S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Sélections du mois


Félicitations à Calixto et AnthusPratensis qui remportent la Sélection sur notre Traîtresse-à-son-Sang préférée alias Andromeda Black-Tonks !

Pour juillet 2021, place aux parties d'échecs endiablées ou aux confidences dans les dortoirs avec le thème Amitié. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juin, découvrez toutes les facettes de la troublante Pansy Parkinson. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/06/2021 19:51


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de juin 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Amitié, Scorose (Scorpius/Rose) ou Moldu.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 mai 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 18/05/2021 00:06


112ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 112e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 13/05/2021 13:15


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie, Guette et Wapa qui remportent la Sélection sur Regulus (aka le meilleur personnage de tous les temps) !

Pour juin 2021, place à la troublante Pansy Parkinson. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de mai, suivez les pas d'une Traîtresse-à-son-Sang, la noble et audacieuse Andromeda Black-Tonks. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 02/05/2021 16:39


Marius par Herrion

[18 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

 

C'est dans ce second chapitre que j'ai mis les contraintes du concours. Le mot « antan », bien sûr, et cinq mots en rapport avec le champ lexical de la confusion :

  • interdit

  • emmêlé

  • mal à l'aise

  • bizarre

  • incertitude

Ils ne s'attardèrent pas. Les Crivey avaient vécu trop longtemps dans le désespoir pour attendre une minute de plus que nécessaire, maintenant qu'une chance leur était donnée de revoir leur fils. Ronica conduisit son mari et son petit-fils au 12, square Grimmaurd, et aida Marius à sortir de la voiture. Une main sur sa canne, l'autre sur l'épaule de Dennis, Marius avança vers cette maison qu'il n'avait plus revu depuis cette nuit maudite, soixante-quatre ans et trois mois plus tôt, durant laquelle sa tante Elladora, parlant en tant que chef de la famille Black, l'avait banni. La bâtisse lui semblait plus petite et plus sinistre que dans son souvenir. Marius n'avait jamais vécu dans la maison familiale des Black. Son père était un fils cadet. C'était son oncle Sirius, en tant que chef de famille, qui en avait hérité. Surmontant son angoisse, il frappa à la porte. Personne ne répondit. Il frappa à nouveau, plus fort. Cette fois, un bruit de loquet se fit entendre, de l'autre côté de la porte, et il virent, à un mètre du sol, une tête ridée et blanchâtre, aux immenses yeux globuleux. Dennis sursauta en voyant cet être monstrueux, à peine aussi grand que lui. 

– Qui sont les étrangers ? croassa la chose sans les laisser entrer. Kreattur les reconnais pas.

– Kreattur ? s'étonna Marius. Tu es le fils de Teatry ?

– L’étranger connais la mère de Kreattur, mais Kreattur ne connais pas l’étranger.

– Je suis Marius Black, Kreattur. Je t’ai connu alors que tu n’étais encore qu’un bébé.

– Kreattur connaît ce nom. Cracmol. Honte de la famille. Oh, ma pauvre maîtresse avait tellement honte de cette infamie ! Tellement honte !

Marius resta un instant interdit. Dans son enfance, jamais un elfe n’aurait osé insulter publiquement un être humain. La famille Black ne manquait pourtant pas d’ennemis, à commencer par l’oncle Phineus, que ses membres méprisaient sans s’en cacher, mais leurs serviteurs n'avaient pas à exprimer d'opinions sur leurs maîtres. L’attitude anormale de Kreattur l’inquiéta. Quelque chose n’allait pas dans cette maison.

– Qui est le chef de famille, Kreattur ?

– Le cracmol parle à Kreattur. Kreattur ne sait pas quoi faire. Il pense que le cracmol devrait partir, maintenant.

– Kreattur, redit Marius, je t’ordonne de me donner le nom du chef de famille.

L’elfe lui jeta un regard assassin, mais dit :

– Sirius Black. Sirius Black est le maître.

– Encore ? Mais cela lui fait plus de cent-vingt ans ! Enfin, tant mieux pour lui. Où est-il ?

– Il n’est pas ici. La maison est vide. Il n’y a que Kreattur ici.

– Tu devrais lui demander d’aller chercher ce Sirius Black, grand-pa, suggéra Dennis.

– Non, répondit Marius, c’est un elfe, et il serait obligé de m’obéir. Où que soit l'oncle Sirius, je ne pense pas qu'il apprécie de s'en voir brutalement tiré sans prévenir. A vrai dire, c'est peut-être une chance pour nous. Kreattur, dit-il à l'elfe, est-ce que Sirius Black, ou n'importe quel autre sorcier, sera dans cette maison ce soir ?

– Il n'y a que Kreattur. Personne ne revient ici, ni ce soir, ni jamais, jamais jamais !

– Bien, dit Marius, dans ce cas, je t'ordonne de nous laisser entrer.

Avec un regard mauvais, l'elfe s'écarta pour les laisser passer. Puis, sans attendre d'autres ordres, ou peut-être au contraire parce qu'il en sentait venir, il disparut dans un craquement sonore.

– Qu'est-ce que c'était, grand-pa ? Cet... elfe ? demanda Dennis, qui n'avait pas osé montrer sa curiosité tant que Kreattur était là.

– Un elfe de maison. Nous en avions plusieurs. C'étaient nos serviteurs. Des créatures magiques très puissantes, mais celui-ci me semble... dégénéré, dit-il, faute d'un meilleur mot pour exprimer les sentiments emmêlés qu'il ressentait.

– Tu as vraiment vécu dans une maison comme celle-ci ? Avec des créatures comme ça pour te servir quand tu étais enfant ?

Dennis avait déjà oublié le dégoût que lui avait inspiré Kreattur, avec la facilité des enfants de son âge, et il essayait désormais d'imaginer son grand-père, cette figure si familière, dans cet environnement étrange et fantastique. La maison des Black, en désordre et remplie de toiles d'araignées, faisait figure de maison hantée, et Marius songea qu'aux yeux de l'enfant, elle devait parfaitement entrer dans la représentation imaginaire de la sorcellerie que pouvait lui donner la télévision.

– Grand-pa, dit Dennis, comment nous allons faire pour voir Colin si ton oncle n’est pas là ?

– Ne t’inquiète pas, il y a un autre moyen. En fait, c’est peut-être plus simple… Tu vas voir.

Passant dans l'entrée, ils passèrent devant le tableau assez laid d'une vieille femme qui se voulait probablement hautaine.

– Grand-pa, elle bouge ! s'exclama Dennis.

Le tableau le regarda d'un air dégoûté.

– Bien sûr que je bouge. Je suis un tableau, répondit-elle, sur le ton de l'évidence. Êtes-vous des amis de mon fils, demanda-t-elle ?

– Pas exactement, madame, mais...

– Très bien, très bien, coupa le tableau. Si vous le voyez, dites à ce bon à rien qu'il a parfaitement mérité d'être là où il est. Et que sa pauvre mère pleure encore la honte et le déshonneur qu'il a apporté sur notre pauvre famille.

– Je le lui dirai, madame, répondit poliment Marius, mal à l'aise, avant de conduire Dennis, aussi rapidement que sa jambe l'autorisait.

Ils arrivèrent dans la pièce de séjour. Les meubles étaient les mêmes que dans son enfance, et Marius fut soudain submergé par les souvenirs d'antan. Les souvenir d'une époque joyeuse de sa vie.

Il avait joué avec sa sœur Cassy sous cette grande table de chêne. Quand il avait appris à sa cousine Charis à voler des biscuits aux elfes dans la cuisine, c'était devant cette porte que son oncle Arcturus les avaient surpris. Il avait été obligé de faire semblant de les gronder pour donner le change à la vieille Elladora, mais Marius savait qu'en secret, il riait autant qu'eux. Et il se souvenait encore de la fois ou, portant pour la première fois son petit cousin Orion, il avait glissé dans l'escalier. N'osant lâcher le bébé, ses fesses avaient rebondi sur chacune des marches, jusqu'en bas. Il n'avait plus pu s’asseoir pendant un mois après cela. Et puis toute cette joie avait disparu, d'un coup, le jour où...

– Grand-pa, qu'est-ce que c'est ?

Dennis avait continué son exploration des lieux et se trouvait face à ce qui semblait être une immense tapisserie dont les personnages, perchés au bout des branches, semblaient s'ennuyer. Cet ornement n'était pas là lorsque Marius était enfant, et il dû le regarder quelques minutes avant de le reconnaître:

– C'est l'arbre généalogique de la famille ! s'exclama-t-il. Tu vois ici, c'est mon frère aîné, Pollux. Il regarda plus détail, et vit les deux dates sous le portrait. Il est mort, nota-t-il. Mon frère est mort il y a deux ans, et je n'en savais rien. Ma petite sœur Dorea aussi est morte. Et... et...

Son doigt parcourait la tapisserie, sur tous les noms de ses cousins et neveux décédés. Certains qu'il avait connus. D'autres tellement plus jeunes que lui qu'il ne les avaient pas connus.

– L'oncle Sirius n'a pas vévu cent-vingt ans, finalement, observa-t-il. Kreattur devait parler d'un autre Sirius. Mais ils sont tous... Mon Dieu, murmura-t-il, qu'est-il arrivé à cette famille ?

Dennis lui aussi, parcourait la tapisserie, et sa recherche était bien plus précise :

– Et toi, grand-pa, tu es où ?

Marius chercha son nom à côté de celui de Pollux, mais ne vit qu'une tâche noire.

– Je suis sensé être là, mais quelqu'un m'en effacé, dit-il, surpris. C'est bizarre. Pourquoi faire ça ?

– C'est peut-être parce que tu n'a pas de pouvoirs magiques, proposa Dennis.

– Sûrement, dit Marius, mais cette tapisserie était inestimable. Jamais tante Elladora n'aurais permis...

– Tu n'es pas le seul, fit remarquer Dennis, en montrant d'autres trous noirs un peu partout sur la tapisserie.

Il parcourait la droite de la tapisserie, là où se trouvaient les plus jeunes membres de la famille.

– Je ne vois pas de Sirius Black de ce coté, dit-il.

Marius parcouru la branche aînée, depuis Phineas jusqu'à Orion pour trouver l'héritier légitime des lieux, et pointa une autre tâche noire.

– Il était probablement là. Et la charmante femme de l'entrée devait être sa mère Walpurga. C'est probablement elle qui eu l'idée de « nettoyer » la famille des membres qui ne lui convenaient pas.

Il s'arracha de cette contemplation macabre.

– Suit-moi, Dennis, dit Marius, nous devons trouver un moyen de voir ton frère.

Marius conduisit Dennis jusqu’à une pièce encombrée qui avait dû servir de bureau jadis, et dans laquelle se trouvait ce que cherchait le vieil homme : une immense cheminée.

– Il faut que tu m’aide à chercher, Dennis. Je cherche une poudre verte. En générale, elle est dans une jarre, ou une boite, proche de la cheminée, mais étant donné le désordre, elle peut être n’importe où.

Ils fouillèrent ensemble la pièce. Marius ne commentait pas tout ce qu’il voyait, mais il tombait régulièrement sur des objets ou des liasses de papier lui confirmant que la dernière représentante de la famille Black, autrefois noble, avait profondément sombré dans les attraits de la magie noire. Après une bonne heure de fouille, la poudre de cheminette ne semblait nulle part.

– Nous devrions demander de l’aide à l’elfe, grand-pa, proposa Dennis. Il sait peut-être où elle est.

Marius réfléchit. Quelque chose chez Kreattur lui inspirait la méfiance, mais Dennis n’avait pas tort : il n’avait pas le choix. Il était sur le point d’appeler le serviteur lorsque…

– Que faites-vous, intrus, dans la maison de la noble famille des Black ?

La voix acide les fit sursauter tous les deux. Ils cherchèrent qui venait de les surprendre en train de fouiller dans les affaires de la famille sorcière, mais il n’y avait personne dans l’encadrement de la porte.

– Je vous ai posé une question : que faites-vous ici ?

S’appuyant fermement sur sa canne, Marius s’apprêtait à aller voir dans la pièce de séjour, mais Dennis pointa le mur du doigt :

– Grand-pa, le tableau !

Le regard de Marius suivit la direction indiquée par son petit-fils

La voix venait d'un portrait sur le mur. Un portrait que Marius reconnut immédiatement. Il avait connu l'homme dépeint, et il l'avait vu poser des heures durant pendant de l'artiste imprégnait sa toile de peinture et de magie.

– Grand-père ! s'exclama-t-il

– Grand-père ? s'étonna la toile. Plus personne ne m'a appelé grand-père depuis des années  Des décennies, même.

– C'est moi ! Marius !

Une expression étrange passa dans les yeux de la peinture. Marius se souvenait de ce vieux sorcier, sarcastique et même cruel à l'égard de tous, mais qui devenait pratiquement gâteux devant ses petis enfants. Marius pouvait le convaincre de lui donner n'importe quelle friandise, et Cassy était le seul être humain au monde autorisé à lui tirer la barbe. Cependant, une ombre entachait ce souvenir d'enfance. Lorsque Armando Dippet révéla à la famille Black que le jeune Marius n'était pas un sorcier, ses oncles avaient soupçonné que le patriarche, Phineas Nigellus, devait le savoir depuis le début, puisqu'il connaissait les élèves inscrits dans l'école. Pourtant, il n'avait rien dit, et Marius avait passé de longs mois à se demander pourquoi. Était-ce pour le protéger son petit-fils, pour que la famille ne le renie pas avant qu'il ne soit en âge de pouvoir se débrouiller? Mais dans ce cas, pensait-il vraiment qu'à onze ans, Marius serait capable de s'en sortir seul ? Adulte, il avait compris que Phinas était surtout un lâche, qui avait fui ses responsabilités à l'égard de son descendant, mais en voyant son image face à lui, toutes les incertitudes de son adolescence lui revenaient en bloc. Phineas, lui avait pris le visage arrogant qui constituait son masque le plus courant :

– Tu n'as rien à faire dans cette maison, Marius. Tu n'es plus à ta place ici.

– Mais nous devions venir, s'écria Dennis qui s'adapta incroyablement vite aux étrangeté du monde sorcier et ne voyait plus de problème à débattre avec un tableau. Mon frère Colin a été attaqué, et c'est votre descendant aussi, et ma mère voudrait juste le voir, juste un instant, et nous ne trouvons pas la poudre de cheminée !

– Cheminette, jeune moldu ignorant, le terme est cheminette, répliqua Phineas.

– Peu importe ! cria Dennis. Est-ce que vous pouvez nous aider ou pas ?

– Vous devriez baisser d'un ton, jeune impertinent. Tututut ! coupa-t-il avant que Dennis ne dise autre chose. Vous me dites que mon arrière-arrière-petit fils, moldu, a été attaqué, c'est bien cela ?

– Oui !

– Et vous ne pouvez pas aller le voir ? Où est-il donc ?

– A Poudlard, dans l'école de magie.

– A Poudlard ? C'est donc un sorcier ?

– Oui, et moi aussi !

– C'est extraordinaire, dit Phineas, la puissance du sang des Black qui reparaît après des générations. Bien sûr, en tant que sang de bourbes, vous n'êtes pas vraiment des héritiers valables de cette noble lignée, mais tout de même... Vous avez raison, jeune homme, je me dois d'aider mes descendants, fussent-ils de branches douteuses. Il n'y a plus de poudre de cheminette ici depuis des années, mais je vais aller chercher le directeur de Poudlard. Il n'a pas à tenir ma descendance loin de sa famille à Noël, il va m'entendre !

Et, tournant les talons, il disparut du cadre.

– Où est-il allé ? s'étonna Dennis.

– A Poudlard, je suppose, répondit Marius. Vient Dennis, je crois que nous pouvons avertir tes parents que leur message a été transmis.

Il posa la main sur l'épaule de son petit fils pour se remettre en marche vers la sortie de cette maison étrange. Le vieil homme, né dans un famille de sorciers, né dans une famille où régnait la magie, et qui n'était qu'un être ordinaire, s'appuya sur l'enfant, né dans une famille ordinaire, et qui venait de prouver qu'il méritait sa place dans le monde magique.

 

 

La suite de l'histoire aurait pu aller être celle d'un conte de Noël. Le vieil Albus Dumbledore aurait pu être touché par la détresse de Julia et de Franck, et permettre à la famille Crivey de passer les fêtes au chevet de leur fils dans un château d'Écosse. En réalité, l'unique préoccupation du directeur de Poudlard à ce moment était de découvrir comment le seigneur des ténèbres avait ouvert la Chambre des Secrets, et il n'accorda guère d'attention à cette demande. Il se contenta d'expliquer à Phineas Nigellus que les sortilèges anti-moldu de Poudlard ne pouvaient pas être levés, et d'écrire un courrier très compatissant, certes, mais bien insuffisant pour des parents sans nouvelle de leur enfant.

 

En revanche, jamais Dennis n'oublia cette première découverte de ses origines et du monde magique dans lequel il entra l'année suivante. Et ce fut le début d'une autre histoire.

Note de fin de chapitre :

Merci de votre lecture, et j'espère que cela vous a plu !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.