S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Nouvelles des Podiums du joli mois d'avril


Bonsoir à toustes !

En ce début de printemps, c'est la nouvelle pousse des sélections nouveau format qui fait sa germination !

Vous pouvez donc voter pour le thème du prochain trimestre de lectures, ici, entre le personnage Hagrid, la catégorie Romance ou le genre Aventure/action, jusqu'au 30 avril !

Egalement jusqu'au 30 avril, vous pouvez lire ici les textes de la Sélection Enfances, puis voter ! Nous vous encourageons fortement à laisser un petit mot après votre lecture, cela motive et encourage toujours, et donne corps à notre volonté de favoriser les échanges autour des textes sélectionnés.

De jolies récompenses sont prévues grâce aux créations graphiques de lilychx ! Rendez-vous au début du joli mois de mai...


De L'Equipe des Podiums le 03/04/2024 00:05


143e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 143e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 12 avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 31/03/2024 15:51


L'amour d'un frère - Première partie par Dame Roulia

[84 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Salut tout le monde ! 

 

Alors peut-être que certain ont déjà vu cette histoire passée mais je voulais prendre le temps de la terminer et de la republier correctement sur le site. 

 

Les publications se feront le dimanche et mercredi, chaque semaine. Et cette partie est entièrement écrite.

 

Cette histoire est en trois parties : la première partie = cinquième année, deuxième partie = sixième année et troisième partie = septième année. 

 

Je me tate pour une quatrième partie après la septième année ou un long épilogue mais le dernier chapitre est déjà écrit et j'ai un plan bien détaillé en tête (enfin sur le papier)

 

Je compte sur vos avis et n'hésitez pas à me laisser des reviews, ça fait toujours plaisir de voir que l'on ait lu, mais encore plus de pouvoir échanger avec ses lecteurs. 

 

Dernière chose, je remercie Ouranos361 qui ma fait cette très belle image pour ma fanfiction ! 

 

Enjoy :)

Note de chapitre:

Bonne lecture à tous !

 

Les rayons de soleil pâle de ce début de mois de juillet s’infiltraient graduellement à travers les rideaux satinées et transparents au fil d’ambre. 

La chambre qui était spacieuse laissait entrevoir le luxe des lieux : deux hautes baies vitrées faisaient front à la double porte de bois entourée de pierres grise et sur le côté gauche du seuil, une imposante cheminée en marbre blanc était surplombée d’un vaste miroir cadré de moulures dorées. En face, était disposé un lit à baldaquin. Les courtines en crêpe ivoirines dissimulaient une jeune fille aux cheveux roux, tirant sur l’auburn, qui dormait paisiblement sur le ventre.

Partout sur le sol, régnait un capharnaüm qui était propre à l’adolescente endormie. Baskets, rangers, livres, grimoires, chaudrons, malles et quelques habits étaient dispersés à travers la pièce.

À côté de l’entrée, dans le coin du croisement mural, était placé un balai de course au manche en ébène, où la marque « Nimbus 2001 » y était inscrite en lettres d’argent.

De l’autre côté de l’issue suivait une penderie, une porte dissimulant la salle d’eau et un bureau en massif ciré de couleur miel.

Enfin, près du visage fin de la jeune rousse, sur la table de nuit, deux photos aux cadres boisées étaient déposées. La première, représentait un couple qui tournoyait et valsait autour d’une fontaine sous les feuilles tourbillonnantes d’automne. Dans le coin du cadre, un portrait sur papier journal montrait un jeune garçon aux cheveux hirsutes, les lunettes rondes et une cicatrice en forme d’éclair sur le front. À la suite du premier cliché, une petite fille riant à gorge déployée dans les bras de son père paraissait sur une autre photographie. Dans leur dos, l’ombre d’un château écossais se dessinait.

Deux coups discrets frappèrent contre la double porte et sans attendre de réponse, celle-ci s’ouvrit sur une domestique, petite et fluette, habillée d’une robe noire, d’un tablier blanc bordé de broderie anglaise, et une coiffe du même style sur ses cheveux blonds dressé en un chignon bas et rond.

En entrant dans la pièce, la gouvernante soupira d’exaspération en trouvant le désordre qui recouvrait la pièce.

Munie d’un plateau où une théière, une tasse et un sucrier en porcelaine étaient disposés à espace égal, elle s’avança vers la table de nuit de l’autre côté du lit et y disposa le socle. Puis elle contourna la couche et s’installa près de la jeune fille qui dormait toujours profondément.

La domestique posa une main délicate sur l’épaule de l’adolescente et la secoua légèrement.

-          Miss, murmura la femme de chambre d’une voix mélodieuse, il est temps de vous réveiller.

L’adolescente papillonna des yeux en se sentant secouée et comprit après plusieurs secondes où elle se trouvait. Ça lui faisait toujours cet effet quand elle rentrait de son école de France et qu’elle se retrouvait subitement chez elle, dans sa chambre, après avoir passé un an dans un dortoir. Il y avait systématiquement ce flottement après son réveil où elle se demandait dans quel endroit pouvait-elle bien se trouver ?

-          Miss Dorea, appela la blonde, levez-vous, votre père veut que vous descendiez déjeuner.

Saisissant les paroles de sa femme de chambre, nommée Anna, Dorea ronchonna et attrapa un coussin pour l’écraser sur sa tête.

Anna sourit face à l’attitude puérile de sa protégée. Chaque année, depuis que la jeune Dorea avait intégré l’école de magie de Beaubâtons, les jours qui accompagnaient le retour de la sorcière étaient ponctués d’agacement de la part de son père et de lassitude de cette dernière.

Anna décida d’employer la manière forte, un tantinet amusé comme à son habitude de la situation.

La gouvernante se leva et sortit sa baguette magique. D’un geste sec, les rideaux s’ouvrirent pour laissait entrer le jour dans la chambre avec diligence, ce qui fit gémir d’agacement l’adolescente.

-          Aller, debout Miss, chantonna la domestique en se dirigeant vers la table de nuit.

-          Anna, laisse-moi dormir, bougonna Dorea en enlevant le coussin de sa tête.

Faisant fi des protestations de la jeune lady, Anna dressa le plateau sur les genoux de l’adolescente qui s’agença confortablement contre ses coussins tout en maugréant sous cape.

-          Alors, qu’avez-vous prévu aujourd’hui ? demanda Anna en suspendant les rideaux à la dragonne.

Dorea haussa les épaules tandis qu’elle se versait du thé bouillonnant dans une tasse.

-          Je ne sais pas, j’irais volontiers faire un tour en forêt à cheval.

-          Et ranger votre chambre peut-être ? commenta Anna en regroupant quelques affaires éparpillées au sol.

-          Tu as une baguette, Anna, c’est pour l’utiliser, dit Dorea d’un ton désabusé.

-          Attendez de voir quand j’en parlerai à Lord Artwood, menaça Anna en pointant un doigt accusateur à sa jeune maîtresse.

Certes, c’était sa maîtresse, mais elle avait élevé et éduqué Dorea Artwood depuis sa plus tendre enfance, et la jeune femme ne supportait pas quand la jeune lady se faisait parfois suffisante.

- Non, ne dis rien, Anna ! implora Dorea en changeant soudainement le ton de sa voix. Je m’excuse, ok ?

Dorea sourit timidement, affichant une expression douce et polie. Seulement ses pupilles vert émeraude se faisant mutines, ce qui révélait la roublardise de cette dernière.

Anna secoua la tête de dépit puis allégua les affaires sur le lit tout en observant d’un regard joueur la jeune Artwood.

-          Rangez votre chambre, ordonna la gouvernante. Et sans magie.

Puis elle fit volte-face et sortit de la pièce.

 

 

-          Ah Dott’, tu es enfin là, soupira Lord Goderic Artwood établi à la vaste table dans la salle à manger.

Goderic Artwood était un homme relativement de belle allure, ordinairement vêtu d’une chemise blanche et d’un costume trois pièces, à la mode moldue, souvent oscillant entre les teintes grisées et noir. Il était élancé et élégant et il avait les cheveux bruns. Une barbe naissante de trois jours entourait ses lèvres fines et un nez bombé par une petite bosse, appuyé le reflet de ses yeux noisette.

La salle à manger était dans les couleurs pêche avec ses tentures aux reflets mordorés, ses immenses baies vitrées et ses considérables tableaux cadrés d’or exhibant paysages et illustres figures de la famille Artwood.

Lord Artwood braqua ses yeux vers sa fille et bloqua son regard sur sa tenue, la tasse en l’air.

Plus Dorea grandissait, plus ce qu’elle représentait lui plaisait de moins en moins.

L’adolescente était vêtue d’un jean noir, chaussée de rangers. En haut, elle arborait une chemise à carreaux de couleurs violettes sur un débardeur blanc.

Goderic posa lentement sa tasse de café sur sa soucoupe, réprimant sa contrariété. Sa fille était en proie à une pleine crise d’adolescence.

-          Dott’, je t’ai déjà dit que je ne souhaitais pas que tu t’habilles de cette façon. On n’est pas dans un ranch en Californie, mais dans un château anglais.

Dorea, insensible à la remarque de son père, haussa les épaules et alla s’asseoir à l’autre de bout de la table.

Le lord retint, malgré son irritation devant la désobéissance de sa fille, un sourire égayé. Il n’en espérait pas moins de la jeune fille. Elle était joueuse et adorait dire noir quand il disait blanc ou bien le contraire.

Le petit-déjeuner se passa relativement dans le calme. Goderic consultait les gros titres de la Gazette du Sorcier tandis que Dorea, droite sur sa chaise, comme on lui avait enseigné, dévorait son omelette au bacon.

Le majordome, du nom de Carson, entra dans la pièce portant sur le plat de sa main un étroit plateau d’argent où était posé une enveloppe.

Goderic leva la tête de son article, replia le journal pour le poser sur la table à côté de son assiette et prit la missive entre ses mains. Il la décacheta et lut le parchemin.

Au fil de sa lecture, ses joues devinrent blêmes, ce qui attisa l’attention de sa fille.

-          Qu’est-ce qu’il se passe ? demanda Dorea d’une voix crédule.

Elle n’osait jamais trop poser de questions sur les affaires que tenait son père, mais là, elle sentait que c’était tout autre chose. Une chose beaucoup plus importante. Une chose beaucoup plus grave.

Goderic rangea la lettre dans son enveloppe et décala sa chaise pour se lever.

-          Tu feras ta rentrée à Poudlard cette année, annonça-t-il froidement.

Puis James, l’un des valets de pied présent dans la pièce, ouvrit la porte et Goderic sortit de la salle à manger sans autre explication.

Il n’en avait pas besoin, car Dorea comprenait ce que ça voulait dire : une guerre approchait. 

Note de fin de chapitre :

N'hésitez pas à laisser une review et à la semaine prochaine :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.