S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Birthday Girl par Saam

[8 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous ! Voici une petite histoire que j'avais envie de sortir depuis un moment. Et voilà c'est chose faite, au moins une chose positive dans cette semaine merdique ! J'espère que ce texte vous plaira. Par précaution j'ai un peu élevé le rating, car on va évoquer la sexualité et le désir. Je vous souhaite une bonne lecture !
En se regardant dans le miroir, Hermione Granger ne sait trop quoi penser. Elle a l’habitude de se voir, sans jamais être familière de son image. Elle se dissocie, et se regarde comme une étrangère. Parfois elle se trouve belle, rarement, une beauté un peu malade due à ses cernes, sa pâleur, elle travaille trop. Encore plus rarement, une beauté chaude, lorsqu’un sourire de sa fille l’accroche jusqu’à la contaminer et qu’elle s’illumine de l’intérieur. La plupart du temps elle se trouve indifférente face à elle-même. Ses cheveux sont bruns, excessivement bouclés, ils s’emmêlent sur ses épaules. Elle a pris l’habitude de mettre une barrette dans sa nuque pour les retenir. Ses yeux, elle les connait peu, elle les évite, mais elle se souvient qu’ils sont marrons, assez clairs. Le reste de son visage est assez banal, elle sait qu’elle a quelques tâches de rousseur, un nez un peu rond. Elle ne saurait pas qualifier sa bouche.

Ce jour-là, elle regarde son reflet avec application. Elle va avoir trente ans dans quelques heures. Ces amis ont organisé une fête pour elle.

Elle sort de sa chambre et entrouvre la porte de Rose. La petite fille est encore endormie. Elle ne la réveille pas et descend jusqu’à sa cuisine pour se préparer un thé. Pattenrond slalome entre ses jambes, ronronnant. Il s’est adouci avec l’âge. Elle emporte sa tasse de thé fumante jusqu’à son bureau et s’y installe. Elle a du travail qui l’attend, le Ministère se fiche qu’elle fête son anniversaire aujourd’hui. Elle doit lire, résumer, signer des documents, des dossiers, des lettres. Quand a-t-elle cessé d’aimer son métier ? Tout était plus simple lorsque ce n’était pas elle la Directrice du Département, lorsqu’elle était une petite main humble dans l’ombre. Elle avait l’impression d’agir vraiment. Elle s’est trompée en acceptant le poste, elle avait pensé alors, qu’elle aurait plus d’impact à la tête du Département.

En tournant les dossiers elle se fige soudain en reconnaissant le nom écrit en grosses lettres capitales. « Sirius Black ». L’objet de toutes les conversations depuis qu’il est revenu du Voile quatre mois plus tôt. Il était apparu de nulle part au milieu du Ministère dans une explosion de lumière, sans avoir vieilli, sans avoir perçu le temps qui passait. La pensée même de Sirius fait s’emballer son cœur. Elle avait pensé ne jamais le revoir. Elle avait bien essayé de faire son deuil, de passer à autre chose. Elle était si jeune après tout quand il était mort. Elle avait crû que sa relation avec Ron serait son salut. Elle avait aimé Ron, et avait fait de son mieux pour l’aimer chaque jour davantage. Mais la tendresse qu’elle avait pour lui n’était rien face à l’amour têtu et invaincu qu’elle vouait à Sirius.

Il était revenu.

Elle était allée avec Harry à Sainte-Mangouste. Elle l’avait vu, dans son lit d’hôpital, inconscient. Alors que Harry était sorti avec la Médicomage, elle avait tenu sa main, caresser ses cheveux, espérant qu’il se réveille. Elle avait su immédiatement que rien n’avait changé pour elle. Elle l’aimait toujours. Chaque fibre de son corps vibrait à nouveau, cherchant avidement le contact de Sirius, sa peau et sa chaleur. Deux semaines après, enfin, il était sorti du coma. La joie d’Harry était immense.

Elle avait attendu longtemps devant la porte de la chambre sans jamais réussir à entrer. Qu’aurait-elle pu lui dire ? Il revenait d’entre les morts et il apprenait seulement que son meilleur ami et son mentor étaient morts. Il revenait mais une fois de plus, il était voué à être à part, en décalage. Que pouvait-elle dire face à cela ? Elle n’était que l’amie d’Harry. Elle n’avait pas la prétention de penser qu’il n’ait jamais eu autre chose qu’une affection mesurée pour elle. Aussi ambigüe qu’ait pu être leur relation, il n’y avait jamais eu la moindre promesse entre eux. Elle ne voulait pas se leurrer, pour lui, elle était probablement un souvenir un peu étrange, ou même désagréable.

Il sera là ce soir pour son anniversaire au Terrier. Cela fait quatre mois qu’il est revenu, ils ne sont pas croisés. Bien sûr les gens autour d’elle ont trouvé cela étrange qu’elle l’évite mais elle a trouvé beaucoup d’excuses. Elle a chargé Harry très souvent de lui transmettre son salut, ses vœux de rétablissement. Elle s’est cachée.

Il sera là ce soir, impossible de l’éviter, et elle a peur. Elle frissonne en y pensant. Cela faisait si longtemps qu’elle vit avec ses souvenirs.





Elle l’avait embrassé, deux fois. Elle se souvenait de tout. Hermione n’oubliait jamais rien. C’était un peu sa malédiction. Lorsque Ron l’embrassait, elle ne pouvait chasser le souvenir des lèvres de Sirius. Dès le début, et jusqu’à la fin, lorsque Ron se penchait vers elle, son corps se souvenait d’un autre homme, plus petit, plus fort, la peau plus chaude. Et malgré elle, son corps cherchait dans celui de Ron, l’écho d’un autre mieux aimé.

Il n’avait jamais répondu à ses baiser. Probablement qu’il ne voulait pas l’encourager.

La première fois c’était au Square Grimaurd, dans la petite bibliothèque sombre et exiguë qu’ils étaient les seuls à fréquenter. Harry n’était pas encore arrivé, mais les nouvelles de ses ennuis l’avaient devancé. Sirius s’inquiétait, Hermione aussi. Le soir, pour chercher du calme elle avait pris l’habitude de se réfugier là, parmi les fauteuils en cuir vert et les tables de travail en cèdre foncé.
La pièce était petite, et elle ne pouvait pas ignorer la respiration de Sirius, sa chaleur autour d’elle, son odeur, le froissement de ses vêtements dans dos. Ses sens étaient en émoi. Seuls et si proches, elle ne pouvait ignorer la boule de désir dans son ventre. Elle essayait de se concentrer sur sa lecture mais c’était peine perdue car Sirius l’emplissait tout entière, l’électrisait. Dans chaque bouffée d’air qu’elle respirait elle cherchait à goutter un peu de son souffle.

La première fois c’était un soir. Il s’était assis dans le fauteuil face à elle, avec un verre de Whisky pur feu dans la main. Il faisait tournoyer le glaçon à l’intérieur, pensif.

« Et s’ils confisquent sa baguette Hermione ? Malgré tout ce que disent Arthur et Dumbledore, s’il est banni de la communauté magique ? Tu y as pensé ? »

Elle avait levé la tête de son livre.

« Oui » Avait-elle dit d’une voix un peu rauque.
« Quoiqu’il arrive, on trouvera une solution, avait-elle poursuivi.
- J’envie tes certitudes. »

Il avait murmuré en plongeant le nez dans son verre. Elle avait appris à lire dans son visage, dans la crispation de ses traits, l’ombre de ses yeux. Elle savait quand il était heureux, joyeux, quand il était d’humeur imprudente, sarcastique, ombrageuse, lorsqu’il était amer ou fatigué. Elle le savait jusque dans sa propre chair. Ce soir-là, il avait déjà trop bu. Sa mélancolie s’accentuait, sa peur pour Harry le rendait inhabituellement nerveux. Il s’était levé pour quitter la pièce et elle s’était redressée à son tour. Ils étaient l’un en face de l’autre, si proche qu’elle sentait l’odeur sucrée de l’alcool dans son haleine. Avec une autorité plus vieille qu’elle, elle lui avait pris le verre des mains, et il s’était laissé faire.

Quand ses doigts autour du verre avaient touché ceux de Sirius elle avait senti une onde d’énergie la parcourir, du pur désir, incandescent et tumultueux. Elle avait posé le verre sur la table près d’elle, sans regarder, et il avait fait un bruit fort en tapant contre le bois. Un peu d’alcool s’était renversé et lui avait léché les doigts, mais elle n’y avait pas prêté attention. Elle était déjà au-delà d’elle-même. Elle s’était rapprochée jusqu’à ce que sa poitrine tremble contre son torse, le frôlement de leurs corps la brulait d’une brulure dévastatrice mais elle aurait voulu s’y plonger tout entière. Elle avait dû se hisser un peu sur la pointe des pieds. Elle l’avait embrassé.

Ce n’était pas normalement, quelque chose qu’elle faisait. Hermione réfléchissait plusieurs fois avant d’agir, elle pesait le pour et le contre, elle pensait. Elle était rarement impulsive. Elle n’était pas non plus entreprenante.

Elle avait posé ses lèvres sur celles de Sirius. Toute son avidité cherchait à la déborder, à jaillir hors d’elle mais elle l’avait bravement retenue à l’intérieur. Ce baiser était à peine une caresse sur la bouche de Sirius.

Ils n’avaient rien dit. Ils n’en avaient jamais parlé.

Elle n’avait pas été gênée. Même le lendemain en le retrouvant au petit déjeuner, elle n’était pas embarrassée de son geste. Elle se sentait nouvelle dans son corps, réactualisée dans sa féminité. En l’embrassant elle venait de naître à elle-même d’une façon qu’elle n’aurait jamais imaginé. Comment aurait-elle pu regretter de connaitre sa propre vérité ?

Elle n’avait pas non plus cherché un signe de sa part. Elle ne lui demandait rien, elle n’espérait rien de lui. Leur relation lui convenait. Lui, qui se moquait gentiment d’elle, trop sérieuse. Il la taquinait le matin lorsqu’elle ne levait pas les yeux de son livre en petit déjeunant, quand qu’elle vouvoyait Kreattur, et qu’elle pestait contre Rita Skeeter. Elle, faisait semblant de le désapprouver, trop immature, inconséquent. Elle levait les yeux au ciel. Elle s’efforçait de ne pas rire à ses blagues, mais le tremblement de ses lèvres la trahissait toujours. Elle aimait cette symétrie dans leur relation. Presque parfaite symétrie, si elle ne l’avait pas tant aimé.

Il ne l’avait pas encouragée, et il ne l’avait pas repoussée et la vie avait continué.

La deuxième fois avait été la dernière. Elle ne pouvait pas y penser sans revivre à nouveau l’incandescence de la douleur qui l’avait saisie, quand, quelques minutes plus tard il était mort devant ses yeux.

La deuxième fois c’était dans les sous-sols du Ministère, dans une salle obscure du Départements des Mystères. Il était apparu au milieu des autres membres de l’Ordre dans une profusion d’étincelles blanches. Tout en jetant des maléfices autour de lui, il cherchait des yeux. Il avait trouvé Harry que Kingsley défendait déjà, puis leur regard s’était croisé. Il n’avait pas hésité. Il avait franchi les quelques mètres qui les séparaient et il avait fait barrière de son corps, empêchant le moindre sortilège de l’atteindre. Il l’avait tirée par le bras jusque dans un coin sombre à l’écart.

Il avait crié quelque chose qu’elle n’avait pas entendu dans le tumulte, mais elle devinait sans mal qu’il voulait qu’elle reste là, à l’abri. Pendant des mois, elle avait cherché à se souvenir parfaitement des mouvements de sa bouche, cherchant à ressaisir ces quelques mots qu’il lui avait donné, les derniers. Mais c’était bien la seule chose qu’elle ait jamais oublié. Elle ne les avait pas entendus et ils étaient perdus pour toujours.

La deuxième fois, elle s’était serrée contre son torse dans un élan irrépressible. Elle avait levé les yeux, trouvé son regard puis sa bouche, et elle l’avait embrassé. C’était un baiser furieux et rapide. Elle aurait voulu se fondre dans ce corps qu’elle pressait contre elle pour la première fois. Mais déjà elle se séparait de lui. Il n’avait rien dit, il l’avait simplement regardée quelques secondes, une nouvelle ombre dans le regard, avant de repartir dans la mêlée.

La deuxième était la dernière. Elle avait tout vu. Même si à ce moment-là, elle se protégeait et défendait Neville et Luna contre un Mangemort. Elle avait tourné la tête quelques secondes avant. La scène irréelle était passée sous ses yeux. Elle avait vu le sortilège de Bellatrix le projeter en arrière, de quelques mètres seulement, jusque dans le Voile qui l’avait aussitôt happé et fait disparaître.

La mort de Sirius l’avait soufflée comme une explosion.

Harry avait couru derrière Bellatrix, plein de rage. Et personne n’avait fait attention à elle. Pourquoi auraient-ils fait attention ?

Elle était tombée à genoux devant le Voile, un cri silencieux suspendu à ses lèvres tremblantes. Immobile au milieu des sortilèges qui éclataient autour d’elle. Elle ne voyait rien, ne sentait rien, ni le froid, ni la pierre rugueuse sous elle.

Ses genoux, ses mains, ses joues écorchés d’adolescente, glacés devant l’inéluctable.

Ce même été elle avait supplié Dumbledore de la prendre dans l’Ordre, d’en faire un membre, de l’envoyer en mission. Elle était douée, elle n’avait plus peur de rien. Qu’ils l’envoient loin, qu’elle meure puisqu’elle était vide.

Elle n’avait jamais guéri de ces blessures-là.

Il sera là ce soir. Ce soir elle le retrouve. En tremblant elle referme les dossiers du Ministère. Elle se lève, fait quelque pas dans la pièce. Son cœur bat si fort. Elle croise son regard dans le Miroir. Qui est cette femme qui la regarde ? Comment peut-elle être à la fois Hermione Granger, amie d’Harry Potter et de Ron, mère de Rose Weasley, Sous-Directrice du Département de la Justice Magique, héroïne de guerre, une femme transparente, sensible et douce, studieuse, réfléchie, et être l’autre, cette femme qui bouillonne en elle, qui n’a jamais existé que pour Sirius ? Cette femme téméraire et terrifiée, qui si jeune s’est jetée dans ses bras et l’a abandonné à l’hôpital.

Une petite voix l’appelle depuis le haut des escaliers. Rose est réveillée. Elle pose sa tasse de thé, intacte sur la table de la cuisine et monte les marches. Rose est dans son lit, tout ébouriffée.

« Bonjour, petite sorcière ! » lance Hermione en entrant dans la chambre.

La petite fille se cache sous la couverture, c’est leur rituel. Hermione s’assoit, les fesses au bord du lit et commence à la chatouiller par-dessus la couette. Le rire cristallin de sa fille la transporte, elle rit à son tour. Rose émerge de la couette, le visage rosi et lui serre le cou en déposant un baiser sur sa joue.

« Joyeux anniversaire maman ! »

Elle caresse les cheveux de sa fille et se berce doucement en la serrant contre elle.

« J’ai hâte d’être à la fête ! s’exclame Rose.
- Moi aussi ma puce. » répond Hermione.

Elle lève les yeux vers la fenêtre, Sirius est là quelque part, dehors, ils vont se retrouver ce soir, et peut-être qu’il l’attend.
Note de fin de chapitre :

Alors, avez-vous aimé ce premier chapitre ? N'hésitez pas à réviewer, ça fait toujours plaisir ! (surtout avec la semaine à chier que j'ai passée). J'espère que vous serez au rendez-vous pour le deuxième et dernier chapitre.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.