S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Sélections du mois


Félicitations à Calixto, Asianchoose et Lilimordefaim qui remportent la Sélection sur la plus classe des Serpentard alias Narcissa Malefoy !

Pour octobre 2021, on retourne à Poudlard, on fait les courses sur le Chemin de Traverse, ou on voyage dans des endroits étranges et inquiétants avec le Jury des Aspics consacré aux Lieux Magiques. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de septembre, savourez un bon chocolat à la cannelle avec Molly, ou participez à une "fête" tout en cotillon (ahem) chez les Black avec la sélection famille. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre rentrée soit douce et pleine de beaux projets !

 


De L'équipe des Podiums le 02/09/2021 18:48


L'attribution par Bibi2

[55 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bienvenus dans cette nouvelle fanfiction ! 


Les retours sur Familiae Secreta m'ayant fait extrêmement plaisir, j'ai eu envie de me lancer dans une nouvelle fanfic sans prétention avec Draco et Hermione. Pour le plaisir ^^. J'espère que cette histoire vous plaira tout autant.


Bonne lecture.

Les employés du Ministère s'agitaient dans tous les sens alors que dix-sept heures approchaient. Les notes volantes se heurtaient en plein vol. Les capes bruissaient et les échanges dépassaient légèrement le seuil de murmures habituellement toléré dans les couloirs alors que la journée de travail touchait à sa fin.


Hermione, les bras croisés, bouillait de rage en attendant son supérieur. L’empressement de ses collègues à l’approche du week-end semblait être le cadet de ses soucis. 


Un homme carré, habillé d'un costume traditionnel bleu nuit, franchit les portes de l'ascenseur et la jeune femme se redressa.


« Enfin ! Ce n'est pas trop tôt ! Savez-vous depuis combien de temps je vous attends devant cette porte ?


— Je dirai une bonne heure.


— Exactement ! Kingsley, comment avez-vous pu ?


— Hermione, si tu dois me dire tout le mal que tu penses de cette réforme, je préfère le faire devant une tasse de thé. »


Il ouvrit la porte d'un coup de baguette et montra calmement l'intérieur à Hermione. Elle maugréa mais accepta finalement d'entrer.


« Alors ? demanda le Ministre avec une pointe de malice dans le ton de sa voix.


— Comment avez-vous pu faire passer une réforme pareille ? Et sans m'en parler de surcroît ! 


— Hermione, tu es une assistante très efficace, mais sur ce coup-là, j'ai préféré jouer sans toi.


— Pourquoi ? s'énerva-t-elle.


— C'est pourtant évident. 


— Si vous m'en aviez ne serait-ce que touché un mot, je vous aurais dit combien cette idée était stupide ! »


Il se retourna, sa tasse en porcelaine de Chine à la main, et esquissa un sourire avant de rétorquer :


« Voilà exactement pourquoi je ne t'en ai pas parlé.


— Qui est la triple buse qui vous a donné l'idée de pondre un projet de loi pareil ? Marier tous les sorciers et sorcières célibataires de plus de vingt-cinq ans en leur attribuant un compagnon compatible selon des lois statistiques ? Rien que de le dire à haute voix j'ai envie de vomir ! Alors, qui ? »


Kingsley souffla tranquillement sur son thé fumant et répondit : 


« C'est toi. »


 


 


Hermione démêlait sa tignasse avant d'aller se coucher tout en se repassant le fil de la conversation qu'elle avait eu avec son patron. Elle lui fournissait des chiffres catastrophiques sur la population sorcière après les deux guerres et sur la baisse de natalité, et la seule chose qu'il en tirait c'était ce projet de loi fumeux sorti tout droit des romans les plus rétrogrades du XIXème siècle ? Il avait complètement perdu la tête !


Elle retira la touffe de cheveux morts coincés dans sa brosse. Elle comprenait mieux pourquoi elle avait été si occupée ces dernières semaines : Kingsley avait trouvé toutes les excuses possibles pour la garder occupée afin de vaquer à ses occupations.


« Écoute Hermione, je sais ce que tu en penses. Moi non plus je n'étais pas pour au départ...


— Parce que maintenant vous l'êtes ?


— Laisse-moi terminer. Je n'étais pas pour, mais les chiffres sont effrayants. Nous n'avons pas trouvé de meilleure idée pour corriger le tir.


— Vous auriez pu organiser des speed dating. Ou des applications de rencontre. Ou même des...


— Qu'est-ce que c'est que tout ça ?


— Les moldus y arrivent bien, pourquoi pas nous ?


— Et toi Hermione ?


— Quoi, moi ?


— As-tu quelqu'un dans ta vie en ce moment ?


— Non, j'ai bien trop de travail pour penser à ces bêtises.


— C'est bien ce que je disais, c'est le seul moyen que nous ayons trouvé. »


Elle lâcha un grognement en jetant la poignée de cheveux à la poubelle. Elle s'était faite prendre à son propre piège ! Soudain elle se figea. Une minute... Elle se précipita dans la pièce de vie de l’appartement puis vida son sac à main sur le comptoir de la cuisine ouverte. Elle attrapa la loi qu'elle avait pu récupérer le matin même et le relut attentivement : 


« À compter du 2 novembre, toutes les personnes célibataires ayant plus de vingt-quatre ans révolus, se verront attribuer une personne que le Département des Mystères a jugé compatible. Ils devront s'unir à cette personne avant le 25 décembre. Toute infraction à cette loi sera passible d'un an à Azkaban. »


Vingt-quatre ans révolus... Elle en avait vingt-six !


« Hermione ? Ça va ?»


Elle fit un bon de côté. Sa colocataire la regardait, un peu inquiète. La tête penchée sur le côté, sa crème de nuit à moitié étalée sur le visage, Ginny détaillait Hermione.


« On dirait que tu vas t'évanouir.


— J'ai vingt-six ans, Gin'.


— Je sais, pas la peine d'en faire un fromage. On vit très bien, même avec vingt-six ans. Enfin, je suppose... »


Hermione arracha sa meilleure amie à ses réflexions philosophique en lui tendant le parchemin.


« Lis ! Ça vient d'être voté ! J'imagine que ça fera la Une de la Gazette dès demain matin. »


Elle posa une fesse sur la chaise de bar et se massa les sourcils.


« La vache ! C'est toi qui as fait passer ça ?


— Ça ne va pas la tête ! Ce n'est pas marqué "Agence matrimoniale" ici ! s'offusqua la jeune fille en montrant son front.


— Je ne pensais pas Kingsley aussi rétrograde.


— Kingsley ne l'est pas, mais sa bande de conseillés empoussiérés le sont, il n'y a aucun doute là-dessus.


— C'est complètement fou. Genre ils vont réussir à faire passer un projet pareil, ricana Ginny. Je n'y crois pas une seule seconde.


— Franchement, avec une telle menace, même moi je serais prête à me marier.


— Attends de voir qui on va t'attribuer, on va rire ! »


Ginny attrapa le paquet de popcorn et fit mine de piocher dedans en regardant sa meilleure amie.


Hermione lui lança le torchon à la figure.


« Enlève ce sourire moqueur tout de suite ! 


— Je trouve ça extrêmement drôle la façon dont Kingsley a réussi à piéger la meilleure sorcière de tous les temps.


— Tu rigoleras moins quand Harry aura été attribué à quelqu'un d'autre. »


Ginny se décomposa.


« Non, ils ne peuvent pas faire ça ! 


— Techniquement parlant, il est célibataire.


— Nous sommes en pause, ça n'a rien à voir ! 


— C'est bien ce que je dis.


— Par Merlin, Hermione ! Il faut que j'aille le voir, tout de suite ! Que je lui dise que je ne lui en veux plus pour les soirées entre collègues et que... C'était quoi les autres problèmes déjà ? »


Hermione explosa de rire.


« Il y en avait tellement. Tu aurais dû faire une liste. Allez, viens, allons prendre un verre, il faut que j'oublie ça le temps d'une heure. »


 


Hermione soupira. Quand elle avait proposé un verre à sa coloc, elle avait un autre genre de soirée en tête. Entendre inlassablement Ginny lui raconter encore et encore, tout ce qu'elle ne pouvait plus supporter chez Harry lui était devenu insupportable.


« Mais pourtant je l'aime Hermione. Tu sais que je l'aime ! Il sait que je l'aime ! Et ma famille sait que...


— STOP ! Un whisky pur feu pour la demoiselle à côté de moi s'il vous plaît ! supplia Hermione en arrêtant le serveur par la manche de sa robe. 


— Dis tout de suite que je t'embête, se renfrogna Ginny.


— Ginny, tu sais combien je tiens à toi ? Mais là, c'est au-dessus de mes forces. Harry et toi avez rompu combien de fois, rappelle-moi ? Une dizaine ? Une vingtaine de fois ? J'ai arrêté de tenir les comptes. Et pourtant, à chaque fois vous revenez l'un vers l'autre. Alors, écoute-moi bien maintenant. Tu vas prendre ce whisky pur feu, te souler jusqu'à ce que Harry te sorte de la tête et demain matin tu prendras ta décision. Définitive.


— Tu crois que ça va m'aider ?


— Toi, je ne sais pas, mais moi c'est certain. Un deuxième s'il vous plaît !


— Je n'ai pas fini le premier ! s'horrifia Ginny.


— Il est pour moi. Il faut que je noie mon échec professionnel ce soir. »


 


« Désolé de vous avoir cheminé si tard, s'excusa le serveur. Elles n'avaient pas l'air en état de transplaner. »


Ron soupira en regardant sa sœur et sa meilleure amie ricaner comme des baleines en s'agrippant au comptoir comme on se tiendrait à une bouée de sauvetage en plein naufrage. Elle était belle la jeunesse...


« Merci ! Désolé pour le dérangement mon gars... Elles n'ont pas l'habitude de boire. Il suffit de les voir dans cet état pour se dire que ce n'est pas un mal... Allez les filles, on y va.


— Ron ! sourit Hermione en soufflant une haleine de phoque au visage du jeune homme. Tu te joins à nous ?


— Tu as pris combien de whisky, Hermione ? Rien que les vapeurs d'alcool qui s'échappent de ta bouche pourraient rendre soule une classe entière de premières années.


— Hi, hi, hi, ricana Ginny en tapant sur le comptoir. Une classe entière ! 


— Vous pouvez m'expliquer pourquoi c'est moi qu'on appelle ?


— T'es le meilleur Ron-Ron ! 


— Mon frère préféré d'amour que j'aime tant ! Hi hi hi ! 


— Sérieux, vous auriez pu appeler Harry. Lui au moins a une formation dans la gestion de crise.


— Haaaaarrrryyyy ! sanglota Ginny en répandant de la morve sur le comptoir. Je l'aaaaaiiiiiimmmmmeeee ! 


— Fallait pas dire ça mon Ron-Ron, pouffa Hermione avant de laisser échapper un rot. Oh, je crois que c'est pas bien. Eh, Ron-Ron, c'est vrai que c’est pas bien ?


— Purée, pourquoi tu m'appelles Ron-Ron d'un coup ? Ça date d'au moins dix ans cette histoire ! Oh et j'en ai marre. J'appelle Harry.


— Haaaaarrrrryyyyy !


— Je peux vous emprunter votre cheminée ? supplia Ron. J'ai besoin de renfort. »


 


 


Ron balança Hermione sur son lit pendant Harry portait Ginny comme un vulgaire sac à patates avant de la poser à côté. Les ronflements qui s'échappaient de la chambre d’Hermione faisaient peur à voir.


« Je ne pensais pas qu'un jour je verrai Hermione Granger soule.


— Comme quoi, on en apprend tous les jours ! 


— Merci Harry pour ton aide, je n'y serais jamais arrivé seul.


— De rien. Tu as de la chance, mon astreinte c'est demain.


— Je vais les surveiller cette nuit, je bosserai dans la réserve demain pour rattraper mon sommeil en retard.


— L'avantage d'être son propre patron, rit Harry. Dis, sais-tu pourquoi elles se sont mises dans un état pareil ? Ce n'est ni le genre d'Hermione, ni celui de Ginny.


— Aucune idée. Elle n'arrêtait pas de parler loi et mariage et que Ginny voulait que tu reviennes mais qu'elle t'en voulait toujours. Je croyais que vous étiez passé à autre chose. J'ai loupé un épisode ?


— C'est ce que je croyais aussi, soupira Harry en regardant Ginny qui bavait sur l'oreiller. Je vais me coucher. Bon courage Ron ! »


 


 


Hermione avait l'impression qu'un bulldozer venait de lui rouler sur le crâne. Ses cheveux semblaient pousser à l'intérieur et son estomac dansait la rumba. 


« Réveil difficile ? plaisanta Ron en lui tendant un toast beurré.


— Je ne pensais pas vivre ça un jour. C'est ça la gueule de bois ?


— Ça en a tout l'air. Café ?


— Un verre d'eau simplement. Je ne suis pas sûre que le café soit toléré par mon système digestif.


— Hermione, toi qui es si raisonnable, tu peux m'expliquer ce qui t'a fait complètement péter les plombs hier soir ? Non pas que je n'ai pas trouvé ça drôle mais devoir dormir sur un fauteuil bancal toute la nuit pour vérifier que vous ne vous asphyxiez pas dans votre sommeil, je n'ai pas l'habitude et j'aimerais autant que ça reste comme ça.


— Lis la Gazette, je suis sûre que c'est dedans. »


Elle grignota un bout de toast, esquissa une grimace, puis voyant que son estomac ne jouait pas les montagnes russes, croqua dedans à pleines dents. 


Ron ouvrit la fenêtre et récupéra le journal laissé sur le rebord par le hibou postal. Il déplia les feuillets et jura.


« Nan ! 


— Je t'avais dit que c'était à la hauteur des évènements.


— Hermione, je croyais que tu étais l'assistante du Ministre ?


— Yep.


— Et tu as laissé passer une loi pareille ?


— Double yep.


— Hermione ?


— Oui ?


— Es-tu toujours soule à cette heure-ci ?


— C'est fort probable. »


 


Il lui fallut un autre toast puis une tasse de thé pour que son cerveau se remette complètement des excès faits la veille. Ron était retourné travailler depuis longtemps et l'après-midi était déjà bien entamée quand Ginny émergea à son tour. Elles n'échangèrent que des regards vitreux, peu fières de ce qu'il restait de lors corps de déesse un lendemain de débauche.


« Alors, la Gazette a parlé ? couina finalement Ginny, la tête dans son bol de céréales.


— Oui.


— Verdict ?


— Ce n'était pas un cauchemar, soupira Hermione.


— Tu penses qu'il faut que j'aille voir Harry ?


— Honnêtement ?


— Honnêtement.


— Laisse-le venir à toi. Si d'ici quelques jours tu n'as pas de nouvelle, propose-lui de discuter. Si tu débarque comme une furie au Square Grimmaurd, je ne pense pas que tu obtiennes ce que tu veux vraiment.


— Qu'est-ce que je veux vraiment ? répondit pensivement Ginny. Vaste question... » 


Hermione relut pour la dizième fois l'article et le reste de la journée se passa dans le plus grand silence à la colocation. 


 


Le jet d'eau fraîche baignait son visage depuis dix bonnes minutes mais Hermione refusait de sortir de la douche. C'était trop difficile d'affronter la réalité. Sa gueule de bois de la veille semblait encore se prolonger ce matin. Elle avait enchainé les cauchemars et avait jeté tous ses draps à cause des bouffées de chaleur durant la nuit. Si c'était ça consommer de l'alcool, elle validait complètement sa conduite habituelle : abstinence totale !


Le mal de tête était plus tolérable et se faisait plus latent. Elle versa un flacon de potion trois en un pour lisser, dompter et faire briller ses cheveux, et se massa doucement le cuir chevelu dans l'espoir de faire disparaître toutes les tensions nerveuses de la nuit. C'était perdu d'avance, mais essayer lui donnait l'impression de ne pas céder face à l'adversité, c'était déjà ça de pris.


Malgré le bruit de l'eau en continue, elle entendait sa coloc faire les cents pas dans leur salon minuscule. Kingsley s'était bien gardé de lui dire que les tests des attributions avaient été lancé la veille ! Sans La Gazette, elles n'auraient pas su qu'elles seraient fixées sur le sort le matin-même.


Quand elles avaient compris cela, et ce après quinze lectures du journal, les grands discours d'Hermione sur les valeurs de la patience faits à Ginny avaient un peu perdu de leur sens. Il avait fallu le grand pouvoir de persuasion et d'éloquence qu'elle n'avait pas, pour qu'Hermione convainque sa meilleure amie de ne pas se ruer au départements de Aurors en robe de chambre et pyjama.


Hermione avait tellement de questions en tête qu'elle ne savait même plus par où commencer. Que se passait-il si la personne qui nous correspondait était déjà en couple ? Ou si elle était morte ? Pouvait-on nous attribuer quelqu'un du même sexe ? La personne qui nous correspondait était-elle la même que la personne dont on tomberait amoureux ? Lui attribuerait-on quelqu'un ou finirait-elle seule dans sa maison de campagne avec trois chats ?


Hermione secoua vivement la tête et manqua de se mettre de la mousse dans les yeux. Finalement, elle se demandait si la dernière solution ne lui était pas la plus préférable. Au moins, on n'est jamais déçu par les chats !  


Elle rinça doucement sa potion premier prix et essaya tant bien que mal de démêler sa tignasse. En vain. Cette potion était vraiment nulle ! Ce qu'elle pouvait envier Ginny avec sa chevelure lisse et bien coiffée en permanence ! 


Laissant tomber, comme tous les jours, ses efforts capillaires, elle sortit de la douche et s'efforça de ne pas paniquer. Elle sécha soigneusement, à la vitesse d'un escargot en plein sprint, ses orteils un à uns. Se concentrer sur des gestes anodins et parfaitement insipides lui permettait de ne pas penser qu'en ce moment-même une lettre, qui allait sceller son destin, était certainement en route, portée par un hibou du Ministère.


« Hermiiiiiooooonnnneee ! Il est làààà ! »


La jeune femme manqua de s'étaler de tout son long en sautant dans sa culotte. Le gros orteil du pied gauche resta coincé et elle ripa sur le tapis de douche. Elle se rattrapa au lavabo et gémit : elle s'était certainement fait une élongation du rhomboïde avec ces conneries ! 


Ni une, ni deux, elle remit le pyjama qu'elle portait encore une demi-heure avant et déboula en trombe dans le salon. Ginny ouvrit de grands yeux en la découvrant dégoulinante et la vue encore un peu troublée par des larmes de douleur.


« Je croyais que tu avais pris une douche ? Bref. Tiens. »


Sans plus de fioriture, elle lui tendit une lettre de papier épais et immaculé avec son prénom et son adresse notés en lettre dorées. On aurait pu croire qu'elle venait d'être invitée à une garden party.


« Allez, ouvre ! Je n'en peux plus d'attendre ! 


— Ginny... Je ne peux pas... Ouvre, toi. »


C'était au-dessus de ses forces. Hermione Granger qui avait toujours angoissé à l'idée d'ouvrir ses bulletins scolaires ressentait la même angoisse que le jour où elle pensait avoir loupé ses Aspics. C'était même pire. Dix mille fois pire ! Parce que cette fois-ci, elle avait beau avoir beaucoup travaillé, elle n'avait aucun moyen de s'assurer qu'elle réussirait.


Ginny déchira rapidement l'enveloppe, parcourut le parchemin et leva un regard de merlan frit vers sa meilleure amie.


« Alors ?


— Il ne vaut mieux pas que tu saches.


— Quoi ? Mais tu es folle ? Dis-moi !


— Crois-moi, tu n’es pas prête.


— Arrête tes bêtises ! »


Elle lui arracha le parchemin des mains et se figea d'horreur. Les lettres noires se succédaient pour afficher un nom qu'elle aurait voulu ne plus jamais voir de sa vie : 


Draco Malfoy.

Note de fin de chapitre :

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.