S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d’épine, Ella C, Eejil9 et CacheCoeur, qui remportent la Sélection Femslash !

Vous voulez de l’action ? De l’aventure ? Ce mois de Sélections est fait pour vous ! Le Jury des Aspics vous invite à lire sur ce thème en octobre avec la Sélection Aventure/Action ! Vous avez jusqu'au 31 octobre pour lire les 5 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter par ici.

Et au mois de novembre, partez dans le futur avec la Next-Gen ! Vous avez jusqu’à la fin du mois d'octobre pour nous faire découvrir sur ce thème si vaste vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots. Pour proposer des textes, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news !

Il y a également la Sélection Fanfictions longues pour occuper vos nuits d’insomnies ! Jusqu’au mois de décembre, venez découvrir 12 histoires incroyables ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

 

 


De L'équipe des Podiums le 03/10/2022 23:05


La Dernière Demande de Dumbledore par Krummbein

[10 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour à toutes et à tous !

 

Je suis heureuse de vous partager la traduction française de ma première "vraie" fanfiction, et j'espère qu'elle vous plaira :) La version originale a été publiée en anglais, et celle-ci n'a été relue par personne d'autre que moi-même, ne vous étonnez donc pas si certains passages/expressions/noms de sorts et autres ne sont pas tout à fait corrects ^^' j'ai également beaucoup de mal avec la mise en page et la ponctuation, et j'espère que ces quelques problèmes ne vous empêcheront pas d'apprécier ce que vous lirez.

 

Je suis très fière de cette fanfiction car c'est la première pour laquelle j'ai vraiment pris mon temps, mais malgré tout ce n'est pas ma préférée. J'espère cependant qu'elle vous plaira, n'hésitez pas à me faire savoir ce que vous en avez pensé !

 

Toute la fiction est écrite (17 chapitres au total), il me reste juste à traduire les chapitres. J'essaie d'être régulière, mais j'ai une autre fanfiction en cours (j'ai également l'intention de la traduire mais une fois qu'elle sera terminée, autant vous avouer que ce n'est pas pour demain vu le temps que je mets !) et c'est elle qui a la priorité. Je tenterai de publier toutes les deux semaines, mais je ne sais honnêtement pas si j'y arriverai. Cependant, ne désespérez pas, la traduction paraîtra bien :)

 

Je tiens également à préciser que j'ai essayé de respecter les personnages mais que l'interprétation reste la mienne, j'espère donc que vous ne serez pas trop déçu à ce propos.

 

Par ailleurs, j'ai repris dans quelques chapitres certaines phrases issues du tome 7 de la série Harry Potter, écrite par J.K. Rowling. Ces phrases ne sont donc pas mon travail, mais le sien, que j'ai souhaité ajouter par petites touches afin de retrouver une cohérence avec l'oeuvre d'origine, le but de ma fanfiction étant au départ de faire quelque chose de logique qui aurait eu sa place dans le livre.

 

Enfin, cette fanfiction est également publiée sur Ao3 et ffnet sous des pseudonymes équivalents (krummbein8), ne vous étonnez donc pas de la voir !

Note de chapitre:

Soyons honnête, je suis toujours très satisfaite de ce premier chapitre. J'ai pris beaucoup de temps pour l'écrire, et j'ai essayé de l'améliorer légèrement en le traduisant.


Bonne lecture !


Krummbein

Ils surgirent de nulle part à l'heure la plus sombre de la nuit, un faible pop se réverbérant dans les ténèbres. Les deux silhouettes se tinrent droites pendant quelques secondes, à l'affût du moindre bruit suspect, avant que leurs formes ne se relâchent imperceptiblement lorsqu'elles eurent la certitude que personne ne les avait vus. C'était deux hommes, un jeune et un d'âge moyen, qui dégageaient tous deux la même impression de peur intense. Pourtant, ils n'auraient pas pu avoir l'air plus différents. Le plus jeune était grand et mince et, malgré son regard hanté et ses joues creuses, d'une beauté peu commune, presque surnaturelle. Un éclair argenté attira l'attention de son compagnon, et le jeune homme repositionna son capuchon à la hâte.


 


- Attention, imbécile, personne ne doit te voir !


 


La respiration du second homme était saccadé, et ses yeux noirs et glacés jetaient des regards furtifs aux alentours, à la recherche de quelqu'un ou quelque chose qui pourrait les menacer. Quand rien ne vint, son rythme cardiaque ralentit sensiblement et il laissa échapper un soupir de soulagement imperceptible. Sa main droite vint à son visage et il essuya la sueur qui coulait le long de son front, avant d'essayer de remplacer les mèches noires et grasses qui encadraient son visage.


 


- Quelle direction ? demanda le blond. Il jeta un œil aux alentours, incertain, survolant du regard les bâtiments les plus proches.


 


- On ne devrait pas être loin, j'ai l'adresse ici, déclara le deuxième en enfonçant sa main dans sa poche gauche. Quelques secondes plus tard, les deux hommes avaient devant les yeux un morceau de parchemin recouvert d'une écriture fine. L'homme aux cheveux d'ébènes regarda autour de lui et partit soudain dans une direction connue de lui seul.


 


- Par ici, lança-t-il sèchement.


 


Le jeune homme ramena les bords de sa cape au niveau de ses épaules dans un geste nerveux, un moyen comme un autre d'essayer de garder son calme. D'un pas rapide, il rattrapa son aîné, grimaçant lorsqu'il sentit son corps protester contre l'effort soudain. Il savait déjà qu'il était affaibli par des semaines d'un régime drastique et des mois de peur constante, mais il n'aurait jamais pensé qu'il était dans un état si préoccupant. Le sang frappait lourdement contre ses tempes, sa démarche était instable, et il avait désespérément besoin de nourriture.


 


Son compagnon avait accéléré le pas, et il savait qu'ils devaient être proches de leur destination. Il leva les yeux, essayant de deviner de quelle maison il pouvait s'agir. Malgré l'heure tardive, la rue était bien éclairée, et il était facile de deviner qu'ils se trouvaient dans un quartier aisé. Peut-être que tout ira bien, pensa-t-il, peut-être avait-il une petite chance, après tout. Mais cependant, il savait bien qu'il ne devait pas s'attendre à un miracle, et une petite chance était déjà trop demander pour quelqu'un comme lui.


 


- Celle-ci, murmura l'homme en désignant une petite maison face à lui. Il s'était arrêté à deux ou trois mètres de l'entrée et semblait réfléchir. Le jeune homme s'approcha et senti quelque chose bourdonner autour de lui.


 


- Des barrières de protection, dit-il simplement, et tu les as activées.


 


- Oui, répondit l'autre. Je ne suis pas vraiment surpris, étant donné l'époque que nous vivons.


 


- Combien de temps avant qu'elle n'arrive ? demanda le blond. Il était nerveux, et plus vraiment certain qu'il avait envie d'être là.


 


- Pas longtemps, elle doit penser que nous sommes des Mangemorts.


 


- Ah ! et son ton était ironique lorsqu'il répondit, mais nous sommes des Mangemorts, et je doute qu'elle nous fasse bon accueille vu ce qu'il s'est passé la dernière fois que l'on s'est vus.


 


- Elle n'aura pas le choix, répliqua le brun, pas lorsqu'elle entendra ce que j'ai à lui dire.


 


- Comment peux-tu être certain qu'elle acceptera de t'écouter ? La panique qu'il ressentait était maintenant perceptible jusque dans le son de sa voix, et le blond s'en voulu de ne pas réussir à mieux contrôler ses émotions.


 


Le grincement d'une porte les stoppa net dans leur conversation, et ils attendirent que la jeune fille sorte de chez elle. Elle portait un pyjama trop large pour elle, et ses cheveux étaient plus emmêlés que d'habitude. Ils avaient dû la réveiller, et le jeune homme pria pour que cela n'affecte pas trop son humeur. La brunette avança lentement, sa baguette magique pointée fermement dans leur direction.


 


- Mains et baguettes en l'air, montrez vos visages, lança-t-elle en direction des deux inconnus, inquiète de leur présence à une heure aussi tardive. Quelque chose était-il arrivé à Harry ?


 


Les deux compagnons se consultèrent du regard et sortirent leurs baguettes de l'intérieur de leurs robes, avant de découvrir leur visage. Ils entendirent la jeune fille pousser une exclamation de stupéfaction.


 


- Qu'est-ce que vous foutez là ? lança-t-elle, agressive. Elle ne leur laissa pas le temps répondre et les désarma d'un coup de baguette, mais aucun des deux n'opposa de résistance : cela ne jouerait pas en leur faveur s'ils souhaitaient qu'elle coopère.


 


- Miss Granger, le plus âgé d'entre eux commença, mais elle le stoppa net, irritée par leur présence à seulement quelques mètres de son foyer.


 


- Pas de ça avec moi, Rogue, vous avez perdu le droit de me traiter comme une écolière lorsque vous avez tué Dumbledore.


 


- Granger, une seconde voix interrompit, et la jeune fille tourna imperceptiblement le visage en direction du second intru. Celui-ci se figea, certain d'avoir fait une erreur. Il ne savait pas vraiment pourquoi il l'avait interpellée, ni pourquoi il avait fait remarquer sa présence. Chaque fibre de son corps était tendue, lui rappelant exactement pourquoi il aurait dû se taire, mais il ne put s'empêcher de continuer à parler.


 


- Granger, je t'en supplie, écoutes au moins ce que nous avons à dire ! Il accentua sa demande, la voix tremblante, comme si cette simple différence pouvait l'aider.


 


- Vraiment, Malefoy, tu me supplies, moi, d'écouter les conneries que tu veux me raconter pour essayer de justifier ta présence ? Pourquoi est-ce que je devrais accepter, alors que c'est de ta faute si les Mangemorts sont entrés dans Poudlard ? Alors que c'est ta faute si Dumbledore est mort ?


 


Son corps entier s'était mis à trembler, et elle semblait sur le point de pleurer.


 


- Maintenant, et par votre faute à tous les deux, Dumbledore n'est plus là pour nous protéger. Lui aussi, vous a supplié, hurla-t-elle en direction de Rogue, et vous l'avez quand même tué ! Vous étiez supposé être son allié, son ami. Quand je pense que je vous ai défendus, que je vous ai défendus tous les deux quand Harry et Ron disaient du mal de vous, en essayant de leur faire comprendre qu'ils avaient tort. Que toi, dit-elle en lançant un regard noir en direction de Malefoy, tu étais trop jeune et pas assez bête pour devenir un Mangemort et que vous, continua-t-elle, incapable d'arrêter le flot de paroles qui s'écoulait d'entre ses lèvres, que nous devions avoir confiance en vous, parce que Dumbledore lui-même vous faisait confiance. Mais j'avais tort, n'est-ce pas ? Hermione Granger, sorcière la plus brillante de son époque, mon cul oui !


 


Severus Rogue sembla soudain en avoir assez et la fit taire, sans prononcer un mot, et sans baguette.


 


- Pour une fois dans votre vie, Miss Granger, bouclez-la.


 


Drago eut presque envie de rire. Presque.


 


- Maintenant, continua le professeur, vous allez nous laisser entrer, et vous allez écouter ce que nous avons à vous dire.


 


Le visage déformé par la colère, elle acquiesça sans un mot, indiquant la porte d'un geste brusque de la tête. Si Rogue pouvait la faire taire d'un seul geste, comment deviner l'étendue de sa maîtrise de la magie sans baguette ? Avec un peu de chance, elle réussirait peut-être à envoyer un message à l'Ordre avant que les choses ne tournent au vinaigre.


 


Avec une certaine appréhension, Drago franchit le pas de la porte et marcha lentement le long du corridor, essayant de deviner où il devait aller.


 


- Sur ta droite, Malefoy. Le ton était sec, et il remarqua non sans admiration qu'elle avait réussi à lancer le contre-sort sans parler. Il ouvrit la porte et entra dans un salon spacieux où était placé un superbe piano, et il se demanda l'espace d'un instant si elle pouvait en jouer avant de la voir arriver à ses côtés.


 


- Asseyez-vous, dit-elle en indiquant le canapé derrière Severus, tout en s'installant sur un fauteuil qui leur faisait face. Ils obéirent, et Drago essaya de cacher son malaise grandissant. Il était dans un quartier Moldu, dans une maison Moldue, et sur le point de demander un service très délicat à une Née-Moldue de très mauvaise humeur.


 


La jeune fille leva sa baguette au-dessus d'eux et lança un sort afin de les protéger d'éventuelles oreilles indiscrètes.


 


- Vous avez exactement cinq minutes pour m'expliquer comment vous avez trouvé ma maison, et pour me convaincre de ne pas envoyer le message que je viens d'écrire à l'attention de l'Ordre.


 


Rogue parut surpris par sa déclaration et remarqua un objet doré au creux de sa main.


 


- Sortilège Protéiforme ? demanda-t-il avec un sourire suffisant. Dumbledore lui en avait parlé l'année passée, et il avait été impressionné par son idée. La jeune fille ne répondit pas et fronça les sourcils, comme pour lui rappeler qu'il ne voulait sans doute pas perdre le temps qu'elle avait la générosité de lui accorder.


 


- Dumbledore, dit-il dans un souffle. Il avait à peine remué les lèvres, et pourtant le nom était sans appel.


 


- Quoi, Dumbledore ? demanda-t-elle d'un air mauvais.


 


- Vous m'avez posé deux questions. La réponse à ces deux questions est : Dumbledore, répondit Rogue d'un ton si glacial qu'elle en eut la chair de poule. Elle resserra son emprise sur sa baguette.


 


- Est-ce que vous êtes en train d'essayer de me convaincre que Dumbledore vous a donné mon adresse ? La réponse l'avait prise par surprise, et elle était déconcertée.


 


- Tout à fait.


 


- Vraiment ? Et, si ce n'est pas trop demander, pourquoi a-t-il fait ça ? Elle semblait outrée, et Drago eut soudainement le sentiment qu'elle n'allait pas attendre les cinq minutes promises avant d'envoyer son appel à l'aide.


 


- Très simple, vraiment. Il voulait que vous m'aidiez et que, par extension, vous aidiez Mr. Malefoy.


 


Elle ne répondit rien, trop occupée à essayer de digérer ce qu'elle venait d'apprendre. Lorsqu'elle parla enfin, son ton était furieux.


 


- Mon Dieu, dire je vous pensais suffisamment intelligent pour essayer de trouver un argument plausible. Mais ça ouah, vraiment… vous m'écœurez. Elle s'arrêta quelques secondes, incertaine de ce qu'elle ressentait, avant de reprendre. Vous pensiez vraiment que j'allais vous croire ? Que mentionner Dumbledore, l'homme que vous avez tué, serait suffisant pour m'amadouer ?


 


- Je-ne-l'ai-pas-tué, siffla Rogue, furieux.


 


- Vraiment ? Dans ce cas, je suppose que Harry va devoir changer de lunettes, n'est-ce pas ? demanda-t-elle d'un air faussement enjoué. Parce que, de ce qu'il m'a raconté, il semblerait que ça ait été le cas.


 


La main de Rogue plongea dans la poche de sa cape, mais Hermione fut plus rapide et l'immobilisa rapidement avant de prendre l'objet qu'il avait essayé d'attraper. Elle fronça les sourcils lorsqu'elle vit le contenu de la fiole.


 


- Du Veritaserum ? On aurait dit qu'elle posait une question mais, en vérité, elle avait reconnu la potion et était en train de se demander ce qu'il comptait faire avec. Elle annula le sort et attendit sa réponse.


 


- En effet, dit-il après quelques secondes.


 


- Vous vouliez l'utiliser contre moi ?!


 


- Au contraire, Miss Granger. Je veux que vous l'utilisiez sur nous, après que je vous ai donné ma version des évènements concernant le meurtre de Dumbledore.


 


Pour la seconde fois en quelques minutes, Hermione Granger hésita et étudia la requête qui lui était présentée. Que faisaient-ils réellement là, à cette heure de la nuit, si ce n'était pas pour l'attaquer ? Pourquoi Rogue paraissait-il si nerveux ? Et pourquoi est-ce que Malefoy semblait aller encore plus mal qu'il y a quelques semaines, alors qu'il avait largement eu le temps de se reposer ? Elle s'installa plus confortablement et regarda son ancien professeur, indiquant qu'elle était prête à l'écouter. Rogue prit une profonde inspiration et commença son récit.


 


- Soyons clairs, je n'ai pas tué Albus Dumbledore. J'ai simplement accepté de l'aider à mourir.


 


Drago Malefoy toussa nerveusement et regarda son compagnon. Il y avait certainement une meilleure manière de commencer cette conversation, et il semblait que Granger était du même avis.


 


- Je vous demande pard… commença-t-elle, mais Rogue l'arrêta.


 


- Il y a environ un an, Dumbledore m'a appelé en urgence après avoir trouvé un objet imprégné de Magie Noire. Une bague, pour être plus précis. Il attendit quelques instants, lui laissant le temps de faire le lien entre ce qu'il venait de dire et ce qu'elle savait déjà. Il savait qu'elle connaissait l'existence des Horcruxes, et il aurait parié qu'il vit le moment exact où elle comprit ce qu'il sous-entendait.


 


- Dumbledore, reprit-il, avait été trop impatient et ne vit pas la dernière Malédiction qui avait été appliquée. Il tenta de mettre la bague, et cette erreur lui fut en quelque sorte fatale.


 


Elle acquiesça machinalement, réfléchissant à voix haute.


 


- C'est donc pour ça que…


 


- Que sa main donnait l'impression d'être morte, oui. Pour être tout à fait honnête, elle l'était. J'ai fait tout mon possible pour empêcher la Malédiction de s'étendre mais il était déjà trop tard, et Dumbledore savait qu'il n'avait plus longtemps à vivre. Un an maximum, pour être exact, car la Malédiction se renforçait avec le temps.


 


Hermione sentit ses yeux commencer à picoter mais se força à rester concentrée.


 


- Le jour même, nous avons évoqué la situation préoccupante dans laquelle se trouvait Mr. Malefoy, et plus précisément la tâche qui lui avait été attribuée par le Seigneur des Ténèbres. Dès le moment où j'en eu connaissance, je fus persuadé que Drago n'était pas supposé survivre, et que c'était un moyen de punir Lucius de ce qui s'était passé au Ministère. Drago essaierait de réussir tout au long de l'année, verrait sa santé physique et mentale se dégrader et, lorsqu'il serait certain qu'il ne pourrait pas réussir, Voldemort le tuerait sous les yeux de ses parents.


 


Drago sentit le regard de la jeune fille se poser sur lui et baissa les yeux, mal à l'aise.


 


- Pourquoi ne pas refuser, lui demanda-t-elle, ou… ou même demander une autre mission ?


 


- On ne peut pas simplement répondre non au Seigneur des Ténèbres, rétorqua Drago sur un ton glacial, surtout quand, à peine une semaine auparavant, son putain de serpent a vidé un homme de son sang dans ton salon, et qu'il t'a précisé que ta mère serait retenue en otage jusqu'à ce que tu réussisse.


 


Drago ne put empêcher le sentiment de satisfaction malsain qui l'envahit lorsqu'il vit qu'elle avait soudainement pâlit.


 


- Donc, si je comprends bien, reprit-elle en se tournant vers Rogue, Dumbledore vous a demandé de le tuer pour éviter à Malefoy de le faire ?


 


Severus hocha la tête et attendit la question suivante.


 


- Pourquoi vous a-t-il demandé ça ?


 


- Il savait que Mr. Malefoy était trop jeune, trop innocent pour risquer la pureté de son âme. Il pensait également qu'il n'était pas un tueur né et qu'il serait hésitant au moment fatal.


 


Une seconde fois, Drago vit Granger le regarder d'un air songeur.


 


- Il t'a vu baisser ta baguette, tu sais ? Je veux dire, Harry. Il était là, il m'a raconté.


 


Drago savait qu'elle s'adressait à lui mais il ne releva pas la tête, ayant soudainement l'impression que, s'il continuait à regarder le plancher devant lui, elle oublierait sa présence. En effet, après quelques secondes, elle redirigea son attention vers leur professeur.


 


Hermione se tut et observa l'homme devant elle, hésitant à prendre une décision. D'un côté, elle voulait qu'ils sortent de chez elle, et le plus rapidement possible. Ses parents n'avaient aucun moyen de se défendre, et elle était certaine que Rogue était un combattant hors pair. S'il voulait la tuer, il ne lui suffirait que de quelques secondes, et il lui faudrait espérer que ses réflexes soient suffisamment bons pour envoyer un message à l'Ordre. D'un autre côté, ses explications concordaient suffisamment avec ce qu'elle savait déjà, et pourraient expliquer certains événements passés. Et puis il y avait quelque chose, et elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus, quelque chose qui lui faisait dire que c'était la vérité. Passant la main dans ses cheveux, elle joua quelques instants avec une mèche rebelle, essayant de trouver une solution adéquate, avant de finalement prendre son courage à deux mains.


 


- J'accepte de vous tester au Veritaserum, mais à une condition…


 


Les deux hommes se raidirent et attendirent, osant à peine respirer.


 


- … vous prenez le mien.


 


Ils n'hésitèrent que quelques secondes avant d'accepter, et elle conjura une petite fiole ainsi que deux verres. Elle les remplit d'eau avant de verser quelques gouttes de potion dans chacun des récipients et de les offrir aux deux hommes.


 


- Il y en a suffisamment peu pour que les effets ne soient pas trop longs, précisa-t-elle. Est-ce que vous êtes prêts ?


 


- Quand vous voudrez, répondit Rogue.


 


- Très bien. Elle se racla la gorge discrètement et posa sa première question.


 


- Vous êtes Severus Rogue, professeur à Poudlard ?


 


- Je le suis.


 


Hermione bénie intérieurement les années à pratiquer un visage impassible lorsque Rogue répondit. Sa voix, d'habitude si glaciale et sèche, paraissait plus agréable que d'habitude, presque amicale, et elle ne put s'empêcher de se demander si c'était là sa vraie manière de parler ou un effet secondaire de la potion.


 


- Lorsque nous nous sommes vus pour la dernière fois, vous étiez encore un espion pour le compte de l'Ordre du Phoenix, qu'en est-il aujourd'hui ? Que voulez-vous, à présent ?


 


- Je ne suis plus un espion, car personne ne me fait plus confiance, mais je souhaite toujours aider à renverser le Seigneur des Ténèbres.


 


Curieuse, Hermione ne put s'empêcher de poser la question qui venait de traverser son esprit.


 


- Y-a-t-il une raison particulière à cela ?


 


Rogue rougit légèrement et baissa les yeux, fuyant son regard.


 


- Il a tué la femme que j'aimais.


 


Drago releva la tête brusquement, surpris, et il vit que Granger semblait aussi déconcertée que lui. Elle ne chercha cependant pas à en savoir plus et continua.


 


- Vous m'avez raconté votre version des faits. Est-ce que tout était vrai ?


 


- Oui.


 


Hermione s'arrêta quelques instants, réfléchissant à sa réponse. Il ne pouvait pas mentir, elle en était certaine.


 


- Pourquoi êtes-vous ici ?


 


- Pour vous demander de l'aide.


 


- Quel genre d'aide ? demanda-t-elle immédiatement, soudainement angoissée. Est-ce que cela a un rapport avec Malefoy ? Quelque chose en rapport avec Dumbledore ? Elle espérait sincèrement que non, mais elle croyait avoir deviné ce que Rogue attendait d'elle.


 


- En effet. Avant cette nuit-là, Dumbledore et moi-même avons décidé qu'il ne serait pas sûr pour Drago de retourner au Manoir, même si la mission était un succès. Quelques semaines avant sa mort, il me donna un parchemin sur lequel il avait noté votre adresse, et me demanda d'amener Drago chez vous afin de le protéger du Seigneur des Ténèbres. Dumbledore savait que vous ne retourneriez pas à Poudlard, pas avec les Horcruxes à trouver – Hermione pâlit visiblement, mais ne l'arrêta pas – Ainsi, après avoir tué Dumbledore, j'ai mis en scène la mort de mon filleul devant d'autres Mangemorts et je l'ai envoyé dans un refuge que Dumbledore avait préparé. Je l'ai laissé là-bas jusqu'à avoir la certitude que je ne n'étais pas surveillé, et j'ai enfin eu l'occasion d'aller le chercher aujourd'hui.


 


- Vous… vous connaissez l'existence des Horcruxes ? interrogea Hermione, la voix tremblante.


 


- J'ai été mis dans la confidence, oui. Je ne sais pas grand-chose, mais j'ai une vague idée de ce que vous allez devoir accomplir.


 


- Et Dumbledore voulait que vous ameniez Malefoy chez moi ?


 


- Oui.


 


- Tout en sachant que Harry, Ron et moi-même allons partir à la recherche de ces… ces morceaux de l'âme de Voldemort ?


 


Drago tressaillit violemment lorsqu'il entendit la dernière partie de la phrase, mais elle ne sembla pas le remarquer.


 


- Correcte.


 


- Il pensait que nous, trois Gryffondors, réussirions à oublier des années d'insultes, de menaces et de harcèlement, tout ça pour aider à sauver notre monde ?


 


- De ce que j'ai réussi à comprendre… oui.


 


- Bordel, il avait quand même un sérieux problème, lâcha la jeune fille, et Drago ne put s'empêcher d'être choqué en l'entendant parler ainsi. D'un autre côté, il avait eu une réaction semblable quelques heures auparavant et ne pouvait pas vraiment lui en vouloir. Dumbledore était spécial. Mais elle avait soulevé un point important. Jamais, au grand jamais, une coopération entre le groupe ne réussirait. Il était fichu.


 


- Pourquoi devrais-je vous aider ? questionna la jeune fille. Après tout, vous avez déjà réussi à le faire survivre jusque-là, n'est-ce pas ?


 


Rogue poussa un soupir.


 


- Comme je l'ai précisé plus tôt, je suis sous surveillance quasi constante, et la situation risque d'empirer sous peu. D'ici quelques semaines, je suis certain que je ne pourrais plus lui amener de nourriture, et je ne peux pas envoyer d'elfe le faire à ma place. Et bien évidemment, relâcher Drago dans le monde Moldue serait encore pire, il serait incapable de survivre plus de quelques heures sans indication – Drago poussa un grognement dédaigneux à l'intention de son parrain, se sentant légèrement offensé par ce qu'il venait de dire – je n'ai aucun moyen de connaître la durée du conflit, poursuivit Rogue, pas plus que je ne peux prévoir l'issue de la guerre. Par ailleurs, Dumbledore avait tout prévu : il n'y a des réserves d'eau et de nourriture que pour quelques semaines seulement. Il semblerait qu'il était certain que vous accepteriez sa requête.


 


Drago sentit que le regard de la jeune fille s'était à nouveau posé sur lui et, cette fois-ci, il ne put s'empêcher de lever les yeux. Elle semblait en pleine réflexion, et il vit qu'elle se mordillait nerveusement la lèvre inférieure, signe qu'elle hésitait.


 


- Malefoy, commença-t-elle, sans pour autant le regarder droit dans les yeux. Elle jetait des coups d'œil réguliers en direction de la porte, comme si elle vérifiait qu'elle disposait toujours d'une issue de secours. Avait-elle déjà envoyé son message ? Il ne pouvait en être certain. Malefoy, est-ce que tu regrettes ce qui s'est passé l'an dernier ?


 


Drago s'efforça à rester calme, et laissa la potion prendre possession de sa bouche.


 


- Ça, et tellement d'autres choses Granger.


 


Elle le regarda d'un air perplexe.


 


- Qu'est-ce que tu veux dire, exactement ?


 


Il n'avait pas vraiment envie d'entrer dans les détails, mais le sérum ne lui laissa pas le choix.


 


- Je regrette d'avoir admiré mon père quand j'étais plus jeune, et d'avoir tout fait pour lui ressembler. Je regrette de ne pas avoir remis plus tôt en question les croyances qui m'ont été inculquées. Je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt le véritable visage du Seigneur des Ténèbres, quand j'aurais encore pu m'enfuir. Je regrette d'avoir pensé que devenir un Mangemort serait le plus grand accomplissement possible. Je regrette de ne pas pouvoir dire à ma mère que je suis encore vivant. Et enfin, je regrette de t'avoir harcelée toi, et tous les autres Nés-Moldus pendant des années, parce que je sais à présent que j'avais tort, mais il est trop tard pour demander pardon. Cependant, Granger, saches que je suis désolée de tout ce que je t'ai fait subir pendant notre scolarité.


 


Elle resta impassible tout au long de son discours, son visage ne trahissant aucune émotion. Cependant, lorsqu'il eut terminé, elle ouvrit la bouche, presque à contre-cœur, et répondit d'une voix étrange.


 


- Il n'est jamais trop tard pour demander pardon, Malefoy, et… – elle prit une grande respiration, et il sentit qu'elle prenait sur elle pour lui répondre – et j'accepte tes excuses.


 


Drago regarda fixement la jeune fille, incapable de dire quoi que ce soit tant sa réaction le surprenait. Avait-elle réellement accepté de le pardonner, après tout ce qu'il lui avait fait ?


 


Hermione se laissa tomber lourdement en arrière et, la tête contre le canapé et les yeux fermés, réfléchit. Elle devrait refuser. Vraiment. Mais alors, pourquoi se sentait-elle obligée d'accepter la demande ? Au cours des six années qu'elle avait vécues à Poudlard, Malefoy avait passé son temps à lui rappeler à quel point elle était horrible, inférieure à lui, et qu'elle n'avait pas sa place parmi les sorciers. Cependant – et elle en était certaine, à cause du Veritaserum – il regrettait ses actions, et son attitude envers elle et les autres Nés-Moldus. Et d'un côté, pensa-t-elle, est-ce que je peux vraiment lui reprocher son attitude ? Après tout, il n'avait pas choisi la famille dans laquelle il avait été élevé et il était, d'une certaine manière, tout comme elle, Harry ou Ron : un enfant soldat, que l'on avait forcé à prendre part à une guerre dont il ne pouvait pas totalement comprendre les enjeux. Elle soupira une nouvelle fois. Elle avait déjà fait son choix, et elle le savait.


 


- Si j'accepte, est-ce que tu es prêt à faire un Serment dans lequel tu promets de nous aider à trouver les Horcruxes, et à nous aider si un jour nous sommes en danger ?


 


- Oui.


 


Il paraissait déterminé, et Hermione su qu'elle avait fait le bon choix. Satisfaite, elle se leva et les deux hommes l'imitèrent.


 


- Les effets devraient durer encore cinq bonnes minutes, indiqua-t-elle, nous allons attendre qu'ils aient complètement disparu.


 


N'ayant ni le courage ni l'envie de rester dans la même pièce qu'eux, Hermione ramassa les verres et partit dans la cuisine pour les laver. Lorsqu'elle revint, les deux hommes n'avaient pas bougé et semblaient l'attendre avec impatience.


 


- Les effets sont passés ? Elle avait posé la question à Rogue, car elle savait qu'il était plus à même de connaître la réponse. Ce dernier fit oui de la tête, et elle s'approcha de Malefoy.


 


- Prêt à prêter Serment, Malefoy ? Lorsqu'elle eut reçu sa confirmation, elle continua. Ro… professeur, est-ce que vous pourriez être notre Enchaîneur ? demanda-t-elle en lui rendant sa baguette.


 


Rogue s'approcha d'eux et demanda à chacun de tenir fermement le bras de l'autre. Drago s'exécuta sans aucune hésitation. Hermione prit alors la parole.


 


- Draco Malefoy, acceptes-tu de nous aider, mes amis et moi, à nous débarrasser des Horcruxes restants et ce dans le but de tuer Voldemort ?


 


- Oui.


 


Aucun des deux ne flancha lorsqu'une première flamme s'enroula autour de leurs mains liées. Hermione continua, cette fois plus sûre d'elle.


 


- Et acceptes-tu, lorsque ce sera possible pour toi, de nous protéger des dangers que nous puissions rencontrer, même s'il s'agit de membres de ta famille qui s'en prennent à nous ?


 


Drago déglutit difficilement, mais répondit malgré tout.


 


- J'accepte.


 


Une autre flamme sortit de la baguette, rejoignant la première.


 


- Enfin, si l'un de nous meurt et que tu es le dernier à survivre, continueras-tu de te battre contre Voldemort jusqu'à sa mort, ou la tienne ?


 


Cette fois, Hermione sentit que Drago hésitait légèrement.


 


- … Je le ferai, répondit-il après d'interminables secondes, et une troisième flamme apparut, s'entortillant avec les deux autres, avant de s'enfoncer profondément dans la chair de leurs mains.

Note de fin de chapitre :

Et voilà ! J'espère que ça vous a intrigués ;)
Pour information, je sais qu'Hermione en train de jurer est un peu choquant, mais je trouvais que c'était justifié vu la situation ;)

A très vite !

Krummbein

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.