S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

113ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 113e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 31 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 20/07/2021 18:47


Sélections du mois


Les votes de thèmes pour la sélection du Jury des Aspics de septembre 2021 sont ouverts ! Vous pouvez venir voter ici pour Famille Weasley-Delacour ou bien Famille !


De L'équipe des Podiums le 15/07/2021 21:26


24ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 24e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 10 juillet à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 07/07/2021 11:27


Sélections du mois


Félicitations à Lyssa7, Whitewolf et Seonne qui remportent la Sélection sur la plus peste des Serpentard alias Pansy Parkinson !

Pour août 2021, la maison verte et argent sera encore à l'honneur avec la mystérieuse Narcissa Malefoy. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juillet, prenez votre dose de bonne humeur grâce à nos histoires d'amitié. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre été soit ensoleillé et rempli de lectures !


De L'équipe des Podiums le 05/07/2021 23:26


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Les Secrets d'une bonne mayonnaise par Euphellys

[3 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les Secrets d'une bonne mayonnaise est ma troisième fanfiction Harry Potter et, à ce stade, la plus ancienne que je poste sur ce site. Elle y avait déjà été publiée sous mon ancien pseudo, aussi il se peut que certains l'aient déjà lue, mais dans mes souvenirs ça ne concernait pas grand monde x)


Pour ceux qui trouveraient que le résumé n'est pas suffisamment explicite, sachez qu'elle se déroule dans les années 2007-2008 à Poudlard et tourne autour de personnages originaux qui évoluent les uns avec les autres. Si la magie y est intégrée (évidemment), son intrigue se concentre presque exclusivement sur le développement de Maya, le personnage principal, alors ne vous lancez pas dans la lecture avec l'idée de découvrir une trame qui vous fera bondir de révélation en révélation à base de secrets culinaires pouvant sauver le monde des sorciers car les thèmes abordés sont finalement très Moldus.


En espérant que ça vous plaira, je vous souhaite une bonne lecture !

« Gardez à l'esprit que la mayonnaise est une sauce. Elle ne sert qu'à mettre en valeur vos aliments, que vous devez impérativement bien choisir. »

 

31 août 2007

Comme à chaque fois que j'empruntais le Magicobus, j'avais envie de gerber. Ce n'était pourtant pas faute d'être habituée au fâcheux mépris pour le code de la route dont il semblait falloir être doté pour être engagé comme conducteur par la compagnie. L'ensemble du personnel me connaissait si bien que je ne comptais plus les trajets gratuits qu'ils m'avaient laissée effectuer à bord.

Il y eut un grand  « clang » , puis le bus qui slalomait jusqu'alors dans les rues de Bristol réapparut au cœur de Londres. Comprenant que mon arrêt serait le prochain, je ramassai mon sac qui avait chuté sous la force de l'impact et me levai en prenant soin de m'accrocher pour ne pas tomber à mon tour.

— Hyde Park ! tonitrua Tommy, le contrôleur, avec entrain.

En retenant un soupir de soulagement, je rejoignis la porte.

— À tout à l'heure, ma p'tite Maya ! s'exclama à nouveau Tommy alors que je m'apprêtais à sauter du marchepied.

Un sourire timide pour toute réponse, je descendis pour de bon, pas pressée de le retrouver pour le voyage retour. Je savais pourtant que je n'avais pas le choix. Depuis que mes parents n'étaient plus capables de transplaner, le Magicobus était l'unique moyen que j'avais pour me déplacer hors du monde des sorciers.

Je ne traînai pas et me mis en marche pour quitter la rue tranquille où m'avait déposée le bus et gagner Hyde Park, où j'avais rendez-vous avec mes deux meilleures (et seules) amies, Victoria Goldstein et Meredith Marson. En arrivant devant les grilles du parc, je constatai sans surprise que j'étais la première et m'appuyai contre les barrières en scrutant la foule de Londoniens qui m'entourait.

Je m'usai les yeux sur leurs looks plus ou moins conventionnels depuis cinq bonnes minutes lorsque j'entendis un grand cri et qu'une masse de cheveux bruns se jeta sur moi en hurlant :

— JOYEUX ANNIVERSAIRE !

Je fis la grimace alors que Victoria me serrait contre elle à m'en étouffer. Je détestais ces contacts physiques forcés que l'on persistait à qualifier de câlins, autant parce que je ne voyais pas l'intérêt de prostituer ainsi notre affection en public que parce que Victoria avait la manie de placer ses mains sur mes poignées d'amour, mais mon amie faisait la sourde oreille dès que je tentais de le lui faire entendre.

— Tu m'étouffes, Vicky ! finis-je par grommeler après lui avoir mollement tapoté le dos pour ne pas la vexer.

Sans perdre de son enthousiasme, la métisse me lâcha, un immense sourire illuminant son visage rieur.

— Alors, ça y est, tu es majeure maintenant ! Ma petite May' est majeure !

Je me retins de lui faire remarquer qu'elle avait à peine deux mois de plus que moi et que je la dépassais de plusieurs centimètres.

— Par Merlin, c'est fou ce que tu as mauvaise mine, poursuivit-elle. Tu as encore passé la semaine enfermée avec le temps qu'il fait ? Je sais que tu détestes la chaleur, mais là tu ressembles à un fantôme !

Je ris jaune alors qu'elle me forçait à tourner la tête pour examiner mes joues pâles, bien loin de la teinte caramélisée des siennes.

— Meredith n'est toujours pas là ? demandai-je pour changer de sujet.

— Non... Tu la connais, la ponctualité et elle ça fait deux. Elle a tellement pris l'habitude d'arriver en retard à ses rencards qu'elle n'est plus capable d'être à l'heure nulle part.

Je levai les yeux au ciel.

— Quoique... Si elle avait réellement fini par nous prendre pour les garçons avec lesquels elle sort, ce serait inquiétant. Elle ne reste jamais plus d'une semaine avec eux !

Comme si elle avait attendu qu'on parle d'elle pour arriver, la parfaite silhouette du dernier membre de notre trio émergea entre deux inconnus qu'elle eut tôt fait d'éclipser de sa présence. Meredith était l'archétype même de la bombe de service. Cheveux blonds et ondulés, yeux bleus comme la mer Méditerranée, taille de mannequin, longues jambes halées... Bref, tout ce que je n'étais pas avec mon teint pâle, mes cheveux ni-châtains-ni-blonds-ni-roux-ni-rien-du-tout et ma petite taille. C'était toujours elle, celle qui attirait l'attention des garçons lors de nos sorties de groupe, bien que le rire de Victoria compense son physique passe-partout.

— Les taxis, c'est vraiment l'enfer pour voyager en été ! s'exclama dramatiquement la blonde en arrivant à notre hauteur, faisant mine d'éponger son front, totalement vierge de la moindre goutte de sueur. Joyeux anniversaire, May' ! enchaîna-t-elle en se tournant vers moi. Tu es prête à fêter ça dignement ?

Je fronçai les sourcils, déjà craintive de ce que le regard complice qu'elle échangea avec Vicky présageait pour la suite des événements. Dans un grand éclat de rire, elles empoignèrent chacune un de mes bras et me tirèrent dans le parc sans prêter grande attention aux personnes qu'elles bousculaient auprès desquelles je n'eus pas le temps de m'excuser.

 

*

 

Mes amies ne me laissèrent pas une seconde de répit, me faisant courir d'un bout à l'autre de la capitale et nous noyant dans divers endroits toujours bourrés de monde. Je n'aimais pas la foule, mais elles étaient si enthousiastes à l'idée de faire de mon dix-septième anniversaire une journée inoubliable que je n'eus pas le cœur de le leur rappeler.

Le soleil commençait à décliner lorsque, épuisées d'avoir parcouru Londres en long et en large, Victoria proposa de terminer cette soirée dignement.

— Il est plus que temps de rejoindre notre monde ! affirma-t-elle en nous entraînant sur Charing Cross Road.

Elle nous guida jusqu'au Chaudron Baveur où, pour la première fois, on put commander toutes les trois un whisky Pur Feu sans se faire recaler par le barman qu'on avait essayé de duper à de nombreuses reprises. On s'assit dans un coin du bar et Meredith étendit ses jambes en poussant un soupir.

— Je suis crevée ! nous apprit-elle en relâchant la tête en arrière, exposant avantageusement ses courbes.

J'échangeai une œillade désabusée avec Vicky tandis qu'elle se redressait et avalait une gorgée de sa boisson. Depuis le temps, on avait bien fini par comprendre que, dans les lieux publics, chacun des gestes de Meredith était calculé. Le regard des autres agissait sur elle comme un sort de métamorphose. Dès qu'elle le sentait, son cerveau rendait les armes et tout son corps ne pensait plus qu'à séduire. Sa technique était d'ailleurs rudement efficace : nous n'étions arrivées que depuis un petit quart d'heure et, déjà, quelques jeunes hommes (et même plus vieux que cela, mais je préférais ne pas y penser) l'avaient remarquée et lui jetaient des regards lubriques de plus en plus appuyés dont elle se délectait.

— Tu n'as toujours pas trouvé un garçon qui vaille suffisamment le coup pour rester avec lui plus de quelques heures ? questionna Vicky qui ne perdait rien de son petit manège.

— Non. Hormis mon physique rien ne les intéresse. C'est d'un ennui !

Je me fis intérieurement la remarque que, si elle souhaitait qu'on s'intéresse à elle pour son intellect, il fallait sérieusement qu'elle revoie sa manière de se conduire avec la gente masculine.

— T'as qu'à faire comme moi, lui dit Victoria. Élargis le champ des possibles.

La métisse ne faisait pas grand cas du sexe de son partenaire du moment qu'il la faisait rire.

— J'ai déjà essayé, rétorqua Meredith. Les filles ne me font ni chaud ni froid.

Amusée, je pris une gorgée de whisky Pur Feu que je m'efforçai de ne pas recracher. Je détestais le goût de cet alcool, et la seule raison qui me poussait à le boire était la délicieuse brûlure qui descendait dans ma gorge à chacune des gorgées que je prenais (et peut-être également l'envie de ne pas passer pour une pauvre fille coincée).

— Et toi, Maya, du nouveau de ce côté-là ? s'enquit Victoria en se retournant vers moi.

— La réponse n'a pas changée depuis la semaine dernière, Vicky, lui répondis-je en tentant d'adopter un ton détaché. Ça ne m'intéresse pas.

C'était complètement faux, à vrai dire. Je passais ma vie à rêver d'histoires d'amour débiles avec des hommes au visage incertain. Il suffisait que l'un deux me fasse un sourire pour que je me mette à fantasmer. Pour autant, je ne tentais jamais rien. La peur de me faire rejeter était si grande que je préférais attendre qu'on s'intéresse à moi tout en faisant croire à mes amies que ce n'était tout simplement pas un sujet sur lequel je souhaitais m'attarder.

— Même pas le gars là-bas ? me proposa Meredith. Il te regarde.

Je jetai un œil au garçon en question et étouffai un ricanement.

— C'est pas moi qu'il regarde, Meredith, c'est toi. Il a juste un œil qui dit merde à l'autre. Tu devrais le savoir, il a été en cours de botanique avec nous pendant les trois dernières années. C'est un Gryffondor.

Victoria explosa de son rire communicatif qui nous accorda encore un peu plus d'attention.

— Ah oui, c'est vrai, constata Meredith d'un ton pensif. Qu'est-ce qu'on fait ce soir ? demanda-t-elle en se désintéressant rapidement du pauvre garçon.

— Rien du tout, la coupai-je abruptement. Mes parents veulent qu'on fête mon anniversaire ensemble.

— Quelle plaie, les parents... soupira dramatiquement la blonde en reprenant une gorgée de whisky

Je ne voyais pas de quoi elle se plaignait. Ses parents étaient d'importants avocats Moldus qui passaient peu de temps avec leurs trois enfants dont elle était la seule sorcière. Ils habitaient dans un immense appartement qui devait pouvoir accueillir sans peine ma maison et celle de Victoria, et la seule personne qui pouvait éventuellement la gêner au quotidien était son petit frère dont le passe-temps favori était de rapporter à ses parents toutes ses sorties nocturnes.

— C'est vrai qu'ils sont lourds, approuva Victoria dont le père, très à cheval sur les études, ne supportait pas le moindre écart de comportement (or Vicky les accumulait).

— Ouais, conclus-je. Ils sont lourds.

Ça aussi, c'était un mensonge. Mes parents étaient légers comme l'air. Au sens propre comme au figuré.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.