fait pour le briser, un an d'acharnement qui a pris fin lors de l'ultime bataille. Alors qu'il se regarde dans les flaques d'eau qui croupissent entre les pavés disjoints il ne se reconnait plus. Ses nuits d'insomnies ont creusés ses yeux autour desquels des cernes violacées s'étendent. Ses prunelles ne brûlent plus de cette lueur de malice qui le caractérisait. Son teint est grisé par les cigarettes qu'il fume à longueur de journée à s'en bruler les poumons, des sillons de larmes ravinent son visage alors que ses lèvres ne sont plus qu'une plaie béante sur laquelle ses dents se referment.
Il n'est plus rien, seulement un zombie qui hante les rues en essayant d'oublier chaque jour un peu plus qui il est à défaut d'effacer les affres de la guerre.


***



Il n'était qu'un homme perdu. Un homme qui agonisait en pleine rue Dublinoise. Et pourtant, pourtant il l'a rencontré. C'était il y a longtemps. Quelques semaines déjà. Quelques semaines d'accalmies qui lui paraissent être des mois.


***



Dans ta tête ils pleurent . Ils t'appellent à l'aide, te tendent leurs mains que tu es bien incapable d'attraper. Impuissant tu revis, tu revois les morts tomber au combat pendant que toi tu restes là pour les pleurer.
Dans ta tête, dans ta tête ils se battent . Encore et toujours ils s'affrontent pendant que toi tu hurles à t'en briser les cordes vocales. Tu n'existes plus Seamus. Tu t'es oublié dans cette guerre qui t'a brisé.
Dans ta tête ils pleurent. Ils pleurent toutes les larmes que tu n'arrives plus à sortir. Epuisé d'avoir tenté de pleurer en vain tu t'écroules dans le recoin d'un mur en espérant grappiller quelques minutes de sommeil. Et lorsque tes cauchemars te réveil tu t'étouffes faisant renseigner la plaie à vif de ta bouche. Tu es perdue Finnigan. Tu t'es oublié. Sans la clé pour regagner la lumière tu ne vas pas faire long feu. Tu la sens cette douleur qui te ronge ? Cette horreur qui te fait frémir chaque jour un peu plus c'est ta dépression qui te ronge.
Mais moi je suis là pour te guider. J'ai toujours été là pour ta famille. Comme ton père, ton grand-père avant lui et bien d'autres encore tend moi la main et je saurais te ramener dans la lumière. Tu n'est pas fou Seamus Finnigan tu es juste un guerrier égaré comme tant d'autre avant toi.
Il cru devenir fou. A qui appartient cette voix éthérée qui lui parle. Qui comprend sa douleur. Il n'a jamais réussi à mettre les mots sur son mal-être et quelqu'un d'invisible le fait pour lui. Il devient fou il en est certain. Et pourtant il veut croire que quelqu'un est là pour l'épauler.
Qui est-elle ? Qui se cache derrière ce brouillard surnaturel apparut dans une de ces ruelles qui longent la Liffey.
Cette nuit-là il ne rencontra pas celle qui l'avait sauvé. Elle s'enfuit sans mot alors que sa tête dans ses mains il tente vainement d'échapper à ce qu'il croit être une hallucination de plus. C'est la première fois que la voix mystérieuse est venue le sauver.


***



Il n'était qu'un homme qui tentait de revenir de l'enfer. Un homme qui n'avait plus personne à qui se raccrocher. Mais il y avait eu cette voix. Ce minuscule fragment d'espoir surgit de nulle part. Cette apparition qui le sauva.
Après sa rencontre avec l'étrange brouillard de Dublin il était rentré chez lui. Il ne sut jamais pourquoi mais d'entendre quelqu'un mettre des mots sur sa douleur avait été un déclic pour lui.


***



Seul il se promène dans la lande qui entoure la maison. Il marche sur les sphaignes qui colonisent le sol tourbeux. Par endroit de petits fleurs roses de bruyères colorent le paysage tout en tonalité marron.
Encore maintenant il lui arrive souvent de s'effondrer par terre pour pleurer. Mais les vomissements de larmes ont fait place aux torrents. Il reste un homme perdu mais quelque chose à changer depuis ce jour-là. Il ne sait toujours pas si tout ce qui s'est passé était réel ou non mais il ne cherche plus à connaitre la vérité. Il veut juste avancer, oublier tout cela et enfin aller de l'avant.
Il peut enfin à nouveau espérer et ça ça n'a pas de prix.
Soudain, alors qu'il se croit seul dans la tourbière qui s'éclaire des premières lueurs du ciel il l'aperçoit.
Avant même de se retourner elle prononce son nom en un murmure qui fait écho à cette voix qui le hante. L'inconnue du brouillard.
Stupéfait il reste là à la contempler alors qu'elle s'avance vers lui une main tendue dans sa direction.
Elle est belle, d'une de ces beautés intemporelles qui semblent sorties d'un autre temps. Les cheveux noirs comme les corbeaux les yeux sombres et la peau laiteuse elle ressemble à une de ces fées Irlandaises. Mais pourtant dans ses yeux et les traits de son visage il y a quelque chose qui le fait penser à Lavande. Dans les murmures de sa voix il entend le chant de Lavande et cela lui fait un choc.
Alors qu'il lui tend la main il repense aux légendes que lui racontaient son grand-père paternel sur ces banshees, qui s'attachaient à une famille Irlandaise et en protégeaient les descendants envers et contre tout. Quand il lui demandait si c'était vrai comme mythe son papé concluait toujours en un sourire « j'en ai connu une un jour ».
Alors, même qu'il touche la main de la banshee il s'effondre par terre. Ce n'est que quelques heures plus tard qu'il est revenu à lui. Alors qu'il se relève il se sent vivant. Pour la première fois depuis longtemps il se sent respirer sans difficulté. La haine et la colère sont parties. Il ne reste plus que l'envie de se battre à nouveau et les yeux de Lavande qui le suit à chacun de ses mouvements.
Dans la main que lui a pris la créature il sent un papier rêche. Alors qu'il le déplie il aperçoit le titre de la coupure de journal « Un nouveau mangemort sous les verrous ? Le jugement de Mr Greyback aujourd'hui. » En dessous un encart d'ordre promotionnelle vente l'auberge des gens brisés, cette auberge crée par Mr Dean Thomas qui accueille tous les perdus de la grande guerre.


***



Encore aujourd'hui alors qu'il pose pour la première fois depuis longtemps les pieds au ministère de la magie il se demande ce qu'il fait là. Il ne sait toujours pas ce qui l'a poussé à revenir ici, mais il sait que cette coupure de presse n'y ai pas pour rien. Cette page de journal et la banshee qui la lui a donné.
C'est dans cette lande tourbeuse du Connemara qui l'a vu naitre qu'il a est revenu des limbes.
C'est là-bas chez lui dans cette lande pelée pleines de légendes qu'il l'a rencontré. Jamais avant il n'avait cru les histoires familiales. Et pourtant, pourtant s'il avait su.
Aussi loin qu'il se souvienne les créatures fantastiques ont toujours fait partie de sa vie.
Que ça soit le merrow qui discutait avec son grand-père paternel au cat sidhe qui trainaient souvent près de la maison jusqu'aux lutins de Cornouailles durant cette deuxième année à Poudlard.
Il ne sait pas ce qu'il l'a poussé à revenir dans ce pays dont il ne voulait plus entendre parler. Mais il connait maintenant les raisons qui le poussent à y rester. Il y a Dean et son auberge. Dean et son projet un peu fou de collocations entre eux deux, Neville, Luna plus tous les gens qui seront de passage.
Et surtout il y a cette main au creux de la sienne après ce procès qui a vu mettre Greyback derrière les barreaux. Cette main et les yeux de Lavande qui sont plus qu'un songe au milieu de la lande irlandaise.
Note de fin de chapitre :

(1) Toutes les phrases en italique sont tirées de la chanson Zombie de The Cranberries.



(2) La guerre d’indépendance Irlandaise commence en 1912. Elle oppose l’armée Républicaine Irlandaise, la Grande Bretagne et les Unionistes Irlandais. En 1916 sous la direction de l'Irish Republican Brotherhood, du Sinn Féin et de l'Irish Citizen Army de James Conolly, éclate l'insurrection de Pâques 1916 à Dublin, qui proclame la République au nom de Dieu et des générations disparue. En une semaine la république Irlandaise est écrasée.



(3) Le 6 décembre 1922 est ratifié le Government of Ireland Act 1920 qui sépare l’Irlande en deux. L’indépendance d’une partie de l’Irlande est donc proclamé au désespoir des Nationaliste qui ne veulent pas d’une Irlande coupée en deux et des Unionistes qui ne veulent pas voir l’Irlande se séparer de la Grande-Bretagne. Cette année là les Unionistes sont portés au pouvoir en Irlande du Nord empêchent la représentation politique de la minorité catholique. C’est le début d’une nouvelle guerre civile.



Il est assez impensable pour nous d’imaginer une Irlande indépendant seulement depuis 1922. On a tendance à croire que tout cela remonte à plus loin. Par exemple si je vous demande depuis quand la région Pays de Loire existe vous allez sans doute me répondre depuis Napoléon. Eh ben non depuis Petain. Avant la région Pays de Loire n’existait pas et les régions Bretagne, Aquitaine, Normandie et centre étaient plus grosse.



(4) En Irlande du Nord les conflits entre Protestant et Catholique sont nombreux et l’un des plus marquants reste le Bloody Sunday qui à lieu le 30 janvier 1972. Durant ce dimanche, les commandos de parachutistes britanniques tirèrent sur des manifestants non armés et pacifiques qui défilés à Londonderry. Très vite les affrontements s’étendent à Belfast. Là, des familles catholiques durent fuir leurs maisons qui étaient incendiées par les policiers et la foule protestante opposée au changement. Les quartiers nationalistes catholiques se trouvent alors à la merci des émeutiers protestants et des forces de l’ordre. Les insurgés irlandais s’armèrent et commencèrent par défendre les quartiers avant de passer à l'offensive. L’IRA se réorganisa spontanément pour permettre la défense de sa communauté.



C’est fou mais dans les grosses villes comme Belfast etc. il existe des quartiers catholiques et d’autres protestants. Les choses ont quelque peu changées depuis ces années troubles mais les tensions restent encore latentes



(5) En 1998 avec l'accord du Vendredi saint les tensions en Irlande du Nord se calme. Cet accord entre les partis de l’Irlande du Nord et les gouvernements du Royaume-Uni et de la République d’Irlande prévoyait : un parlement autonome dans la province ; des garanties en matière de droits humains ; des conseils administratifs transfrontaliers en matière d'environnement et de tourisme, des langues régionales; un conseil britannico-irlandais pour rassembler les gouvernements des îles Britanniques.



De nos jours le Brexit angoisse énormément d’Irlandais du Nord qui ont peur d’une fermeture des frontières entre l’Irlande et l’Irlande du Nord.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.