S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


La Dynastie Potter par EveRywhere49

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà la suite de l'histoire! JK Rowling a créer cet univers qui me fait rêver . Bonne lecture!

Sirius était nerveux, Lily avait l’air si sûre d’elle, il voulait y croire, mais si cela échouait, il pouvait dire au revoir à la vie.

 

-          « J’espère que tu as conscience du nombre d’éléments de ton plan qui peuvent échouer ? Qui te dit qu’elle fera ça ? » Lily avait un sourire, elle commençait à la connaître la vieille peau.

-          « Ne t’en fais pas, je sais que ça semble un peu obscur pour l’instant, mais si tu m’aides avec Remus, on peut très bien y arriver. »

Il poussa un soupir, il fallait qu’il essaye de toute façon, il ne pouvait pas laisser ses amis dans cette situation.

-          « Très bien, donc tu comptes t’y prendre quand exactement ? »

-          « La veille du mariage, je vais au manoir. Il faut absolument que tu y sois avant moi, que tu enfermes James dans sa chambre, je m’occupe du reste. »

Il acquiesça, il espérait que James n’essayerait pas d’intervenir, mais si c’était pour son bien à lui, il laisserait faire.

Quand Lily quitta l’appartement de Sirius ce soir-là, elle était nerveuse, elle voulait qu’il la suive dans son idée, mais elle n’avait aucune garantie que ce soit un franc-succès. Mais elle devait réussir, pour lui, pour James et pour eux.

 

La veille du mariage était enfin arrivée, c’était le moment où jamais. Elle avait revu encore et encore le plan dans sa tête, mais entre sa tête et la réalité, ça ne se déroulerait surement pas pareil…

Elle prit son sac à dos avec tout ce dont elle avait besoin dedans. Elle envoya son patronus à Sirius pour lui donner le signal. Elle transplana en priant pour qu’elle réussisse.

 

Sirius vit la biche à travers la fenêtre de la chambre de James, c’était le moment. Il décida de fermer la porte à clef, devant le regard de James qui feuilletait sa revue de Quidditch pour la énième fois.

-          « Patmol, qu’est-ce que tu manigances encore ? » Ce dernier soupira, mal à l’aise.

-          « Il ne faut pas que tu sortes… Désolé mon vieux Cornedrue, tu es mon prisonnier pour au moins une heure. » Celui-ci se leva, le cœur battant.

-          « Elle est là, n’est-ce pas ? » Il avait compris, il ne pouvait pas la voir sinon son meilleur ami mourrait, alors il l’enfermait pour en être sûr. Sirius approuva.

-          « Oui, elle va se frotter à la mégère, même si ça ne me plaît pas, elle le fait pour vous. » James passa sa main dans ses cheveux.

-          « Tu aurais dû lui dire que ça ne servait à rien Sirius ! Elle va perdre son temps et se faire insulter en plus de ça ! »

-          « Tu la connais, elle est tellement têtue, elle se devait d’essayer ! » Il ne voulait pas parler du plan, au cas où Dinky avait les oreilles qui trainaient. « Elle s’en serait voulue de ne pas essayer de la faire changer d’avis. » James alla s’allonger sur son lit, impuissant, il mourrait d’envie d’aller la voir. « Je suis désolé mon vieux. » Il sortit un jeu de cartes. « Une bataille explosive ? »

 

Lily attendait devant un petit bureau, elle n’avait jamais été dans cette aile du manoir. Surement réservée à la vieille dame. Elle sentit le stress monté, elle ouvrit son sac à dos et prit un petit objet qu’elle glissa dans sa poche. C’était le moment où jamais. Dinky apparu au moment où elle refermait le sac, ce coup-ci, elle ne sursauta pas. L’elfe lui annonça que sa maîtresse était prête à la recevoir. Il jeta un œil au sac qu’elle tenait.

-          « Dinky vous demandera de laisser ceci dehors. » Lily sortit son air le plus surpris, comme si on venait de lui annoncer qu’elle était une sorcière.

-          « Oh, ça ? Ce n’est rien, il n’y a quasiment rien dedans en plus… » Elle s’accrochait à lui comme s’il contenait toute sa fortune. L’elfe sentit qu’elle cachait quelque chose et insista.

-          « Dinky ne vous laissera pas rentrer avec ce sac Mademoiselle. » Elle prit ensuite son air le plus ennuyé.

-          « Vraiment ? Dinky ne pourrait pas faire une exception pour une fois ? » Ce dernier était on ne peut plus sérieux, elle savait qu’il ne pourrait pas être corrompu.

-          « Non, Mademoiselle, aucune. » Elle grogna et lui laissa le sac. Il la remercia et ouvrit la porte. La jeune fille pénétra dans un bureau, on aurait dit un cachot. Les murs étaient noirs et froids, le bureau était noir et il n’y avait aucune fenêtre ouverte, rendant l’air étouffant, comme si on ne respirait que de la poussière depuis des années. Mafalda était dans son grand fauteuil et fit un signe à Dinky pour qu’il lui apporte le sac de la jeune femme.

-          « Miss Evans, que me vaut le plaisir de votre visite ? » Elle parlait d’une voix froide et calculatrice. « La veille d’un grand jour qui plus est. » Elle eut un sourire victorieux. Lily décida de l’affronter sans tourner autour du pot.

-          « Je me souviens de tout ce que vous m’avez dit le jour où vous m’avez jeté ce sort d’Oubliettes. » Elle avait pris un air doucereux, presque menaçant. Elle remarqua immédiatement le changement de comportement de la mégère. Celle-ci se tortillait sur sa chaise et semblait mal à l’aise. « Et oui, je suppose que vous aviez oublié, je vous avoue que je ne m’en suis souvenue que très récemment… »

-          « Qu’est-ce que vous voulez ? Me faire chanter ?! » Elle ricana en claquant sa canne sur le sol. « Vous mériteriez une bonne leçon jeune fille. »

-          « Je sais que vous en mourrez d’envie, mais vous ne pouvez pas me faire de mal n’est-ce pas ? Sinon, pouf, plus de Mafalda. » Cette dernière commençait à pâlir et à s’énerver.

-          « Je répète : Qu’est-ce que tu veux ? Je ne peux pas défaire le serment inviolable, James devra donc toujours épouser Héléna et rester loin de toi, mes mains sont liées. » Lily nota qu’elle avait laissé tomber le vouvoiement, montrant à quel point elle devait être en colère.

-          « Je veux que vous reconnaissiez publiquement que vous avez tué votre mari. » Mafalda explosa de rire.

-          « Bah voyons ! Et puis encore ? » Elle fit claquer sa canne comme si on lui avait raconté la meilleure blague du moment. « Tu me penses assez stupide pour avouer que j’ai versé du poison dans le verre de mon défunt mari ? Bonne chance pour prouver cela ! » Elle regarda dans le sac que Dinky lui avait posé sur son bureau, fouilla à l’intérieur et sortit une fiole, triomphante. « Tu pensais faire quelque chose avec ce Véritasérum, peut-être ? » Elle prit le flacon et l’explosa parterre. « Oups, comment vais-je avouer maintenant ? » Elle partit d’un rire tonitruant, Lily sembla ennuyée, ce qui ne fit qu’accentuer son rire. « Je suis déçue vraiment… Je pensais que tu serais une adversaire à ma taille… Mais bon, tu comprendras avec l’expérience. »

-          « Je ne comprends pas, pourquoi tuer votre mari ? Il ne vous maltraitait pas… » Elle voulait qu’elle lui en dise plus.

-          « Ecoute-moi bien sale sang-de-bourbe. » Lily frissonna, elle ne s’y ferait jamais. « J’ai eu un mariage de convenance, je détestais Edward ! Il passait son temps dehors avec une maîtresse différente chaque soir ! Quand j’ai eu Mary, il était tellement déçu de ne pas avoir de fils qu’il ne m’a pas adressé la parole pendant 3 semaines ! Puis William est arrivé, j’ai enfin pu respirer, j’avais notre héritier. C’est après des années de torture mentale, que j’ai décidé de passer à l’acte. » Elle semblait revivre toutes ces années d’un coup et elle paru plus vieille à ce moment précis. Elle se reprit en secouant la tête. « Je ne regrette rien, alors maintenant, si tu ne veux pas d’argent en échange, je t’en prie, va à la brigade des aurors. Sans preuve, ce sera ta parole contre la mienne. Et crois-moi, ce ne sera surement pas toi qu’on croira. » Elle claqua des doigts pour dire à Dinky que l’entretien était terminé. Ce dernier ouvrit la porte derrière la rousse qui n’ajouta rien et sortit en faisant semblant d’être contrariée. Il lui rendit son sac sans lui adresser un seul regard. Quand la porte fut refermée, elle s’adressa à lui.

-          « Cela ne te fait rien d’avoir aidé ta maîtresse a tué ton maître ? Je croyais qu’un elfe ne pouvait faire de mal à aucun membre de sa famille… » L’elfe regardait ailleurs, faisant semblant de ne pas l’entendre. « Très bien, fais comme si on ne savait pas toi et moi que tu es celui qui a mis le poison dans le verre d’Edward… »

-          « Dinky ne savait pas que ça le tuerait, Miss ! » Il mit ses mains sur sa bouche, réalisant ce qu’il venait de dire. Lily le rassura.

-          « Tu ne crois pas que William et sa famille mérite la vérité ? » Il ne répondit pas, elle regarda sa montre. Elle devait partir, Sirius allait pouvoir laisser sortir son ami de sa chambre et elle ne pouvait pas prendre le risque qu’il la voit. Une fois dans le jardin, elle regarda un peu plus loin, elle vit Louisa accroupie à coté de fleurs qui semblaient fanées. Elle ne pu s’empêcher d’aller lui parler.

-          « Louisa… » Cette dernière eut un sursaut de surprise. Elle était surement la dernière personne qu’elle attendait.

-          « Lily ! Oh Merlin ! James ne doit pas te… »

-          « Je sais, il est enfermé dans sa chambre avec Sirius. Je devais parler à Mafalda… » Louisa ne comprenait rien, qu’avait-elle bien pu espérer d’une telle conversation ?

-          « Si tu savais à quel point je suis désolée pour ce qu’elle t’a fait… Et j’aurais tellement aimé que tu sois la mariée de demain… » Elle ne savait pas par où commencer.

-          « Louisa, ce n’est pas de votre faute, rien de tout ça ne l’est. » Elle entendit la voix de Sirius annonçant qu’ils arrivaient dans une pièce, pour être sûr qu’ils ne tomberaient pas sur elle. « Je dois y aller, désolée. J’espère qu’on se reverra vite. » Elle transplana au moment où Sirius arrivait dans la véranda. Il la vit partir et annonça à James qu’il ne risquait plus rien. Louisa approcha les garçons et posa la main sur l’épaule de son fils.

-          « Elle voulait parler à ta grand-mère. » Il hocha la tête.

-          « Oui, Sirius me l’a dit. J’imagine que sa conversation ne s’est pas bien terminée… »

-          « A vrai dire, elle ne me l’a pas dit. Mais connaissant Mafalda, ça ne peut pas bien se passer… » Elle était dégoutée d’être si impuissante, son fils était forcé d’épouser une femme qu’il n’aimait pas et avec qui elle avait beaucoup de mal à parler. Héléna était très fière d’elle et savait ce qu’un tel mariage allait lui apporter… Elle s’était acheté une robe aux frais des Potter, qui en aurait fait pâlir plus d’une ! Elle avait voulu un mariage grandiose, un orchestre, deux cents invités… Bref, elle voulait le bonheur de son fils mais celui-ci ne l’était pas, et ça, elle ne le digérait pas.

 

Lily était chez elle, sa mère lui rappela que le diner serait bientôt prêt et elle lui répondit quelque chose comme quoi elle arrivait d’ici quelques minutes. Elle alla dans sa chambre, sortit le petit objet et le brancha à son ordinateur. Elle sentait son cœur battre à toute vitesse, si son coup avait réussi alors demain, cela allait faire des étincelles.

 

James passa sa main dans ses cheveux une énième fois. Ces derniers étaient plus dépeignés que jamais, sa fiancée lui avait pourtant dit de faire un effort pour le grand jour. Il se regardait dans le miroir, il était élégant, elle avait choisi son costume, elle voulait qu’il soit le plus beau de la journée. Au fond de lui, il ne ressentait rien, c’était une journée comme une autre, à quelques exceptions près. Sirius entra après avoir frappé, faisant sourire son ami.

-          « Tu sais qu’après l’étape de frapper à la porte, il faut attendre qu’on te dise d’entrer ? Sinon, ça n’a pas vraiment d’importance. » Il essayait de sourire, mais le cœur n’y était pas.

-          « Tu es prêt à ce que je vois ! Toujours pas envie de prendre les jambes à ton cou ? » Il ricana, il savait ce que son ami subirait sinon.

 

Héléna était en train de s’impatienter, James n’était toujours pas arrivé, elle commençait à s’inquiéter… Mafalda eut la désagréable impression que quelque chose n’allait pas mais bien vite son petit-fils arriva.

-          « Tu es en retard James… »  Avant qu’il n’ait pu répondre quoique ce soit, un cri se fit entendre. La jeune future mariée était horrifiée.

-          « Merlin, cela porte malheur de voir la mariée avant ! » James soupira, pour lui c’était déjà un malheur de toute façon.

-          « Tu es très jolie Héléna. » Il l’avait à peine regardée mais ses mots suffirent à l’apaiser.

-          « Tu trouves ? J’avoue que j’ai mis du temps à… » Mais la vieille était impatiente.

-          « Vous parlerez quand vous serez passés devant le mage marieur, vous aurez tout le temps à ce moment-là. » Et elle entraîna James vers l’autel où le mage les attendaient.

-          « Bonjour, le futur marié je suppose ? » James lui tendit la main.

-          « Oui, c’est bien moi. » Il se mit debout près de l’arche fleurie. Sirius était à côté de lui puisqu’il était son témoin. Il lui jeta un coup d’œil et ce dernier leva le pouce pour l’encourager. La chanson commença et la mariée s’avança pendant que tout le monde se levait et l’admirait. Quand elle arriva à hauteur de l’arche, la musique changea. A la place, on entendait une personne qui parlait.

 Je veux que vous reconnaissiez publiquement que vous avez tué votre mari. Il y eut un silence, lourd, Héléna était figée, ne comprenant rien. Elle fit signe à la personne qui avait la musique en main d’arrêter tout mais à sa grande surprise, elle ne vit personne.

J’ai eu un mariage de convenance, je détestais Edward ! Il passait son temps dehors avec une maîtresse différente chaque soir ! C’est après des années de torture mentale, que j’ai décidé de passer à l’acte.

William et Mary avaient reconnu la voix de leur mère ! Comment était-ce possible ? Cette dernière ne bougeait pas, comme si elle n’entendait rien.

Je ne regrette rien, alors maintenant, si tu ne veux pas d’argent en échange, je t’en prie, va à la brigade des aurors. Sans preuve, ce sera ta parole contre la mienne. Et crois-moi, ce ne sera surement pas toi qu’on croira.

Les invités commençaient à parler entre eux, Mafalda bouillonnait intérieurement, elle ignorait comment cette peste avait fait, mais c’était mot pour mot ce qu’elles s’étaient dit la veille. Tout à coup, le témoin se sentit mal. Il se tenait la poitrine, Louisa se précipita sur lui pour l’aider, mais elle était impuissante. Il murmura quelque chose et ses yeux restèrent ouverts et sans vie. Louisa hurla de douleur en secouant le corps de son presque-fils. Elle regardait partout autour d’elle et elle la vit. Lily se tenait là au milieu de l’allée. James était bouche-bée et sembla réaliser qu’elle était là.

-          « Lily ! Mais qu’est-ce que tu as fait ?! » Il semblait en colère contre elle.

-          « Le serment est brisé, on peut enfin être ensemble James ! » Ce dernier se pencha sur son meilleur ami inanimé.

-          « QUOI ? TU CROIS QU’APRES CELA, JE VOUDRAIS TOUJOURS DE TOI ?! » Mafalda n’y croyait pas et pourtant, elle avait sacrifié le meilleur ami de son petit-fils pour être avec lui. Mais elle jubilait, jamais il ne le lui pardonnerait cet acte. On en oubliait presque les mots qu’elles avaient eu avant.

-          « Je t’aime, tu ne peux pas te marier, c’est impossible. » Il ne savait plus quoi faire, mais il décida de se tourner vers sa grand-mère.

-          « Est-ce que c’est vrai ce que l’on a entendu ? Vous avez tué grand-père ?! » La foule se tourna vers la vieille qui grinça des dents sans pouvoir rien faire.

-          « Et bien, j’imagine que je dois te remercier pour cette petite mise en scène Evans ! » Elle se tourna vers la jeune fille qui ne se trouvait qu’à quelque pas de là. « Le serment étant rompu, je ne crains plus rien en faisant ça… ADIEU ! AVADA… » Mais avant qu’elle eût fini le sort, elle sentit une douleur dans la poitrine. Elle s’écroula à côté de sa chaise. Elle se ressaisit et lança un DOLORIS. Le sort allait frapper la jeune fille mais disparu aussitôt. La mégère était parterre, hurlant de douleur. Elle ne comprenait pas, le serment avait été brisé, elle pouvait lui faire mal. Elle vit le regard triomphant de Lily et tout devint noir ensuite.

 

James se réveilla avec un mal de crâne, il vit une potion près de son lit et la prit. Il se sentit immédiatement mieux. Il se rappela de la scène, pourquoi avait-il fait ça ? Il devait lui poser la question. Il descendit les marches et fut surpris de voir que la nuit allait tombée. Le mariage n’avait pas eu lieu, son meilleur ami était donc mort… Il ne comprenait plus rien, pourquoi ?! Il arriva le cœur lourd sur le lieu où devait se dérouler la cérémonie. Il vit sa mère, son père, sa tante, Remus et Lily. Lily ?! Son cœur manqua un battement, si Sirius n’était pas mort, il l’était sûrement maintenant !

-          « Qu’est-ce qu’il s’est passé ?! » Louisa se leva et rejoignit son fils.

-          « Viens t’asseoir James, il faut que tu comprennes ce qu’il s’est passé… » Lily ne savait pas où se mettre. « Lily ? Peux-tu lui expliquer ton plan ? » Un plan ? Se dit-il, quel plan ? Elle vint s’asseoir à côté de lui.

-          « En passant une soirée chez Sirius, je me suis rappelée quelque chose que ta grand-mère m’avait dit avant de m’ôter ma mémoire. Elle m’avait avouée qu’elle avait empoisonné ton grand-père il y a 15 ans. » Il fut choqué par de telles révélations, comment avait-elle pu ?! « Sirius voulait la dénoncer aux aurors, mais j’avais une autre idée en tête… »

-          « Tu voulais la faire chanter ?! » C’était la première chose qu’il lui était venue à l’esprit.

-          « Non, je voulais lui faire croire que j’étais venue la faire chanter. Mais comme elle l’a justement pointé, elle ne pouvait pas défaire le serment, alors je lui ai dit que je voulais qu’elle avoue publiquement le meurtre. » Il pouffa, comme si c’était faisable.

-          « Tu as vraiment cru qu’elle le ferait ? » Elle secoua la tête.

-          « Bien sûr que non, mais je comptais sur son égo. Elle me l’avait révélé une fois, elle pouvait recommencer sans risques. Alors je l’ai enregistrée. » Il était bouche-bée, elle avait des aveux enregistrés, quelle audace. « Au moment où Héléna est arrivée au bout de l’allée pour te rejoindre, j’ai passé les phrases qui me semblaient les plus pertinentes et tout le monde a entendu sa confession. » il fronça les sourcils, quand Héléna la rejoint ? Mais quand ?  « Oui, j’ai oublié un petit détail. Je voulais faire une pierre deux coups. Je voulais également que Sirius et toi, vous soyez libérés du serment. Alors j’ai demandé l’aide de ton meilleur ami. »

-          « Comment ça ? Où est-il d’ailleurs ? »

-          « Chaque chose en son temps. » Et elle lui raconta.

Flashback

James passa sa main dans ses cheveux une énième fois. Ces derniers étaient plus dépeignés que jamais, sa fiancée lui avait pourtant dit de faire un effort pour le grand jour. Il se regardait dans le miroir, il était élégant, elle avait choisi son costume, elle voulait qu’il soit le plus beau de la journée. Au fond de lui, il ne ressentait rien, c’était une journée comme une autre, à quelques exceptions près. Sirius entra après avoir frappé, faisant sourire son ami.

-          « Tu sais qu’après l’étape de frapper à la porte, il faut attendre qu’on te dise d’entrer ? Sinon, ça n’a pas vraiment d’importance. » Il essayait de sourire, mais le cœur n’y était pas.

-          « Tu es prêt à ce que je vois ! Toujours pas envie de prendre les jambes à ton cou ? » Il ricana, il savait ce que son ami subirait sinon. Sirius savait que le plan de Lily était on ne peut plus risquer, mais il devait le tenter. Il lança un sort d’endormissement à son meilleur ami qui s’écroula dans ses bras. Il le posa sur le lit et lui prit une mèche de cheveux. Il alla ensuite dans la salle de bain de la chambre des invités, là où Lily l’attendait avec Remus et le polynectar.

-          « J’espère que tu sais ce que tu fais ! » Il lui donna les cheveux qu’elle ajouta au mélange. Elle donna ensuite un verre à Remus qui le bu sans hésiter malgré l’odeur horrible qui s’en dégageait. Il sentit qu’il allait vomir mais bien vite, il se sentit différent. Il était devenu James Potter d’après son reflet dans le miroir.

-          « Maintenant, va t’habiller comme lui et prends ses lunettes. » Ordonna Sirius d’un ton pressé. « Nous n’avons qu’une heure et le mariage est dans 15 minutes ! » Lily était stressée, elle avait réussi à rentrer en se faisant passer pour un membre de l’orchestre, Dinky n’avait rien remarqué, heureusement pour elle. « Tu as tout ce qu’il te faut ? »

-          « Oui, tu sais ce qu’il faut que tu fasses ? » Il hocha la tête.

-          « Je serais le meilleur comédien que le monde magique n’ait jamais vu ! » Il allait partir.

-          « Très bien… Et Sirius ? » Il se retourna, inquiet. « Merci, je sais que ça semble être du délire mais… » Il la prit par les épaules.

-          « Je sais que ça va marcher, oui c’est un plan extrêmement tordu, mais c’est pour ça qu’on va réussir ! » Et il sortit, la laissant la boule au ventre. C’était quitte ou double.

 

Retour au présent :

James n’en revenait pas, mais quel coup tordu ! Mais il avait marché !

-          « Donc c’était Remus faisant semblant d’être moi qui était devant l’autel ? » Elle hocha la tête, heureuse qu’il ait compris.

-          « Oui et tout le monde y a cru, il avait les mêmes tics que toi, il était impressionnant. » Ajouta sa mère. « Maintenant, je sais qu’il était nerveux pour le plan et non pour le mariage, mais on y croyait. »

-          « Et Sirius ? En quoi a-t ’il eut besoin de jouer la comédie ? » Le jeune homme était ravi d’avoir pris une potion pour le mal de tête, parce que là, il aurait le crâne fendu.

-          « Il a prétendu mourir devant tout le monde parce que Lily était dans l’allée. » Louisa était encore émue et choquée de la scène. « Il s’est écroulé, j’ai eu la peur de ma vie, j’ai cru qu’il était vraiment mort. »

-          « Je lui avais donné une potion qui anesthésie les patients en les paralysant, il devait la boire 5 minutes avant d’être devant l’autel pour qu’elle fasse effet, le timing a été parfait. » James ne comprenait toujours pas pourquoi son frère avait dû prétendre être mort. « Si Mafalda pensait que le serment avait été brisé, je savais qu’elle s’en prendrait à moi après lui avoir fait cette mise en scène. »

-          « Donc elle t’a attaquée, brisant d’elle-même le serment… Tu es un génie ! » Il s’était approché d’elle sans vraiment s’en rendre compte. Elle était heureuse de le voir, il lui avait vraiment manqué. C’est à ce moment-là que Sirius fit son apparition, apparemment, il sortait de la douche.

-          « Ah, ça fait du bien de sentir de nouveau tous ses membres ! » Lily fit une grimace que James accueillit en riant.

-          « Je ne veux pas imaginer ce que tu as fait sous la douche… » Il lui fit une bise et tapa l’épaule de son meilleur ami tout en continuant de sécher ses cheveux avec une serviette.

-          « Et bien, ça c’est ce qu’on peut appeler une journée qu’on n’oubliera pas de sitôt. Mon chef vient de m’envoyer un hibou, la mégère est sous les verrous, et croyez-moi, elle n’est pas prête d’en sortir. »

-          « La preuve des aveux lui a suffi ? » Demanda Lily pleine d’espoir. Sirius secoua la tête.

-          « Le meurtre d’Edward Potter a dépassé le délai de prescription… On ne peut rien faire pour cela… » Elle allait lui demander alors pourquoi ils l’avaient arrêté et il ajouta : « Par contre tentative de meurtre après avoir utilisé un sort d’amnésie devant et chez les moldus, elle en a pour 20 ans au moins ! » James fronça les sourcils.

-          « Tentative de meurtre ? Sur qui ? » Lily se sentit rougir, il le vit immédiatement. « Elle a essayé de te tuer ?! » Jamais le jeune homme à lunettes ne l’aurait cru capable de faire ça. Louisa acquiesça.

-          « Devant tous nos invités. Il y a beaucoup de témoins… Heureusement que le serment était toujours là, sinon tu ne serais plus là à l’heure qu’il est ma grande. » Elle hocha la tête, consciente des risques qu’elle avait pris.

-          « Mais attendez, elle n’est pas morte ?! » Ce fut au tour de son père de parler, lui qui était rester muet depuis l’arrivée de son fils.

-          « Son cœur a lâché, elle était morte… » James attendit qu’il continue. « Lily l’a réanimée… » Il se tourna vers elle. « Je ne sais toujours pas pourquoi tu as fait ça d’ailleurs… » Il était abattu, il venait d’apprendre que sa mère avait tué son père et qu’elle n’avait fait que du mal autour d’elle. « Après tout ce qu’elle t’a fait, tu lui as quand même pardonnée… » Lily secoua la tête.

-          « Non, je ne lui ai pas pardonné, au contraire. Je voulais qu’elle vive pour qu’elle puisse avoir une peine de prison, la mort aurait été trop facile. Elle a fait trop de mal autour d’elle, et je ne parle pas que de moi. » William se tourna vers son fils, désabusé.

-          « On s’est rendu compte qu’elle faisait un marché noir d’enfant de moldu pour les vendre à des familles riches pour qu’ils fassent des expériences sur eux… » Le maraudeur était choqué, comment avait-il pu passer à côté de ça ?! « Bien entendu, cela va cesser et je vais essayer de retrouver chaque famille pour leur donner une compensation, qui je l’espère, apportera un peu de réconfort à la perte de leur enfant… » James tendit le bras pour toucher son père, mais celui-ci se recula. « Tu avais raison depuis tellement longtemps, James. J’ai fermé les yeux en pensant que ma mère était une sainte, une veuve éplorée après la perte d’un mari… Oh, mon père n’était pas tout rose, mais jamais je n’aurais cru que… Ils ne montraient rien devant nous. » Mary acquiesça, jamais elle ne s’en serait doutée également. Après plusieurs minutes de conversation, William, Mary et Louisa décidèrent d’aller se coucher pour se remettre de leurs émotions. Remus et Sirius restèrent un peu, puis finirent par décider de les laisser seuls, chose qu’ils apprécièrent énormément.

Il y eut un silence, James n’arrivait pas à y croire, la mégère était hors-jeu, il n’avait plus aucune obligation de se marier avec Héléna et il pouvait être avec celle qu’il aime ! Meilleures nouvelles de l’année. Lily rougissait, elle jouait avec son bracelet, ce même bijou qu’il lui avait offert. Il se sentit coupable.

-          « Je suis désolé… Tu as dû me trouver lâche d’utiliser un Portoloin pour notre dernier au revoir mais je… » Elle l’interrompit.

-          « Non, je sais pourquoi tu l’as fait. Après tout, notre journée avait été exceptionnelle, il fallait rester sur une note positive, je l’ai compris, crois-moi. » Il se rapprocha d’elle, elle était toujours sur sa chaise, il lui tendit la main pour l’aider à se lever.

-          « Tu sais ce que cela signifie ? » Elle hocha la tête avec un sourire.

-          « On peut être enfin ensemble… » Il se sentit plus léger, comme si tous ses soucis s’étaient envolés.

-          « Tu sais ce que j’ai envie de faire là, maintenant ? » Elle secoua la tête en se mordant la lèvre. « Je veux rattraper tout le temps qu’on a perdu… Dès demain, je veux qu’on ait notre appartement et qu’on emménage ensemble, qu’est-ce que tu en penses ? » Elle sourit au moment où ses lèvres allaient toucher les siennes.

-          « J’en dis que c’est un excellent plan… Et crois-moi, je m’y connais. » Il pouffa et l’embrassa.

-          « Je ne t’ai même pas remercié de m’avoir sauvé d’une vie morne et terne… » Lui murmura-t ’il dans le creux de son oreille, la faisant frissonner. Elle lui rendit son baiser avant d’ajouter :

-          « Je t’avoue que je l’ai fait aussi un peu pour moi quand même… » Elle ne voulait plus quitter ses bras et il semblait d’accord avec ça. Il était heureux, là, dans son jardin avec elle et il ne voulait plus qu’elle parte.

-          « Dis-moi que je ne suis pas en train de rêver… » Elle sourit et le pinça. « Hey, pas la peine de me faire mal, un bisou suffisait ! » Elle l’embrassa ensuite. Il eut alors une idée. « Viens avec moi. » Il lui prit la main, elle le suivit, curieuse de savoir ce qu’il lui réservait. Il la fit transplaner sur la plage devant la grotte en Cornouailles. Elle reconnut l’endroit immédiatement et se tourna vers lui sans comprendre. Il faisait nuit à présent et ils allumèrent leurs baguettes avant d’entrer main dans la main. Il se dirigea vers le bout de mur où il avait dessiné étant enfant. Elle fut surprise et regarda ce qu’il lui indiquait. Il y avait maintenant un couple dessiné au-dessus des 3 autres personnages. La femme avait les cheveux rouges et l’homme avait des lunettes et des cheveux en bataille.

-          « Tu es revenu ici pour dessiner ça ? » Il hocha la tête.

-          « C’était un endroit où je venais tout le temps, tu m’as tant donné ici… Je me sentais proche de toi d’une certaine façon, j’avais l’impression que tu ne me quittais jamais… » Elle vit un détail qui la fit sourire.

-          « J’ai quoi sur la main ? Une alliance ? » Il ne dit rien. « Je plaisante James, on vient de se retrouver, je veux juste profiter d’être avec toi. » Il s’approcha d’elle, les yeux brûlants. Elle savait à quoi il pensait. « On va au chalet ? » Il hocha la tête et transplana avec elle dans la maisonnette. Il l’embrassa comme il ne l’avait jamais embrassée. Elle soupira d’aise et d’envie, elle le voulait tout entier.

-          « Je t’aime ma belle, tu m’as tellement manqué… J’ai vraiment cru t’avoir dit adieu pour toujours… »

-          « Je pense qu’au fond de moi, je ne t’avais jamais dit adieu. J’avais l’espoir de te revoir. » Il commença à la déshabiller, elle frissonna, qu’est-ce que ça lui avait manqué ! Ils passèrent la nuit dans les bras l’un de l’autre, profitant de ce moment, sans avoir le cœur lourd cette fois.

 

James tint sa promesse. Une semaine plus tard, il acheta un appartement au cœur de Londres, pas très loin de l’Institut de Médicomagie pour qu’elle puisse s’y rendre à pied. Il était nerveux, ils étaient bien ensemble, mais ils n’avaient jamais vécu tout seuls. Il avait réussi à convaincre son père de le laisser faire des allers-retours au manoir pour continuer à être formé pour gérer la fortune Potter. Son père avait arrêté le trafic de sa mère, il n’avait pas encore retrouvé toutes les familles, mais il s’y attelait jour et nuit. James était fier de lui, il prenait enfin ses responsabilités de chef de famille. Sa mère était heureuse pour eux, elle adorait Lily et elle savait que son fils l’aimait plus que tout, et que c’était réciproque. Elle avait vu à quel point il était nerveux.

-          « Après tout ce que vous avez traversé, vivre ensemble devrait sembler facile… » Il avait pouffé à ses paroles.

-          « Je sais, c’est surement ridicule de s’inquiéter, mais je n’ai jamais été seul avec elle. On se verra tous les jours, peut-être qu’elle va se rendre compte que je ne suis pas celui qu’il lui faut… » Elle lui mit une main sur son bras.

-          « Chéri, après tout ce qu’elle a fait pour nous, tout ce qu’elle a subi venant de la mégère… Oui, je l’ai dit, la mégère ! » Ajouta-t-elle riant en voyant la tête de son fils. « Elle t’aurait quitté bien avant, crois-moi, aucune femme n’est prête à supporter tout ça pour un garçon lambda ! » Il l’embrassa sur les deux joues pour la remercier de ses conseils.

 

Quand Lily débarqua dans l’appartement avec ses parents et ses cartons, elle n’en revint pas. Il était immense ! Il avait dû faire une vraie folie. Henri et Sandra posèrent les boîtes, incrédules.

-          « Eh ben, il ne fait pas les choses à moitié… » Souffla son père. James arriva à cet instant, sortant d’une pièce qui était au bout du couloir.

-          « Ah super, vous êtes là. Laissez-moi vous aider avec ça. » Il prit le carton que venait de poser la mère de Lily et elle fut rassurée de voir que le garçon n’avait pas changé.

-          « James, c’est un très bel endroit. Tu es sûr que tu n’as pas ruiné ta famille en faisant cela ? » Il fit signe que ce n’était rien. Il soupesa le carton qu’il portait.

-          « Je dirais que ce sont des livres… » Sa petite-amie affirma d’un pouce en l’air. « Bien, dans la bibliothèque de Mademoiselle. » Il emmena le carton vers une pièce, ouvrit la porte et le déposa avant de revenir. Lily était bluffée.

-          « Tu… Tu as attribué une pièce pour mes livres ? » Il était content d’avoir eu l’idée.

-          « Vu ton amour pour la lecture, j’ai pensé que tu n’aimerais pas qu’ils restent dans des cartons… Oh, venez, je vais vous faire faire le tour du propriétaire. » Henri le suivit, impatient de voir ça. Les deux femmes se regardèrent, le père Evans était vraiment impressionné par le jeune homme. James ouvrit plusieurs portes, il y avait une cuisine ouverte sur le salon, deux chambres, la bibliothèque de Lily avec un bureau pour qu’elle puisse travailler et une salle de bain immense qui avait une douche et une baignoire. Cela fit sourire la jeune femme.  Henri était ravi que sa fille vive dans un endroit sûr et propre comme celui-ci.

-          « Je pense que je suis jaloux que tu habites ici et pas moi, ma chérie. » Elle pouffa et lui fit un bisou sur la joue. Elle savait que c’était sa façon de dire qu’il approuvait.

-          « Vous êtes les bienvenus quand vous le voulez, bien évidemment. » Lily fut touchée, il savait à quel point être séparée de ses parents était difficile pour elle, même si elle avait vécu à Poudlard, il y avait toujours une part d’elle qui regrettait de laisser ses parents derrière. Elle lui fit un câlin et il l’accepta avec plaisir. Sandra les regardait avec des larmes de joie dans les yeux.

-          « Bon Sandra, on est très mal garé… On devrait y aller… » Sandra secoua la tête et James sourit en repensant à la première fois où il avait entendu cette phrase. Mais cette fois, ce n’était pas pour le fuir. Il serra la main du père de sa copine avec un regard qui disait tout.

-          « Prends bien soin d’elle. » Ajouta Sandra, essayant de ne pas craquer par l’émotion. Mais elle en fut incapable quand elle serra sa fille. « Oh chérie, tu promets de venir nous voir au moins une fois par mois ? » La jeune fille accepta, cela lui semblait plus que raisonnable. Puis Sandra prit James dans ses bras. « Je suis si heureuse pour vous deux, vraiment. » Il était ému à son tour, il voulait que les parent de Lily l’accepte et il était maintenant un membre de la famille, il en était heureux.

-          « Rentrez bien. Prudence sur la route. » Lily leur fit signe et referma la porte derrière eux. Il y eut un silence. « Ça y est, il n’y a plus que nous deux… » Il prit un autre carton mais elle l’arrêta. « Tu sais que tu peux utiliser la magie ? » Il sourit, en effet, ce qu’il fit et le carton fila directement dans la chambre. « Tu ne sais même pas ce qu’il y avait dedans ! Comment peux-tu savoir qu’il va dans la chambre ? » Il eut un sourire qui en disait long.

-          « Je n’en avais aucune idée, j’ai pensé à la chambre, mais pour une toute autre raison… » Elle éclata de rire, elle était heureuse. Elle vivait un véritable conte de fée avec l’homme qu’elle aimait. Il l’embrassa passionnément et comme à chaque fois, ils finirent dans les bras l’un de l’autre, s’aimant comme ils savaient le faire.

 

Sirius arriva chez James et Lily. Il était heureux pour eux, cela faisait deux mois qu’ils étaient sous le même toit et il n’y avait apparemment aucun nuage à l’horizon. Il fut surpris de ne voir que James dans son salon.

-          « Hey, où est Lily ? » James sourit en le saluant.

-          « Bonsoir à toi aussi mon cher Patmol. » Il lui tendit une bouteille. « Elle voulait voir ses parents, apparemment sa sœur va se marier dans peu de temps, elle voulait donner un coup de main. » Sirius prit la bouteille, ravi de voir que tout allait toujours bien.

-          « Alors cette cohabitation ? » James avait un sourire jusqu’aux oreilles, l’invitant à poursuivre. « Non, ne me dis pas, je ne veux pas savoir ! Je n’ai qu’à voir ta tête pour savoir que tu es au paradis. » Il voyait que son meilleur ami avait une mine radieuse, Merlin, il y a encore quelques mois, il n’était plus que l’ombre de lui-même.

-          « Je ne sais pas de quoi j’avais si peur, elle est extraordinaire, j’ai une chance incroyable… » Il laissa sa phrase en suspens, Sirius sentit que son ami était prêt.

-          « Tu vas la demander en mariage, pas vrai ? » James bu un coup, comme pour se redonner contenance.

-          « J’en ai très envie, je voulais lui demander dès le soir où on s’est retrouvé. Mais je veux faire les choses bien, je veux aller voir son père, qui doit se douter d’ailleurs que je ne vais pas tarder à débarquer chez lui, et lui demander la main de sa fille. » Il bu de nouveau. « Tu crois qu’elle dira oui ? » Sirius explosa de rire, puis en voyant la mine sérieuse de Cornedrue, s’arrêta net.

-          « J’ai cru que tu racontais une blague ! Bien sûr, idiot ! Elle t’aime comme une dingue ! » James soupira de soulagement. Mais une question le taraudait.

-          « Dis-moi, est-ce que quand on était séparé, elle a eu… enfin tu vois ce que je veux dire ? » Sirius fronça les sourcils.

-          « Tu veux dire s’il y a eu un autre homme dans sa vie ? » Le maraudeur à lunettes hocha la tête. « Pourquoi tu veux savoir ça ? Tu es devenu maso ? » Il se gratta la barbe, gêné.

-          « Ça veut dire oui ? » Il sentit le sol s’écarter sous ses pieds.

-          « Elle a eu quelqu’un de sa promotion qui lui a dit qu’il était intéressé… » James posa sa bière sur la table basse, blessé. « Mais tu sais ce qu’elle m’a dit ? Elle m’a dit qu’elle ne pouvait imaginer quoique ce soit de nouveau avec quelqu’un, parce qu’elle pensait toujours à toi. Parce qu’elle t’aimait encore. » James se sentit soulagé, elle n’avait pas tenu sa promesse mais d’un côté, cela le rassurait. « Tu aurais voulu qu’elle reste célibataire toute sa vie ? »

-          « NON, bien sûr que non… C’est juste… Je ne voulais pas qu’elle me remplace en si peu de temps… Même si je sais qu’on avait aucune idée du temps que ça prendrait pour se revoir… » Il reprit sa bouteille en soupirant, il était tiraillé. Sirius vint à son secours.

-          « Si je t’avais dit qu’elle avait eu une aventure avec quelqu’un, tu aurais changé d’avis ? Tu ne voudrais plus l’épouser ? » James réfléchit quelques secondes, non, cela n’aurait rien changé, il l’aimait et elle de même, c’était tout ce qui importait au fond. « Je sais que tu es quelqu’un de jaloux, mais crois-moi quand je te dis que tu ne trouveras pas une femme aussi dingue de toi ET qui est saine d’esprit en même temps. » Il entendit son frère rire à ses mots.

-          « Je crois que tu as raison… Je n’aurais pas dû poser cette question, après tout, cela ne me regarde pas. » Et ils parlèrent de chose et d’autres jusqu’au retour de la jeune fille, qui fut ravie de voir que Sirius était encore là.

-          « Salut toi ! Alors comment ça se passe les préparatifs du mariage de l’ainée des Evans ? » Demanda Patmol pendant qu’elle faisait un bisou rapide à son amoureux pour le saluer. Elle s’assit et bu une gorgée de la bière de James.

-          « Cela ne se passe pas trop mal, Pétunia me parle presque normalement, ce qui est un énorme bond en avant. Vernon m’évite, ce qui est génial ! Je suis invitée au mariage malgré ma condition, comme il me l’a expliqué. » James grogna, il ne supportait pas qu’il manque de respect à sa copine. « Bref, le week-end prochain, tu devras mettre tes plus beaux vêtements moldus, chéri. » Il lui fit son plus beau sourire.

-          « J’ai hâte de voir tous les membres de la famille Dursley au complet ! » Sirius pouffa et se dit qu’il était temps pour lui de les laisser seuls.

-          « Bon les amoureux, je vais vous laisser roucouler en paix. »

-          « Oh, tu ne veux pas rester encore un peu ? Je ne sais pas ce que tu fais en ce moment. » Se désola la jeune femme. Mais Sirius ne voulait pas s’attarder.

-          « Ce que je fais en ce moment ? Toujours de la paperasse. Mais depuis l’arrestation de Mafalda, mon chef me donne des trucs de plus en plus importants. Donc c’est toujours bon à prendre. » Il se leva et voyant qu’ils se levaient aussi ajouta : « Non, restez assis, je connais le chemin. » Et il les laissa seuls. James caressa ses cheveux et elle se laissa aller contre lui.

-          « J’ai l’impression de l’avoir fait fuir… » James lui assura que non. « Tu viens te coucher ? » Il sourit. Comment refuser ?

 

Le week-end du mariage de Pétunia et Vernon arriva trop vite au goût de James, mais il n’échangerait sa place pour rien au monde. Quand elle sortit de la salle de bain, dans sa robe vert émeraude vaporeuse, longue et mettant ses formes en valeur, il se sentit fondre. Il l’embrassa quand elle arriva à sa hauteur, la prenant par surprise.

-          « Eh bien, que me vaut ce plaisir ? » Elle était rayonnante.

-          « Tu es magnifique. Je suis l’homme le plus chanceux de la Terre. » Elle répondit à son baiser mais dû l’interrompre. Trop rapidement au goût de son petit-ami.

-          « Chéri, ne fais pas cette tête, si on continue, on n’arrivera jamais à l’heure… » Elle perdit un peu son sourire. « Je ne veux pas donner de raisons à Pétunia de me détester encore plus. » Il approuva, l’embrassant sur le sommet du crâne.

-          « Je vais tout faire pour te faire passer une bonne journée mon cœur. » Elle lui en fut reconnaissante, elle savait qu’il n’était pas enchanté d’y aller, mais il le faisait pour elle.

Ils arrivèrent pile à l’heure, Sandra les accueillit à l’entrée de la mairie et leur dit qu’elle leur a réservé des places devant. Lily lui fit la bise pour la remercier et ils allèrent s’installer. Le maire fronça les sourcils en voyant les deux jeunes gens rentrés main dans la main.

-          « Bien, puisque les mariés sont là, nous pouvons commencer. » Lily tourna la tête sans comprendre, James cachait son fou rire. Le maire pensait qu’ils venaient pour se marier.

-          « Non Mr le Maire, je suis la sœur de la mariée et ce n’est que mon petit-ami. » Elle rougissait jusqu’aux racines. Le Maire s’excusa et ils allèrent s’asseoir. « Oh Merlin, quelle honte ! »

-          « Tu trouves ça honteux qu’il ait cru qu’on s’aimait au point de se marier ? » Il la taquinait mais elle tomba dans le panneau et s’excusa. « Je plaisante mon ange… » Mais au fond, il espérait qu’elle dirait oui, le moment venu.

-          « Je ne dis pas que je n’y ai pas déjà pensé… » Elle devint aussi rouge que ses cheveux. Il était agréablement surpris et lui embrassa la main sans rien ajouter. Vernon arriva et se planta devant le maire, attendant sa bien-aimée. Il jeta un regard au premier rang et se figea en voyant Lily et son copain. Elle lui fit un petit sourire mais il détourna le regard, James serra sa main plus fort pour la soutenir. Pétunia arriva, elle avait une robe blanche, très longue, elle manqua de marcher dessus à plusieurs reprises. Lily entendit sa mère murmurer comme quoi elle lui avait dit de ne pas faire de traîne si longue. Elle arriva devant Mr le Maire et il pu commencer la cérémonie. Lily sentait que James décrochait quelques fois, il est vrai que c’était assez long, elle ne lui en tint pas rigueur.

-          « Je vous déclare mari et femme, vous pouvez embrasser la mariée. » James applaudit fort et bruyamment alors qu’ils ne s’embrassaient pas encore. Lily cacha son fou rire, il était tellement heureux que ce soit fini qu’il était un peu trop enthousiaste. Il s’arrêta de frapper des mains sous le regard tueur des jeunes mariés. Ils finirent par s’embrasser sous les applaudissements de l’assemblée, James fit semblant cette fois-ci.

Ils passèrent un bon moment au banquet, James trouvait des tonnes de choses drôles à raconter, Lily passait son temps à rire. Pétunia finit par passer près d’eux pour lui demander de faire moins de bruit.

-          « C’était une très belle cérémonie Pétu… » Elle essayait de faire un pas vers elle, mais la jeune mariée n’en avait rien à faire.

-          « Oui, enfin jusqu’à ce que ton petit-ami ne gâche tout… » Lily fut peinée, elle pensait qu’au moins pendant son mariage, sa sœur ferait un effort pour s’entendre avec elle. James vint à son secours.

-          « Je suis désolé, vraiment. Je suis heureux pour vous. D’où mon excès d’enthousiasme. Désolé. » Elle haussa les épaules et les laissa en tournant les talons. Lily se tourna vers son petit-ami.

-          « Merci. » Il lui fit signe que c’était normal. « Si tu veux on peut partir. » Il poussa un soupir, il voulait s’en aller, mais il voulait qu’elle passe une bonne soirée.

-          « Pas avant que tu ne m’accordes une danse… » Il avait adoré danser avec elle, il espérait bien recommencer. Il lui tendit la main et elle la prit avec plaisir. Il l’entraîna sur la piste, la prenant dans ses bras. Elle posa sa tête sur son torse, elle se sentait bien là. Ils dansèrent une chanson entière avant que le père de Lily ne veuille prendre le relais. Sandra invita James et il fut ravi qu’elle lui demande.

-          « C’était un beau mariage, tu ne trouves pas ? » Elle avait des étincelles malignes dans les yeux. Il fit comme si de rien n’était tout en valsant avec elle.

-          « Oui, vous devez être heureuse pour votre fille. » Elle approuva ce commentaire.

-          « Oh, pour mes deux filles, je ne pouvais souhaiter mieux… » James sourit, il était heureux qu’elle pense cela. « J’espère bien que tu me referas danser à un autre mariage James… » Il comprit le sous-entendu à peine déguisé.

-          « Ce serait avec un grand plaisir Sandra, croyez-moi. » Pendant ce temps, Henri dansait avec sa fille, qu’il trouvait radieuse.

-          « Tu es magnifique ma chérie. » Elle lui sourit, elle était aux anges. « Je sais que ta sœur ne fait pas beaucoup d’effort, mais que tu es trop gentille pour te plaindre. » Il la fit virevolter et la rattrapa dans ses bras. « Est-ce que tu es heureuse Lily ? » Elle savait que son bonheur était important pour lui.

-          « Je le suis. Si tu savais à quel point ! » Il fut rassuré, il n’avait pas vraiment de doute, mais il voulait continuer son rôle de père protecteur jusqu’au bout.

-          « Bien, il a intérêt. » grogna t’il dans l’oreille de sa fille qui pouffa.

La soirée se termina de façon plutôt positive et James transplana avec sa chérie dans leur appartement de Londres. Elle retira ses chaussures et détacha ses cheveux. Il la trouvait tellement belle. Il l’embrassa et elle répondit à son baiser. Ils terminèrent leur soirée à faire l’amour et passèrent une nuit paisible, après tout, c’était un mariage réussi.

Note de fin de chapitre :

Voilà pour la suite, j'espère que vous avez aimé. Merci de m'avoir lue, à bientôt!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.