S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


La Dynastie Potter par EveRywhere49

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voila la suite de l'histoire. J'espère qu'elle vous plaira également! JK Rowling a créée ses personnages, ils ne m'appartiennent pas. Bonne lecture.

Quand James se réveilla ce matin-là, il ne se souvenait absolument pas comment il était arrivé dans son lit. Il essaya de se rappeler de quoique ce soit de la veille. Il avait pris le train, ses parents étaient sur le quai, Lily était là aussi… Et après le flou le plus total. Il se leva difficilement, il se sentait vaseux, comme après une bonne soirée arrosée. Il entendit quelqu’un frapper à sa porte et invita la personne à entrer. Sirius avait un air de soulagement en voyant son meilleur ami toujours vivant.

-          « Bon sang ! Je t’appelle via le miroir depuis hier soir ! Je viens de faire du forcing pour te voir, j’ai menacé la vieille goule de prévenir les aurors pour pouvoir passer ! » James lui fit signe de parler plus doucement et moins fort.

-          « Je t’avoue que je ne me souviens pas de grand-chose depuis hier soir. Je viens d’ouvrir les yeux. » Sirius fut abasourdi, il y avait forcément gnôme sous rocher.

-          « Tu penses qu’on est quel jour ? » James commença à s’énerver, c’était évident non ?

-          « On est rentré de Poudlard hier ! » Sirius blêmit, lui prouvant qu’il avait tort.

-          « Cela fait 4 jours qu’on est rentré chez nous… » James n’en revenait pas, il n’avait pas pu dormir pendant tout ce temps ! « C’est pour ça j’ai trouvé ton silence louche, je n’ai pas arrêté de te faire des appels, mais je ne voyais que tes vêtements, je me suis dit que tu étais trop occupé avec Lily pour défaire ta malle… » James eut un frisson, Lily, elle devait s’inquiéter !

-          « Lily ! Il faut que je lui parle, elle doit être morte d’inquiétude. » A ce moment-là, Dinky apparu en s’inclinant.

-          « Dinky n’a pas pu s’empêcher d’entendre Maître James parler de Miss Evans, une chouette blanche est venue il y a deux jours avec ceci. » Il lui tendit une enveloppe scellée à son nom.

-          « Merci Dinky. » Sirius était méfiant, l’empressement de l’elfe était très louche. James ouvrit l’enveloppe, espérant qu’elle lui donne de ses nouvelles. Mais la première chose qui tomba fut le collier. Il eut un haut le cœur, elle ne l’enlevait jamais… Sirius pâlit également. Tremblant, le maraudeur ouvrit la lettre, elle était longue et il y avait quelques traces qui prouvaient qu’elle avait pleuré.

James, c’est avec le cœur lourd que je t’écris cette lettre. Je sais qu’on avait des projets, mais j’ai bien réfléchi et je ne pense pas être capable de t’apporter ce que tu veux. Je ne peux pas vivre dans un monde où je suis rejetée à cause de mon sang et de ma famille. Cela ne retire en rien les sentiments que j’ai pour toi, mais le destin en a voulu autrement. Je te demanderais de ne pas essayer de me contacter, ma décision est prise, elle peut paraître lâche, mais j’ai besoin de me protéger et de protéger les gens que j’aime… Je veux que tu sois heureux, avec une femme que ta famille approuvera. Je ne t’oublierais jamais, mais au fond, tu sais que c’est mieux comme ça, toi aussi. Avec tout mon amour, Lily.

Le maraudeur sentit le sol s’ouvrir sous ses pieds. Cela ne pouvait pas être vrai. Il prit sa baguette et lança un Finite Incatatem, comme pour défaire le maléfice. Mais le papier resta intact et les mots inchangés, c’était bien de sa main… Sirius ne savait pas quoi dire mais il ne voulait pas y croire non plus.

-          « James… » Son ami se leva et laissa tomber l’enveloppe et le collier comme s’il ne les voyait pas. « Je ne pense pas que… »

-          « Sirius, je t’en supplie, laisse-moi. » Il posa sa tête contre la vitre, il ne voulait plus penser à rien.

-          « Non, je ne te laisserais pas ! » Il s’assit sur son lit. « Je suis là pour toi, si tu as besoin. » James ne daigna même pas se retourner, il serrait la lettre dans sa main au point de la chiffonner. Les larmes arrivèrent sans effort, il aurait dû s’attendre à cela… Il l’avait prédit, qu’elle le quitterait.

-          « J’aurais dû m’y attendre… » Il essuya ses larmes sous ses lunettes, il ne voyait plus rien. « Elle a tellement souffert… Déjà la dernière fois, elle doutait de nous… Et j’ai préféré passer à autre chose, plutôt que de m’inquiéter du fond… » Sirius s’avança vers lui.

-          « Il n’est peut-être pas trop tard…  Va la voir, réglez-ça. » Son ami secoua la tête négativement.

-          « Tu l’as lu comme moi, elle ne veut pas que je la contacte… »

-          « Elle a surement peur que tu réussisses à la faire changer d’avis ! Elle doit être tiraillée et elle attend que vous mettiez les choses au clair. » James sentit un espoir naître au fond de lui, peut-être que Sirius avait raison. Il devait essayer de lui parler, au moins, il aurait tout fait pour que ça fonctionne entre eux.

-          « Je vais la voir, j’espère que je vais pouvoir arranger les choses… Même si je me demande ce qu’il s’est passé pour que je dorme autant… Est-ce que tu penses que la mégère y est pour quelque chose ? » Sirius hocha la tête d’un air entendu.

-          « Oui, cela ne fait aucun doute. Elle est forcément derrière ça, mais le plus important maintenant, c’est que tu ailles la voir et que vous vous rabibochiez. »

-          « J’y vais, je prends le miroir avec moi au cas où. » Il se prépara et prit son manteau, il descendit au rez-de-chaussée où il croisa sa mère et son père qui avait l’air de se disputer. Ils s’arrêtèrent le voyant arriver. Il ralentit à peine pour leur dire de ne pas s’arrêter pour lui et qu’il sortait. 

      Il transplana dès qu’il fut dans le jardin et atterrit dans la petite allée qu’il commençait à connaître par cœur. Il fit apparaître un bouquet de fleurs et sonna à la porte des Evans. Il y eut un silence, il n’y avait aucune lumière, aucun son, pourtant la voiture était là et il était sûr d’avoir vu une ombre derrière un rideau tiré. Quelque chose était différent, comme si la famille Evans s’était barricadée et faisait comme s’ils n’étaient pas là. Un rideau bougea et le jeune homme pu apercevoir Henri qui regardait à travers et se cacher immédiatement quand il se rendit compte que le jeune sorcier l’avait vu.

 

-          « Henri ? Mr Evans ?! » Il ne savait plus trop comment l’appeler, après tout, sa fille avait surement dit à ses parents que c’était fini entre eux. La porte s’ouvrit doucement et il eut la mauvaise surprise de le voir sortir avec une batte de baseball.

-          « Qu’est-ce que tu veux ?! » Le jeune homme recula, il semblait furieux mais tétanisé également.

-          « Je voulais parler à Lily… Est-ce qu’elle… » Henri éclata d’un rire tonitruant.

-          « Tu aimerais lui parler hein ? Crois-moi, moi vivant, tu ne l’approcheras plus jamais ! » James se sentit totalement déboussolé, clairement, son interlocuteur ne le laisserait jamais la voir. 

-          « Pouvez-vous lui dire que je suis passé ? Et lui donner les fleurs ? » Henri fit un bond de côté quand il lui tendit le bouquet, comme s’il allait l’agresser avec les tiges. « Je suis désolé que ça se soit fini de cette façon, croyez-moi… » Il vit des larmes poindre le bout de leur nez dans les yeux du moldu, il allait lui demander s’il allait bien mais le père de famille ne lui en laissa pas le temps.

-          « Je lui dirais, maintenant, va-t’en s’il te plaît… Et ne reviens pas. » James fut blessé par ce comportement, alors oui, ils n’étaient plus ensemble, mais cela lui paraissait un peu extrême. Puis après, il se souvint à quel point il avait été protecteur avec sa cadette et il transplana chez lui, après s’être assuré que personne ne le voyait, la mort dans l’âme.

 

Quelques heures après le passage de Mafalda chez les Evans (4 jours plus tôt) :

Sandra Evans se réveilla difficilement, elle avait mal au crâne, son mari était à côté d’elle, parterre également, au pied des escaliers de leur maison. La porte d’entrée était grande ouverte, elle s’accrocha à la poignée pour s’aider à se relever et referma la porte.

-          « Chéri… Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Elle se massa la tête pour essayer de se souvenir de quelque chose. Elle se dirigea vers le salon pour voir s’ils n’avaient pas été cambriolés, mais ce qu’elle vit lui glaça le sang. « LILY ! Henri, viens vite ! » Le père se releva aussi vite que ses membres lui permettaient et rejoignit sa femme. Sa fille était étendue, assise sur une chaise, sur la table. Elle était inanimée, pâle comme la mort. Sandra lui tapota les joues, son père la porta sur le canapé, manquant presque de la faire tomber.

-          « Va chercher de l’eau ! Appelle une ambulance ! » Sandra ne savait pas dans quel ordre effectué toutes ces choses, elle était en panique. L’homme de la maison commença à parler à sa fille, la secouant légèrement. Sa femme lui apporta un verre d’eau et ils furent rassurés de voir que Lily manqua de s’étouffer avec le liquide.

-          « Chérie ! Oh, tu es en vie ! » Elle était en pleurs, et s’écroula à côté du canapé, près d’elle.

-          « Maman… » Elle était toujours très faible, son père la rassura et lui dit de ne pas parler, de garder ses forces et de se reposer. Ce qu’elle fit, elle referma les yeux et s’endormit sur le canapé. Sandra se releva, soulagée, puis passant à côté de sa table de la salle à manger, elle remarqua un papier. Dans la panique, elle ne l’avait même pas vu. En lisant le mot, elle se souvint alors de tous les évènements et poussa un cri.

-          « Une sorcière! C’est probablement la grand-mère de James qui est venue et qui nous a assommés ! » Henri se leva, sa fille ne craignait plus rien maintenant et lu la lettre par-dessus l’épaule de son épouse.

Mme et Mr Evans, je vous écris cette note pour vous prévenir que vous êtes en danger. En effet, j’ai pénétré chez vous, sans aucun effort, et je suis prête à recommencer s’il le faut. Si vous ne voulez pas me revoir, ce que je comprendrais bien sûr, il ne faut pas que James et Lily se remettent ensemble. Je m’en suis assurée du côté de la jeune fille, à vous de vous en assurer du côté du garçon. Vous allez sans doute le remarquer, mais votre fille risque de vous sembler un peu différente. En effet, je lui ai enlevé tous ses souvenirs en tant que sorcière. Elle n’en a plus aucun souvenir, 7 années envolées. Elle risque d’avoir un gros mal de tête en se réveillant et de n’avoir que 10 ans d’âge mental, mais je ne pouvais pas prendre de risques ! J’ai pris sa baguette, sa chouette et toutes ses affaires qui pouvaient lui rappeler sa vie du monde magique. Je vous déconseille d’essayer de lui raviver des souvenirs, après tout, on ne connaît pas les conséquences d’un sort d’amnésie à une telle échelle… J’espère néanmoins que les séquelles seront moindres. Continuez votre vie, nous continuerons la nôtre. Adieu.

 

Sandra poussa un cri et s’effondra sur une chaise, tandis qu’Henri ne savait pas quoi faire de ces informations. Sa fille… Amnésique ?!

-          « Qu’allons-nous faire Henri ? Quand elle se réveillera, qu’allons-nous lui dire ?! » Il l’ignorait, la seule chose dont il était sûr, c’était qu’il était hors de question qu’un sorcier remette les pieds dans sa maison !

 

Lorsque Lily ouvrit les yeux, sa tête cognait comme un tambour. Mon dieu, mais qu’est-ce qu’il lui était arrivé ? Un camion lui avait roulé dessus ou quoi ?! Elle essaya de se relever, mais sa tête lui tournait et elle retomba sur le canapé. Pourquoi n’était-elle pas dans son lit douillet ? Son père accouru.

-          « Ma chérie, comment tu te sens ?! » Il avait l’air paniqué, elle ne comprenait plus rien à ce qu’il se passait.

-          « J’ai mal à la tête. » Il lui tendit un cachet dans un verre d’eau qui était déjà en train de fondre, elle se dit qu’il était rapide et efficace. « Merci. Pourquoi je suis là ? »

-          « Là, où ça ? A la maison ? » Son père l’inquiétait, c’était quoi cette question.

-          « Non, là, dans le canapé. Où veux-tu que je sois à part à la maison ? » Elle bu une grande gorgée d’eau, cela lui fit un bien fou. « Où est Pétu ? » Henri se figea, sa fille n’avait plus appelé sa sœur comme ça depuis qu’elle était rentrée à Poudlard.

-          « Elle est chez son copain… » Lily fronça les sourcils, elle avait déjà un copain à 12 ans ?

-          « Je croyais qu’on n’avait pas le droit d’avoir de petit copain avant 15 ans. Papa, tu t’es ramollit ou quoi ? » Sandra était horrifiée, elle n’avait aucune idée de ce qu’il fallait faire.

-          « Chérie, elle a 19 ans… » Son père lui avait pris la main et lui parlait avec douceur. Lily ne savait pas si elle devait rire ou non. Mais vu la tête de ses parents, elle comprit que ce n’était pas une blague.

-          « Mais non… Enfin, je connais ma sœur ! Cela voudrait dire que j’ai 17 ans ! » Sandra commença à pleurer, elle sortit du salon, incapable de faire face à la détresse de sa fille. « Mais qu’est-ce qu’il se passe ? » Henri lui montra un miroir et elle pu se voir. Ce n’était pas elle, enfin si, mais elle était plus vieille, plus grande. Mon dieu, ces cheveux étaient longs ! « Je… J’ai 17 ans ?  Mais pourquoi est-ce que je ne m’en souviens pas ? » Son père ne savait pas quoi lui répondre. « Papa… »

-          « Tu as… Tu as eu un accident de la route… » Il improvisait une excuse, il savait qu’il devait la protéger. « Un chauffard t’a renversée… Et les médecins ont dit que tu n’aurais aucun souvenir de l’accident ou des années qui l’ont précédé… » Lily était bouche-bée, un accident, elle comprenait mieux leurs réactions quand elle s’était réveillée ! Et cela expliquait le mal de crâne qu’elle ressentait.

Elle passa une journée entière dans sa chambre, à essayer de se souvenir de quelque chose, mais rien à faire, elle se sentait vide. Elle savait qu’il lui manquait des souvenirs, mais elle sentait qu’il y avait quelque chose de plus… Comme si, l’accident n’expliquait pas tout. Elle sentit la colère la gagner et elle vit son grand gilet sur sa chaise de bureau. Elle sentit qu’il y avait quelque chose à propos de ce gilet, mais impossible pour elle de se souvenir pourquoi. Elle le toucha, il était doux, elle ne se souvenait même pas de l’avoir acheté. En soupirant, elle le mit. Par réflexe, elle mit les mains dans les poches. Elle sentit qu’elles n’étaient pas vides. Elle eut un sursaut en sentant quelque chose de froid entre ses doigts. Elle sortit l’objet. C’était une pierre, une très belle pierre précieuse toute plate et bien lisse. Elle était très jolie, mais elle fut déçue que ça ne lui en apprenne pas plus sur sa vie d’avant… Elle la posa sur son bureau, après tout, cela fera un très joli objet de décoration.

Au bout de deux jours, elle n’en pouvait plus, elle ne pouvait pas rester dans sa chambre à essayer de se souvenir, sa mère lui avait dit que les médecins leur avaient dit qu’il était possible qu’elle reste dans cet état toute sa vie… Il fallait qu’elle avance. Avec des années en moins en tête. Elle décida d’aller voir une vieille connaissance, après tout, il pouvait peut-être l’aider à se souvenir, qui sait ?

 

Retour au présent :

James se laissait dépérir, il comprenait pourquoi elle l’avait quitté, mais il n’acceptait pas qu’elle l’ait fait par lettre… Il ne mangeait presque plus, ses parents avaient essayé de lui remonter le moral mais il refusait de parler à quiconque, à part Sirius, via le miroir.

-          « James… Je sais que c’est difficile, mais il faut que tu continues. Tu fais peur à voir, est-ce que tu manges au moins ? » Le jeune homme à lunettes pouffa.

-          « Je crois que j’ai mangé une pomme ce matin, ça compte non ? » Mais cela ne fit même pas sourire son meilleur ami.

-          « Arrête ! Viens chez moi, ça te changera les idées. » James soupira, il en mourrait d’envie, mais il n’était pas prêt.

-          « Je viendrais… Mais pas maintenant. » Patmol n’en pouvait plus de le voir dans cet état. Il lui avait déjà fait part de ses doutes concernant la lettre de rupture, mais quand James lui avait parlé de l’accueil du beau-père, il n’y avait plus de doute possible, c’était bel et bien fini. Il devait l’accepter également, même s’il ne pouvait s’empêcher d’avoir une petite voix qui lui disait que tout ça ne pouvait pas être vrai. Après tout, il connaissait Lily lui aussi, et ce n’était pas du tout le genre à rompre via chouette.

-          « Ok, j’ai invité Remus et Peter samedi soir, tu viendras ? » On était mercredi, cela lui laissait le temps de ruminer avant de voir ses amis.

-          « Je serais là. » Son ami allait partir mais il ajouta : « Sirius ? Merci. » Il rangea le miroir au moment où sa mère frappa à la porte. Il l’invita à entrer, elle referma la porte derrière elle et s’approcha doucement de lui.

-          « James… Tu m’inquiètes beaucoup, tu sais… »

-          « J’en ai bien conscience Mère… Je vous promets de me reprendre, c’est juste que c’est si difficile… » Il pensait que le chagrin finirait par partir, que les larmes allaient finir par se tarir, mais non, sa peine était toujours aussi vive.  

-          « Je suis tellement désolée… Tout ça… » Elle ouvrit les bras, impuissante. « Toute cette histoire, n’est qu’un horrible gâchis… » Elle sentit qu’il ressentait la même chose. « Mais il faut continuer, plus tard, tu pourras penser à elle avec le sourire et te rappeler des bons souvenirs, mais pour l’instant, c’est la partie la plus difficile… » Il hocha la tête, sans dire un mot, il n’en était pas capable. Elle lui avait brisé le cœur, mais il ne pouvait même pas lui en vouloir pour cela !

-          « J’aurais préféré qu’elle me dise qu’elle ne m’aimait plus, ou qu’elle ne m’avait jamais aimé… Je sais qu’elle a des sentiments pour moi, c’est ça le pire ! » Il soupira et s’allongea sur son lit. Sa mère lui caressa les cheveux, comme quand il était petit.

-          « Les relations amoureuses sont tellement compliquées parfois… »

Le samedi soir arriva, comme promis, James se préparait pour se rendre chez son meilleur ami, il était toujours aussi triste, mais il fallait qu’il se bouge. Il devait ignorer sa peine et continuer de vivre. Ses parents, et à sa grande surprise, même sa grand-mère, étaient contents qu’il sorte enfin de sa léthargie. Il avait briefé les maraudeurs, ce soir, interdit de parler de relation, d’amour ou de Lily, ce soir, il ne voulait penser qu’à ses amis et à rien d’autre.

 

L’été passa plus rapidement que d’habitude au goût de James, cette année, septembre ne rimait pas avec la rentrée à Poudlard… Cela lui fit mal. Il pensait encore à elle, tous les jours, mais il se sentait plus serein. Il aurait juste voulu savoir si elle allait bien, mais il n’osait même pas lui envoyer un hibou. Il était temps pour lui, d’après son père, d’apprendre à gérer la fortune de la famille et de se préparer à reprendre le flambeau.

Lily, de son côté, avait trouvé un poste dans la librairie de sa mère. Elle adorait les livres et ça lui allait très bien comme ça. Sandra était désolée, elle aurait aimé qu’elle trouve un autre métier mais en plaisantant sa fille avait répondu :

-          « L’avantage de l’amnésie, c’est que je peux relire mes livres préférés et ne pas connaître la fin ! » Cela faisait deux mois qu’on lui avait dit pour son accident et elle avait réussi à accepter que la mémoire ne lui reviendrait sans doute jamais. Elle avait été déçue de ne pas trouver d’aide auprès de son ancien ami d’enfance. Elle se rappela quand elle avait été le voir, son visage restera gravé dans sa mémoire, ça, elle en était sûre.

-          « Lily ?! » Elle lui avait souri, il ne semblait plus rien comprendre.

-          « Salut Sev’, est-ce que je peux entrer ? » Il regarda le bazar derrière lui avant de revenir vers la porte.

-          « Non, désolé… Qu’est-ce que tu fais là ? » Elle fronça les sourcils, ils étaient amis, non ?

-          « Je… Je voulais voir un visage amical… » Il sursauta, à quoi jouait-elle ?! 

-          « Tu as été très claire là-dessus… Nous ne sommes plus amis ! » Il vit sur son visage qu’elle était surprise et perdue.

-          « Je suis désolée… Je… Je vais te laisser dans ce cas. » Et elle avait tourné les talons sans se retourner. Elle ne savait pas ce qu’il s’était passé entre eux, mais pour qu’elle ne veuille plus être son ami, il avait dû se passer quelque chose de grave…

 

-          « Lily ! Tu rêves encore debout ! » Elle sursauta, sa sœur était là, un grand sourire aux lèvres. Bien évidemment, il n’y avait que Pétunia qui était heureuse de cette perte de mémoire, sa sœur était redevenue normale et elles pouvaient enfin se parler normalement.

-          « Pétu ! Désolée, oui je repensais à quelque chose… » Son ainée se raidit, elle espérait que la mémoire ne lui reviendrait jamais. « Mais rien d’important. »

-          « Je voulais te l’annoncer moi-même avant de le faire officiellement… Vernon m’a demandé en mariage ! » Lily n’en croyait pas ses oreilles, elle était tellement heureuse pour elle.

-          « Wow, c’est génial !  Dis-moi que tu as répondu oui ? » Pétunia leva les yeux au ciel, son amnésie avait en quelque sorte rendu sa sœur immature, après tout, elle n’avait que 11 ans d’âge mental, mais c’était le prix à payer pour reprendre leur relation comme elle était avant.

-          « Bien sûr ! J’adore mon Vernon, tu le sais ! » Elle lui montra la bague de fiançailles. « Tu as vu comme elle brille ? » Lily admira la bague.

-          « Eh bien, il ne s’est pas moqué de toi ! » Pétunia retira sa main de celle de sa sœur, fière comme un coq.

-          « Ah ça, il faut dire que depuis qu’il a été promu chef de rayon bricolage, il me gâte, tu n’as pas idée ! » Sa petite sœur était un peu jalouse, elle aurait aimé connaître l’amour elle aussi.

-          « Pétu ? » Elle leva la tête vers elle, s’arrêtant de fixer son anneau. « Est-ce que je… Enfin, est-ce que j’ai déjà eu… un petit-ami ? » La moldue n’avait pas vu venir la question, mais elle se dit qu’elle pouvait en profiter un peu.

-          « Oui, tu as eu un copain, rien de bien sérieux. Il s’appelait James, il était laid comme un pou. » Lily essaya de mettre un visage sur ce nom, mais rien. « Il était horrible avec toi, te traitait comme son esclave… »

-          « Et je le laissais faire ? » Elle fronçait les sourcils, elle ne comprenait pas comment elle avait pu être sous la coupe d’un type pareil.

-          « Oh, il était subtil, mais j’avais vu dans son jeu. Je t’ai dit de le quitter, ce que tu as fait et tu n’as eu personne d’autre après lui. Tu as sûrement été dégoutée des hommes ! » Lily sentit une tristesse l’envahir, si sa sœur disait vrai, alors elle n’avait eu qu’un petit-ami en 17 ans !

-          « Merci Pétu. De m’avoir raconté tout ça et de m’avoir aidé, j’ai de la chance de t’avoir comme grande sœur. » Cette dernière fit comme si c’était naturel et au fond d’elle, elle jubilait.

 

Lily lisait Orgueil et Préjugé, sa mère lui répétait que c’était un de ses romans préférés, mais elle n’en avait bien sûr, aucun souvenir. Ce Darcy était vraiment des plus arrogant ! Arrogant… Pourquoi associait-elle ce mot à des lunettes ? Elle se secoua, elle perdait la tête. Inconsciemment, son regard se porta vers la pierre sur son bureau. Elle était vraiment belle. Elle l'avait regardée dans tous les sens, rien n’était écrit dessus, alors pourquoi l’avoir gardée ?! Elle décida de ne plus y penser, mais ses réflexions revenaient indéniablement vers ce caillou. Elle se leva et prit la pierre. Peut-être était-ce un cadeau de ce James ? Tout à coup, la pierre devint rouge foncé et une chaleur s’en dégagea, la faisant sursauter et la pierre tomba parterre. Elle recula jusqu’à sa porte, prête à hurler, mais la pierre avait repris sa couleur d’origine. Elle ne comprenait plus rien. Qu’est-ce qu’il s’était passé ?

 

Pendant ce temps, au manoir Potter, James écoutait son paternel lui expliquer les tenants et aboutissants de ce qu’il fallait faire et ne pas faire pour sponsorisé des entreprises, quand soudain, il sentit une vibration, légère. Il tourna la tête qui reposait sur son coude, appuyé à la table. Il n’en revenait pas ! C’était le vif d’or que Lily avait modifié pour communiquer avec lui ! Il s’était envolé, elle voulait lui parler ! Au moment où il allait le prendre, il retomba dans sa main, totalement inanimé. Son cœur se serra, peut-être avait-elle changé d’avis… Son père sembla remarquer le changement d’attitude de son fils.

-          « James ? Tu m’écoutes ? » Le jeune homme mit le vif d'or dans sa poche.

-          « J’ai quelque chose à faire, c’est urgent ! » Il sortit et pensa fort à la jeune fille. Le vif d’or se mit à battre des ailes frénétiquement.

 

Lily n’osait pas bouger, la pierre s’était remise à rougir et elle ne savait pas quoi faire. Était-ce extra-terrestre ?! Ou une mauvaise blague ? Elle décida d’en avoir le cœur net. Elle s’approcha et prit la pierre qui était chaude désormais. Elle se sentait ridicule mais elle entendit son prénom. Elle regarda tout autour d’elle, persuadée que quelqu’un jouait avec ses nerfs. Puis son regard revint à la pierre et elle sursauta une nouvelle fois. Elle voyait la tête d’un jeune homme qui portait des lunettes et qui n’avait jamais vu un peigne de sa vie apparemment…

-          « Lily ?! C’est bien toi ? » Elle était pétrifiée, selon les apparences, il savait parfaitement qui elle était alors qu’elle en revanche…

-          « Je… Oui… » Elle parlait à un homme via un caillou ! « Comment tu vas ? » Sérieux ?! Se dit-elle, c’est tout ce que tu trouves à lui dire ?! Pourquoi pas lui demander qui il est et pourquoi il lui parle à travers un caillou ?!

-          « Je suis heureux que tu m’aies contacté. J’ai beaucoup pensé à toi ces derniers temps, mais je n’ai pas osé. Tu avais été très clair dans ta lettre. » Lily était complètement perdue, elle l’avait contactée ? Il avait pensé à elle, elle lui avait écrit une lettre ?!

-          « Je… Je n’ai pas été vraiment moi-même ces derniers temps… » Ce qui n’était pas vraiment faux, après tout. Elle ne savait pas si elle devait lui dire qu’elle ne se souvenait pas de lui…

-          « Je t’avouerais que moi non plus… Tu me manques atrocement… Je ne sais pas si j’ai le droit de te dire ça. » Elle l’ignorait également, mais ces mots lui firent un bien fou. Elle aurait dû l’ignorer et raccrocher, mais elle ne pouvait pas, elle était captivée. Il avait l’air mal à l’aise mais ravi de la revoir en même temps.

-          « Si, si c’est ce que tu ressens, tu peux le dire, bien sûr. » Elle ne savait pas pourquoi elle se sentait en confiance avec lui.

-          « Qu’est-ce que tu deviens ? Dis-moi, j’ai besoin de savoir que tu vas bien. » Elle se sentit fondre, ça se voyait qu’il s’inquiétait vraiment pour elle.

-          « J’ai un emploi à la librairie de ma mère. » Il fronça les sourcils, il ne s’attendait pas à ça.

-          « Je pensais que tu… enfin, je ne sais pas, tu m’avais dit que tu voulais être dans la recherche ou la guérison… » Elle paniqua, elle voulait devenir médecin ?! Pas étonnant que sa mère s’attendait à mieux pour elle qu’un poste de libraire !

-          « Euh, j’ai dû changer mes plans… Et toi ? Qu’est-ce que tu deviens ? » Elle entendit quelqu’un l’appeler derrière lui, apparemment il était attendu.

-          « James ?! Mais qu’est-ce que tu fabriques ? » Son cœur loupa un battement, c’était James ! Son ex ?! Elle ne s’attendait pas à ça ! Il n’était pas du tout laid comme un pou !

-          « J’arrive Papa, une minute ! » Il se retourna vers elle. « Je suis désolé, il va falloir que j’y aille. Je t’en prie, donne-moi de tes nouvelles ! J’ai été heureux de te parler. » Elle allait lui répondre mais il était déjà parti. Sa pierre cessa de rougir et redevint froide. Avait-elle rêvé ?  Elle reposa la pierre sur son bureau. C’est dingue tout ce qu’on pouvait faire avec la technologie de nos jours !

Note de fin de chapitre :

J'espère que vous avez aimé! Je vous dit à bientôt pour la suite. Merci de m'avoir lue!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.