S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


La Dynastie Potter par EveRywhere49

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà la suite de l'histoire! Les personnages appartiennent à JK Rowling. Merci de me lire!

Lily était nerveuse, elle se tordait les mains, elle ne quittait pas sa bague à son doigt. Elle savait que James n’apprécierait pas qu’elle soit venue, mais elle devait le faire, pour elle, pour lui, pour eux. Le gardien ouvrit la porte allant au parloir. Elle était là, avec sa canne, raide comme un piquet. Son regard ne se détournait pas du mur, elle ne lui accordait aucune attention, mais Lily n’en avait rien à faire. Elle alla s’asseoir en face d’elle et attendit que la vieille veuille bien lui adresser la parole. Mais cette dernière restait muette. Lily soupira et avant qu’elle ne parle, Mafalda lâcha ses premiers mots d’une voix grave.

-          « Tu en as du culot… » Lily secoua la tête.

-          « Je ne viens pas vous narguer, je viens vous annoncer que James m’a demandé en mariage et que j’ai accepté. » Elle lui montra la bague, la vieille reporta ses yeux dessus et pâlit. Elle avait osé !

-          « Je me doutais que cela arriverait un jour ou l’autre… Quelle honte pour la famille ! Et tu souilles une bague qui a une valeur inestimable ! Mais je n’espère pas que tu aies conscience d’un héritage pareil. » Elle aboyait plus qu’elle ne parlait mais la jeune fille rousse n’en avait que faire.

-          « Je suis désolée que vous le preniez comme ça… Je ne sais pas si vous le savez mais mon père a été attaqué à son travail par Dinky, il a survécu, mais cela a alourdi votre peine d’emprisonnement. C’est fini Mafalda, vous avez perdu, laissez mes parents tranquilles. » Elle l’avait dit d’un ton qui ne souffrait d’aucun argument.

-          « Peu importe, tu dois être contente d’avoir foutu ma vie en l’air… J’imagine que c’était toi ou moi… J’ai joué, j’ai perdu ! » Elle semblait avoir pris cent ans d’un coup, elle était amère mais Lily ne la plaignait pas.

-          « Je ne me réjouis de rien du tout ! J’aurais voulu que vous m’acceptiez malgré mes origines et mon manque de fortune, mais vous avez été aveuglée. Le bonheur de James ne vous suffisait pas et vous avez tout perdu, parce vous avez tout fait pour nous séparer. » Elle ne répondit pas, elle n’avait rien à ajouter. Lily se leva, elle ne voyait rien à dire de plus également. Au moment où elle allait partir, elle se retourna et lança à la vieille dame : « En fait, j’ai pitié de vous. » La mégère tourna la tête vers elle, les yeux grands ouverts, elle n’en croyait pas ses oreilles. « J’ai de la peine pour vous, car vous n’avez jamais aimé, vous n’avez jamais été aimée… Et quand vous mourrez, personne ne vous pleurera… Adieu Mafalda, j’essayerais d’être digne du statut de Mme Potter à mon tour. » Elle referma la porte derrière elle, le cœur battant, elle décida de transplaner et de rentrer chez elle. James était dans la cuisine en train de chantonner, il préparait le diner. Il fut surpris de la voir là.

-          « Tiens, tu es déjà de retour ? » Elle fronça les sourcils. « Si tu crois que je ne sais pas où tu étais… » Elle sentit son ventre se tordre.

-          « Tu m’espionnes ? » Il secoua la tête et lâcha son torchon.

-          « Bien sûr que non, mais quand quelqu’un veut rendre visite à la mégère, mon père est tout de suite mis au courant, il m’a écrit en me demandant si c’était mon idée. » Il la regardait d’un air inquiet. « Comment ça s’est passé ? »

-          « Elle n’était pas étonnée que tu me demandes en mariage. Choquée que j’ai la bague de famille, dégoutée d’être en prison… Bref, rien de nouveau. » Il soupira et s’approcha d’elle.

-          « Pourquoi y aller alors ? » Elle haussa les épaules.

-          « Car malgré tout le mal qu’elle a fait, elle reste de la famille. Je voulais qu’elle soit au courant, pas pour lui dire que j’avais gagné, mais juste pour lui annoncer… » Il l’embrassa sur le front. « Tu ne m’en veux pas de ne pas t’en avoir parlé ? »

-          « J’ai été un peu vexé en lisant la lettre de mon père, mais non. Je sais que j’aurais essayé de t’en empêcher. Si tu penses que tu avais besoin de le faire, alors tu as bien fait. » Elle se retrouva dans ses bras, elle le remerciait silencieusement. « Quand nous serons mariés, s’il te plait, n’aie pas peur de me parler, je sais que je peux être têtu mais je m’inquiète pour toi. »

-          « Promis, je ne ferais plus rien dans ton dos. » Il se sentit soulagé, il ne voulait pas qu’elle croit qu’elle avait des comptes à lui rendre, il voulait juste ne pas être tenu à l’écart. « Ça sent très bon, on attend des invités ? »

-          « Tes parents et les miens justement, je me disais que c’était une bonne occasion pour leur annoncer que tu avais dit oui, même s’ils le savent déjà au fond. »

-          « Je n’en reviens toujours pas que tu aies demandé ma main à mon père ! » Elle plongea son doigt dans la sauce tomate et se fit gronder.

-          « Hey ! Pas touche ! » Elle ria et il la prit dans ses bras. « Je voulais faire ça dans les règles. »

-          « Et s’il avait dit non ? » James grimaça, ne voulant pas y penser.

-          « Je t’aurais quand même demandé, mais j’aurais toujours eu l’impression de ne pas être légitime… Je pense que ça aurait assombri un peu le tableau. » Elle fut surprise par son honnêteté. « Je sais à quel point son avis compte pour toi et qu’au fond tu aurais été attristée s’il avait refusé. » Elle savait qu’il avait raison, il la connaissait si bien.

-          « Heureusement qu’il était d’accord alors. » Elle l’embrassa doucement. « Je t’aurais épousé quand même tu sais. »

-          « Ravi de l’entendre. Maintenant, femme, laisse-moi cuisiner. » Il lui tapa sur les fesses, la chassant de la cuisine en riant. « Ils arrivent dans 10 minutes, tu as le temps de te changer. » Elle prit une moue boudeuse.

-          « Qu’est-ce qu’elle a ma tenue ? » Il secoua la tête en souriant.

-          « Rien, mais je pensais que tu aurais aimé te débarrasser de l’odeur d’Azkaban… » Lily comprit ce qu’il voulait dire et se dirigea vers la chambre pour changer ses habits.

     

 

Les parents de James arrivèrent en premier, ravis de voir que la bague était à son doigt. Louisa la serra fort contre elle et lui murmura à quel point elle était heureuse pour eux et que ce soit elle qu’il ait choisi. Lily en eut les larmes aux yeux, elle le savait déjà, elle lui avait dit la veille du presque mariage avec Héléna, mais elle fut touchée. William la félicita également. Les parents de la jeune file ne tardèrent pas et ils purent se mettre à table. James leur avait préparé des lasagnes maison et tout le monde se mit d’accord pour dire que cela avait l’air délicieux. La maman de la rousse ne pu s’empêcher de regarder sa fille et sa main où trônait une magnifique bague.

-          « J’imagine que vous avez quelque chose à nous annoncer ? » Lily lui sourit de toutes ses dents, sa mère aimait vraiment mettre les pieds dans le plat.

-          « Lily a accepté de faire moi un homme comblé en devenant ma femme. » James l’embrassa après sa phrase. Henri et Sandra étaient aux anges, même s’ils se doutaient qu’elle n’aurait pas dit non.

-          « Félicitations à vous deux ! Bienvenue dans la famille James ! » Ce dernier leva son verre et les Potter se joignirent au toast.

-          « Et bienvenue à Lily ! » William demanda quand est-ce qu’ils pensaient fêter cet évènement.

-          « On pensait en septembre, c’est proche, mais il y a encore de beaux jours. » Annonça le futur marié. Les mamans étaient choquées.

-          « Si tôt ?! Mais c’est dans un mois et demi ! » Sandra hocha la tête, complètement d’accord avec la sorcière. Lily pouffa.

-          « On ne veut rien de trop… Trop. Une cérémonie intime avec la famille et les amis proches. C’est tout ce dont on a besoin. » Louisa sourit, elle était tellement différente d’Héléna, de vrais opposés.

-          « Puis-je te proposer ma robe de mariée ? Je la remettrais au goût du jour mais elle était très simple et élégante. » Lily rougit, gênée. Elle avait vu des photos du mariage de ses futurs beaux-parents, et elle s’était dit qu’elle aurait adoré une robe semblable. Sandra ne dit rien, elle n’avait pas conservé la sienne et le regrettait. Louisa sentit immédiatement le malaise de son amie et essaya de réfléchir à une solution. « Peut-être que vous pourriez m’aider Sandra, j’adorerais avoir votre avis. Vous pourriez également vous occuper des arrangements fleuris, vous avez un tel goût pour ce genre de détails. » Sandra rougit à son tour, ravie qu’on prenne son opinion en compte.

-          « J’en serais enchantée ! » Lily n’avait pas les mots, Mme Potter avait décidemment une très belle âme. James bu un coup et lui caressa la main sous la table, il était heureux que leurs familles s’entendent aussi bien. Le dîner se passa sans encombre et les hommes parlèrent un peu sport, Mr Evans était curieux d’entendre les règles du Quidditch.

-          « Cela doit être impressionnant à voir ! J’aurais aimé voir un match au moins une fois dans ma vie. » James se leva et alla chercher une multiplette du dernier match qu’il était allé voir avec Sirius le mois dernier. Il l’alluma et remonta au début du match pour qu’il puisse voir. « Oh ! On croirait une mini-télé ! » Sandra râla en voyant les trois hommes derrière l’écran.

-          « Henri ! Pas à table ! » Ce dernier lui fit un signe que ça n’allait pas être long. Lily leva les yeux au ciel, il était incorrigible. « Je te souhaite d’avoir un mari qui t’écoute ma chérie ! » James leva la tête en souriant, il allait être ce mari et il n’avait pas l’intention de changer, puisqu’elle était tombée amoureuse de lui comme ça. Il fit un clin d’œil à sa fiancée et commenta à son futur beau-père les différentes actions. Lily secoua la tête en pouffant.

-          « Je ne changerais rien chez lui. Pour la cérémonie, il faudrait trouver un lieu… » Louisa voulait proposer le manoir mais cela rappellerait surement de mauvais souvenirs à la jeune femme. « Oh, est-ce que cela vous dérangerait de faire ça au manoir ? » Elle sursauta, elle ne pensait pas qu’elle allait lui demander.

-          « Avec plaisir, j’allais te le proposer. Il y a bien assez de place pour tout le monde ! »

-          « Super, et bien voilà, il n’y a plus grand-chose à faire au final, nous serons dans les temps. » Assura la future mariée. Sandra pouffa rejoint par la mère de James.

-          « Chérie, il y a des tonnes de choses à voir en plus de ça, un mariage ne se résume pas à un lieu, une robe et des fleurs. » Lily se demanda bien ce qu’il pouvait manquer, après tout, cela lui suffisait amplement. Elle voulait juste dire oui devant un mage et que ce soit fini. Au moment où elle allait poser la question, les hommes hurlèrent de joie.

-          « OUAIS ! » Henri était en admiration devant le but que venait de réaliser l’équipe que supportait James. « C’est incroyable, chérie, tu aurais dû voir ça, il a lâché son balai et s’en est servi de batte pour que la balle aille dans le cercle ! Et ensuite, il est remonté dessus ! » James se retint de rire, Henri aimait le sport, aucun doute là-dessus.

-          « Tu veux dire comme une batte de base-ball ? » Taquina sa femme. Henri grommela, honteux de ce qu’il avait fait à son futur gendre. « Je plaisante chéri. »

-          « En tout cas, je sais que ça ne vaut pas le Quidditch, mais je serais ravi de vous emmener voir un match de football un jour. » Le jeune homme était heureux qu’il le lui propose.

-          « Avec plaisir, Henri. » William ne disait rien, Henri se tourna vers lui. James grinça des dents, il avait été élevé par une mère haineuse des moldus, la dernière fois il avait bien fait comprendre qu’il n’irait pas boire le thé chez eux alors voir un match de sport moldu…

-          « J’en serais ravi également, je me suis toujours demandé quelles étaient les règles de ce sport à vrai dire… » Louisa et James regardèrent étonnés le père de famille. « Dîtes-moi quand cela sera possible pour vous et je trouverais du temps. » Henri fut soulagé qu’il soit aussi conciliant. James posa sa main sur l’épaule de son père qui la serra. Il n’avait pas besoin de mots, il avait compris à quel point c’était important pour lui. Les femmes étaient émues mais continuèrent de parler, tentant de ne pas laisser transpirer l’émotion et les effrayer.

Quand tout le monde fut parti, le jeune couple s’embrassa avec douceur.

-          « Tes parents sont extraordinaires. » Ils avaient parlé en même temps, les faisant rire. Lily le serra plus fort contre elle.

-          « Je n’arrive pas à croire que dans un peu plus d’un mois, je serais ta femme. » Il soupira de bonheur et l’embrassa sur le front. « J’ai hâte ! »

-          « Si tu veux, on laisse tout tomber et on va se marier là maintenant. » Elle secoua la tête en riant.

-          « Jamais je ne pourrais faire ça à nos familles. Ils sont tellement heureux de participer ! » James approuva.

-          « Nos mères en particulier, je suis d’accord, elles seraient trop tristes de ne pas mettre la main à la pâte. » Il passa sa main dans ses cheveux. « Je n’arrive toujours pas à croire que mon père va aller voir un match de foot avec le tien. »

-          « Tu penses qu’il le fait pour toi ? » Il haussa les épaules, incapable de dire si c’était le cas ou non.

-          « J’aime à penser qu’il le fait parce qu’il apprécie ton père, malgré tout ce qui peut les séparer. » Elle enfonça son visage dans son torse, respirant son parfum. « Tu viens te coucher ? »

-          « J’arrive, je vais faire la vaisselle, puisque tu as cuisiné. C’était délicieux d’ailleurs. » Il soupira.

-          « Je peux le faire. » Elle secoua la tête, refusant son aide.

-          « Un sort de nettoyage général et je te rejoins dans une minute. » Il acquiesça, il se rendit compte qu’il était crevé et se rendit dans la chambre. La jeune femme lança le sort et aussitôt la vaisselle fut lavée, essorée et rangée en trois coups de baguette. Lorsqu’elle alla se coucher, elle se lova contre lui, comme elle avait l’habitude de le faire depuis qu’ils vivaient ensemble. Il se retourna pour lui faire face, il avait enlevé ses lunettes et la regardait en plissant un peu les yeux, il était vraiment myope comme une taupe. Elle sourit en le voyant faire.

-          « J’espère que nos enfants n’hériteront pas de ta déficience visuelle… » Son sourire s’élargit.

-          « Je l’espère aussi. » Il se redressa sur son bras. « On n’en a jamais vraiment parlé… Tu sais que selon ma famille, je DOIS avoir des enfants… » Il passa son autre main dans ses cheveux, déjà en bataille. « Mais je prendrais toujours ton opinion en compte. Lorsque tu as cru être enceinte, est-ce que pour toi c’était plutôt une bonne nouvelle ou… » Elle voyait où il voulait en venir.

-          « Tu me demandes si je veux des enfants ? » Il hocha la tête, inquiet. « Oui, j’y ai beaucoup réfléchi, je sais que c’est la guerre, mais je ne veux pas qu’elle m’enlève l’opportunité de fonder une famille avec toi. » Il l’embrassa tendrement, ravi qu’elle pense comme lui. « Par contre, je te préviens, on n’aura pas de quoi faire une équipe de Quidditch ! » Il éclata de rire.

-          « Mince alors. Bon je me contenterais d’un ou deux alors. » Elle sourit en l’embrassant de plus belle. Il était tellement heureux, il sentait que son cœur allait imploser.

 

Le jour du mariage arriva et tout était prêt grâce aux mères des deux futurs mariés. Louisa avait modifié sa robe comme promis et Lily l’admirait sur le mannequin, à l’endroit même où elle avait découvert sa robe de bal. Elle était émue, elle était d’un blanc éclatant, en bustier avec des perles blanches sur le devant. Elle était serrée à la ceinture, puis devenait vaporeuse jusqu’aux chevilles.

-          « Louisa, je ne sais pas quoi dire… » Sa future belle-mère était également sur le point de pleurer de joie. « Je ne vous remercierais jamais assez pour tout ce que vous avez fait… »

-          « Lily ! Je t’arrête tout de suite ! » Elle lui prit les épaules pour qu’elle lui fasse face. « Je veux que tu comprennes à quel point tu as été une bouffée d’air frais pour cette famille. Ecoute-moi. » Lily allait ouvrir la bouche mais la referma. « Je n’ai jamais vu mon fils aussi heureux que depuis qu’il te connait, tu t’es battue pour rester avec lui contre une adversaire redoutable. Elle empoisonnait tout ce qu’elle touchait, tout le monde choisissait de fermer les yeux, mais toi tu as refusé que les choses se passent ainsi. Je ne te l’ai jamais dit, mais tu nous as sauvé, ma belle. William a enfin les commandes de sa propre famille et je vois à quel point il est heureux de pouvoir enfin prendre des décisions ! » Elle essuya une des larmes qui coulait sur sa joue. « Je ne pensais pas dire cela un jour, mais Merlin, la mégère est enfin hors d’état de nuire, et c ‘est grâce à toi. » Elle la serra dans ses bras et la remercia d’un souffle. « Je ne veux plus jamais que tu te sentes obligée de te justifier. Tu vas devenir une Potter, avec les bons et les mauvais côtés, mais tu seras une des femmes les plus respectées du monde magique. »

Lily pâlit à ces mots, elle sembla réaliser la charge qui allait lui incomber une fois mariée.

-          « J’imagine que je ne pourrais pas y couper… » Grimaça-t-elle, Louisa soupira.

-          « Il y a certaines choses que tu auras que je n’ai pas eu. » Lily la regarda d’un air surpris. « Je n’ai jamais eu le droit de travailler, si William m’avait quittée, je me serais retrouvée sans un sou. Mafalda avait insistée et comme j’étais folle amoureuse, j’ai accepté. Mais les journées sont longues… Le jardinage est devenu une passion tardive, je n’en pouvais plus d’errer dans le manoir… » Lily hocha la tête, elle aurait été incapable de ne pas faire quelque chose de ses journées, de ne pas se sentir utile. « Mais William ne voit aucun inconvénient à ce que tu travailles, au contraire, il est même fier. Il voit bien à quel point tu es brillante. » La jeune femme rougit et ne put s’empêcher de poser la question qui tournait dans sa tête.

-          « Est-ce que je peux vous poser une question ? » Louisa hocha la tête. « Je sais qu’il est important pour James de savoir gérer la fortune des Potter, mais je sais que ce qu’il rêverait de devenir un Auror… Il m’en a déjà parlé, Mafalda pensait qu’il n’avait pas besoin de travailler, mais ce n’est pas pour l’argent, c’est une passion… Est-ce que William serait prêt à le laisser faire maintenant que la mégère n’est plus là ? » Louisa soupira.

-          « Je l’ignore. C’est le seul héritier, je pense que nous serions trop inquiets… Toi aussi j’imagine. » Elle fit une autre grimace.

-          « Je serais morte d’inquiétude. Mais je le soutiendrais quoiqu’il fasse, parce que j’ai confiance en lui et que j’ai envie qu’il soit heureux. » Louisa la regarda en réfléchissant.

-          « J’en toucherais un mot à William. Tu as raison, il devrait être libre de faire ce qu’il aime. Tu vois, c’est grâce à ce genre de discours que je sais que tu es parfaite pour lui. » Elle regarda l’heure. « Oh ! Nous allons finir par être en retard ! Vite, il faut que tu t’habilles, ensuite coiffure et maquillage. Polky ! » L’elfe arriva dans la seconde en claquant des doigts. Lily était ravie de la revoir, elle avait beaucoup de talent. Louisa referma les portes derrière elle et alla vers le bureau de son mari, il fallait qu’ils aient une petite discussion sur l’avenir de leur fils.

 

James était mort de trouille, il essaya d’arranger ses cheveux encore une fois, mais c’était peine perdue. 19 ans à se décoiffer, forcément, ça laisse des traces. Sirius arriva au moment où il essayait de dompter une mèche rebelle.

-          « Désolé vieux, mais je crois que tu ferais mieux de te raser la tête pour être sûr que rien ne dépasse… » James pouffa et lui lança un coussin qui trônait sur la chaise à côté de lui. Le maraudeur le rattrapa sans mal. « Nerveux ? »

-          « Tu n’imagines pas… Je crois que je vais vomir sur quelqu’un… » Sirius se rappela que Lily avait dit la même chose le jour où elle devait rencontrer la mégère.

-          « Tu vas très bien t’en sortir. Je viens de la voir, elle est magnifique. Et toute aussi nerveuse que toi, crois-moi. » James était un peu jaloux que son meilleur ami et témoin ait pu la voir et pas lui. Ils entendirent frapper, James invita la personne à entrer. C’était son père. Ils n’avaient jamais été très proches mais ce jour pouvait être un tournant pour eux. Sirius trouva une excuse pour filer et William lui fit une tape légère sur l’épaule pour le remercier.

-          « On peut dire que tu ne cesseras jamais de m’étonner… » James fronça les sourcils. « D’abord, tu as plus de retenues qu’un individu peut recevoir dans une vie. » Il grimaça, il n’en était pas très fier. « Tu amènes une née-moldue comme petite-amie aux 100 ans de ta grand-mère, sachant ce qu’elle pense des gens de ce statut… » Il devait bien avouer que dit comme ça, il n’avait pas fait dans la dentelle. « Tu te fais briser le cœur par hibou, tu écoutes mes cours ennuyeux à mourir pendant des mois sans te plaindre. » Il sourit, c’est vrai que ces cours étaient chiants. « Finalement, tu découvres que ta grand-mère est une enflure qui a monté un plan pour te séparer de ta copine. Tu sacrifies ton bonheur pour lui rendre la mémoire. » Il se souvenait très bien de ce moment-là également. « Finalement, elle est aussi têtue que toi, réussi à briser le serment et vous vous remettez ensemble… » James sourit de plus en plus, ils étaient vraiment bornés tous les deux, c’était vrai. « Vous prenez un appartement à la vitesse de l’éclair et aujourd’hui vous allez vous marier… » Il se gratta la nuque, est-ce que son paternel était en train d’insinuer qu’ils étaient allés trop vite ? « Est-ce que j’ai oublié quelque chose ? » James soupira.

-          « Je sais qu’on a vécu des hauts et des bas, pire qu’un match de Quidditch, mais je suis sûr de mon choix. » William hocha la tête, ravi de l’entendre.

-          « Bien. » James sentit qu’il y avait autre chose. « Je voulais te dire merci, je ne l’ai jamais fait jusque-là, parce que ma fierté m’empêchait de le faire… Tu avais raison, depuis le début. Je ne reviendrais pas sur mes erreurs passées, mais je voulais revenir sur une injustice que ta future femme a pointé du doigt. » Le jeune homme était tout ouïe, qu’avait-elle dit ? « Elle discutait avec ta mère des rôles qu’une Potter avait à assumer. Mère a toujours demandé à ce que Louisa ne travaille pas, mais je ne suis pas contre que Lily le fasse. » James en fut soulagé, elle n’aurait jamais accepté de ne pas se rendre utile et elle avait travaillé tellement dur ! « Mais j’ai conscience que toi aussi, tu as un rêve. Je ne dis pas que j’en suis content, mais je pense que tu pourras commencer la formation d’auror la semaine prochaine. » Son cœur loupa un battement, fini la gestion de la fortune familiale ?! Il allait pouvoir aller se battre ! Il sourit jusqu’aux oreilles, le communiquant à son père. Il l’enlaça comme il ne l’avait jamais fait auparavant.

-          « Merci Père. Je… Je ne sais pas quoi dire, je ne m’y attendais pas… » William s’écarta de lui avec un regard qui en disait long sur la fierté qu’il éprouvait pour son fils.

-          « Tu peux remercier Lily, elle a su dire les bons mots à ta mère pour la convaincre. »

-          « Je le ferais. » Son père acquiesça et se dirigea vers la porte avant de se retourner.

-          « Je ne te l’ai jamais dit… Mais je suis fier de toi, je l’ai toujours été et je le serais toujours. » James se rapprocha de lui et l’enlaça une nouvelle fois. Il avait tellement attendu ses mots dans sa jeunesse, il était touché que son père s’ouvre enfin à lui. Ils se séparèrent et au moment où son père quitta la pièce, il lâcha : « Ah, je ne t’ai pas dit, mais quand un enfant Potter se marie, il hérite de la maison familiale. » James en resta bouche-bée, son père avait déjà disparu dans le couloir en refermant la porte derrière lui. Ils allaient vivre dans le manoir ! Son père parti, le stress du mariage revint en force.

 

Sirius arriva pour lui annoncer que c’était l’heure d’y aller. James ne pouvait pas parler, il se contenta d’hocher la tête, sans vraiment se rendre compte qu’il marchait et se dirigeait vers le moment le plus important de sa vie. Sirius mit sa main sur son épaule pour le rassurer, geste qu’il apprécia. Ils arrivèrent dans le jardin, il y avait des fleurs partout, c’était simple mais très beau, comme eux finalement. Il se planta devant l’allée et serra la main du mage marieur. Sirius se posa à côté de lui, il avait pu se rendre compte des similitudes avec le premier mariage qui avait failli avoir lieu, mais il balaya ses souvenirs, celui-là, c’était le bon, le vrai, celui qui comptait. La musique commença, Sandra était au premier rang et envoya un regard d’encouragement au jeune homme, il lui fit un sourire éblouissant malgré sa nervosité. Il attendait, les yeux rivés sur l’allée. Elle arriva, au bras de son père qui était très ému. Son cœur manqua un battement. Elle ressemblait à un ange, elle était magnifique. Elle souriait pendant tout le temps où elle descendait le chemin qui la menait vers lui. Elle aurait voulu courir mais son père la ralentissait, un peu de patience que diable semblait-il dire d’un seul regard. Elle arriva enfin près de lui et lui fit face. Son père passa sa main à James en le regardant d’un air bienveillant, que le fiancé lui rendit. Puis ses yeux tombèrent dans le vert de ses yeux et il sut qu’il était perdu. Le mage parlait, mais il n’entendait rien. Elle non plus, ils se dévoraient du regard, à un tel point que Sirius du donner un léger coup de coude au marié pour signaler qu’il y avait des gens autour d’eux et que ça devenait gênant. Les deux célébrés rougirent, embarrassés, faisant rire l’assemblée.

 

-          « C’est beau de voir deux personnes s’aimer autant sans se parler. Mais si vous pouviez attendre la fin de la cérémonie avant de faire quoique ce soit, nous vous en serions reconnaissants. » S’amusa le mage. La cérémonie se déroula sans incident et vint le moment des vœux. Lily commença les siens, elle n’osait plus le regarder dans les yeux, faisant sourire tout le monde.

-          « James, je ne vais pas parler de ce qu’on a vécu, tout le monde le sait, nous les premiers, et au lieu de parler du passé, je veux parler d’avenir. Je crois que je me suis toujours considérée comme tienne depuis le bal de Noël, peut-être même avant. Je t’aime tellement que ça semble indécent, il n’y a pas un jour où je ne m’imagine pas à tes côtés. Tu ne cesse de répéter à tout le monde que je te fais l’honneur de devenir ta femme… La vérité, c’est que c’est toi qui me fais l’honneur de devenir mon mari… Je t’aimerais jusqu’à ce que la mort nous sépare, et même au-delà. » Elle remarqua après son discours que beaucoup de personnes avaient sorti des mouchoirs, elle n’était pas loin de pleurer elle-même. James serrait sa main, ému également. Le mage lui laissa la parole.

 

-          « Lily. 4 lettres, un si beau prénom pour une si belle personne. Je crois que le moi de 7ème année à Poudlard ne réalise toujours pas que tu sois sortie avec lui. » Elle pouffa en même temps que Sirius. « Tu sais à quel point je t’aime, j’essaye de te le montrer tous les jours, j’espère réussir. » Elle hocha la tête énergiquement, faisant rire tout le monde. « Mais tu ignores tout ce que tu m’apportes chaque jour. Je vais donc apporter quelques éclaircissements. Promis, je vais essayer de faire court. » Les invités rirent de plus belle. « Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie. Là où des personnes voient des yeux verts, moi je vois deux émeraudes, capable de ne voir que le bon dans ce monde. Là où des gens voient des cheveux roux, je ne vois qu’une chevelure de feu qui représente ton tempérament. Là où des gens ne voient que ta gentillesse, je vois une dévotion sans faille, tu donnes tout ce que tu as, quitte à t’oublier toi-même. Là où des gens voient ta passion des livres, je vois une curiosité, une soif d’apprendre qui ne se tarit jamais. » Lily pleurait à présent. « Tu détestes montrer tes faiblesses, peu de gens t’ont vue pleurer, mais si jamais sur notre chemin il y a d’autres épreuves, je serais l’épaule sur laquelle tu pourras te confier, te reposer et je serais toujours là. Tu es ma meilleure amie, mon âme sœur, la femme de ma vie, je crois qu’au fond je l’ai toujours su. Aujourd’hui, tu fais de moi le plus heureux des hommes en prenant mon nom et en prouvant au monde entier que rien ne pourra jamais nous séparer. » Elle ne pu se retenir, elle l’embrassa, en larmes. Tout le monde avait les larmes aux yeux ou pleurait complètement comme Sandra et Louisa. Le mage eut un sourire.

-          « Vous n’êtes pas censés vous embrasser maintenant… Mais je ne peux pas vous en vouloir… Maintenant, les alliances s’il vous plait. »  Sirius s’avança en même temps que Mary qui était la demoiselle d’honneur. Elle était en larmes également, touchée par tant d’amour. « Bien, prenez l’anneau de l’autre et répétez après moi. Cet anneau est le symbole de l’amour que je te porte. »

-          « Cet anneau est le symbole de l’amour que je te porte… »

-          « Il représente la vie que je veux vivre à tes côtés. »

-          « Il représente la vie que je veux vivre à tes côtés.

-          « Dans la santé, comme dans la maladie, jusqu’à ce que la mort nous sépare. »

-          « Dans la santé, comme dans la maladie, jusqu’à ce que la mort nous sépare. » Ils se passèrent mutuellement les anneaux au doigt.

-          « Par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous déclare, mari et femme. Vous pouvez embrasser la mariée maintenant. » Il fit un clin d’œil mais James se jetait déjà sur sa femme pour l’embrasser et la renverser devant l’assemblée qui applaudissait à tout rompre. « Je vous présente James et Lily Potter ! » Elle sentit son cœur battre plus vite et son sourire s’élargit. Elle se détacha de son mari, Merlin, il était son mari. Il la regardait comme s’il allait la dévorer. Sirius le prit dans ses bras pour le féliciter, Mary fit de même pour Lily.

-          « Je suis tellement heureuse pour vous deux ! » Elle lui fit un câlin mais sentit qu’elle ne devait pas abuser de la mariée trop longtemps. « J’ai été très prise par mes examens… » Lily lui fit signe que ce n’était rien.

-          « Je sais que si je me dispute un jour avec James je pourrais me réfugier chez toi. » Elle explosa de rire et hocha la tête. Elle laissa sa place à William qui la prit dans ses bras.

-          « Merci. » Elle le regarda sans comprendre. « De ne jamais avoir abandonné malgré tout ce qu’il s’est passé. Merci de l’aimer autant. » Elle l’embrassa sur la joue, le faisant sourire encore plus.

-          « Votre fils est extraordinaire. A l’image de ses parents. » Il la relâcha et c’est Louisa qui la prit à son tour.

-          « Oh, ce que tu as dit ! Et cette façon que vous avez de vous regarder… » Elle l’embrassa sur les deux joues. « Je suis tellement heureuse que tu fasses parti de la famille ! Je ne pouvais rêver d’une meilleure bru. »

-          « Oh Louisa, merci. Merci pour tout. » Sandra s’approcha forçant Louisa à s’éloigner un peu.

-          « Je ne te retiens pas plus longtemps, beaucoup de gens tiennent à vous féliciter, je vais aller embrasser mon fils. » Lily serra sa mère dans ses bras.

-          « Chérie, c’était tellement beau ! Vous êtes beaux tous les deux. Et ses vœux, oh mon dieu, j’aurais aimé recevoir ces mots à mon mariage ! » Lily lui tapa un peu sur le bras. « Quoi ? Ton père a dit je t’aime plus que tout et il m’a passé la bague au doigt. » La mariée se mit à rire, en effet, c’était expéditif, mais c’était son père tout craché. « Je suis tellement heureuse pour toi ! »

-          « Tu as été le voir ? » Elle acquiesça.

-          « Oui, je l’ai longuement embrassé, j’ai rarement vu un amour aussi fort. Il a l’air tellement heureux, j’ai l’impression qu’il ne va jamais quitter son sourire. » Elle jeta un regard à son mari et force est de constater qu’il ne cesse de sourire. Elle le trouva adorable et beau ! Son regard croisa le sien et elle sourit de plus belle. « Je suis toujours là ma chérie… » La voix de sa mère la ramena sur Terre. Elle se sentit gênée d’être si obnubilée par son amoureux. « Oh, chérie, vous êtes fait l’un pour l’autre, il n’y a aucun doute là-dessus. La lune de miel va être rock’n roll ! » Ajouta-t-elle en riant. Lily se mit à devenir aussi rouge que ses cheveux.

-          « Maman ! » Henri grogna, il ne voulait pas les imaginer faire quoique ce soit, car après tout, elle était toujours sa petite fille. « Papa ! » Il l’enlaça et elle sentit sa prise plus puissante que les autres. Il avait beaucoup de mal à la laisser partir.

-          « Je sais que c’est juste un mariage, que vous étiez déjà comme un couple marié bien avant, mais je ne peux m’empêcher de penser que cette fois, tu pars pour de bon. » Elle secoua la tête.

-          « Papa, nous viendrons toujours manger chez vous et vider votre frigo, ça ne changera rien. » Il la serra davantage.

-          « Tu es sublime, on dirait un ange. » Elle sourit, elle était touchée.

-          « Tu n’es pas mal garé cette fois ? » Il éclata de rire.

-          « Non, pas du tout. On va profiter de cette soirée et je vais pouvoir goûter aux alcools sorciers, j’ai hâte ! » William l’entendit et se dirigea vers lui pour lui proposer de goûter son whisky pur-feu. Les deux hommes s’entendaient à merveille et elle était heureuse. Elle sentit quelqu’un lui taper l’épaule droite, elle sut direct qui s’était et se tourna vers la gauche. C’était Sirius, un sourire béat sur les lèvres.

-          « Je pensais que j’allais t’avoir. » Elle secoua la tête pour lui dire que c’était peine perdue. « Est-ce que je peux te faire un câlin pour te montrer à quel point je suis heureux pour vous ? » Elle approuva et il s’exécuta. « C’est la première fois que je fais un câlin à une femme sans arrière-pensée… Ou sans essayer de lui enlever son soutien-gorge. » Elle éclata de rire tout en s’écartant du jeune maraudeur.

-          « Je t’adore ! Je ne t’ai jamais vraiment remercié pour tout ce que tu as fait pour James et moi… Mais sans toi, je ne sais pas ce que j’aurais fait… » Il était gêné et fit signe que ce n’était rien.

-          « Tu serais sûrement tomber dans la boisson… » Elle le frappa sur l’épaule en riant. « Vous vous seriez trouvé même sans moi. » Reprit-il sérieusement.

-          « Tu as pris de gros risques pour briser le serment, tu m’as fait confiance aveuglément. Je ne sais pas si c’est une preuve d’amitié ou de folie… » Il ria à son tour.

-          « Peut-être un peu des deux… Mais faites-moi plaisir, à l’avenir, évitez de vous mettre dans les ennuis jusqu’au cou. » Elle le reprit dans ses bras, le remerciant silencieusement cette fois-ci.

-          « Et bien, à peine mariée, déjà dans les bras d’un autre ! » Elle se retourna, elle eut la bonne surprise de voir Oriana et son frère qui les regardaient.

-          « Oriana ! » Elle quitta les bras de Sirius pour la rejoindre. « Quel plaisir de te voir ! »

-          « Je suis tellement heureuse pour vous. Je savais que ça finirait par arriver, je ne croyais pas une seule seconde à cette lettre de rupture. » Sirius grimaça.

-          « Tu as le don de mettre la bonne ambiance à un mariage. » Elle ne fit pas attention à lui.

-          « Peu importe. Je voulais t’écrire, mais je ne savais pas comment mon hibou aurait été reçu… James m’a tout raconté, j’avais l’impression de lire un livre d’amour et d’aventures. Le coup du polynectar, quel coup de génie. »

-          « Auquel j’ai participé magistralement d’ailleurs. » Ajouta le témoin. Elle leva les yeux au ciel, Lily les laissa se disputer pour aller saluer le frère jumeau.

-          « Si jamais tu t’ennuis avec mon cousin, n’hésite pas, je suis là. » Il lui fit un clin d’œil et elle explosa de rire.

-          « Désolée, tu n’es pas mon genre. »

-          « Dommage. » Remus vint à son tour pour la féliciter. Le français laissa sa place en souriant.

-          « Je crois que le marié en a marre de ne pas être à tes côtés… Ou que tu sois toujours habillée. Je sens tout, ça en devient gênant. » Elle sourit de toutes ses dents. « Je suis heureux pour vous deux. Et je voulais t’annoncer que je vais faire partie du programme des essais pour la potion Tue-Loup. » Elle était surprise, elle ne s’attendait pas à une si bonne nouvelle. « Si tu fais confiance à cette potion, alors je te fais confiance. »

-          « Oh Remus, si tu savais à quel point je suis heureuse pour toi ! » Il s’esclaffa.

-          « Je crois que c’est plutôt à moi de te dire ça. Je suis vraiment heureux pour vous deux, vous êtes le reflet de l’autre. »

-          « Tu veux dire que je ne suis pas bien coiffée c’est ça ? » Il secoua la tête en riant.

-          « Je pense qu’il est temps pour vous d’ouvrir le bal. » Elle avait hâte, elle adorait danser avec lui. Elle le trouva dans la salle de bal justement, un verre à la main. Il parlait avec sa cousine française. Quand il la vit, il oublia sa conversation, posa son verre et se dirigea droit vers elle, et avant qu’elle n’ait pu dire un mot, l’embrassa à pleine bouche. Sirius toussa.

-          « Vous ne pouvez donc pas vous en empêcher, c’est dingue ça. Il va falloir danser, vous pensez pouvoir faire ça ? » Lily se recula et son mari pu voir dans ses yeux à quel point elle le voulait. La musique de Nat King Cole L-O-V-E commença, leur rappelant de très bons souvenirs. Elle se laissa porter par son cavalier, son âme sœur, son mari.

-          « Merci pour ce que tu as dit. » Lui chuchota-t ’elle. « Tu n’as pas idées à quel point ça m’a touchée. Tu as répété ? » Il sourit.

-          « Tu ne le sauras jamais. » Elle pouffa, se laissant aller contre lui. Sirius prenait des photos et elle se dit qu’elle avait hâte de voir à quoi ils ressemblaient quand ils dansaient. La chanson se termina et Henri voulu prendre sa fille pour la prochaine danse. James demanda à Sandra si elle lui ferait l’honneur de lui accorder cette danse.

-          « Tu as tenu ta promesse James. Nous dansons à un autre mariage. »

-          « J’avais bien compris le sous-entendu. En tout cas, je sais d’où votre fille tient sa posture et sa grâce. » Elle bafouilla et devint aussi rouge que les cheveux de sa fille.

-          « Tu n’as pas honte de me faire rougir devant l’assemblée ? Je te reconnais bien là. »

Les danses s’enchainèrent, tout le monde voulait profiter des mariés, Sirius faisait exprès de retarder le moment où ils resteraient seuls. James le savait, il tentait de ne pas déshabiller sa femme du regard, mais ça devenait de plus en plus dur à mesure que la soirée défilait. Et il sentait que la jeune mariée pensait la même chose. Il sourit et se pencha à son oreille, lui disant qu’ils pouvaient partir à présent sans paraître impolis. Elle approuva cette décision et se dirigea vers Oriana qui buvait un verre avec un jeune homme qu’elle ne connaissait pas.

-          « Oriana, est-ce que tu pourrais distraire Sirius pour que James et moi puissions partir ? » Elle répondit par l’affirmative et accepta sa mission. James la vit traverser la salle et se jeter sur Sirius pour l’embrasser passionnément. James fut gêné d’assister à cela mais heureux de pouvoir enfin s’enfuir avec sa belle. Elle le laissa l’emmener en transplanant dans un hôtel qu’il avait réserver. Le lendemain, un portoloin les emmènerait à Tahiti, destination qui faisait rêver la jeune femme. Une fois seuls dans la chambre, il y eut un moment de flottement. Il voulait se souvenir de ce moment toute sa vie. Elle, dans sa robe blanche, sa femme, pour la vie. Il l’embrassa comme il ne pensait jamais embrasser quelqu’un. Elle répondit à son baiser et commença à déboutonner sa chemise sous sa cape. Elle sentait que son cerveau était en mode pilote automatique, ne sachant plus trop bien ce qu’elle faisait, mais ses mains le connaissaient par cœur. Pourtant, cette nuit, il lui sembla que tout était différent, elle était sienne et lui sien.

-          « Je t’ai déjà remercié d’avoir dit Oui ? » Murmura-t-il à son oreille, la voix hachée par le désir.

-          « Non, pas aujourd’hui. » Elle se colla à lui, sa robe tombant parterre après qu’il ait descendu la fermeture éclair. Il sourit de toutes ses dents.

-          « Merci. » Elle pouffa et ne répondit pas, il savait ce qu’elle en pensait. « Je t’aime Lily Potter. » Elle s’arrêta, réalisant ce qu’il venait de dire.

-          « Il va falloir que je m’y fasse, mais je trouve que ça sonne très bien. » Il l’embrassa passionnément et plus un mot ne fut prononcé de la nuit.

 

Note de fin de chapitre :

Merci de m'avoir lue, j'espère que ça vous a plu, on arrive bientôt à la fin, j'avoue que j'ai adoré écrire cette histoire. A bientôt pour la suite!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.