S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Premières Lueurs par Crepuscule64

[0 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Tout l'univers appartient a la talentueuse JK Rowling.

Je regrouperais dans cette fan fic les petites scènes qui pollue mon esprit sur les premières années des maraudeurs.
Certaines ne seront pas inédites car elles apparaissent déjà dans ma Fan Fic principale : les années maraudeuses. Risque d'impression de déjà vue ^^
Note de chapitre:

Un jour tu diras « STOP »
T'inverseras les règles
Tu claqueras cette porte
Pour en ouvrir une nouvelle
Sirius a dix ans... Sirius est différent... Un jour, il assumera cette différence... un jour, il se donnera le droit de vivre
Extrait de "Bonjour Merci" D'Arcadian
Sirius inspira, las, observant autour de lui. Il était fatigué... Il observait la scène, il voyait les lèvres bouger, mais ne percevait aucun son, il entendait les bruits, mais dans un silence assourdissant. Les lèvres bougeaient, s'entrouvraient sans doute pour laisser échapper un rire distingué, pas trop aigu, pas trop long, pas trop prononcé, un léger rire. Tout ici devait être fait dans la légèreté. On sirotait sa boisson, on ne la buvait pas, on picorait, on ne mangeait pas. Tout dans la nuance distinguée des Black : de la haute aristocratie, de la noblesse.

Des sons, tous les mêmes : des flûtes trinquaient, des verres se remplissaient. Il posa les yeux sur une sorcière hautaine, fière, brune aux yeux noirs. Elle le regardait... tout le monde autour de la table le regardait. Elle s'adressait à lui, ses lèvres bougeaient, des sons en sortaient mais lui était toujours dans son monde, dans ce silence qu'il arrivait à créer pour s'accorder un peu de répit dans sa vie.
Il inspira, reconnectant ses sens et plus particulièrement l'ouïe.

– Sirius ? Tu n'es pas d'accord ?

Walburga Black, sa mère, s'adressait bien à lui. Sauf que lui n'avait rien entendu, il n'avait rien écouté, alors comment savoir s’il était d'accord ?

Sauf qu'avec les Black, tout était très simple, toujours le même discours, toujours les mêmes propos. Il inspira, prêt à répliquer, acerbe, froidement, méchamment, n'étant pas d’humeur à faire comme si. Une lueur vint se loger dans son regard, une lueur que son cadet su percevoir et interpréter.

– Bien sûr mère, répliqua Regulus, à la place de son aîné, évitant une scène dramatique, en public. Nous sommes toujours d'accord avec vous. Comment ne pas être d'accord ?

Les femmes rigolèrent légèrement face à la réplique.
– C'est bien, mon Petit Roi. Mais ce n'est pas vrai...

La fin de sa phrase marqua un dégoût prononcé, plutôt inhabituelle pour une séance en public. Tous les regards présents autour de la table se tournèrent vers la porte d'entrée de la salle de réception et tous grimacèrent légèrement.

– Mais qu'est-ce qu'elle fait là ? cracha Druella Black, née Rosier, sur le même ton de dégoût.
– Les réceptions du ministère sont moins bien fréquentées aujourd'hui, répliqua Walburga, un léger rire aux lèvres.

Sirius posa les yeux sur la femme qui était devenu le cœur de cette conversation. Une femme assez âgée, d'environ cinquante ans. Des cheveux noirs, un regard noir de jais. Mais il ne la connaissait pas. En tout cas, elle avait l'air de déplaire à sa mère, sa tante et ses cousines. Et pour lui, c'était un fait digne d’intérêt.

– Il paraît que son fils a obtenu un poste au ministère, précisa Walburga.
– Sérieusement ? Sa progéniture aurait de l'avenir ? Dans quel département ?
– Pas du tout mère, ajouta Bellatrix, sa fille aînée. Il travaille au service du détournement de l'artisanat moldu. Il semble pro moldus, comme son père et tous ses ancêtres…

Une mine de dégoût s'afficha sur toutes les figures de l'assemblée.

Soirée au ministère de la magie, Sirius Black était assis sur sa chaise depuis maintenant 2670 secondes, du moins c'était à ce compte-là qu'il en était. Il avait faim, il avait soif, mais son corps refusé de bouger, anéanti par l'ennui de cette soirée. Il percevait encore les voix, mais sans identifier les propriétaires :

– Elle vient de devenir grand-mère.
– Non ?
– Si ! Son indigne a épousé la fille Prewett et elle vient d'accoucher...

Sirius n'écoutait plus, refermant son esprit aux commérages pleins d’aigreur des femmes de la famille Black.
– Mère ? Puis-je aller prendre un peu l'air ?

Tous les regards se posèrent lui. A priori il venait de couper la parole à sa tante, mais ça lui était égal. D'un geste plein de dédain de la main, Walburga Black lui fit signe qu'il pouvait disposer. Et Sirius se leva enfin de sa chaise.

2680 secondes plus tard, son corps reprenait vie...

Et il prit la direction de l'escalier extérieur. Dehors, plusieurs enfants jouaient, couraient et s'amusaient. Ils semblaient étrangement heureux d’être à cette réception... étrangement heureux de vivre. Pourquoi ?

Il fit un pas, commençant à descendre les escaliers, mais la voix de son père raisonna en lui : « Surtout ne t'approche pas des autres enfants. Ces impurs ne sont pas partis de notre univers. Si tu veux passer du temps, reste dans le cercle des 28 sacrés. »

Il soupira, faisant plusieurs pas en arrière. Ce soir, il n'avait pas la force de se battre, pas la force de contrarier son père, et surtout pas la force d'en subir les conséquences. Il ferma les yeux, respirant l'air de ce mois de décembre. Il les observa alors jouer et rire. Un groupe d'enfants heureux. Une des fillettes courait, ses belles anglaises se défaisant au passage. Un appel… dans le lointain pas si loin…

La blonde se tourna vers sa mère qui arrivait à grandes enjambées. Sirius sourit. Elle allait se faire gronder. Une scène familiale qui ne le concernerait pas, ça le changerait un peu. Mais il cilla. La mère de famille qui retira ses jolis rubans, défaisant ses couettes et relâchant ses cheveux, avant de repartir.

Bonjour la scène de famille... Et la fillette continua à jouer avec ses amis, sans se faire gronder. Mais lui n'avait pas le droit, alors pourquoi elle oui ? Ne pas courir, ne pas se chamailler, ne pas respirer... tout ici était d'un ennui profond, tout lui était interdit.

Il entendit des pas et tourna la tête vers la personne qui avait rejoint la cour extérieure. Il cilla alors reconnaissant la femme qui avait provoqué la désapprobation des femmes de la famille Black. Il la fixa, sûrement un peu trop car elle tourna la tête vers lui. Là où un autre aurait détourné le regard, lui, le maintint. Elle sourit alors.

– Bonsoir !

Il l'observa sans trop savoir s’il avait le droit de répondre, mais la politesse faisait partie de son éducation :

– Bonsoir
– Brun aux yeux gris. Tu dois être un enfant Black. Le fils d'Orion ?
– Vous connaissez mon père ? s'étonna-t-il.
– Bien sûr ! J'ai été moi aussi une Black, à une époque.
– Et vous ne l’êtes plus ?
– Non, je me suis mariée.
– Pourquoi une femme doit-elle perdre la moitié de son identité en se mariant ?

La femme entrouvrit les lèvres, sans doute pour répondre, mais aucun son ne sembla trouver la sortie.
– Eh bien, elle se doit de prendre le nom de son mari.
– Pourquoi ?
– Parce que la société le veut ainsi.
– Pourquoi ?
– Parce que la société est gouvernée par des hommes. Alors, on se doit de suivre les règles.
– Des règles idiotes, répliqua l'enfant. Je n'aimerais pas changer de nom du jour au lendemain.
– Ma foi, je reconnais que personnellement, j'ai eu grand plaisir à changer mon nom, à laisser le nom des Black derrière moi… ce nom et ce qu'il représentait. À tirer un trait sur mon passé et ma famille.
– Pourquoi ?

La femme sourit, s'approchant de l'enfant.
– Je me nomme Cedrella Black Weasley.

Elle vit les iris grisés se rétracter légèrement. Ce nom, Sirius le connaissait, il l'avait souvent observé sur la tapisserie de sa famille. Il avait posé la question une fois à son père de savoir pourquoi il avait été cramé. Ce nom hantait sa vie, son passé, son avenir et celui de tous les membres de la famille Black. Ce nom n'était plus qu'un trou cramé dans l'immense tapisserie, mais il existait de par sa déchéance.

– Vous êtes une reniée, souffla-t-il alors, impressionné.
– Et fière de l’être ! répliqua la femme, d'une cinquantaine d'années.
– Vous avez épousé un impur...
– Un indigne ! Septimus est sang pur, tout comme toi, tout comme moi ! Il n'est pas impur, mais il est jugé indigne par les têtes pensantes de la famille Black. Mes parents en première ligne, les générations suivantes en parfait petit mouton.
– Pourquoi indigne ?
– Parce qu'il ne partage pas les idéaux des sang-pur, parce qu'il défend les droits des sangs-mêlés. Et toi ? Sirius Orion Black Troisième du nom ? Partages-tu leurs idéaux ?

Sirius cilla, légèrement incrédule. Cette femme, il la voyait pour la première fois, il ne savait rien d'elle et elle... elle semblait tout savoir de lui.
– Comment connaissez-vous mon prénom ?
– Parce que je te connais, même si toi tu ne me connais pas. Je me plais à prendre des nouvelles des enfants de mes neveux, car si les Black m'ont renié, moi, je ne les ai pas reniées.

Sirius l'observa, reposant les yeux sur la fillette dont les longs cheveux blonds dansaient avec le vent. Il l'enviait : elle courait, elle jouait, elle vivait, et elle en avait le droit.

– Non ! déclara-t-il alors. - La femme tourna la tête vers lui, fronçant légèrement les sourcils. - Non, je ne suis pas d'accord ! continua-t-il, avant de descendre les marches prenant la direction du groupe d'enfants.

Cedrella le suivit des yeux un petit sourire aux lèvres. Il arriva en bas des marches et la fillette le frappa alors.

– C'est toi, l'attrapeur ! railla-t-elle avant de courir dans la direction opposée.
Sirius sourit alors se mettant à poursuivre les vifs d'ors devant lui. Il courrait vite, arrivant à la hauteur d'un garçon de son âge lui frappant le bras.
– C'est toi l'attrapeur, railla-t-il à son tour.

– Sirius !

Le fils Black se figea dans le temps et l'espace, inspirant, son regard se voilant, avant de tourner lentement la tête vers le balcon où Bellatrix venait d'hurler son prénom. Il remonta les marches à pas lent, retournant dans sa norme vie du non-être.

Ce soir-là, il avait payé cher le droit de jouer avec des indignes, ce soir-là, il avait payé cher le droit de vivre.

Alors ce jour-là, quand il remonta l'allée, à l'appel de son nom, il ne pensait qu'à ça :
Non ! Il n'était pas d'accord !
Quand il posa les yeux sur ce chapeau, celui qui avait un pouvoir immense de décision sur ses sept prochaines années de sa vie, il ne pensait qu’à ça :
Non ! Il n'était pas d'accord !
Et quand commença alors l'échange entre eux, il ne pensait qu'à ça :
Non ! Il n'était pas d'accord !
    « Vraiment, tu n'es pas d'accord ? murmura le choixpeau. Très bien alors une maison est bien plus indiquée pour toi, une maison où tout ton courage pourrait s'exprimer : Gryffondor !!! »


Sirius avait inspiré une grande bouffée d'air frais, se permettant enfin de vivre comme il le souhaitait :
Renié, indigne et fier de l’être !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.