S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


La Dynastie Potter par EveRywhere49

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Voilà la suite, merci de me lire! Les personnages sont à JK Rowling et ne m'appartiennent pas! 

 

Bonne lecture!

On était mercredi. Le jeune Gryffondor avait pensé que le temps s’était écoulé lentement et rapidement à la fois. Lentement, parce que sa copine lui manquait terriblement et que sa grand-mère ne voulait pas le lâcher sur ce sujet et rapidement parce qu’aujourd’hui, il rencontrait les Evans ! Il prit la tarte citron-meringuée que les elfes du manoir avaient préparée et transplana dans une petite rue à quelques mètres de la maison où il était reçu. Il ne voulait pas prendre le risque d’être aperçu par un voisin. Il sonna à la porte et entendit : « Je vais ouvrir ! » et des bruits de pas. Lorsque la porte s’ouvrit, il vit avec plaisir que c’est sa petite-amie qui lui avait ouvert, elle descendit les quelques marches du perron et l’embrassa passionnément. Le jeune homme failli en faire tomber sa tarte !

-          « Je t’ai manqué ? » Lui demanda t’il avec un air malicieux. Elle ne répondit pas et l’embrassa de nouveau. « Eh bien, quel accueil ! On devrait se manquer plus souvent ! » Elle ria à sa bêtise.

-          « Merci d’être venu. » Elle le regarda, il avait fait un effort pour s’habiller de manière moldue. Il portait un jean noir et une chemise blanche, elle le trouvait canon dans ces vêtements. « Tu es très élégant. »

-          « Je me suis dit qu’il valait mieux me fondre dans le décor. » Elle prit la tarte et l’invita à l’intérieur. Il vit Mme Evans s’essuyer les mains avec un torchon, sortant de la cuisine.

-          « Oh James ! Pile à l’heure ! Ces vêtements te vont comme un gant. » Elle sembla gênée un instant. « Comme tu le vois, je n’ai pas eu le temps de me changer, je viens de finir de cuisiner. »

-          « Ce n’est pas grave, je trouve que votre tablier met vos yeux en valeur ! » Lily leva les yeux au ciel, pensant qu’il en faisait vraiment trop mais elle vit sa mère rougir et glousser.

-          « Oh, quel charmeur ! Je vais me changer, Henri est dans le salon. Fais comme chez toi, même si je me doute que ce n’est pas vraiment pareil qu’un manoir… » Il regarda autour de lui, la décoration était simple mais de bon goût, certes ce n’était pas un château mais on sentait la vie dans cette maison.

-          « C’est vraiment très charmant chez vous, j’aime beaucoup la décoration. » Elle fit un signe de la main pour lui dire d’arrêter avec les compliments et parti se changer à l’étage. Lily lui prit la main et l’emmena dans la cuisine pour déposer le dessert.

-          « Dis-donc, tu comptes sortir avec ma mère ou quoi ? » Elle essayait de ne pas sourire et loupa bien sûr sa manœuvre. Il fit signe de réfléchir.

-          « Les femmes plus âgées ne m’attirent pas plus que ça… » Elle pouffa et l’embrassa. Le jeune sorcier ne se fit pas prier pour répondre à son baiser, quand il entendit un raclement de gorge derrière lui. Henri Evans se tenait debout dans l’embrasure de la porte qui reliait le salon à la cuisine.

-          « Bonjour Mr Evans, ravi de vous revoir. » Lily lança un regard à son père pour lui rappeler sa promesse.

-          « Bonjour James, ravi également. Est-ce que je peux te parler une minute, seul à seul dans mon bureau ? » Lily lui fit les gros yeux, il n’allait quand même pas jouer au paternel surprotecteur. James la rassura en posant sa main sur la sienne.

-          « Mais bien sûr, je vous suis. » Il embrassa la main de sa chérie et suivit Henri dans son bureau qui était attenant au salon. Il referma la porte derrière lui s’attendant à ce que le père de Lily voulait lui dire.

-          « Bien James, je ne vais pas passer par quatre chemins, quelles sont tes intentions envers ma fille ? » Il était assis sur son bureau, l’air légèrement menaçant mais le maraudeur ne se laissa pas déstabiliser.

-          « Je sais que vous voulez le meilleur pour Lily… Je vous assure qu’elle et moi c’est du sérieux et que je ne lui ferais jamais de mal. » Le père sembla un peu rassuré.

-          « Je vais t’avouer quelque chose, tu es le premier qu’elle nous présente, c’est ma petite dernière, je ne suis pas vraiment heureux de voir qu’elle a un petit-ami, même si je savais que ça allait arriver un jour… »

-          « Je comprends Mr Evans, mais je vous assure que je ne joue pas avec elle… » Il fit une pause et réfléchit un peu avant d’ajouter : « Je suis tellement sérieux que dans un an ou plus, nous serons de retour dans ce bureau pour que je vous demande la main de votre fille. » Il vit dans le regard de Mr Evans qu’il l’avait choqué.

-          « Euh c’est peut-être un peu tôt pour parler de ça, mais j’imagine que je ne pourrais pas l’empêcher si un jour tu te décides à te marier avec elle… Mais prenez votre temps d’accord ? Vous n’avez que 17 ans. » James acquiesça, ravi que le chef de la famille ne désapprouve pas totalement. Il lui fit signe qu’il était temps de sortir, au moment où James ouvrit la porte il vit Lily et sa mère qui attendaient devant, avec un air coupable comme prise en flagrant délit d’écouter aux portes.

-          « Bien c’est l’heure de passer à table !  J’espère que vous avez faim ! » Mme Evans essayait de reprendre contenance, elle s’était changée et portait une robe en velours rouge bordeaux.

-          « Ça sent divinement bon ! » Assura James. « Je suis sûr que vous êtes une excellente cuisinière Mme Evans. » Elle lui sourit, il reconnu le même sourire que sa fille.

-          « Oh c’est très gentil James, mais appelle-moi Sandra, ce sera moins formel. » Ils s’installèrent autour de la table du salon, James ne s’assit que lorsque Lily et sa mère furent installées, ce qui fit rougir les deux femmes, il avait vraiment de très bonnes manières qui détonaient un peu dans le cadre peu formel de leur maison.

-           « Alors James, si tu nous parlais un peu de toi. Lily nous a dit que tu étais Préfet-en-chef cette année avec elle. » Sandra lui passa le plat principal, un gigot d’agneau, le plat préféré de Lily.

-          « C’est exact, j’ai la chance de faire respecter la loi avec une charmante partenaire. » Elle secoua la tête pour lui dire d’arrêter de dire des âneries pendant qu’elle se servait en pomme de terre. « Elle travaille tellement dur, ce n’est pas facile d’être à la hauteur… » Elle fut touchée par ses mots, même si elle ne se sentait pas toujours à SA hauteur.

-          « Et bien, il est vrai que notre Lily travaille dur pour être la meilleure. »  Annonça fièrement Henri. « Et elle nous a dit que vous étiez aussi capitaine de l’équipe de sport de l’école ? »

-          « Exactement, je suis joueur également pour l’équipe de notre maison. » Il se tourna vers sa camarade. « Je n’ai plus grand-chose à vous révéler à ce que je vois… » Mme Evans pouffa en se servant du gigot à son tour.

-          « Oh il faut dire que ça nous a tellement surpris de te rencontrer à la gare, que je n’ai pas arrêté de lui poser des questions sur toi. » Il fronça les sourcils, persuadé d’avoir loupé quelque chose.

-          « Mais vous connaissiez mon existence avant, puisque Lily m’a dit que vous m’invitiez aujourd’hui par lettre… » La mère sembla gênée, Lily lui fit un sourire embarrassé.

-          « Ils savaient que tu existais...Mais tu étais différent de l’idée qu’ils avaient de toi… » Il fut surpris et attendit la suite, un sourire aux lèvres, comment est-ce que les Evans l’avaient imaginé ?

-          « Oui, j’avoue que… et bien j’ai été surprise que notre fille choisisse un sportif, nous nous attendions à un physique moins… enfin plus… ingrat. » Bafouilla Sandra. Il explosa de rire, ne s’attendant vraiment pas à ça. « Désolée, ce ne sont pas des choses qui se disent… »

-          « Non je vous rassure, c’est très rafraichissant ! » Il ne s’attendait pas à ça d’une adulte. « Je crois savoir d’où votre fille tient son franc-parler. » Elle piqua un fard et n’ajouta rien, mangeant un bout de viande de son assiette.

-          « Ah ça, je leur dis toujours de tourner leur langue dans leur bouche au moins dix fois avant de parler ! Mais que voulez-vous James, on ne va pas les refaire ! » Le sorcier était ravi que le père soit à l’aise avec lui au point de le prendre à parti.

-          « Papa ! Je crois que je préférais quand tu voulais l’étriper… » Les deux hommes rirent et le repas fut détendu. Les parents de Lily voyaient bien à quel point le jeune homme était important aux yeux de leur fille. Il aida même à débarrasser la table au plus grand plaisir de la maîtresse de maison. Quand elle prit le dessert, elle fut étonnée de voir que c’était une tarte citron-meringuée, son dessert préféré.

-          « Oh James ! Elle est magnifique ! C’est ta mère qui l’a faite ? » Il attendit qu’elle fût assise pour s’asseoir à son tour. Il fut gêné, il ne voyait pas comment expliquer à des moldus qu’ils avaient des elfes pour faire ce genre de choses, mais sa petite-amie vint à sa rescousse.

-          « Non Maman, ils ont des elfes de maison, tu sais, je t’avais montré une photo. » Sa mère se sentit bête.

-          « Mais oui, bien sûr, désolée je n’ai pas vraiment l’habitude… »               

-          « Il n’y a pas de mal. » Il ne voulait pas qu’elle se sente gênée. « Certaines familles n’en ont pas, ce n’était pas une évidence non plus… »

-          « Un vrai gentleman ce garçon ! » Répondit Sandra totalement sous le charme. Lily était heureuse que la rencontre se passe aussi bien.

-          « Il faut dire qu’il a eu des cours de bonnes manières étant jeune… Sa famille n’est pas n’importe qui, c’est une des plus anciennes du monde magique. » Henri manqua de s’étouffer, sa femme lui tapa dans le dos. Il ne s’attendait pas à ça.

-          « C’est… impressionnant. » Il toussa un peu et bu de l’eau. James ne savait pas quoi dire, il aurait aimé que la jeune fille n’en parle pas, il ne voulait pas qu’ils soient mal à l’aise.

-          « Je vous assure que ça ne change rien pour moi, Lily rencontre ma famille après-demain et ils ont hâte de la voir. Nos origines n’ont aucune importance. » Lily se mordit les lèvres, elle ne pensait pas que ses parents réagiraient comme ça. Après tout, on ne choisit pas sa famille. Sa mère sembla reprendre ses esprits.

-          « Ah oui, l’anniversaire de ta grand-mère c’est bien ça ? 100 ans c’est un très bel âge ! »

-          « A vrai dire, 100 ans n’est pas si vieux pour des sorciers… Notre ami le plus vieux a 156 ans et il pète la forme. » Il se tourna vers Lily. « Tu vas l’adorer, il a énormément d’humour et est passionné du monde moldu, il aura sûrement des tonnes de questions à te poser. » Il s’interrompit, réfléchissant. « En fait, il va peut-être te saouler, je te cacherais quand tu en auras marre. » Elle pouffa, l’ambiance était redevenue normale.

-          « Eh bien, on dirait que tu vas être très occupée Lily. J’imagine qu’il va falloir acheter une robe de soirée… » Mme Evans semblait penser à toute vitesse à voix haute. Le sorcier l’interrompit.

-          « Pas la peine, je vous assure. Ma mère en a fait faire une pour l’occasion. C’était censé être une surprise… » Il eut un petit sourire d’excuse.

-          « Elle en a fait faire une pour Lily ? Sans la mesurer ? » Mr Evans était complètement perdu, Lily mit une main sur la sienne.

-          « Papa, avec la magie elle peut adapter la robe à ma taille le soir-même. » Il hocha la tête pour dire qu’il avait compris.

-          « Mais on ne peut pas accepter un tel cadeau… Tout ça a un coût ! » Sandra semblait horrifiée à l’idée qu’une robe faîte sur mesure coûtait un bras. Le jeune Potter leva les mains pour l’arrêter.

-          « Je vous en prie, ne vous en faîtes pas pour ça, nous avons les moyens et ma mère était heureuse de faire ce cadeau à Lily. Elle ne voudra pas de votre argent, croyez-moi, quand elle a décidé quelque chose… » Il ne finit pas sa phrase, Henri hocha la tête, faisant clairement comprendre qu’il voyait très bien de quoi il parlait, ayant 3 femmes à la maison.

-          « Bien, en tout cas, c’est vraiment très gentil à elle… Penses-tu que je peux lui offrir quelque chose en retour ? Oh, pas grand-chose mais s’il y a un objet qu’elle n’a pas… »

-          « Maman, elle n’a probablement aucun objet non-magique dans son manoir… » James vit le regard attristé de la mère de sa petite-amie et prit la parole.

-          « Elle adore jardiner ! Si vous voulez lui faire plaisir, offrez-lui des graines ou des plantes moldues, elle sera ravie. » Sandra sembla revivre à ses mots.

-          « Oh, je crois savoir quoi lui offrir ! Lily, tu lui offriras de ma part quand tu iras chez eux ? » Elle lui répondit par un sourire. Ils quittèrent la table, il était déjà 14h30. Encore une fois, il aida à débarrasser. « Cette tarte était probablement la meilleure que je n’ai jamais mangée ! Savais-tu que c’est mon dessert préféré ? » Il feint de l’ignorer faisant sourire sa petite-amie qui avait vendu la mèche.

Les Evans laissèrent leur fille faire faire le tour du propriétaire au jeune homme. Cette dernière semblait gênée, il n’y avait pas grand-chose à lui montrer à part l’étage.

-          « Et voilà, là c’est ma chambre. » Elle ouvrit la porte et il se dit qu’elle n’avait pas besoin de lui dire, il vit le bureau bien rangé, son lit fait au carré, la chambre était impeccable. « Il n’y a pas grand-chose à voir chez nous… » Elle se mordit de nouveau la lèvre. James referma la porte derrière eux pour parler un peu en tête-à-tête.

-          « Lily, je me fiche que tu vives dans un placard ou dans une villa ! Arrête de te comporter comme si tu avais honte de ta famille et de qui tu es quand tu es avec moi… » Elle savait qu’il avait raison, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. « Tes parents sont géniaux, vraiment, on voit combien ils t’aiment et à quel point ils sont fiers de toi ! Tu devrais en être fière également, c’est une richesse. »

-          « Tu as raison. » Elle poussa un soupir et s’assit sur son lit. Il la rejoignit aussitôt. « Je suis très nerveuse d’aller chez toi, tu n’as pas idée ! » Elle baissa la tête pour regarder ses mains, il lui releva le menton avec sa main.

-          « Lily, si tu ne veux plus venir, dis-le-moi et on fera ça une prochaine fois. C’est aussi simple que ça ! » Elle s’en voulu immédiatement qu’il pense qu’elle ne veuille plus venir.

-          « Si, j’ai envie de rencontrer ta famille, mais j’ai peur de faire des gaffes ou de dire des bêtises… » Il la rassura immédiatement.

-          « Tu sais Sirius vit chez nous depuis deux ans, les bêtises, ils en entendent tous les jours. » Elle sourit. « Ah, enfin ! Un sourire! Je commençais à me dire que je n’en verrais plus sur cette jolie frimousse… » Elle pouffa sans rien ajouter et l’embrassa. Le jeune homme ne se fit pas prier et mit ses bras autour de sa taille. Ils entendirent des petits coups frappés à la porte et se séparèrent légèrement. Henri Evans ouvrit la porte.

-          « Euh… Je préfère que ta porte ne soit pas fermée Lily… Pétunia et Vernon ne vont pas tarder à arriver. » Il jeta un dernier regard au jeune couple pour s’assurer qu’ils ne faisaient rien de répréhensible et descendit. Les amoureux sourirent de cette interruption.

-          « Désolée, mon père peut-être un peu lourd… » Elle se leva en même temps que son copain. « Ma sœur et son chéri ne vont pas tarder… Si tu veux partir, je comprendrais… » Il la regarda surpris d’être congédié de la sorte.

-          « Pourquoi est-ce que je voudrais partir ? Je serais content de rencontrer ta sœur au contraire ! » Elle poussa un soupir.

-          « Tu ne te rappelles pas de ce que je t’ai dit à notre soirée romantique ? Elle déteste la magie, elle me déteste et elle n’a rien à dit à Vernon, ce qui fait que s’il te pose des questions, tu risques d’être mal à l’aise… Ou pire, aux yeux de ma sœur, de vendre la mèche à propos de la sorcellerie. »

-          « Je me souviens très bien de ce que tu m’as dit à son sujet, je te promets de faire très attention et si je vois que l’ambiance n’est pas au beau fixe alors je partirais. » Il lui prit les mains, apaisant un peu la sorcière. Elle murmura un Merci et ils descendirent main dans la main au moment où justement les invités arrivaient.

-          « Alors comme ça tu as un petit-a… ? » Pétunia n’eut pas le temps de finir sa phrase quand elle aperçu l’Apollon qui tenait sa main. Elle prit un air hypocrite et mielleux, surprenant le gryffondor à lunettes.

-          « Tu dois être Pétunia, enchanté, je suis James. » Elle prit la main qu’il lui tendait et ne pu s’empêcher d’avoir un rire nerveux. Il se tourna vers son copain. « Ravi de te rencontrer Vernon. Il semblerait qu’on ait un point commun. » Ce dernier ne faisait aucun effort pour paraître aimable mais essaya de garder les apparences. Lily se demandait bien ce que les deux hommes pouvaient bien avoir en commun.

-          « Et quel est-il ? » Dursley avait à moitié aboyé sa question. James lui lança un sourire sincère.

-          « Et bien nous sommes tous les deux tombés sous le charme des jeunes filles Evans. » Lily se sentit fondre et apparemment il faisait cet effet à toute la gente féminine se trouvant dans la maison.

-          « Ah oui, il semblerait, oui. Bonjour Henri, comment allez-vous ? Avez-vous regardé le match d’hier soir ? Cet arbitre était définitivement acheté par l’équipe adverse, nous sommes d’accord… » Et il entraîna le père de Lily dans le salon. Pétunia cessa de sourire immédiatement quand sa mère retourna faire la vaisselle dans la cuisine.

-          « Bon, qu’est-ce que tu lui as fait ? » Elle désigna James de la tête. Ce dernier sembla surpris et ne comprenait rien à ce qu’il se passait, mais apparemment Lily avait compris.

-          « Je ne lui ai rien fait, on est ensemble depuis la rentrée… »

-          « Arrête, pas à moi ! Tu vas me dire que ce canon a bien voulu sortir avec une fille comme toi ?! » Elle avait un air de dégoût sur son visage et James sentit la colère montée.

-          « Je n’aime pas le ton que tu emplois quand tu lui parles. Et sache que pendant des années je l’ai harcelée pour qu’elle sorte avec moi, c’est moi qui suis chanceux qu'elle ait dit oui, pas l’inverse ! »

-          « Mais… Je… » Elle semblait soufflée, personne ne lui avait parlé comme ça avant et Lily pensa que ça changeait de voir quelqu’un la remettre à sa place.

-          « Maintenant si tu veux bien nous excuser, Lily allait me montrer le jardin. Après toi chérie. » La jeune femme jeta un dernier regard à sa sœur qui semblait stupéfixiée sur place. Une fois dehors, il relâcha les épaules. « Merlin, comment tu fais pour la supporter ?! » Elle ne répondit pas et lui sauta dessus pour l’embrasser. Il mit fin au baiser, ne comprenant pas ce qu’il lui prenait. « Ça va ? » Il la regardait comme si elle avait perdu la tête.

-          « Ça va mieux que bien ! C’est la première fois que quelqu’un prend ma défense, tu as été incroyable ! Elle ne va jamais s’en remettre ! » Elle l’embrassa de plus belle, sentant le sourire de son amoureux s’agrandir contre ses lèvres.

-          « Donc, tu ne m’en veux pas de lui avoir mal parlé ? » Elle s’écarta de lui, comme s’il était devenu fou à son tour.

-          « Bien sûr que non, James, tu recommences quand tu veux ! »

-          « Je sens que ça risque d’arriver souvent si elle te traite toujours comme ça… » Il était aux anges, sa petite-amie était vraiment pleine de surprises. « On devrait peut-être retourner à l’intérieur ? » Elle acquiesça. Lorsqu’ils tournèrent la tête, Mme Evans et Pétunia les fixaient à travers la fenêtre, la bouche grande ouverte. « Je pense qu’on a choqué ta sœur encore plus. » Elle éclata de rire. Une fois dans le salon, le père et Vernon avaient enfin terminé de parler football. Vernon regardait James d’un air méfiant, quelque chose à propos de lui l’énervait.

-          « Alors James, vous êtes dans le même pensionnat que Lily c’est bien ça ? » Le sorcier répondit que oui. « Je ne comprends pas pourquoi vous l’avez envoyée en Ecosse Henri, qui sait ce qu’il peut lui arriver là-bas ?! » Lily serra les poings.

-          « Je suis capable de me défendre seule Vernon, je te remercie de ton inquiétude. Et c’est l’école où j’ai été acceptée, nous n’avons pas eu vraiment le choix. »

-          « Mais pourquoi CETTE école là en particulier ? J’avoue que Pétunia ne m’a jamais vraiment dit de quoi il s’agissait… » Pétunia arriva avec un gâteau à la crème sur un plateau suivi de sa mère qui avait les tasses et la théière. Elle couina sa réponse, intimidée par le jeune homme à lunettes.

-          « Mais si Vernon, je t’ai dit que c’était une école pour ceux qui ont des difficultés mentales… » Les deux sorciers étaient outrés.

-          « QUOI ?! » Le couple n’avait pu s’empêcher de crier. Pétunia ne savait absolument pas où se mettre. Mme Evans avait honte que James entende ça.

-          « Mais enfin Pétunia, pourquoi tu lui as raconté ça ?! » Elle craqua et pleura, le sorcier pensa qu’elle était encore plus horrible quand elle pleurait.

-          « Je ne pouvais pas lui dire la vérité sur elle, sur sa monstruosité ! » James fit un geste pour la remettre à sa place mais Lily lui mit la main sur son épaule pour l’empêcher de faire une bourde. Vernon ne comprenait plus rien et se leva de son fauteuil.

-          « Je ne comprends plus rien ! Pétunia, j’exige des explications ! » Les pleurs de la jeune femme redoublèrent et elle s’écroula sur le fauteuil que son copain venait de quitter.

-          « Pétunia, il est temps de lui dire la vérité… » Mme Evans caressait les cheveux de sa fille qui secouait la tête pour dire non.

-          « Mais me dire quelle vérité bon sang ! » Vernon semblait sur le point d’exploser. Lily décida de prendre les devants et fit léviter le plateau avec le gâteau juste en le fixant. Le moldu se figea en un instant, il y eut un silence et la jeune fille remit le plateau sur la table basse comme si de rien n’était. « Qu’est-ce que… Comment tu as fait ça ?! » Il chercha le fil autour du plateau mais fut bien obligé d’admettre qu’il n’y avait rien. « Qu’est-ce qu’il se passe dans cette maison ? »

-          « Ce que Pétunia n’a jamais voulu te dire, c’est que je suis une sorcière. J’étudie dans une école de magie depuis mes 11 ans et j’ai des pouvoirs magiques que j’ai appris à contrôler au fil des années… » Il avait l’air au bord de l’évanouissement, il chercha du regard s’il n’y avait pas de caméra cachée, ou un sourire sur les visages. « Je sais que c’est un choc de l’apprendre comme ça… » Elle fit un pas vers lui mais ce dernier recula au point de cogner dans le mur derrière lui.

-          « N’approche pas ! Pétunia ! » Cette dernière leva la tête vers lui. « Dis-moi que tu… que toi tu n’es pas… » Elle sauta sur ses pieds.

-          « Je te jure que non Vernon chéri ! C’est la seule de la famille à être un monstre ! » James qui n’avait rien dit jusqu’à maintenant, intervint.

-          « Ça suffit Pétunia ! Elle est différente de vous et alors ? Ça ne te donne pas l’excuse de l’insulter ! » Elle le regarda d’un air méprisant.

-          « Tu dis ça, mais tu es exactement comme elle ! J’aimerais tellement que tu ne sois plus ma sœur ! » Lily vit le regard de haine qu’elle lui lançait, Henri lui demanda d’arrêter mais ça ne fit que redoubler sa colère. « NON ! Pour moi tu n’existes plus ! Tu es morte le jour où tu es monté dans ce fichu train de malheur ! » James était bouche-bée, comment pouvait-elle dire des horreurs pareilles ?! Lily préféra partir à l’étage en courant, le jeune homme vit le regard las du chef de famille qui lui signe de monter également et de laisser tout le monde digérer la nouvelle. Il monta les marches 4 à 4 et toqua à la porte de sa copine. Il n’entendit pas qu’on lui dise d’entrer mais cette fois-ci il laissa ses bonnes manières de côté et entra. Ce qu’il vit lui déchira le cœur. Elle était allongée sur son lit et pleurait dans son oreiller, son corps se soulevait de soubresauts. Il alla s’asseoir près d’elle et lui caressa ses beaux cheveux roux. Elle sursauta et le regarda, ses yeux vert rougis.

-          « Lily… »

-          « J’aurais tellement… aimé que tu… ne vois pas ça… »  Elle parlait en sanglots et cacha de nouveau sa tête dans son coussin, honteuse.

-          « Mon amour… » Il lui parlait d’une voix chaude et rassurante. « Ta sœur est juste jalouse… »

-          « A lou de uoi ? » Il n’avait rien compris.

-          « Tu peux répéter sans l’oreiller devant la bouche s’il te plaît ? » Elle releva la tête.

-          « Jalouse de quoi ? »

-          « Tu ne t’en doutes pas, même un petit peu ? » Elle secoua la tête. « Tu es une sorcière, tu as des pouvoirs magiques, elle est ordinaire, elle aura une vie ordinaire avec son Vernon ordinaire dans une banlieue ordinaire… Tandis que toi, tu es spéciale, ta vie est incroyable et tu as un petit-ami beaucoup plus séduisant qu’elle ! » Elle explosa de rire, il essuya ses larmes. « Ta sœur aurait aimé être à ta place. Elle se dit qu’elle aurait pu mais que le destin en a décidé autrement… Personnellement, je suis ravi que ce soit toi et pas elle qui est venue à Poudlard, car je t’assure que l’histoire aurait été différente ! » Il se pencha vers elle et l’embrassa tendrement, elle poussa un soupir, Merlin qu’elle l’aimait.

-          « Merci… »

-          « Toujours là quand vous aurez besoin de mes bras et de mes lèvres Miss Evans. » Elle pouffa et le frappa à l’épaule. « N’aie jamais honte de ce que tu es ! Et cette lévitation d’objet sans baguette et sans incantation ? J’en suis encore stupéfait, tu es extrêmement douée en plus d’être belle. » Elle se sentit de nouveau fondre. « Il faudra que tu m’apprennes, je dois m'améliorer en sortilège informulé ! » Il se leva pour lui laisser la place de se relever. Une fois sur ses pieds, elle s’approcha de lui.

-          « James… » Il la regarda attendant la suite. « Je suis désolée que la rencontre avec mes parents ait été si chaotique… » Elle se tordait les mains. « J’espère que tu ne penses pas que tout le monde est comme eux… » Il lui prit les mains.

-          « Je ne l’ai jamais pensé une seule seconde ! Tes parents sont très gentils et je serais enchanté de revenir un jour s’ils me le permettent. » Elle n’arrivait pas à croire que cet homme était amoureux d’elle.

-          « Je t’aime James Potter. » Il l’enlaça et lui murmura :

-          « Je t’aime Lily Evans. » Il allait l’embrasser mais il entendit des pas dans l’escalier. « Je crois que ton père se demande ce que l’on fait… » Mais il avait tort, c’était sa mère qui était là, toute penaude.

-          « James, je suis navrée du comportement de mon ainée. » Il fit signe que ce n’était rien. Elle se tourna vers sa fille. « Lily, ce qu’elle t’a dit est inexcusable, elle a préféré partir chez sa copine Mélanie, elle voulait aller chez Vernon, mais ce dernier a besoin de temps après les révélations de cette après-midi… » Elle semblait extrêmement triste de cette situation. « Je ne sais pas quoi dire pour effacer ses mots… Mais sache que tu es notre fille et que tu le resteras toujours. » Lily quitta les bras de James pour se jeter dans ceux de sa mère qui pleurait désormais.

-          « Maman si tu veux que je lui parle… » Elle secoua la tête, son petit-ami pensa qu’elle avait une force incroyable pour retourner à la charge alors que sa sœur était une véritable ordure.

-          « Oh ma chérie, tu connais ta sœur, elle mettra du temps à se calmer, mais j’ai peur que si Vernon la quitte, elle t’en voudra toute sa vie… » Elle s’essuya les larmes et entendit son mari l’appeler en bas. « Veuillez m’excuser, Henri m’attend. » Elle allait partir et s’adressa à James : « Encore désolée pour cette scène… J’espère que ça ne t’a pas coupé l’envie de revenir nous voir. »

-          « Il n’y a rien qui me ferait plus plaisir, Sandra. »  Lily se serra contre lui et sa mère leur sourit.

-          « Vous êtes vraiment mignons tous les deux. » Son mari l’appela une nouvelle fois. « Oui j’arrive, j’arrive ! Voilà voilà ! » Et elle descendit cette fois. James fit face à sa chérie.

-          « Je crois qu’il est temps pour moi de prendre congé… » Il n’en avait pas envie, mais il se faisait tard et il était déjà resté plus longtemps que ce que la politesse lui permettait. Elle lui prit la main et l’accompagna en bas. Henri s’excusa une nouvelle fois pour le comportement de Pétunia et prit sa cadette dans les bras.

-          « Papa, tu n’as pas à t’en vouloir… » Mais ce dernier balaya ses paroles d’un geste.

-          « On aurait dû régler cette situation bien avant… Mais nous avons choisi de fermer les yeux sur la façon dont elle te traitait, il fallait bien qu’un jour le vase déborde… » Il lui embrassa le front et serra la main de James. « Merci d’avoir été là pour elle, je dois reconnaître que tu es un type bien James. »

-          « Il n’y a aucun problème Mr Evans. » Le chef de famille leva la main.

-          « Appelle moi Henri. » Ce qui fit sourire les deux amoureux. La jeune femme était ravie que malgré tout ce qu’il s’était passé ses parents adoraient son chéri. Elle le raccompagna sur le perron, ses parents s’éclipsèrent un peu plus loin pour leur laisser de l’intimité.

-          « Eh bien, on peut dire qu’on ne s’ennuie pas chez toi ! » Elle éclata de rire, c’était le moins qu’on puisse dire. « C’est bien ça te fait un peu d’échauffement pour ce qui t’attend chez moi dans deux jours… »

-          « James ! » Il ria de bon cœur, il adorait la charrier. « Est-ce que j’emmène autre chose que moi et des graines pour venir chez toi ? »

-          « Et bien, j’ai pensé vu que tes parents ont l’air de m’apprécier… Et que la fête va se finir assez tard… Si tu pouvais dormir une nuit à la maison… » Il avait un air adorable, presque suppliant. Avant que la rousse réponde, ils entendirent une voix rauque sortir de derrière elle.

-          « Si c’est chambre à part, c’est d’accord ! » La jeune femme se tourna juste à temps pour voir son père refermer la fenêtre sous les cris de sa femme qui lui disait de les laisser tranquilles. Elle explosa de rire et le brun à lunettes était heureux de voir qu’elle allait mieux.

-          « Eh bien Mr Potter, je crois que cela répond à votre question… » Il s’avança et déposa un baiser chaste sur ses lèvres, déboussolant sa copine.

-          « Au cas où ton père serait toujours dans les parages… » Il lui fit un clin d’œil et s’éloigna dans l’allée. Lily pensa que finalement, ça ne s’était pas si mal passé.

Note de fin de chapitre :

J'espère que ça vous a plu, le prochain chapitre on commence les choses sérieuses ^^ 

Merci de m'avoir lue! 

A bientôt

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.