S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Recueil : Egnime du passé par Chrisjedusor

[18 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

Prologue

14 avril 1921, non loin de Little Hangleton.


POV Tom Riddle Sr.

En ce printemps clément où les bourgeons fleurissaient, les chants d'oiseaux égayaient le ciel, et où les premières chaleurs faisaient leurs arrivés, deux jeunes gens profitaient du beau temps. Ils  se courtisaient en dehors de la ville, au centre d'une petite prairie où ils s'étaient installés à l'abris de tous dans le but premier de pique-niquer. Un jeune garçon au cheveux ténébreux qui était âgé de seize ans attendait le moment opportun pour tenter d'embrasser la jeune rouquine de quinze ans qui venait, sous un éclat de rire, de souffler sur une fleur afin d'en faire voler le pollen autour d'eux.

Thomas ne pouvait s'empêcher de sourire face à tant de candeur. Pourtant, au fond de lui, l'héritier de la riche famille des Riddle savait que ses sentiments éprouvés à l'égard de cette jeune femme étaient voués à l'échec. Il était destiné à  épouser un jour une jeune femme de famille bourgeoise. Elle serait du choix de ses parents et conviendrait parfaitement à son entourage.

Il refusait cette possibilité.

 

C'était pourtant en gardant ses mauvais songes au creux de son esprit qu'il saisit son courage à deux mains et prit le visage de l'adolescente entre ses doigts. La jeune fille n'eut le temps que d'hausser un sourcil roux et interrogateur car il se pencha vers sa figure. Tom la pris par surprise en posant ses lèvres contre les siennes dans un chaste baisé qui le fit frissonner de bien-être. C'était les joues enflammées que l'adolescent s'éloigna rapidement de sa bien-aimée car il ne voulait pas lui faire peur et il désirait percevoir sa réaction. Le jeune garçon ne fut pas déçu car cette dernière venait de déposer ses doigts là où il venait de l'embrasser tandis que ses joues pleines de tâches de rousseurs étaient plus vives que jamais.

-      Liliane, enfuie-toi avec moi, lâcha brusquement le jeune homme.

-      Tom, je...tu sais que ce n'est pas possible, lâcha la concernée le souffle court. On ne doit pas se bercer d'illusions et nous sommes trop jeunes. Tu ne peux pas faire ça, ta famille compte sur toi pour perpétuer ta lignée.

-      Et je veux que tu sois un jour la mère de mes enfants, se borna-t-il, je n'ai certainement pas envie de courtiser une autre personne juste parce que mes parents l'auront décidé. Il y en a marre. J'ai l'argent nécessaire pour ce départ précipité.

-      Tom...tu oublies mon état, insinua-t-elle, je ne ...

-      Je me fiche éperdument de ton état, et tu le sais ! Je suis tombé amoureux de toi !

 

Il hocha vivement son visage vers la chaise en bois sur laquelle la rouquine se déplaçait de plus en plus régulièrement depuis quelques années. En effet, c'était suite à une maladie dégénérative des cellules nerveuses qui avaient affectés ses jambes, qu'elle avait dû commencer à se déplacer de la sorte. Normalement, et selon les médecins, son mal n'aurait pas dû évoluer aussi rapidement mais cette maladie était encore méconnue et la jeune femme allait dans peu de temps se retrouver collée à jamais à cette chaise roulante dans le cadre de ses déplacements.

Thomas avait connu Liliane des années auparavant alors qu'accompagné de son père et de sa mère. Son géniteur avait remis des  médailles pour services rendus à la nation dont celle d'Elrick Evans. Celle-ci avait été remise aux grands-parents de Liliane sous les regards d'autres survivants de la Guerre 14-18. Le père Evans avait combattu puis péri aux milieu d'un champs de mines. Cela un peu après la capture de son épouse et de ses deux filles aînées. Elles aussi avaient subi le même sort. Par chance, Liliane s'était retrouvée sur Little Hangleton sous la garde de ses grands-parents paternels à l'instar de son jeune cousin. Celui-ci avait dernièrement décidé de voler de ses propres ailes en voyageant ici et là dans le monde. Ce petit village avait un tant sois peu été épargné par les aléas de ces atrocités et les parents de Liliane, à l'époque, avaient certainement jugés bon , suite à la difficulté de cette dernière à se déplacer rapidement en cas d'urgence, qu'il fut préférable de l'envoyer loin de Londres jusqu'à ce que tout cela s'apaise.

Cet endroit reculé avait été parfait.

L'enfant qu'il avait été à l'époque avait admiré son courage car les enfants et les adultes rassemblés entre eux l'avait ignoré comme une pestiférée alors qu'elle se maintenait maladroitement debout grâce à ses deux béquilles en bois. Ce fut comme cela qu'il l'eut repéré dans la foule car cela l'avait intrigué. Et l'adolescent se souvint avoir pensé qu'on ne pouvait pas laisser une petite fille avec de si beaux yeux verts, seule. Tom avait alors décidé d'aller lui parler en faignant à son père qu'il serait judicieux d'interagir avec tous ces enfants orphelins puisque les Riddle étaient la dernière famille fondatrice vivante du village tandis que ce dernier continuait de converser, accompagné de sa mère, avec les familles présentent lors de cette cérémonie.

Ses parents avaient approuvé son initiative et Thomas avait intérieurement sourit de victoire. Étant habituellement séparé des autres gamins de la bourgade, seul dans son manoir qui se situait sur la colline du village, et au-dessus du cimetière de Little Hangleton, Thomas avait eu l'habitude de côtoyer d'autres enfants bien ennuyants au sein même de la société mondaine. Oh, bien sûr à l'époque, il s'était pensé meilleur que le reste de la populace mais il avait fini par changer d'avis avec le temps. S'il avait su qu'une telle petite fille venait déjà de temps à autre au village visiter ses ascendants par le passé, le petit garçon d'autrefois aurait définitivement essayé de faire le mur bien avant sa première rencontre tant il avait été captivé et impressionné par l'autre enfant. Par extension, peut-être serait-il à son tour devenu bien plus tôt moins ventard et pompeux comme il l'avait  hélas été à cet âge.

 

Depuis cette rencontre, et avec les années écoulées, ils s'étaient vus de plus en plus régulièrement et en cachette de tous afin de jouer ensemble. Ce fut d'une chose en amenant à une autre que des sentiments réciproques et refoulés c'étaient développés pour le meilleur, ou pour le pire.

 

-      Qu...quoi ?  Tu ne peux pas, lâcha lentement Liliane qui d'un geste brusque renversa le bol de fruits entre eux. Elle était encore une fois surprise, je...

-      Dis-moi que ce n'est pas réciproque, et je te laisserais tranquille !

 

De nouveau, il se pencha alors vers elle et cette fois, Tom l'embrassa avec plus d'ardeur. Liliane ne le repoussa pas, bien au contraire, ses deux mains se posèrent sur son torse, et il l'a pris contre lui afin de la poser sur la couverture sur laquelle ils étaient assis après en avoir éloigné les mets qui étaient disposés autour d'eux.

 

-      Je peux ? demanda-t-il, en pointant les boutons de son dessus avec désir.

-      Tu peux, souffla-t-elle alors qu'il déboutonnait délicatement son haut.

 

Le jeune homme se mit délicatement au-dessus de son corps. Et alors qu'il détachait doucement sa ceinture tout en l'embrassant sur le cou, désireux de lui donner sa virginité, c'était au loin, tapis dans les buissons, qu'une jeune femme aux cheveux raides et ternes observait la scène de ses deux yeux atteints de strabisme avec envie et jalousie.

 

Mérope Gaunt qui désirait ce jeune garçon qu'elle percevait de temps à autre par la fenêtre de sa petite maison se promit d'agir pour effacer cette « menace » qu'était à ses yeux cette jeune fille aux cheveux roux flamboyants.


Pourtant, en ce printemps ensoleillé, deux jeunes personnes insouciantes de leur Destin étaient heureuses à l'image de cette astre si lumineux qu'était le soleil.


~*~

 

12 Juillet 1922, non loin de Little Hangleton.

L'été était là, flamboyant, et il avait déjà brûlé les herbes des prairies avoisinantes. La canicule obligeait les gens à rester chez eux, à s'enfermer au frais, et Thomas c'était alors décidé à faire marcher un peu sa petite amie afin que Liliane ne se sente pas épiée par les regards curieux des potentiels passants. Des deux mains il tenait les siennes, et c'était avec une lenteur démesurée qu'elle mettait un pied devant l'autre. L'adolescent avançait en marche arrière en la maintenant debout, l'encourageait, mais c'était de plus en plus pénible pour elle et la douleur qui s'inscrivait sur ses doux traits, ne laissait aucun doute quant à la difficulté de cette tâche.

 

Il la rattrapa vivement alors qu'elle trébuchait, incapable de rester sur ses deux jambes plus de deux minutes. Et il eut mal au cœur alors qu'il l'entraînait doucement à sa suite sur le sol, se fichant éperdument de salir ses vêtements coûteux. Il caressa ses cheveux roux tandis que ses iris vertes se remplissaient de larmes. Les deux adolescents savaient ce qui en découlait car bientôt, il n'y aurait assurément plus de béquilles qu'elle pouvait encore utiliser de temps à autre mais bien cette chaise roulante sur laquelle elle serait à jamais assise, synonyme de son malheur.

-      C'est terminé pour moi, Tom. Tu vois pourquoi on ne peut pas s'enfuir quand on sera majeur ?

-      Je te payerais les meilleurs médecins, tes grands-parents n'auront rien à sortir car je veux vivre avec toi, Lily Jolie, je te le promets, tu deviendras un jour ma femme. Et tu réaliseras tes  plus grands rêves qui plus est.

 

Après ses mots, le jeune garçon l'embrassa tendrement sur les lèvres, puis se leva rapidement afin d'aller récupérer son destrier attaché à un arbre. Il caressa l'encolure de son étalon, puis vérifia que les béquilles de sa bien-aimée était toujours bien attachées sur le côté de son cheval. C'était un système qu'il avait conçu expressément afin de les emporter ou qu'ils aillent dans le village.

En se dirigeant de nouveau à grande enjambés vers Liliane, il jeta un œil à la maison qui se trouvait un peu plus loin, à moitié cachée dans l'enchevêtrement de la végétation. Les arbres empêchaient la vue sur la vallée. Les murs étaient couverts de mousse et des tuiles étaient tombées du toit, laissant par endroit apparaître la charpente. Thomas savait que tout ce qui était au-delà de la vallée n'appartenait pas à ses parents. C'était pour cela qu'ils venaient souvent par ici car les deux adolescents y étaient plus tranquilles.

 

Cependant, il avait déjà entendu son père maugréer à plusieurs reprises vis-à-vis de ce taudis. Il appartenait à un vieux miséreux du nom de Gaunt. Ce veillard habitait là avec ses enfants. D'après les histoires du village, le fils était complètement fou, et c'était pour cela que Tom et Liliane étaient souvent à proximité. Personne ne pourrait les surprendre à cause de ces rumeurs ridicules et glauques qui entouraient cette famille.

-      Je suis décidément triste pour les gens qui habitent cette maison, souffla Liliane en suivant son regard, je ne sais pas si tu as remarqué mais j'ai cru percevoir cette pauvre fille qui nous regardait par la fenêtre à l'instant. Peut-être devrions-nous faire plus ample connaissance, l'inviter à se joindre à nous ? Je suis certaine d'avoir déjà entendu le père lui parler...comme une moins que rien.

-      J'éviterai tout contact avec ces gens, Lily Jolie, si les rumeurs terrifiantes s'avèrent vraies, et on les entends depuis des années, alors nous prenons déjà des risques inconsidérés en étant pas si loin de cette ...maison. De plus, je me suis déjà un peu trop approché pour ma part- je jure avoir vu un serpent accroché sur la porte d'entrée. Ils ne doivent pas être très sain d'esprit. Et on le sait ! D'ailleurs, maintenant que tu me contes cela, je pense qu'il est préférable que nous trouvions une autre cach...

 

Pendant que Thomas lui parlait, il l'avait doucement prise à bras afin de l'installer sur son cheval qui hennissait doucement mais des bruits de martèlements et de sabots se firent entendre et se fut terrifié, pris sur le fait, qu'il aperçut la silhouette de son père se dessiner dangereusement au loin, accompagné de deux autres hommes.

 

Tapis derrière sa fenêtre, Mérope Gaunt affichait un petit sourire vainqueur. Elle  profitait du fait  que son frère Morfin et son père Marvolo soient ivres et endormis sur leur fauteuil moisis pour observer celui avec qui elle pensait se marier un jour.

 

Ces riches moldus avaient reçus cette missive non identifiée grâce à un hibou voyageur dont elle avait réussi à dompter et cela emplissait son cœur de joie.

 

L'été caniculaire était comme les deux cœurs de ces adolescents amoureux.
Ils s'étaient embrassés sous la peur des représailles car ils étaient pris sur le fait d'un Amour interdit.


 Mérope qui voulait sortir de cette vie désespérante dont elle était esclave, décida qu'elle évincerait Liliane Evans, sa rivale, de son beau moldu.


~*~

 

23 novembre 1923, non loin de Little Hangleton.


L'automne avait rapidement pointé le bout de son nez avec son temps plus frais, toutes ces feuilles qui tombaient des arbres, et ces paysages moins colorés et vivants quand période estivale. Un peu plus d'un an auparavant, Thomas s'était fait insulter de tous les noms d'oiseaux sous le regard de sa bien-aimée alors qu'il se disait amoureux. Au manoir, il s'était fait battre et avait reçu des coups au visage en guise de corrections. Il s'était retrouvé avec des coquards et cela avait meurtri le cœur de Liliane.


Des menaces avaient été proférés à l'égard de la famille Evans car s'il ne laissait pas tomber ces sornettes, alors les parents Riddle prévoirait l'éjection des grands-parents et de leur petite fille, loin de Little Hangleton. Le jeune garçon avait donc eu intérêt de courtiser d'autres personnes de son rangs dans le futur, et plus précisément à ce jour, Cecilia Dingels. Celle qu'il devrait épouser, selon les désirs de ses parents.


Pour sa sécurité de celle qu'il aimait, il eut essayé de la quitter. Ce fut étrangement un jour d'orage si semblable à ses émotions en ébullitions. Désespérément, ils s'étaient embrassés, leurs larmes s'entremêlant douloureusement à leurs lèvres dans un acte malheureux. Liliane, et malgré lui, comprenait que de toute façon cette relation avait toujours été vouée à s'éteindre, telle une flamme dont la bougie s'était finalement totalement consumée.


Ils s'étaient dit « Adieu » en vain car Thomas n'avait pas tenu plus d'une journée.  Liliane était devenue sa maîtresse. S'ils s'enfuyaient, les grands-parents de cette dernière en pâtiraient et il était hors de question que monsieur et madame Evans n'aient de gros soucis.


Il avait fallu faire des concessions puisque Thomas désirait plus que tout Liliane.


-      Ça ne peut plus durer, Thomas ! lâcha un jour la rouquine. Tu ne peux pas continuer à jouer sur ces deux tableaux, ça fait trop longtemps que l'on se cache, et maintenant je suis devenue quoi ? Ta « putain » que tu viens voir dés que tu arrives à te faufiler et pour qui tu te réfugies parce que l'autre ne te donne pas satisfaction ? pleura-t-elle en frappant doucement son torse, tu es fiancé à ta bourgeoise de service je te le rapelle.


Il n'aimait pas la voir pleurer car cela lui brisait le cœur. Tom était devenu le secret de Liliane auprès de ses grands-parents qui la croyait séparé de lui comme elle l'était aussi auprès de sa propre famille. Ses parents avaient tenus à taire sous silence sa trahison afin de ne pas l'ébruiter à la populace. Ils se complaisaient dans cette situation. Pourtant, aujourd'hui, il l'avait attendu auprès de l'école pour filles du village dans laquelle Liliane était scolarisée, tapis dans l'ombre. Lui ne connaissait pas cela, ses études, il les faisait au Manoir, entourés de précepteurs. Il l'avait alors rejointe discrètement car cela ne pouvait attendre. Dans un peu plus d'un an, il serait marié, cela avait été confirmé. Ses proches s'étaient mis à préparer le mariage. Tom ne voulait certainement pas qu'elle apprenne ces futurs préparatifs par le biais du gamin du village qui distribuait aux passants l'édition du journal du matin.


-      Lily Jolie, tu n'es pas...
-      Ah non ? coupa Liliane, je ne suis pas une putain, et faire l'Amour avec un homme qui est avec une autre officiellement, ce n'est pas...
-      Ecoutes-moi. Tu es la première avec qui j'ai voulu le faire, et tu seras toujours la seule avec qui je voudrais le faire. Je ne lui fais l'Amour que par nécessité. Je ne la vois que comme une amie.
-      Evidemment, remarqua amèrement la jeune femme. Cette Cécilia est celle avec qui tu te marieras un jour, elle est celle qui te donnera des enfants.


Liliane avait tous les droits d'être dans cet état de détresse. Elle avait fini par espérer une telle situation, celle où elle pourrait être heureuse. Pour ne pas tomber enceinte, elle comptait chaque jour jusqu'à sa période d'indisposition car comme elle le disait avec ironie, il ne manquerait plus qu'elle porte le bébé de l'héritier de la grande dynastie des Riddle, pour que sa famille obtienne des ennuis dignes de ce nom. Mais lui, voulait qu'elle porte son futur enfant. Ils étaient dans une impasse et le fait de ne plus l'avoir dans sa vie lui semblait invraisemblable.


-      C'est toi que j'aime plus que tout. Et si je pouvais partir avec toi, sans prendre le risque que mon père envoie des émissaires pour retrouver ta famille et la faire payer, car même si je les aidais avec de l'argent dans le cas où ils se feraient éjecter de Little Hangleton, cela serait à un moment donné vain. Il les retrouverait et tu sais que je le ferais bon sang, tu le sais, insista-t-il. Et nous savons tout les deux que nous avons déjà essayé de nous séparer, ça ne marche pas... pourtant...
-      Alors...qu'est-ce que tu veux, Tom ? Dis-moi ! Tu es étroitement surveillé depuis des lustres. Nous sommes obligés de nous cachés tout le temps, à chaque secondes. Que veux-tu, Thomas Riddle ?


Comme à leur habitude, ils étaient à l'abris au sein d'une de leur cachette, celle auprès de la maison insalubre des Gaunt. Cet endroit, au vu de leur situation, était la plus adéquate car les gens en avaient affreusement peur. Cependant, ils faisaient toujours en sorte d'être cachés des fenêtres afin d'être à l'abris des regards indiscrets. Parfois, ils entendaient des cris, des sifflements étranges, et ils étaient obligés de se planquer, tortillés en quatre quand un des trois individus sortaient en dehors de la maison. Pourtant, à cet instant précis, Tom qui tenait Liliane sur ses genoux se fichait de tout cela car en croisant les yeux émeraude de celle qui aurait pu devenir sa femme, il sut. Il sut qu'elle ne resterait pas à ces cotés et malheureusement, il le comprenait.


-      Tu ne peux pas continuer à tromper cette pauvre fille qui, et si cela se trouve, va apprendre à t'aimer, déclara alors doucement Liliane en posant sa main sur ses joues parfaitement rasées. Et bien que cela va nous faire mal, il va falloir le faire. Une bonne fois pour toute. Se quitter Tom. Nous n'avons jamais été destiné à être ensemble.


Les larmes coulaient de ses pupilles noires alors qu'il la plaquait contre son torse, puis l'embrassait avec tendresse sur ses lèvres qu'il ne pourrait jamais oublier. Elle passa une main dans ses boucles brunes, et pour le temps d'une dernière fois, à l'instar de leur première fois, il la désira intensément. Tom lui fit l'Amour comme jamais, soigneusement cachés entre les arbres.


Tel un véritable Adieu.


-      Je t'aime, lui avait-il lancé en se détachant de son corps, à jamais.


Le temps nuageux était comme les larmes inondant les visages de ces deux adolescents, et comme si le ciel avec ressenti leur détresse, la pluie ne tarda pas à tomber avec  force  au-dessus de leur tête.


Au loin encore une fois, Mérope Gaunt, héritière de Salazar Serpentard, veillait et n'en resterait pas là car... elle avait un plan.


Elle envoûterait Tom Riddle Sénior, comme elle ensorcellerait Liliane Evans.
Ils en oublieraient leur idylle amoureuse.


 Thomas Riddle lui appartenait.


~*~


Épilogue

POV Liliane Evans


Février 1924, non loin de Little Hangleton.


L'hiver était glaçant, neigeux à souhait, piquant comme des lames de rasoirs, et pourtant, elle avait tenue à revenir une dernière fois sur les lieux malgré les risques qu'engendrait le fait de se déplacer sur une chaise roulante faites de bois. Cela faisait quelques mois que Liliane n'avait plus revu son amant. Qu'ils s'étaient dit Adieu dans un effort surhumain et évitaient de se croiser sur Little Hangleton jusqu'à ce qu'elle finisse ses études secondaires. Elle se souvenait de cette grosse bourse que Thomas l'avait prié de prendre. Celle qui lui permettrait de faire des études supérieures à Londres et de réaliser l'un de ses rêves. Celui de devenir institutrice et d''aider des enfants. Et bien que brisé, il lui avait souhaité d'être heureuse car quoi qu'elle en dise, il espérait qu'un jour,et bien qu'elle ne fût guère pour au vu de son handicap,  d'avoir des enfants qui l'aimeraient pour celle qu'elle était, comme lui l'aimait éperdument du fond du coeur.


Faisant grincer ses roues sur le sol enneigé, elle scanna une dernière fois l'endroit en enserrant la couverture qui était posée sur ses genoux contre sa poitrine. Ce lieu était si cher à ses yeux. Ce soir, ses grands-parents et elle-même déménageaient sur Londres car ses ascendants avaient décidé de vendre leur modeste demeure afin d'accompagner Liliane dans ses prochaines études qu'elle commencerait en septembre prochain. Cette dernière avait inventé un mensonge bien ficelé sur la provenance de l'argent qui lui permettait de les réaliser. Lui faisant confiance, ni son grand-père William, ni sa grand-mère Margareth, bien que suspicieuse, ne lui avaient posé plus de questions sur le sujet.


-      Voulez-vous ...vous une tass...tasse de lai... laid chaud ?


Elle détourna son regard avec surprise vers la maison des Gaunt, et pour la première fois de sa vie, Liliane aperçut la jeune femme qu'elle avait un jour cru entrevoir derrière les fenêtres sales de cette maison abandonnée qui se dressait au milieu de cette vallée. La voix était hésitante, chevrotante voire incertaine. La jeune femme semblait avoir subi mille et une maltraitance. Et bien qu'elle eût des doutes, il était certain de dire que cette jeune fille eut vraiment été maltraitée. Si Liliane avait su, elle n'aurait jamais écouté Thomas et aurait été toquer à cette fichue porte des mois voire des années auparavant cette première rencontre.


-      Je...je vous ai vu seu...seule ici, se justifia la fille qui était certainement atteinte de strabisme, vous semb...semblez perdue.
-      Oui, je voulais revenir une dernière fois sur ce lieu, je pars de Little Hangleton tout à l'heure, soupira Liliane, je suppose que vous nous avez déjà aperçus, Tom et moi-même, traverser les environs. Une histoire compliquée vous savez, sourit-elle avec tristesse.
-      Il vous a...a  quitt..quitté pour une autre, comprit-elle, je les ent..entends  de temps à autre pass..passer à cheval avec sa ...sa fiancée. Il doi...doivent...se mar..marier cet...été. Ils rient souv...souvent ensemble, on les entend fort ...fort de ma maison... Vous vous appele...appelez ?


Liliane hocha douloureusement le visage, le temps avait beau passé, elle était certaine de ne jamais l'oublier. Est-ce qu'il l'oubliait ? Liliane se doutait qu'il finirait par avoir des affinités avec cette femme mais est-ce qu'il pensait toujours à elle ? Retombait dans ces manies d'antan ?  Cécilia était sa future femme et il était normal que Tom essaye de la courtiser afin de créer des liens. C'était d'une logique limpide. Ils devaient passer leur vie ensemble. Elle serait Madame Riddle. Pas elle. Elle ne reconnaîtrait jamais plus l'Amour... qui voudrait d'une femme en chaise roulante ? Seul Thomas avait un jour été assez fou pour l'approcher sans la prendre pour une chose ragoutante qu'il ne fallait pas toucher pour ne pas être contaminé par une maladie peu connue.


-      Liliane Evans, fit doucement la concernée en acceptant l'une des deux tasses que la fille aux vêtements miséreux lui tendait, et vous ? C'est très gentil à vous de sortir par ce froid afin de me donner cette tasse de lait.  Vous vivez seule ?
-      Mérope...Mérope Gaunt. Je...je suis enchantée de...de vous ...vous connaître. C'est normal, il fait...fait... très froid ici, à cette période de l'année. Ou...oui, mon frè...frère et mon père...ont...ont été arrêtés. Je suis...libre d'eux.

-      Oh, s'entendu dire Liliane mal à l'aise car au vu des bégaiements de la fille et de son état, elle se doutait que les traitements reçus n'avaient pas été des meilleurs et qu'ils avaient certainement été arrêtés par la police. Certaines rumeurs étaient donc vraies. Si j'avais su, je...
-      Ce n'est... pas...grave. Vous ne...pouviez...savoir. Tout..le..monde..à toujours...eut peur de..venir par...ici. Je n'osais...pas...sortir. Tout...tout va allez mieux maintenant. Réch...réchauffer-vous un...un peu.
-      Je l'espère pour vous, Mérope, lâcha-t-elle avec compréhension en portant sa tasse à ses lèvres, je l'espère de tout cœur. À votre santé et à votre liberté, termina Liliane avec gentillesse en levant la tasse de lait vers la jeune Gaunt.


Mérope sourit pour la première fois de sa vie avec victoire. Elle s'était arrangée pour lui faire boire une potion d'amnésie qu'elle eut réussi à concocter malgré sa magie défaillante, ce qui ferait spécifiquement oublier à la rouquine, Thomas Riddle, et modifierait ainsi une partie de ses réminiscences. À jamais.


Etant moldue, et contrairement aux sorciers, ce genre de magie était irréversible sur les nons- magiques et Liliane Evans ne s'en souviendrait qu'à sa mort.


Mérope Gaunt avait évincé cette moldue, et, amoureuse comme elle était du beau ténébreux,  Thomas Riddle, elle écarterait également sans pitié cette Cecilia maintenant qu'elle n'avait ni Morfin ni son père pour la martyriser, car ils étaient enfermés à Askaban, la prison des sorciers.


Une potion d'amnésie, mélangée à un filtre d'Amour, rendrait Tom éperdument amoureuse de Mérope. Et pourtant, celle-ci l'aimant sincèrement arrêterait le filtre une fois enceinte de son enfant, ce qui rendrait le jeune homme complètement furieux.


On devait faire attention aux répercussions qu'engendraient le mélange de telles potions sur un être humain car ce mélange lui avait littéralement fait perdre la raison avec le temps et les années.

 

Ce n'est qu'au moment où son propre fils s'arrangerait pour l'assassiner, et donc à sa mort, qu'il trouverait la paix.
 
Le froid en hiver était hypnotisant, engourdissait nos membres, un peu à l'image de la sorcellerie.


~*~


L'ironie du sort toute cette histoire cher lecteurs ?  Il était fort probable que l'inconscient de Liliane ait voulu se rapprocher de Tom Riddle junior, qu'elle finirait par élever comme son propre fils.


Fin.

 

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.