S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


Le mystère Ekrizdis: par bellatrix92

[6 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette histoire se passe au XV° siècle, au moment où la forteresse d'Azkaban est découverte par le Ministère, j'espère qu'elle vous plaira.

Bonne lecture!

Amos Peverell aurait largement préféré se trouver n’importe où plutôt qu’ici.
Pas que l’ambiance au Ministère anglais ait été particulièrement joyeuse ces temps-ci, en cette fin du XV° siècle où les attaques à la Magie Noire étaient fréquentes, se répétant sans cesse depuis plus d’un siècle, mais cette forteresse-là le terrorisait véritablement à présent qu’elle apparaissait devant ses yeux.
De plus, sur la barque qui bravait le vent et la houle d’hiver, au milieu des embruns, fouetté par le vent glacé, il était complètement frigorifié et les autres ne valaient guère mieux. Il se demandait même par quel miracle ils n’avaient pas encore croisé de ces blocs de glace qui flottent souvent entre deux eaux à pareille saison. Avec la tempête et les courants marins, ils n’auraient eu aucune chance de les éviter.
- Elle est apparue il y a deux jours, souffla derrière lui sa sœur Irina. Et elle est encore plus effrayante que ce que tu nous en avais dit Malefoy.

Elle fixait d’un regard sévère l’homme aux cheveux blonds qui les accompagnait et qui avait perçu le premier les charmes maléfiques de l’endroit.
Première Gryffondor de la famille après une lignée qui s’était partagée entre Serdaigle et Serpentard, Irina avait un caractère droit et fort, pourtant elle n’en semblait pas moins effrayée et son visage pâle était de mauvais augure.
Face à eux, la forteresse se dressait, noire, immense et sinistre au milieu des embruns glacés de la Mer du Nord. Un halo de brume grisâtre l’entourait toujours, exactement comme dans les descriptions de Malefoy qui se tenait à présent debout derrière eux. Il semblait nettement fasciné par ce qu’il voyait à vrai dire et c’était presque inquiétant.
- Un pouvoir immense… L’entendit-il souffler. Ce ne peut qu’être l’œuvre d’un homme au pouvoir immense…
- Un ? Ou une armée ? Murmura Hector Nott à côté de lui.

Lui en revanche semblait bien plus terrorisé que fasciné, au contraire de son grand ami qui détaillait les lieux d’un œil expert tout en propulsant l’embarcation.
Irina, elle, guidait la barque et les fit aborder sur un côté abrité de l’île après avoir habilement évité plusieurs récifs malgré le courant très fort. Le terrain était si hostile que Malefoy et elle avaient du se partager la tâche et unir leurs pouvoirs afin qu’ils arrivent entiers sur la terre ferme.
Aussitôt qu’il eurent accosté, le vent tomba même si le froid restait glacial et une abominable odeur de putréfaction agressa soudain leurs narines, une odeur de mort pour être précis.
Amos tira sa baguette qu’il pointa au hasard tandis que les autres faisaient de même, scrutant chaque recoins des environs :
- Je ne le sens pas cet endroit, souffla t-il.
- Au sens propre ou figuré ? Répliqua Irina.
- Les deux.

L’îlot était en fait éperon de roche noire aux dimensions plus que modestes, et autour d’eux aucun signe de vie n’apparaissait. Amos se sentit immédiatement découragé, profondément déprimé et le froid envahit encore un peu plus ses membres. Sans comprendre pourquoi, il se mit à trembler :
- Qu’est-ce que c’est que cela ? Demanda Hector Nott d’une voix aiguë en levant instinctivement les yeux vers le ciel.

Amos l’imita et c’est alors qu’il les vit :
Des créatures flottaient dans les airs tout autour de l’îlot, des mains putréfiés sortant de leur cape noire et ce qu’il avait prit pour les hurlements du vent et qui était en fait un râle mortifère. Il blêmit et s’accrocha instinctivement à Irina qui le repoussa sèchement :
- Ta baguette ! Le morigéna t-elle. Utilise-la !
- Qu’est-ce que c’est ? Glapit-il pour toute réponse.

Elle ne répondit pas mais pointa la sienne vers le ciel et ferma les yeux. Amos devina qu’elle essayait de se concentrer et de faire abstraction de ce qui l’entourait :
- Expecto patronum, dit-elle d’une voix à peine audible qui fit cependant son effet.

Quelques filaments argentés sortirent de sa baguette et les entourèrent, offrant une protection sommaire au quatuor. Amos se sentit immédiatement soulagé et son corps reprit un fonctionnement normal.
Irina était la plus puissante et la plus forte d’entre eux en matière de sortilèges et autres charmes de protection. Aussi il se sentait quelque-peu rassuré, jusqu’au moment où elle leur indiqua :
- Vu l’odeur, vous allez sûrement avoir besoin de feu…

Il frémit face à cet avertissement de sombre augure, craignant de comprendre exactement où elle voulait en venir. En même temps, ces étranges affaires de cadavres animés apparaissant sur les côtes du Nord du pays depuis plusieurs années le tourmentaient depuis tellement longtemps qu’il aurait du s’en douter dès le moment où Malefoy les avait avertis de la chose.
Après plusieurs mois de recherches, Amos qui travaillait comme savant pour le compte des aurors avait fini par mettre un nom sur ces abominations déjà connues durant l’Antiquité : les inferi.

Il avait appris que les Romains, mais également les Égyptiens à qui ils avaient vraisemblablement « emprunté » cet art obscur, pratiquaient assidûment la nécromancie et qu’au fil des siècles, c’était eux qui avaient mis au point ces créatures surtout utilisées à des fins criminelles. Il s’agissait de cadavres ranimés par magie afin d’avoir le réflexe d’attaquer et de réduire en charpie tout ce qui était vivant et en mouvement autour d’eux. De vrais pantins tueurs et moldus comme sorciers étaient régulièrement victimes de leurs méfaits depuis des décennies à présent.
Étaient-ils en train de découvrir que tout venait de cet endroit aussi étrange qu’effroyable ?

Par contre, songea t-il en observant encore les créatures au dessus d’eux à travers les filaments argentés de la baguette d’Irina, il n’avaient encore jamais entendu dire que les inferis étaient capables de flotter dans les airs.
- Que sont ces choses ? Demanda t-il une nouvelle fois à sa sœur.

Ce fut Malefoy qui répondit :
- Il s’agit de détraqueurs je pense, dit-il en les détaillant toujours avec attention. Ce sont des esprits du désespoir qui se développent sur la putréfaction.
- Heureusement qu’Irina connaît un contre-sort, souffla Hector Nott d’une petite voix. J’ai cru que j’allais m’effondrer lorsqu’ils ont attaqué.
- Attaqué ? Demanda Amos intrigué.

Irina acquiesça gravement et lui répondit :
- La pratique de l’occulmencie diminue l’impact de leurs attaques lorsque celles-ci sont relativement modérées. Cependant ils restent extrêmement dangereux, même s’ils ne nous attaqueront pas physiquement tant que j’agiterai mes patronus dans leur direction.
- Je ne connaissais pas ce charme, lui fit-il remarquer.
- Il est très récent, répondit Irina. Enfin… On l’a redécouvert récemment dans des textes anciens en France. Je l’ai appris lorsque j’étais à Montpellier l’an dernier.
- C’est un sortilège très difficile, ajouta Malefoy. Je ne suis pas arrivé à le maîtriser, au contraire d’Irina. Il paraît que les anciens chantaient pour repousser ces créatures.
- Ceci est à la portée de chacun, approuva Irina. Sorciers comme moldus… Mais il faut être nombreux et unis. Ne perdons pas de temps.

Elle n’en dit pas plus mais sa voix tremblait légèrement.
- Allons-y, ordonna Amos qui avait reporté son attention sur la forteresse. J’ai l’impression que le portail d’entrée se trouve sur notre droite là-bas.

Irina et lui prirent la tête du groupe et entreprirent de circuler au milieu des débris de roche qui sortaient de la fine plage de sable. Hector Nott prit le temps d’attacher la barque avant de les rejoindre en courant, proche de céder à la panique.
La base de l’édifice ne semblait pas très éloignée, peut-être cent mètres tout au plus, mais le terrain était si accidenté qu’ils risquaient de trébucher à chaque pas.
Irina les arrêta à mi-chemin :
- Il y a quelque-chose au bas des murs… Souffla t-elle horrifiée.
- Quelque-chose qui bouge… Crut bon d’ajouter Hector Nott dont la voix montait à présent clairement d’un octave.

En effet, des formes suspectes s’agitaient à quelques dizaines de mètres devant eux, des formes grouillantes et vaguement humanoïdes pour ce qu’Amos pouvait en juger. D’ailleurs, était-ce un hasard si la puanteur augmentait encore au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient ?
- Des inferis, murmura t-il d’une voix atone tout en brandissant sa baguette.

Derrière lui, Malefoy pâlit et Amos remarqua qu’il ne tenait plus sa baguette que d’une main tremblante :
- Comment les combat-on ? Demanda t-il d’une voix qu’il tentait de garder posée.
- Avec du feu, répondit Amos. Des gerbes de flammes. Il n’y a que cela qu’ils craignent.

Étrangement, leur camarade sembla encore plus effrayé et son pas se fit mécanique. Hector Nott n’en menait pas large non plus, mais lui au moins semblait décidé à se reprendre.

Soudain, les Inferis se tournèrent vers eux d’un même mouvement, braquant sur le petit groupe d’aurors leurs pupilles mortes.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.