S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sur tous les chemins - Partie I : Le cygne noir par lecrivainechameleon

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Résumé des épisodes précédents :

Hale et Jane sont des jumeaux et des sorciers. Durant son enfance, Jane rencontre son meilleur ami Timothy Nott. A Poudlard, Hale est placé à Gryffondor et Jane et Timothy sont envoyés à Serpentard. La première année sépare (définitivement?) les jumeaux devenus rivaux. La deuxième année est assez mouvementée. Les cours, les soirées de travail et les matchs de Quidditch s’enchaînent. En quatrième année, alors qu’une énième dispute éclate entre Hale et Jane. Le conflit dégénère en bagarre et Jane est envoyé chez le directeur. Dumbledore invite Jane à prendre confiance en elle et à se modérer. Le chapitre se termine sur une dispute mère-fille. Amanda jette un sort de mutisme à sa fille et l’attache à une chaise avant de quitter la maison. Aidée par Marcy, Jane s’enfuit chez les Nott, où elle fait la connaissance des parents de Timothy, de Saturnin et des Malefoy. La tension monte entre Timothy et Saturnin, alors que ce dernier tente de séduire Jane. Alors qu’Amanda, furieuse, bat sa fille, Hale prend le parti de sa mère. L’évènement provoque un déclic chez Hugh qui décide de quitter sa femme avec ses deux filles. Jane, Marcy et leur père partent pour Londres pour habiter chez Félicity, leur grand-mère maternelle. L’été passe lentement et les deux sœurs retournent enfin à Poudlard.

 

Résumé de l’épisode précédent :

 

Les parents de Jane divorcent… Mais quel loi doit s’appliquer ? Celle des sorciers ou bien celle des moldus ? Jane continue à vivre avec son père. Marcy, Hale et Jane poursuivent leur scolarité à Poudlard. Jane et Marcy s’entendent bien. Et cette dernière Jane se fait son opinion sur Timothy Nott et fait la connaissance de Sephora Parkinson. Quant à Hale et Jane, ils semblent définitivement brouillé depuis la séparation de leurs parents.

 

Teaser du chapitre 11

Jane commence sa dernière année à Poudlard… Et s’il était temps de réparer les pots cassés ?

 

Annonce de la partie II

Ce chapitre est le dernier du premier tome : Le cygne noir. Mais la suite « Les potionistes » est déjà prête à la publication. La prochaine publication sera peut-être dans quinze jours au lieu de dans une semaine mais vous aurez la suite bientôt sans faute.

 

Hale Jones avait grandi. Il ressemblait toujours à sa sœur. Ils ne s’étaient pas parlés depuis la fois où elle avait quitté Silver Now pour vivre à Londres. Hale s’était réfugié dans une arrogance puérile pour masquer sa culpabilité et son manque de confiance en lui. Au fond de son cœur, il aurait bien aimé retrouver sa sœur. Cependant il ne l’avouerait jamais devant les autres, il préférait la haïr. Il regrettait leur complicité perdue durant ses moments de rare solitude. Il était toujours entouré d’une foule d’amis bruyants et trop sûrs d’eux. Il avait vu Jane grandir de loin. Elle restait toujours avec ce Timothy Nott. Sans lui avoir jamais parlé, il le dégoûtait. Il le tenait par principe pour un être dénué de morale. Sa sœur était déjà suffisamment instable, l’influence de Timothy ne pouvait se révéler positive. Il le surveillait de loin. S’il tolérait leur amitié dans sa bienveillance, il n’aurait accepté que Nott, l’infâme, aille tripoter Jane. Cette image lui fichait des frissons. Avery était également une personne peu recommandable. Mais Hale n’avait pas la moindre chance face à cette brute. Il aurait sans doute agit avec lâcheté s’il avait approché sa sœur de trop près. Il le voyait souvent fixer cette dernière lorsqu’elle avait le dos tourné. Il était bien trop évident qu’il trouvait le corps sensuel de Jane Jones plus qu’à son goût. Quant à Nott, s’il savait avec adresse masquer l’effet des hormones sur son cerveau d’adolescent détraqué, Hale ne le pensait pas moins avide de chair fraîche à explorer. Prudent, Hale se méfiait davantage de ce dernier pour une autre raison, à l’instar d’un troll Avery semblait posséder une intelligence plus que limitée. Plongé dans ses pensées, Hale sourit. Non, à vrai dire, Saturnin se servait principalement de son cerveau pour comparer la taille de sa baguette à celle de ses camarades. Rien de bien séduisant en somme, à la frontière entre la bêtise et la vulgarité. Nott était bien plus dangereux. Mieux éduqué, plus cultivé, assez intelligent pour ne pas paraître bête, c’était là un couteau plus court mais bien plus affûté. Bref, il était assez tranchant pour couper un cœur par le milieu après avoir pris du plaisir. Il aurait fallu un autre jeune homme fréquentable pour rééquilibrer la balance. Il s’allongea sur son lit les mains sous la nuque, sa sœur lui manquait. Comment pouvait-il faire ? Il se sentait perdu. Il savait qu’il n’était qu’un traître. Il avait sacrifié sa sœur pour ne pas perdre l’amour de sa mère. Et s’en voulait-il ? Oui, non, peut-être. Son cœur était plongé dans un brouillard sentimental.

On était lundi. Jane sortit de son cours de métamorphose et attendit Nott. Que pouvait-il bien fabriquer ? Elle aperçut enfin le vert et l’argent se frayer un chemin parmi les Gryffondor. Il la prit par les épaules. Ils se dirigèrent vers la bibliothèque. Jane avait besoin d’un livre dans la réserve pour un devoir de défense contre les forces du mal sur les sortilèges impardonnables. Avec l’autorisation de Mrs Pince, elle se dirigea vers la réserve. Elle se retrouva nez à nez avec son frère, ce lâche qui n’avait jamais osé venir lui présenter ses excuses. Il avait perdu cet air insolent qui le caractérisait si bien entouré de ses amis. Il s’approcha le pas mal assuré. Son visage perdit de sa couleur. Il était en train de ravaler toute sa fierté. Il lui fallait se lancer. Les mots ne venaient pas si aisément. Puis tout à coup, ses cordes vocales firent vibrer ces mots : « S’il te plaît, je.. Désolé » Ils avaient pour Jane une valeur extraordinaire et c’était déjà un grand pas. Ils ne s’étaient pas parler depuis le départ de Jane pour Londres. Mais il restait une question, était-elle prête à pardonner ? Émue, elle s’approcha de la fenêtre. Dehors le mois de mars faisait verdir les feuilles et bourgeonner les branches. Elle sentait une odeur d’herbes coupées à travers la fenêtre. Elle repensait à la scène qui venait de se jouer. Elle la voyait de l’extérieur comme dans un film. Elle s’assit sur le fauteuil le plus proche du battant de la fenêtre. Elle sentait le regard de son jumeau analyser sa réaction. Qu’est-ce que tout cela pouvait bien signifier ? Était-il sincère ? Qui était-elle pour lui ? Elle tourna la tête dans sa direction, mais dit d’un ton amer sans même le regarder : « Tes excuses sont bien tardives, mon frère. Que suis-je censée faire ? Me jeter à tes pieds, éberluée de reconnaissance ? » Elle vit Hale sortir de la bibliothèque. Elle resta les yeux dans le vague sans bouger un certain temps, si bien que Nott inquiet vint s’agenouiller auprès d’elle. Il passa sa main dans ses cheveux d’ébène et caressa son front d’un geste réparateur. Ce geste de tendresse provoqua en elle une certaine satisfaction. Encore ébranlée, elle alla se servir une tasse de thé avant de se remettre au travail. Elle s’assit à son bureau et se plongea dans son livre. Elle se passionna une énième fois pour les recherches potionesques avec son camarade. Le soir même, ils parlèrent de nouvelles potions. Ils avaient eu l’occasion de tester leur potion précédente, elle permettait de se passer d’un certain nombre de repas et de nuits de sommeil, malgré quelques effets secondaires potentiels encore inconnus en cas de surdosage.

Cette année, ils avaient acquis de nouvelles connaissances qui leur ouvraient de nouvelles portes. Ils avaient envie d’explorer de nouveaux domaines. Ils voulaient se consacrer à un antidote universel qui permettrait d’annuler tous les effets de tous les poisons connus. Cependant ils se rendirent vite compte que celui-ci dépasserait leur potentiel. Alors ils se consacrèrent à l’étude des rêves. Ils découvrirent bientôt que certaines plantes permettent de pénétrer dans l’esprit des autres. Ils recommencèrent leur recherche à la bibliothèque, mais avec moins de régularité que l’année précédente. En effet, ils devaient être encore plus prudents. Ils étaient désormais préfets. En revanche, la potion leur permettait de faire des nuits blanches, où ils passaient leur temps à lire. Ils s’entraînèrent longtemps au sortilège de désillusion qui permettait de devenir invisible. Dans un premier temps, ils n’étaient pas fixés sur les buts qu’ils poursuivaient. Puis ils finirent par vouloir améliorer le sommeil. Ils ne voulaient pas créer un somnifère de plus. Ils voulaient améliorer la qualité du sommeil naturel. Ils faisaient des listes de plantes pouvant avoir cet effet sur le petit carnet que Jane avait reçu à Noël. À la fin de l’année, ils firent quelques essais, mais tout cela n’était pas très convaincant. Ils n’étaient pas satisfaits des résultats. Les effets des filtres obtenus restaient imprévisibles et irréguliers, ils pouvaient empêcher l’endormissement ou au contraire plonger le buveur dans un sommeil profond. Ils abandonnèrent leurs recherches pendant les examens. Cet été-là, Jane retourna chez son père et Nott chez ses parents. Jane faisait toujours son petit boulot et ramassait toujours des plantes magiques qu’elle trouvait principalement dans le jardin des Nott, mais aussi dans le marais maudit où aucun moldu ne s’aventurait.

Un jour d’été, Nott invita ses amis à déjeuner. Ils prirent l’apéritif sur la terrasse en buvant des cocktails et mangeant des tapas. Nott leur joua un petit air de guitare. Puis ils mangèrent de la viande qu’ils faisaient dorer au barbecue. Sur la table, il y avait aussi des légumes crus à croquer trempés dans des sauces. Le dessert se composa de pastèque. Elle était rouge et sucrée. Il faisait chaud sur la terrasse. Chacun repus alla faire la sieste ou lire un roman. Bientôt Jane se retrouva seule, ce qui déclencha chez elle une étonnante satisfaction. Elle avait mis ses lunettes de soleil pour ne pas se brûler les yeux aux rayons chauds du soleil. Il devait être quatre heures. Elle se servit un verre de limonade et s’installa sur le transat. Elle ferma les yeux et laissa son corps se gorger des rayons de l’astre ardent. Une petite brise se leva soudain, rafraîchissant sa peau qui rougissait. Un oiseau se posa sur la branche du jasmin juste au-dessus d’elle. Elle sentait le parfum sucrée et entêtant des fleurs. Le volatile se mit à chanter. Jane continua à fermer les yeux et se concentra sur les notes gracieuses produite par le moineau. Soudain, il s’envola. Alors qu’elle s’attendait à voir ce départ suivi par un silence profond, elle entendit des notes de piano lointaines. Elle fut alors piquée d’une curiosité soudaine. Elle se leva lentement, prit son chapeau de paille et suivit la piste musicale. Elle traversa le cimetière maudit. Elle s’assit sur une pierre derrière un buisson et elle réalisa alors que la musique venait de la maison de sa mère. Elle s’approcha et se cacha à moitié derrière le chêne, à travers la fenêtre elle voyait un jeune homme qui jouait du piano. Il était légèrement penché, son dos et ses épaules suivaient les mouvements de ses mains. C’était son frère qui jouait. Il lui sembla différent des moments où ils se voyaient à l’école. Penché sur les touches, absorbé par sa mélodie, il dégageait une douceur et une sensibilité inhabituelle. Elle s’approcha encore de la fenêtre et même s’y accouda, la tête appuyée contre le cadre de la fenêtre ouverte. À la fin du morceau, le jeune homme s’arrêta pour aller boire. Comme il se sentait observé, il tourna la tête. Hale Jones vit Jane Jones.

« Alors tu es là, lui dit-il sur le ton du constat.

    — Oui, c’est étrange, n’est-ce pas ?

    — En effet, je ne pensais pas que tu viendrais. »

Il y eut un silence pesant. Sans y être invitée, elle entra par la fenêtre avec maladresse, comme si passer l’encadrement de la porte lui était impossible. Sur le piano droit, une rose rouge était exposée dans un vase soliflore. Elle s’assit au piano à côté de son frère. Elle joua des notes au hasard. Contrairement à lui, elle n’avait jamais appris à jouer. Il lui apprit à jouer un petit refrain joyeux. À travers cette activité commune, le frère et la sœur retrouvèrent un peu de leur complicité perdue depuis longtemps. Après un moment, Hale reprit la parole :

    « J’ai été injuste envers toi, je croyais te haïr. Mais au fond, j’ai toujours regretté le temps de notre enfance où nous étions unis.

    — Et que veux-tu maintenant réparer les pots cassés, demanda sa sœur.

    — Peut-être bien.

    — C’est-à-dire ?

    — Si tu étais moins bizarre aussi, tout serait plus facile.

    — Et si tu m’acceptais comme je suis tout serait plus facile. J’ai toujours été moi, c’est aussi cela qu’il faut comprendre.

    — Quand je te vois avec…

    — Dois-je encore te rappeler que tu n’es pas mon père, s’exclama-t-elle.

    — Mais Nott… Avery…Ce ne sont pas de bonnes personnes, affirma-t-il.

    — Je suis assez grande, je n’ai pas besoin de ta protection, vois-tu. »

Il ne répondit rien et un silence gêné s’abattit sur la conversation. Pour le briser, il joua au hasard quelques notes disparates. Puis il dit d’une voix tremblante :

« Tu sais bien que tu te trompes, Jane. C’est ton amour qui t’aveugle. »

À ses mots, Jane sortit en claquant la porte. Elle se retrouva dans la nature sauvage et en profita pour cueillir quelques plantes. Elle arriva chez Nott vers six heures du soir. Le soir après le repas, Jane raconta à Nott ce qu’il s’était passé. Les deux adolescents allongés dans l’herbe se tenaient la main, ils regardaient le ciel d’été parsemé d’étoiles. Les barbecues, les verres sur la terrasse, les bains de mer, les cueillettes et les lectures se succédèrent et l’été s’acheva bien vite. Bientôt, septembre arriva avec son lot de courses pour la rentrée. La dernière année à Poudlard allait commencer. Le début d’année ne leur réserva aucune surprise, tout se déroulait toujours selon les traditions. Mais cette dernière année promettait d’être rude. Ils travaillèrent avec acharnement pour bien réussir leurs ASPIC. Ils ne se consacraient à leur projet secret de potions que très ponctuellement. Cependant en janvier, ils le finalisèrent. Ils ne se lancèrent pas dans autre chose, ils préfèrent se concentrer sur leurs examens pendant les six mois restants. C’était les derniers matchs de Quidditch, les dernières fêtes avec la maison Serpentard, les dernières soirées passées autour du feu de la salle commune avec Sephora, les dernières bièraubeurres à Pré-au-Lard. Une ou deux fois, Hale et Jane se croisèrent dans le parc et se saluèrent au loin, par politesse peut-être. Jane poursuivait son chemin pour rejoindre Tim près du lac. Très vite, ils durent restreindre leurs heures de loisir, car les examens approchaient. Jane, Hale et leurs amis respectifs les passèrent avec brio. La veille de leur départ définitif de l’école, chaque élève était reçu par le directeur de sa maison pour un entretien particulier. Ensemble, ils faisaient le point sur les années à Poudlard, le professeur prodiguait aussi quelques conseils pour l’avenir. Jane avait rendez-vous à six heures avec Rogue. Elle l’attendit à l’entrée de son bureau vers six heures moins cinq. À six heures pile, le maître des potions ouvrit la porte de son bureau.

« Entrez, Jones. Installez-vous, dit-il. »

Il désigna une chaise rembourrée que beaucoup d’élèves associaient à une séance de torture en perspective. Elle s’assit et se tut. Elle l’avait bien senti. Ce n’était pas son tour de parler.

« Peu d’élèves ont causé autant de tort à cette maison, Jones. Mais…

Il réfléchit et s’interrompit un instant, puis reprit :

— Je suis content, très content. Peu de mes étudiants ont manifesté autant de prédispositions que vous, à l’art subtil de la préparation des potions. Quant à vos résultats dans les autres matières, ils sont tout à fait satisfaisants. Que comptez-vous faire de votre vie, Jones ?

— Eh bien j’aimerais faire des recherches en potion, et continuer à travailler pour l’herboriste pour lequel j’ai déjà travaillé l’été, monsieur.

    — Vous pourriez faire mieux que simple cueilleur. Les professeurs Dumbledore et McGonagall semblent penser que vous feriez une excellente Auror.

    — Je ne pense pas que cela soit ma véritable inclinaison, monsieur.

    — Je vois, dit Rogue de son ton doucereux, il se mit alors à la regarder intensément, quant à votre idée de vous consacrer à la potionerie, je ne saurais vous en dissuader. Pour dire vrai, je pense même qu’il s’agit d’une excellente idée. Cependant je dois vous prévenir, beaucoup de gens de votre talent ne se rendaient pas compte des conséquences éventuelles de leur recherche. La science est un outil à double tranchant. Ne vous éloigniez pas trop de certains chemins, ou vous risqueriez de vous perdre. Gardez la tête froide. Je suis content de vous, Jane. Je me souviens encore du vilain petit canard, que vous étiez il y a encore quelques années. Malgré tout, vous avez grandi, et vous êtes devenu un cygne majestueux… »

Elle se sentit nostalgique en quittant le bureau de Rogue. Jamais elle n’aurait cru penser cela un jour, mais ce bon vieux professeur allait lui manquer. Le lendemain, ils quittèrent le château. Les quatre amis de Serpentard regardèrent Poudlard s’éloigner une dernière fois. Jane dut se retenir pour ne pas éclater en sanglots. L’arrivée à Londres fut étrange. Jane trouva la ville différente. Mais à vrai dire, c’était elle qui avait changé. Une nouvelle vie s’ouvrait à elle, mais elle se sentait étrangement vide. Elle arriva chez elle et rangea ses bagages. Elle prit un bain. Le soir, le ventre vide, elle erra dans la ville. Puis après un ou deux verres, elle sortit dans la nuit. Longeant les quais de la Tamise. Sur un mur, elle vit un graffiti : « Black Swan ». À la lecture de ses deux mots, les paroles de Rogue lui revinrent en mémoire. C’était elle le cygne noir.

 

Note de fin de chapitre :

 

Anecdotes d’écriture

Je me suis particulièrement amusée à détailler les pensées de Hale au sujet de Timothy et Avery. Il en est particulièrement jaloux.

 

Vous avez aimer ce chapitre ? Vous pouvez vous abonner à la page Sur tous les chemins - fan fiction Harry Potter | Facebook pour être notifié de la parution des futurs chapitres.

 

N'hésitez pas non plus à me laisser des reviews ;)

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.