S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

113ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 113e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 31 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 20/07/2021 18:47


Sélections du mois


Les votes de thèmes pour la sélection du Jury des Aspics de septembre 2021 sont ouverts ! Vous pouvez venir voter ici pour Famille Weasley-Delacour ou bien Famille !


De L'équipe des Podiums le 15/07/2021 21:26


24ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 24e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 10 juillet à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 07/07/2021 11:27


Sélections du mois


Félicitations à Lyssa7, Whitewolf et Seonne qui remportent la Sélection sur la plus peste des Serpentard alias Pansy Parkinson !

Pour août 2021, la maison verte et argent sera encore à l'honneur avec la mystérieuse Narcissa Malefoy. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juillet, prenez votre dose de bonne humeur grâce à nos histoires d'amitié. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre été soit ensoleillé et rempli de lectures !


De L'équipe des Podiums le 05/07/2021 23:26


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Gill & Emmy par Aprilfool

[25 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Hellooooowww ! 

Cette fic reprend les persos des Maraudeurs mais c'est bien un univers alternatif dans le sens où : 

- Lily Evans n'existe pas 

- Voldemort n'existe pas

- Les Mangemorts n'existent pas

Donc pas de guerre, pas d'issue finale mortelle, pas de conflits, RIEN de tout ça. 

C'est une fic 100% feel good qui met en scène nos deux Maraudeurs chéris : JAMES & SIRIUS !!!! 

 

Mais bon.... Comparés à Gill et Emmy, ils seront bien fades ;) 

Prêts ? 

Note de chapitre:

Ceci n'est pas un poisson d'avril. 
Bonne lecture ! 
april fool :)

Négligemment avachie sur le banc des Serpentard de la Grande Salle, je touille mon café d'un geste las et d’un air vague, perdue dans mes pensées. 


Mon amie Emmeline - Emmy pour les intimes et Poufsouffle par la même occasion - ne me quitte jamais d’une semelle. Elle est assise à côté de moi et me parle avec animation de son magnifique pull tricot de grand-mère qu’elle a confectionné dans la nuit. Ça fait des semaines qu’elle me baratine sur le sujet des crochets… 


—  Il est magnifique Emmy, signifié-je en baillant. Tu devrais le porter au prochain cours de Potion. Je suis certaine que tu aurais toutes tes chances avec Slughorn. Mon petit doigt me dit qu’il a un goût raffiné pour la mode de mamies qui sentent le pâté pour chat. 


— Va te faire bien mettre Gillian Cooper ! 


J’éclate de rire et adresse un clin d'œil taquin à la blondinette. 


Si seulement… Ça fait un bail que personne n’est passé par là. Pas depuis une certaine soirée dans la Salle Commune des Poufsouffle en tout cas...


Bougonne, Emmy range son pull — que dis-je ! son œuvre d’art — dans son sac à bandoulière avant de s’affaler sur son siège. Ses bouclettes blondes voilent ses yeux noisettes qui ne manquent pas de m'assassiner sur place. 


Ravie de la faire enrager, je lui adresse mon plus beau sourire. 


Mais notre duel de regards est très vite interrompu, dès l’instant où une bande de trois mecs tout droit sortis des enfers entrent dans la salle. Aussitôt, toutes les filles tendent le cou pour tenter de les apercevoir. Elles se donnent des coups de coudes et pouffent derrière leurs mains. 


Tels les rois de la bassecourt, James Potter, Sirius Black et Remus Lupin font leur entrée. Trois Gryffondor fabriqués dans la roche la plus céleste tant ils sont si beaux et si parfaits. Mais si arrogants… 


Je laisse échapper un soupir agacé. Emmy me renvoie un sourire entendu mais je l’ignore. Hors de question que je tombe dans leur piège tentaculaire. Et pourtant… 


Je lève les yeux et aussitôt, je rencontre le dos habillé d’une veste en cuir noir de Sirius Black. Ses cheveux mi-longs couleur d’ébène retombent sur ses épaules larges et carrées. Une gueule d’ange avec des yeux gris intenses, le tout dans un corps d’Apollon. Voilà ce qu’il est. Et cet imbécile en use et en abuse. Ce devrait être un motif nécessaire pour le haïr, non ? 


Certainement ! Pourtant, sans le contrôler, mon regard dérive sur sa chute de reins. J’admire le galbe musclé et rebondi de son fessier. Bon sang… C’est pas possible d’avoir un cul pareil ! Ai-je déjà mentionné que je voue un culte sans nom aux culs ?! Enfin… A ce cul en particulier. Souligné d’un jean noir, je peux deviner sa rondeur, sa douceur, sa texture, sa chaleur...Je peux aisément m’imaginer en train de le caresser. 


Puis mes doigts qui en feraient le contour, ne manqueraient pas de partir se balader un peu plus loin, faire le tour de ses hanches pour revenir face à lui et lui empoigner sa… Merlin ! Est-ce qu’il en a une grosse ?! C’est certain que oui. 


Et de l’autre… Ce serait marrant de découvrir que Sirius Black, Seigneur de ses dames, serait en fait doté d’un micro pénis. Ou qu’il serait éjaculateur précoce. Ou les deux. Ça lui ferait les pieds d’ailleurs, à cet énergumène. 


Mais bon, j’imagine qu’il n’y a pas trente-six mille façons de le savoir… 


— Tu baves. 


Rattrapée par la réalité, je papillonne des cils et dérive vers Emmy qui m’observe d’un air moqueur. Je fronce les sourcils et grommelle dans ma barbe. 


Si elle croit qu’elle est mieux avec ses yeux de cocker ! Elle se trompe ! 


— Toi aussi, répliqué-je. Tu pourrais récolter le surplus pour tes pousses de champimagic ! 


Je pousse ma tasse de café sur la table et la place en dessous de son visage. Cette dernière roule des yeux. 


Ah oui… En plus de tricoter des pulls de grand-mère, Emmy a une obsession pour l’herbologie. Elle peut passer des heures dans les serres à s’occuper de plantes magiques. 


Passe temps complètement absurde selon moi. Si elle veut se rendre utile, autant faire pousser des plants de majijuana ! Là au moins je comprendrais. Mais des plantes ? Qui fait ça ?! 


— Tu crois que James aime les champimagic ? demande-t-elle, pensive. 


— Ché pas… 


Après le tricot et les fougères, vient la dernière passion d'Emmy : James Potter. Un mètre quatre-vingt dix de sexytude et de magnificence. Une regard chocolat souligné d’une paire de lunette, un corps athlétique et magestueux, un sourire charmeur et des cheveux noir de jais en bataille dans lesquels on rêve de plonger nos doigts. 


Emmy rêve de les lui tirer depuis leur première rencontre qui s’est déroulée d’ailleurs, dans des circonstances semblables à celles d’un film à l’eau de rose dont les moldus raffolent. C'est-à-dire : en cours. Monsieur Potter avait oublié son manuel de métamorphose, s’est retourné sur son pupitre, est tombé sur Emmy, lui a adressé son plus beau sourire et cette dernière a bégayé des mots inaudibles pour lui céder son bouquin sans même me demander si j’avais pensé à prendre le mien. 


Et évidemment, je ne l'avais pas fait. Pourquoi est-ce que je m’embeterais à prendre des livres dans mon sac si Emmy le fait déjà ? Absurde. 


Du coup, au profit du sourire de cet abruti de Gryffondor de première, nous nous sommes retrouvées sans livre jusqu’à la fin de l’année car évidemment, ce crétin a oublié de lui rendre et elle n’a jamais osé lui demander en retour. Et moi je n’allais certainement pas faire l’effort de prendre mon livre. Non mais oh ! On est où là ?! 


Je termine ma boisson d’une traite lorsque je croise un regard marron à l’autre bout de la table des Serpentard. Matthew.


Il est petit pour un mec. Il doit frôler le mètre soixante quinze à tout casser mais il a une bonne bouille. Et une barbe ! Assez incroyable pour un type de dix-sept ans. A croire qu’il n’a pas eu la bonne poussée d’hormones là où il faut. A ce propos ! Je me demande si lui aussi n’en aurait pas une…


— Tu devrais lui laisser sa chance, me somme Emmy en suivant mon regard. 


Matthew comprend qu’on le fixe. Pour réponse, il m’envoie son doigt d’honneur puis décampe de la table. 


Oopsi… Bon, j’ai peut-être merdé avec lui. Mais aloooors ? Tout le monde n’est pas parfait ! 


— J’ai pas l’impression qu’il en veuille, de chance, signifié-je. 


— Tu as été si garce que ça avec lui ? 


— Euh… Je sais pas. Tout dépend du point de vue, assuré-je. Je lui ai dit un truc du genre “si jamais tu étais le dernier homme sur Terre et moi la dernière femme, sans doute qu’on s’enverrait en l’air”. C’est encourageant moi je trouve ! Non ? 


Emmy roule des yeux et soupire. 


— Tu es désespérante. 


— Je ne vois pas où est le problème ! 


Mon amie ouvre la bouche mais sa voix reste coincée au fond de sa gorge. Je fronce les sourcils et dévie le regard vers l’objet de son attention. Sans surprise, je vois James Potter foncer droit vers nous. 


Merde. Qu’est-ce qu’il vient foutre ici lui ?! Il va me l’envoyer à l’infirmerie si ça continue ! 


Les joues d'Emmy virent au rouge dès l’instant où le Gryffondor capture ses mirettes. Il ne la lâche plus des yeux et, à mesure que ses pas le guide vers nous, son sourire carnassier s’accentue. A côté de moi, je devine mon amie être aussi tendue et confuse qu’une boule de nerfs. La syncope dans 3… 2… 


James pose son pied sur le banc en face du nôtre et prend une pose semblable à celle du penseur de Rodin mais je suis prête à parier que “penser” n’est pas une activité à laquelle il est habitué.


...1


— Hey ! Salut Emmy ! Tu vas bien ? demande-t-il de sa voix grave et chantante. 


Emmy déglutit avec difficulté. Je crois même qu’elle ne respire plus. 


Voyant qu’elle est incapable de formuler la moindre réponse, James se passe une main dans ses cheveux — ce qui finit de l’achever — et se racle la gorge. 


— Hum… Je voulais savoir si tu avais déjà fini le devoir de botanique ? Tu sais, celui sur les tentaculas vénéneuses ? 


Un ange passe. James reste pendu aux lèvres d'Emmy mais, celle-ci est visiblement devenue aussi muette qu’une carpe. Je me permets donc un léger coup de coude, ce qui semble la ramener sur Terre. Alléluia ! 


Elle papillonne des yeux et sa bouche se transforme en un grand sourire éclatant. 


— Hey… Euh… Non. Pas encore… Pourquoi ? 


— Parce que je suis vraiment dans la panade. Je ne comprends vraiment rien ! rit le jeune homme. 


Ahah ! C’est vrai que c’est drôle… Je me complais dans mon rôle d’observatrice et tente de devenir aussi invisible que la tapisserie. Je ne veux pas me mêler ni assister à une telle chose ! 


— Oh pourtant c’est très simple tu sais, il suffit de ne pas l’arroser trop souvent et de bien la nourrir avec… 


— Tu m’as l’air calée ! Ça te dérange de me passer ton devoir une fois qu’il sera fini ? demande-t-il en battaillant des cils. Avec les entraînements de Quidditch je n’aurais pas le temps et surtout, je n’atteindrais jamais un niveau comme le tien en si peu de temps, donc… 


— Oh ! Oh non bien sûr ! se réjouit Emmy en devenant encore plus rouge qu’elle ne l’était. Je te le passe dès qu’il est fini. Ça te va comme ça ? 


— T’es parfaite ! jubile James, des étoiles dans les yeux. 


C’est qu’il paraît presque convaincant ce type ! Mais il faut se rendre à l’évidence : en quoi un devoir de botanique est-il excitant ? En rien. À moins que j’ai loupé des trucs dernièrement… 


Il fait juste le beau parleur parce qu’il sait justement, qu’il est beau. Ce con… 


Et bon… Putain c’est quoi ce boule ?! 


Pour parfaire le tableau, celui de Sirius et de Remus s’alignent au sien. Hum… Non, celui de Black reste plus dans mon style. Le genre bien claquant. 


Est-ce que Sirius aimerait se faire claquer le cul ? Hum… Bonne question. 


— Han, pousse Emmy en s’affalant sur son siège. Je suis faible, putain. 


— En même temps, qui peut concurrencer une telle lèche ? 


Nous échangeons un regard qui en dit long. J’ouvre la bouche mais Emmy m’interdit de continuer. 


— Non ! 


— Mais je… 


— Non ! 


— Je n’ai rien dit encore ! assuré-je en faisant les gros yeux. 


— Tu allais faire une blague vaseuse, je me trompe ? 


— Tu ne te trompes jamais, Emmy chérie, minaudé-je. Ton intelligence n’a d’égal ! 


— Tu parles…


À sa mine contrariée, je devine aisément ce qui la chiffonne : son incapacité à dire non à cet enfoiré de James Potter. Pourtant, elle est bien consciente qu’il l’utilise. 


— Tu devrais lui proposer des cours, suggéré-je.


— Ça va pas ou quoi ?! 


— Et bien au moins il arrêterait de venir te gratter ton taff, argumenté-je. Et ensuite, ça te permettrait de passer un peu de temps avec lui. En tête à tête… Si tu vois ce que je veux dire, la chahuté-je d’un coup d’épaule. Hein ? Hein, tu vois ce que je veux dire ? Dis que tu sais, Emmy. Vas-y dis-leeeeeeeee… 


— Oui ! hurle-t-elle en perdant patience. 


Elle me chasse avec humeur. Elle a horreur quand j’empiète sur son espace vitale. Elle  déteste les contacts physiques et j’essaie toujours de la pousser à bout. Jusqu’à une certaine limite… Je ne suis pas stupide non plus. Et honnêtement, je ne crois pas avoir envie de voir un jour les foudres d’Emmy s’abattre sur moi. Cette fille est comme un dragon endormi… Vaut mieux pas la réveiller. 


— Je serais incapable de lui proposer une telle chose, soupire-t-elle. 


— Tu ne perds rien à essayer… Bon, je vais à mon entraînement. 


— Déjà ?! 


— Oui Davis a prolongé la séance. On est loin de faire le poids contre les Gryffondors, avoué-je à contre-coeur. 


Ces foutus lions... Je plisse les yeux et les observe en train de rire, amuser la galerie et parler aussi fort que s’ils étaient tous malentendants. Je me retiens pour ne pas rouler des yeux. Je déteste les gens qui font tout pour se faire remarquer. Ils sont justes… Pathétiques. Et d’un autre côté, j’admire leur courage pour être aussi ouverts et francs devant autant de personnes. Je déteste prendre la parole en public. Pire, j'exècre devoir parler à des gens que je ne connais pas. 


Au moment où je m’apprête à agripper mon sac de sport, je croise une paire d’yeux gris. L’effet est immédiat : j’ai l’impression qu’on vient de me porter un coup à l’abdomen. 


Black est indéfinissable, si ce n’est qu’il est l’objet de mes fantasmes. 


Je me demande encore comment c’est possible d’être aussi attirant. Que ce soit ses cheveux qu’il regroupe parfois en un chignon flou, son regard intense, son sourire mutin ou encore son rire rocailleux qui résonne en moi comme un diapason… Ce type n’est pas humain. Impossible. 


Pour autant, je m'interdis de baisser les yeux. Je maintiens le contact visuel sans fléchir. Sans hésitation, je le défie. Lui et son regard de braise. Lui et sa bouche si parfaite qui avait englobé la mienne, à cette foutue soirée chez les Poufsouffles. 


Je ne sais même plus comment je m’étais retrouvée dans cette situation… Coincée entre le mur et son buste si impressionnant. Tout ce dont je me souviens, c’est que j’avais bu à outrance ce soir-là, que j’avais oublié ma retenue et j'avais improvisé une chorégraphie de pom-pom girl pour le prochain match de Quidditch. Suite à ça, nos corps s’étaient retrouvés pour une danse des plus sensuelle. 


Nous avons fini isolés dans un coin de la pièce, sa bouche s'était emparée furieusement de la mienne et ses mains s’étaient glissées sous ma jupe. 


Depuis, plus rien. Ça fait un mois. 


Mais qu’importe. J’en avais envie. Il en avait envie. On en a profité alors pourquoi est-ce que je devrais baisser les yeux ? Je n’ai pas honte de dire que j’ai aimé notre instant tout en sachant qu’il n’y aurait jamais de suite. J’ai profité du moment présent, point. J’ai profité de ce qu’il avait à me donner alors ce n’est pas moi qui flancherais même si je dois passer pour une psychopathe. 


Merde… C’est vrai ça ! J’ai peut-être l’air d’une tarée à le fixer comme ça ! Et lui alors ?! Il ne faiblit pas. Le monde autour de nous peut s’écrouler qu’on ne s’en rendrait même pas compte. 


Ok Black… Il serait peut-être temps de mettre un terme à ce regard interminable, non ? Lequel de nous deux cédera avant l’autre ? Je vais avoir une conjonctivite à force de le fixer sans cligner ! Bon… Je ne vais pas me plaindre sur la vue hein mais quand même… Ça devient suspect. 


J’espère que personne ne nous regarde… 


Finalement, c’est un sourire amusé qui apparaît sur ses lèvres. Je me permets alors de lui adresser un jeu de sourcil explicite qui, pourtant, ne veut rien dire. Je n’ai aucune arrière pensée pour le coup. Aucun espoir. 


Il est bousculé d’un coup d’épaule par James qui lui saute à la gorge pour lui désigner un morceau de parchemin jauni et tout fripé qu’il tient entre les mains.


Notre duel de regard s’arrête donc ici. 


Je respire à nouveau puis croise l’air sceptique d’Emmy. Avant qu’elle n’ouvre la bouche, j’attire rageusement mon sac sur mon dos et me tire de la Grande Salle. 


Paye ta vie ma grande ! 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.