S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Magie Royale par FleurBleue

[6 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

En entamant ce concours de Selket (que je remercie !), je ne savais pas trop jusqu'où je pourrais mener l'histoire de Catherine de Médicis comme étant une sorcière. Le contexte de l'époque (guerres de religions) et si compliqué ! J'espère pouvoir m'en sortir sans trop de migraines ! 

Et si ? Avec des si on referait le monde. Eh ben justement refaisons le !

Qu’aurait donné l’histoire si Boadicée avait été une puissante sorcière ? Pasteur un grand alchimiste ? Le voyage de Marco Polo aurait-il été si impressionnent si on avait su qu’il transplanait ? Henri II serait mort lors d’un duel magique et Charles Martel aurait arrêté une invasion de gobelins à Poitiers ?

Le temps d’une fiction explorons l’hypothèse comme quoi, certains personnages de notre histoire ont été en réalité des sorciers.

- Le personnage principal doit avoir réellement existé qu’il soit très connu ou moins connu. Mais on doit quand même savoir des choses sur lui et pas seulement son nom et sa date de naissance.
- Imaginez sa vie en tant que sorcier. Aurait-elle été différente ? Le cours de l’histoire serait resté le même à quelques différences près ? Où rien n’aurait changé à l’exception de quelques habitudes étranges.

Note de chapitre:

Voici le premier chapitre ! 

 

 

11 août 1536

 

Catherine de Médicis, assise devant sa coiffeuse, respira profondément pour se détendre. Ce nouveau jour qui commençait toujours irrémédiablement par la toilette quotidienne n’en serait pas moins exceptionnel et stressant. La nouvelle était tombée hier : le fils aîné du roi de France François Ier jusque là encore jeune et bien portant était mort soudainement, faisant de son frère cadet Henri  le futur héritier de François Ier. Henri, c’est-à-dire son propre époux. Ainsi, si celui-ci venait à décéder, Henri et elle deviendraient naturellement Roi et Reine de France. Catherine passa nerveusement sa main dans sa coiffe. Tout ceci était assez inattendu. En épousant Henri il y a trois ans, Catherine savait que potentiellement elle pourrait être amenée à devenir la souveraine de France. Un malheureux accident, une maladie pouvaient facilement vous emporter quel que soit votre âge. La jeune femme de dix-huit ans avait déjà perdu sa sœur de lait, Monica, de la petite vérole quand elle n’était qu’encore qu’une enfant innocente résidant en Italie. L’Italie, chez elle, à Florence... Tous ses souvenirs d’enfance où elle jouait à faire s’envoler les fleurs de printemps au gré du vent, inconsciente du destin qui l’attendait.

Elle contempla son reflet dans le miroir. Elle avait l’impression d’avoir un visage rond et poupin, et rien qui ne pouvait ressembler de près ou de loin à une Reine. Reine de France... Catherine frissonna en répétant ces mots dans sa tête. Quand on n’a que dix-huit ans et que tout le poids du monde s’apprête à tomber sur vos épaules, il est sans doute normal de se sentir un peu anxieuse, se disait-elle. Hier encore simple Duchesse, aujourd’hui elle devrait affronter la cour au chateau du Louvre en tant que Dauphine de France.  Tous les regards seraient rivés sur elle. Tout le monde scruterait son ventre, elle le savait, à la recherche de la moindre preuve d’une grossesse en cours... Voilà trois ans qu’elle était mariée à Henri et qu’elle se faisait timidement une place parmi les nobles de la Cour, elle qui savait à peine parler le Français. Vêtue de sa belle et étouffante robe en velours verte foncée, elle se demandait si elle serait capable d’affronter tous ces regards.

Alors qu’elle essayait de se donner un peu de courage et de répéter quelques mots de politesse en Français, une domestique frappa à sa porte et entra dans sa chambre.

- Madame, quelqu’un demande à vous voir.

- Qui donc, Joséphine ?

- Un certain Michel de Nostradamus, Madame.

Catherine tiqua en entendant ce nom.  Michel de Nostradamus était célèbre dans toute l’Europe comme étant un apothicaire pratiquant l’astrologie. La jeune femme en avait entendu vent à travers les discussions entre nobles. C’était alors toujours un sujet de discussion intriguant pour elle.

- Puis-je le faire entrer dans l’antichambre, Madame ?

- Oui, Joséphine, merci.

Catherine était un peu étonnée. Elle recevait rarement des visites personnelles autre que strictement familiales et elle se demandait même si cela était autorisé aux Dauphines de France. Ou bien était-ce un privilège qui était dû à son nouveau rang ? Elle vérifia le positionnement de sa coiffe avant que l’invité n’entre. Celui-ci se tint bientôt devant elle, tout habillé de noir de ses bas-de-chausses à son pourpoint. Il semblait avoir la trentaine, ou du moins Catherine le devinait-il derrière son visage que cachait sa barbe fournie. Catherine sentit ses joues rosir. Elle se rendait compte que c’était la première fois qu’elle était si proche d’un homme, seule à seul. Encore une fois, Catherine eut des doutes sur la convenance de la situation. Que dirait sa tante Clarice qui l’avait élevée si elle la trouvait ainsi ?

Nostradamus s’avança jusque devant son fauteuil, s’inclina, lui prit la main et la baisa délicatement.  Cela non plus, elle n’en avait pas l’habitude. Après tout, elle était encore parfois considérée, certes comme l’héritière de la fortune des Médicis, mais surtout comme une simple roturière aux yeux de la Cour. Aucunement fille d’empereur ou de roi, simple héritière de la famille de Médicis, elle n’avait eu qu’assez peu de valeurs aux yeux des sujets. Catherine croisa les yeux de Nostradamus et elle y vit un sourire ourler légèrement la bouche de l’homme.

- Madame la Dauphine, mes hommages.

- Monsieur de Nostradamus. Je vous en prie, quel est l’objet de votre visite ? réussis à articuler Catherine.

- Tout d’abord vous féliciter pour votre nouvelle position au sein de la Cour.

Les épaules de la Dauphine se crispèrent. Qu’était venu faire Nostradamus dans son antichambre ? Lui demander des faveurs au vu de son nouveau titre de future Reine de France ? Cet homme était très populaire dans la bonne société, mais peut-être était-ce dû à son assurance et à sa bonhomie plus que par ses talents d’astrologue. Son cousin le Pape Clément VII dont elle avait été la protégée en Italie lui avait parfois conseillé de se méfier de certains charlatans. Catherine décida de ne pas trop entrer dans son jeu.

- Etes-vous venu simplement pour me faire des compliments, Monsieur ?

Le visage de Nostradamus s’assombrit et Catherine eut peur d’avoir été trop impolie dans sa réponse. Pour son premier entretien privé en tant que Dauphine de France, cela serait une réussite bien médiocre...

- Certes non, Madame la Dauphine. Mais je viens m’entretenir avec vous d’un sujet hautement sérieux.

Un complot ! Voilà maintenant qu’il cherchait peut-être à la soudoyer pour fomenter des troubles contre la couronne ! Catherine se força à se calmer en inspirant profondément, sans doute imaginait-elle trop de choses alors que Nostradamus reprenait la parole.

- Vous avez des dons, Madame. Des dons tout à fait exceptionnels. D’une nature... peu ordinaire.

- Que voulez-vous dire ? Je n’ai rien d’exceptionnel, répondit franchement Catherine.

Et en son for intérieur, Catherine pensait bien qu’elle n’avait que peu de talent. Même pas la beauté... Mais son invité prit un air affable et se dirigea vers la fenêtre donnant sur la Seine, d’un pas léger. Il se retourna vers elle et la fixa à tel point que Catherine se sentit à nouveau gênée.

- Si Madame, vous êtes exceptionnelle. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi vous n’avez pas été contaminée par la petite vérole dont était atteinte votre chère amie Monica ? Une maladie pourtant extrêmement contagieuse, alors que vous dormiez dans le même lit et déjeuniez à la même table ?

- Comment connaissez-vous l’existence de Monica ? l’apostropha Catherine, surprise.

Michel de Nostradamus revint vers elle, l’air très sérieux. Il éluda sa question.

- Et vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi vous réussissiez à faire s’envoler jusqu’aux cieux les fleurs de votre jardin de Florence ?

Catherine ne sut que répondre, déstabilisée par la tournure de l’échange. Ainsi, Nostradamus pouvait lire l’avenir mais aussi le passé ? Et pourquoi lui parler de son enfance ? De ces fleurs qu’elle laissait étrangement tourbillonner loin au-dessus d’elle et de Monica ?

- Si, je vois bien que vous le savez au fond du fond. Vous êtes une sorcière, Madame la Dauphine.

Cette dernière phrase resta en suspens, comme irréelle aux oreilles de Catherine. Finalement, elle estima que Nostradamus devait être fou ou bien lui tendait-il en effet un piège.

- Vous m’insultez, Monsieur !

Nostradamus s’inclina à nouveau légèrement, les deux levées en signe d’excuse.

- Je ne me permettrai pas, Madame. Je suis moi-même un sorcier.

Cela en était trop pour Catherine, elle était sur le point de se lever et de crier à l’aide quand Nostradamus sortit une longue et fine baguette qu’il pointa sur elle en murmurant un mot en latin. Elle se rendit alors compte qu’elle n’était plus en état ni de bouger ni de prononcer le moindre mot.

- Je suis désolé Madame, je ne pouvais pas vous laisser demander des secours. Vous me croyez, maintenant ? Vous devez avoir confiance en moi. Je ne suis pas qu’un prédicteur qui s’amuse à annoncer l’avenir aux nobles. Mon rôle va bien plus loin que ça. Je suis chargé de l’équilibre entre les êtres humains magiques et non-magiques au sein de la Cour de France. Au cas où un futur Roi ou une future Reine serait amenée à développer des pouvoirs magiques, je me dois d’intervenir afin de lui rappeler ses responsabilités.

Pour Catherine, tous ces mots ressemblaient presque à du charabia. Pourtant, ils commençaient à imprégner son esprit et à lui faire sens. Et bientôt, elle retrouva la liberté de ses mouvements pour détourner la tête, pensive.

- Ainsi c’était donc cela que je faisais, de la magie...

- Bien sûr, vous croyiez que vous étiez mue par la grâce divine ? Pardonnez-moi Madame, je n’ai que rarement l’occasion de m’entretenir avec un autre sorcier, précisa Nostradamus.

- Quand vous parlez d’intervenir pour rappeler nos responsabilités...

- Je suis ravie de voir que vous suivez maintenant parfaitement. Par exemple dans le cas où un souverain souhaiterait utiliser son pouvoir pour réduire à néant l’empire voisin, disons... le Saint-Empire. Nous ne pouvons pas courir le risque d’être révélés aux yeux de tous, vous comprenez ? Ce serait une catastrophe pour les deux mondes. Et il se trouve que vous faites maintenant partie des deux mondes à la fois... Cela faisait longtemps que nous savions que vous aviez développé vos pouvoirs, seulement maintenant que vous êtes amenée à devenir Reine...

- Monsieur de Nostradamus, excusez-moi mais, à part faire s’envoler des fleurs je ne vois pas où se cachent mes pouvoirs...

Son invité lui offrit un grand sourire :

- Ne vous inquiétez-pas Madame, je vous apprendrai. C’est aussi mon rôle. Je viendrais tous les jours vous donner quelques leçons, en tout discrétion. Joséphine est aussi une sorcière et saura vous aider en toutes circonstances. Elle veillera sur vous...

- Pourquoi, pensez-vous donc que je sois dangereuse ? Je suis la Dauphine de France et à ce titre je souhaiterais décider seule de qui veille sur moi ou non.

Catherine se rappelait soudain alors qu’elle était sa nouvelle position à la Cour et se disait qu’elle s’était trop laissée dictée par Nostradamus. Elle devait davantage s’imposer et il était temps de le lui faire comprendre.

- Être future Reine et sorcière n’est pas sans danger, Madame la Dauphine, répondit Nostradamus d’un ton solennel. Certains sorciers feraient tout pour entraîner une guerre entre sorciers et non-sorciers. Vous aurez besoin d’alliés pour mener le combat sur les deux fronts. A demain.

Sur ce, Nostradamus s’inclina une dernière fois avant de sortir à reculons. Quand la porte se referma et que Catherine fut à nouveau seule, tout le poids de ces révélations tomba sur ses épaules. Voilà que son premier jour en tant que Dauphine de France se compliquait extraordinairement davantage. Cependant la révélation d’être une sorcière lui donnait le sentiment d’avoir un avantage, un petit quelque chose en plus sur tous ces nobles qu’elle aurait à affronter aujourd’hui. Il ne suffisait pas d’être proclamée Reine pour l’être réellement, il fallait endosser le rôle avec conviction. Elle se leva de son fauteuil. Elle était prête.

 

 

Note de fin de chapitre :

Que pensez-vous de ce premier chapitre ? Réussissez-vous à vous immiscer dans le XVIe siècle ?

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.