S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


La Vie Très Compliquée d'Arthur Claws par alrescha

[3 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Durant le reste des vacances scolaires, Arthur étudia ses manuels avec beaucoup d’assiduité.

La veille de la rentrée, il était si impatient et nerveux qu’il ne dormit que quelques heures et se réveilla bien avant son réveil. Il se leva d’un bond et regarda le contenu de sa malle, il espérait n’avoir rien oublié.

Chose faite, il descendit à la salle à manger. Sa mère était en train de préparer le petit-déjeuner. Arthur n’avait pas vraiment faim. C’était juste par réflexe qu’il était descendu et s’était installé à sa place habituelle. Son estomac se nouait de plus en plus à mesure que l’heure de prendre le train se rapprochait.

Il fut soudain pris d’un élan de panique au moment de partir. Qu’avait-il fait ? Il s’était laissé convaincre par une histoire abracadabrante racontée par sa mère au sujet d’un loup-garou. Comment avait-on pu laisser un loup-garou entrer dans une école ? C’était invraisemblable…

-Arthur, c’est l’heure d’y aller, dit sa mère.
-Ca va aller, mon grand, le rassura son père.

Et les Claws prirent la poudre de cheminette pour se rendre directement sur le quai 9 ¾. Le sifflet de la locomotive souffla au moment pile de leur arrivée. Parents et élèves se pressaient, se regroupaient devant les portes des wagons.

Leur père les aida à trouver et à s’installer dans un compartiment.

-Bon voyage, les enfants. Ecrivez-nous.

Tétanisé, Arthur regarda la porte se refermer et le quai s’éloigner puis les paysages défiler. Il trouva une certaine paix à les regarder ainsi, appuyé sur l’accoudoir de sa banquette.

La porte s’ouvrit soudain de nouveau derrière lui et deux jeunes gens se tinrent dans l’encadrement de la porte. Ils étaient tous les deux châtains aux yeux bleus, mais la fille avait les cheveux épais et bouclés et le garçon les cheveux fins et raides.

-Al’ ! s’exclama la fille. Je savais que je te reverrais !
-Je suis trop contente de te voir ! répondit Alrescha.

Les deux filles s’enlacèrent.

-Irma, je te présente mon frère Arthur.
-Salut, lança joyeusement Irma.

Arthur la salua en pensée. Il était trop anxieux pour faire davantage.

-Lui, c’est Phil. Je l’ai trouvé dans le couloir.
-Bonjour, dit timidement celui-ci.

Ils s’installèrent et Arthur ressentit aussitôt le besoin urgent de quitter l’endroit. Il se leva et traversa le compartiment en deux enjambées et courut dans le couloir, sous le regard surpris des autres élèves.

Le bruit des conversations emplissait sa tête, lui brouillait l’esprit. La présence des autres l’oppressait. Il avait l’impression que son cœur allait exploser s’il continuait à battre aussi fort. Il s’arrêta à bout de souffle, après avoir passé une dernière porte. Il regarda brièvement autour de lui, il n’y avait personne.

Soulagé de ne pas avoir été suivi ou de ne pas être tombé sur d’autres élèves, il se laissa glisser au sol. Comment allait-il faire pour supporter tant d’agitation ? Il avait la sensation d’être pris au piège. Il ne pouvait pas fuir.

Son pouls retrouva un rythme normal. Il entendit quelques bruits d’animaux non loin de lui. Il remarqua alors les cages de transport de chouettes, hiboux et de chats qui encombraient une partie du couloir. Certaines étaient vides mais la plupart étaient occupés.

Arthur avait toujours eu des facilités avec les animaux. Il s’entendait bien avec eux, qu’il s’agisse de volatiles ou d’animaux à quatre pattes. Il avait plus de mal avec les rampants.

Il avait un peu de peine pour les animaux emprisonnés. Pour autant, il ne pouvait pas les libérer dans un espace aussi restreint.

-Ce n’est qu’une prison temporaire, dit-il à voix basse. Moi aussi, je suis enfermé… Ça ira mieux quand on sera arrivé. Vous pourrez voler partout.

Il flatta les têtes des animaux les plus proches de lui et qui semblaient en proie au stress.

Il se passa deux bonnes heures à en juger à sa montre avant qu’Alrescha n’apparaisse.

-Ça va ? lui demanda-t-elle.
-Oui.
-Tu ne t’ennuies pas trop ?
-Ça va.
-Tu m’as fait peur tout à l’heure…
-J’avais peur, marmonna-t-il. Là, ça va.
-D’accord. On arrive vers dix-huit heures. Tu pourras revenir dans le compartiment pour te changer. On te laissera seul.

Il la remercia d’un signe de tête.

-Oh ! J’allais oublier. Je t’ai apporté un de tes livres, dit-elle en lui tendant son exemplaire des enquêtes de McGregor.
-Merci.
-A toute à l’heure.

Et elle s’en alla.

Quelques secondes après qu’elle soit partie, des bruits de pas précipitèrent se rapprochèrent. Quelqu’un courait vers là où Arthur se tenait. II se releva et se cacha.

Il vit alors le garçon de l’animalerie entrer dans le compartiment. Il avait la tête de quelqu’un qui voulait disparaitre. Arthur se dit qu’il avait probablement fait la même tête quelques heures auparavant. Il hésitait à sortir de sa cachette à présent. L’autre avait déjà revêtu son uniforme et il tremblait comme une feuille.

Arthur se demanda ce qu’il pouvait faire. S’il sortait maintenant, l’autre allait s’enfuir en courant. S’il ne sortait que plus tard, l’autre aurait la trouille de sa vie. Arthur n’était pas très sociable mais il avait bien vu que l’autre garçon avait de réelles difficultés avec les gens. Lentement, il sortit de sa cachette. Il fit du bruit. Quelques oiseaux eurent des cris de protestation. L’autre se recula mais Arthur fit comme s’il ne l’avait pas vu. Il s’installa à l’endroit qu’il avait occupé avant d’être dérangé et se remit à sa lecture.

Ils restèrent un long moment silencieux.

-Tu… tu étais à la boutique, lança timidement le blond. Avec tous les hiboux…
-Oui, répondit Arthur en remettant son marque-pages.
-Ils ne font jamais ça d’habitude… Même quand je les nourris.

Sa mine aux yeux vairons se renfrogna davantage. Arthur se sentit mal pour lui et ne sut pas trop quoi dire.

-Comment… comment tu t’appelles ?
-Edward Lyssle.
-Je m’appelle Arthur Claws.
-… Tu vas aller à Serdaigle.
-… je ne sais pas, dit Arthur qui réalisa soudain qu’il n’avait jamais parlé des maisons et de la répartition avec ses parents.
-C’est quasiment sûr avec ton nom. Ils sont tous allés à Poufsouffle dans ma famille… mais je ne vais pas y aller. Je ne fais jamais rien comme les autres…

Avant qu’Arthur lui fasse remarquer qu’il aidait son père à l’animalerie qui rappelons-le s’appelait Lyssle & sons, Edward reprit la parole :

-Je vais finir à Serpentard… Mon père sera tellement déçu…
-Peut-être… peut-être que le choixpeau hésitera et que tu pourras choisir. Si tu penses très fort à aller à Poufsouffle, il peut en tenir compte.
-Je ne crois pas, pleurnicha Edward. Tu as vu Malefoy ? Il est tellement méchant. Toute sa famille est allée à Serpentard.
-C’est un idiot.
-Ca m’énerve de ne pas pouvoir répliquer… Il mériterait que je… que…

Edward mima des coups de poings et des coups de pieds. Arthur comprit l’idée et fut d’accord avec lui. De ce qu’il avait vu de Malefoy, il semblait bien avoir besoin que quelqu’un lui remette les idées en place.

L’heure tourna vite en compagnie d’Edward. Arthur alla rejoindre le compartiment pour se changer. Lorsqu’il eut fini de s’habiller, le train arrivait à la gare de Pré-au-Lard. Il sortit.

Sur le quai, un géant appelait les élèves de première année à le suivre. Ils marchèrent un moment avant d’atteindre un lac où des barques flottaient près de la berge.

-Montez deux par deux et faites attention à ne pas tomber !

Peu rassuré, Arthur monta à bord de l’une d’elles. Alrescha monta avec lui. Il faisait nuit autour d’eux, des ténèbres bleues les engloutissaient et puis soudain, un château se dressa devant eux, tout illuminé. C’était magnifique.

Arthur se rassura. Il savait pourquoi il était ici.

Les élèves quittèrent leurs barques de l’autre côté du lac et montèrent un escalier de pied en haut duquel une sorcière à la robe verte émeraude et au chignon serré qui lui donnait un air sévère les attendait.

Elle fit un petit discours de bienvenue. Arthur eut du mal à se concentrer sur ce qu’elle disait tant il sentait la tension grimper en lui. La répartition, les autres élèves, les professeurs… son estomac émit soudain un grognement de protestation à un niveau sonore qui lui parut élevé.

-Tu n’as rien mangé depuis ce matin ? l’interrogea Alrescha qui sembla être la seule personne à l’avoir remarqué.
-Si, des biscuits…
-On ne devrait pas avoir longtemps à attendre. On est dans les premiers de l’alphabet et on n’est pas très nombreux.

McGonagall revint enfin et elle les fit entrer dans la grande salle.

-Claws, Alrescha ! prononça-t-elle enfin.

Arthur regarda sa sœur jumelle s’avancer vers le tabouret.

-SERDAIGLE ! s’exclama le choixpeau.

Alrescha rejoignit la table en sautillant de joie.

-Claws, Arthur !

Le jeune homme crut que ses jambes allaient refuser de répondre mais il s’avança.

-Je vois… Hmmm… C’est très intéressant. Il y a de l’ambition, un grand désir d’apprendre et de prouver ce que tu vaux. Une grande curiosité aussi. Tu aimes apprendre… Tu es prêt à tout pour acquérir un grand savoir… Tu me donnes des cheveux à m’arracher… Mais je crois que… oui… ça me parait bien… SERDAIGLE !

Soulagé, Arthur chancela jusqu’à la table où sa sœur l’attendait.

-Je t’avais dit que tu n’avais pas à avoir peur.
-… Oui… oui, tu l’avais dit…

Mais il avait quand même eu peur. Le choixpeau avait hésité. Ses paroles hantaient l’esprit d’Arthur. Il ne pensait pas être ni rusé ni ambitieux. Ces paroles il ne les comprenait pas. Il regarda les autres élèves se faire répartir. Edward Lyssle et Drago Malefoy avaient été envoyés à Serpentard. Et si le choixpeau avait fait le même choix pour lui ? Il ne devait pas y penser…

-Claws, fit le préfet. Ça sonne un peu comme Ravenclaw. Vous êtes de la famille de Rowena ?
-Nos parents disent qu’on serait des descendants éloignés. Techniquement, notre maison était l’ancienne maison de Rowena.
-C’est vrai ? lancèrent plusieurs voix.

Arthur se détourna rapidement de la conversation qu’avait sa sœur avec leurs camarades. Il accueillit la fin de la répartition avec une joie qu’il peina à dissimuler.

Son estomac rempli et le repas terminé, il suivit les préfets jusque devant le heurtoir de la porte de la salle commune. Pour entrer, il fallait donner la bonne réponse à l’énigme posée. Cela tombait bien : Arthur adorait les énigmes.

Lorsqu’ils entrèrent, il découvrit une salle magnifique. Des bibliothèques partout sous un dôme étoilé. Il était chez lui.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.