S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


La Dynastie Potter par EveRywhere49

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Et voilà, c'est officiel, voilà le dernier chapitre de l'histoire. J'espère qu'il va vous plaire. Merci de me lire encore une fois. Les personnages sont à JK Rowling. 

 

Bonne lecture!

PDV de James :

 

J’ai mal, la douleur est si intense, j’ai l’impression qu’elle me consume. J’entends Lily, je reconnaitrais sa voix entre milles. Je lui suis reconnaissant qu’elle vienne me voir et qu’elle me raconte sa journée, ou je ne sais trop quoi, je ne comprends pas, comme si j’étais dans une bulle et que je l’entendais prononcer que des onomatopées. Sa voix m’apaise d’une certaine façon, je voudrais tellement la rejoindre mais… Elle ne me touche plus, elle crie ! Merlin, il faut que je fasse quelque chose ! Ma douleur passe en second, ma femme est en danger bon sang de gargouilles ! Je sens mon cœur s’accélérer et comme si mon cerveau se remettait en place, j’ouvre les yeux. Je vois flou, mais je vois un homme près de mon lit en train de l’emmener loin de moi. J’ai tout juste le temps de prendre la baguette de la poche de Lily, je sais qu’elle la met toujours là, malgré les nombreux avertissements que j’ai pu lui donner. Je jette un sort de stupéfixion en espérant ne pas toucher ma femme, l’homme tombe, elle aussi. Bouse ! Je cherche mes lunettes sur le côté, j’entends Lily qui crie qu’il y en a un deuxième sur ma gauche. Je ne vois qu’une sorte de silhouette vers la porte, je lance le sort et le touche. Il tombe à son tour. Je sens mon énergie me quitter aussi vite qu’elle est arrivée. Je ressens un mouvement sur ma droite, c’est elle. Elle se précipite vers moi et me met mes lunettes sur le nez. Quelques instants plus tard, elle appelle les aurors afin qu’ils s’occupent des deux hommes qui se trouvaient parterre dans ma chambre. Il n’y a que des collègues que je ne connais pas, ils nous posent quelques questions et repartent avec les corps ligotés.

Fin PDV de James.

-          « James ! » Elle le serre dans ses bras. Il grimaça un peu, il était encore faible. « Oh pardon. »

-          « Ne t’excuse pas mon amour. Je ne pouvais pas les laisser faire, je me suis battu dès que j’ai entendu ta détresse. » Elle pleurait, il était revenu pour la sauver. « J’ai dormi longtemps ? »

-          « Un mois et une semaine… » Il reposa sa tête sur l’oreiller. Si longtemps ? Elle avait dû s’inquiéter. « Tu nous as beaucoup manqué. » Il sourit.

-          « Je suis sûr que Sirius aura des tas de choses à me raconter. » Elle le regarda lui demandant s’il avait entendu sa voix. « Oui, j’entendais tout, tu étais mon rayon de soleil dans cet enfer. Mais c’était comme si ta voix était lointaine ou étouffée. » Elle comprit alors qu’il ne savait toujours pas la grande nouvelle à propos d’eux.

-          « James, le jour où tu as été attaqué, j’étais au QG des aurors, je devais te parler. » Il se releva un peu, l’écoutant attentivement. « J’ai appris la plus merveilleuse des nouvelles. » Il la regarda sans comprendre. « Je suis enceinte. » Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Il allait être papa !

-          « Je… Par Merlin, chérie, c’est une excellente nouvelle ! » Il la prit dans ses bras et elle se lâcha, toutes les émotions qu’elle avait tenté de dissimuler, comme si elle pouvait enfin relâcher la pression. « Je suis là mon cœur, je t’ai fait une promesse, je ne te laisserais jamais. » Il se recula et embrassa son visage baigné de larmes. « Si tu savais à quel point je suis heureux. » Il réalisa soudain, à quel point elle avait dû se sentir seule tout ce temps. « Tu le sais depuis un mois et une semaine ? Oh mon ange, je suis désolé. » Elle pouffa.

-          « Tu n’y es pour rien. Tu es là maintenant et c’est tout ce qui compte. » Il se reposa sur l’oreiller en soupirant.

-          « Qu’est-ce que j’ai manqué ? Je veux tout savoir. » Elle l’embrassa tendrement.

-          « Tu devrais te reposer chéri. »

-          « J’ai dormi pendant un mois ! Je suis reposé. Dis-moi, tout va bien ? » Il avait un air inquiet maintenant, elle le caressa sur la joue.

-          « Nous allons très bien, enfin, j’en saurais plus demain. C’est la première échographie. »

-          « Déjà ?! Mais tu es enceinte de combien ? »

-          « D’à peu près 3 mois. » Il n’en revenait pas, il toucha le ventre de sa femme, il sentit qu’il était un peu bombé.

-          « Merlin, j’ai failli passer à côté de ça… Si tu savais comme je m’en veux… » Elle l’embrassa une nouvelle fois.

-          « James ! Arrête, tu n’as loupé que les nausées matinales, je t’assure que c’était le meilleur moment pour être dans le coma. » Elle essayait de plaisanter, mais il s’en voulait trop pour le moment.

-          « Je vais arrêter de travailler, je ne veux plus risquer de ne pas voir mon enfant grandir, je veux qu’on forme une famille. » Elle fut surprise d’une telle décision.

-          « Mais tu aimes tellement ton travail… »

-          « Mais je vous aime encore plus ! Je sais que j’ai dit que je voulais aider dans cette guerre, mais je ne veux pas être absent comme l’était mon père. Cet enfant mérite tellement mieux. » Elle le sert contre lui. « Et je ne veux plus te faire souffrir… »

-          « Tu as le temps de prendre une décision, chéri, tu viens de te réveiller, tu viens d’apprendre une nouvelle qui va changer ta vie. Je veux juste que tu guérisses et qu’on rentre à la maison… » Il hocha la tête pour dire qu’il était d’accord, même s’il sentait que sa décision était la bonne.

-          « Tu étais au manoir ? » Elle hocha la tête.

-          « Tes parents ont été adorables avec moi, alors qu’ils avaient autant de peine que moi de te voir dans cet état. »

-          « Je me souviens que ma mère est venue dans ma tête me rendre visite. Elle semblait si impuissante… » Lily approuva.

-          « Cela lui a fait énormément de mal, je lui ai dit que c’était peine perdue, que tu n’aurais pas voulu qu’elle se torture comme ça… » Il lui sourit.

-          « Tu as bien fait mon ange. Si tu savais à quel point tu me rends heureux. On va être parents ! » Elle s’allongea près de lui, la tête sur son torse, elle se sentait enfin entière.

 

Le lendemain, James pouvait sortir, il remercia chaleureusement tout le service et surtout le médicomage qui s’était occupé de lui et qui était ravi de le voir enfin sur pied. Lily était nerveuse, elle avait hâte de voir le bébé pour la première fois, elle espérait qu’elle ne l’avait pas trop stressé pendant cette période difficile.

-          « Ne t’en fais pas mon cœur, je suis sûr que tout va bien pour lui. D’ailleurs, tu préfères une fille ou un garçon ? » Elle lui fit un sourire éblouissant.

-          « Je n’ai pas de préférence, mais j’avoue avoir imaginé un mini-toi… Je lui parlais de toi tous les jours. » Il lui embrassa le front, reconnaissant et triste. Il ne voulait plus qu’elle lui parle de lui, il voulait lui parler directement.

-          « De toute façon, c’est un peu tôt pour savoir, non ? » Elle haussa les épaules.

-          « Je ne sais pas, Louisa m’a dit qu’à son époque ils ne pouvaient pas dire avant la deuxième échographie, mais il y a peut-être eu des avancées depuis 20 ans. » Elle s’arrêta devant la porte de la salle d’attente. « J’imagine que tu voudras aller voir les aurors aujourd’hui. » Il acquiesça.

-          « Je veux savoir pour qui bossaient ces types, même si j’ai déjà ma petite idée, malheureusement. » Elle savait à qui il pensait : Mafalda, encore et toujours. « Je vais aller la voir en prison, je veux m’assurer qu’elle n’a soudoyé personne pour arriver à ses fins… » Il lui ouvrit la porte de la salle. « Je ne veux plus qu’on s’en fasse à cause d’elle, on n’est plus seuls maintenant. » Elle toucha son ventre, fière qu’il pense déjà au bien-être de leur bébé. Après 10 minutes d’attente, qui semblèrent interminables aux yeux du futur papa, ils arrivèrent dans le cabinet.

-          « Bonjour Mme et Mr Potter. Ravie de vous rencontrer Monsieur, je suis le Dr Galier, je suis la gynécomage qui s’occupe de votre femme. » Il lui serra la main. « Alors, prête pour l’échographie du premier trimestre ? » Lily était nerveuse et hocha la tête malgré tout. « Je peux comprendre que vous soyez nerveuse, ne vous en faites pas, c’est juste pour savoir si le petit bout va bien. » Elle l’invita à s’allonger sur le fauteuil. Une fois cela fait, James s’approcha d’elle et regarda le mur d’en face, un appareil apparemment assez compliqué montrait les images du fœtus. La gynécomage jeta un sort à l’appareil et prit un long tuyau où se trouvait une boule argentée. Elle posa la boule sur le ventre nu de la jeune rousse, et immédiatement James fut émerveillé de voir des mouvements sur le mur.

-          « Merlin… » Il en était tout chamboulé, il pouvait voir se dessiner la silhouette de son bébé.

-          « Il a une bonne taille, bien développé. » Lily était hypnotisée par ce qu’elle voyait. « Je vais zoomer un peu pour voir de plus près s’il n’y a pas de déformations. » James serra la main de sa femme plus fort. Il savait qu’elle était inquiète, elle lui avait dit la veille, elle avait peur d’avoir trop stressé avec son coma, rajoutant à sa culpabilité. « Et bien, tout va bien, le cœur est en pleine forme, je ne vois pas de problème, vous allez pouvoir mettre au monde un bébé en pleine santé si vous continuez à faire autant attention. » Elle éteignit l’appareil et le couple était aux anges, tout allait bien. « Je vous donne rendez-vous dans 3 mois pour voir l’évolution du fœtus, mais si jamais vous avez le moindre doute, ou un souci de santé, n’hésitez pas à m’envoyer un hibou urgent et nous ferons une auscultation. » Lily lui assura qu’elle n’hésiterait pas et ils quittèrent le cabinet le cœur léger.

 

L’après-midi même, il se rendit au QG. Il se rendit compte qu’il avait juste envoyer un mot rapide à son meilleur ami. Il voulait le voir et le rassurer mieux que ça sur son état. Il le vit en train de s’arracher les cheveux sur un dossier sur son bureau. Il entendit des pas et leva les yeux. Il eut un énorme sourire en voyant son meilleur ami et se leva en esquivant son bureau. Il le prit dans ses bras et resta un moment à lui taper dans le dos.

-          « Mon vieux, tu as joué à la belle au bois dormant beaucoup trop longtemps. » James pouffa et frappa une dernière fois dans le dos de son frère.

-          « Je sais que tu t’ais inquiété pour moi. Je vais bien. Merci de t’être occupé de ma femme en mon absence. Et de mon futur enfant accessoirement… » Sirius était ravi pour lui.

-          « Je suis tellement heureux pour toi. Pour vous. Vous le méritez après tout ce bordel. » James approuva.

-          « Qu’est-ce que tu peux me dire sur les deux agresseurs de l’hôpital ? » Sirius souleva le dossier qui était sur son bureau.

-          « Je pense que tu as deviné, encore un coup de la mégère. Le premier qui a essayé de s’en prendre à Lily a vendu la mèche. Elle les a abordés pendant qu’ils faisaient du ménage du côté du quartier sécurisé. Elle a promis de l’argent et plus encore… »

-          « Je ne sais pas quoi faire, elle a réussi à recruter alors qu’elle est dans le quartier le plus sécurisé d’Azkaban ! Il faut que j’aille voir moi-même ce qu’il se trame là-bas, peut-être qu’elle n’a pas que des prisonniers sous ses ordres si tu vois ce que je veux dire… » Sirius approuva.

-          « Je vais venir avec toi, je ne veux pas que tu te retrouves une nouvelle fois dans le coma. » Son meilleur ami savait que ça ne servirait à rien d’argumenter. « Tu veux y aller maintenant ? » Il hocha la tête pour dire oui.

-          « Par contre, je voulais te l’annoncer moi-même mais c’est mon dernier jour en tant qu’auror apprenti… Avec l’arrivée du bébé, je ne peux plus me permettre de me mettre en danger… » Sirius soupira.

-          « Je comprends, cette décision n’a pas dû être facile à prendre pour toi… Maugrey va être déçu, il n’a pas arrêté d’être de mauvais poil depuis que tu as été attaqué. »

-          « Il s’en remettra, je ne m’en fais pas pour lui. » Il posa sa main sur le bras de Patmol. « Allons-y, j’ai besoin de savoir, je ne pourrais pas dormir sans être sûr qu’elle ne peut plus nous faire de mal. » Sirius le suivit dehors. Ils transplanèrent ensemble et se retrouvèrent devant l’entrée principale de la prison la plus sécurisée du monde. Il pleuvait comme toujours.

-          « Auror James Potter et Auror Sirius Black pour Mafalda Potter. » Il tendit son insigne au guichet, l’homme derrière n’hésita pas et ouvrit la porte blindée.

-          « Laissez vos baguettes et tout autre objet tranchant et dangereux dans ce panier. Vous les récupérerez à la sortie. » Ils s’exécutèrent et deux gardiens les accompagnèrent à la cellule de la vieille dame. Elle n’eut pas l’air surprise de les voir.

-          « Ah, contente que tu sois sorti du coma James. » Il serra les dents et les poings.

-          « Vous me semblez bien au courant pour quelqu’un qui n’est pas sorti depuis des mois… En tout cas, sachez que toutes vos tentatives ont échouées ! » Il agrippa les barreaux. « Maintenant, je viens m’assurer que vous ne pourrez plus faire de mal. Je veux qu’on voie chaque employé de cet étage et qu’ils soient soumis au Véritasérum. Si vous avez soudoyé du personnel, nous le saurons. » Il vit dans les yeux de sa grand-mère une étincelle d’inquiétude et il sut qu’il avait raison.  « A moins que vous ne me donniez directement les noms, ça nous fera gagner du temps. » Elle ne répondit pas, toujours droite comme un i. Sirius prit les choses en main de son côté et après deux heures d’entretiens avec les gardiens, ils avaient la certitude qu’au moins 4 d’entre eux avaient aidé la vieille dame en fermant les yeux sur ses agissements. Ils en firent part au directeur qui prit les mesures nécessaires immédiatement. James se sentit un peu plus rassuré de voir qu’il avait encore déjoué un des stratagèmes de la mégère. Il salua Sirius qui retournait travailler, tandis qu’il transplana au manoir.

Comme il s’y attendait, Lily était là, regardant par la fenêtre, elle était inquiète pour lui, il le savait. Il pouvait voir son petit ventre arrondi, il la trouvait plus belle que jamais. Il entra et l’enlaça par-derrière.   

-          « On s’en est occupé, le directeur était furieux, elle n’aura plus de contact avec les gardiens, ils livreront ses repas par lévitation. » Elle hocha la tête et s’appuya sur le torse de son mari. « Elle ne pourra plus jamais nous faire de mal. » Elle sentit les larmes de soulagement poindre le bout de leur nez, elle sentit les mains de son mari toucher son ventre, elle se sentait enfin en sécurité. « Je vais m’occuper de nous trouver une maison pour que nous puissions élever le petit bout… » Elle se retourna, émue.

-          « On pourrait rester ici… Louisa et William m’ont parlé de partir faire le tour du monde, elle en rêve depuis un moment et je crois que les derniers évènements ont fait réaliser à ton père que la vie est trop courte et il a accepté. » James fut surpris de cette annonce, mais ravi pour eux.

-          « Il est grand temps qu’ils se retrouvent, c’est une excellente idée, alors on emménage ici ? » Elle hocha la tête pour approuver. « Cela me convient très bien. Bébé va grandir où j’ai grandi, la boucle est bouclée. » Elle sentit son sourire s’élargir de plus belle.  

-          « J’imagine un mini-nous courir dans le manoir, tout comme tu as dû le faire à son âge. J’ai hâte qu’il soit là et de le prendre dans mes bras. » Il l’embrassa dans le cou, appréciant ce moment entre amoureux.

 

 

6 mois plus tard, le 31 Juillet.

Lily sentit que quelque chose n’allait pas. Elle avait chaud, elle était trempée mais ce n’était pas de la sueur. Elle avait perdu les eaux ! Elle sursauta, maintenant complètement éveillée et secoua son mari qui était à ses côtés.

-          « James ! » Il sursauta, ne réalisant pas ce qu’il se passait.

-          « Quoi ?! On est attaqué ? » Elle pouffa malgré la douleur. Il prit ses lunettes sur la table de chevet.

-          « Non, je crois que le bébé arrive chéri. » Elle poussa un cri de douleur se tenant le ventre. Le jeune homme était paniqué mais essayait de ne pas lui montrer.

-          « Ok chérie, ne t’en fais pas, je prends le sac avec tes affaires et les siennes et on va passer par cheminée, d’accord ? » Elle approuva en continuant de respirer bruyamment pour se soulager. Il l’aida à se relever pour qu’elle puisse s’habiller un minimum décemment et il s’habilla à la vitesse de la lumière. Elle cria une nouvelle fois, elle avait tellement mal qu’elle dû s’asseoir. « Ça va aller mon cœur, je suis là. »

-          « J’ai peur James… Imagine qu’il se passe quelque chose et qu’il n’aille pas bien… » Il s’agenouilla pour être à sa hauteur.

-          « Il va bien chérie, notre petit Harry va très bien et bientôt il sera dans nos bras et tu oublieras tout ce stress. » Il l’embrassa sur le front comme il le faisait toujours pour lui donner du courage. « Tu seras une maman formidable, ce bébé sera le plus chanceux du monde, mais il faut que tu te détendes pour que tout se passe pour le mieux, d’accord ? Comme on a vu chez la sage-mage. » Elle respira profondément et se remit debout. « Pour le moment tu as mal et c’est normal de t’inquiéter mais je suis là, ne l’oublie pas. » Elle plongea son regard dans le sien.

-          « Jamais. » Il l’embrassa et l’entraina dans la cheminée avec les sacs à la main.

 

 

Quelques heures plus tard, leur bonheur était là. Harry James Potter était né et son père était tellement fier. Il ne se lassait pas de le regarder. Il avait compté ses orteils et ses doigts pour voir s’ils étaient tous bien là et il fut heureux de constater que c’était bien le cas. Lily se reposait, elle avait donné beaucoup d’énergie. Il faut dire que le bébé avait pris son temps pour arriver et qu’une fois à Ste Mangouste, il n’était arrivé que 7h plus tard et que malgré les potions anti-douleurs, la future maman avait douillé. James s’était senti tellement impuissant et quand le sage-mage lui disait de pousser et qu’il la voyait à bout de souffle à force de le faire devenant rouge comme une tomate. Il se disait que ça ne devait pas être une partie de plaisir. Sa mère lui avait raconté que son accouchement s’était très bien déroulé mais qu’il était arrivé par le siège compliquant les choses déjà à l’époque. Et après 20 minutes de travail, il avait fini par entendre un petit cri. Son fils était né. L’héritier Potter était là. Il avait coupé le cordon ombilical en espérant ne rien couper d’autre sous l’émotion. Lily était en pleurs, de joie et d’épuisement, le sage-mage posa le petit Harry sur elle et elle l’embrassa en dépit des fluides le recouvrant. Puis après s’être présentés, les sage-mage et internes s’occupèrent du petit bout.

-          « Si tu savais comme je suis fier de toi… Merci mon amour il est parfait. » Elle lui avait souri et avait reposé sa tête sur le matelas. « Repose toi mon cœur. »

-          « Mais il va avoir faim… » Il posa sa main sur ses cheveux pour les caresser.

-          « Quand ce sera le cas, il nous le fera savoir ne t’en fais pas. Ferme les yeux, chérie, je suis là, il ne lui arrivera rien. » Elle s’exécuta et quelques minutes plus tard, il pouvait voir qu’elle dormait profondément. Quand l’interne ramena le bébé propre et habillé, le papa se proposa instantanément de le prendre. Et il ne pouvait détacher son regard de cet être qui était moitié lui et moitié la femme de sa vie. Merlin, il était magnifique. L’interne annonça qu’on allait transférer sa femme dans une chambre en l’assurant qu’elle n’aurait pas à se lever pour cela et qu’elle continuerait à dormir, au plus grand bonheur de James. Arrivés dans la chambre, James remarqua un petit lit pour poser Harry et l’y mit. Il posa une petite couverture sur lui pour ne pas qu’il attrape froid et le regarda encore. Il dormait à poings fermés et semblait rêvé. Le lit de Lily ne tarda pas à les rejoindre et elle dormait toujours. James en profita pour écrire à ses parents, à Sirius, Remus et Mary. Il voulait le crier au monde entier, un nouveau Potter était né. Dès que les hiboux s’envolèrent, il su qu’ils viendraient les voir et se prépara mentalement à recevoir de la visite malgré la fatigue. Cela faisait une heure qu’ils étaient là quand il entendit frapper à la porte. Ses parents entrèrent tout heureux mais s’arrêtèrent en voyant que Lily dormait encore.

-          « Mince, veux-tu que nous repassions à un meilleur moment ? » Murmura Louisa. James sourit et au moment où il allait répondre, sa femme ouvrit les yeux.

-          « Oh Louisa, William, merci d’être venus. » Sa belle-mère se pencha sur elle et l’embrassa sur les deux joues.

-          « Comment te sens-tu ? Tu as l’air épuisée ma belle. »

-          « Ça a été plus difficile et douloureux que ce à quoi je m’attendais… Mais il est là, c’est le principal, j’ai déjà oublié ce moment. » William se tourna vers son fils qui venait de prendre son propre fils dans ses bras. Louisa eut les larmes aux yeux.

-          « Par Merlin, c’est ton portrait craché mon chéri ! » Elle s’approcha d’Harry et lui murmura des mots doux pour ne pas le réveiller. « Quel petit ange ! Quel est son prénom ? » James fut le premier à répondre.

-          « Harry James Potter. » William fit un sourire éblouissant.

-          « Il est vraiment adorable, mais dans la famille, nous ne savons faire que de beaux garçons. » Louisa le frappa sur le bras en riant. Lily fut ravie de constater que ses beaux-parents semblaient épanouis et heureux, ils avaient vraiment eu besoin de ce voyage pour se retrouver. « Sincèrement, félicitations à vous deux. » James était fier comme un coq et sa mère se rendit compte à quel point il avait l’air à l’aise dans ce nouveau rôle.

-          « On ne va pas vous déranger plus longtemps, vous devez vous reposer… »

-          « Vous dormez où ? Le manoir est ouvert, vous pouvez vous y installer le temps que l’on revienne et vous pourrez mieux faire connaissance avec votre petit-fils… » Proposa Lily. James approuva, reconnaissant.

-          « Oh, eh bien, pourquoi pas, merci c’est gentil. » Elle se tourna vers sa bru et l’embrassa de nouveau. « Reposez-vous bien et revenez vite à la maison alors. » Harry décida qu’il était temps de se réveiller pour manger. « Ah, je crois que nous sommes invités à prendre congé. » Elle le regarda émue.

-          « On se voit dans deux jours, il faut que j’envoie un hibou pour mes parents également, vu qu’ils ne peuvent pas venir à Ste Mangouste… » Elle était un peu déçue, mais c’était mieux comme ça.

-          « Oh oui ! Je serais ravie de revoir Sandra et Henri ! Bon cette fois-ci on vous laisse. »

Lily prit son fils dans ses bras et fit un dernier signe à ses beaux-parents. Elle déboutonna son haut et prit son sein pour le guider dans la bouche de son fils. James observait sans rien louper de ce moment : le premier repas de son fils.

-          « Quel chanceux celui-là ! » Elle leva les yeux au ciel.

-          « Tu en as bien profité avant qu’il n’arrive il me semble… » Il eut un sourire coquin sur les lèvres, admettant qu’elle avait raison.

-          « Merci. » Elle se remémora le nombre de fois où il l’avait remerciée et pouffa.

-          « Tu me remercies pour avoir dit oui pour sortir avec toi ? Pour être venue à la fête de ta grand-mère ? Pour t’avoir épousé ? Ou pour t’avoir donné un héritier ? » Son sourire s’agrandit à chaque phrase.

-          « Tout ça, et plus encore. » Il l’embrassa en faisant attention à son bébé qui mangeait toujours. « J’aurais été aussi heureux avec une fille tu le sais bien. » Elle hocha la tête.

-          « Je te charriais. » En effet, quand ils avaient appris le sexe du bébé, il était persuadé que ce serait une petite fille et il était aux anges. Quand la gynécomage Galier avait annoncé un garçon, il était abasourdi, persuadé d’avoir gagné contre sa femme qui pensait le contraire. « Ta mère a raison, tu ressemblais beaucoup à Harry quand tu étais bébé. »

-          « J’espère qu’il n’a pas hérité de mon sale caractère, sinon on va en baver… » Elle pouffa et reporta son regard sur le bébé qui s’endormait sur le sein.

-          « On n’en a pas vraiment parlé mais… Enfin, comment tu vois son éducation avant Poudlard ? Est-ce que tu veux qu’il ait la même que la tienne ou… » Il l’interrompit.

-          « C’est hors de question ! Il aura peut-être quelques cours ici et là, mais il n’est pas envisageable qu’il ne profite pas de son enfance. » Elle approuva, rassurée. « Il aura suffisamment de cours et de devoirs à Poudlard, s’il fait ses bêtises avant à la maison, il y a des chances qu’il n’en fasse pas trop à l’école… »

-          « Merci. Je t’avoue que ça m’inquiétait un peu, qu’on n’ait pas la même notion d’éducation. » Il secoua la tête.

-          « En 9 mois, tu n’as pas réussi à me poser la question ? Chérie, on se dit tout tu te rappelles ? » Elle acquiesça.

-          « Tu as raison, désolée. Bon, je crois qu’il ne mangera pas plus, il dort. » James le prit délicatement dans ses bras pendant que Lily se rhabillait.

-          « Je vais le remettre dans son lit, repose-toi mon cœur. » Elle ne se le fit pas dire deux fois.

 

Sirius fut le deuxième invité à voir le mini Potter comme il aimait l’appeler. Il essaya de ne pas paraître ému quand James lui montra son fils qui venait d’ouvrir les yeux. Il ne pleurait pas et regardait autour de lui en faisant des petits bruits de bouche.

-          « J’avoue qu’il est très mignon. » Lily sourit de toutes ses dents, elle était heureuse que son meilleur ami soit en admiration devant son filleul, même s’il n’était pas encore officiellement au courant. « Coucou toi. Oui, je suis Tonton Sirius. » James lui proposa de le prendre dans ses bras mais ce dernier n’avait pas l’air rassuré. « Oula, et si je le fais tomber ? » James pouffa.

-          « N’importe quoi, tu ne feras rien de tel. Et au pire on en fera un deuxième avec Lily. » Sa femme n’en croyait pas ses oreilles.

-          « James ! » Sirius explosa de rire.

-          « Ah bah maintenant que vous savez comment faire, j’imagine que la famille Potter va de plus en plus s’agrandir… » Elle devint aussi rouge que ses cheveux.

-          « Je pensais que tu voudrais prendre ton filleul dans les bras, c’est tout… » James fit un geste pour reposer Harry dans son lit, attendant que son frère réalise ce qu’il venait de dire.

-          « Attends ?! Quoi ?! Je suis son parrain ?! Et tu veux le reposer, non mais ça ne va pas non, donne-moi mon filleul d’amour. » James ria en lui passant le bébé doucement. D’un coup, Sirius réalisa à quel point il était minuscule. « Salut toi ! C’est encore moi. » Lily était émue de le voir aussi gaga.

-          « Il s’appelle Harry. » Il se tourna vers elle en souriant de toutes ses dents et se rapprocha avec le petit dans les bras.

-          « Très bon choix, j’imagine que c’est ton idée Lily, James n’aurait pas pu trouver un aussi beau prénom. » Ce dernier fut vexé et croisa les bras sur sa poitrine, d’un air boudeur.

-          « Et bien figures-toi que c’était mon idée Patmol, non mais je rêve ! Je lisais un magazine et il y avait un article sur un Harry qui faisait je ne sais quoi pour la communauté des loups-garous et dès que je l’ai lu j’en ai parlé à Lily qui a adoré. »

-          « Ah, donc tu l’as vu ailleurs, c’est tout comme… » Il fit un clin d’œil à Lily qui s’esclaffa en les voyant se charrier. « En tout cas, Lily je suis désolé, mais tu ne peux pas renier la paternité de ce petit bout…  C’est son père tout craché ! »

-          « Et oui, 9 mois à le porter pour qu’il ressemble à son père ! Quelle injustice. »

-          « Avoue que tu es un peu contente quand même, tu as ton James et une miniature en prime. » Harry se mit à gémir, comme s’il avait deviné que l’on parlait de lui. « Ah, je pense qu’il veut les bras de sa maman… » Il transféra son filleul dans les bras de Lily avec une lenteur extrême, faisant rire son meilleur ami.

-          « Tu as vraiment peur de le faire tomber ma parole. »

-          « Oui bah, je préfère être prudent, je me sentirais coupable si mon premier geste en tant que parrain était d’abîmer mon filleul. Je vais vous laisser pour que le petit puisse manger, je passerais vous voir quand vous serez rentrés chez vous. » James lui fit une tape dans le dos pour le remercier de cette attention envers sa femme. « A bientôt les Potter. »

-          « Merci d’être passé Sirius, à bientôt. » Ajouta Lily. James se rapprocha d’elle et s’assit sur son lit.

-          « Je crois qu’il est heureux d’être parrain et de faire partie intégrante de sa vie. » Elle hocha la tête, elle était ravie également, elle ne pouvait rêver d’un meilleur choix.

 

Le moment de rentrer à la maison était enfin arrivé. Harry avait commencé à prendre quelques repères, sa mère se sentait un peu nerveuse de ne plus avoir l’aide des sage-mage et interne à sa disposition si quelque chose n’allait pas. James lui était heureux de pouvoir enfin avoir sa famille avec lui chez eux. Quand ils arrivèrent, ils furent étonnés de voir que tous leurs amis et famille les attendaient avec des banderoles pour les féliciter.

Sandra se précipita sur sa fille qui portait son fils et l’embrassa en larmes.

-          « Je suis tellement heureuse ! Je suis grand-mère pour la deuxième fois ! » Lily se rappela alors que sa sœur avait accouché quelques mois plus tôt d’un petit garçon, Dudley. Elle lui tendit Harry et la grand-mère ne se fit pas prier. Elle se dirigea doucement vers son mari qui était heureux de voir enfin son petit-fils.

-          « Il ressemble à son père. » Il avait dit ça comme si c’était une mauvaise chose, mais on sentait dans sa voix qu’il était enchanté. Lily leva les yeux au ciel.

-          « Je crois que je vais souvent entendre cette phrase… » Son mari la prit dans ses bras et l’embrassa sur le sommet de la tête. Il la relâcha et elle vit Mary toute émue de voir que sa meilleure amie était radieuse.

-          « La grossesse t’allait bien ma Lily, mais devenir maman te rend rayonnante. Il est adorable. » Lily se tourna vers James qui lui fit un signe de la tête.

-          « Justement, on voulait savoir si tu voulais faire partie de sa vie, en étant sa marraine par exemple ? » Elle poussa un cri, surprise. « Cela fait 9 mois que j’attends de pouvoir te demander, mais on voulait attendre la naissance d’Harry. » Mary se précipita vers elle et la serra dans ses bras, à l’étouffer. « J’en déduis que c’est un Oui ? »

-          « Oui, bien sûr que oui ! Mille fois Oui ! » Elle s’approcha de Sandra qui portait le petit. « Je peux ? » Cette dernière lui passa et Mary était interdite devant cette bouille toute mignonne. « Oh, il a tes yeux Lily ! » James couru vers elle pour mieux voir. En effet, il fut heureux de voir que les yeux du petit devenaient verts.

-          « Merlin, il va avoir une des choses que j’adore chez toi mon amour. » Sirius s’esclaffa.

-          « Tu dis que ce sont ses yeux que tu préfères, uniquement parce que son père est là ! » Tout le monde ria de bon cœur. James se fichait des piques de son meilleur ami, il était heureux, entouré des gens qu’il aimait, le reste n’avait plus d’importance.

La soirée passa très vite, tout le monde voulu prendre le bébé dans ses bras, ne tarissant pas d’éloges et félicitant les parents au passage. Remus avait même ramené une peluche représentant un faon.

-          « Je me suis dit que c’était de circonstance… » Lily le prit dans ses bras, touchée par son geste.

-          « Merci, je suis sûre qu’il va l’adorer. » James se rappela le moment où elle lui avait appris que son patronus était une biche, il n’en avait pas cru ses oreilles, encore un signe de plus qui montrait qu’ils étaient faits l’un pour l’autre.

Vers 22h30, les invités décidèrent de les laisser se reposer, le petit avait déjà mangé, elle s’était retirée pour le nourrir, mais la fatigue se faisait ressentir. Elle embrassa ses parents qui lui firent promettre de passer les voir dès qu’elle pourrait transplaner avec le petit.

Une fois tout le monde parti, James déposa Harry dans son couffin dans sa toute nouvelle chambre, attenante à la leur. Il le regarda, il dormait avec le poing près de la bouche, comme s’il voulait le sucer. Il avait une chance incroyable.

-          « Tu vas l’user à force de le fixer, tu sais ? » Il sursauta, il n’avait pas entendu sa femme arriver derrière lui.

-          « Je ne peux pas m’en empêcher. J’ai encore du mal à croire qu’il est là avec nous. » Elle se rapprocha de lui.

-          « Quand il hurlera dans 3h, tu y croiras, j’en suis sûre. » Il pouffa et l’embrassa sur les lèvres.

-          « Je t’aime. On devrait aller dormir, même si ce n’est que pour 3h. » Elle acquiesça et le suivit dans leur chambre. Il ouvrit ses bras et elle se réfugia dedans, cela lui avait manqué, à l’hôpital, il n’avait pas pu rester dormir sur place avec eux et elle se sentait un peu seule la nuit. « Je suis tellement content que vous soyez à la maison. »

-          « Tu m’as manqué. » Elle l’embrassa et se lova contre lui. « Finalement, je devrais remercier la mégère… » James se raidit et elle le sentit aussitôt. « Après tout, c’est grâce à elle qu’on est ressortis plus fort et soudés à chaque fois, malgré tout ce qu’elle a tenté, elle n’a pas réussi à nous séparer. Maintenant on a ce petit-être dans nos vies, peut-être que si elle n’avait pas fait tout ces plans machiavéliques, nous n’en serions pas là. » Il vit où elle voulait en venir.

-          « Si tu veux, je peux lui envoyer un faire-part… » Il souriait à moitié, sachant très bien ce qu’elle allait répondre.

-          « Il ne faut pas abuser non plus, elle l’apprendra par les journaux. » Et elle se coucha dans les bras de son mari qui souriait à présent de toutes ses dents, ravi de voir qu’encore une fois, ils avaient gagné.

 

Note de fin de chapitre :

Et voilà, c'est fini! Merci de m'avoir lue, cela m'a fait plaisir d'écrire cette histoire! A bientôt pour d'autres histoires sur Jily! Merci.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.