S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Programme de juillet des Aspics


Bonsoir à toustes !

Un peu de lecture pour vous accompagner en cette période estivale... Vous avez jusqu'au 31 juillet pour, d'une part, voter pour le thème de la prochaine sélection ici et, d'autre part, lire les textes de la sélection "Romance" du deuxième trimestre 2024, et voter ici !

Les sélections sont l'occasion de moments d'échange, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé sur le forum ou directement en reviews auprès des auteurices !


De L'Equipe des Podiums le 11/07/2024 22:30


Assemblée Générale 2024


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 21 juin 2024, à 19h.

Venez lire, échanger et voter (pour les adhérents) pour l'avenir de l'association.

Bonne AG !
De Conseil d'Administration le 14/06/2024 19:04


Sélection Romance !


Bonsoir à toustes,

Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, sur notre page d'accueil s'affichent désormais des textes nous présentant des tranches de vie tout aussi romantiques ou romancées les uns que les autres ! Et oui, c'est la sélection Romance qui occupera le début de l'été, jusqu'au 31 juillet.

Nous vous encourageons vivement à (re)découvrir, lire et commenter cette sélection ! Avec une petite surprise pour les plus assidu.e.s d'entre vous...

Bien sûr, vous pouvez voter, ça se passe ici !


De Jury des Aspics le 12/06/2024 22:31


145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Narcissa Malefoy - Séparation de corps par bellatrix92

[39 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Les deux premiers chapitres ont été écrits dans le cadre de la nuit insolite du 6 mars 2021. Le quatrième aussi.

 

Note de chapitre:

Ou comment Narcissa Malefoy fait-elle connaissance avec un appartement très typé moldu.

Narcissa ne comprendrait jamais sa bru.

Déjà, pour les meubles de l’appartement, elle avait eu du mal à accepter qu’on passe ainsi au dessus de tous ses principes et que le résultat soit si opposé à ce qu’elle avait imaginé pour son fils. Cependant, elle s’était efforcée de rester cordiale et de ne pas s’immiscer dans la vie du jeune couple, déjà si opposé au sien.
Après tout se disait-elle, elle n’aurait pas aimé que ses parents fassent de même lors des débuts de son mariage, et elle avait plutôt mal vécu certaines ingérences de Nephtis Malefoy au moment de la naissance de Drago.

Sans compter qu’elle venait de débarquer dans l’appartement de son fils et de sa belle-fille, totalement à l’improviste après avoir quitté le manoir Malefoy en claquant la porte. A vrai dire, elle n’avait emporté que son sac, débordante de colère comme elle l’était à cet instant.
Elle ne disposait donc à présent que d’un peu d’argent liquide et, sitôt après avoir transplanné sur le Chemin de Traverse, elle avait totalement paniqué et perdu pied.

Elle était seule, encore secouée par la violente altercation qui l’avait opposée à Lucius et durant laquelle, sous l’effet de la colère, elle l’avait giflé.
C’était un geste totalement inédit entre eux, malgré les crises de colère récurrentes qui les opposaient depuis quelques mois. Et elle s’en était voulu aussitôt.
Lucius en était resté bête et elle-aussi, mais seulement une paire de secondes avant que sa résolution ne prenne le dessus et qu’elle ne se décide brusquement à fuir. Elle avait franchi les grilles avant même qu’il ne comprenne et aussitôt transplanné.

Elle ne voulait plus jamais le voir. Ce coup de sang était celui de trop, ou celui qui était nécessaire selon l’angle où l’on se plaçait. Et passer à l’acte lui avait donné, durant quelques minutes du moins, l’énergie qu’il lui fallait pour s’en aller enfin.
Dans les premiers moments de sa fuite, elle s’était sentie complètement euphorique, soudain prête à partir à l’autre bout du monde et recommencer sa vie. C’est donc d’humeur féroce et avec une furieuse envie d’en découdre qu’elle avait marché vers la banque.

Pourtant, très vite et alors même qu’elle se dirigeait vers Gringotts pour récupérer le montant de sa dot dans le coffre des Malefoy, le doute l’avait submergée. Oui bien-sûr, elle pouvait essayer d’agir rapidement et de disparaître, mais avait-elle seulement une chance que cela réussisse ? Après-tout Lucius pouvait bien déjà avoir fait en sorte d’empêcher tout mouvement depuis la banque… Peut-être même était-elle attendue.

Et puis le sentiment de malaise l’avait rattrapée, le même qui depuis des mois la clouait au manoir alors même qu’elle aurait tout donné pour s’en aller.

Si elle avait depuis longtemps laissé de côté les sentiments et la culpabilité qu’elle aurait pu éprouver à l’égard de Lucius, il y avait tout de même encore bien ancré en elle la peur du regard des autres, quoiqu’elle commence à y être habituée. Depuis la guerre, il était presque devenu normal qu’on la dévisage dans la rue, à défaut que cela soit agréable.
Mais plus que tout, c’était de ses proches dont elle craignait la désapprobation et puis…
Il fallait bien qu’elle se l’avoue, elle aurait eu honte de devoir dire à Drago qu’elle et Lucius se séparaient.
Pourtant c’est presque naturellement que, totalement perdue et effrayée, elle l’appela au secours après une heure à errer sans but et dans l’angoisse, d’abord sur le Chemin de Traverse puis à Pré-au-Lard où elle avait finalement choisi de se réfugier.

La nuit commençait à tomber en ce soir de novembre lorsque, le cœur cognant dans sa poitrine, elle se décida à rejoindre le salon de thé de Madame Pieddodu après lui avoir envoyé son patronus. À un tel moment de l’année et de la journée, l’endroit serait au moins plus intimiste que les trois balais et puis, elle était à peu près sûre de ne croiser aucune des personnes qu’elle redoutait de croiser.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Drago avait assuré. Moins de cinq minutes plus tard, alors qu’elle venait tout juste de recevoir sa commande, il entrait dans l’établissement et saluait poliment la tenancière avant de s’attabler en face d’elle.

Pour ne pas éveiller les soupçons, ils avaient pris le thé comme une mère et un fils devraient le faire, puis avaient payé et s’étaient empressés de sortir dans le village déjà presque endormi :
- Par Merlin quel froid ! Avait soufflé Narcissa lorsque la brume humide et glacée les avait à nouveau enveloppés.

Elle ne savait pas quoi dire à Drago et lui de son côté ne semblait pas avoir très envie de la questionner. Aussi ils avaient ainsi trouvé un relatif terrain d’entente qui lui avait permis de la ramener chez lui.

Astoria donnait le sein à Scorpius sous la surveillance très attentive du chat lorsqu’ils étaient entrés. Et elle avait autour d’elle tout l’attirail typique des moldus et destiné à s’occuper d’un bébé, des ustensiles dont Narcissa peinait à comprendre l’utilité pour certains.

- Bonsoir, lui dit Astoria avec un sourire, lorsqu’elle entra dans l’appartement londonien, un peu empruntée dans ce décors qu’elle ne connaissait pas trop.

Il faut dire qu’elle et Lucius n’étaient venus ici qu’une seule fois, préférant ensuite recevoir le couple chez eux pour des raisons assez évidentes. Les meubles blancs aux formes toutes semblables, elle avait déjà vu et cela n’était plus si choquant maintenant qu’elle y regardait à deux fois. Cependant, il y avait eu des changements dans la décoration et le rangement de certaines affaires, cela elle aurait pu le jurer.

Les chaudrons et le matériel de potion étaient soigneusement rangés d’un côté de la grande cuisine, laissant l’autre pour les ustensiles de cuisines et les placards alimentaires. Le haut de l’armoire vitrée était réservé aux ustensiles du bébé et Narcissa ne vit que des objets moldus à l’intérieur.

Rien d’étonnant, puisqu’Astoria était une sorcière plus que médiocre. Il n’y avait qu’à la voir nourrir son enfant pour le comprendre.
Mais Narcissa stoppa net son jugement en se morigénant. A l’époque où Drago était bébé, n’avait-elle pas été aidée et servie par Dobby après-tout ? Drago et Astoria, eux, n’avaient pas d’elfe et elle ne pouvait pas garantir que sans, elle se serait aussi bien débrouillée qu’eux.

Toute la soirée, elle s’efforça de comprendre, d’accepter et de découvrir. Elle questionna le couple sur telle ou telle chose, s’intéressa et fit taire en elle le mépris qu’aurait pu lui inspirer un décors si moldu dans cet appartement.
Le chaton du couple, lui, ne la quittait pas des yeux.

Pourtant, la dispute vint quand-même. Et sans pouvoir nier qu’elle était impliquée, elle dut bien s’avouer qu’elle n’avait pas de prise sur la chose :

Après le repas, Astoria installa un lit dans le canapé convertible, recouvert d’une épaisse couverture rose, et demanda à Drago de bien vouloir ramener le berceau de Scorpius dans la pièce à vivre :
- Ah non ! Dit le jeune homme sur un ton catégorique. On ne va pas dormir à deux là-dedans et camper au milieu du salon !
- Mais qu’est-ce que tu veux faire ? Lui demanda Astoria. On ne va quand-même pas laisser ta maman dormir ici au milieu, avec le lave-vaisselle qui tourne à trois heure du matin et Scorpius qui nous fait lever trois fois par nuit.
- On est deux, Astoria. C’est trop pour ce canapé.

Narcissa soupira et hésita à mettre son grain de sel, avant de renoncer pour des raisons évidentes. Elle ne voulait pas donner raison à sa belle-fille mais, d’un côté, elle ne voulait pas non plus donner l’impression d’appuyer Drago contre elle.

Mine de rien, c’était une difficulté à laquelle elle n’aurait jamais songé jeune maman, alors qu’elle-même était servie et vivaient dans une demeure spacieuse.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.