S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


La générosité des ombres par Selket

[28 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Le concours Les Ombres du Manoir, lancé par Catie et Sun sur le forum d'HPF est une sorte d'escape game d'écriture. Pour sortir de la pièce où on est enfermé il faut écrire en respectant les consignes données.
En bref : 5 pièces, 5 textes, 5 facettes de Zacharias Smith.
Note de chapitre:

Pour cette première épreuve, où je me suis faite enfermer dans les cachots les consignes étaient les suivantes:
Thème : souvenirs prisonniers
Contrainte : le chapitre doit se dérouler à l’aurore

L'histoire ne doit pas faire plus de 2000 mots word : ici 1854 mots


Les yeux bouffis, la tête endormie, les cheveux en bataille et les yeux louchant péniblement sur sa tasse de thé fumante, Zacharias Smith était assis, enfin avachi sur une table, dans la salle de réunion encore vide.
Il se serait bien passé de venir ici aux aurores, mais son père avait tenu à ce qu’il soit là. Aujourd’hui était un jour exceptionnel, comme il se plaisait à le rappeler depuis bien deux semaines. N’empêche, ils auraient pu organiser ça plus tard quand même. Zacharias n’avait jamais été un lève-tôt et c’est d’humeur grognonne qu’il attendait la réunion qui allait bientôt avoir lieu, en espérant se réveiller d’ici là. On n’avait pas idée de faire une réunion si tôt.

Son père quant à lui, à peine arrivé au British Muséum, avait disparu dans le dédale que formait la partie sorcière de cette vénérable institution. Sans doute à la recherche d’un des malheureux employés afin de parler, encore, de cette formidable nouvelle. Peu étaient dans le secret alors David Smith ne pouvait pas empêcher sa joie avec toute son équipe. Ce qui faisait que, malheureusement, c’était sa famille qui en faisait les frais.
Qu’est-ce qu’il regrettait maintenant d’avoir accepté de travailler avec son père au musée. Il faut dire que, malheureusement, il n’avait pas eu trop le choix.

Chez les Smith l’histoire s’était sacrée et le métier de conservateur de musée se transmettait de génération en génération. Depuis que le British Museum avait été créé en 1759 il y avait toujours eu un descendant d’Helga Poufsouffle pour s’en occuper, ça avait d’abord été la famille Poufsouffle, puis les Sloanes, les Berkeley et enfin les Smith. Actuellement, c’était son père qui s’occupait de cette charge et même si ce dernier avait compris depuis des années que son fils ne lui succéderait pas il n’avait pas abandonné l’idée de faire aimer l’art et l’histoire à Zacharias.
Chez les Smith c’était des disciplines sacrées et tout le monde dans la famille exerçait un métier en rapport, plus ou moins lointain avec cette passion familiale.
Ainsi, sa mère était antiquaire et passait son temps à racheter des pièces pour le musée et à revendre les autres dans sa boutique. Sa sœur ainée était maître verrier, sa plus jeune sœur quant à elle allait hériter de la direction du musée et sera l’assistante de leur père une fois sortie de Poudlard. Et ça ne s’arrêtait pas là dans sa famille on comptait actuellement, un céramiste, un tailleur de pierre, une ébéniste, une lapidaire, un mosaïste, deux experts d’art, deux galeristes, un sculpteur, trois restaurateurs d’art, un forgeron ainsi qu’une conservatrice de monument, et un conservateur des archives, ces deux postes étant bien sûr transmis dans la famille comme celui de son père.

Zacharias n’avait jamais compris comment dans sa famille personne n’avait voulu faire autre chose. Pourtant, ils étaient nombreux. Mais non, même dans la jeune génération, la relève, ils s’orientaient tous vers ces disciplines. Et lui dans tout ça ? Il essayait, il se cherchait. Il ne comprenait pas l’attachement qu’avait sa famille à ce qu’il appelait dans son enfance les souvenirs prisonniers. Toutes ces vieilleries, bibelots, ruines et livres poussiéreux, le laissait totalement de marbre. Il avait toujours trouvé que leur maison, enfin l’immense et vieil immeuble des Smith, avait une allure de musée avec ses planchers qui grincent, ses antiques tapisseries et ses artefacts en tout genre. Petit ça lui faisait froid dans le dos de se dire que tout ça avait appartenu à d’autres gens, que c’étaient les souvenirs d’autres personnes qui étaient enfermés ici alors qu’ils auraient dû dormir à leurs côtés.
Si adolescent il avait tout fait pour laisser ça derrière lui, maintenant il se retrouvait ici dans une salle de réunion, à assister son père qui tentait de lui apprendre les ficelles du métier. C’était le deal, son père lui payait un super appartement et en échange il faisait des stages pour découvrir les métiers de son entourage. De toute façon, ce n'est pas comme s'il avait mieux à faire, il n’avait toujours pas de travail. En vérité, il ne savait pas quoi faire, il ne s’était jamais posé la question, trop occupé qu’il avait été à remettre en cause l’histoire familiale.

Perdu dans ses pensées, il n’entendit pas la porte qui s’ouvrit laissant passer la tête d’un jeune homme.

- Oh ! Tiens il y a déjà quelqu’un, s’étonna ce dernier avant de pénétrer à l’intérieur avec une tasse fumante de ce qui semblait être du chocolat chaud d’après l’odeur. Terry Boot, se présenta-t-il en lui tendant la main.
- Zacharias Smith, lui répondit-il en lui serrant la main.
- Smith comme David Smith ? Reprit Boot.
Il avait l’habitude que les gens réagissent ainsi en l’entente de son nom de famille alors il ne s’en formalisa pas et se contenta de répondre :
- C’est mon père.
Je vois. Et sans plus s’en soucier, il tira la chaise à côté de lui et entreprit de poser sa baguette et un carnet sur la table.

Surpris par la décontraction de l’homme, Zacharias ne pouvait s’empêcher de le fixer. Alors qu’il y avait plusieurs chaises dans la pièce, celui-ci était venu s’asseoir à côté de lui. Ça le rendait perplexe, car, à coup sûr, si lui s’était retrouvé dans cette situation il se serait assis à l’opposé. Il n’avait jamais été quelqu’un de sociable et ses condisciples à Poudlard pouvaient en attester. Si avant il n’aurait pu s’empêcher de faire une remarque, où pire de se lever pour aller ailleurs, là il resta à sa place. Il avait décidé de faire des efforts et comptait travailler sur sa sociabilité et la vision qu’il avait de sa famille.
C’était son séjour de quelques jours à l’auberge des gens brisés, un endroit tenu par Dean où la devise était « tout le monde est le bienvenu », qui l’avait poussé à vouloir changer. Pour l’instant, il n’était pas encore au bout de ses peines, mais il avançait. Souvent, il retournait à l’auberge quand le silence de son appartement lui pesait. Et même s'il lui arrivait de ne croiser personne ça ne le gênait pas. Car, rien que d'avoir d’autres personnes dans la maison ça l’apaisait. En fait il avait beau être solitaire, il aimait savoir qu’il y avait des gens, de l’agitation pas loin.
La demeure Smith était toujours en mouvement. Il y avait toujours quelqu’un à travailler dans un des ateliers du sous-sol, des nouvelles pièces venaient agrandir la collection, et il n’était pas rare que sa grand-mère paternelle invite un fantôme en mal de lieux à hanter. C’était une chasseuse de mémoire, une conteuse, une fixeuse de mots, une brodeuse de légendes, une bateleuse des temps modernes…

Son père, qui venait de rentrer dans la pièce accompagné de cinq autres personnes, le tira de sa léthargie.

- Bien, je vois que tout le monde est là. Donc, la réunion va pouvoir commencer. Si je vous ai fait venir au petit matin avant même que le musée n’ouvre, c’est pour un cas exceptionnel qui nécessite toute notre attention. Comme vous le savez déjà un chantier de fouilles mené par Eléonore Mckinnon-Jones, ici présente, est actuellement en cours à Tintagel. Il se trouve que Mrs Mckinnon et son équipe ont fait, la semaine dernière, une découverte tout à fait singulière. Eléonore, je vous laisse la parole pour nous expliquer cela.
- Bonjour à tous, je serais brève, il est encore tôt pour que je vous assomme avec tous les détails de l’affaire. Comme l’a dit Mr Smith nous avons, il y a quelques jours, dégagé ce qui ressemblait au sommet d’un bâton, il nous a fallu une semaine pour l’extirper de la gangue de terre qui le protégeait. Les analyses préliminaires effectuées sur le terrain nous poussent à croire qu’il s’agirait du bâton de Merlin, comme vous le savez sans doute déjà sinon vous ne serez pas là, conclut-elle en un sourire avant de reprendre. Bien sûr nous n’en sommes pas encore certains et des études plus poussées vont devoir être menées au Museum. Cependant, s’il s’agit bien du bâton de Merlin nous pouvons espérer trouver sa tombe non loin. Le visage de la magiarchéologue qui s’était éclairé durant toute sa tirade était maintenant illuminé par ses yeux brillants d’excitation et d’espoir.
- Merci Eléonore, reprit son père. Actuellement, le bâton est en route pour nous être livré, et vous êtes donc ici afin que tout soit prêt lorsque nous prendrons le relais.

Alors que le conservateur expliquait le déroulement des affaires futures, le carnet devant Terry Boot se mit à vibrer. Guère surpris ce dernier ouvrit la première page sur laquelle plusieurs noms étaient écrits. De sa baguette, il toucha un nom en surbrillance et aussitôt le carnet s’ouvrit à une page où le nom de Stephen Cornfoot était écrit en haut de celle-ci. Des mots défilaient sur la page dans une écriture brouillonne. Une fois sa lecture terminée l’ancien Serdaigle fixa son regard sur le directeur du musée et leva la main.

- Je me permets de vous interrompre pour vous informer que le convoi devrait arriver dans 30 min. Tout est en ordre.
- Bien, lui répondit son père sans se formaliser qu’on l’ait interrompu. Pourtant, d’habitude, Mr Smith n’était pas homme à se laisser facilement couper la parole. Comme je vous le disais, il s’agit d’une découverte exceptionnelle. C’est pour ça que vous êtes les seuls au courant, un tel artefact, et la possibilité de trouver la tombe de Merlin, ne peut qu’attirer la convoitise des pilleurs.
L’effervescence dans la pièce était maintenant à son comble et Zacharias se laissa griser par l’ambiance. Aussi, emporté par sa curiosité, il demanda à Terry Boot ce qu’il faisait ici. Son visage ne lui disait rien, pourtant ça faisait quelques semaines qu’il travaillait là.
- Je suis le cofondateur d’une entreprise visant au convoyage d’objets magiques nécessitant de grandes précautions, je m’occupe surtout de la branche qui travaille en partenariat avec le département d’archéologie du ministère, les différents chantiers de fouilles menés par celui-ci ainsi qu’avec le British Muséum et tout ce qui touche à la protection des artefacts et pièces d’histoires. Mais notre société ne fait pas que ça, quand on s’est rendu compte avec Stephen que beaucoup de sorciers ne savaient pas protéger leur colis des dommages du temps, de la température et cie on s’est lancé la-dedans. Au départ, on fournissait surtout nos services et colis aux commerçants, mais maintenant, on travaille avec le ministère de la magie ainsi qu’avec des particuliers via la poste sorcière.
- Ça a l’air intéressant, répondit-il sans savoir quoi dire de plus.

Zacharias était impressionné par tous ces gens qui savaient quoi faire de leur vie alors que lui était tout simplement paumé. Terry Boot avait le même âge que lui et était le patron d’une entreprise qu’il avait créée et qui était florissante. Alors que lui, il cherchait sa voie dans le monde large et étriqué de l’histoire. Sans doute était-il voué à répéter le même schéma que toutes les autres personnes de sa famille, lui aussi prisonnier de l’histoire, d’une tradition familiale séculaire et de souvenirs.

Note de fin de chapitre :

Comme à mon habitude ces temps-ci ce texte a été écrit peu de temps avant la fin de la deadline. J'espère que malgré tout il vous plaira.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.