S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Animalia par AlexG57 New!

[6 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Une histoire que j'ai un peu créé en patchwork, J'avais plusieurs fanfiction différentes qui me plaisaient, mais que je n'arrivais pas à terminer, alors plutôt uqe de les abandonner, je les ait réuni en une seul, piochant cà et là ce qui me plaisait le plus.

J'ai imaginé plusieurs choses et, si jamais cela plait, je vais essayer de couvrir 7 années d'études, comme pour Harry Potter. 

J'espère que vous apprécierais.

La famille Dusang n'était pas une famille ordinaire, loin de là.
Ils habitaient au 20 rue de la Rose, dans le quartier Villeneuve de Paris.
Le quartier Villeneuve faisait partie des quartiers magiques de Paris, car les Dusang étaient des sorciers.

Depuis plusieurs années, le Paris sorcier avait évolué avec le Paris non-magique. Des lieux magiques, cachés des non-magiques, s'étaient développés.
La Tour Échelon avait remplacé la rue Claudel comme lieu de commerce magique. La Tour Échelon était le grand centre commercial de Paris, un centre commercial magique très luxueux comportant un si grand nombre de boutiques qu'il était impossible de les compter. 
Et la rue Claudel n'était désormais plus qu'une rue où les sorciers pouvaient vivre.

Des quartiers magiques s'étaient implantés un peu partout, cachés aux non-magiques.
Le quartier Villeneuve était l'un d'eux, il fut d'ailleurs le premier quartier magique à avoir été créé. Il s'agissait d'un quartier pré-existant, où de nombreux sorciers et êtres magiques habitaient déjà. Lorsqu'on décida de créer ces quartiers magiques, on plaça une protection tout autour de celui-ci, laissant les sorciers et les êtres magiques y vivre sans avoir à se cacher.

On avait aussi créé un moyen de transport sous toute la ville, le TRAM, le Transport Rapide à Attelage Magique, basé sur l'idée du métro non-magique.
Le TRAM consistait en un carrosse sous-terrain, tiré par 4 grands étalons magiques qui galopaient à une vitesse extrême sous toute la ville, desservant les lieux magiques, tels que les autres quartiers, le cinémagique, une version sorcier du cinéma non-magique, le CRUCHE, le Centre de Recherches Universitaire des Connaissances Historiques en Ésotérisme, une université magique sous le Louvre, ou encore la station centrale du TRAM sous la Tour Échelon.

Cette évolution qu'avait connue Paris avait permis aux jeunes sorciers et être magiques de jouir d'une plus grande liberté. Ils pouvaient se réunir et se balader sans avoir à se cacher des non-magiques.

Marcel Dusang, était un magico-botaniste et il possédait une boutique dans la Tour, où il vendait toutes sortes de plantes, y compris des plantes qu'il avait lui-même créé.
C'était un homme grand et fin, mais musclé, il avait les cheveux d'un noir aile de corbeau, le teint extrêmement pâle et des yeux sombres. Ce n'était pas surprenant, car Marcel Dusang était en partie vampire, de par son grand-père paternel.

Eleonor Dusang, quant à elle, était une femme fine et élancée, mais très forte, les cheveux d'un blond très doux, et les yeux d'une couleur or en fusion, et le teint légèrement hâlé. Durant sa jeunesse, Eleonor avait été une sportive professionnelle.
À Beauxbâtons, elle jouait au quidditch, elle était poursuiveuse et capitaine de son équipe. Mais le quidditch n'avait pas été son seul sport, elle faisait aussi de la gymagie et du magicombat.

La gymagie était une forme de gymnastique associant la magie à des chorégraphies physiques. L'athlète devait suivre une chorégraphie tout en lançant des sorts. Le but étant de réaliser la chorégraphie la plus impressionnante associé aux sorts les plus artistiques, gracieux et délicats.

Quant au magicombat, il s'agissait d'un sport de combat utilisant des armes magiques, tels les épées de feu, les lances de foudre, les marteaux de terre ou les fouets d'eau.
Les magicombattants disposaient d'une armure magique les protégeant intégralement, et le but était de marquer le plus de points en touchant son adversaire, ou en le mettant hors-combat, soit en le désarmant, soit en le mettant dans une position impossible à s'échapper, ou encore en le mettant KO.

Eleonor était une championne dans ces deux derniers sports. À l'âge de 16ans, elle fut championne de France de magicombat, et maintint son statut de championne durant 7 ans. Et dans le même temps, elle parvint à devenir une championne de gymagie, arrivant presque toujours dans les 3 premiers.

Lorsqu'Eleonor et Marcel eurent leur premier enfant, Razilius, Eleonor décida d'arrêter sa carrière d'athlète professionnelle pour devenir entraîneuse.
3 ans après avoir donné naissance à Razilius, elle donna naissance à un second garçon, Larkin.
Et 3 ans plus tard, elle eut les jumeaux Lorelaï et Lazar.

Lorsque Razilius eut 11 ans, il reçut, comme ses parents à son âge, son papillon d'or, l'invitant à rejoindre Beauxbâtons. Ce fut une joie pour ses parents de le voir rejoindre l'école où eux-mêmes s'étaient rencontrés, bien que durant leurs études, ils ne pouvaient pas se supporter, et que ce n'était qu'après leur diplôme qu'ils finirent par sortir ensemble.

Razilius s'était révélé un étudiant correcte, sans être le meilleur, il avait de très bonnes notes et s'était fait de bons amis.
Eleonor et Marcel espéraient que Larkin serait lui aussi heureux dans cette école.

C'était d'ailleurs le jour où il allait recevoir son invitation pour son école, que débute cette histoire.
Ce matin-là, tout le monde était installé à la table du petit-déjeuner.
Les jumeaux se disputaient un croissant au chocolat, Marcel lisait son journal, la Colombe Déchaînée, et Razilius discutait avec sa mère.
- Tu as prévu quoi aujourd'hui mon ange?
- Avec les copains, on va sûrement allé au cinémagique. Y a une semaine spéciale films non-magiques. Ils vont diffuser des films de non-magiques. Apparemment, c'est très différent, mais ça vaut le détour.
- C'est quels films? Demanda Larkin.
- Heu... La Guerre des Étoiles, je crois, un truc comme ça. Il parait que les non-magiques adorent ces films, y en a 5 ou 6 et apparemment, d'après le directeur du cinémagique, ils prévoient d'en faire d'autres.
- Ça doit plaire s'ils font autant de suite, commenta Eleonor. Tu aimerais aller le voir, Lark? Je suis certaine que ton frère pourrait te prendre avec.

Raz regarda son frère avec une lueur qui n'avait aucun doute sur sa signification, dis que tu ne veux pas sinon tu es mort.
- Non, pas vraiment. Peut-être un autre jour.
- Comme tu veux, tu veux venir avec moi et les jumeaux au gymnase?
- Je sais pas, je crois que je vais aller avec papa, j'ai envie de me balader à la Tour.
- Si ton père est d'accord, je ne vois pas de soucis.
- MMMH? Fit Marcel en levant la tête de son journal. Qu'il vienne avec moi à la Tour? Oui, pas de soucis.

Razilius sembla se détendre.
Larkin et son grand frère avaient toujours eut une relation compliquée. Selon les moments, ils pouvaient s'adorer ou se détester.
Mais lorsque Razilius devait voir ses amis, c'était surtout un moment de "je te déteste".
En réalité, Razilius ne détestait pas son frère, mais il n'aimait pas montrer son cœur tendre qu'il a envers sa famille. Avec ses amis, Razilius se sent obligé d'avoir l'air du vampire sans cœur.

Larkin ne lui en voulait pas, lui-même n'aimait pas trop les amis de son frère.
Mais il espérait que, lorsqu'il irait à Beauxbâtons, il n'aurait pas des amis qui veulent d'un vampire au lieu d'un Larkin.
Car c'était bien là le souci, les amis de Razilius ne voyaient en lui qu'un vampire et non un garçon comme les autres.

Larkin fut secoué de sa rêverie par les cris de sa sœur.
- REGARDEZ! Fit-elle en montrant la fenêtre où un papillon en or venait d'entrer.

C'était un grand papillon qui se posa devant Razilius.
- Ma liste des affaires, dit-il en prenant le papillon.
- Pourquoi j'ai pas eut le mien? Demanda Larkin en fronçant les sourcils.
- Il peut mettre plusieurs jours avant d'arriver, dit Marcel en refermant son journal. Ton oncle Claude a eut son premier papillon d'or 2 semaines après que j'ai eut celui de ma 2ème année. Ne t'inquiète pas.

Larkin hocha la tête.
En réalité, Larkin n'était pas certain de savoir s'il voulait aller à Beauxbâtons. Bien sûr, Razilius parlait souvent de l'école, et elle avait l'air formidable, mais l'idée de suivre des cours de bonne conduite et de savoir vivre n'était pas à son goût. Sans oublier que le bleu des uniformes n'allait pas du tout à Larkin.

Larkin était de taille normal, les cheveux longs et noirs avec des mèches naturellement bleu électrique. Il avait le teint très pâle, et les yeux d'un or très sombre. Il était fin et gracieux, très délicat.
Alors que Razilius, lui, était exactement comme son père, avec juste la forme du visage de sa mère.

Les jumeaux, eux, étaient le portrait craché de leur mère. À ceci prés que leur teint était plus proche de celui de leur père, bien qu'un peu moins pâle, et leurs cheveux étaient d'un blond sombre, mais leurs yeux étaient complètement doré comme ceux de leur mère.
- Bon, fit Marcel en se levant. Lark, si tu veux m'accompagner, il faut que tu ailles te préparer.

Larkin se leva et monta dans sa chambre pour se changer.
La maison Dusang était grande, assez pour que tout le monde ait sa chambre.
Razilius disposait d'une chambre à la cave et Larkin, lui, avait sa chambre au grenier. Une partie du toît avait été transformé en verrière, ce qui permettait d'illuminer la chambre, ce qui plaisait beaucoup à Larkin.
Les jumeaux aussi avaient chacun leur chambre, bien que de temps en temps, ils dormaient ensemble.

Larkin enfila une robe de sorcier bordeaux sombre et enfila sa cape assortie. C'était une tenue qu'il appréciait beaucoup.
Sa chambre était remplie de livres sur la métamorphose, les animaux, les plantes et, surtout, sur les baguettes magiques.
Larkin rêvait depuis toujours de fabriquer des baguettes magiques. Il voulait, après ses études, devenir fabriquant de baguettes, c'est pourquoi sa famille lui offrait souvent des livres sur le sujet.

Larkin avait déjà souvent rendu visite aux fabricants de baguettes de la Tour, et s'était même lié d'amitié avec Olivier Beaumarchais, l'un des meilleurs de France.
Larkin avait d'ailleurs prévu d'aller lui rendre visite, profitant de sa présence à la Tour Échelon.

Une fois habillé, Larkin redescendit rejoindre son père.
Ils sortirent dans la rue.
Au-dehors, les enfants s'amusaient comme des fous. Il n'était que 8h, mais il faisait déjà agréablement bon, un temps excellent pour que les enfants puissent s'amuser. Certains jouaient avec des petits balais volants, sous les regards vigilants de leurs mères, d'autres jouaient avec les fées vivant dans les arbres de la rue.

Ils rejoignirent la station du TRAM au bout de la rue, passant à côté du petit parc de la rue, un parc pour enfant où les petits avaient pour habitude de venir jouer au quidditch ou s'entraîner au magicombat ou à la gymagie.
Larkin et ses frères et sœur étaient souvent venus ici avec leur mère pour s'amuser avec les enfants du quartier.
Larkin s'était même fait plusieurs amis ici, et il espérait qu'ils resteraient amis une fois à l'école.

Sa meilleure amie vivait d'ailleurs 2 rue plus loin, dans le même quartier, dans l'avenu du Lys. Hécate de Rose-Noire, elle était la fille de Richard et Christine de Rose-Noire. Richard était un sorcier plutôt célèbre en France, il était le petit-fils de l'ancien ministre des Affaires Magiques de France, Laurent de Rose-Noire, et de son épouse Claudine qui fut la créatrice de la Tour Échelon.
Mais surtout, les de Rose-Noire étaient les descendants de Richard de Beauxbâtons, le fondateur de l'école de magie française.

Larkin et Hécate avaient le même âge et avaient, pour ainsi dire, grandit ensemble, d'ailleurs, elle lui manquait terriblement en cet instant.
Les de Rose-Noire étaient parti en vacances aux USA, et il n'avait donc plus vu Hécate depuis 2 semaines, il espérait qu'elle allait bientôt rentrer, surtout si les papillons d'or commençaient à arriver.

Les stations de TRAM étaient toutes très grandes et décorés dans les tons blanc, or et argent. Les murs, le sol et le plafond étaient en marbre blancs, des colonnes en or et en argent étaient disposés le long du quai.
Là où dans un métro non-magique on aurait vu des rails, ici, c'était un long chemin de terre qui allait d'un tunnel à l'autre.
Une guichetière se tenait dans sa cabine, prés de l'entrée, portant un magnifique uniforme dorée.
C'était une sorcière un peu ronde, à la peau sombre et aux yeux de charbon, mais elle avait toujours un sourire qui illuminait son visage.

Marcel présenta sa carte et ils allèrent s'asseoir sur un banc pour attendre le TRAM.
Larkin aimait bien le TRAM, non pas à cause de son confort ou de sa vitesse, mais parce qu'on y remarquait les voyageurs étrangers.
Ils jetaient des regards émerveillés un peu partout, surpris d'une telle invention.
Mais c'était surtout lorsque les parents non-magiques qui accompagnaient leurs enfants sorciers, que cela valait la peine d'utiliser le TRAM, car les non-magiques était stupéfaits de l'existence de ce genre de lieux magiques cachés dans tout Paris.

Il y eut alors un grand bruit, une sorte de grondement et des pas précipités.
Dans le tunnel de droite, on vit une lueur blanche et 4 chevaux d'un blanc aveuglant apparurent, tirant un carrosse bleu-gris de la taille d'un bus.
Le TRAM.

Le Transport Rapide à Attelage Magique n'avait que 40 ans de service. Calqué sur le métro non-magique, c'était un transport sous-terrain qui traversait Paris, et quelques lignes desservaient le reste de la France, une partant dans le nord, une partant dans l'est, une dans l'ouest, une au sud-est, une au sud-ouest et une autre, spéciale, desservant Charmantille, la bourgade magique française voisine de Beauxbâtons.

Le TRAM était tiré par des chevaux magiques français, spécialement élevés pour ça. On les appelait des Filants. Ils pouvaient courir à une vitesse supérieure à n'importe quel autre cheval. Ils avaient une endurance et une force supérieur et n'avaient besoin que de très peu de repos.
Leur course étant si rapide, les wagons du TRAM avaient dû être traités magiquement pour ne pas souffrir de dégâts.
Le conducteur du TRAM se trouvait dans une cabine protégée à l'avant, de sorte qu'on ne le voyait jamais.
- TRAM C12, bienvenu à la station Villeneuve. Veuillez descendre dans le calme, fit une voix de femme dans la station.

Le père et le fils grimpèrent à l'intérieur du TRAM.
Si l'extérieur ressemblait à un bus, l'intérieur ressemblait à un salon très confortable. Des canapés et des fauteuils étaient installés pour les usagers, plutôt que des sièges en plastique inconfortables.
Ils s'assirent sur une banquette prés de la sortie et le TRAM démarra.

Ils s'arrêtèrent à la station centrale, qui se trouvait sous la Tour Échelon, à l'étage au-dessus de la banque des sorciers français.
Ils prirent un ascenseur de verre et montèrent directement à l'étage de la boutique.

Les ascenseurs de verre magiques permettaient de voir toute la Tour lorsqu'on grimpait dans les étages.
On voyait la place centrale, avec son immense fontaine d'or où des êtres de l'eau chantaient et s'amusaient devant les clients émerveillés.
Le Rez-de-chaussée était uniquement occupé par les restaurants, bars, cafés et salons de thé du centre commercial, ainsi que par l'accès à l'Hôtel Échelon, l'entrée de la Tour du côté non-magique.

Si lorsqu'on regardait en bas, on voyait la place centrale avec la fontaine, lorsqu'on regardait en l'air, on ne voyait rien, la tour étant si haute que le plafond était impossible à voir.
Cet effet visuel était dû au fait que la tour s'agrandissait sans cesse pour permettre aux nouvelles boutiques de voir le jour.

L'ascenseur s'arrêta à leur étage et ils se dirigèrent vers leur boutique.
Hormis Marcel, 4 autres employés travaillaient à la boutique.
C'était une grande boutique remplie de plantes en tout genre, et elle était souvent visité par les clients qui avaient entendu parler des créations florales de Marcel.

Sa meilleure vente était la Dent de Dragon, une plante carnivore ressemblant à un dragon végétale.
Elle ressemblait à un dragon qui mesurait entre 40 et 50 centimètres de long et 10 à 20 centimètres de haut.
Ses pattes étaient des racines s'enfonçant dans le pot de fleurs et ses ailes étaient faites de pétales de fleurs.
Elle pouvait manger des insectes et des petits rongeurs, et si elle ne pouvait cracher du feu, elle pouvait toutefois voler.
Marcel l'avait créé afin de devenir une "plante de compagnie" pour ceux passionnés par les dragons. Et le succès fut encore plus important que prévu, à tel point qu'il recevait des commandes du monde entier.

À peine Marcel entra-t-il dans son bureau qu'il fut assailli de lettres de commandes et de fournisseurs.
- Et bien, fit-il en soupirant, je vais avoir du travail.
- Pourquoi tu te prends pas une secrétaire pour s'occuper de ça?
- Parce que ma secrétaire, c'est ta mère, mais uniquement lorsqu'elle n'a pas d'entraînement à encadrer. Les autres jours, c'est à moi de m'occuper de la paperasse, c'est comme ça quand on ouvre une boutique, il faut savoir jongler entre les différents postes.
- Note à moi-même, fit Larkin en souriant. Lorsque j'ouvrirais ma boutique de baguettes magiques, me trouver une secrétaire pour la paperasse.
- Hahaha! Bonne idée, fils. Et j'espère que tu arriveras à réaliser ton rêve.
- Tu me fourniras du bois magique?
- Et bien, je pourrais te recommander des fournisseurs, et si je devais trouver des végétaux capables de servir pour une baguette, je te les mettrais de côté.
- Haha! Merci papa.
- Allé, file, je sais que tu veux aller te balader. Reviens ici de temps en temps, que je vois que tu es toujours vivant.

Larkin sourit.
- Promis, si je meurs, je viendrais te prévenir.
- C'est un soulagement de le savoir, fit son père en lui faisant un clin d'œil.

Et Larkin sortis de la boutique.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.