S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Le vent se lève par CamCaz17

[62 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour à tous, voici le deuxième chapitre. J'espère que ce chapitre vous plaira.

Chapitre 2 - Tempérament et caractère

— Par Merlin Lud, toujours la tête dans un bouquin, tu devrais aller t'asseoir à la table de Serdaigle.

Ludivine releva la tête de son livre pour voir Albus et Scorpius s'installer à côté et en face d'elle. Elle pouvait facilement constater que leur soirée de la veille se faisait ressentir, mais elle n'eut pas plus de sympathie à leur égard pour autant.

— Ne me tente pas, Potter, la vue y est moins appréciable mais la compagnie bien plus agréable.

— Es-tu en train de dire qu'il n'y a pas plus sexy que nous dans les autres maisons ? sourit Scorpius.

— Qui a dit que je parlais de vous, Malefoy ?

Elle n'eut comme réponse qu'un sourire narquois, cela lui suffit pour retourner à son livre. Ludivine était concentrée. Aujourd'hui avait lieu son premier cours avancé pour les ASPIC, à savoir les cours de septième année auxquels pouvaient se joindre les élèves de sixième année qui souhaitaient obtenir des points d'avance. Pour Ludivine, l'enjeu était grand.

Albus et Scorpius misaient sur le Quidditch pour obtenir des points supplémentaires. Ludivine, elle, misait sur la seule matière qui importait à ses yeux : les Sortilèges. Elle comptait bien, avec ce cours, obtenir la moitié de ses ASPIC avant de les avoir passés.

— Au fait Lud, signala Scorpius, Rockwood semblait te chercher.

Ludivine releva une nouvelle fois la tête de son livre. Albus et Scorpius avaient commencé une discussion sur le Quidditch, comme à leur habitude.

— Mais enfin Scorp, défendait Albus, on ne peut pas tout miser sur l'attrapeur face aux Gryffons, tu sais très bien qu'ils élaborent toujours leur stratégie pour le mettre hors d'état de nuire !

— Je sais bien, répondit Scorpius, mais leur gardien est excellent. On ne pourra jamais les distancer seulement en marquant des points.

Ludivine n'écoutait déjà plus. Le Quidditch ne l'intéressait pas. Son regard se porta plutôt sur la table de Gryffondor qui commençait à se remplir.

Son regard se posa sur la sorcière qu'elle cherchait. Acca Rockwood discutait énergétiquement avec ses camarades de chambre. Lorsque Rose Weasley lui murmura quelque chose, Acca éclata de rire, attirant les regards de plusieurs élèves autour d'elle.

Brune, à la peau d'une couleur caramel, Acca rayonnait d'exubérance et d'énergie. Elle parlait toujours d'une voix forte, teintée d'un accent américain. Son aisance sociale lui avait toujours donné beaucoup de popularité.

Néanmoins, personne ne connaissait Acca mieux que Ludivine. Leurs regards se croisèrent et les deux sorcières échangèrent un sourire complice. D'un signe discret, Acca lui signifia qu'elles discuteraient plus tard, ce à quoi Ludivine répondit d'un hochement de tête.

Ludivine reporta son attention sur ses deux amis qui n'avaient toujours pas changé de sujet.

— Mais oui, s'excitait d'ailleurs Scorpius, tablons sur un horaire matinal, c'est le plus stratégique si tu prends en compte que…

Ludivine roula des yeux en constatant qu'elle aurait droit à du Quidditch toute la journée. Exaspérée, elle se leva en direction de la salle de Potions sans crier gare.

— Mais Lud, attends-nous ! s'exclama Albus en se levant avec précipitation de son siège.

— On voulait ton avis sur la stratégie ! compléta Scorpius en faisant de même.


— Tu ne serais pas en train de t'émerveiller sur un cours de Sortilèges, Hendell ?

— La ferme, Potter, à moins que tu ne préfères que je m'émerveille sur ton frère.

La réponse de Ludivine n'amusa pas Albus qui grommela quelque chose dans sa barbe. A côté de lui, Scorpius ne s'était pas retenu d'éclater de rire en tapant - un peu trop fort - l'épaule de Ludivine pour la féliciter de sa réplique.

Quelques années plus tôt, lorsque les filles, années confondues, venaient régulièrement faire connaissance avec Albus dans l'unique but qu'il parle d'elles à son frère aîné, cette blague ne serait pas passée. Elle serait encore moins passée qu'en grandissant, Ludivine s'était mise à s'intéresser aux garçons et qu'Albus avait redouté que son attention ne commence à se porter sur son frère - comme toutes les filles qu'il avait pu côtoyer - au détriment de sa relation avec lui. Mais Albus avait depuis longtemps réglé ce complexe, d'une part parce qu'il avait appris à se distancer de quiconque se mettait soudainement à lui adresser la parole, et d'autre part parce qu'il avait constaté de ses yeux l'intérêt que les filles avaient commencé à lui accorder également.

— Merci de ne pas me mettre des images écœurantes en tête, grimaça Albus.

Ludivine sourit, c'était bien évidemment une porte ouverte à ce qu'elle l'embête. Tout ce qui pouvait énerver l'autre était bon à prendre, ils fonctionnaient comme ça.

— Quel est votre programme ? demanda Ludivine.

— Temps libre, sourit Scorpius. On hésite entre aller espionner Poufsouffle qui s'entraîne ou aller draguer de jolies sorcières dans le parc.

— Le Quidditch ! répondit Albus.

— Les sorcières ! s'exclama Ludivine en même temps.

Ludivine fusilla du regard Albus qui eut un sourire coupable. Il savait très bien qu'elle était exaspérée par leurs discussions incessantes sur le Quidditch. Elle avait rejeté ce sujet en quittant l'équipe un an plus tôt et détestait qu'ils s'étendent autant dessus. Ils s'étaient promis de faire un effort, mais ils ne se contrôlaient pas. Et d'un autre côté, il n'y avait rien de plus amusant, aux yeux d'Albus, que de voir Ludivine contenir son irritation.

— Tu n'as pas d'autres centres d'intérêts, Potter ? s'exclama-t-elle d'un ton agacé. Tu n'as pas des envies à assouvir ?

— Pas besoin de parler de mes envies à assouvir pour le faire, répondit Albus avec amusement.

Ludivine émit un son qui sembla s'apparenter à du dégoût alors que Scorpius rigolait. Il passa son bras autour de ses épaules, comme il adorait le faire pour lui montrer qu'elle était plus petite que lui.

— Ne pose pas de questions dont tu ne veux pas connaître les réponses, ma Lud, lui dit-il sur un ton moqueur. Allez, on va draguer de jolies sorcières sur le terrain. Bon cours !

Ludivine salua ses deux amis d'un mouvement de bras nonchalant avant d'atteindre la salle de Sortilèges. Des idiots, se dit-elle en s'installant au milieu de la salle. Elle trépignait d'impatience à l'idée de se mesurer à des élèves de septième année. Dans les domaines où elle excellait, Ludivine n'avait pas honte de son assurance, même si elle pouvait s'apparenter à de l'arrogance.

Elle observa les élèves entrer dans la salle et s'installer, constatant qu'elle reconnaissait peu de visages.

Durant toutes ces années, Ludivine ne s'était jamais intéressée aux sorciers qui l'entouraient. Son cercle officiel se limitait à Albus et Scorpius, et elle n'avait aucune curiosité pour les autres. Ayant été la cible de jalousies pour son amitié avec les deux sorciers, Ludivine était d'autant plus méfiante. Enfin, la distance qu'elle mettait entre elle et les autres avait fini de restreindre ce cercle.

Elle reconnut toutefois quelques personnes, Fred Weasley, le cousin d'Albus du côté de sa mère ou encore Thomas Faber, capitaine de l'équipe de Serdaigle. Les deux capitaines – tous les deux grands et athlétiques, même si la finesse du corps de Weasley s'opposait à la carrure carrée du Serdaigle – discutaient avec animation, probablement de Quidditch, avant de s'installer chacun à sa place.

Ludivine reconnut un autre visage, James Potter, le frère aîné d'Albus qui pénétrait dans la salle. Il semblait suivre du regard un signe qu'on lui faisait, et Ludivine se doutait qu'il s'agissait de Fred Weasley, assis derrière elle.

Elle voulut suivre leur échange alors que Potter rejoignait son cousin, mais son regard fut attiré par une nouvelle personne. Liz Walsh ajustait sa jupe bleue et bronze, analysant rapidement et nerveusement la salle du regard pour y croiser un regard familier. Son visage s'éclaira en voyant Ludivine, lui faisant un grand sourire avant de s'approcher à grand pas.

— Tu attends quelqu'un ? demanda-t-elle sur un ton nerveux.

— Assieds-toi, tête de nœud, sourit Ludivine.

Le sourire de son interlocutrice s'agrandit d'autant plus alors qu'elle posait son sac et s'installait. Ludivine en profita pour observer la sorcière qu'elle connaissait maintenant depuis de nombreuses années.

Liz semblait sur le point de se briser en deux, avec son corps fin et frêle et ses gestes nerveux. Ses cheveux blonds avaient poussé durant l'été, lui arrivant aux aisselles, et ses traits s'étaient affinés.

— Pas beaucoup de sixièmes années, murmura-t-elle.

— Tout le monde préfère prendre Défenses, c'est plus populaire. Ou Potions, tout le monde sait que Slughorn donne les points facilement pour les cours avancés.

Liz observa Ludivine quelques instants avec un sourire.

— On ne t'a pas vue depuis la rentrée, fit-elle remarquer. Les filles vont finir par croire que tu les évites.

— Tu sais bien que non ! réfuta Ludivine. Je vais moi-même devenir folle à force d'être entourée de testostérone.

— Tu devrais te faire des amies chez les filles de ta maison, rigola Liz.

La blague était récurrente entre elles, mais elle n'était pas vraie. Le cercle officiel de Ludivine s'arrêtait à Albus et Scorpius, mais officieusement, elle était déjà suffisamment entourée par trois sorcières en qui elle avait entièrement confiance : Acca, Liz et Evelyn. Officieusement, parce que leur amitié à toutes les quatre n'avait jamais été mise en avant. Amies depuis l'enfance, elles ne faisaient pas partie des mêmes cercles.

Amicale avec tout le monde, Acca était populaire au sein de Gryffondor. Liz était une Serdaigle active au sein de plusieurs clubs du château, où sa douceur et sa gentillesse conquéraient quiconque s'adressait à elle. Enfin, Evelyn avait de nombreuses relations au château, que son statut de sang-pur, ainsi que sa place au sein de l'équipe de Poufsouffle, lui conféraient.

Ludivine, en revanche, avait réduit son cercle à deux sorciers qui avaient fait de même. Et avait quitté l'équipe de Serpentard en déclarant que le Quidditch était un jeu - et non un sport ! - stupide qui n'en valait pas la peine. Cela avait créé des frictions avec ses camarades, et le fait qu'elle ne s'intéresse pas aux autres avait accentué cela. Sans compter qu'elle préférait que les autres restent loin d'elle.

Ludivine sentit la sorcière s'agiter à côté d'elle.

— Pourquoi ce stress, Lizzie ?

— Tu penses qu'on a le niveau pour ce cours ?

— Bien sûr, sourit Ludivine avec assurance, tu crois que la moitié des septième année qui sont là savent ce qu'ils y font ? On est bien meilleures qu'eux.

Un rire étouffé survint derrière elles mais Ludivine ne fit pas l'effort de se retourner, à l'inverse de son amie. Elle savait très bien que les deux sorciers derrière elles l'avaient entendue, ses propos autant que son ton méprisant, mais elle s'en fichait.

— Elle est amusante ta copine, dit Fred Weasley à Liz sur un ton ironique, et toi, tu es mignonne.

Liz se retourna violemment vers son bureau, le visage rouge et les mains légèrement tremblantes. Le rire derrière elles s'accentua, et Liz murmura un idiot qui parvint certainement à l'oreille du concerné.

Finalement, Ludivine se retourna. Elle croisa un regard amusé - Fred Weasley qui l'examinait sans gêne aucune de haut en bas - et un regard neutre - James Potter qui la regarda un instant sans réel intérêt avant de tourner la tête vers le professeur Flitwick qui venait d'entrer. Ludivine fit de même, refusant de se laisser déconcentrer.

— Bonjour à tous, commença le professeur Flitwick avec entrain. Je suis ravi de revoir vos visages ! Félicitations aux sixième année qui nous ont rejoints, vous allez voir, ce cours est passionnant !

Ludivine écouta avec un sourire. Elle adorait les Sortilèges et elle attendait beaucoup de ce cours. Il lui fallait impérativement la meilleure des notes, dans ce cours et en Botanique, pour suivre les études qu'elle souhaitait après Poudlard. Et Ludivine était une sorcière ambitieuse, elle aurait ce qu'elle voulait.


— C'est illégal d'être aussi sexy !

Ludivine leva les yeux au ciel, concentrée sur son livre de Botanique alors que dans les airs, l'équipe de Serpentard se réunissait à la demande d'Albus. Les entraînements de Quidditch, peu importait la maison sur le terrain, étaient le meilleur spot pour réunir sorciers et sorcières, toutes années et maisons confondues. Des filles s'extasiaient ouvertement tandis que certains sorciers étaient installés discrètement, comme s'ils n'osaient pas admettre être venus regarder des sorciers et sorcières jouer. L'équipe de Serpentard réunissait en l'occurrence plusieurs jolies filles, jolies mais également féroces.

— Tu n'es quand même pas en train de lire alors qu'il y a un entraînement au-dessus de ta tête ?

Le ton était cynique, et Ludivine l'aurait reconnu parmi cent autres. Elle leva la tête pour croiser un regard moqueur et un rictus sur l'un des plus beaux visages de Poudlard, Evelyn Lowell.

— Evelyn, répondit Ludivine alors que la nouvelle arrivante prenait place à côté d'elle, sache que j'ai déjà ma dose de Quidditch au quotidien, étant le seul sujet dont savent parler Albus et Scorpius.

— Le problème ne vient pas d'eux, rétorqua Evelyn en replaçant sa fine écharpe jaune et noire, mais de toi qui détestes ce noble sport.

Ludivine eut un rire auquel se joignit très vite Evelyn. C'était bien placé, elles le savaient tous les deux.

— Comment tu vas, Lud ?

Ludivine ferma son livre pour se tourner pleinement vers la Poufsouffle. Evelyn était magnifique. Ses cheveux bruns, longs et soyeux, dévalaient dans son dos, et son maquillage mettait parfaitement en avant ses yeux bleus en amande, son nez fin et ses lèvres pulpeuses. Magnifique était le bon mot, d'une beauté froide qui aurait fait honneur à sa mère, mais Ludivine voyait uniquement de la douceur de son regard, rare chez la sorcière.

— Te serais-tu adoucie durant cet été, Evelyn ? la taquina-t-elle. Je décèle de la gentillesse dans ta voix ET dans tes yeux. Tu sais que trop de sympathie peut être mauvais pour ta santé.

— La ferme, Hendell.

Ludivine éclata de rire, consciente qu'elles pouvaient être vues par les personnes présentes dans les gradins. Ce fut certainement la raison pour laquelle Evelyn n'esquissa qu'un sourire.

— Je vais bien, finit par répondre Evelyn d'un ton distant. Difficile de se sentir plus chez soi autre part qu'entre ces murs, n'est-ce pas ?

— Je ne te le fais pas dire.

Ludivine savait que l'été d'Evelyn avait été compliqué, comme les lettres qu'elle leur avait envoyées, à elle et aux filles, en avaient attesté. Les vacances en famille devenaient de plus en plus difficiles pour Evelyn dont on attendait qu'elle soit la parfaite héritière.

— Ta mère ne lâche pas le morceau avec le mariage ?

— Non ! s'exclama Evelyn avec une fureur non dissimulée. C'est incroyable d'être aussi têtu, à croire que c'est elle que ça concerne ! Et mon père qui reste immobile tel un poids mort, il fuit à la moindre recherche de soutien !

— En même temps, sourit Ludivine, ta mère est effrayante.

Evelyn soupira. Les Lowell était une famille de sang-pur très portée sur les traditions. D'aussi loin qu'elle s'en souvienne, les relations avec ses parents avaient toujours été tendues. Avec sa mère qui ne jurait que par l'image de leur famille, qui surveillait et dictait chaque action d'Evelyn. Avec son père qui s'était effacé face aux exigences de sa femme et qu'Evelyn avait toujours connu… éteint. Totalement éteint. Et enfin avec sa sœur qui l'avait fliquée toute sa scolarité pour s'assurer qu'elle reste dans les clous.

Quand Evelyn avait été répartie à Poufsouffle, cela avait été une honte. Quand elle s'était inscrite dans l'équipe de Quidditch, cela avait été une offense. Quand elle avait candidaté au poste de capitaine suppléante, cela avait été un affront. Quand elle avait déclaré qu'elle allait tenter sa chance dans le Quidditch professionnel, cela avait été la goutte qui avait fait déborder le vase. Et cet été lui avait semblé long, très long.

— Pourtant, reprit Evelyn, mon père semblait vivant autrefois. Ma mère lui a aspiré sa vitalité, son âme.

— Une chance qu'elle n'ait pas encore aspiré la tienne.

— Et ça n'arrivera pas, rétorqua Evelyn. Je ne serai pas sa fidèle comme Eva.

La sœur aînée d'Evelyn, ancienne Serpentard et stagiaire au ministère depuis juin, était la représentation même de la sorcière supérieure. Elle avait surveillé sa petite sœur qui n'avait pas eu le droit à l'erreur. C'était d'ailleurs pour cette raison que c'était la première fois, en six ans, qu'Evelyn venait s'adresser en public à Ludivine, et cela malgré leur amitié plus longue que leur scolarité.

— Ce n'est pas vrai, souffla Evelyn, il est tout le temps là celui-là. On ne croirait pas qu'il a refusé le poste de capitaine cette année.

Ludivine sut de qui elle parlait en suivant son regard sur le terrain. Adossé aux gradins, les bras croisés, James Potter observait les joueurs qui s'élevaient au-dessus de sa tête, plongé dans une analyse de leur jeu.

— Je le soupçonne de regretter son choix, confia Evelyn en fusillant le sorcier du regard.

Si Ludivine n'entendait pas parler de Quidditch à longueur de journée, elle aurait rigolé de l'irritation de la Poufsouffle. Evelyn n'avait jamais digéré la victoire de Gryffondor sur Poufsouffle l'année dernière lors de la Coupe de Quidditch, pour laquelle elle avait élaboré sa toute première stratégie.

— Il a de la chance d'avoir une belle gueule, moi je te le dis, continua Evelyn en continuant de le fusiller du regard.

Ludivine ne put qu'approuver. James Potter était beau, c'était indéniable. Avec ses cheveux coiffés de façon désordonnée et ses yeux marron noisette généralement malicieux, le sorcier charmait facilement. Et si son visage n'avait pas l'effet escompté, il pouvait compter sur sa carrure, marquée comme celle de son frère par le Quidditch. Avec ses épaules larges et son torse musclé, James Potter était fatalement attirant. Toutes les filles de ce château le pensaient, et Ludivine n'échappait définitivement pas à la règle.

— Al, attenti…

Le bruit d'un choc sortit Ludivine de sa contemplation. Elle porta son attention dans les airs et vit avec effroi le corps d'Albus chuter de son balai jusqu'au sol. Elle réagit au quart de tour, bondissant de son siège pour dévaler les gradins jusqu'à sauter du premier rang au sol, suivie de près par Evelyn.

Les joueurs de l'équipe avaient déjà formé une foule autour d'Albus, et Ludivine dut se frayer un chemin, poussant sans délicatesse quiconque se trouvait entre elle et son ami. Elle parvint enfin à s'agenouiller près du sorcier qui se mettait sur les fesses.

— Ça va, Albus ? demanda Mila Stones, poursuiveuse de l'équipe et camarade de chambre de Ludivine.

Albus hocha de la tête, se tenant le coude avec une grimace. Lorsqu'il leva la tête, il croisa le regard inquiet de Ludivine dont le visage était si proche qu'il faillit avoir un mouvement de recul.

— C'est cassé ? demanda-t-elle silencieusement.

— Miller ! s'éleva une voix avec force qu'elle reconnut comme celle de Scorpius. Que foutait ce putain de cognard sur Albus ?

— Je la joue Gryffondor pour tester, Scorp, s'exclama Maximilien Miller. A ces mots, un bruit de mécontentement éclata. Désolé Potter, dit Miller en s'adressant à James qui s'était approché. Et désolé Potter, dit-il cette fois avec amusement à son coéquipier tandis qu'Albus lui répondait en levant son majeur, faisant rire l'équipe.

Ludivine n'écoutait pas. Tout le monde s'agitait pour comprendre ce qu'il s'était passé mais elle était concentrée. Elle manipulait doucement le bras d'Albus, essayant de comprendre l'état de la blessure.

— Putain, Lud, grimaça Albus, un peu de douceur, tu me…

— La ferme, Potter.

Son ton autoritaire fit taire Albus qui ne retint pas une nouvelle grimace. Quelqu'un s'agenouilla à côté d'elle mais Ludivine avait les yeux rivés sur le bras d'Albus. Un gonflement commençait à apparaître au niveau du coude et elle n'arrivait pas à tendre son bras. Puis un sourire se forma sur ses lèvres.

— C'est cassé, affirma-t-elle cette fois.

— Si fragile Al, dit James Potter à côté d'elle d'un ton moqueur, je t'avais conseillé de boire du lait, petit.

— La ferme, James, rigola Albus en grimaçant de nouveau alors que ses yeux cherchaient ceux de Ludivine. Tu es sûre de ce que tu fais ?

Ludivine le fusilla du regard. Elle avait sorti sa baguette, et sentait la réticence d'Albus. Autour d'eux, Scorpius était en train de disputer Miller sur son coup de batte tandis que les autres joueurs se rejouaient la scène. Tout le monde semblait avoir oublié que leur capitaine s'était cassé un os.

Dans l'équipe, elle avait toujours été celle qui soignait. Une coupure, une fracture, un malaise, Ludivine s'en chargeait. Alors la réticence d'Albus l'irritait tandis que son regard croisait celui de James Potter qui l'étudiait avec sérieux. Ce qu'elle pouvait détester le Quidditch. Mais elle répondit tout de même à Albus.

— Je vais ignorer le fait que tu doutes de moi, siffla-t-elle. Je l'ai déjà fait.

— Oui mais pas sur moi, argumenta Albus.

— Laisse ta petite-amie s'occuper de toi, Potter, rigola Miller, ce n'est pas moi que t'entendrais geindre si j'avais une infirmière personnelle.

Ludivine serra sa baguette avec force alors qu'autour d'elle, les sorciers présents rigolaient. Elle bouillonnait, c'était le cas de le dire. Réparer un os n'était pas à la portée de tout le monde, c'était un acte de magie qui méritait une forte concentration et beaucoup d'énergie. Ludivine ne supportait pas qu'on minimise ses capacités. Ça, et le fait d'être désignée comme la « petite-amie » d'Albus. Ce connard de Miller oubliait qu'ils avaient été coéquipiers pendant plusieurs années, elle avait un nom !

Mais elle ne dit rien, faisant comme si elle n'avait rien entendu. Elle ne vit pas Scorpius taper le sorcier à l'arrière de la tête avec force. Elle sentait cependant le sourire narquois d'Albus, amusé justement parce qu'il savait qu'elle se contenait. Enfoiré, se dit-elle, se retenant de faire souffrir le sorcier en réparant son bras.

Alors que le Gryffondor à côté d'elle semblait n'avoir toujours pas détourné son regard d'elle, Ludivine agita agilement sa baguette au-dessus du coude de son ami, faisant jaillir des lumières jaunes. Albus grimaça alors qu'il attrapait le poignet libre de Ludivine de sa main valide et le serrait avec force. L'opération était douloureuse, elle le savait. Alors elle ne dit rien quand il écrasa son poignet de sa forte poigne.

— Ne fais pas ta mauviette, Al, se moquait son frère, se faire réparer un os, ça arrive tous les quatre matins.

Piqué dans sa fierté, Albus fusilla son frère du regard et quelques secondes plus tard, Ludivine abaissa sa baguette.

— Mieux ? demanda-t-elle avec un sourire.

— Parfait ! répondit Albus en agitant son bras. Tu es vraiment une boss, Lud ! Merci !

Albus se releva avec un sourire à faire chavirer des cœurs. Et un regard vers Mila confirma cette hypothèse à Ludivine. L'équipe se réunit autour d'Albus, en attente des prochains ordres de leur capitaine.

— Serpentard, dit Albus d'une voix forte et autoritaire, on remonte !

Et sur ces mots, toute l'équipe de Quidditch retourna dans les airs.

Lorsque Ludivine regarda autour d'elle, Evelyn avait déjà disparu. Elle regrettait de ne pas avoir pu finir leur discussion, s'inquiétant du moral de son amie.

A côté d'elle, cependant, se tenait toujours James Potter. Les mains dans les poches, il la dévisageait sans gêne d'un air nonchalant qui l'irrita. Elle n'était pas à son aise, et elle n'aurait su dire s'il s'agissait de son malaise social qui faisait surface ou bien à cause du regard impérieux du sorcier sur elle. Finalement, James lui fit un léger sourire narquois.

— Toujours présente quand il s'agit de s'occuper de mon frère, fit-il remarquer avec amusement.

Ludivine fronça les sourcils, comprenant très bien ce qu'il sous-entendait. La moitié de l'école le sous-entendait tout le temps, que ce soit par des regards appuyés dans son dos ou des remarques faites pour ne pas être entendues. Le privilège d'être amie avec Albus Potter et Scorpius Malefoy, les moqueries et chuchoteries, se dit-elle cyniquement. Ça, et la joie d'entendre toujours parler de Quidditch.

— Juste au bon endroit au bon moment, répondit-elle en haussant les épaules.

— Miller a raison, continua James. Mon frère a de la chance d'avoir son infirmière dans les parages.

Le regard de Ludivine changea. Elle arrêta d'éviter le regard du Gryffondor et planta ses yeux dans ceux du sorcier. Les siens étaient moqueurs. Il la provoquait. Il avait compris que les mots de Miller l'avaient énervée et à cet instant, il tentait de faire de même. Pourquoi, Ludivine n'en savait rien. Probablement pour s'amuser.

— Je sais tout aussi bien réparer des os qu'en abîmer, Potter.

Le message était clair, James le comprit très bien, et son sourire narquois se fit plus grand alors que Ludivine levait son menton, le défiant de répondre. Mais il ne semblait pas en avoir l'intention, la dévisageant de haut en bas avec insistance avant de tourner les talons et s'en aller.

Quel mec étrange, se dit-elle avant de quitter le terrain à son tour.

 

Note de fin de chapitre :

Et voilà pour ce nouveau chapitre ! 

Que pensez-vous de Ludivine et de sa relation avec Albus et Scorpius ? J'introduis les personnages petit à petit, que pensez-vous d'Acca, Liz et Evelyn ? On a également un aperçu de James !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.